Partagez | .
 

 ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 895
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   Mar 27 Oct - 13:40

Le membre 'Haytham Cassidy' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1492
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   Mar 27 Oct - 23:36

INTRIGUE N°1
Ft. Everybody


Comment pouvait-on passer du paradis à l'enfer aussi rapidement ? Marvin avait déjà lu la phrase 'c'est alors que tout s'enchaîna très rapidement' dans de nombreux rapports. Il ne s'était jamais imaginé employer cette expression un jour. Pourtant, l'informaticien avait beau se creuser la tête à la recherche d'une formule plus appropriée, c'était la seule façon de décrire ce qu'ils venaient de vivre.

Avant que la situation ne dégénère, Marvin s'était penché pour arracher la cigarette éteinte que Mercedes venait de porter à ses lèvres. Les explications pour justifier ce geste étaient multiples : dans un premier temps, c'était par pur réflexe, car il s'était juré d'arriver à faire arrêter de fumer son confrère. Ensuite, c'est parce qu'il donnait une grande importance au fait de ne pas ruiner la réputation de la section américaine devant l'agent Petrov. Enfin, il devait s'occuper les mains pour cacher sa nervosité liée à l'attente qu'un peu d'action ne brise le silence pesant qui régnait ici. Concernant cette dernière partie, Marvin ne se doutait pas qu'il allât être exhaussé bien au-delà de ces espérances. À peine avait-il frôlé la cigarette incriminée que son geste fut interrompu. Soudain, les portes du fourgon s'ouvrirent en grand et... C'est alors que tout s'enchaîna très rapidement. Il n'y avait vraiment pas d'autres façons d'expliquer cela.

L'agent de liaison ne serait même pas dire s'il s'était débattu. C'était comme si son cerveau avait effectué un passage à vide. Lorsqu'il arriva à avoir de nouveau des pensées cohérentes, il était traîné hors du fourgon. Son regard cherchait frénétiquement quelque chose auquel se raccrocher. À la place d'une vision rassurante, il tomba sur celle du corps sans vie de l'agent. Celui qui avait fait semblant de chipoter au moteur du fourgon pour justifier la présence du véhicule arrêté.

"Vous l'avez tué !" Horreur et scandale s'entremêlait alors que l'informaticien semblait reprendre vie et s'agita. "Espèce de..."

Sa phrase demeura inachevée, aucun mot ne semblait assez fort. Marvin était profondément horrifié par ce spectacle. Des morts, il en avait déjà vu, mais derrière un écran. Vu ainsi, les corps sans vie semblaient aussi réels que celle durant une partie de jeux vidéos ou lors du visionnage d'un épisode de série apocalyptique. C'était tellement différent. Horriblement différent. Il y a quelques minutes cette personne était en vie. Il y a un mois, cette personne avait été promue agent de terrain. La veille, Marvin avait confié à cette personne qu'il enviait le fait qu'il serait au cœur de l'action alors que lui serait certainement coincé dans une pièce quelconque. Et maintenant, cette personne était... Morte. Le cadavre pointait en direction du fourgon. En fronçant les sourcils, Marvin se tordit le cou pour en avoir la confirmation.

L'horreur fit place à la confusion. Cela voulait dire quoi ? Qu'il les avait vendus avant de rendre son dernier souffle ? Non. Impossible. Cela allait à l'encontre du comportement des agents qu'il vénérait. Tout comme il était impossible que certains visages parmi leurs ennemis lui semblent familiers.

Tous ces sentiments laissaient peu de place à la peur concernant leur avenir. Cette réalité ne s'imposa à l'informaticien que lorsqu'il se retrouva avec ces compagnons d'infortune attachés à des poutres au centre d'une espèce d'arène. C'était la guerre et ils avaient été capturés par l'ennemi. Son bagage cinématographique ne l'aidait pas vraiment à être optimiste.

Bizarrement, la spéculation la plus dramatique qui lui saturait l'esprit n'était pas la vision d'une mort aussi atroce que lente, mais qu'une erreur de sa part aurait pu jouer un rôle dans cette tournure dramatique de la situation. De nombreuses informations avaient gravité sur son bureau, contrôlé et recoupé par ces soins. Et si... Et si tout cela était de sa faute ? Et si la fatigue lui avait fait manquer quelque chose ? Avait-il donné son aval à une donnée erronée ? La culpabilité lui noua soudainement la gorge.

Une question fusa. Oh, bien sûr. Forcément, il y allait avoir un interrogatoire. L'informaticien prit une grande inspiration, releva courageusement la tête et se concentra pour ne pas trembler. Il faisait parti du DLCEM, il devait se montrer à la hauteur.

Marvin savait qu'il avait des airs de maillon faible. Il avait une tolérance quasi-nulle à la douleur, aucune condition physique, sa langue avait tendance à fourcher. Sans parler des compétences de l'adversaire. Cependant, la dévotion du New-yorkais au DLCEM était immense. Il pensait avec conviction des phrases clichées tel que je ne parlerais jamais ou je préfère mourir. Même s'il redoutait le moment où il allait se retrouver obliger de les prononcer.

Coupant aussi bien la tension du moment qu'un disque se rayant sur la table du DJ, son nom fut prononcé. Soit, la dernière chose à laquelle il s'attendait à entendre provenant du camp adverse. Marvin ne put s'empêcher d'être surpris.

"Sérieux ?" S'exclama-t-il, incrédule, alors qu'il reconnaissait Haytham dans la foule de demi-dieux voulant très certainement leurs morts.

Par une incroyable ironie du sort, une divinité quelconque avait certainement très drôle de faire déménager Haytham Cassidy, fils de Mars, pour en faire le voisin de Marvin Knight. L'informaticien avait, dans un premier temps, paniqué devant cette découverte puis, s'était évertué à rester sur la défensive alors qu'il essayait de faire entrer un peu de culture cinématographique dans la tête du demi-dieu en glissant des dvds sous la porte de ce dernier. Au final, il était presque venu à penser que tout les sang-mêlés n'étaient peut-être pas des bêtes sanguinaires au même niveau que les monstres. Peut-être. Car de voir Haytham parmi cette foule haineuse avait remis sérieusement en question ce dernier point.

Si le regard que lança Marvin au demi-dieu pouvait se résumer en un mot, se serait 'détresse' même si le reste de son visage essayait de se montrer rassurer. Du genre, ce n'était qu'une soirée ordinaire pour qui bossait au DLCEM.

Et Maintenant ? Qu'allait-il leur arriver ?

Code by AMIANTE

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 


Dernière édition par Marvin Knight le Mar 27 Oct - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 895
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   Mar 27 Oct - 23:36

Le membre 'Marvin Knight' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Intrigue 01.' :


--------------------------------

#2 'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PISTOLET À EAU NATIONAL
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Quelque part à la colonie...
messages : 1453
parmi nous depuis le : 01/08/2015

PISTOLET À EAU NATIONAL

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   Mer 28 Oct - 14:07




Intrigue Numéro Une

Everyone and Logan


☞ JACKSON

Logan profitait tranquillement de la fête : il dansait et fessait son show sur la piste, draguait quelques minettes par-ci par-là, discutait avec ses amies. Jackson s'écarta de la fiesta pour se diriger seul vers le lac. Il avait besoin d'être un peu au calme et pour cela rien ne valait mieux qu'une bonne baignade. Il plongea donc dans l'eau, mais se cogna lamentablement la tête contre le fond. Il jura avec un mélange de Portugais et de Grecs. Sa douleur passée, le fils d'Achéloos se mit à réfléchir sur beaucoup de trucs comme sur le fait qu'il devrait peut-être essayer de reprendre contact avec sa mère, éviter de faire son Jackson, pourquoi il se baignait entièrement habillé, ne plus autant manger... Se baigner tout habillé !!! Log venait à peine de réaliser qu'il avait plongé avec tous ses vêtements sur lui, il s'empressa donc de sortir de l'eau, mais se tapa une autre gamelle. Il jura de nouveaux tout en retournant vers la fête. Quand il arriva, tous ses amis explosèrent de rire devant le spectacle que le demi-dieu leur offraient. Il grogna un coup avant de rire avec eux. Il prit un nouveau verre d'Ice Tea, il se dit que tout se passait pour le mieux... Enfin, cela n'allait pas durer.

En effet, le demi-dieu ne comprit pas tout de suite ce qui se passa quand la plupart des demi-dieux commencèrent à courir et à se bousculer pour se diriger vers un certain endroit de la colonie : les arènes. Log avala d'une seule gorgée son verre, sprinta jusqu'à son bungalow retira ses fringues totalement trempées, en pris de nouveaux similaire. Il changea simplement de veste en enfilant une veste en cuir, puis se dirigea avec tout le reste des demi-dieux vers les arènes.

Sur le chemin, Log vit un cadavre sur le sol. Il frissonna. Il avait eut un mauvais pressentiment plus tôt dans la journée. Ce sentiment se confirmait à présent. Arrivé dans la grande arène, le demi-dieu se faufila en bousculant quelques-uns de ses compatriotes pour arriver au-devant de la scène. Quand il y arriva enfin, il vit des hommes solidement attachés à des poutres. Log observa la foule : il ne vit que des regards remplis de haines et de rages à l'attention des personnes prisonnières. Le fils de l'eau demanda à l'un de ses amis qui se trouvait près de lui qui était ses hommes. Son pote lui répondit que ses hommes fessaient partit des personnes qui avaient attaqué les deux camps et qui avaient tué de nombreux demi-dieux. À ces mots, Logan sentit une immense colère monter en lui. Il avait besoin de faire quelques choses pour la faire sortir. Il remarqua un seau d'eau placé dans l'arène. Mauvaise idée de montrer ses pouvoirs face aux ennemies, mais bon au point où il en était. Sur le coup de la colère, Log se servit parfaitement de ses pouvoirs d'hydrokinésie et les aspergea. Il sortit alors comme excuse

"Oups... Pas fait exprès. C'était pour leur rafraichir les idées."

Son excuse ne valait rien, mais au moins une partit de sa colère était parti. Il se dirigea donc vers l'un des hommes, lui fit un grand sourire amical et posa une question intelligente pour une fois

"Vous avez d'autres hommes en planques ou ils n'y a que vous ?"



_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 895
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   Mer 28 Oct - 14:07

Le membre 'Logan Jackson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York pour le moment, mais il bouge souvent pour son travail à la DLCEM.
messages : 581
parmi nous depuis le : 24/08/2015

DLCEM.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   Ven 30 Oct - 16:18

L'atmosphère dans le camion était telle qu'Isaure avait presque envie d'aller se dégourdir les jambes dehors. Il fallait dire que malgré Marvin qui tentait de mettre une certaine ambiance, les autres (dont lui le premier) n'aidaient pas beaucoup. Un claquement de porte plus tard, Isaure se demanda où était partit le chauffeur. Bon sang, leur chauffeur venait de... de se barrer, tout simplement. « Calme toi, il est juste partis... pisser. Occupe toi de tes affaires Isa... » Sauf que maintenant que ce détail le perturbait au point de ne faire attention qu'à ça. Il regarda l'agent Petrov. Elle au moins avait l'air de savoir dans quoi elle s'embarquait. C'était cliché, mais dans sa tête, il la voyait comme tout ces agents russes super forts. Invincible donc. Un super bouclier pour eux, pauvres glands dépêcher au derniers moment. Il se leva, s'étira et souleva la petite fenêtre du camion. Un tout petit peu. Juste assez pour voir une masse de gamin armée, hurlant se diriger vers eux en courant. Il referma la fenêtre sans un mot, sans doute trop choqué pour réagir immédiatement. Il venait de... il ouvrit de grand yeux et il n'eut ps le temps de donner l'alerte que déjà, ils étaient secoués dans tout les sens. Ils venaient de se faire prendre par surprise, comme des débutants.

L'agent les avait vendu. C'était un lâche, un traître et au fond, sa mort qui ne le réjouissait pas, ne lui faisait pas de peine non plus. Il avait signé à la DLCEM, il avait trahis la DLCEM, il méritait tout ce qui lui arrivait. Bon, peut-être pas d'avoir été massacré de la sorte par des ado enragés mais...  Isaure en compta pas le nombre de coups qu'il se mangea avant de terminer là, hissé en haut d’une sorte de poteau, au beau milieu de ce qui semblait être une arène de jeu. Si la scène ne lui rappelait pas moins un films de science fiction de son enfance, Isaure était terriblement mal à l'aise. Il avait la légère impression d'être totalement vulnérable, à la merci de ces mômes incontrôlables. Il regarda à sa droite et à sa gauche. Évidement tout le camion était là. Marvin n'était pas loin de lui, même chose pour Mercedes. Bon sang, lui qui avait au moins espéré être aux coté de l'autre agent russe... qui elle, allait peut-être être d'avantage utile ! La première question fusa et Isaure se contenta de l'ignorer royalement. Il ne fallait rien dire. C'était leur consignes. Ils ne devaient pas faillir. Ils devaient rester forts jusqu'au bout, même s'ils devaient en crever. La peur commencer à venir. Il la sentait à présent. Parce qu'il se rendait compte que cette bande de... sauvages ne plaisaient pas. Comment sa chère Isabelle avait-elle fait pour vivre parmi eux ? Elle qui avait toujours été fantastique ? Il n'y avait pas l'ombre d'un de ces monstres chez elle. La peur s'envola avec l'étonnement. Quand Marvin adressa la parole à un demi-dieu qu'il semblait connaître. C'était la meilleure. Ils étaient dans de beaux draps... l'homme en question étaient plus âgés que tout les autres, plus forts sans doute. Il alla sortir une remarque plus ou moins sympa à l'encontre de son cher collègue quand un gerbe d'eau les aspergé.

« PUTAIN ! Connard, connard ! Fait chier ! Petit merdeux de...»

Il s'agita, rouge écarlate contre son poteau. Il n'aimait pas se sentir comme ça. Il était parfaitement impuissant. Son cerveau ne lui était d'aucune aide. Il n'avait plus d'arme. C'était la fin. Il arrêta de jurer et de s'agiter au bout de quelques secondes. Oh lui. S'il arrivait à se débarrasser de ses liens, il allait avoir à faire à lui et à son sourire narquois. Il pouvez toujours se brosser pour obtenir une réponse de sa part.

_________________
ONE DAY MORE
Jamais parmi les animaux la créature née pour être une colombe ne se change en une orfraie. Cela ne se voit que parmi les hommes. Victor Hugo
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 895
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   Ven 30 Oct - 16:18

Le membre 'X. Isaure I. Ilser' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Intrigue 01.' :


--------------------------------

#2 'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   Sam 31 Oct - 11:34

INTRIGUE 1
“L'homme est une machine si compliquée que parfois on n'y comprend rien, surtout si cet homme est une femme."”
A
h l'Amérique, continent qui fait rêver la plupart, mais pour sûre pas elle. Sérieusement, c'était quoi cette agence qui envoyer des analystes et agents doubles sur le terrain et quand plus n'entraînait pas assez leurs hommes pour tenir leur langue. Le chauffeur se voulant plus fort que tout le monde, avait décidé d'agir seul et la chose qu'il avait réussie, c'était d'avouer la localisation du camion, un agent comme ça ne devrait même pas avoir sa place dans des services secrets. Sacha ne réalisait pas encore à quel point, elle était dans la mouise. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle ne savait rien sur la mission, déjà ça, ça partait mal. En tout cas, dans sa tête, elle montait la liste des défaillances dans les plans des Américains. Comment avaient-ils réussi à prendre deux camps d'assaut ? Tous les hommes qui avaient combattu dans cette mission étaient-ils morts ou porté disparus ? Ou peut-être avaient-ils réalisé leur erreur de s'attaquer à des gamins et avait tiré leur révérence, une chose que pourrait comprendre Sacha.

En tout cas, quand elle voyait le visage de celui qui avait répondu à Marvin quelques minutes plus tôt, elle sut qu'il se passait quelque chose et son seul réflexe en voyant tous ses demi-dieux prendre d'assaut le camion, fut de jeter ses armes voyantes au sol pour éviter que l'on trouve celle camouflée. Enfin réellement, il ne lui restait que le couteau de son père, dans sa botte, qui n'était pas dangereuse pour ceux qui venaient de les capturer. Bien sûr, elle aurait pu se défendre, mais vu le nombre, la Russe n'aurait pas été loin, puis en plus, elle ne pouvait abandonner les autres derrière elle. N'étant pas au courant des plans des hauts gradés du DCLEM, elle décidait d'agir au fil de ses convictions, ce qui voulait dire trouver un moyen de libérer ses partenaires. Elle espérait que d'autres pensaient comme elle, car réellement, elle n'était plus agent de terrain, ce n'était pas donc pas son rôle agir ainsi, mais les anciens réflexes étaient durs à oublier.

Ils se retrouvèrent tous attacher à des poteaux dans une arène et la vision qui s'imposa à l'esprit de Sacha fut une des scènes de Star-Wars, ou des personnages dont les noms ne lui revenaient pas en mémoire, devaient affronter de grosses bestioles. Observant les alentours, elle cherchait des failles du côté de demi-dieux. C'est bête, elle n'avait rien contre eux, d'ailleurs, il lui arrivait souvent de se dire qu'elle était plus proche d'eux niveau passif que des autres agents qui l'accompagnaient, mais bon, ils se retrouvaient dans deux camps opposés, c'était la vie.

Finalement, Marvin semblait connaître un des hommes, peut-être était-ce un ticket vers la sortie ? Cet homme devait bien réaliser que l'agent de liaison n'était pas une menace et d'un coup l'idée lui vint, en tout cas entre tout ce qu'elle avait, c'était la meilleure à son goût où il y avait plus de chances de survie à la fin. Mais à peine eut-elle trouver celle-ci que d'un coup de l'eau lui tomba dessus. Elle ne s'énerva pas, d'ailleurs garda un calme olympien. Dans son écoles de cadettes, ce fut l'un de ses premiers entraînements, rester attachés sous l'eau et arriver à se détacher avec calme avant de se noyer, de souvenir, elle était souvent tombée inconsciente avant d'y parvenir, mais à présent, c'était du gâteau. Défaire les liens, n'était pas la difficulté, c'était de pouvoir défaire les liens des autres rapidement. Contrairement à elle, le copain de parole de Marvin s'énervait, alors au moment où l'un des demi-dieux posa la question, même s'il ne s'adressait pas à elle, elle décida de répondre avec un bon accent anglais. Se détacher des Américains pour paraître moins nocif était primordiale, mais elle n'allait pas non plus dévoiler son rattachement à la Russie, donc être anglaise pour le coup lui semblait acceptable, puis n'était-ce pas ce qu'elle était, un agent qui s'invente des personnages, plus familièrement appelé agent double.

- Réfléchissez bien, s'il y en avait d'autres, n'auraient-ils pas au moins réagi en nous voyant embarquer ? Ou alors était-ce dans leur plan qu'on soit les appâts, et que tout ce qui se passe, n'est qu'un grand piège dans lequel vous êtes tombés. Un homme qui va seul vous affronter, sérieux ça ne sonne pas un peu suspect. Puis, observez-nous bien, est-ce qu'on semble être des tueurs ?

Elle tissait sa toile telle une araignée et attendait à présent les réactions pour voir si les habitants du camp, allaient mordre à l'hameçon.
© Starseed


Dernière édition par Sacha Petrov le Sam 31 Oct - 11:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 895
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   Sam 31 Oct - 11:34

Le membre 'Sacha Petrov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Intrigue 01.' :


--------------------------------

#2 'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1284
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   Sam 31 Oct - 14:18

Il fallait attendre. Quoi, Mercedes n'en avait pas ne serait-ce que le moindre bourgeon d'idée. Il n'était pas un agent de terrain, lui, il ne savait pas gérer les situations comme celle qu'on venait de lui imposer. Rester assis à son bureau à échafauder des plans, réfléchir à des armes… Ça oui, il savait faire. Et c'était pour cela qu'on l'avait employé, rien d'autre. Rester assis dans un fourgon trop petit en compagnie d'agents tous plus moroses les uns que les autres, ça allait un peu. Maintenant il n'avait qu'une envie, fumer sa cigarette tranquille. Voir s'en siffler deux ou trois s'il le fallait. Il venait à peine de caler sa petite clope entre ses lèvres quand Marvin, d'un mouvement agile, la lui vola. « Putain mec,  tu crains. » C'était plus une constatation qu'autre chose au final, Mercedes ne chercha pas à récupérer sa cigarette. Ses doigts s'agitèrent nerveusement sur sa jambe, tapant une cadence dont il était le seul à connaître le rythme. Franchement, il avait besoin de bouger, de sortir de là avant de… d'exploser. Ou de fondre en larmes, son corps hésitait encore un peu entre les deux. Il n'y avait plus le moindre bruit à l'extérieur, aucun son censé monter des prétendues réparations. Car c'était ça, non ? Faire mine de tomber en panne aux portes de la Colonie, envoyer un crétin réparer le fourgon et… Et après ? Ce plan était totalement stupide, dépourvu de sens et de suite. Une fois que la petite fourgonnette à pizzas seraient réparée, ils allaient faire quoi ? Foncer droit dans le camp, ouvrir des fenêtres qui n'existaient pas et faucher tous les demi-dieux qui auraient le malheur de passer trop près ? Le plan, c'était qu'il n'y avait pas de plan. Tss, la belle affaire. Entre ça et la super équipe de montée, il était clair que le DLCEM ferait des étincelles ce soir.

La fille en face de lui maîtrisait chacun de ses gestes, chacune de ses armes. Elle était une combattante, une tueuse probablement. Elle avait été entraîné pour cela, avait sans doute participé aux offensives précédentes. En clair, elle savait ce qu'elle faisait. Mercedes la détailla du regard. À vue de nez, elle ne pesait pas bien lourd cette petite demoiselle avec ses cheveux roux. Un petit poids-plume qui les écraserait tous sans le moindre problème. Elle était forte, ils étaient faibles. Pourtant, quand la porte coulissante de la fourgonnette s'ouvrit dans un vacarme épouvantable, des lampes-torches leur vrillant les yeux de leurs faisceaux acérés, ils furent tous dans le même panier : quelques gens devant une armée grecque. Une gamine de quinze ans tout au plus attrapa Mercedes par le bras, le balançant sans ménagement dans la poussière. Pris par surprise et assez peu désireux de foncer dans le tas, le technicien se retrouva le nez dans l'herbe rase, un gars d'une vingtaine d'années nonchalamment occupé à lui tordre le bras. « Vous êtes qui ! Répondez ! » La voix lui vrilla les oreilles. Mercedes avisa le petit pistolet qu'on lui avait confié quelques heures auparavant, tombé près d'une roue du fourgon. Un pied l'envoya balader plus loin dans les buissons. Bon sang… il était cuit ? Déjà ?

On le traîna le long d'un sentier, sans égard pour ses genoux trébuchants qui se mangeaient la moindre pierre venue, lui lacérant la peau sans le moindre remord. Le temps qu'on le jette dans le sable d'une arène, il était déjà couvert de bleus et d'estafilades. Un poteau se jeta à la rencontre de ses poignets. Mercedes jeta un coup d’œil à ses camarades ligotés pareillement à ses côtés. Il était un peu déçu : il n'y avait pas eu de lutte, aucune défense, ils s'étaient contentés d'obéir, se protester sans réellement chercher à s'enfuir. (Et lui le premier.) Même la fille aux allures de prédateur n'avait rien fait, rien dit. Il bougea, cherchant à soulager ses poignets endoloris. « Bouge pas, toi ! » Un coup de pied bien placé le cueillit au creux des, genoux, le forçant à tirer sur les cordes. Mercedes prit conscience de l'armée haineuse qui les entourait, uniquement composés de visages alliant terreur, panique et haine la plus profonde. Il n'était même pas sûr d'avoir déjà vu de telles expressions chez quelqu'un. L'arène ne cessait de se remplir de minute en minute. « Quel type d'arme vous a permis de venir si facilement à bout de nos amis ? » Une autre rousse… Les rousses devaient aimer user des poings et de la colère. « Quoi, t'as pas regardé les corps, débile ? » Sérieusement, quel type d'armes… Il suffisait de se pencher sur un cadavre pour voir les dégâts des balles. Il n'était pas là à cette époque, il n'était pas responsable, mais on lui avait montré la vidéo. Les vidéos. Il avait vu les agents de terrain s'infiltrer simultanément chez les Grecs et les Romains, tirer du lit de marmots pour les abattre. Il avait vu ce que le Département faisait, ce pour quoi il allait travailler. Et Mercedes était resté, le DLCEM, c'était sa porte de sortie. Le nom d'un de ses compatriotes s'éleva brusquement de la foule de demi-dieux en colère, appelant celui-là même qui s'était emparé de sa clope. Pauvre clope, où était-elle maintenant ? Probablement perdue et piétinée quelque part autour du camion. Il se la serait bien faite, plutôt que de résister à la terreur qui grondait en lui. Visiblement, Marvin connaissait le type aussi. (Logique quand on y pense, les relations vont souvent dans les deux sens.) Dix litres d'eau glacée lui atterrirent simultanément sur la tête, ajoutant le froid à la longue liste de ce qui n'allait pas. Et dire que cette liste continuait de s'agrandir de seconde en seconde… Il s'agita contre son poteau, secouant la tête pour se débarrasser de l'eau qui lui coulait dans les yeux. Il s'agita si bien que sa main buta contre le couteau-suisse en bronze impérial que le Département lui avait filé. Il l'avait glissé dans la poche arrière de son pantalon, ne supposant pas une seule seconde qu'il serait amené à s'en servir. Du moins, pas vraiment… L'idée d'une lutte lui avait traversé l'esprit bien sûr mais il était loin, très loin, d'imaginer une situation pareille. Elle était risible… et ridicule. Il jeta un nouveau coup d’œil à la demi-déesse aux cheveux roux. « Et vous allez faire quoi maintenant ? Nous descendre et repartir manger ? » Il aurait posé la question à un guide touristique en se renseignant pour la suite de la journée que son ton aurait été identique, à des kilomètres de représenter la terreur sournoise qui lui donnait envie de trembler. La rousse numéro deux – celle dans son camp à lui cette fois-ci, et toute aussi saucissonnée qu'eux – parla à son tour, d'un ton tranquille qui n'avait rien à envier au sien. Mercedes se demanda si elle tremblait comme lui au fond d'elle-même. Parler était-il un moyen de ne pas éclater ? De ne pas fondre en larmes et de supplier ? Feignait-elle le calme ou était-elle réellement posée et sans peur ? Il émanait d'elle un calme olympien (haha, la blague.) qui avait de quoi déstabiliser la meute enragée de sangs-mêlés. Grecs, Romains, simples promeneurs… Ils affichaient tous la même rage. Et elle en face, parlait posément. Mercedes ne l'enviait pas, ne l'admirait pas non plus. Il était simplement curieux de savoir si cette tranquillité était réelle ou factice.

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

 Sujets similaires

-
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?
» j'ai deux question qui m'intrigue
» Décalage rvb = Décale quoi ?
» Festival de Danses et Music country le 27 & 28 Août 2011
» La Maison de la Nuit-->Ecole de Vampires, intrigue et meurtres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LA COLONIE DES SANGS-MÊLÉS.  :: le camp.-