Partagez | .
 

 The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1488
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   Mar 27 Oct - 7:41


The Half-Blood Next Door


▽ Marvin et Haytham
Marvin redoutait les moments où il devait rentrer chez lui. Quand le monde extérieur n'était pas rempli de théories du complot diverses, des monstres mythologiques ou des sang-mêlés sanguinaires s'y cachaient grâce à la Brume. Rien de très engageant. En plus, l'informaticien n'avait pas de réelles motivations à quitter le bâtiment sécurisé du DLCEM. Sauf lorsqu'il recevait un appel urgent d'un ami dans le besoin. Il adorait son travail, chaque minute en extérieur était une minute perdue sur un dossier potentiellement sensible. Hélas, inévitablement, arrivait le moment 'critique' où son état se rapprochait du zombie, où il devenait urgent qu'il se rase, où la caféine ne lui procurait aucun effet.

L'agent de liaison du DLCEM avait franchi cette limite beaucoup plus rapidement que d'ordinaire. La faute à la prochaine grosse action du contre les sang-mêlés. Attaque d'envergure était synonyme d'un travail tout aussi colossal. Malgré le fait que Marvin espérait toujours secrètement qu'on lui laisserait sa chance sur le terrain, il se doutait que son rôle dans cette histoire se limitera certainement à compulser et trier des données et les envoyer aux autres sections. Un travail minutieux qui exécuta jusqu'à en avoir les yeux cernés. Lorsque l'informaticien essaya de déchiffrer un mot pour la troisième fois, il en vint à l'évidence qu'un repos s'imposait. Et son dos lui signalait que ce repos devait se passer de préférence sur un vrai lit et non en étant plié en quatre dans son placard comme la nuit dernière.

Marvin poussa un soupir, l'épuisement cachait presque totalement la déception de ce constat. Ses poumons en profitèrent pour signaler à son cerveau qu'un peu d'air frais ne serait pas du luxe. Parce qu'il pouvait être têtu, l'informaticien se pencha une dernière fois sur son écran au point d'en frôler la surface avec son nez, tout en plissant un maximum les yeux afin d'essayer de décrypter le mot qui lui résistait. En vain. Il se laissa retomber lourdement sur le dossier de son siège.

"Pas le choix." Marmonna-t-il.

En se levant, il découvrit un nombre de courbature impressionnant parcourant l'ensemble de son corps. C'était au point que, lorsqu'il se dirigea vers la sortie, il émettait un 'aïe' à chaque pas. Son état de fatigue avait atteint un tel niveau que sa paranoïa légendaire semblait avoir temporairement pris des vacances. Pas de lunette anti-brume sur le nez, pas de regard inquiet à chaque coin de rue. Le seul point positif avec l'état de fatigue proche du zombie, c'est de lui faire éprouver une sensation de quiétude dans son océan de panique et de suspicions habituel. Les perspectives de retomber sur un monstre s'effaçaient face à l'urgence d'un lit douillet et de dix heures de sommeil. Autre signe de fatigue à un stade prononcé : son ordinateur personnel était resté au travail. Internet restait une tentation trop vive. En plus, il avait chez lui l'ordinateur de ce demi-dieu qu'il avait accidentellement emporté lors de sa tentative de filature. L'informaticien avait eu beaucoup de travail sur cette pauvre machine martyrisée, mais, enfin, l'ordinateur possédait un niveau acceptable de sécurité. Donc, en fin de compte, Marvin ne se retrouverait pas privé de connexion chez lui.

Lentement, mais sûrement, les pensées mettant en évidence les bienfaits de plusieurs heures de sommeil furent remplacées par les spéculations sur les dernières nouvelles qu'il trouverait en se connectant à la Toile. Où en était la phase 2 de Marvel, des nouvelles du casting de la dernière série qu'il suivait, du nombre d'épisodes de retard qu'il avait, etc. En un rien de temps, il se retrouvait devant l'ascenseur de son immeuble et appuyait sur le bouton d'appel. Rien ne se passa. Marvin poussa un soupir proche du râle du mort-vivant.

"Allez !" Tempêta-t-il en appuyant avec frénésie sur le bouton 'bas' de l'ascenseur. "C'est pas vrai." Commenta-t-il sur un ton résumant parfaitement son désespoir au moment où il constata l'aspect vain de ses efforts. L'ascenseur de l'immeuble avait toujours été capricieux, pourtant, il avait espéré un miracle en ce jour particulièrement éprouvant. Quelle autre option avait-il ? Monter les escaliers ? Dans son état ? C'était limite suicidaire !

Un enfer de marches semblait s'offrir à son esprit embrumé. Dans cet état, il ne remarqua que très tardivement qu'une autre personne avait espéré le bon fonctionnement de l'ascenseur. Marvin se tourna vers l'inconnu avec un sourire d'excuse et une remarque sur les pannes fréquentes de l'appareil sur le bout de ces lèvres... Mais l'informaticien demeura muet. Ces yeux s'écarquillèrent de surprise tandis que sa bouche s'entrouvrit. La fatigue disparu grâce au pic de stress reçu sous le coup de la découverte. Cet inconnu n'en était pas un. C'était Haytham Cassidy. Alias, le demi-dieu que l'agent Lond avait dans le collimateur. Alias, le propriétaire de l'ordinateur que Marvin avait dans son appartement. Alias, sa cible durant son improvisation de filature. Alias monsieur, je fais des combats clandestins. Alias... Pas le temps d'en trouver d'autres, la fuite s'imposait !

Motivé par un instinct de survie primaire, l'informaticien se lança en direction des escaliers. Malheureusement, il trébucha et dégringola le peu de marche qu'il avait réussi à monter. Il était déjà à bout de souffle, trahissant une condition physique déplorable. Péniblement, il se mit sur le dos pour lancer un coup d'œil inquiet au demi-dieu.

"Si vous devez me tuer, pitié, faite-le vite, s'il vous plait. Je n'ai pas une grande tolérance à la douleur." Bredouilla-t-il en fermant ensuite les yeux, telle une victime attendant avec crainte l'arrivée du coup fatal.

Forcément, il ne pouvait en être autrement. Ils s'étaient rencontrés à deux reprises et Marvin avait eu le loisir de constater les capacités du fils de Mars. Bien que lors de ces précédentes rencontres, Marvin était rasé de près, l'exact contraire de son apparence actuelle, il doutait qu'on ne puisse pas le reconnaître. Cette nouvelle rencontre ne pouvait se finir que dans la violence !
(c) AMIANTE


_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 954
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   Jeu 29 Oct - 2:26

The Half-Blood Next Door
La dream Team




[i]Quand vous êtes le fils d'un Dieu, vous ne pouvez prétendre à la normalité, et même en déployant un nombre incalculable d'efforts, votre tentative reste vaine. Nous sommes différents, bien trop pour prétendre vivre comme monsieur tout le monde. Tôt ou tard, on nous remarque, car en plus d'avoir du sang divin qui coule dans nos veines, nous sommes également pourvus de capacités extraordinaires, qu'il nous faut apprendre à contrôler dès le plus jeune âge. Après j'ai envie de dire que c'est une formalité, rien de plus simple que de gérer des sens sur-développés et une force surhumaine. Je le fais les doigts dans le nez... Entre nous, je déteste cette expression, mais passons. Si nous étions dans une série, à l’Américaine, je me permettrais d’aggraver ma voix et dans un accès dramatique, vous pourriez entendre un truc du genre « dans les épisodes précédents » mais comme vous l’avez compris, nous ne sommes pas dans le dernier épisode d’une série à la mode, nous sommes juste dans un pub et je paye une tournée à l'un de mes rares potes demi-dieu.


« -Donc vas-y continue ! » s’exclama le camarade fanfaron et avide de connaître la suite des folles aventures de son camarade le demi-dieu. Haytham, qui savait ménageait le suspens, commanda deux autres shoots de vodka au barman avant de reprendre là où il s’était arrêté au préalable. « -Donc j’étais là, avec le geek face aux deux italiens qui étaient venu me réclamer du fric. Je crois que le plus petit et de surcroit, le moins dangereux, travaillait pour un gros requin, un certain Falconcci, Pepperoni ou peut-être était-ce un truc du genre Spaghetti ? Ah ça m'échappe, mais c'était à consonance italienne, ça, j'en suis sûr. Enfin tout ça pour que je rembourse les quelques faveurs que le Spaghetti avait consenti à me faire. »

« -Je suppose que tu n’as pas respecté l’arrangement ? »

« -J’ai essayé ! »

« -Putain Hay, on ne plaisante pas avec les italiens. Ces types ne sont pas tendres. »

« -Je suis un demi-dieu, je peux les zigouiller facilement, ils ne représentent pas l’ombre d’une menace »



Ça paraissait tellement évident que ces mangeurs de pâtes ne constituent aucun danger pour le fils de Mars, oui, mais voyez-vous, à bien y réfléchir, si l’on prend en considération l’attaque des Camps perpétrée par une horde d’humains en colère et bien préparé, il y a de quoi revoir sa copie. Les humains étaient et reste de ce fait, des personnes à surveiller. Bien qu’il subsiste quelques exceptions, c’est évident. Par exemple, prenez les deux italiens évoqués par le demi-dieu. À vue d’œil, leur QI semble légèrement supérieur à celui d’une huître. Pouvons-nous de ce fait, les considéré comme dangereux ? Non, c’est évident. Mais qu’en est-il du dénommé Marvin, cette espèce de geek, qui déglutissait presque à chaque intervention d’Haytham. L’homme sous ses airs de petit cocker, ne semblait pas plus menaçant que les deux autres abrutis. Avant toute chose prenons soin d’éclaircir un détail. La menace évoquée ne résulte pas de la personne, il ne faut pas se voiler la face, Haytham n’avait qu’à souffler sur Marvin pour que ce dernier se mette à tanguer dangereusement. Mais contrairement au demi-dieu, Marvin pouvait se targuer de maîtriser les technologies et plus particulièrement l’informatique. Et c’est bel et bien ce paramètre qui est susceptible d’attiser l’angoisse des demi-dieux. L’informatique est une arme pour eux, aussi redoutable que la science. Causera-t-elle leur perte ? Avant la tragique attaque, Haytham aurait rit au nez de la personne qui lui aurait présenté cette hypothèse, mais à présent, il est forcé et ce même avec quelques verres dans le nez, d’admettre cette funeste alternative.


« -Et alors la suite ? »

« -Bah j’ai omis la diplomatie. Ces enfoirés ont défoncé ma porte et m’ont menacé sous mon toit. Par acquit de conscience, j’ai fait sortir le geek pour qu’il ne soit pas blessé. Il s’est donc tiré avec mon pc, que j’espère récupérer un jour.»

« -L’espoir fait vivre ! »

« -Oui, exactement. J’ai essayé d’être sympa avec le gorille, avant qu’il ne me braque un 9mn sur la tronche. Je lui ai proposé de repartir à zéro, d'effacer l’ardoise sans rancune, le cas échéant je me contraignais à leur botter le cul. Ils se sont foutus de ma gueule et je leur ai botté le cul. »

« -Ca explique le déménagement ! »

« -Mouis, disons que je n’avais pas envie de me faire emmerder et puis l’argent des combats m’a permis de m’offrir ce petit appart que je m’en vais retrouver d’ailleurs. »

« -Quoi déjà ? »


« -Je suis crevé espèce d'enflure. On s’appelle »


Haytham paya sa tournée, il récupéra sa veste et s’en alla sans attendre. L’alcool commençait à faire effet, ses joues rougies épousèrent la froideur de l’extérieur, son corps tout entier fut parcourut par un léger frisson qui lui hérissa les poils. Rapidement, il rejoignit sa voiture, l’appel du lit était plus fort que tout. Ainsi, il se permit de griller un voir deux feux rouges, roula à pleine vitesse sous l’effet d’une légère ivresse loin d’être désagréable. Quelques minutes plus tard, il stoppa son véhicule et le gara non sans mal sur la place de parking qui lui était attribué. C’est victorieux qu’il passa la porte d’entrée. Son exaltation retomba tout aussi rapidement lorsqu’il fut confronté au capricieux ascenseur, mais il n’était visiblement pas le seul à subir.


« -Il fait encore des siennes. On se demande ce que fiche le réparateur ! » déclara Haytham en songeant aux marches qu’il lui faudrait monter dans son état. Son interlocuteur cessa de se déchainer sur le bouton d’appel et posa son regard sur le demi-dieux. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant l’identité de l’homme qui lui faisait face. Et tel un lapin échappant aux assauts du chasseur, Marvin prit ses jambes à son cou et commença à dévaler les escaliers, arborant une forme pas olympique qui fit sourire le fils de Mars.


« -Pourquoi devrais-je vous tuer ? Relevez-vous bon sang. J’ai au moins un gramme d’alcool dans le sang et je tiens plus la route que vous. Ça craint ça ! » Pour lui prouver sa bonne foi, il lui tendit la main, une aide que l’informaticien mit du temps à accepter. « -Bon alors c’est pour aujourd’hui ou pour demain du bateau ? Je ne vais pas vous zigouiller, n’ayez crainte ! »







_________________


Have you ever met someone that you would change your entire world for? Someone whose eyes you just knew you were born to gaze into


Dernière édition par Haytham Cassidy le Jeu 25 Fév - 1:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1488
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   Dim 8 Nov - 17:01


The Half-Blood Next Door


▽ Marvin et Haytham
En un instant, l'ascenseur en panne ou la perspective de devoir monter l'équivalent de plusieurs étages d'escaliers dans un état de fatigue avancé devint le cadet de ces soucis. Croiser un demi-dieu qu'on avait espionné à deux reprises avait le don de revoir votre sens des priorités. Celles qui traversèrent le cerveau de Marvin en cet instant pouvaient se résumer en un mot : Fuir.

Ces deux refuges possibles impliquaient de courir et ce fut le défaut majeur de son plan, comme il le constata au moment où il se vautra totalement après seulement quelques marches gravies. Haytham put le rejoindre sans difficulté, sans même esquisser ne serait-ce que la prémisse d'une course-poursuite. Vraiment déprimant. L'agent de liaison, qui, pourtant, rêvait de se retrouver un jour muter sur le terrain, laissa cette fois parler sa couardise au lieu de son courage, suppliant son ancienne cible de le tuer rapidement, tout en fermant les yeux de manière préventive. Ce geste ne l'immunisera pas contre la douleur mais, au moins, il évitera le triste spectacle de son sang (et peut-être ses entrailles si on allait dans le gore) tapissant les murs les plus proches. Marvin se prépara mentalement au choc mais rien ne vint.

« -Pourquoi devrais-je vous tuer ? Relevez-vous bon sang. J’ai au moins un gramme d’alcool dans le sang et je tiens plus la route que vous. Ça craint ça ! »

Si sa vie n'était pas en jeu, l'informaticien aurait répliqué qu'il était facile d'être en forme quand on était le fils du dieu de la guerre. Lui n'était qu'un pauvre mortel qui devait jouer avec les cartes que la nature lui avait données. Au lieu de formuler cette remarque cinglante, Marvin osa ouvrir timidement un oeil puis le deuxième. Il regarda la main tendue comme une souris regarderait un fromage servant d'appât pour un piège à souris, ne sachant s'il devait tenter le coup ou non.

« -Bon alors c’est pour aujourd’hui ou pour demain du bateau ? Je ne vais pas vous zigouiller, n’ayez crainte ! »

Après un ultime débat intérieur, Marvin saisit la main tendue. Il demeura crispé, comme s'il s'attendait à tout moment de découvrir que cette offre amicale ne soit qu'un piège pour lui faire une prise de bras ou un autre truc tout aussi douloureux. C'est cette crainte qui le poussa à retirer vivement sa main lorsqu'il fut de nouveau debout.

"Ok. Ok. Euh... Désolé d'avoir paniqué." Commença-t-il lentement dans une tentative de se calmer tout en se massant nerveusement la nuque. Il poussa un soupir de fatigue contenant une légère trace de soulagement. "çà fait... Quel jour on est ?" S'interrompit-il, le temps de consulter sa montre. Il se rendit compte assez rapidement que ce geste ne l'aiderait pas du tout à obtenir une réponse. Il leva les yeux au ciel devant sa propre bêtise. "Bref, j'ai enchaîné les nuits blanches au boulot. Je ne suis pas dans mon état normal." Arriva-t-il à conclure. "En plus, c'est... quoi... la troisième fois qu'on se croise ? Non, quatre. Si je compte cette histoire des Pez. Dans une ville aussi grande que New York ! C'est quand même un peu flippant, non ? Et comme je vis ici depuis plus d'une dizaine d'années, j'en viens à la conclusion que c'est vous qui m'avez suivi." Il faillit rajouter 'cette fois' mais se retint juste à temps.

Les informations arrivaient avec une lenteur extrême à son cerveau. Donc... S'il se fiait aux paroles d'Haytham, il ne craignait rien . Pouvait-on vraiment prêter foi aux paroles d'un demi-dieu sanguinaire ? Bon, son interlocuteur n'avait pas l'air sanguinaire pour l'instant. Cependant, malgré la fatigue, Marvin gardait une image assez net des prouesses du fils de Mars durant un combat contre un champion Russe. S'en sortir sans recevoir des coups ? Cela semblait un peu trop beau pour être vrai. Surtout en se rappelant que leur première rencontre s'était terminé par deux musclors italiens défonçant la porte. Que la deuxième avait eu lieu dans un cadre aussi peu rassurant, bien qu'il y ait eu la présence de l'agent Long pour compenser le sentiment d'insécurité. Il était en droit de redouter le pire, non ?

Toujours avec la lenteur d'un escargot, l'informaticien prit conscience d'un autre détail.  Il ouvrit la bouche et écarquilla les yeux devant cette soudaine inspiration.

"Oh ! Votre ordinateur !" Réalisa-t-il avec un temps de retard en pointant Haytham du doigt. "Je l'ai toujours !" Chose étonnante étant donnée l'état de panique qui l'avait parcouru au début de cette conversation, il parut soudainement soulagé. "Ouf ! Je me demandais comment vous le rendre. Je n'ai aucune confiance dans le système postal." Il se pencha comme s'il allait partager un secret hautement confidentiel. "Je ne leur confierai jamais quelque chose de fragile. Vous avez déjà vu avec quelle "délicatesse", il prenne les colis." Il mima des guillemets avec ces doigts lorsqu'il prononça délicatesse. Marvin se redressa. "Et puis, qui savent ce qu'ils font vraiment aux colis. Surtout avec les appareils électroniques. Le gouvernement doit y ajouter une puce ou un autre truc du genre." çà y est, l'informaticien était réparti sur ces complots. Travailler pour une section secrète du gouvernement n'avait pas affaibli ces suspicieux incluant ce bon vieil Oncle Sam. Au contraire. Maintenant que Marvin savait que le monde cachait des demi-dieux, pourquoi ces secrets s'arrêterait-il à la mythologie grecque ? "Désolé. Encore. La fatigue." Continua-t-il avec un air désolé des plus sincères. "Je ne suis pas tout le temps comme ça. Enfin si, je pense toujours comme çà, ce n'est juste que... D'habitude... je le dis pas à voix haute. Et çà non plus, d'ailleurs."
(c) AMIANTE


_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 954
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   Mer 25 Nov - 21:55

The Half-Blood Next Door

Pour un pez avec toi, je ferais n'importe quoi. Pour un pez...avec toi !▲ Hedley




La violence est une qualité quand vous êtes la progéniture de Mars, une évidence même. Dès votre plus jeune âge l'on vous colle une arme entre les mains. Ainsi se succèdent les heures d'entraînements, le maniement de l'épée devient l'une de vos activités principales et l'étude des grandes batailles constitue l'intégralité de votre enseignement et de votre culture. Chaque jour, vous n'avez de cesse de vous entraînez pour performer, pour l'endurance, pour la fierté, celle d'être reconnu (entre autre). Mais quand vous n'adhérer pas aux uses et coutumes de votre paternel, quand la violence vous exècre, il est difficile pour un dieu comme Mars, de reconnaître une progéniture comme Haytham. Dès lors, le demi-dieu faisait office d'exception, car contrairement à bien des camarades, il n'a pas été reconnu au Camp, lors de sa formation, ce n'est que bien plus tard que Mars fut contraint de reconnaître tous ses enfants dont le fameux Haytham Cassidy qui s'offusquait à présent de voir Marvin le supplier de ne pas le tuer.Il continua donc, avec cette patience dont il n'était pourtant pas tributaire à tendre la main à l'informaticien pour l'aider à se relever et lui prouver ainsi qu'il ne constituait aucune menace. Il se laissa un délais de quatre secondes avant d'à nouveau faire savoir au petit blondinet qu'il ne risquait rien. Marvin mit cependant moins de temps à se reprendre. Il accepta la main d'Haytham, se releva et la retira aussitôt, craignant surement une attaque surprise qui ne venait pas bien évidemment.

"-Vous êtes excusé ! J'imagine que l'heure tardive a joué contre moi " déclara Haytham en se passant une main sur le visage avant de consulter l'écran de son portable afin de s'enquérir de la date pour mieux informer son interlocuteur.  Mais les aléas de la nouvelle technologie s'étaient sembleraient-ils acharnés sur le téléphone.  "-J'sais plus exactement. Mon portable m'a lâché on dirait. Je pense qu'il est trop tard pour réfléchir et trop tôt pour répondre à une question aussi basique soit-elle. L'informaticien observa le cadran de sa montre puis surement exaspéré, il leva les yeux au plafond en faisant savoir qu'il avait enchaîné les nuits blanches et qu'il était ainsi dans un état qui différait de son état normal.  Puis il énuméra non sans ironie le nombre de fois où ils s'étaient croisés au cours de ces derniers jours. Et à bien y réfléchir, l'on pouvait aisément se poser des questions à présent.  Mais que voulez-vous, le hasard aime se jouer de ce genre de situation et si la Grosse Pomme s'avérait être l'une des plus grandes métropole du pays, des situations anodines pouvaient survenir.

"-Vous avez beau vivre ici depuis une dizaine d'années, c'est la première fois que je vous croise en un mois. Si je vous suivez, nous nous serions croisés plusieurs fois, sauf si vous vivez aussi à votre bureau. Aller, on oublie, d'autant plus que l'histoire avec les deux italiens aurait pu vous coûter cher. Ils ne sont pas très aimables ces bouffeurs de pâtes. Les russes non plus d'ailleurs" En effet, les deux hommes s'étaient également croisés lors d'un match clandestin de freefight qu'Haytham avait remporté avec une facilité déconcertante. D'ailleurs c'est grâce à la récompense qu'il avait pu se payer quelques "petites" babioles pour décorer son nouvel appartement.Des possessions strictement matériels pour ses condisciples, mais des choses bien utiles pour le commun des mortels. A savoir un canapé d'angle en cuir, noir. Un écran plat incurvé Samsung LED cela va de soi, aux dimensions aussi conséquente que le home cinéma qui l'accompagnait. Ajoutez à ça un frigo américain gris, avec le petit distributeur de glaçons et les multitudes de fonctions inutiles.  


"-Oh ! Votre ordinateur !" déclara Marvin comme s'il venait d'être touché par une révélation. Haytham se souvint alors du moment ou prit de panique, Marvin avait effectivement quitté son ancien appartement avec le dit ordinateur portable sous le bras. "-Ah ouais c'est vrai, je vous avez dis de partir avec, sans vraiment savoir si je vous croiserez à nouveau. En fait, vous allez rire, mais je m'en suis acheté un nouveau, comme je n'étais pas sûr de vous revoir. Je me suis fié au vendeur, bien que je doute qu'il soit aussi compétent que vous. Enfin bref, merci quand même de me l'avoir gardé au chaud.  Et pour ce qui est du système postal, effectivement il ne faut aucunement lui faire confiance" Et Haytham savait de quoi et de qui il parlait. Hermès avait beau être compétent dans ses fonctions, il n'en restait pas moins indigne de confiance et comme le dieu messager gérait l'une des plus importantes agences postières du pays, être méfiant ne relevait donc pas de la paranoïa. Mais le demi-dieu, préféra taire cette observation la jugeant plutôt anecdotique pour le coup et donc sans intérêt cela va de soit. En guise de compréhension et parce qu'il ne savait pas quoi dire de plus, Haytham se permit un petit sourire à l'égard de son interlocuteur et accessoirement voisin (information que seule mon omniscience est capable de révéler, ce qui veut dire qu'à cet instant, le demi-dieu ignore totalement que le dénommé Marvin et son voisin de palier).

"-Ah les fonctionnaires !" déclara Haytham en observant Marvin se relever "-Mais dites-moi, vous ne seriez pas du genre "théorie de la conspiration" ? J'ai des amis comme ça, ils parviennent à voir des complots quasiment partout. A force, j'ai fini par me dire qu'ils avaient toute leur tête, mais juste un peu trop d'imagination. Enfin bref, ne vous excusez pas d'être juste "fatigué". Ça arrive à tout le monde de mettre son cerveau en mode "off", j'en suis ce soir, la preuve vivante. Un café, un thé ça vous tente ? Comme ça vous m'évitez de sortir tout l'attirail pour la pendaison de crémaillère et vous pourrez ainsi me rendre mon pc par la même occasion. Qu'est-ce que vous en dites ? Promis, il n'y aura pas d'Italiens en colère cette fois."
©clever love.

_________________


Have you ever met someone that you would change your entire world for? Someone whose eyes you just knew you were born to gaze into
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1488
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   Sam 28 Nov - 22:31


The Half-Blood Next Door


▽ Marvin et Haytham
Maintenant qu'il était de nouveau sur ces deux pieds, Marvin commençait à réaliser qu'il avait de fortes chances de survivre à cette conversation. Ce qui l'aida à parler un peu plus normalement. Du moins, sans bégayer. Avec un esprit partiellement en pause à cause des heures de travail, il ne fallait pas trop lui en demander. Le peu de concentration qui lui restait se concentrait pour empêcher sa langue de fourcher en lâchant une information confidentielle sur son travail.

Il s'excusa, mais ne tarda pas à justifier sa nervosité. Les nuits blanches n'étaient pas les seules responsables. C'était la quatrième fois en très peu de temps qu'il croisait la route du fils de Mars. Les deux premières fois, d'accord, c'était de sa faute. Disons plutôt la deuxième et troisième fois, car il n'avait rien à voir avec cette histoire de PEZ. Cependant, puisqu'il vivait ici depuis une dizaine d'années et qu'on était loin de la dernière adresse connue du sang-mêlé, l'informaticien craignait que, cette fois, c'était Haytham qui l'avait suivi et que, s'il avait raison, çà allait chauffer. Parce qu'on ne lui ferait jamais croire qu'un fils de Mars pouvait être pacifiste ! Surtout quand on avait vu ce fils de Mars en question régler son compte à un boxeur russe en un temps records. Ce qui expliquait sa petite crise de panique de tout à l'heure. Même maintenant qu'il s'était relativement calmé, Marvin n'arrivait toujours pas à croire que cette rencontre soit le fruit du hasard. Lorsqu'on avait pris connaissance du fait que notre réalité comportait des dieux antiques et que Dame Nature vous avait donné une imagination prompte à voir des conspirations partout, le hasard n'existait quasiment plus.

"-Vous avez beau vivre ici depuis une dizaine d'années, c'est la première fois que je vous croise en un mois. Si je vous suivez, nous nous serions croisés plusieurs fois, sauf si vous vivez aussi à votre bureau. Aller, on oublie, d'autant plus que l'histoire avec les deux italiens aurait pu vous coûter cher. Ils ne sont pas très aimables ces bouffeurs de pâtes. Les russes non plus d'ailleurs."

Marvin hocha la tête comme si ce geste répété pouvait aider son cerveau à traiter les informations plus vite. Si seulement. Puis il tiqua enfin sur un détail. Un détail qui avait été prononcé au tout début, ce qui témoignait de sa lenteur d'esprit en cette journée particulièrement difficile.

"Un mois ? Çà fait pas un mois que je ne suis pas rentré chez moi, quand même ?" S'étonna-t-il. L'agent de liaison du DLCEM se frotta son menton mal rasé comme si ce geste constituait une espèce de repère temporel. Tout en exécutant ce geste, il se repassa la phrase d'Haytham et parut soulagé. "Oh, autant pour moi, j'ai mal compris votre phrase. J'ai cru que cela impliquait que vous viviez ici depuis un mois, mais en fait, ce n'est pas du tout ce que vous vouliez dire. Désolé. Je vous avais dit que j'étais fatigué." Conclut-il avec un petit rire nerveux.

Sa cible habitant le même appartement que lui ? Bonjour l'angoisse. Heureusement qu'il avait tout compris de travers. En parlant de cela, l'épisode des Italiens lui rappela une information capitale à ces yeux : L'ordinateur d'Haytham !

L'informaticien ne put caché sa déception d'apprendre que le demi-dieu en avait acheté un nouveau. L'idée de posséder un objet qui ne lui appartenait pas avait hanté sa conscience pendant des semaines ! Marvin avait cherché toutes les solutions possibles pour ramener le précieux objet, mais aucune ne le satisfaisait totalement. Au final, il en avait profité pour bichonner l'appareil qui avait été maltraité à coups de bugs et de virus. Bref, on venait de lui dire qu'il s'était torturé l'esprit pour rien. Le blondinet ne savait pas s'il devait être soulagé de ce poids en moins sur ces épaules ou déprimer d'apprendre qu'il avait travaillé sur cet ordinateur pour rien. Au point qu'il ne prêta pas vraiment attention au commentaire du demi-dieu concernant les services postaux. Jusqu'à ce que les mots 'théorie de la conspiration' soient prononcés. Un terme qui avait toujours eu le don d'attirer son attention. Surtout quand il était suivi par une proposition de café. Il n'en fallut pas plus pour que ces dernières traces de suspicions fondent comme neige au soleil. Marvin en oublia de corriger son interlocuteur sur le fait que le terme 'théorie du complot' sonnait mieux que 'conspiration'.

"Du café, çà serait vraiment génial. Même si je ne suis pas loin d'avoir plus de caféine dans le sang que de globule rouge. Généralement, quand cette boisson cesse d'avoir de l'effet, je prends çà comme un signe que je dois rentrer chez moi. Mais je ne dis pas non." Répondit-il d'une traite.

Tout en répondant, comme à son habitude, il laissa son imagination vagabonder. C'était tout de même drôle à imaginer qu'Haytham avait des amis conspirationnistes. Est-ce que ces amis en question étaient aussi des demi-dieux ? Si oui, Marvin se demandait à quoi pouvait ressembler leurs théories. Est-ce que certains sang-mêlés croyaient aux aliens ? Ou bien soupçonnaient-ils l'existence d'une division gouvernementale top-secrète ? L'évocation d'une pendaison de crémaillère arriva tardivement jusqu'à son cerveau.

"Oui. Non. Attendez !" Bredouilla-t-il en mimant le signe stop avec sa main. Il marqua une pause, le temps de réfléchir. "Vous voulez dire que vous habitez VRAIMENT ici ? Il est arrivé quoi à l'autre appartement ?!"

Haytham avait promis avec humour qu'aucun Italien en colère ne viendraient cette fois. Pourtant, Marvin visualisa très clairement la scène suivante : un monstre ou une personne incroyablement musclés défonçant sa porte à lui par erreur. L'informaticien attendit la confirmation de son doute avant d'éventuellement exprimer cette crainte quelconque à voix haute.
(c) AMIANTE


_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 954
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   Sam 26 Déc - 1:37

The Half-Blood Next Door

Pour un pez avec toi, je ferais n'importe quoi. Pour un pez...avec toi !▲ Hedley




Haytham Cassidy est la parfaite illustration du paradoxe à bien d'un titre. Dans ses veines, coule l'ardeur et fureur de la divinité belliqueuse par excellence.  Il est le fils d'une ombre, d'un père à la fois absent et tellement présent par le poids de son héritage. Ô Mars, dieu de tous les combattants, père de la guerre, rouge comme le sang, destructeur, adjuvant de Thanatos. Tu as enfanté des chiens enragés, certains te rendent grâce et d'autre espère en silence n'être qu'une simple erreur que l'on pourra aisément corriger. Haytham ne voulait pas de cet héritage qu'il considérait comme un fardeau depuis l'aveu de cette terrible filiation. Il n'avait que 10 ans lorsque sa mère lui a livré la vérité. La pauvre femme ne pouvait plus cacher l'histoire à son fils, qui grandissait de jour en jour et voyait ainsi ses capacités "divines" s'accroître. Pour le bien de l'enfant et celui des autres, la mère de ce petit garçon pas comme les autres, devait s'armer de courage et racontait ce qui aurait pu être une belle histoire d'amour, sans le caractère divin de l'un des deux protagonistes.  

Ce souvenir hante  le demi-dieu depuis des décennies. Il se souvient encore du rude hiver qui avait ébranlé la ville lorsqu'il n'avait que dix ans à peine. Il vivait chez les parents de Tamara avec sa mère. Ce jour-là, la famille s'était absentée de la demeure, laissant Haytham seul avec sa mère. Une tempête de neige s'était déclarée la veille et retenait captif tous les habitants du coin. Jamais encore la Nouvelle Orléans ne s'était parée d'un tel manteau enneigée. Toutes les routes étaient bloquées car rendues impraticables. Les quelques enfants qui s'autorisaient une sortie dans les jardins, s'émerveillaient de voir autant de neige, ils observaient avec joie, chaque flocon venant se poser sur le bout de leur nez endolori par cette inhabituelle froideur hivernale.   Le petit garçon, malgré la moue désapprobatrice de sa mère, était finalement parvenu à la convaincre de le laisser sortir pour à son tour profiter de la neige comme les autres enfants de son âge.  Le soir venu, il avait donc enfilé son petit manteau et s'était empressé de sortir dehors. La neige continuait à tomber et couvrir l'asphalte de son beau manteau blanc. Heureux comme jamais, le petit garçon secoua les bras et tournoya le sourire aux lèvres. A la fenêtre, sa mère l'observait, heureuse de le voir ainsi. Cependant, malgré la joie apparente, elle restait sur ses gardes. L'accalmie aussi douce soit-elle, pouvait prendre fin à n'importe quel moment et replonger la mère et son fils au cœur du danger. Par chance, la candeur d'Haytham le préservait de tout cela, il ignorait tout de son lien avec le dieu de la guerre, tout comme il ignorait tout de l'existence de ce monde auquel il appartenait. Sa mère l'en avait éloignée suffisamment pour qu'il n'ait aucune question à se poser. Mais les années passant, la jeune femme ne pouvait nier que son fils, ainsi préservé, pouvait être un danger pour les autres. L'amenant ainsi à accepter le fait que tôt ou tard, le petit garçon soit amené à connaître la vérité et à assumer bien malgré-lui, toutes les déconvenues inhérentes à cette révélation.

"- Tu sais mon ange, les grandes histoires ne s'écrivent pas que dans les livres. Autour de nous, l'extraordinaire prend forme, si l'on y prête attention, il fait partie intégrante de notre vie. Mon chéri tu es le fruit d'une grande histoire, tu es un être extraordinaire, comme ton père. "  Voilà donc comment avait commencé l'histoire. Haytham, au vu de son jeune âge, c'était montré réceptif et avait accepté ce qui paraissait, a priori inacceptable pour le commun des mortels. La mère d'Haytham, qui cumulait des qualités qui faisaient défauts au père, éleva son enfant en redoublant d'efforts pour que sa vie paraisse la plus normale possible et pour lui inculquer de bonnes valeurs. Elle ne voulait pas que son petit trésor, se plaise un jour à obéir au même dessin belliqueux que son illustre père. Elle voulait le tenir éloigner de tout ça, ou du-moins le préserver le plus possible de ce monde qu'elle craignait bien plus qu'elle ne l’exécrait. Bien-sûr, elle n'a jamais menti à son fils sur l'amour qu'elle éprouvait à l'égard de son père, mais il était important que le jeune homme sache tout, le bon comme le meilleur. Par la force des choses, il avait par la suite, put se faire sa propre opinion qui l'avait ainsi conduit à nourrir à l'égard de Mars une très grande rancœur. Trop grande pour être fier d'un tel héritage, qu'il avait décidé de s'aborder en étant tout le contraire de ce qui était attendu de lui, un fils de Mars.

La petite boutade sur les fonctionnaires n'avait pas eu l'effet escompté, dommage, mais il en fallait plus pour troubler Cassidy. Malgré tout et après quelques secondes à tergiverser, Marvin avait accepté le café, que l'informaticien semblait autant apprécier que le demi-dieu. "-Oui bien-sûr que le café c'est génial, je serais le dernier des hypocrites en rétorquant le contraire et puis c'est théoriquement plus conseillé de se shooter au café plutôt que de se bourrer au Whisky. C'est l'expert qui vous parle !"  De bonne humeur, Haytham commençait même à oublier les quelques grammes d'alcool qu'il avait ingurgité à la hâte lors de sa soirée improvisée dans les bars de la ville.   Mais visiblement, le demi-dieu n'était pas le seul à être dans un état second. Marvin qui continuait à rester sur ses gardes, souleva un point crucial avant d'accepter définitivement l'invitation de son "nouveau voisin".  "- Bah oui j'habite vraiment ici, je viens de vous le dire.  Ne vous inquiétez pas, cette fois je peux vous assurez que je ne trempe plus dans de mauvaises combines avec des bouffeurs de pâtes. Promis juré ! Et si en plus du café je vous dis, que j'ai récemment acheté ce qui est, d'après les dires du vendeur, le meilleur écran incurvé de la décennie. Vous rechigniez toujours ? Ecoutez Marvin, je viens d'arriver ici, le quartier me plais bien, ce qui laisse sous-entendre que j'ai vraiment envie d'y rester et de me faire quelques amis éventuellement. Alors on se le prend ce café ? Et puis comme ça je pourrais vous montrer l'ordinateur que j'ai acheté et au vu de vos connaissances, vous pourrez me faire savoir si oui ou non, je me suis fait avoir ! "


©clever love.

_________________


Have you ever met someone that you would change your entire world for? Someone whose eyes you just knew you were born to gaze into


Dernière édition par Haytham Cassidy le Jeu 25 Fév - 1:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1488
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   Lun 28 Déc - 13:24


The Half-Blood Next Door


▽ Marvin et Haytham
Marvin avait cru mourir puis maintenant, il parlait tranquillement de café avec son potentiel bourreau. L'informaticien en tira rapidement une conclusion : toute cette étrange situation était un rêve. Il s'était écroulé sur son bureau au travail et était en train de dormir. Il n'y avait aucune autre explication logique. En dehors de cette théorie, quelles étaient les chances que tout ceci était réellement en train de se passer ? Que le sang-mêlé qu'il traquait avec l'agent Lond depuis des mois avait déménagé dans le même immeuble que lui ? Qu'un fils de Mars se montre sympathique ? Statistiquement parlant, on était à la limite de l'impossible. Cette affirmation mentale finit de le détendre. Il aimait bien utiliser le mot statistiquement, car cela apportait du poids même à ces spéculations les plus abracadabrantes. Tout allait bien, il rêvait et allait être réveillé d'un instant à l'autre par un coup dans la nuque administré par la chef de section Monet Kaplan. Cette conversation n'avait pas réellement lieu.

"Je vous crois sur parole pour le Whisky." Commenta-t-il. "Moi ma limite est d'un verre alors que le café..." Sa phrase se finit par un bâillement qu'il étouffa en mettant sa main devant sa bouche. "Du moment qu'un micro-onde ne se retrouve pas impliquer dans l'histoire."

C'était devenu une espèce de rituel. À chaque fois qu'il échoua à son examen pour passer enfin sur le terrain, Marvin se rendait au bar le plus proche pour boire un verre de Whisky. Un verre lui suffisait pour être aussi saoul que s'il avait vidé la bouteille. Après çà, il pouvait pleurer sur l'injustice du monde jusqu'à décuver complètement de sa petite folie alcoolisée. En dehors de cela, il ne buvait jamais d'alcool.

L'informaticien était relativement rassuré par la certitude nouvelle acquise que tout ceci n'était qu'un rêve. Pourtant, il ne put s'empêcher d'être stressé à l'idée d'avoir un demi-dieu comme voisin, surtout quand la dernière visite chez ce demi-dieu là s'était terminé par une porte défoncé. Et çà, c'était la partie visible de l'iceberg des problèmes. Est-ce qu'il devait s'attendre à une harpie défonçant sa fenêtre ? Ou un autre monstre mythologique entrant par effraction chez lui parce qu'il se serait trompé de porte ? Marvin se visualisait très bien signaler au milieu des débris : le fils de Mars que vous voulez dévorer, c'est au quatrième étage, ici, vous êtes au cinquième. Heureusement que ce n'était qu'un rêve, sinon il s'inquiéterait réellement devant la perspective horriblement dangereuse d'habiter dans le même immeuble qu'un aimant à monstre sur patte.

Nouvelle preuve qu'il rêvait : Haytham lui annonça que non seulement, il savait faire un café, mais qu'il avait acheté un écran incurvé. Précisément le type d'écran que Marvin avait toujours rêvé d'avoir. Pas que la DLCEM payait mal ces employés, mais des passions comme les comics et les films étaient deux passions qui vous vidaient votre porte-feuille en un temps records.

"Je répondrais que je suis intrigué et que je veux voir çà." Répondit-il aussitôt.

Il allait boire un café et baver devant le fameux écran incurvé. Que pouvait-il bien arriver ? Aïe, Marvin regretta d'avoir posé cette question mentalement, car le pire pouvait toujours arriver. Heureusement que son interlocuteur parla de l'ordinateur avant que l'imagination fertile de l'agent de liaison se mette en branle.

"C'est bon, vous m'avez convaincu." Finit-il par dire. "Il est de mon devoir de jeter un coup d'œil à cet ordinateur. Parce que les vendeurs, il sente dès l'instant où vous mettez un pied dans leur magasin que vous n'y connaissez rien et ils en profitent." Poursuivit-il avec le plus grand sérieux. "Mais après le café, il faut que mon cerveau se réveille un peu."

Par habitude, en continuant de parler, il s'était dirigé vers l'ascenseur et ce n'est que devant l'engin en panne qu'il réalisa sa bêtise.

"Ah, c'est vrai, il est toujours en panne." Soupira-t-il.

Y avait-il une chance pour qu'on le réveille avant la partie 'montée plusieurs étages d'escalier' ? Marvin en doutait, les rêves étaient des sadiques. Il retourna en direction des marches avec lenteur.

"D'habitude, je suis content de vivre en hauteur parce que je me dis que çà augmente mes chances de survie en cas d'apocalypse zombie." Commença-t-il à expliquer en commençant son ascension. Il marqua une brève pause pendant laquelle il essayait d'estimer s'il devait préciser pourquoi les escaliers étaient la meilleure arme contre une armée de morts-vivants. Après tout, il parlait a quelqu'un qui ne connaissait pas Ghostbusters ! "Mais là, j'espère que vous allez me dire que vous habitez au premier ou au deuxième étage." Il arrêta son escalade pour se tourner vers Haytham avec une lueur d'espoir dans le regard.
(c) AMIANTE


_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 954
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   Mar 29 Déc - 2:03

The Half-Blood Next Door

Pour un pez avec toi, je ferais n'importe quoi. Pour un pez...avec toi !▲ Hedley




Être un demi-dieu, n'est pas la chose la plus simple qui soit. Certains (des lambda) imaginent que ce statut aussi incroyable qu'inconcevable, est le prétexte pour vivre de folles aventures, que chaque péripétie qui ébranle notre vie lui confère un quelque chose d'incroyable qui nous donne envie de nous lever de bon pied le matin. Mais tout ça, c'est des conneries, je puis vous l'assurer. Oui, c'est moi qui parle, enfin qui écrit. Je me suis dit qu'une "petite" introduction sans le narrateur omniscient, était une bonne idée, que ça permettrait au lecteur de mieux appréhender les choses en lui fournissant le point de vue d'un demi-dieu, en l'occurrence moi. Être un demi-dieu ça n'est pas quelque chose que l'on peut assimiler à une fierté incommensurable, ça n'est pas une tuerie, ni trop top, trop cool, trop swag ou que sais-je encore. Je ne maitrise pas ce genre de langage, bien que je fasse quelques efforts comme vous l'aurez remarqué. Donc revenons à nos moutons. Être un demi-dieu ça n'est pas cool, loin de là. C'est une espèce de fardeau que l'on porte quotidiennement et pas juste par période. Nous naissons demi-dieu et nous mourrons ainsi. Il n'y a pas de formule magique pour se défaire de cela, ni de potion, ni de bonnes volontés. C'est quelque chose que l'on doit accepter, ça et les "petites contrariétés" qui vont avec. Lesquelles me diriez-vous ? Et bien le fait d'être une cible pour les humains, du moins les plus virulents, ceux qui veulent notre mort et qui pour se faire ont certainement mit en place une organisation secrète pour nous détruire. Oui, je sais, j'exagère peut-être un peu les choses, me voilà devenu adepte de la théorie de la conspiration. Toujours est-il qu'il y a bel et bien une horde d'humains qui veulent notre peau. Voici donc le premier point de mon réquisitoire. Ensuite ajoutez à la liste les monstres qui eux aussi veulent notre peau et ils sont nombreux. Cela va du traditionnel cyclope, aux gorgones, les harpies, le minotaure, les chimères, l'hydre et j'en passe et des meilleurs. Nous passons notre existence à les fuir eux et leur irrépressible envie de nous tuer. Et si l'on devait remettre le prix de la dangerosité, nul doute que c'est à eux qu'il faudrait penser avant de nous pointer du doigt chers hostiles humains.

Parfois, j'aimerais me lever, le cœur léger, profiter du lever du soleil et vivre ma vie le plus simplement possible. Oui peut-être que je veux m'enticher d'une morne quotidienneté, peut-être qu'être pépère me plairait bien, pourvu que je n'aie plus à devoir traiter, tel un Sisyphe, ma pierre jusqu'au sommet de l'édifice. Oui, je le dis haut et fort, je veux jouir de la normalité, être un lambda parmi les lambda, un être humain tout ce qu'il y a de plus simple. Je veux vivre ou jour le jour, profiter des plaisirs de la vie, des femmes aussi (bien que j'en profite pas mal même pourvu de mon statut de demi-dieu). Je veux boire à en perdre la raison, croquer la pomme de la vie, lui sucer la moelle, ne rien laisser de ce repas impie. Bref, je veux l'humanité sans divinité, les péripéties sans les grandes épopées, mais rien de tout ça n'est possible lorsque vous êtes le fils d'un dieu. Toutes ces aspirations ne sont que des fantasmes, des rêves, des ambitions qui ne pourront jamais être assouvies. Mais rien ne m'empêche d'essayer de vivre normalement, d'avoir un super appart et toutes les possessions matérielles qui vont avec. Rien ne m'empêche d'avoir des potes, d'aller boire quelques verres avec eux, d'aller voir des matches, d'aller au cinéma, de faire tout ce que je n'ai pu faire durant mon conditionnement au camp. Ajoutez à la liste, de rattraper mon retard cinématographique. Apparemment "Ghostbuster" est ce qui s'apparente à un film culte, rectification, "le film culte de toute une génération", selon les quelques critiques que j'ai pu lire.


Toujours face à Marvin, Haytham continuait son argumentaire pour achever de convaincre son interlocuteur de lui offrir un café et ce malgré l'heure avancée. Haytham savait qu'il devait se rattraper, que s'il était jugé sur la première impression il était cuit. La guerre du Pez, l'entrée fracassante des deux mangeurs de pattes, ajouter aux quelques menaces proférées à l'encontre du demi-dieu endetté, étaient autant d'éléments à charge contre le fils de Mars. D'ordinaire il se fichait bien du regard des autres, mais cette fois, avide de changement, Haytham voulait faire les choses en bonne et due forme. Pour se faire il restait patient et continuait à arborer un sourire qu'il espérait rassurant. Se sachant en mauvaise posture, il se raccrocha à l'achat de l'écran incurvé et du nouvel ordinateur, espérant ainsi éveillé les ardeurs du "geek" chez Marvin. La manœuvre était quelque peu déloyale car non sans intérêt, mais il faut ce qu'il faut pour nouer des contacts et se faire de nouveaux amis. Si l'écran incurvé avait produit son petit effet, c'est bel et bien l'ordinateur qui eut raison de Marvin qui mettait un point d'honneur à "jeter un coup d’œil à cet ordinateur" "-Vous me serez de bons conseils l'ami, en espérant ne pas m'être fait enflé par le vendeur, sinon quoi il risque d'avoir de mes nouvelles. " dit-il en s'approchant des escaliers tandis que son interlocuteur avançait vers l'ascenseur, toujours en panne. Haytham toussa légèrement pour attirer l'attention de son camarade, qui avait laissé la fatigue prendre possession du peu d'énergie qui lui restait encore. "-S'il faut attendre l'ascenseur, on risque de passer le reste de la nuit ici ! J'espère que les charges ne sont pas exorbitantes. Depuis que je suis ici, je n'ai pas eu la chance de voir cet ascenseur fonctionnait. Ils ne pensent pas aux personnes âgées qui vivent dans les derniers étages. " s'insurgea-t-il alors que Marvin consentait à le suivre dans les escaliers.

Les deux hommes commencèrent leur périple avec lenteur. Marvin était visiblement enclin à une très grande fatigue, Haytham encore sous le jonc d'une soirée arrosée, commençait lui aussi à sentir l'ombre de Morphée, planait au-dessus de sa tête. Ils montèrent la première, puis la seconde marche sans grande conviction. Marvin fut à nouveau le premier à briser le silence et par extension, l'effort. L'informaticien expliqua à son interlocuteur que d'ordinaire il était plutôt content de vivre en hauteur et que ce choix augmentait considérablement ses chances de survie en cas "d'apocalypse zombie". Haytham continua son ascension arborant une légère surprise dans le regard, une surprise qui se répercuta sur ses paroles. "-Des zombies ? Les morts vivants que l'on voit dans les jeux vidéo ou dans les films ? Ça n'existe pas si ? Ou alors aurais-je loupé un épisode ?" lança-t-il avec une naïveté qu'il ne feignait pas. Dans ce domaine et dans bien d'autres, le demi-dieu était inculte et pour cause, il avait passé plus de la moitié de sa vie au camp Jupiter, loin de toute innovation technique, musicale, cinématographique... bref loin du monde moderne. "-Je n'ai pas eu accès à la télévision quand j'étais plus jeune. J'ai du subir une éducation assez stricte, trop surement. Ca justifie mon manque, voir mon absence de culture et pour répondre à votre question, j'habite en lieu sûr si un jour, une attaque de zombies ébranle la ville." Le regard suppliant de Marvin n'y faisait rien, la réalité était cruelle. Les deux grimpeurs durent reprendre sans attendre leur périple au grand dam de l'informaticien. Les minutes s'égrenèrent à mesure de l'avancée, par chance il ne restait à présent plus qu'une dizaine de marche à monter. Haytham visiblement requinqué, ne subissait plus les funestes avances de Morphée. Il chercha, dans ses multiples poches, son trousseau de clés puis passa la bonne à travers la serrure pour enfin entendre le petit "clic" libérateur. Une fois la porte ouverte, il pressa l'interrupteur, régla la luminosité, il retira sa veste qu'il déposa sur le portemanteau situé à l'entrée et invita Marvin à entrer dans son confortable appartement.

"-Aller y entrer ! Faites comme chez vous !" dit-il avant de disparaître dans la cuisine pour préparer le café tant attendu. Il se saisit alors de deux petites tasses en porcelaine qu'il plaça sous la machine à café dernier cris et revint sur ses pas, fier de présenter son appartement à l'informaticien. "-Il y a du progrès depuis la dernière fois hein ?" Il lui montra le fameux écran incurvé, qui avait, pour lui tenir compagnie un home cinéma qu'Haytham avait oublié de mentionner dans la conversation. Le demi-dieu ouvrit un placard et en sortie son fameux nouveau pc, un MacBook pro Retina Apple gris qu'il présenta à Marvin. "-Alors ? Je ne me suis pas fait avoir, c'est de la bonne marchandise ?" Un bip émana de la cuisine, le demi-dieu confia son pc à Marvin et revint sur ses pas pour aller chercher le café "-Asseyez-vous, j'arrive !" Le demi-dieu récupéra les deux tasses, qu'il plaça sur un petit plateau noir, il sortit deux cuillères, un paquet d'oréo et quelques sucres avant de revenir sur ses pas.


"-Je n'ai pas de pez, mais des oréos, ça vous va ?" dit-il en posant le plateau sur la table en verre qui se trouvait face à l'imposant canapé d'angle. "-Alors doc, votre diagnostique !"



©clever love.

_________________


Have you ever met someone that you would change your entire world for? Someone whose eyes you just knew you were born to gaze into
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1488
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   Ven 1 Jan - 21:13


The Half-Blood Next Door


▽ Marvin et Haytham
Marvin se retrouvait devant une situation inédite. Jamais personne n'avait fait autant d'efforts pour devenir son ami. Principalement parce qu'il ne fallait pas en faire beaucoup pour être son ami. La seule chose à faire était : ne pas être un demi-dieu ou un monstre. Plutôt simple et ironique quand on savait que son neveu de cœur était un fils d'Apollon et son meilleur ami un fils d'Hécate. Malgré ce détail qu'il ignorait, il existait certainement plus de personnes qui cherchait à fuir la sympathie de l'informaticien que l'inverse.

Un autre bon point pour la théorie du rêve. Sinon il aurait pu s'imaginer que sa couverture était grillée et qu'Haytham essayait d'être sympathique avec lui parce que... Soyons réaliste... C'est comme si Marvin avait l'inscription 'maillon faible de l'organisation' sur le front. Pour l'instant, la théorie du rêve restait la plus plausible. Sinon il n'aurait jamais accepté de suivre le demi-dieu chez lui. Dans un rêve, il est logique que quelqu'un ignorant tous des classiques du cinéma possédait un écran incurvé. Dans le cas contraire, une telle proposition jouant aussi vicieusement avec sa corde geek sentirait le piège à plein nez.

L'argument de choc fut le nouvel ordinateur. Marvin se souvenait dans quel état se trouvait l'ancien ordinateur d'Haytham. En plus, il savait à quel point les vendeurs pouvaient être impitoyable avec les néophytes. Bon, ce néophyte-là avait certainement une force surhumaine en tant que digne fils d'un dieu de la guerre, mais il doutait que cela constituât un avantage face à du jargon technique. L'informaticien était bien placé pour le savoir, car il avait parfois recours à cette stratégie quand on osait sous-entendre qu'il faisait mal son travail. Tout cela pour dire que, dans un monde onirique ou dans le monde réveil, Marvin ne laisserait jamais un ordinateur en difficulté.

Avec tout cela, l'informaticien fatigué en avait oublié que l'ascenseur était en panne. Ce triste constat se rappela à sa mémoire avec le léger toussotement de la part de son interlocuteur. Marvin soupira de désespoir en se rappelant la montée des marches qui l'attendait. Le mieux était de ne pas se concentrer sur ces pieds sinon l'ascension lui paraîtrait sans fin et douloureuse.

"Pas une seule fois ?" S'étonna-t-il. Il fronça les sourcils pour essayer de se rappeler si l'ascenseur avait fonctionné la dernière fois qu'il avait fait un crochet à son appartement. "Je ne suis pas souvent chez moi donc je ne pourrais pas dire si c'est un problème récurrent ou non." S'excusa-t-il.

Marvin n'avait gravi que quelques marches qu'il était déjà fatigué. Il en venait à espérer qu'Haytham n'habite pas aussi haut que lui. Au moment d'emménager, il avait été content, car tout le monde sait que les escaliers étaient les pires ennemis des zombies (avec les tirs de shotgun dans la tête). Parce qu'il détestait le silence, il en parla à voix haute. L'essentiel était de se concentrer sur les mots et pas sur les marches sans fin.

"Oui çà existe en Afrique, il parait. Enfin, pas zombies dans le sens mort-vivant comme dans les films. Mais je me dis... Jamais deux sans trois niveaux apocalypse." Commença-t-il avant de s'interrompre. Voilà, on y était, la fatigue lui déliait la langue. Lorsqu'il parlait d'apocalypse, il pensait aux derniers coups de la mythologie dans le genre Chronos et Gaïa. Des trucs qu'il n'était pas censé savoir. "Je veux dire..." Se rattrapa-t-il le plus vite possible. "On a cru que la fin du monde viendrait en l'an 2000 puis en 2012. Donc pour le troisième essai, je mise sur l'invasion zombie." Finit-il avec conviction. "On en voit partout en ce moment. Série, film, jeux vidéos. C'est sûrement un signe. On essaye de nous préparer psychologiquement."

L'informaticien coupa court à son propre délire. Lorsqu'on le lançait sur ce sujet, il était difficile de l'arrêter, ce qui n'était pas conseillé vu son état de fatigue parce qu'il parlerait forcément du travail. Marvin acquiesça d'un air compréhensif devant l'explication d'Haytham sur son manque de culture. La confirmation que le fils de Mars habitait à l'abri d'une éventuelle attaque zombie n'était pas vraiment une bonne nouvelle puisque cela signifiait que leur escalade n'était pas finie.

Après une montée silencieuse à mettre un pied devant l'autre, ils furent bientôt arrivés. Marvin donnait l'impression d'avoir accompli une ascension de l'Everest. Le temps que le demi-dieu cherche ces clés, l'informaticien s'appuya lourdement contre le mur en essayant de reprendre son souffle. Comme il se remettait de cet exercice physique, il n'avait pas encore remarqué que l'appartement d'Haytham était au même étage que le sien et il n'était pas prêt de le remarquer, car toutes pensées censées s'effaça de son esprit en jetant un coup d'œil à l'intérieur.

Sa théorie du rêve vola en éclats alors qu'il contemplait l'écran incurvé, mais surtout le home-cinéma. L'informaticien s'attendait plus ou moins à un intérieur similaire au précédent appartement du sang-mêlé pas à... Çà ! Une autre théorie lui vint à l'esprit :

"Je ne rêve pas ! Je suis mort et je suis au Paradis !" S'exclama-t-il avec ahurissement en ne quittant pas des yeux la magnifique installation. Il avait enfin osé quitter le pas de la porte. "Mais c'est... Çà doit..." Continua-t-il, toujours sous le choc, en regardant Haytham déclarer qu'il y avait eu du progrès depuis la dernière fois. "Çà doit coûter les yeux de la tête ! Comment on passe d'un appartement ravager par des Italiens à... Cette merveille ?"

Il était à deux doigts de tomber à genoux et de vénérer la merveille en question. L'agent de liaison allait mitrailler son interlocuteur de questions. Du genre, qu'est-ce que le demi-dieu regardait avec une installation pareille ? Et la réponse avait intérêt à être un grand classique du cinéma ou sinon... Fort heureusement, son hôte lui présenta le nouvel ordinateur.

"Je m'en doutais. Les adeptes de la Pomme en ont profiter pour te convertir." Commenta-t-il en regardant le MacBook. Oui, le coup du home cinéma l'avait tellement chambouler qu'il était passé au tutoiement sans préavis.

Il prit l'ordinateur et s'assit pour y chipoter. Marvin appelait adepte de la pomme tous les utilisateurs de la marque Apple. Oh, c'était du bon matériel, il ne disait pas le contraire. Le prix aussi était joli. Le gros problème de l'informaticien avec cette marque était : pas de clic droit et un horrible logo de pomme à la place du bouton 'ctrl'. Il pinaillait, en somme.

"Bien. Je dois admettre que... c'est du bon matériel." Avoua-t-il enfin. "Je conseille quand même d'utiliser une souris prévue pour Windows, il y en a des compatibles avec Mac. Parce que pas de clic droit est un enfer."

Ce diagnostic finit, il déposa avec précaution l'ordinateur sur la table pour prendre sa tasse de café après y avoir ajouté deux sucres. "Merci pour le café." Il lança un coup d'oeil aux oréos. "çà ne me dérange pas mais, si vous voulez, il doit me rester des Pez dans mon appart... Si Splinter ne les a pas trouvé. Après tout, je vous en dois un paquet."

Marvin semblait dans l'attente d'une réponse en particulier et était revenu au vouvoiement sans le réaliser. A chaque fois qu'il disait le nom de sa tortue, on pensait à un rat, à juste titre, mais peut-être qu'Haytham ne connaissait pas non plus les tortues Ninjas.
(c) AMIANTE


_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 954
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   Ven 8 Jan - 18:42

The Half-Blood Next Door

Pour un pez avec toi, je ferais n'importe quoi. Pour un pez...avec toi !▲ Hedley




"-Que voulez-vous" avait lancé le vendeur avec un léger accent du nord qui laissait à penser qu'il était étranger à cette bonne vieille Grosse Pomme. Le jeune homme qui ne devait pas avoir plus de vingt ans, portait sans fierté l'uniforme rouge et blanc de l'enseigne qu'il servait sans grande motivation. Les études sont chères de nos jours et trouver un emploi plus ou moins stable s'apparente presque à une quête aussi épique que celle d'un demi-dieu à la recherche de je ne sais quel objet divin. Ce jour-là, Haytham s'était décidé à sortir, malgré sa gueule de bois qui ne le mettait pas dans les meilleures prédispositions, mais passons. Le fils de Mars était prêt à sortir en ville pour flâner un peu dans les boutiques environnantes. Le dernier combat qu'il avait livré avait rapporté quelques liasses de billets "qui ne demandaient qu'à être dépensés" selon les dires de Joshua qui se faisait diseurs de bonnes aventures avec quelques billets sous le nez. Le satyre, lui-même enclin à l'ivresse de la victoire, savait qu'il s'octroyait quelques petits plaisirs avec l'argent "durement" gagné. Haytham quant à lui, voulait faire preuve d'un peu moins de démesure en plaçant, dès le lendemain, une bonne partie des gains, sur son compte bancaire. Il s'était cependant autorisé un petit écart en gardant une liasse qu'il avait bien l'intention de dépense. Il lui fallait un ordinateur, le besoin n'était cependant pas vital, mais important dans l'immédiat. Le précédent, aux mains d'un informaticien dans le nom lui échappait encore à ce moment-là, était vraisemblablement aux prises avec plusieurs virus, donc inutilisables. Fâcheuse perspective, pour quelqu'un qui ne reçoit les modalités de ses futurs affrontements, que par mail. Joshua devait alors se portait garant et recevoir les informations. Mais fâché avec les portables, le satyre préférait se déplacer en personne jusqu'à l'appartement de son poulain pour lui communiquer les modalités et vider le frigo par la même occasion. Comprenez donc l'urgence de la situation, Haytham ne pourrait survivre à une prochaine visite de son satyre et bookmaker préféré. Il lui fallait donc un ordinateur. C'est pourquoi, sans trop réfléchir, il a pénétré cette boutique spécialisée en informatique. Avec un budget très confortable, il a fait savoir au vendeur boutonneux, qu'il voulait un "bon" ordinateur" et c'est ainsi qu'il s'est retrouvé avec ça, un MacBook pro Retina Apple, le must du must pour les néophytes. Pour le demi-dieu, il ne s'agissait là que d'un ordinateur très fin et très cher, mais qui ferait surement l'affaire.

Haytham qui n'était pas du genre suspicieux aux premiers abords, sauf avec ses "congénères" observa Marvin du coin de l'œil lors de la montée des marches qui s'apparentait à une véritable ascension pour le blondinet qui montait péniblement les marches qui se présentaient à lui. Le souffle court, il parlait avec difficulté à l'inverse de son interlocuteur qui avait l'habitude des exercices physiques et qui savaient donc tempérer sa respiration et minimiser ses efforts. Le pauvre Marvin gardait contenance, mais n'était pas loin de cracher ses poumons sur le pas de la porte. Toutefois, ses paroles sur les zombies et l'apocalypse, résonnèrent étrangement aux oreilles d'Haytham qui se surprit à imaginer ce que serait le monde, si les monstres mythologiques y avaient une place plus conséquente. Le dernier étage d'un immeuble ou le trop-plein d'escaliers n'épargnerait personne à n'en pas douter et les gars comme Marvin auraient peu de chance. Sans rien laisser paraître, le demi-dieu tout sourire, chassa cette pensée de son esprit en entrant dans son confortable appartement.

En rentrant à l'intérieur de l'appartement, la conversation prit une toute autre tournure, Marvin avait laissé les zombies de côté pour focaliser toute son attention sur l'imposant écran qui trônait en plein milieu du salon. Le Home cinéma qui se trouvait à ses côtés agrémenta le regard de l'informaticien, de quelques étoiles. Fier de son effet Haytham s'était donc ruer vers la cuisine pour y préparer le café tant attendu, laissant ainsi son invité en charmante compagnie.  Il revint ensuite, le sourire aux lèvres, Marvin continuait à observer les lieux ahurit. « -Effectivement ça m'a couté assez cher, mais certains combats sont un peu plus côtés que d'autres et j'avais disons quelques intérêts à la banque donc j'en ai profité. Et puis j'avais envie de changement et un peu plus de standing, on va dire ! » Puis il sortit la bête de son enclot et put constater, en observant son interlocuteur, qu'il avait bien choisi son ordinateur. Il retourna alors dans la cuisine récupérer le café et les gâteaux puis posa le tout sur la table en verre qui faisait face à l'imposante télévision à l'écran incurvé. Marvin continuait à observer l'ordinateur sous le regard du demi-dieu qui croisa les bras dans l'attente du diagnostic.  « -Je m'en doutais. Les adeptes de la Pomme en ont profiter pour te convertir. » lança Marvin en passant en mode « tutoiement » ce qui ne dérangea aucunement son hôte qui lui offrit même un sourire en guise de consentement. Il s'assit à son tour sur le canapé d'angle en cuir noir et observa son nouveau voisin qui tenait entre ses mains « le précieux » ordinateur.

« -J'ignore ce que ça veut dire, mais vu comment vous... Comment tu en parles, ça m'a l'air d'être une bonne chose non ? »
 Il n'était sûr de rien, car il ne maîtrisait pas cet univers, en revanche il maîtrisait assez bien le domaine de l'observation et le visage de Marvin laissait transparaître tout un tas de choses, mais pas une once d'hostilité. « -Au vu du prix, ça serait malheureux d'avoir du mauvais matériel non ? Mais sans souris ça va aussi non ? Je n'ai besoin que de surveiller mes mails, pas de craquer le système de sécurité d'une multinationale. Mais bon, je vais me fier à ton jugement, après tout c'est toi le spécialiste, pas moi. » Et il est clair qu'Haytham pouvait se targuer d'être une bille pour tout ce qui attrait au domaine informatique, ce qui conférait au bienheureux Marvin, une supériorité incontestable sur le demi-dieu qui espérait néanmoins se rattraper à présent.

A son tour il agrémenta son café d'un sucre qu'il laissa fondre avant de porter la tasse à ses lèvres.  Marvin ne lorgnait pas sur les oréo, il préférait de loin les pez et n'était pas le seul être dans cette pièce à leur vouer une quasi-religion. « -Oui je comprends, mais si on me demandait de choisir entre les oréos et les pez, je serais bien emmerdé. Et tu sais, tu peux me tutoyer, après tout nous sommes voisins maintenant. » Le demi-dieu se tue, il marqua une pause de quelques secondes avant d'être intrigué par le dénommé « Splinter ». Il se souvint alors d'une affiche qu'il avait aperçu dans la boutique informatique. Le document iconographique faisait semblerait-il la publicité d'un jeu vidéo nommé « Splinter Cell ». Ravi de constater que sa mémoire ne lui avait pas fait défaut, le demi-dieu lança naïvement : « -Splinter comme dans Splinter Cell le jeu vidéo ? »  Marvin le regarda plus qu'étonné par cette référence, tout n'était surement pas perdu avec le demi-dieu. « -J'ai vu une affiche du jeu en allant prendre mon ordinateur. Donc il existe des jeux vidéo où l'on peut incarner un tueur ? C'est intriguant ça, presqu'autant que les zombies ou les chasseurs de fantômes. Ghosbuster c'est ça ? Tu sais, je me suis renseigné sur le sujet depuis notre dernière rencontre. Un film culte apparemment selon les critiques sur les sites spécialisés. Je me laisserai bien tenté juste pour voir et puis *il désigne la télé et le home cinéma* apparemment j'ai de quoi faire ici. Bon aller, je ne peux lutter contre l'appel du pez, vas-y et j'insiste, tutoie-moi, je me sens vieux avec des "vous" par là et des "vous" par ci. »
©clever love.

_________________


Have you ever met someone that you would change your entire world for? Someone whose eyes you just knew you were born to gaze into
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» The Half-Blood Next Door × haytham (terminé)
» Alexander Skarsgård, Stephen Moyer, Rutina Wesley... - URGENT TRUE BLOOD
» Configuration bbox pour le jeu PC blood bowl édition légendaire . Port16962
» Blood Empire
» Challenge Architecture extérieure - Tony.3ds /// SketchUp - Artlantis - Photoshop

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: new york city. :: les quartiers résidentiels.-