Partagez | .
 

 The Half-Blood Next Door (haytham)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1484
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door (haytham)   Mer 29 Mar - 22:07


The Half-Blood Next Door


▽ Marvin et Haytham
Marvin était beaucoup de choses (un geek, un complotiste, un cas désespérer en matière de sport), mais il n’était certainement pas un lâche qui revenait sur sa parole lorsqu’il réalisait tardivement dans quel merdier il venait de se fourrer. Il assumait toujours jusqu’au bout, même la pire de ces ‘marvinerie’. Oui, ces gaffes pouvaient atteindre des proportions au point que son prénom était devenu un mot propre entre les lèvres de certains collègues pour désigner les bêtises monumentales. L’informaticien le savait tout en feintant d’ignorer ce genre de détail qui le peinait un peu. Lorsqu’on idolâtrait les agents de terrains, on n’aimait pas spécialement apprendre que son prénom était associé à des gaffes.

Bref, le deal était passé : une séance en salle de musculation contre un marathon seigneur des anneaux. Un marché conclut par une poignée de main après laquelle le blondinet put récupérer tout ces doigts intacts. Un petit miracle qui lui fit espérer que la suite du programme ne serait peut-être pas aussi horrible que son imagination ô combien fertile voulait lui faire croire.

Il essaya de se motiver avec une catch-phrase de Doctor Who. Citation qu’il ne tarda pas à expliquer pour le néophyte qui lui servait de coach sportif. Mentalement, Marvin ajouta cette série mythique dans la liste, très longue liste, de chose à montrer à son padawan afin de parfaire son éducation. La série étant très longue, cela prendrait du temps. Sans doute pourrait-il soulager un peu le planning en commençant par le reboot et non par le premier Docteur. Marvin pensait avoir le temps de cogiter ce point stratégique dans l’éducation geek d’Haytham tout en suivant ce dernier jusqu’à la fameuse salle de sport. Sauf que ce que le demi-dieu présentait comme une marche rapide ressembla très vite à une course pour Marvin. Du moins, s’il voulait suivre le rythme de son voisin.

Dans d’autre circonstance, cela ne l’aurait pas gêné de rester un peu, voir beaucoup, en arrière, mais, dans ce cas précis, il ignorait où se trouvait la salle de sport qui était leur destination finale pour l’entraînement du jour. Donc, s’il ne voulait pas risquer de se perdre, il ne devait pas prendre le risque de perdre de vue le demi-dieu des yeux. Ce qui signifiait : faire souffrir ces muscles et mettre à l’épreuve la capacité respiratoire de ces poumons.
Son cerveau était trop occupé à réfléchir sur le principe de la marche, c’est-à-dire à arriver à mettre un pied devant l’autre et de recommencer, pour laisser dériver ces pensées sur des sujets abracadabrants comme à son habitude. Sans doute était-ce une bonne chose puisque cela l’empêchait de psychoter sur la possibilité d’une attaque de monstre puisqu’il était accompagné d’un demi-dieu, aka un aimant à monstre !

Loin de ces soucis habituels, Marvin tressaillit et se redressa légèrement en entendant l’appellation ‘agent Knight’. Un titre qui techniquement était le sien puisqu’il était agent de liaison, mais que personne n’utilisait. Personne sauf l’agent Lond, ce qui expliquait une des raisons de l’idolâtrie sans faille qu’il éprouvait pour Tamara Lond. "Ça, j’en ai." Arriva-t-il à dire entre deux bouffées d’oxygène lorsqu’Hay parla de patience. Sans doute avec un peu plus de souffle, l’informaticien aurait déclaré qu’il fallait beaucoup de patience pour regarder des lignes de code toute la journée au travail ou bien regarder des vidéos de surveillance à la recherche du moindre indice pouvant témoigner de la nature divine d’une des personnes dessus.

Ce n’était pas le moment de se vanter de ce genre d’exploit, qui n’en était pas vraiment un à ces yeux de toute façon, alors qu’on ne savait pas combien de temps cette petite course allait durer. Malheureusement, Marvin ignorait où se trouvait la salle de sport et ne pouvait donc pas estimer les minutes de souffrance qu’il lui restait à subir. Son cerveau était trop court-circuité par l’effort pour émettre l’hypothèse d’être conduit dans un piège par un fils de Mars tout sourire. "Rassure-moi, elle existe, cette salle, hein ?" Souffla-t-il, au bord de l’agonie. C’est alors que le miracle eut lieu puisque le ‘paradis’ promis fit son apparition. Paradis des initiés comme Haytham, Enfer pour les novices comme lui. Marvin confirma mentalement cette appellation lorsqu’il réalisa, à peine se remettait-il de la petite ‘marche rapide’, plié en deux par l’effort, qu’atteindre l’intérieur passait par trois marches à franchir.

Le blondinet dut faire un effort surhumain pour étouffer un hoquet de surprise ou un râle de douleur lorsque son interlocuteur annonça que les choses sérieuses allaient commencer. "Seulement maintenant ?!" Ne peut-il néanmoins s’empêcher de commenter, en proie à une petite dose de panique.

Bien sûr, le fils de Mars ouvrit la marche. Marvin était, de toute façon, trop occupé à regarder les trois marches comme s’il s’apprêtait à se lancer dans une ascension du mont Everest pour songer à y aller en premier. Le geek déglutit péniblement, essaya d’essuyer son front constellé de sueur tout en rassemblant son courage. Finalement, il put gravir les trois marches et Haytham eut suffisamment pitié de lui pour lui ouvrir la porte.

Arrivé dans le lieu sacré des adeptes de la gonflette, Marvin ne put s’empêcher de pousser un soupir de soulagement. Il était rassurant d’être arrivé en un seul morceau à destination, même si la véritable bataille contre la graisse n’avait pas encore véritablement commencé.

Le geek suivit Haytham comme s’il s’était devenu son ombre. Il avait l’impression d’être à une convention réunissant tous ceux ayant tendance à enfermer les intello dans leur casier au lycée. Et ce n’était pas le petit dialogue entre un des Musclor et Haytham qui allait le persuader du contraire. Marvin appliqua la stratégie suivante : Ne pas croiser leur regard au cas où ils y verraient un signe d’agression, limité ces mouvements aux stricts minimums, essayer de ne pas avoir peur (parce qu’ils le sentiraient !). Il laissa son coach du jour gérer les détails d’un point de vue social et quitta son attitude de ‘proie craignant de subir un tire-slip à tout instant’ lorsqu’ils furent seuls face à une machine.

"Oh, mais je ne m’inquiétais pas."
Essaya-t-il de dire face aux paroles d’Haytham concernant le gaillard qui venait de partir. "Enfin… Si… Je m’inquiète. Pour beaucoup de choses." Ajouta-t-il dans son éternel besoin d’être le plus honnête possible. "Mais comme il est parti, je peux retirer toutes les inquiétudes liées à sa présence."

Marvin garda pour lui que ces craintes envolées furent immédiatement remplacées par d'autres dès que son coach du jour parla de soulever des poids. De toute façon, nul besoin d'exprimer ces pensées puisqu'elles étaient visibles sur son visage toujours aussi facilement expressif. Tout comme il était évident que le geek baissa les yeux intentionnellement dans le but de se faire tout petit lorsqu'il remarqua que certains membres de la gente féminine lançait des regards dans leur direction. Plutôt dans la direction d'Haytham que dans la sienne, cela dit. Rien d'étonnant.

Le blondinet se concentra sur la machine de torture et sur les explications du demi-dieu qui lui servait de bourreau. Alors que Marvin allait émettre l'éventualité de faire un essai sans aucun poids, car la barre semblait déjà pesée, Haytham le demanda s'il avait rédigé un testament. "Oui, la seule direction est de ne surtout pas léguer mes ordinateurs à ma collègue Meredith, et, pour la deuxième question, on ne se connaît pas depuis assez longtemps pour que tu y figures." Répondit-il le plus sérieuse. Son regard restait braqué sur le banc, un condamné à mort n'aurait pas regarder autrement une chaise électrique. "Mais hier soir, j'ai fait une liste de DVD culte à regarder donc tu peux avoir tout ce qui y est inscrit."

L'éclat de rire d'Haytham le fit sursauter. Qui avait-il de drôle ? Lui se voyait parfaitement mourir étouffer à cause de la barre qui compresserait son torse... Peut-être même au point de le couper en deux ! "Oui, oui, je suis prêt." Timidement, il se mit en place. "On pourrait commencer juste avec la barre, peut-être... Tu sais... Niveau zéro... Tu te rappelles ?" Rappela-t-il de manière hésitante.

(c) AMIANTE


_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : entre les couches et les pleurs
messages : 884
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door (haytham)   Dim 16 Avr - 11:45

The Half-Blood Next Door

Pour un pez avec toi, je ferais n'importe quoi. Pour un pez...avec toi !▲ Hedley


Il existe tout un tas de liens entre les hommes (et les autres). Des liens évidents pour certains qui cumulent les points communs et qui sont, de ce fait, destiné à s'entendre, voir même à devenir ami. Puis il y a des liens un peu plus basiques, disons sociaux, du type le concierge que l'on salue, le commerçant que l'on croise toutes les semaines. La proximité entre ces êtres est tellement inexistante, que parler de liens est peut-être exagéré. D'ailleurs, si l'on s'intéresse un peu plus en profondeur au sujet, l'on découvrira qu'en psychologie, un lien dit « affectif » est un type de comportement, d'attachement qu'un individu montre pour un autre individu et dans lequel les deux partenaires tendent à rester à proximité l'un de l'autre. À méditer si l'occasion vous en prend. Toujours est-il qu'il est des liens plus improbables que d'autres. Et notre deux « héros» semblent illustrer parfaitement ce propos. Face au molosse sous stéroïdes qui se présenta à Haytham, Marvin semblait tout petit, minuscule voir quasi-invisible au vu du silence radio. D'ailleurs, le monstre de foire se faisait moqueur à l'égard du gringalet, le sourire qui se dessina sur le visage de son interlocuteur était quant à lui de façade. Pour dire vrai, moins le Marsien passait de temps avec ce genre de gonfleur du dimanche et mieux, il se portait. Ce fut d'ailleurs un soulagement de le voir migrer un peu plus loin, en quête des nouvelles victimes de sa connerie, mais surtout loin d'eux. D'ailleurs, le demi-dieu ne manqua pas de l'affubler, face à Marvin, d'un doux surnom avant de se rendre compte que son élève d'un jour était blanc comme un linge.

« -Euh pardonne-moi de douter quant à ton inquiétude. Tu pourrais presque faire concurrence au Bibendum Chamallow tellement tu es blanc ! » Les connaisseurs remarqueront au passage la petite référence, bien placée à l'univers de Ghostbuster, preuve que l'élève faisait bien ses devoirs. Marvin reconnut ensuite, lorsque Musclor Connard n'était plus à portée de vue, qu'effectivement, il s'inquiétait, mais élargie le sujet à « beaucoup de choses » histoire de ne pas trop se focaliser sur MC alias Musclor Connard (pour ceux qui suivent) « -Il te faisait flipper tant que ça ? Tu sais, c'est que de la gonflette et connaissant son régime alimentaire, je peux te certifier que c'est du vent. Enfin bref, ça n'a pas d'importance. Quoique ! Ne le prends pas mal, mais tu as titillé ma curiosité, du coup maintenant, je veux savoir. Tu étais de ceux que l'on chahutait au lycée, c'est ça ? J'imagine que ton physique de crevette briochée ne t'as pas aidé hein ! On va avoir du taf, ça c'est sûr. Mais j'ai bon espoir et comme dirait l'autre, que la force soit avec nous ! » Et de la force, Marvin allait en avoir besoin pour accomplir sa toute première tâche digne du Hercule qu'il n'était pas et quelque peu mise à mal par l'humour douteux de son professeur du jour qui lui offrit cependant quelques explications histoire de ne pas l'abandonner trop vite à son sort de « condamné » alors qu'il prenait place sur le banc de développé-couché. Les dernières volontés venaient d'être posées et bien qu'il n'y figure pas, Haytham ne s'en offusqua bien au contraire, quelque chose d'autre semblait toutefois attirer son attention, tellement qu'il laissa la fonte de côté, l'espace d'un instant.

« -Il faut que tu remballes la cassette là ! Je rêve où tu viens de parler d'une femme à laquelle tu choisis en plus de léguer tes ordinateurs, ce qui te connaissant, n'est pas quelque chose d'anodin. Donc c'est une collègue ? Vous devez sacrément bien vous entendre pour que tu décides, en cas de problème, de lui léguer tes ordinateurs. J'en arrive presque à oublier que tu as fait une liste de DVD culte à regarder, c'est dire l'ampleur de cette révélation. » Mais il ne devait se laisser endormir, le coach avait un rôle à jouer et devait s'y tenir et puis parler de testament, de mort, de crush, c'était étrange, trop pour que cela puisse être développé. « -Prêt ? » réitérra le demi-dieu avec cette fois, un peu plus de sérieux. Le petit « oui » de Marvin ne l'engagea pas à réitérer sa question, alors que captain Brioche prenait place. « - Attends attends ! Ça m'intrigue beaucoup trop en fait ! » Le demi-dieu posa aussitôt la barre de fer « -Assis-toi faut qu'on parle ! » Il attendit que Marvin se redresse pour bénéficier de sa pleine attention « -Désolé, mais chez moi la curiosité est vraiment un très vilain défaut. Ton histoire de collègue m'intrigue. C'est pour être sur le terrain ou pour l'impressionner que tu as accepté notre deal ? Il faut que je sache histoire que je m'adapte un peu parce que le niveau de badasserie requit pour dragouiller une nana, n'est pas le même que celui requit pour se lancer à corps perdu dans la chasse aux créatures mythologiques. Alors captain Brioche, il y aurait-t-il de l'amour dans l'air ? »




©clever love.

_________________



Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1484
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door (haytham)   Mar 2 Mai - 23:22


The Half-Blood Next Door


▽ Marvin et Haytham
Salle de sport, de gym, de musculation, ce genre d'endroit possède plusieurs noms et représentaient presque une légende urbaine dans l'esprit du geek qui n'y avait jamais mis les pieds. Comparer cet endroit à l'existence d'alligator dans les égouts new-yorkais étaient peut-être un peu fort, puisque le quartier général du DLCEM possédait un étage réservé à l'entraînement des agents, pourtant, dans son esprit, la salle de sport du travail ne comptait pas vraiment puisque lié au cadre rassurant et familier du travail. Tandis que les salles de gym extérieures... C'était une autre histoire. Des tas de rumeurs circulaient sur ce genre d'endroit, au point de le faire douter qu'un tel lieu existe vraiment.

Marvin essayait de ne pas lister mentalement les rumeurs en question tandis qu'il avançait sur un terrain où chaque détail semblait vouloir lui crier au visage qu'il n'avait rien à faire là. Impression confirmer par une rencontre avec ce qui ressemblait au Balrog local, à défaut de pouvoir être surnommé Cerbère. Le blondinet aurait tout donné pour avoir un Gandalf à porter de main, malheureusement, on n'avait jamais de magicien prêt à lancer un 'vous ne passerez pas' quand on en avait besoin ! Cependant, Haytham offrit un substitut fort acceptable en terme de barrage humain tandis que l'informaticien adoptait la méthode dite 'Jurassic Park' : ne pas bouger en espérant que l'acuité visuelle du roi de la gonflette soit basé sur le mouvement.

Pendant l'opération, il perdit quelques couleurs, ce qui n'échappa pas à son demi-dieu de coach lorsque le molosse s'éloigna. Marvin sortit de sa léthargie face à la référence à Ghostbuster avec le Bibendun Chamallow, comme si cette réplique avait réussi à le ramener à la vie. "En tout cas, pour un bras de fer verbal avec une armoire à glace, je sais qui appeler." Plaisanta-t-il en faisant lui aussi une remarque à la célèbre saga et en se permettant une petite tape à l'épaule du fils de Mars. Geste qu'il regretta aussitôt vu la douleur que cela lui procura, lui donnant l'impression d'avoir tapé un bloc de glace ou un mur.

Ensuite, il reconnut s'inquiéter pour pas mal de chose dans la situation présente. La préoccupation de 'est-ce que ma main est cassée' venait de s'ajouter à la liste. Un essai timide pour bouger les doigts et un petit massage le rassurèrent sur ce point. Ouf, un souci en moins... Plus que cent cinquante. Sans exagérer.

"Non..." Plaida-t-il vainement alors que Haytham insista. "Enfin, si, mais euh, pas que... Juste l'impression persistante qu'on va m'enfermer dans un casier, d'un instant à l'autre." Finit-il par avouer en se tripotant nerveusement l'oreille et en jetant des coups d'oeil aux alentours comme s'il redoutait que cette crainte ne se concrétise d'un instant à l'autre. Ce qui, il l'espérait, serait suffisant pour répondre à la question d'Haytham sur son expérience au lycée.

On ne pouvait retarder éternellement le moment de son premier exercice. Marvin suivit docilement son coach devant le banc de développé-couché. Rien que le nom trahissait le fait que cet exercice devait avoir été inventé par un sadique. Du moins, c'était son avis d'accro du clavier. Il fut question de dernière volonté et le geek répondit très sérieusement par les points essentiels de ce qui pourrait figurer son testament. Dans un monde peupler de monstres et autres créatures de ce genre qu'on pouvait croiser au coin de la rue, il serait mentir de dire que l'informaticien n'avait pas prévu ce genre d'éventualité tragique. Bien sûr, rien ne l'avait préparé à fraterniser avec un demi-dieu, ce qui excluait Haytham de la liste des dons. Cependant, Marvin se rattrapa vite en disant que son voisin pourra se servir dans la liste de dvd culte.

Le geek avait récité tout cela sur le ton du condamné au banc de développé-couché qui déclarait ces dernières paroles. Il cligna plusieurs fois des yeux lorsque Haytham releva un détail du discours. "Non, non, non, c'est l'inverse." Dit-il, paniqué à l'idée que Merry puisse toucher à ces ordinateurs. "Il ne faut surtout pas le lui léguer, elle déteste les ordinateurs." S'empressa-t-il de préciser. "Elle pourrait avoir... Hum... Les carnets de croquis du troisième tiroir. Enfin, je ne sais pas trop ce qu'elle en ferait." Continua-t-il après un instant de réflexion, tel un ambassadeur se trouvant devant un problème diplomatique. Difficile de trouver quelque chose à léguer pour l'archiviste qui n'aimait ni les ordinateurs ni les comics. Lui confier les croquis d'un projet de comics vieux de dix ans qui l'avait conduit à pirater le réseau du DLCEM ressemblait plus à une boutade finale qu'à un cadeau, à la réflexion. "Oui, c'est une collègue et, on s'entend de manière chaotique, on va dire." Finit-il par dire avec un geste de la main signifiant que la relation avait des hauts et des bas, si le mot 'relation' était le terme approprié.

Lorsqu'Haytham lui demanda s'il était prêt, Marvin brûlait d'envie de hurler que non, sauf qu'il doutait que sa réponse change quelque chose. Après tout, il avait signé pour être ici. Il ne pouvait pas se débiner devant le premier exercice ! Le geek prit une grande inspiration, histoire d'obtenir un peu de courage au passage et il s'installa. L'informaticien avait l'impression de revivre sa première prise de sang, où il se préparait psychologiquement à l'inévitable, mais que le terrible moment de planter l'aiguille dans le bras était sans cesse reporté par une parole du médecin. Oui, il était exactement dans le même état alors qu'Haytham posa la barre de fer en déclarant être intrigué.

"Mais, pour être sur le terrain, bien sûr !" Riposta Marvin en se relevant brusquement à cause de l'idée qu'il ferait tout cela pour Merry. Le fils de Mars enfonça le clou en évoquant le mot 'amour'. Un fils de Mars parlant d'Amour ! On aura tout vu ! "Pas... Pas du tout !" Bredouilla-t-il, pris par surprise. "Je fais vraiment ça pour être sur le terrain, c'est mon rêve." Précisa-t-il. "Merry est juste une collègue. Une collègue qui n'aime ni les comics, ni les ordinateurs." Énuméra-t-il sur le ton de celui qui récitait une liste rédhibitoire pour un quelconque béguin.

Curieusement, il préférait mourir étouffer à cause d'une barre de fer contenant un poids ridicule que de parler en détail du sujet 'Merry'.

(c) AMIANTE


_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : entre les couches et les pleurs
messages : 884
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door (haytham)   Ven 26 Mai - 23:14

The Half-Blood Next Door

Pour un pez avec toi, je ferais n'importe quoi. Pour un pez...avec toi !▲ Hedley




Dans une autre vie, ou du moins dans une version alternative de sa propre vie, Haytham se plaisait à s'imaginer ce qui aurait pu se passer si aucun monstre n'étaient venus « frapper » à la porte de la demeure des Lond, des décennies auparavant. Emportant avec lui Eileen Cassidy et l'espoir inhérent à la jeunesse de Tamara et d'Haytham. Dans cette version alternative, ce dernier se voit encore au lycée, lançant quelques regards à la jeune Tamara qui elle venait d'entrer dans l'établissement alors que lui achever sa dernière année. Il ne la lâchait pas du regard, allant même jusqu'à se faire railler par quelques camarades. Puis voilà que le petit blondinet tout maigrichon, habituel souffre douleurs des sportifs arborant fièrement leur blouson à l'effigie du lycée, se fait plaquer contre un casier. Tout le monde se marre, le pauvre blondinet perd sa pile de livres et doit dès lors rejoindre le sol pour tout ramasser. Haytham ne rit pas dans cette version alternative à l'inverse du véritable Haytham, qui aurait passé son chemin sans rien ajouter. Mais pourquoi donc pensait-il à ça ? Pourquoi cette vision ? Était-ce un avertissement visant à lui faire savoir qu'il devait opérer un changement dans sa vie ? Le demi-dieu posa un regard sur la montagne de muscle suffisamment éloignée de Marvin pour lui faire reprendre des couleurs. Peut-être qu'au final, malgré la « bonne » attention, le choix du lieu n'était pas la meilleure des alternatives ni pour l'un ni pour l'autre.

Passé ce petit moment de flottement, il fallait attaquer, ce que Haytham définissait comme étant les « choses sérieuses » et ce qui représentait encore la face visible de l'iceberg. Mais l'épisode du testament laissa entrevoir quelques éléments somme tout banals pour l'informaticien, mais au combien révélateur pour le demi-dieu qui lui faisait face. « -Comment ça, c'est l'inverse ?! » demanda le Marsien intrigué par la réaction du Geek qui s'empressa de rectifier le tir « -Ok on oublie les ordinateurs…donc tu lui filerais des carnets de croquis ? Why not ?! C'est marrant qu'elle soit la première personne à laquelle tu penses ! Une personne de sexe féminin qui plus est. » Nul doute que la raillerie ne faisait que commencer « -Donc c'est une collègue, c'est ça ? » Question rhétorique Watson, mais qui mérite cependant quelques précisions que le petit blondinet apporta. « -Tu ne cherches pas plutôt à mimer les montagnes russes avec ta main ?! Genre ça voudrait dire qu'il y a du bas, mais aussi du haut n'est-ce pas ? » La séance devait débuter, la logique semblait indéniable, mais, au grand dam de la victime, le bourreau d'un jour ne put se résoudre à dompter sa maladive curiosité. « -Tu as répondu trop rapidement pour que je m'en contente. J'ai l'impression qu'avant moi, c'est toi que tu cherches à convaincre Petite Brioche. Je me trompe ?»

Marvin se mit alors à bredouiller un « pas du tout » qui ne trouva aucun écho chez son interlocuteur avant d'ajouter avec conviction qu'il accomplissait cela pour être sur le terrain, une entreprise à laquelle il tenait vraiment de toute évidence. « -Ok admettons que tu dises vrai et je ne prétends pas le contraire hein, il y a peut-être et je dis bien « peut-être » une part inconsciente qui veut le faire aussi pour…la montagne russe ! Merry n'est qu'une collègue, Merry déteste les ordinateurs. Merry déteste les comics… En attendant depuis qu'on se connaît, c'est bien la première fois que tu me parles d'une collègue. » Il croisa les bras et regarda son protégé tout en esquissant un petit sourire. « -Tu te voiles la face petit scarabée ou alors tu ne sais pas lire les signes. Je pense que cette nana te plaît beaucoup. Et je pense aussi que de ce côté-là, il te faut un… Léger coup de pouce ! »
©clever love.

_________________



Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1484
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door (haytham)   Mer 5 Juil - 7:52


The Half-Blood Next Door


▽ Marvin et Haytham
Après un petit échantillon de ce que son coach du jour appelait un entraînement en douceur, Marvin imaginait sans difficulté que le pire était à venir et il ne savait pas à quel point il avait eu raison de penser ainsi. Sauf que s'il avait vu juste au sujet de la souffrance, il était loin d'imaginer que la torture serait mentale et non physique. Parce qu'il avait osé parler de testament, voilà qu'il en était arrivé à parler d'histoire de coeur avec un fils du dieu de la guerre ! Alors qu'il n'était pas question d'histoire de coeur ! C'était son interlocuteur qui interprétait les choses et ne voulait pas en démordre ! Le blondinet avait toujours cru avoir une imagination débordante. Pourtant, même en étant armé d'un esprit ouvert aux événements les plus loufoques et improbables, jamais il n'aurait pu imaginer la scène qu'il était en train de vivre. Comme quoi, parfois la réalité dépassait la fiction en terme de bizarrerie.

"Elle déteste les ordinateurs, c'est pour ça que je dis de ne surtout pas lui léguer les miens." Continua-t-il d'expliquer avec patience, inconscient de s'enfoncer un peu plus à chaque tentative d'explication, ou peut-être en avait-il conscience, mais qu'il se trouvait incapable de faire marche arrière. Le geek crut pendant un bref instant s'en tirer lorsqu'Haytham déclara 'ok on oublie' ce qui lui fit pousser un soupir de soulagement. Un peu trop vite, car, visiblement son coach improvisé n'en avait pas fini. "C'est juste que je ne tiens vraiment pas à ce qu'elle touche mon ordinateur, c'est tout." Se justifia-t-il devant l'insistance du demi-dieu. "Oui, c'est une collègue, elle travaille aux archives. On peut en revenir à ce qui nous a amenés ici, maintenant ?" Demanda-t-il d'une toute petite voix plaintive. Pour qu'il en vienne à ce genre de demande, c'est que la situation devait véritablement le mettre mal à l'aise. Doublement hélas, son interlocuteur insistait férocement. Son premier réflexe fut de bredouiller, mais, après cette réaction instinctive, il regagna un peu de contenance et tenta de nouveau de prêcher pour sa chapelle, si on pouvait le dire ainsi.

"Elle n'aime pas les ordinateurs, elle n'aime pas les comics, elle m'en veut parce que j'ai piraté ces archives et elle se sert des sombres secrets qu'elle détient de mon passé pour faire de moi son esclave informatique."
Énuméra-t-il en comptant ces arguments avec les doigts. "Franchement, je ne sais pas ce qu'il te faut de plus pour dire : cette femme n'est pas pour moi." Insista-t-il de plus en plus désespérer que ce sujet s'étire. "Je rappelle également que le temps qu'on se connaît que tu cites inclus, une infiltration ratée, une course-poursuite dans un fight club et une initiation au film Ghostbuster, quand est-ce que j'aurais pu en parler ? D'elle ou d'autres collègues ? En plus, le social irl n'est pas mon fort... Bref, on peut VRAIMENT revenir au sujet qui nous intéresse, s'il te plaît ?" Il était à deux doigts de se mettre à genoux. C'était beaucoup plus exténuant d'essayer de se justifier que le petit échauffement qui avait manqué de lui faire cracher ces poumons avant d'arriver ici.

Nouveau soupir et lever les yeux au ciel lorsque ces prières furent enfin entendues. Qui aurait cru que Marvin serait aussi soulagé de reprendre les exercices de musculations ? Il s'installa docilement à la machine, avec l'attitude d'un boxeur s'écroulant après un round particulièrement difficile.

(c) AMIANTE



hrp : desolé, c'est court, mais tu peux enchaîner avec la séance en soi si tu veux finir le rp à ta prochaine réponse fou

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : entre les couches et les pleurs
messages : 884
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door (haytham)   Hier à 23:08

The Half-Blood Next Door

Pour un pez avec toi, je ferais n'importe quoi. Pour un pez...avec toi !▲ Hedley


La salle de sport ou le temple des adeptes de la gonflette. En somme, un lieu que les sportifs chérissent et que les plus virils bénissent pour leur permettre par le biais d'un large catalogue d'installation, de faire parler leurs gros muscles et de laisser tout ce qui attrait au cérébral dans le casier du vestiaire. Oui, c'est évident qu'il n'y a pas besoin d'être bardé de diplômes pour soulever une barre de métal ou des haltères. Pour preuve la montagne de muscles à qui le Marsien s'était adressé à leur arrivée ! Nul doute que celui-là, hormis la gonflette, ne pouvait se targuer d'exceller dans d'autres domaines. Oui, c'est aussi le temple des mauvaises langues. On se regarde, l'on s'observe, se jauge, victime consentante de culte de l'image. Mais pour certains, ceux qui peuvent s'exempter de cette cruelle dictature, « le temple » est surtout une façon pour eux, de « paraître » normaux. Ainsi, l'on peut « aisément » soulever 100 kg de fonte sans trop attirer l'attention. Le demi-dieu était bien placé pour le savoir et puis pour lui 100 kg ne représentait qu'une broutille à l'inverse des adeptes de la gonflette, qui, veines apparentes sur l'ensemble du corps, ne ménageaient pas leurs efforts pour atteindre leur objectif. Haytham, dans un souci de préservation, jouait la comédie et grimaçait de temps à autre histoire de ne faire peser sur sa personne, aucun soupçon. Mais aujourd'hui, malheureusement, pour lui, les regards convergeaient en sa direction. Oui, voyez-vous, au temple la tolérance ne semble pas de rigueur, preuve que le cerveau est bel et bien resté au casier. Mais bon, ce n'est pas tous les jours qu'ils ont l'occasion de croiser un aussi haut gradé dans la brioche.

Marvin, ce cher Marvin ! Un geek devant l'éternelle, le capitaine d'un navire aussi insignifiant que le canot gonflable de Jack Sparrow, si canot gonflable il y a. Mais Marvin, malgré ce physique peu avantageux, aspire à un jour se sortir convenablement les doigts du derrière pour prétendre à ce à quoi il rêve, le terrain. Mais avant toute chose, avant l'ambition, avant l'audace, bien que se sortir les doigts du cul reste une option plus qu'envisageable, il fallait œuvrer pour que le capitaine Brioche ait un navire à sa mesure. Certes, ce ne sera pas le BlackPeal, soyons réaliste, mais ça sera toujours mieux qu'un canot gonflable. Le demi-dieu, qui se laissa aller, dans sa tête, à tout un tas de métaphores, n'en demeurait pas moins assidue dans son rôle de tortionnaire et consentait à continuer d'oeuvrer pour le bien de son protégé. Haytham, ce chère Haytham ! Un demi-dieu, un de ceux que l'on range facilement dans la catégorie « tête brûlée à qui il ne faut pas chercher des noises » Mais notre Marsien malgré ce physique plus qu'avantageux, aspire à un jour se défaire de sa colère, de sa peine, de son dégoût de l'humanité… Bref, de ce à quoi il doit son appartenance à la catégorie « tête brûlée à qui il ne faut pas chercher des noises » Mais avant tout, avant l'accalmie, avant la quête du bonheur retrouvé, il lui fallait se défaire de ses démons. Et c'est là que le propos perd en humour et que l'on sombre un peu dans le mélo. Oui, malgré l'assurance qu'il arborait, le fils du dieu de la guerre allait mal et être ici, dans ce temple de la gonflette, pourvu d'un nouvel objectif, lui permettait de retarder un peu plus l'échéance et d'ainsi continuer à croire, qu'il était « normal » pour le moment.

Par chance (pour Marvin et encore, c'est assez relatif, tout dépend du point de vue) la normalité perdura, mais sous un tout autre visage que celui du bourreau sportif. La séance qui avait à peine commencé, cessa après la parution verbale d'un testament, fort heureusement fictif. Et c'est à peu près à ce moment précis que du mélo, nous passons à un registre comique. La scène est absurde, un geek que l'apparence dessers et ... *silence* Oui, pas de branlette intellectuelle… Disons que pour la faire courte, nous avons dans une salle de sport, un geek, puceau d'apparence et un demi-dieu, fils de Mars qui discute presque l'air de rien d'amour. Oui, ça pourrait être une bonne introduction pour une blague du niveau carambar et pourtant tout est réel. Haytham piqué par la curiosité, avait laissé en plan la séance de travail pour en apprendre davantage sur la dénommée Meredith, une « collègue » mais qui n'en demeurait pas moins (si on omet délibérément de parler de Tamara) la première figure féminine « réelle » évoquait par Marvin. Sortons le champagne ! Enfin, tout est relatif !

« - Hum intéressant ! » commença le demi-dieu en faisant mine de se gratter le menton pour avoir l'air plus malin. « -Une collègue donc ? Dis, c'est moi où tu rougis à son évocation ! Marvin, je n'y crois pas, tu as un crush ! » Victorieux, le demi-dieu réitéra son constat incapable de reprendre son rôle de coach sportif. De toute évidence, une autre mission s'offrait à lui et malgré sa filiation avec Mars, le dieu de la guerre, il ne pouvait fermer les yeux. « - Donc je récapitule, si tu veux bien ? Elle n'aime pas les ordinateurs, les comics. Tu as voulu te jouer d'elle et c'est elle qui a eu le dernier mot ! » Mais Marvin, au comble de la gêne, continuait à prêcher pour sa paroisse et le bougre ne ménageait pas ses efforts. « - Et c'est quoi le genre de femme, qui est fait pour toi ? » De toute évidence, c'était peine perdue, le pauvre Marvin voulait « VRAIMENT » changé de sujet. « -Tu sais qu'en plus du sport je peux aussi t'aider dans certains autres domaines ! » Mais les supplices du regard en disaient long sur le désespoir de l'informaticien prêt à tout, et même à se tuer à la tâche pour s'exempter de ce genre de discussion. Il reprit d'ailleurs sa place auprès de la machine sur laquelle Frank avait prévu de le faire souffrir durant de longues minutes, tellement longues pour un néophyte, qu'il eut pitié à un moment donné et stoppa un Marvin en nage.

« -C'était presque bien ! Encore trois quatre séances et tu transpiras moins ! J'y pense, si tu ne trouves pas la femme parfaite, tu peux toujours pianoter sur ton clavier et te faire plaisir… Non, oublie ce que je viens de dire. Aller, on continue » Et oui la séance aussi éprouvante soit-elle, n'était pas terminée. « -Il faut souffrir pour être fort quand on ne dispose pas de quelques prédispositions « mythologiques » Sadique le Haytham ? Non à peine ! La séance s'étira encore sur une heure durant laquelle le Marsien ne ménagea pas son protégé d'un jour. Mais ce que l'un et l'autre ignoraient encore, c'est que cette séance d'initiation ne sera pas la dernière, à l'inverse de l'évocation de Meredith qui fera toutefois son apparition, un jour de noël, au bras spaghetti de l'informaticien, qui semblait, de toute évidence un peu plus sensible aux charmes de sa collègue.
©clever love.


THE END enfiiiin !!!

_________________



Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: The Half-Blood Next Door (haytham)   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Half-Blood Next Door (haytham)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» The Half-Blood Next Door (haytham)
» Alexander Skarsgård, Stephen Moyer, Rutina Wesley... - URGENT TRUE BLOOD
» BLOOD AND GLORY (27/07)
» Configuration bbox pour le jeu PC blood bowl édition légendaire . Port16962
» Blood Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: new york city. :: les quartiers résidentiels.-