Partagez | .
 

 Monet × The Song of Purple Summer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York.
messages : 383
parmi nous depuis le : 30/10/2015

DLCEM.

MessageSujet: Monet × The Song of Purple Summer   Ven 30 Oct - 22:12

- Monet L. Kaplan -
The Dark I Know Well
NOM •• Kaplan, le nom de sa mère. Son père était bien trop faible, bien trop inutile pour qu'elle porte son nom à lui. Chez les Kaplan, se sont les femmes les fortes têtes. PRÉNOM(S) •• Monet, le nom du peintre favoris de sa mère, elle assume son prénom, elle le chérie. Et puis au moins, elle est sûre de ne pas en croiser tout les 4 matins. Layla, le prénom trop doux que son père avait proposé. SURNOM(S) •• M' pour sa mère, Monet tout court pour les autres. ÂGE •• 25 ans DATE ET LIEU DE NAISSANCE •• Boyces, VA le 30.10.1990 NATIONALITÉ •• Américaine ORIGINES •• Américaine et certainement Suisse du côté de son père. OCCUPATION •• Elle enchaîne les petits jobs en dehors de la DLCEM qui lui prend beaucoup de temps. ORIENTATION SEXUELLE •• Hétérosexuelle STATUT CIVIL •• Célibataire MEMBRE DU DLCEM DEPUIS •• 2 ans. FONCTION •• agent de terrain et chef de section ARME FÉTICHE •• bien que pas vraiment pratique, Monet affectionne son fusil de chasse. C'est son arme fétiche.
CARACTÈRE.
têtue + a un fort caractère + brutale + mature + polie + ponctuelle + rapide + intolérante + intimidante + réfléchis + réaliste + bavarde + classique.

Monet est une forte tête. Tout dans son allure indique qu'elle n'est pas une femme qui se laisse facilement marcher sur les pieds, douce, ou autre futilités dans le genre. Monet, elle agit, elle bouge. Elle ne supporte pas de rester sans rien faire et est obligé de pratiquer de nombreuses heures de sports dans la semaine sans quoi son humeur peut être massacrantes des jours durant. Elle se fie à son instinct, et accorde difficilement sa confiance. On pourrait la croire renfermé et associable mais ce n'est en aucun cas la vérité. Quand on la lance sur des sujets qui l'intéresse on a du mal à la faire taire et se faire des amis n'est pas un problème pour elle. Elle respecte la boss du DLCEM comme personne, mais voit les membres travaillant dans les bureaux de la DLCEM comme des bons à rien. Elle n'hésite pas à écraser les employés en dessous d'elle hiérarchiquement. Elle a une sainte horreur des compliments, mais aussi des remarques. En gros, avec Monet, mieux vaut rester neutre. Elle peut être grossière et violente si la situation l'exige et gifle facilement les gens l’agaçant un peu trop.

QUELQUES ANECDOTES.
01. Monet a profondément aimé ses parents, pourtant, cela ne l'empêche pas de dire que son seul père est son père adoptif, Hartley. 02. Elle lui voue d'ailleurs un véritable culte, elle s'est juré que si un beau jour elle adoptait un chien ou un enfant (pour Monet les deux ne sont pas très différents, hélas) elle lui donnerait le prénom d'Hartley. 03. Elle est rarement en jupe ou en robe. Elle réserve en effet ses tenues là pour des sorties au restaurant. Au boulot, c'est tailleur pantalon. 04. Elle est très féminine, maquille beaucoup ses yeux et ne part jamais de chez elle sans rose ou rouge à lèvre. 05. Elle ne supporte pas les remarques/critiques à son égard. On lui fait des compliments, sinon rien. 06. Est assez violente. Elle aime taper tout ce qui bouge pour se défouler ce qui lui donne une sacré image de tyran au bureau 07. A déjà plongé la tête d'un de ses collègues masculin dans les toilettes après que ce dernier lui ai rendu un rapport deux jours en retard. 08. Elle aime l'ordre. Le désordre est propice au mauvais travail, voué à l'échec. Alors il faut que tout soit parfaitement bien rangé. 09. Elle vit dans une immense loft terriblement luxueux. On se demande comment elle et son père on pu l'acheter mais... Pour elle, là n'est pas la question, elle adore son loft, son quartier. Et puis bon, elle n'y vit même pas réellement de toute façon. 10. Elle mange beaucoup de viande et de fruits. Si elle pouvait zapper les légumes, elle le ferait hélas certains disent que c'est essentielle pour entretenir sa forme. Mais franchement, rien ne remplace une grosse coupe de framboise ou un sandwich avec un tas de pastrami. 11. Pour camoufler ses cicatrice presque plus visiblement, elle utilise du fond de teint. Elle refuse que les gens voient cela sur son visage.
interview de monet l. kaplan, agent du dlcem.
01. •• Que pensez-vous de l'univers mythologique ? Il est passionnant et mérite d'être étudié assidûment afin de mieux le comprendre. Monet le trouve un tantinet effrayant par sa dimension surnaturel, mais n'a pourtant pas hésité à se joindre au DLCEM. Elle a toujours ressentit une certaines jalousie envers ces demi-dieux, qu'ils soient grecs ou romains et pour cause, elle aurait aimé pouvoir être comme eux. Au lieu de ça, elle se venge en les traquant. Au fond, c'est tout aussi intéressant.

02. •• Voyez-vous à travers la Brume ? Oui, parfaitement même. Elle s'est est rendue compte au test pour rentrer dans la DLCEM, elle avoue n'y avoir jamais fais attention avant, puisqu'elle n'a pas eu de nombreuses occasions de croiser des monstres ou autre. Elle sait que son don est un avantage et compte en faire un bon usage.

03. •• Quelle est votre place dans l'organisation ? Pourquoi l'avoir rejointe ? Minet fait partis des agents de terrain. Elle a toujours occupé ce poste depuis son entrée à la dlcem. Étant une bonne agente, elle a également gravi quelques échelons jusqu'à devenir chef de section. Pour faire cour, elle dispose d'une certaine autorité sur ls agents plus bas qu'elle sur l'échelle de la DLCEM. Si elle a rejoint la DLCEM c'est avant tout pour imiter celui qu'elle considère comme son père, pour le remplir d'honneur et de fierté. Après ce facteur là arrive aussi le fait que, profondément jalouse de ne pas être une demi-déesse, elle s'est mise en tête de les détruire.

04. •• Avez-vous participé à l'intrusion des camps ? Qu'était votre ressenti alors ? Elle y participé, sur le front grec. Elle s'est portée garante dès qu'elle a entendu la nouvelle. Pour elle s'était une occasion en or pour montrer ce dont elle était capable et pour accomplir sa petite vengeance personnelle. Résultat des courses, elle en est sortit encore plus fortes, plus téméraire et compte bien remettre ça au plus vite. La réussite de la DLCEM n'a fait que confirmer que le choix qu'elle avait fait de les rejoindre était le bon. Pour elle la DLCEM n'a rien à vanter aux demi-dieux. Ils ont vaincus, et ils vaincrons encore.
à propos du joueur.
PSEUDO/PRÉNOM •• Lydie (lily) ÂGE •• 19 ans COMMENT AS-TU CONNU MALUM DISCORDIAE ? •• :3 COMMENT TROUVES-TU LE FORUM •• :3 AVATAR •• Margot Robbie SOUHAITES-TU UN PARRAIN ? ••    SI JAMAIS JE PARS ••    UN DERNIER MOT ••  
©️ .ipar haizea


Dernière édition par Monet L. Kaplan le Sam 31 Oct - 12:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York.
messages : 383
parmi nous depuis le : 30/10/2015

DLCEM.

MessageSujet: Re: Monet × The Song of Purple Summer   Ven 30 Oct - 22:13

Don't Do Sadness
two birds, one millstone
☞ Monet Kaplan, huit ans.

La flèche avait loupé sa cible, une nouvelle fois. Madame Kaplan se pencha vers sa fille en souriant et ajusta son arc. Elle lui mit ses mèches blondes derrière les oreilles et lui souffla de se concentrer à nouveau. Monsieur Kaplan regardait tout cela de loin. Il y avait bien longtemps qu'il n'y avait plus rien à redire sur l'éducation de sa fille. Il était effacé. Il était quasiment muet. Il avait essayé de dire à sa femme que le tir à l'arc pour une enfant de huit ans n'était peut-être pas la première des priorités aussi. Le combat en corps-à-corps aussi d'ailleurs. Mais Marlène Kaplan n'en avait rien à faire. Sa fille serait sa guerrière à elle. Sa fille serait forte, sa fille serait une déesse.

« Comme ça Maman ? » La flèche avait atteint sa cible. « Excellent ma belle, recommence ! »

Monet Kaplan s'appliqua à nouveau. Bien faire pour sa mère, c'était son but. Elle se devait de réussir, parce qu'elle lui avait donné toutes ses chances. Du coin de l’œil, elle vit son père la regarder d'un air complètement vide. Son père n'avait jamais été proche d'elle. Il avait toujours tout laissé faire par sa mère. Elle était trop jeune pour se rendre compte de quoi que se soit, mais bien assez tôt, la petite Monet se rendrait compte que son père était là que pour faire de la figuration, comme tous les hommes dans la famille Kaplan. Et puis, de toute façon, elle était bien avec sa mère, non ?

☞ Monet Kaplan, dix ans.

Elle avait la tête collée contre la vitre et regardait les paysages français défiler sous ses yeux. C'était beau la France. Les Kaplan venaient rendre visite à de la famille, dans le sud du pays. Enfin, c'était plus une réunion de famille et ils étaient les derniers à arriver, bien évidemment. Madame Kaplan avait eu des affaires urgentes de dernières minutes à régler. Quitter sa bien-aimé Amérique avait été compliqué, Monet avait toujours eu peur de prendre l'avion. Mais tout s'était bien passé et, à son plus grand plaisir, ses parents avaient décidé de louer une voiture avec toit ouvrant pour se déplacer une fois au pays.

« C'est quoi ça ? Maman, Maman ! » « Maman conduit chérie, ce sont des... moutons. » « Oh, trop bien ! »

C'était peut-être bête, mais elle n'en avait jamais vu en vrai. En Virginie, dans la ville de Boyce, c'était plus les chevaux. Pas de moutons, ou en tout cas, pas près de chez elle. Son père mit un de ses cd de musique classique et sa femme soupira. Monet ricana dans son coin. Son pauvre papa n'avait jamais le choix de la musique dans la voiture. Mais elle était contente, avant de partir, il était venu assister à un de ses matches de lutte. Et de tir. Une vraie fierté. Il l'avait même accompagné à la chasse avec sa mère l'autre jour. Elle s'était demandée ce qui avait changé chez son père pour qu'il ose s'intéresser à ses activités extra-scolaires. Il avait du prendre son courage à deux mains et s'imposer. Sa mère avait tenu à ce qu'elle poursuive ses sports. Elle était devenue plutôt douée.

« On est bientôt arrivé maman ? » « Oui ma chérie, dans dix minutes »

Elle savait qu'elle disait ça au pif, pour la faire taire mais fit mine d'avoir compris et reporta son attention sur les forêts qu s'étendait sous ses yeux, sans fin. Son père monta la musique, elle chantonna. Elle n'aimait pas plus que ça les voyages en voiture. Mais son père lui avait murmuré que c'était un moyen sympa de découvrir de nouveaux paysages. A propos des arbres. Ils étaient drôlement près de la vitre.

« Maman, tu roules sur l'autre file... » « Chérie ? Chérie est-ce que ça va ? » « Maman ? »

L'impact fût rude. Madame Kaplan avait lâché le volant, et sa tête avait cogné son tableau de bord. La voiture sortit de la route et Monet hurla. Son père tenta désespérément de prendre le volant mais le mal était fait, la voiture heurta un arbre aux allures centenaires et son père, bien que retenue par sa ceinture, fut projeté en avant. Dans un fracas effroyable, elle le vit s'écraser contre le parebrise et sentit le moteurs vrombir de plus belle. La petite fille hurla, la voiture à l'envers avait pris feu. Elle se débattit du mieux qu'elle pu, tira sur sa ceinture tendit que les flammes commençaient à lécher la carrosserie avant du véhicule. Impossible. Elle était coincée. Et sa mère qui ne répondait toujours pas.

« Maman ! Maman ! »

Sa ceinture céda et elle tomba. Elle commença à ramper, tentant de s'extirper de là. Pourquoi les vitres étaient-elles fermées ? Pourquoi ? Elle tapa dessus, griffa la portière jusqu'à en saigner en vain. Elle toussota quand la fumée commença à envahir le peu d'espace qu'il lui restait. Son père était toujours immobile, le crâne en sang et sa mère ne répondait plus. Elle se sentit plonger petit à petit. Elle ne voyait plus rien, elle ne sentait plus rien. Le moteur faisait un bruit inquiétant. Et puis, d'un coup, la vitre se brisa, lui envoyant des éclats de verre au visage.

Elle se réveilla dans un lit d’hôpital. Un homme inconnu était là, au bout de son lit. Sa tante était là elle aussi, avec son mari et sa fille. Elle était en larmes. Monet remua les lèvres. Elle avait mal. Elle avait l'impression que sa jambe était en feu. Et son corps tout entier aussi d'ailleurs. Elle avait une jambe dans le plâtre. Et son visage semblait couvert de pansement. Elle bougea un orteil et la douleur ne se fit pas attendre. Elle serra les dents, sentant les larmes lui monter aux yeux. Un homme en blouse arriva, son carnet médical à la main.

« Ma petite, vous êtes réveillée ! » « Où sont mes parents ? » « Monet... » sa tante avait pris la parole. « Ils sont morts, c'est ça ? » Elle baissa la tête. Oui, ils étaient morts. Évidemment. « Tu es une miraculée, sans cet homme... »

L'homme au bout du lit esquissa un sourire. Son sauveur. Il était incroyablement grand, il avait une épaisse chevelure brune et de petits yeux verts. C'était lui qui l'avait sorti de là, qui avait brisé la vitre. On lui expliqua tout dans l'heure qui suivit. Comme quoi sa tante et son oncle s'étaient portés garant pour prendre soin d'elle. Qu'ils rentreraient tous en Virginie. Qu'elle allait retourner à Boyce. Désormais, elle serait leur fille. Avant de partir, le sauveur se présenta. En fait, il donna juste un nom. Hartley.

☞ Monet Kaplan, douze ans.

Monet haïssait sa vie. Son visage ne s'était jamais vraiment remis, contrairement à sa jambe. Elle avait du être opérée de nombreuses fois pour laisser le moins de traces possibles. Et Monet haïssait cette cicatrice qu'elle avait en haut du front. Elle s’effaçait avec le temps, mais elle lui rappelait l'accident. Vivre avec son oncle et sa tante, était un véritable enfer. Son oncle était comme son père, effacé. Tous les hommes Kaplan l'étaient... Sa cousine était du style prochain mannequine pour le rayon enfant de H&M. Et sa mère en était fière. C'était écœurant, comment pouvait-elle autant ne pas ressembler à sa mère, sa vraie mère ? Elle eut une interdiction formelle de reprendre ses sports de combat, et sa tante l'inscrivit à des cours de danse, mais, après moult discussions, Monet négocia la gym qu'elle trouvait plus utile. Mais sa vie était un enfer. Elle n'avait pas retrouvé sa place d'enfant chérie. Et sa cousine lui sortait par les yeux. Elle était retardée (du moins, c'était comme ça que Monet la voyait), était incapable de lire correctement les trucs et était hyperactive. Et pourtant, ses parents lui vouaient un véritable culte.

« T'es jalouse c'est tout. Parce que je suis la première depuis des années à être comme ça, c'est tout. Je suis exceptionnelle. »

Et puis quoi encore. Elle était Jésus Christ version féminin envoyé sur terre ? Ce qui était sûr, c'est que May, tel était son prénom, ne se prenait pas pour n'importe qui, ni n'importe quoi.

« Mon père est un dieu. »

Elle lui avait lâché sa comme ça, au beau milieu d'un repas de famille. Sa mère avait rougi, puis lui avait caressé les cheveux. Son père, un dieu ? Si c'était de l'homme qui se rongeait les ongles au bout de la table dont elle parlait, elle remettait aussitôt en question les croyances de centaines de milliers de personnes. Mais évidemment, comme si ce repas n'était pas déjà horrible (il mangeait des tripes), sa mère en rajouta une couche.

« Les femmes Kaplan attendant toujours que leur fille arrive à un certain âge pour comprendre. » Oui, les femmes. Parce que, c'était comme une malédiction dans la famille, les femmes Kaplan faisaient des femmes Kaplan. Pas de garçons. « Pour comprendre quoi ? Vous savez, je ne suis pas stupide. » Elle lui tapa sur les doigts avec sa fourchette. « Dis donc ! » Elle soutint son regard, droite comme un I. « Que sais tu de la mythologie Monet ? » « Ce qu'il faut savoir. Grecque ou Romaine ? » « Les deux » « Bah... Des dieux, des héros, des super aventures et... » « J'en étais sûre, ta mère ne t'a même pas... Pfft. Elle ne t'a même pas préparé. » Si, elle l'avait préparé à devenir une héroïne. Pour qui elle se prenait l'autre conne ? « Nous avons un secret de famille nous, les Kaplan. Ce dernier concerne un dieu. »

L'histoire était carrément dure à avaler. Voir impossible. Alors comme ça, les dieux existaient ? Et autrefois, il y a fort fort longtemps, une Kaplan avait croisé la route du dieu Mars qui bien évidemment, lui avait fait môme ? Foutaise. Elle ne le crut pas. Tout comme elle ne cru pas la suite. L'histoire de cette fille, qui avait combattu des monstres. L'histoire des Kaplan qui, depuis sa mort, attendait patiemment de croiser à nouveau le dieu Mars. Une histoire complètement barré, tordue. Et son histoire de mortels qui avait un don. Tous les Kaplan voient à travers la brume, disait-elle, toi aussi. Et le meilleur dans tout ça, c'était May. May était une demi-déesse. Jalouse, elle l'était oui, et pas qu'un peu. Il avait fallu que sa tante, sa débile de tante croise la version grecque de Mars et que.. Paf. Mais bon sang ! Cette fille était l'incarnation même de la déception ! Elle était mince comme un clou, elle était stupide, et était incapable de se défendre. Ils ne s'étaient pas trompés de dieu là ?

☞ Monet Kaplan, treize ans.

« Tu m'apprend Monet ? » « Non » « Mais si, je pars au camp dans une semaine, je veux pas êtres ridicule. » « Tu l'es déjà, alors dégage sale conne » « Monet ! »

Sa tante l'avait entendu et l'avait giflé. Sa cousine avait ris. Elle allait devoir rester seule avec sa tante et son oncle. Toute l'année parce que leur chère fille allait dans une super colonie pour les gens comme elle. Elle en avait marre. Pourquoi tout cela ne lui arrivait pas à elle ? C'était elle qui avait tout perdu, c'était elle la plus forte des deux. Et non, tout allait pour May. Sa minable cousine de douze ans.

« Tu sais quoi , j'espère que tu vas y rester, à ton foutu camp. Et longtemps. Peut-être même qu'un cyclope va te manger toute cru ! » « Maman ! »

Elle fondit en larme et Monet fonça dans sa chambre. Elle voulait partir, et vite. Elle voulait quitter cet endroit. Sa mère n'avait jamais voulu ça pour elle.

☞ Monet Kaplan, quatorze ans.

Les histoires de super-héros avaient bercé son enfance, elles berçaient à présent son adolescence. Elle se rendait souvent dans la petite libraire de la ville pour en lire, juste après ses cours. Elle rentrait tard. Elle n'avait pas le malheur de voir sa stupide mère adoptive comme ça. Et de l'entendre chanter les louanges de sa fille devenue forte, belle, gracieuse, bref, divine.

« Monet, c'est ça ? »

Elle leva les yeux de ses comics et croisa le regard de l'homme qui l'avait appelé. Son visage lui disait quelque chose. Évidemment. Un visage qu'elle ne pourrait jamais oublier. Le sauveur. Hartley. Oui, c'était lui. Elle se leva d'un coup et lui serra la main.

« Tu as grandi dis donc ! » « Vous habitez ici ? » « Tu es adorable. » « En Virginie ? Et vous ne m'aviez rien dit ? » « Tu as l'air forte. »

Elle rigola devant cet échange de sourds et le serra dans ses bras. C'était plus fort qu'elle. Il parut surpris, mais ne la repoussa pas. Elle n'était pas plus tactile que ça, mais cet homme l'avait sauvé, et elle n'avait jamais su comment le remercier. Quelle chance avait-elle de le croiser ici ? Aux états unis ? Zéro normalement, mais visiblement, aujourd'hui, la chance lui souriait.

« Je te raccompagne chez toi ? » « Je veux bien, oh, Hartley, vous ne pouvez pas imaginer comme vous m'avez manqué ! » « Vraiment ? » « Oui, vous êtes mon sauveur Hartley ! »

Il la raccompagna chez elle. Et ce fut là qu'il la vit. May était dans le jardin. Et elle s'entraînait. Elle s'entraînait toujours quand elle revenait de ces camps, elle voulait être chef de bungalow plus tard, ou elle ne savait trop quoi. Une autre connerie de demi-dieux sans doute. Et Hartley resta figé.

« Heu oui, c'est une épée de famille, elle aime bien s'amuser avec... » « J'y crois... j'y crois pas. » « Heu, vous savez, je suis plus douée qu'elle, si vous voulez je vous montre. » « Mars ou Arès ? » « Pardon ? » « Son père, Mars ou Arès ? »

Monet sentit le sol se dérober sous ses pieds. Pas lui. Pas encore un qui allait lu dire qu'il était le fils de elle ne savait qui, qu'il avait aussi de super pouvoirs et que...

« Ta mère avait raison. » « Ma mère ? Qu'est ce qu'elle vient faire là ma mère ? Vous voulez dire, ma tante ? » « Non, ta mère, écoute Monet... » « Vous la connaissiez. » « Je peux tout te raconter. »

Elle baissa la tête. Elle en avait marre des révélations à deux balles. Elle se seraient cru dans un mauvais film fantastique des années 1900. « Je suis ton père Luke... Bouuuh ! » Bon, Star Wars n'était pas mauvais, mais mince quoi, elle avait l'impression d'être le pauvre petit Luke, perdu, paumé, à qui on apprenait la vie tous les jours. Bon, à l’exception que Luke lui, il était genre le sauveur de la galaxie. Pas elle. Et Hartley alors ? C'était qui dans l'histoire ? Le maître Jedi ? Il connaissait sa mère depuis le lycée très exactement. Il était plus jeune qu'elle, mais ils avaient bien accroché. Sa mère travaillait à l'époque en tant que bibliothécaire, c'était comme ça qu'ils s'étaient connus. Époque où cette dernière avait d'ailleurs rencontré son père et sur le coup, Monet se demanda pourquoi elle n'avait pas choisi Hartley plutôt que lui. Bon d'accord, peut-être à cause de son âge à l'époque. Mais mince quoi... Au moins lui savait s’affirmer. Sa mère lui avait parlé de l'histoire des Kaplan dès qu'elle avait su pour May. Par jalousie sans doute, vu la suite de l'histoire.

« Ma cousine contrôle déjà tout. Et vous dites qu'avec votre super bande d'agent secret, vous allez y mettre fin ? Je voulais être comme elle. » « Non, tu es parfaite comme tu es, ta mère y a veillé. » « Ma mère voulait combattre un truc qui faisait partie d'elle ? Elle savait que ma cousine était... ça ? » « Oui. Monet, tu pourrais apprendre tellement plus, tu es encore jeune, si tu voulais, tu serais plus forte que... Ta cousine. » « Alors je pars avec vous. » Il la regarda d'un air interloqué. « Mais ton oncle et ta tante vont... » « Je pars, j'ai dis. Je vous en supplie, prenez moi avec vous. J'en ai marre de la regarder se pavaner. Je n'en peux plus de faire la cuisine tout les soir pour elle. Je veux être libre. »

Il lui prit la main, un large sourire sur le visage. Elle lui sourit en retour et plongea son regard azur dans le siens. Étrangement, Hartley n'avait pas tenté de protester un peu plus. Enlever une gamine, certes, elle le voulait, mais enlever tout de même une gamine ne lui faisait visiblement pas froid aux yeux. N'importe qui aurait du trouver cela alarmant, mais pas Monet. Pas la petite fille qui savait où elle allait, qui savait ce qu'elle voulait. Tout serait mieux que vivre chez ces idiots. Elle regarda une dernière fois sa cousine, au loin, dans le jardin. Son oncle et sa tante qui la regardait. « Adieux, bande de connards... May, à bientôt. »

☞ Monet Kaplan, quinze ans.

Elle était toujours Monet Kaplan, mais pour des raisons évidentes, elle avait pris le nom de son désormais... Tuteur, qu'elle se plaisait à nommer papa. Hartley avait beau n'avoir que vingt-sept ans, il était un père parfait. Il l'avait certes placé dans un collège pour fille (plus pour des raisons de proximités que pour autre chose) et ne savait pas faire les pâtes correctement mais à côté de ça, il était top. Elle n'avait plus eu de nouvelles de son oncle et sa tante et tant mieux. Hartley était sa seule famille désormais. Il avait une manière étrange de lui apprendre la vie. Elle lui posait souvent des questions sur sa famille à lui. Et il 'était peu bavard. « Oh, j'ai coupé les ponts depuis longtemps... c'est compliqué M' ». Et elle s'arrêtait là. De temps en temps, elle le surprenait à parler dans son sommeil, d'un frère. Mais jamais elle n'en su plus que ça. Il avait un frère, et il semblait lui manquer.

☞ Monet Kaplan, vingt et un ans.

« Je suis fière de toi. Il s'en sortira indemne. » « Il m'a dragué. Dans une ruelle. Il m'a touché l'épaule Hartley. » Elle aimait l’appeler par son prénom. Elle aimait son prénom. « Monet... » « Tu aurais fait quoi toi ? » « Je ne l'aurais peut-être pas balancé contre un mur. » « Certes. Au moins, il ne recommencera plus. » « Contrôle toi un peu, comment tu veux que je te recommande sinon ? »

Oui, c'est vrai. Depuis qu'elle avait quinze ans, elle en rêvait. Être comme lui, un agent de la DLCEM. Il refusait de la faire rentrer tout de suite. Il voulait un peu attendre au moins qu'elle ai un diplôme. Elle l'avait eu son diplôme, histoire même. Depuis elle allait de musées en musées pour archiver, trier, classer des livres vieux comme le monde. Mais son objectif, c'était la DLCEM. Et elle n'avait pas le temps d'aborder les gens, de se faire une vie sociale. Elle n'en avait rien à faire. Elle voulait être comme lui.

☞ Monet Kaplan, vingt trois ans ans.

Enfin, elle y était. Hartley lui avait dit que sa mère était fière d'elle, qu'elle veillait toujours sur elle, depuis le ciel. Hartley l'avait encouragé, supporté jusqu'au bout. Elle lui était éternellement reconnaissante. En plus d'être son sauveur, il était devenu un père, puis un mentor. Elle aimait son Hartley. Sans lui, elle serait toujours à Boyce, peut-être à poursuivre l'élevage de chevaux de son oncle. « Hartley ? » « Oui ? » Elle n'eut pas le courage de le lui dire en face. Elle n'avait jamais était très sentimentale. Elle n'avait jamais réussi à dire à sa mère qu'elle l'aimait. Alors son père adoptif... elle baissa les yeux et se maudit d'être comme cela. Il lui tapota l'épaule avec un sourire. « Je t'aime aussi Monet, je t'aime comme ma propre fille. » C'est ce qu'elle voulait entendre.

☞ Monet Kaplan, vingt quatre ans.

« Je suis désolé ma belle » « Toute mes condoléances, ton père était génial » « Hartley va tous nous manquer ma jolie, il était super. »

Elle se contentait de hocher la tête, sans rien dire. Que dire de plus, de toute façon ? Elle avait encore perdu un être cher. Un accident on lui avait dit. Hartley était parti en mission, sur le terrain. Et il n'était pas revenu, voilà tout. Une attaque de monstre, on lui avait dit. On lui avait aussi toujours dit que les monstres ne s'en prenaient pas aux mortels. C'était parce qu'il voyait à travers la brume, comme elle ? Ou parce qu'il l'avait cherché ? Ou alors il était un dommage collatéral d'une confrontation entre demi-dieu/monstre ? Elle s'en foutait, elle ne voulait pas savoir. De toute façon, il était mort à cause d'eux. De ces erreurs de la nature, cette pitoyable mythologie. Oh, le moment venu, Monet se vengerait. Pour lui, pour son père.

☞ Monet Kaplan, vingt cinq ans.

Choisis ta team on lui avait dit. Elle s'était portée volontaire pour s'occuper de la colonie des Grecs. Elle qui rêvait de voir cet endroit depuis ses treize ans ! Elle n'allait tout de même pas rater une occasion pareille. Alors elle s'embarqua avec quelques autres agents de terrain et partit en direction de la colonie des sang-mêlés.

Leur attaque fût rapide, éclair, le mot ici était juste. Monet avait un but, elle savait déjà ce qu'elle allait faire. Elle se doutait bien qu'elle était toujours là. Elle qui avait juré qu'elle resterait fidèle jusqu'au bout à sa chère colonie. Après les événements de New York, elle avait du y retourner. Des cris, mêmes des pleurs. Armée jusqu'au dent, elle s'était faufilée à travers les bungalow avec ses collègues. Et puis quelqu'un sonna l'alerte et ils cessèrent de se faire discret. Elle tira des coups pour effrayer, et passa à l'acte. Des gamins. C'était comme une bande de gamins en vacances. « Hartley. » pensa t-elle. Non, ce n'était pas que des gamins. On l'attaquait, elle se protégeait. Rien dire, ça faisait du bien. Le plaisir d'entendre hurler, de tirer une nouvelle fois. « Concentre-toi, regarde, tu es y presque ma belle » La voix de sa mère pendant qu'elles étaient à la chasse résonnait dans sa tête. La bête s'écroula. Touché. Au suivant. La suivante en question lui tomba dessus. May. Oh, elle avait bien grandi. Elle avait l'air moins bête. Et un peu moins faiblarde aussi. Mais c'était elle la meilleure, Hartley lui avait juré.

« Mo..Monet ? » « Surprise. »

May frappa la première d'un coup d'épée, mais Monet fut plus rapide. Elle avait toujours dit qu'elle manquait d'entraînement. Toujours. Et sa théorie était juste. Elle avait pris son épée, et l'avait poussé à terre.

« Monet, pourquoi tu fais ça ? Pourquoi vous faite ça ? » « Parce que ça aurait du être moi. Et vous m'avez pris Hartley. » « Papa et Maman t’ont pleuré durant des jours... Pitié... » « Tu en penses quoi Hartley ? » « Ah qui tu parles bon sang ?! » « J'en rêvais depuis longtemps, de te donner une bonne leçon. Adieu May. Regarde Hartley, regarde bien. » « Pitié Monet... »

Et l'épée s’enfonça une première fois dans sa poitrine et May hurla une dernière fois. Monet recommença une deuxième fois, puis une troisième fois. Si on l'avait laissé faire elle aurait sûrement pendu son cadavre. Elle l'aurait exposé à la vue de tous. Parce qu'elle le voulait. Parce qu'elle en avait besoin. Après tout, elle lui avait toujours tout pris. Elle voulait la voir souffrir, encore et encore. Et la voir agoniser était encore mieux. On tira sur son bras. Elle n'arrivait pas à détacher son regard de celui de May. Elle était morte. Elle avait réussi. Des deux gamines Kaplan, il ne restait qu'elle. Elle était la seule et l'unique, elle avait réussi.

« M' ? On y va ! »

Sans un dernier regard pour celle qui avait été un jour sa sœur, elle se retourna et quitta la colonie. Un charmant endroit d'ailleurs. À l'occasion, elle y retournerait bien, mais en plein jour pour changer.

Le soir, elle rentra d'abord au QG. Elle prit une douche, se changea et comme à son habitude, fit le tour des bureaux. Elle aimait bien voir les nerds en actions. Ou les stratèges. Ou les autres. Bref, les gars qui restaient derrière leurs écrans ou leur bureau. Elle ne les comprenait pas ceux-là. Elle passa devant le bureau d'un de ses collègues, qui subissait régulièrement les moqueries enfantines de son voisin et s'arrêta justement chez ce dernier, arrivé il y a quelques mois. « Tu ne rentres pas chez toi ce soir Isaure ? » Il était vraiment étrange lui, mais elle croyait les autres quand ils disaient qu'ils feraient une bonne recrue. Mais bon, elle ne savait pas trop à quoi s'attendre de la part d'un homme qui tenait des blogs sur la mythologie. Et quelques rumeurs disaient même qu'il avait lui aussi eu une histoire avec une sang-mêlés grecque. De quelle nature elle n'en savait rien, mais ça leur faisait un point commun. « Non, je vais rester là encore un peu... » Elle haussa les épaules et quitta la pièce en souriant. Demain était un jour nouveau, elle se demandait déjà comment les deux attaques allaient être perçu. Et quel serait le prochain plan de la DLCEM.
© .ipar haizea


Dernière édition par Monet L. Kaplan le Sam 31 Oct - 15:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1287
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: Monet × The Song of Purple Summer   Ven 30 Oct - 22:14


Mon épouse bien-aimée. :hearty: :hearty: :hearty: :hearty: (re)BIENVENUE SUR CETTE PLANÈTE BIZARRE, MADEMOISELLE L'AGENTE EN CHEF ! classe classe


_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York.
messages : 383
parmi nous depuis le : 30/10/2015

DLCEM.

MessageSujet: Re: Monet × The Song of Purple Summer   Ven 30 Oct - 22:17

Ton épouse, ton épouse... c'est vite dis mon coco sadique
Merci petit employé de la DLCEM -

_________________
Il y a des choses qu’on fait par nécessité, par désir ou encore par devoir, et d’autres parce qu’on n’a absolument pas le choix. En général, ces dernières impliquent un risque mortel. C’est le cas ici.
MONET LAYLA KAPLAN ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1492
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Monet × The Song of Purple Summer   Ven 30 Oct - 22:19

une agent de terrain, je prépare mon autel à ta gloire

bienvenue

même si je vais me prendre des baffes et que tu me prends pour un bon à rien

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1287
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: Monet × The Song of Purple Summer   Ven 30 Oct - 22:19

Ne sois pas condescendante...
En tout cas, j'ai bien hâte de lire l'histoire !

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York.
messages : 383
parmi nous depuis le : 30/10/2015

DLCEM.

MessageSujet: Re: Monet × The Song of Purple Summer   Ven 30 Oct - 22:22

Marvin, un autel, un autel ! Je suis flattée :3 Merci en tout cas ♥️
Mercedes, tss, tu ne perds rien pour attendre toi classe je pense poster ça demain, histoire de faire une dernière relecture et de mettre en page... parce que c'est limite plus long que d'écrire xD

_________________
Il y a des choses qu’on fait par nécessité, par désir ou encore par devoir, et d’autres parce qu’on n’a absolument pas le choix. En général, ces dernières impliquent un risque mortel. C’est le cas ici.
MONET LAYLA KAPLAN ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1287
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: Monet × The Song of Purple Summer   Dim 1 Nov - 11:42




Bienvenue Monet !

tu es des nôtres !


Sois la bienvenue sur Malum Discordiae, Monet L. Kaplan ! Te voilà donc validée ! Ta fiche était géniale, comme promis ! Pauvre May quand même, elle a pas eu tant de bol que ça dans sa vie. xD Bon en tout cas, j'ai hâte de voir madame l'agente de terrain en action sur le forum, ça risque de décoiffer ! What a Face Et j'ai bien envie de visiter son appartement aussi, je l'imagine cool. Arrow En tout cas, je prie pour que les demi-dieux ne croisent pas trop ta route, ils risquent d'avoir du soucis à se faire. yeah Profite bien de ce personnage !

Maintenant que tu fais partie des nôtres, voici ce que tu en dois surtout pas oublier Si ton personnage est un sang-mêlé, rendez vous juste et enfin, ici. Si ton personnage fait partis de la dlcem, rendez vous juste . Pour recenser le travail de ton personnage, c'est juste .

Ensuite n'oublie pas d'ouvrir ta fiche de liens à cet endroit et ta fiche de sujets juste là. N'oublie pas de remplir ton profil, c'est toujours plus agréable pour les gens avec qui tu rp !

Enfin, si t'as une question, une suggestion, une demande, n'importe quoi, ou même si t'as juste envie de causer, n'hésite pas à t'adresser à Tristan E. Langley ou bien Loïs I. Clinton. Tes administrateurs qui sont là pour toi !


_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York.
messages : 383
parmi nous depuis le : 30/10/2015

DLCEM.

MessageSujet: Re: Monet × The Song of Purple Summer   Dim 1 Nov - 11:50


_________________
Il y a des choses qu’on fait par nécessité, par désir ou encore par devoir, et d’autres parce qu’on n’a absolument pas le choix. En général, ces dernières impliquent un risque mortel. C’est le cas ici.
MONET LAYLA KAPLAN ✽
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Monet × The Song of Purple Summer   

Revenir en haut Aller en bas
 

Monet × The Song of Purple Summer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Version 12 : Purple girl
» [Manga] Purple Girl
» Dragibus.G
» Série TV - Doctor Who
» maëlle/smooth criminal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ GESTION DU PERSONNAGE.  :: rejoindre notre univers. :: ils ont réussi.-