Partagez | .
 

 Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
ITINÉRANT.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Quelque part à NY.
messages : 1471
parmi nous depuis le : 28/05/2013

ITINÉRANT.

MessageSujet: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   Dim 10 Jan - 23:32

Loïs faisait la tournée des restaurant de Broadway depuis maintenant deux semaines. Jamais elle n'aurait réussir une telle chose dans sa vie et pourtant. Elle avait tout bêtement suivis les conseils de son meilleur ami. Faire profil par, changer de peau. Elle avait dit adieux à ses longs cheveux blond, bonjour au noir corbeaux. Elle elle s'était surpris en entrant dans le bureau d'un patron de restaurant cherchant une chanteuse pour le dépanner le temps d'un soir. Elle avait marqué un point, et depuis, il lui conseillais divers adresses pour chaque soir. Elle chantait principalement des chansons française, la faute à s amère qui lui en avait fait écouter des caisses lorsqu'elle était enfant. Elle avait du aussi du dire adieux à ses tenues de sports ringardes, qu'elle portait depuis l'âge de six ans. Tristan lui avait aussi conseillé de changé de style. Elle avait opté pour le style jean tee shirt, mais beaucoup plus féminin qu'avant. Et évidement, Loïs restait Loïs, mais pour les autres elle se présentait comme Iseult. Elle n'était pas allée bien loin pour le trouver, c'était juste son second prénom. Mais là dessus elle manquait juste cruellement d'imagination. Les gens avaient l'air d'apprécier, pour eux ça sonnait complètement exotique. Et tant mieux.

Ce soir là le restaurant était bondé. Il fallait dire que le Ellen Stardust était souvent rempli de touristes curieux. Quand elle termina sa prestation de Edith Piaf, les français applaudirent, visiblement heureux de voir une américaine chanter une chanson de leur pays. Elle s'étonnait elle même d'avoir un si bon accent. Comme quoi ses quelques cours de langues française lui avait été utile, à et force de persévérer, son accent n'était pas si mal. Elle salua la foule et retourna en cabine. Comme d'habitude le patron la prenait en pitié et lui offrait l'assiette du soir. Il était gentil comme tout, un vrai ange gardien. Elle aimait beaucoup venir chanter dans son restaurant. Le sourire au lèvres, elle le remercia encore une fois du regard. Jamais au grand jamais Loïs aurait pu imaginer en arriver là. Elle s'installa au bar pour grignoter dans son coin tandis que la suivant prenait son tour. Ah, visiblement c'était le moment des musiques country. Pas trop son truc, mais c'était sympa à entendre surtout que la jeune femme avait une voix parfaite. Son don ne venait pas l'ennuyer. Du moins, quand elle était sur scène. Les gens restaient éveillés en l'écoutant chanter. C'était une première. Pourtant elle continuait de faire profil bas. Elle n'allait pas souvent vers les gens de peur de provoquer une catastrophe ou d'éveiller son don. Après tout, les demi-dieux, et surtout elle, n’étaient pas réputés pour leur grande chance dans la vie. Il fallait toujours qu'ils tombent sur des gens mauvais (souvent des monstres camouflés) qui en voulait à leur vie, et ça, peut importe l'endroit où ils mettaient les pieds. La poisse. Elle sirota son jus d'ananas, perdue dans ses pensées quand soudain, un homme vint la sortir de sa rêverie.

_________________
Tout comme il y a deux versions à chaque histoire, il y a deux versions à chaque personne. Une version que nous révélons au monde et l’autre que nous gardons cachée... Chacun de nous a la capacité d’accomplir le bien et le mal mais ceux qui sont capables de brouiller la ligne de division morale détiennent le vrai pouvoir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1284
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   Dim 10 Jan - 23:58

Soulagé, Mercedes poussa la porte du bar et secoua la tête, remarquant à peine les regards agacés des clients proches de l'entrée quand il projeta de l'eau partout. À l'extérieur, un véritable déluge s'abattait sur les trottoirs neyorkais et puisqu'Asha avait oublié son parapluie… il avait bien fallu qu'il vienne la chercher. Comprenez : cela ne le dérangeait absolument pas, venir chercher sa colocataire était devenu une habitude et ça leur laissait l'occasion de bavasser sans fin sur le chemin du retour, comme deux gamins rentrant de l'école. Entre elle et son accent français et lui et ses intonations écossaises à couper au couteau, ils ne se comprenaient qu'une phrase sur deux. « Asha ! » Elle travaillait ici comme serveuse et se sentait comme un poissons dans l'eau. « Ah, Mercy ! Oh mon dieu, tes cheveux. » Dressée sur la pointe des pieds sur le rebord d'un tabouret, elle lui planta les doigts dans le crâne pour applatir l'ensemble, consternée devant la masse qui faisait sa vie. « Tu n'es pas censé imiter les chiens et t'ébrouer quand t'es mouillé, mec. Quand même. » « Toujours aussi bruyant, ton bistrot, Ash'. » « Qu'est-ce que tu veux, entre la musique, les chanteurs et les gens... »

Trois minutes après, Mercedes laissait Asha terminer son service et se laissa tomber sur un tabouret devant une bière. La fille qui chantait le faisait bien, quoi qu'il ne comprit à peu près rien à ce qu'elle racontait. Il savait, grâce à sa colocation avec Asha, qu'il s'agissait d'une chanson française, qu'elle devait vaguement parler d'une vie rose ou de quelque chose dans le même genre. Après, il n'était plus assez calé, bien qu'il fasse des progrès tous les jours. La fille interpréta quelques chansons supplémentaires, qui trouva bien chantées à chaque fois, et il achevait sa bière quand elle quitta la scène. Il laissa tout en plan pour s'approcher d'elle. « C'était… très bien chanté*. » Deux ou trois notions de français, un accent à peu près correct… Mercedes venait de faire un compliment. De l'autre côté du comptoir, en train de passer des verres sous l'eau, Asha lui fit un clin d’œil et tendit son pouce avec un sourire immense dans le genre « c'est bien, continue comme ça ». « Vous chantez souvent par ici ? » Bon sang, mais qu'est-ce qu'il racontait ? Une nouvelle chanson venait de démarrer (Mercedes crut mourir en reconnaissant le style si caractéristique du Country qu'il avait en horreur depuis un certain voyage en voiture terriblement long) mais rien qui égala la voix de la demoiselle et ses interprétation des classiques français. « Euh… Je vous offre un verre ? » Il imitait une série TV qu'il avait vu passer la veille, ne sachant pas vraiment comment se sortir de cette situation. Asha apparut à cet instant avec un sourire qui reflétait la lumière tamisée du bar. « Mercy ! Je vois que tu as fait la connaissance d'Iseult ! » Iseult… Un prénom médiéval un peu bizarre mais français.

* en français dans le texte.

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ITINÉRANT.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Quelque part à NY.
messages : 1471
parmi nous depuis le : 28/05/2013

ITINÉRANT.

MessageSujet: Re: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   Lun 11 Jan - 13:46

«  Oh, merci ! »

Quelqu'un venait de la complimenter, et en français en plus de cela ! Elle posa son verre et lui fit un petit sourire. Comme quoi les gens pouvaient être gentils avec elle.

« Oui, deux soirs par semaines. Heu... Je change de restaurant tous les soirs ! »

Pourquoi se mettait-elle à raconter ça ?  Mystère. Sans doute était-elle trop contente d'engager la conversation avec quelqu'un d'autres qu'une des serveuses d'ici ou bien son meilleur ami. Quand il lui proposa un verre, elle en se fit pas prier. Elle avait bien vu dans les films et les séries qu'elle regardait autrefois avec sa mère que c'était un geste tout à fait banal et sympathique. Alors, rejetant se tignasse brune en arrière (ça aussi elle l'avait vu dans un film) elle accepta. À ce moment là une des serveuses fit irruption (Asha si ces souvenirs de prénoms étaient bons). Mercy, un surnom sans doute ? Et puisque c'était tout ce qu'elle avait, elle allait faire avec. Plus besoin de se présenter à présent.

« Oh, vous vous connaissez ? Vous avez de la chance, Asha est une fille pleine de bonne humeur ! »

Enfin, de ce qu'elle avait pu voir, une véritable boule de... vie et de rire cette fille. Elle lui avait adressé la parole à quelques reprises, surtout quand elle avait pris ses marques dans le restaurant.

« Je vais prendre le cocktail du soir ! »

Elle avait soudain l'air enjoué, et en oublia presque la fatigue qui avait pointé le bout de son nez il y a quelques minutes. Elle allait prendre son courage à deux mains et parler à ce Mercy qui avait l'air gentil, faire connaissance et peut-être passer un bon moment ! On ne pouvait pas dire qu'en relation humain Loïs soit une experte. Il fallait dire qu'elle manquait cruellement de pratique. Elle n'avait eu qu'un seul ami dans sa vie. Et sa mère. Et une baby-sitter. Elle allait faire tous ce que sa mère lui disait de faire dans de tels situations, être aimable, sourire et prendre du bon temps.

« Alors Mercy, que faites vous de beau dans la vie ? »

Bonjour la phrase préfabriqué. Mais elle n'avait pas mieux en stock. Enfin si, s'en suivait les phrases encore plus bidons et bateau du type « Qu'est ce qui vous amène ici ? » ou encore « J'aime beaucoup votre tenue », bref, des phrases, des mots entendus au cours de balade, de films... mais ça, elle ne s'en rendait pas réellement compte. Pour la fille d'Hypnos, tout était parfaitement normal. Elle se contentait d'engager le dialogue, de poursuivre sur sa lancée. D'ailleurs, elle espérait que l'homme n'allait pas piquer du nez. Si en chanson la voix de Loïs ne faisait visiblement pas effet alors qu'elle était en service, elle savait qu'elle en le maîtrisait toujours pas. Peut-être serait-il comme Tristan ? Il était un des rares (pour ne pas dire le seul avec sa mère) à toujours être resté éveillé à ses côtés.

_________________
Tout comme il y a deux versions à chaque histoire, il y a deux versions à chaque personne. Une version que nous révélons au monde et l’autre que nous gardons cachée... Chacun de nous a la capacité d’accomplir le bien et le mal mais ceux qui sont capables de brouiller la ligne de division morale détiennent le vrai pouvoir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1284
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   Jeu 14 Jan - 9:43

Qu'Asha connaisse la chanteuse du soir n'aurait pas dû étonner Mercedes. N'étaient-ils pas devenus colocataires quelques heures après s'être rencontrés ? Peu importe d'où l'on venait, la jeune fille savait mettre n'importe qui à l'aise et aimait à peu près tout et tout le monde. Sinon, ils n'auraient pas eu un canard domestique en liberté dans leur petit appartement new-yorkais. Il échangea un sourire enjoué avec sa colocataire qui ne manqua pas de glisser un clin d’œil complice à la jeune chanteuse avant de discrètement s'éclipser vers une table. Une bouffée d'affection l'inonda. « Oui… Oui, j'ai de la chance. » Il en avait. Vraiment. Sans Asha, il aurait été largué, pauvre villageois perdu dans l'immensité de la Grosse Pomme, sans aucune expérience pour lui venir en aide. Il savait manier les mots, Mercedes, mais c'était tout ce qu'il savait faire. Et Asha savait faire le reste. À deux, ils tenaient leur appartement comme personne, maîtrisant leur minuscule territoire avec acharnement, comme une vengeance envers le monde qui s'obstinait à les piétiner, les maltraiter. « Je vais prendre le cocktail du soir ! » Mercy esquissa un sourire et leva les yeux sur le barman qui s'esquiva pour remplir un verre. « Je vais prendre la même chose. » Il n'avait aucune idée de ce que c'était, ne savait même pas s'il allait aimer. Sa colocataire l'avait initié au goût de l'alcool mais ils en étaient restés à ce qui collait à leur porte-monnaie, donc bières et boissons de mauvaise facture. Cela dit, il n'allait pas prendre un jus de pomme. En soirée, quoi que l'endroit ne fut pas particulièrement agité ce soir, il aurait presque paru suspect à prendre un simple jus de fruit. Et il avait envie de paraître normal ce soir, de s'amuser, pourquoi pas de bavarder avec cette fille qui chantait bien. Quand le barman revint avec leur deux boissons – bleu électric – il sentit une once d'anxiété lui agripper la poitrine. Juste un verre, ça ne pouvait pas lui faire de mal, et d'ailleurs c'était de bien petits verres. Il essuya discrètement ses mains moites sur son pantalon avant de prendre place à côté de la miss. « Monsieur, madame, Blue Hawaiian. Cocktail du soir. » Il fit glisser les deux verres dans leur direction avec un sourire poli et se retira en leur indiquant de lui faire signe si besoin.

C'était mignon de lui avoir adressé la parole à cette fille, Mercedes était fier de lui. Il aurait simplement pu rejoindre Asha, attendre la fin de son service et la raccompagner jusqu'à chez eux en bavardant, comme toujours. Il aurait pu rester silencieux dans un coin à écouter le chant country qui lui brisait les oreilles. Mais non, mue par une soudaine inspiration, il s'était approché de cette fille pour la féliciter. Et maintenant, il ne savait plus quoi dire. Quand il s'agissait de se défendre ou de taquiner, Mercy était un as, tout venait tout seul. En revanche pour faire la conversation et passer ce que le communs des mortels appelleraient une bonne soirée, là il n'y avait plus personne.Il tendit le bras vers son verre en réprimant une grimace de douleur et rapprocha de verre d'Iseult de sa propriétaire. « Honnêtement ? Jamais goûté ! » Ce n'était pas faux, il n'avait jamais eu l'occasion de tester une boisson aussi excentrique visuellement. Rien que le bleu offrait un aspect surnaturel. « Mmh, Curaçao bleu je dirais. Vu la couleur... » Merci Asha et sa faculté à parler en permanence pour sortir des anecdotes toutes plus inutiles les unes que les autres. « Santé mademoiselle. * » Il goûta la boisson avant de répondre à la question de la jeune fille et fut surpris de découvrir quelque chose de plutôt bon. « Oh, je... » Survis. Cela aurait été sa première réponse mais ça ne convenait sans doute pas en pareille situation. Expliquer qui concevait des stratégies et inventait de nouvelles armes pour éliminer des gamins à moitié divins non plus. Il n'avait pas envie de la voir s'enfuir en courant cette Iseult, il souhaitait juste faire sa connaissance et bavarder un peu. Certes il avait ses collègues. Et Asha. Et même Monet. Mais Asha était sa colocataire et les autres restaient enfermés dans tout ce qu'il aurait aimé oublier. Il aurait voulu oublier les monstruosités qui habitaient la terre, oublier ses mains pleines de sang et cette mission au camp grec. Il aurait voulu ne plus penser à son épaule qui le faisait encore parfois souffrir le martyr quand il improvisait un mouvement trop brusque, et ces multiples cicatrices qui refusaient de s'effacer complètement. Juste un soir, juste avec cette fille, il aurait voulu être Mercy le type normal qui boit des Blue Lagoon dans un bar français. Mercy, le gars à l'accent un peu exotique et parfois dur à comprendre mais qui invite une fille à boire un coup. « J'enchaîne des p'tits boulots. J'viens d'Ecosse à la base et c'est pas facile d'arriver à New-York sans rien. » Il parlait mal Mercedes, et il le savait. Jusqu'à présent, il n'avait jamais voulu faire le moindre effort (quel intérêt?) mais ce soir il en avait un peu honte. Il se réfugia dans son cocktail le temps de trouver quoi faire, quoi dire. « Et vous, mademoiselle *, vous chantez tous les soirs ? » Il le savait, elle le lui avait dit : elle chantait dans un bar différent chaque jour et venait dans celui-ci deux soirs par semaine. « Permettez-moi de dire que vous chantez très juste et que vous avez une belle voix. » Il aurait voulu dire qu'il aimait ce qu'elle chantait mais il ignorait l'auteur des chansons et ne voulait pas passer pour un idiot manquant cruellement de culture. Alors il lui sourit simplement, de ce sourire qui l'éclairait et changeait tout, qui le faisait passer d'un type taciturne et renfermé à quelqu'un de beaucoup plus ouvert. Oh, Mercedes ne l'était assurément pas (comment aurait-il pu?) mais il savait faire semblant. Alors il fit semblant jusqu'à paraître vrai, jusqu'à l'être même. « Si vous travaillez ici deux fois par semaine, nous nous recroiserons sans doute. » Il sentit ses pommettes s'empourprer légèrement et goûta de nouveau son cocktail, le cœur battant. « Enfin je viens chaque soir chercher Asha, elle n'aime pas rentrer seule et... » Etait-il seulement possible de ne savoir à ce point pas quoi dire ? « Et donc nous nous recroiserons probablement. » Mourir sur place. Il avait envie de disparaître, de s'enfoncer dans son tabouret.

* en français dans le texte.

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ITINÉRANT.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Quelque part à NY.
messages : 1471
parmi nous depuis le : 28/05/2013

ITINÉRANT.

MessageSujet: Re: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   Jeu 14 Jan - 17:31

« D'Écosse ! Mais c'est fabuleux ! Je n'y ai jamais mis les pieds, mais il paraît que c'est très beau ! Et puis le château d'Harry Potter est là-bas aussi !»

Dat référence. Mais bon, c'était toujours ça. Si elle comprenait bien, il était dans le même cas qu'elle jusqu'à il y a peine quelques temps au niveau boulot. Il fallait dire que même elle, originaire de New York même, elle avait eu du mal. Bien entendu le facteur « casier judiciaire » n'aidait pas beaucoup. Son cocktail avait un drôle de goût du moins, c'est ce qu'elle trouva. C'était peut-être le fait de ne jamais boire d’alcool ou... En même que lui avait-il pris de commander ça ! Pour faire comme dans les films, voilà tout.

« Oh ça... Il faut dire que ma mère m'a éduqué très tôt à la chanson. »

Ce n'était pas tout à fait faux, elle passait toujours son temps à chanter, madame Clinton. Alors certes, Loïs n'avait pas vu l'utilité de savoir chanter jusqu'à maintenant mais aujourd'hui, c'était différent.

« Et Edith Piaf est la chanteuse favorite de mère, je n'ai jamais trop compris pourquoi mais enfin... »

Il se lança alors dans une brillante explication de pourquoi sa présence ici, 'emmêlant un peu les pinceaux mais aux yeux de Loïs, cela n'avait pas vraiment d'importance. Elle qui n'avait pas l'habitude d'être écouté et de parler aux gens, il pouvait dire des choses sans intérêt qu'elle les trouverait quand même digne d’intérêt. C'était presque trop normal pour elle comme discussion. Il fallait dire qu'elle était un être hors du commun, que les activités du commun des mortels ne lui réussissaient pas toujours. S'en suivis un moment de gêne (enfin de gêne, Loïs ne le perçut pas vraiment comme ça puisqu'elle s'était mise à sourire bêtement en cherchant quoi répondre) avant que la jeune femme brise la glace.

« Oh mais avec plaisir ! Je vous aurez bien donné mon numéro de téléphone portable, Loïs et les abréviations courante ça faisait deux, mais heu je... je l'ai perdu. »

Faux, elle n'en avait jamais eu tout simplement parce que les demi-dieux et la technologie ne faisait pas bon ménage. Flûte. Elle savait que c'était le genre de chose à faire en cas de rencontre sympathique et la voilà face à un mur. Et elle ne pouvait pas lui donner d'adresse puisqu'elle n'avait toujours pas son propre logement. Depuis quelques temps elle avait trouvé refuge chez un homme adorable qui  l'avait tout simplement... prie en pitié. Et elle tenait à image de colocataire sage et discrète alors elle ne ramènerait pas des gens inconnus à son colocataire. Il avait déjà l'air un peu travaillé par son boulot... sans doute côtoyait-il des cas un peu usant tous les jours.

« Mais on se retrouvera ici ! Je suis là la semaine prochaine, mêmes horaires !»

***

Une semaine s'était écoulé depuis sa rencontre avec Mercy. Il lui été arrivé de passer de nouveau au même restaurant juste pour demander des nouvelles de son ami (puisqu'elle le considérait comme tel) à la petite serveuse. Et ce soir elle était de service. Puisque la chanson française avait l'air de bien lui plaire, elle en avait préparé de nouvelle issue de la même langue. Parfois elle espérait aussi que son meilleur ami franchisse la porte d'un de ces restaurants. Ils ne s'étaient pas vus depuis trop longtemps à son goût, il devait voir tous le progrès qu'elle avait fait ! Ce matin là elle repassa un coup sur sa couleur brune. Ces cheveux repoussaient à une allure folle et déjà on pouvait voir des racines plus clairs que le reste. Puis elle se prépara pour sa soirée et quand le moment fût venue, grimpa sur sa petite scène pour faire son numéro de chant. Elle chercha des yeux Asha et Mercy et finit par les apercevoir, leur adressant un large sourire entre deux moments de pauses. Sans trop savoir pourquoi, elle était ravie qu'ils soient là. Surtout lui, elle avait tant aimé les compliments qu'il lui avait fait la dernière fois ! Lorsque son tour fut enfin terminé elle se dirigea à grand pas vers eux, un poil essoufflé. Même pour elle tenir aussi longtemps sans fermer les yeux quelques instants et se reposer c'était dur. Après tout, les enfant d'Hypnos était bien connu pour très vite céder à de petit moment de sieste, même débout les yeux mi-clos.

« Je suis tellement contente que tu sois là ! Tu as aimé ?»

_________________
Tout comme il y a deux versions à chaque histoire, il y a deux versions à chaque personne. Une version que nous révélons au monde et l’autre que nous gardons cachée... Chacun de nous a la capacité d’accomplir le bien et le mal mais ceux qui sont capables de brouiller la ligne de division morale détiennent le vrai pouvoir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1284
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   Jeu 14 Jan - 23:48

Si Mercedes fut déçu d'apprendre qu'elle n'avait pas de téléphone portable, il n'en montra rien. Il est vrai que l'idée d'échanger des textos remplis de smileys avec Iseult avait son petit charme mais tant pis. Il était de toute façon certain de la recroiser ici si chanteuse était son emploi. « Eh bien parfait alors, à la s'maine prochaine Iseult ! » Il était aux anges, ravis d'avoir quelqu'un à rencontrer, quelqu'un qui soit à lui, une simple fille de New-York sans commun lien avec le reste, sans lien avec personne. Ça lui plaisait. Il la salua d'un geste vif, lui adressant un dernier sourire, et fit signe à Asha de le rejoindre. Le temps de finir son cocktail et elle l'entraînait déjà vers la sortie, babillant comme une pie. « Elle est mignonne la p'tite Iseult, hein Mercy ? » Il se contenta de rougir vaguement et d'écouter ses bavardages sans fin jusqu'à l'appartement.

× × ×

« Tiens, t'as qu'à mettre la chemise que je t'ai offert l'autre jour ! » `A l'autre bout du téléphone, Asha braillait, essayant de se faire entendre dans le vacarme du bar qui filtrait dans l'appareil. « Sérieux Mercy, tu vas pas retrouver une nana habillé comme un ado des années 2000 ! » « Mais j'vais pas retrouver une nana, je vais juste... » « Ecoute-moi bien, Mercedes Weathley, t'as rendez-vous ce soir avec Iseult donc si, tu vas retrouver une nana. Capish ? » « Euh, mais... » « Compris? » « Oui madame. * » « Sérieusement, t'as révisé ton français cette semaine ou quoi ? » Elle n'attendit même pas la réponse qu'elle raccrocha, excédée par son colocataire. Mercedes contempla tristement l'écran de son portable… et revêtit la chemise. C'est vrai qu'elle lui allait bien cette chemise, que ça le changeait pas mal de ses t-shirts bêtement superposés mais confortables. Il sauta dans ses baskets et quitta l'appartement, soudainement plein d'entrain.

Elle chantait bien. Il était amoureux de sa voix, toute douce, peut-être un poil enfantine encore, qui devait être idéale pour chanter des berceuses ou de jolies mélodies. (D'où il sortait cette bizarre pensée, il n'en avait pas la moindre idée.) Entre deux chansons, le regard d'Iseult tomba sur lui et il lui adressa un petit sourire. « T'aurais pu lui faire coucou quoi, ça s'trouve elle a même pas vu ton sourire... » Mercedes glissa un regard mauvais à Asha avant de se faufiler dans la foule pour venir à la rencontre de la jeune fille qui avait fini sa soirée. Elle le prit de vitesse. « Oh c'était parfait, mademoiselle ! * » Il se fendit d'un immense sourire et se rapprocha d'elle en sautillant. « Vraiment, vous... » Il nota qu'elle l'avait tutoyé. « Tu chantes vraiment super bien, c'est génial ! » L'endroit en revanche lui détruisait lentement mais sûrement les tympans. « Dis… Ça te tenterait d'aller faire un tour dehors ? J'sais pas toi mais j'ai pas eu beaucoup l'occasion de voir New-York. Tu en sais p't-être plus que moi ? » Ils étaient au beau milieu de Times Square, Mercedes supposait qu'ils auraient des choses à voir. Et il avait vraiment envie de profiter de la présence d'Iseult pour faire autre chose que voir des verres, perspective qui ne semblait réjouir ni l'un ni l'autre. « C'est triste hein ? Entre le boulot et tout, j'ai même pas eu le temps de voir du pays alors que je suis là depuis septembre. » Il s'esclaffa, se sentant de nouveau un peu bête mais tant pis, il fallait bien meubler la conversation. Planquée derrière un comptoir, il vit Asha lui fait un V de la victoire avec un clin d’œil et il se demanda brièvement si elle n'avait pas des sens sur-développés. Au mieux elle était juste effrayante à les épier avec autant d'acharnement et d'attention. Tout en parlant à Iseult – il raconta brièvement sa semaine, évoqua une soirée marrante avec sa colocataire – il l'entraîna vers la sortie. Il en était à parler du canard domestique qui avait refusé de sortir de sa mare improvisée dans la baignoire, quitte à lui becqueter les doigts (preuves à l'appui, il montra son index et son pouce cachés sous des pansements) quand ils arrivèrent à la porte. Il l'interrogea du regard. Son coeur battait un peu plus vite que d'habitude et il était surpris de constater qu'en dépit de la foule, il ne voyait qu'elle en train de sourire. Elle était jolie avec ses cheveux bruns et ses yeux clairs et… il lui sourit en retour.

* en français dans le texte.

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ITINÉRANT.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Quelque part à NY.
messages : 1471
parmi nous depuis le : 28/05/2013

ITINÉRANT.

MessageSujet: Re: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   Sam 16 Jan - 21:50

« Oh ! Je connais ma ville sur le bout des doigts, tu verras ! »

La plus grosse blague de l'univers. Quand on savait que son sens de l'orientation était proche de zéro, et qu'elle arrivait toujours à se perdre dans New York, même avec un plan en main... mais elle avait au moins le mérite de la connaître (du moins, dans les grandes lignes). Elle suivit donc Mercy hors du bar, adressant un salut de la main à sa colocataire. Alors comme ça ils avaient un... canard ? Mais sur qui était-elle encore tombée ? Un type carrément étrange, original, mais sympa. Un peu comme elle en fait. Soudain excité comme une puce, elle l’entraîna sur l'estrade de l'écran géant qui donnait au beau milieu de Times Square et se mit à réciter tout ce qu'elle savait sur les boutiques diverses et variés de l'endroit. Sans omettre le délicieux restaurant italien dans lequel elle avait tenté il y a de ça un an de manger avec un très bon ami.

« Je sais ce qui pourrait sympa ! Le parc est ouvert quelques soirées en semaine pour des séances de patinages sur le grand lac ! »

Central Parc étant à peine à quelques minutes de marches (dix si on se débrouillait bien) elle le pressait déjà en bas de l'estrade. Le patinage elle en avait fais tous les hivers quand elle était encore gamine. Sa mère avait même eu l'espoir de lui faire intégré une équipe professionnel. Héla,s aux auditions, Loïs avait endormis l’assemblée juste en se présentant. Sa carrière de patineuse artistique s'était donc arrêté là, comme beaucoup d'autres chose. Le parc était tellement immense qu'on mettait facilement plusieurs heures pour le parcourir entièrement. Plus si on s'attardait sur chaque activités qu'il proposait. On avait de tout, des terrains de foot au mini zoo, en passant par les balades en bateau l'été et le patin l'hiver. Le soir, c'était toujours plus agréable. Il était illuminé de plusieurs centaines de petites lumières. Elle avait toujours trouvé ça très reposant. Alors certes, elle aurait pu trouver une autre activité que le patin, mais elle avait envie de s'amuser. En plus, avec les pourboires du soir, elle allait pouvoir s'offrir son heure de patinage. Et même celle de Mercy. Elle chaussa ses patins pleine d’enthousiasme, revêtis les gants qu'on leur donnait en précaution et enroula son écharpe autour du cou.

« Ouuh, c'est trop bien, viens vite ! »

Elle esquissa quelques enchaînements qu'elle faisait étant enfant, et qui rendait donc terriblement mal... quand on n'était plus aussi souple et pas en tenue de compétition. Elle avait beau être souple, Loïs qui voulait faire de beaux trucs sur la glace, c'était encore bien loin d'une performance d'Angela Nikodinov. Mais elle s'amusait comme une foule, à tourner comme une bourrique, à faire l'avion avec les bras, à faire une sorte de moonwalk complètement raté... Elle attrapa les mains de Mercy et le tira en avant. Elle éclata de rire en tentant une nouvelle figure (réussis pour une fois) avant de s’éclater complètement par terre.

« Outch... »

_________________
Tout comme il y a deux versions à chaque histoire, il y a deux versions à chaque personne. Une version que nous révélons au monde et l’autre que nous gardons cachée... Chacun de nous a la capacité d’accomplir le bien et le mal mais ceux qui sont capables de brouiller la ligne de division morale détiennent le vrai pouvoir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1284
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   Dim 7 Fév - 18:34

Le bonheur, ce n'était pas pour lui. Cette certitude s'était lentement implantée dans son esprit au fil des années et il en était venu à ne plus en démordre, à ne même plus espérer. Les autres autour de lui partageaient cette conviction et voilà. Voilà comment on finissait pas apprécier sa triste vie sans espérer voir s'il existait un ciel plus bleu ailleurs. En arrivant à New-York et en s'installant avec Asha, Mercedes n'avait pas changé d'état d'esprit : le bonheur, ce n'était pas pour lui, et même pas pour les autres non plus. Le bonheur, ça n'existait simplement pas. C'était juste un état d'esprit que l'on se plaisait à imaginer en se disant qu'un jour peut-être, on y accéderait. Preuve en était les religions : non content de chercher ce fameux bonheur toute sa vie, on finissait par se plaire à l'imaginer également après, une fois mort, dans l'au-dela. Ce foutu état d'esprit était tellement inaccessible que l'on se faisait chier toute une vie en croisant les doigts pour le trouver une fois qu'on aurait passer l'arme à gauche. (Bonjour Bonheur, sache que si tu m'entends, tu restes un sacré connard. Et bien caché en plus de ça.)

Pourtant… Mercedes était heureux avec Iseult. Ou de fait, moins malheureux que le reste du temps. Elle n'avait rien d'exceptionnelle : une fille, relativement jolie mais comme il en existait d'autre, sans rien de particulier ou de transcendant, et à peine intéressante en plus de ça. Techniquement, rien pour que l'étrange Mercedes ne se retourne pour lui sourire. Sauf que voilà, elle était tellement classique qu'elle en devenait bizarre et… Qui se ressemble s'assemble à ce qu'il paraît. Une fille aussi transparente cachait forcément quelque chose, quelque chose qui n'avait pas échappé au petit Écossais quand il l'avait croisé. Il n'aurait pas su dire quoi (nul doute que s'il l'avait su, il aurait pris ses jambes à son cou) mais c'était bien là, et ça lui plaisait. « Attends-moi ! » Pleine d'énergie, Iseult le traînait littéralement dans Times Square, lui faisant le catalogue complet de ce que l'on pouvait y trouver. Il esquissa un sourire, tournant la tête en tout sens pour ne pas louper une miette des différentes présentations. New-York, il l'avait traversée en vélo et à pied sans jamais regarder le paysage. Les tours, les buildings et autres grattes-ciels lui foutaient le vertige à le dominer comme des colosses de verre prêts à le piétiner. Là, il les envisageait subitement sous un angle différent. « Tu sais quoi ? J'ai jamais mangé italien. » Et en plus c'était vrai, et l'enseigne le fit saliver. « Et j'ai jamais patiner non plus. » Là, Mercedes devenait carrément inquiet. Et surexcité.

La patinoire s'étendait, immense et inquiétante. La glace reflétait les lumières de la ville, les déformant sous le passage des touristes et des new-yorkais qui s'offraient une petite soirée amusante. Mercedes serra les patins contre lui, incapable de se décider à les mettre. « Monsieur, votre amie est un peu dangereuse... » Il sursauta avant de lancer un regard noir au type qui venait de lui murmurer à l'oreille. « Enfin j'imagine que, euh… Elle s'amuse bien, hein ? » Moitié agacé, moitié mal-à-l'aise le type s'éloigna sans cesser de marmonner. Théoriquement… il n'avait pas tout à fait tort. Iseult était marrante – et douée – avec des patins aux pieds mais Mercy craignit une ou deux fois pour la vie de passants qui passaient, inconscients, non loin des patins qui s'envolaient avec fougue. Il se décida enfin à passer les chaussures et esquisser quelques pas sur la glace… sans lâcher la rambarde. Il n'était pas fou non plus… « J'arrive hein, j'arrive ! » Que dalle : il sentait bien que s'il se hasardait à tout lâcher, il finirait en tas sur la glace. Son pied droit partit trop vite et il se raccrocha désespérément au bord. « Argh ! » Il cherchait à reprendre l'équilibre quand Iseult surgit dans son champ de vision et le tira à lui. « Ah, ah non ! » Non non, il allait… « Aah ! » Se casser la gueule. Quand la jeune fille dérapa, Mercedes vit la glace se précipiter à sa rencontre et il se réceptionna maladroitement. Une douleur sourde éclata dans son épaule droite, lui faisant monter les larmes aux yeux. Il ravala un gémissement en éclatant de rire devant la tête de Loïs. C'était peut-être ça qui était bizarre chez elle : juste en étant là, elle soignait tout ce qui était cassé chez lui. Mercedes se redressa sur un genou, dérapa, parvint enfin à se relever. « Madame * a besoin d'aide ? » Cette fois, ce fut lui qui la redressa. Il tenta de nouveau d'avancer sur la glace glissante, trouva plus ou moins son équilibre.

Deux minutes plus tard, ils filaient à vive allure sur la glace, les écharpes volant au vent derrière eux. « C'est trop bien en fait ! » Un type les manqua de peu et Mercedes éclccata de rire, serrant un peu plus la main d'Iseult dans la sienne. « T'es géniale, comme fille ! On te la déjà dit ? »

* en français dans le texte.

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ITINÉRANT.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Quelque part à NY.
messages : 1471
parmi nous depuis le : 28/05/2013

ITINÉRANT.

MessageSujet: Re: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   Dim 14 Fév - 17:28

Elle se releva à l'aide de Mercy et éclata de rire à son tour. Qu'y avait-il de drôle ? Très bonne question. Elle n'en savait strictement rien. Elle savait juste qu'elle passait un bon moment avec un gars tout à fait sympa. N'importe qui les aurait trouvé complètement bêta, mais pas elle. Loïs s'amusait beaucoup, et ces moments étaient devenus si rares dans sa vie de demi-déesse itinérantes sans cesse en danger qu'elle avait appris à les apprécier à leur juste valeur. Il avait l'air d'aimer ça lui aussi, d'ailleurs, il en manqua pas de le lui rappeler.

« Vraiment ? C'est heu... c'est très gentil !»

N'étant pas habituer à recevoir des compliments de la part de beaucoup de personnes hormis sa mère et de temps en temps Tristan, sa réaction fut terriblement longue à venir. Elle s'approcha de la barrière afin de reprendre un peu son souffle. Il avait dit ça avec tellement de... gentillesse. Elle qui avait perdu tout espoir de croiser un jour quelqu'un qui s'intéressait un peu à elle sans vouloir la manger ensuite ou la capturer ou la traîner de nouveau à la Colonie des Sang-Mêlés... Et même si elle se sentait toujours un peu coupable de ne pas être cent pour cent honnête avec lui, elle se disait que tout cela était pour son bien à elle, et pour lui. Elle avait bien vu comment les choses se terminait quand elle laisser entrevoir sa véritable nature. Les gens fuyaient les gamines comme elle. Il les chassait, et avec ce qui s'était passé encore très récemment dans les deux camps, elle ne pouvait que se féliciter d'être loin de tout ça et de s'être rendu invisible aux yeux du monde. Sans même qu'elle s'en rende compte la barrière s'était dangereusement rapproché et bientôt, elle manqua de basculer juste derrière, se rattrapant au dernier moment. Elle se ressaisissait bien vite en agrippant à Mercy en s'empourprant à nouveau. Elle se gratta la gorge, et se redressa, comme si de rein n'était. Elle jeta un coup d’œil rapide à sa montre, mince, le temps filait à une allure !

« Oh je... Je vais devoir te quitter je heu... Disons que mon colocataire n'aime pas que je rentre trop tard, je suis pas très discrète et je le réveille à chaque fois... »

Elle baissa la tête, se maudissant d'avoir dit ça. Bon, ce n'était pas tout à fait faux, elle était réellement pas discrète du tout et réveillait son pauvre colocataire à chaque fois. Déjà qu'il avait bien voulu la loger, elle ne pouvait pas en plus lui demander de fermer les yeux sur ça. Elle aurait du le prévenir (comme si lui le faisait avec ces diverses copines), mais non habituée au sorties nocturnes, Loïs n'avait pas prévu d'autant s'amuser avec Mercy.

« Tu sais, je t'apprécie beaucoup Mercy, et j'aimerais bien qu'on se revoit un de ces jours ! »

Et maintenant ? Ils faisaient quoi dans les films à ces moments là ? Parce que jusqu'à maintenant, elle avait suivis le scénario type du film le plus culcul du Dimanche après midi. Voulant à tout prix ne rein faire foire,r elle se pencha vers lui une fois de plus en négligeant la fourberie du patinage et... manqua sa cible. Le pauvre Mercy se mangea un front de Loïs dans les dents tandis que celle dernière se rependait en excuses.

« Oh non je voulais pas je heu... »

Elle se redressa l'attrapant par les épaules et déposa un petit baiser rapide sur ces lèvres. Un immense sourire aux lèvres, elle se reprit aussitôt.

« Voilà, c'est mieux. Tu sais où me trouver Mercy !»

Et sans attendre de réponse, elle effectua un demi-tour parfait et fila hors de la patinoire. Au fond, tout ce qui venait de se passer en ressemblait en rien à la Loïs paumé et seule de la colonie des sang-mêlés. Non. C'était la nouvelle elle, celle qui voulait d'une vie parfaitement normale en oubliant les tracas de la vie mythologique.

_________________
Tout comme il y a deux versions à chaque histoire, il y a deux versions à chaque personne. Une version que nous révélons au monde et l’autre que nous gardons cachée... Chacun de nous a la capacité d’accomplir le bien et le mal mais ceux qui sont capables de brouiller la ligne de division morale détiennent le vrai pouvoir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1284
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   Dim 14 Fév - 22:30

Mercedes rattrapa Iseult au dernier moment avant qu'elle ne bascule de l'autre côté de la barrière, leur épargnant au passage une situation plus ou moins gênante. Quand elle lui annonça qu'elle devait partir, il se retrouva étrangement déçu, presque vexé qu'elle veuille mettre fin à une soirée aussi géniale (la première depuis une éternité pour sa part). « Oh euh… D'accord, pas d'soucis, file vite avant de t'mettre dans le pétrin. » Elle coupait brusquement ce petit morceau de bonheur qu'ils s'étaient découpés avec difficulté et il se voyait mal rentrer chez lui tout seul après cette heure merveilleuse. La phrase suivant le réchauffa instantanément. Il voulait la revoir, cette fille. Il voulait profiter d'un peu de bon temps avec elle pour oublier tout le reste, oublier Monet, oublier ses insupportables cauchemars, s'oublier un peu. Iseult gommait toutes ces choses et c'était fabuleux. « Moi aussi je veux te revoir, Iseult. » Mercedes s'inspirait de tout ce qu'il avait vu à la télévision en compagnie d'Asha, resortant des phrases qu'il avait entendu dans ces feuilletons idiots qu'elle regardait le dimanche quand elle choisissait de se lancer dans la lessive et le repassage. Puisqu'ils se partageaient les travaux ménagers, Mercy était bien obligé de partager aussi le poste… et les bêtises qui y passaient. En l'occurence, il se montrait ravi de les avoir vu pour sélectionner les phrases adéquates. Il suivait la trame pré-formatée à la lettre, ignorant qu'il était des règles sociales qui régissaient ce genre de relations. Il n'était doué en rien, Mercedes, pas même en amitié, mais c'était un domaine où l'improvisation était plus facile. Les filles en revanche… Disons qu'il ne voulait pas faire d'erreur.

Loïs lui asséna un violent coup de tête. Mercedes sentit les larmes revenir au grand galop alors qu'une sourde douleur refluait dans ses dents et son menton. Aussitôt après, un baiser beaucoup plus doux lui effleura les lèvres. « Ah euh… Merci. » Personne ne remerciait pour un baiser… lui l'avait fait. « Pas d'soucis Iseult, j'te trouverai ! » Il la regarda s'éloigner avec grâce sur la glace de la patinoire, le cœur battant. Mais ce n'était pas de peur ou d'angoisse cette fois-ci, il ne craignait pas de mourir, de dire ce qu'il ne fallait pas ou de paraître idiot. Il était juste absolument persuadé d'être amoureux. Il remonta son écharpe sur son nez et glissa les mains dans les poches de son jean, contemplant les autres patineurs… avant de se surprendre à rire. Il riait pour rien, juste parce qu'il était heureux pour une fois, parce qu'il avait réussi quelque chose de façon très honorable et parce qu'il avait passé plus d'une heure sans mauvaise nouvelle, sans mauvaises pensées… Juste à passer de bons instants avec une fille sympa et gentille, qui ne lui reprochait rien, ne le prenait pas pour le dernier des idiots. Et pour la première fois, Mercedes envisagea une autre vie que celle auprès du DLCEM, une vie juste à lui, loin de l'Ecosse et des monstres, une vie personnelle, privée. Il prit son envol sur la glace de la patinoire, un immense sourire aux lèvres.

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mercedes (♫) la vie en rose. (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Bonbon Rose
» i wish you were here, or not! Mercedes G. Cooper
» ROSE ღ « J'me présente, je m'appelle H.. Ah non. C'est pas ça ! »
» La Mercedes SLS AMG GT3 disponible à la vente
» Avatar Pour Avenir Paradis [Terminée Cinémaniac]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: new york city. :: times square.-