Partagez | .
 

 Le rapport de la honte. (tamara, terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1490
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Mer 3 Fév - 20:47

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


Marvin avait reporté ce terrible moment aussi longtemps que possible, mais, aujourd'hui, il se retrouvait au pied du mur. Il devait faire son rapport. Ce fait aurait dû être une grande source de joie pour l'informaticien. Son premier rapport de mission sur le terrain ! Il en avait tant rêvé ! Il n'en avait pas fait pour sa mission d'infiltration improvisée ou lorsqu'il avait suivi l'agent Lond jusqu'à un rendez-vous de combat clandestin, car ce n'était pas vraiment des missions officielles. C'est pour cela que les petites fausses notes qui avaient parsemé ces précédentes expériences sur le terrain n'avaient pas entamé son enthousiasme et son rêve d'être muté dans une section... Disons... Un peu plus sportive du DLCEM.

Il y a quelque temps (il avait complètement perdu le compte du nombre de jours exacts), son souhait avait été exhaussé. À cause d'un manque d'effectif, il s'était retrouvé avec les autres sur le terrain, planqué dans une camionnette devant le camp ennemi. C'est là que tout avait dérapé. Ils avaient été débusqués et emmener en plein milieu d'une arène, encerclé par des rejetons divins en colère et avide de vengeance. Le blondinet avait cru sa dernière heure arrivée. Mais le pire pour lui, ce ne fut pas l'apparition de l'Hydre, ni la découverte que son neveu de cœur appartenait au camp adverse. Le pire pour Marvin fut qu'il n'avait rien su faire. On l'avait protégé parce que l'ennemi avait jugé que çà serait lui qui craquerait en premier, qu'on devait le garder en vie dans ce but. Il n'avait essayé de sauver ces collègues et avait échoué. Isaure et Mercedes avaient failli mourir. Au final, c'était lui qui s'en sortait avec le moins de blessures. Seulement quelques balafres cachées sous des pansements après un rapide passage à l'infirmerie, pas le genre qui aboutirait à des cicatrices qu'il pourrait montrer fièrement plus tard. En fait, en dehors du pansement sur la joue, on aurait pu croire que rien ne lui était arrivé, le reste des blessures (superficielles) étaient cachés par ces vêtements.

Voilà pourquoi l'informaticien avait essayé de reporter au maximum le terrible moment où il allait devoir mettre son incompétence par écrit. Il avait essayé de noyer le formulaire sous ces dossiers en essayant d'en oublier l'existence, mais à chaque fois qu'il finissait sa pile de travail quotidien, les feuilles maudites refaisaient surface. Marvin en venait presque à croire que ces bouts de papier avaient une vie propre et une personnalité particulièrement vicieuse à son encontre. En dehors de cela, il essayait de se comporter normalement. Enfin, quand il disait normalement, c'était selon ces propres standards. Il espérait surtout que les autres penseraient qu'il s'était parfaitement remis de cette histoire.

Une autre raison de détester la corvée du rapport. Mettre tout cela par écrit serait avoué qu'il avait encore honte, qu'il ne savait pas s'il devait garder certains éléments secrets ou non. Bref, cela posait beaucoup trop de questions. Marvin s'était armé de son stylo pour, au final, surtout taper en rythme sur son bureau tout en lançant une œillade assassine à la feuille vierge. La première phrase, c'était çà le plus important. Après çà, tout deviendrait facile. Sauf qu'il ne savait pas par où commencer. Le problème venait peut-être du stylo ? Qui écrivait encore avec çà de nos jours ? L'informaticien s'était tourné vers son fidèle ordinateur pour ouvrir un nouveau document texte.

Rien. À nouveau. À croire qu'il faisait une sorte de blocage. Marvin poussa un soupir en se massant les paupières. Peut-être qu'un café lui ferait du bien. Oui, il avait BESOIN d'un café. C'était limite vitale. Aussitôt, le blondinet ouvrit un tiroir pour se saisir de sa tasse 'keep calm, han solo shot first' (qu'il avait ramené de son domicile lorsque son appartement était devenu temporairement une salle d'interrogatoire) pour se diriger vers la machine à café.

Pendant le trajet et le retour de la machine à son bureau, il passa devant la porte du bureau de l'agent Lond. Marvin ralentit le pas et regarda la porte avec hésitation. L'agent de terrain avait l'habitude d'écrire des rapports, peut-être qu'elle aurait des astuces pour un novice ? Il hésita, leva la main comme pour toquer puis se ravisa et reprit sa marche.

En poussant la porte de son bureau, il se figea en voyant dans celui-ci, l'agent Lond. À toute vitesse, Marvin fit une petite liste mentale. Avait-il laissé une fenêtre de jeu active ? Non. Est-ce que son fond d'écran actuel était compromettant ? Euuuuuuhhhh, pas dans ces souvenirs. Aux dernières nouvelles, rien d'étrange ne se trouvait sur son bureau. Ok, il pouvait commencer cette conversation.

"A... Agent Lond, bonjour." Commença-t-il avec un sourire. "C'est drôle, justement, je voulais aller à votre bureau et... Vous êtes là." Il eut un bref rire comme s'il venait de dire une blague puis il se racla la gorge pour dire avec un peu plus de sérieux : "Je peux... Faire quelque chose pour vous ?"

Autant commencer la conversation en douceur et pas par : oh, vous voyez cette feuille désespérément vide, j'aimerais de l'aide.

Code by AMIANTE

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 907
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Ven 5 Fév - 21:55

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


Depuis qu’elle connaissait Marvin, connaître étant un bien grand mot puisqu’ils ne se parlaient que très rarement depuis l’arrivée de la jeune femme treize ans auparavant, Tamara n’avait jamais eu vent d’aucun exploit physique de la part de ce blondinet, et pour cause, il était bien plus doué et efficace derrière un ordinateur qu’avec un flingue à la main. Il ne transpirait pas le courage, ça se voyait rien qu’à la manière qu’il avait de s’exprimer face aux agents de terrain. Toujours était-il que dans son domaine, l’agent de liaison était un champion.

Seulement voilà, il semblait que dernièrement, l’informaticien ait eu quelque peu la bougeotte. Suite à une trouvaille, et pas des moindres puisqu’il s’agissait du fils de Mars, Marvin avait insisté pour accompagner l’agent Lond. Et lors de cette excursion, elle avait appris qu’il avait déjà tenté une sorte d’infiltration puisqu’il avait déjà vu Haytham auparavant. Tamara commençait à se dire qu’elle avait un peu vite jugé le geek, et que malgré toutes ses boulettes, il était prêt à faire des efforts pour s’améliorer.

Dernièrement, une mission de terrain de groupe avait été lancée, et si Tam ne voulait pas reproduire ce qui s’était passé quelques mois auparavant et s’était gentiment éclipsée pour ne pas en faire partie, elle avait su que l’agent Knight s’était retrouvé sur place, et même face à une hydre. Une fois qu’elle avait su qu’il allait bien, sa première pensée fut : « bordel, il a dû se faire dessus le pauvre ! ». Hélas, elle n’en savait guère d’avantage, les bruits de couloir n’étant pas son fort, étant donné qu’elle n’était pas des plus sociables et évitait en général tout contact superflu avec  le reste de l’équipe. Mais là, sa curiosité naturelle était plus que titillée, il fallait qu’elle en sache d’avantage. Marvin qui était si impressionnable, comment n’avait-il pas fait une crise cardiaque ? Et surtout, lui qui semblait tant rêver d’être sur le terrain, qu’avait-il ressenti, qu’avait-il fait ? Tamara avait réellement envie de le savoir. Bon, bien entendu, ce sentiment de curiosité était camouflé par une certaine fierté qui l’obligeait à dire « bon, il va bien, le reste on s’en fout ». Mais en réalité, non, on ne s’en foutait pas. Peut-être n’allait-il pas réellement bien. Elle-même avait été extrêmement chamboulée par la mission à laquelle elle avait participé. Aussi, pour un type aussi peu entrainé que Knight, voir des gens mourir n’était sans doute pas anodin.

Après une matinée passée à s’entraîner à la salle de sport du DLCEM, et une bonne douche, Tam s’était rhabillée en tailleur et avait regagné son bureau. Mais bien vite, l’envie d’un café s’était faite sentir, et l’agent de terrain s’était dirigée vers la machine. Son gobelet en main, elle se dirigea vers son bureau. Ce fut en passant devant la porte de celui de Marvin qu’elle hésita. Elle toqua à la porte. Aucune réponse. Bon, il était sans doute parti faire une petite pause, aller acheter des bonbons pour enfants, ou pour geek, c’est pareil, au distributeur. Tam décida d’entrer. Effectivement, pas âme qui vive. Sauf peut-être encore une tortue cachée ? La petite brune s’installa naturellement dans le fauteuil qui faisait face à celui de Knight, avec le bureau les séparant. Alors qu’elle buvait une gorgée de café, elle ne put s’empêcher de laisser son regard se perdre sur toutes les bêtises qui trônaient sur ce bureau, si l’on pouvait encore appela ça un bureau. On aurait dit un résumé de son appartement. Car oui, maintenant qu’elle avait vu l’appartement de l’agent de liaison, elle comprenait mieux l’état du bureau. Un sourire en coin en secouant la tête, elle croisa les jambes, attendant patiemment que l’occupant des lieux ne revienne.

L’attente ne fut pas bien longue, la porte s’ouvrit sur un Marvin qui, comme à son habitude lorsqu’il voyait Tamara, se mit à bégayer. Décidément, elle ne comprendrait jamais cet homme. Il eut ce petit rire bizarre qu’il faisait toujours chaque fois qu’il disait une ânerie, c’était dire s’il l’employait souvent. Tam fit un petit sourire forcé pour éviter qu’il ne se sente encore plus ridicule.

-Agent Knight, comment allez-vous ?

Elle attendit qu’il referme la porte et vienne s’installer à son bureau.

-Bon, vous vouliez me voir ? Et pourquoi ?

Parfait, au moins, elle n’aurait pas besoin de dire qu’elle s’inquiétait pour lui. Mais il posa la question. Il fallait trouver une stratégie pour éviter d’avouer ça.

-Eh bien, en fait, à force de voir des demi-dieux, j’ai acquis un pouvoir, maintenant je sais quand quelqu’un veut me voir. Ce matin, le signal s’est mis à clignoter en affichant votre tête, et comme ça me filait une migraine pas possible, je me suis dit qu’il fallait que je vienne voir de quoi il retournait. Alors, de quoi s’agit-il ? Avez-vous fait une nouvelle trouvaille ?

Elle espérait qu’il lui raconterait son point de vue sur cette aventure qu’il avait vécue, et qui sans doutes pour lui serait la chose la plus extraordinaire du monde. Pour Tam, ce genre de tueries n’avait rien de bien glorieux, même si la finalité lui convenait, elle trouvait la méthode un peu barbare, surtout depuis qu’elle s’était réconciliée avec Haytham.


Code by AMIANTE

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1490
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Lun 8 Fév - 11:40

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


Marvin était toujours nerveux en présence de personne qu'il admirait, comme s'il avait tracé une sorte de frontière mentale entre lui et les agents de terrain. Lui n'était qu'un pauvre mortel indigne de se retrouver dans le même périmètre qu'un de ces héros. Sa première grande mission sur le terrain avait renforcé cette impression qu'il était décidément fait d'un autre bois que ceux qui lui avaient sauvé la vie au camp. S'il n'était déjà pas sous son meilleur jour en découvrant la présence de Tamara Lond dans son bureau, la question polie posée finit de paralyser son cerveau. Marvin était certainement la seule personne sur Terre à ne pas savoir quoi répondre à la question la plus simple au monde. Pour sa défense, il avait complètement été pris au dépourvu !

"Ben... Euh... Bien... Je suppose." Hasarda-t-il avec la même expression qu'un élève subissant une interrogation surprise sur une matière qu'il n'avait pas étudiée et qui, de ce fait, essayait de deviner la bonne réponse en se basant sur les réactions de son interlocutrice.

De toute façon, les personnes commençant une conversation par 'comment çà va' ne s'attendait pas à recevoir une réponse honnête. C'était juste... Une phrase bateau pour commencer une discussion, non ? On poursuit par [i['bien merci et vous ?'[/i] Et on passe à la suite. Ce qui était une bonne chose, car le blondinet ne voulait pas en fournir une. Non, il n'était pas vraiment dans son assiette, mais qui s'en souciait ? Avoué reviendrait à continuer ces aveux sur un chemin particulièrement glissant et hasardeux qu'il ne voulait pas emprunter.

Ensuite, il se retrouva devant deux choix : soit rester planté là et attendre qu'un silence gênant s'installe soit meubler ce silence en faisant quelque chose de constructif, comme refermer cette porte et revenir à son bureau. Il choisit la deuxième option et posa son café non loin de son clavier avant de s'installer.

Lorsque Tamara lui demanda pourquoi lui voulait la voir, le visage affreusement expressif de l'informaticien afficha une profonde réflexion, comme s'il ne s'en souvenait plus ou qu'il s'apprêtait à dire : ah bon ? J'ai dit çà, moi ? Ce qui démontrait un manque de talent en ce qui concernait le bluff. Pour le bien de ces économies, il valait mieux qu'il n'approche jamais une table où on jouait au Poker. Parce que le vrai problème est qu'il essayait de trouver la bonne manière de formuler sa demande.

Heureusement, l'agent Lond lui offrit la meilleure des distractions possible en évoquant un pouvoir développer à force de voir des demi-dieux. Marvin ouvrit les yeux ronds de celui qui était prêt à croire n'importe quoi du moment que cela sortait de la bouche de son interlocutrice. "Terrible." Lâcha-t-il. Ensuite, il afficha la tête que devait avoir tout enfant découvrant que le Père Noël n'existait pas. "Vous savez, à force de côtoyer d'aussi prêt et aussi longtemps le surnaturel, il serait tout à fait possible de développer certaines nouvelles aptitudes. En dehors de voir à travers la Brume. Enfin, moi, je trouverais çà trop cool, mais l'infirmerie m'a dit qu'on n'était pas dans un comics quand je leur ai suggéré de faire des analyses dans ce sens pour les prochaines visites médicales." Il poussa un petit soupir déçu avant de se concentrer sur le véritable sujet de la conversation. D'ordinaire, Marvin parlait de ce genre de théorie avec un certain enthousiasme. Ici, son engouement semblait être de façade. Comme s'il avait dit cela parce qu'on s'attendait à ce qu'il dise une bêtise dans le genre et pas parce qu'il croyait réellement qu'on pouvait développer un pouvoir en restant en contact avec le monde mythologique.

Marvin lança un petit coup d'œil vers sa feuille de rapport au cas où elle se serait remplie d'une écriture serrée comme par magie pendant son aller-retour vers la machine à café. Hélas, non, le bout de papier restait désespérément vierge.

"Oui... Enfin... Non... Enfin..." Bégaya-t-il alors que Tamara lui demandait s'il avait fait une nouvelle trouvaille. Il marqua une pause, le temps de mettre fin à cette boucle sans fin pour poursuivre plus calmement : "ce n'est pas pour cela que je voulais vous voir." Découvrir que son neveu était un demi-dieu entrait très certainement dans la case 'trouvaille'. Une vérité qu'il n'osait formuler à voix haute. Marvin oscillait entre la peur de ce qu'il pouvait arriver si jamais il dénonçait son neveu et entre un très puissant sentiment de déni qui le poussait à croire qu'il y avait une autre explication que celle qu'imposait l'évidence.

Dans un désir visible de se concentrer sur autre chose, il glissa la feuille vide vers Tamara. "En fait, comme c'était ma première mission officielle sur le terrain, j'ai un peu de mal à compléter le rapport." Avoua-t-il avec timidité. Compléter était un mot à prendre au sens large puisqu'il n'avait même pas commencé. Il afficha un petit sourire et un ton joyeux en évoquant le fait qu'il s'agissait de sa première mission officielle sur le terrain, mais, tout comme sa théorie de super pouvoir, le sourire semblait un peu trop forcé pour être à cent pour-cent honnête. "Alors... Je me disais que..." Continua-t-il en se massant nerveusement la nuque. "Que vous auriez peut-être des conseils pour un débutant ?"

Dans le genre, les phrases qu'il ne faut surtout pas mettre, bien qu'il n'osât clairement le préciser. Il lança un regard où brillait une lueur d'espoir (comme si sa visiteuse détenait la solution miracle à son problème) tandis que le reste de sa figure affichait la mine anxieuse qui lui était coutumière lorsqu'il faisait face à une situation qu'il ne maîtrisait pas.

Code by AMIANTE

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 907
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Lun 8 Fév - 16:13

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


Marvin Knight était décidément l’être le plus bizarre qui ait jamais croisé la route de Tamara Lond. Et chaque entrevue avec lui ne faisait que confirmer cette pensée. Ainsi, à la simple question de savoir comment il allait, elle avait l’impression de lui avoir posé une colle digne du prix Nobel de physique quantique ! A voir la tête qu’il afficha lorsqu’il offrit une réponse hasardeuse à cette question pourtant simple, l’agent de terrain se contenta de hocher la tête avec des yeux grand ouverts, ne masquant ainsi pas l’ironie de ses pensées.
L’agent de liaison, une fois la surprise passée, prit finalement la décision de venir s’installer à son bureau. Il était tout de même aisément perceptible qu’il n’allait pas si bien que ça, et ça se comprenait. L’on pouvait d’ailleurs facilement remarquer ce mal-être au petit malaise qui traversa le visage de l’informaticien après que son interlocutrice lui ait demandé pourquoi il souhaitait la voir. Après tout, c’était lui qui avait commencé la conversation en déclarant cela. Tam secoua la tête avec un petit sourire en coin et écouta sa réaction face à son histoire abracadabrantesque de nouveau pouvoir.

-Terrible ? Sérieusement ?! commença-t-elle avec un sourire en coin. La dernière fois que j’ai employé ce mot, je devais avoir quoi… dix-sept ans ? Vous pensez grandir un jour, agent Knight ?

Ça avait été plus fort qu’elle, mais elle n’était pas là pour le rabaisser, loin de là. Cela dit, Marvin ne faisait rien pour apaiser l’esprit taquin de Tamara qui, face à un individu aussi original, avait bien du mal à retenir ses vannes. L’informaticien se lança ensuite dans une explication pseudo-scientifique sur l’éventuelle possibilité de développer des aptitudes incroyables à force de côtoyer le monde mythologique. Les lèvres de Tam se tordirent en une petite moue, alors qu’il acheva en déclarant qu’il avait suggéré à l’infirmerie de faire des analyses. Sérieusement, à quelle réponse s’attendait-il ? « Ah mais oui, quelle idée lumineuse, merci d’y avoir pensé, nous autres, scientifiques, nous sommes vraiment trop cons pour avoir pensé à tout ! ». Si une chose agaçait l’agent de terrain, c’était bien les personnes qui voulaient apprendre leur métier aux gens qui l’exerçaient. Est-ce qu’elle allait donner des conseils en informatique à Marvin ? Non. Ca semblait logique, chacun avait sa spécialité, et devait s’y tenir.

-Je vois… se contenta-t-elle de commenter après une nouvelle gorgée de café.

Il commença par répondre « oui » à la question d’une éventuelle nouvelle trouvaille, ce à quoi l’agent de terrain haussa les sourcils avec un sourire, intéressée par cette idée, mais le « non » qui arriva derrière la découragea de cette voie. Décidément, Knight serait-il un jour capable de formuler une réponse claire à une question donnée ? Patience était le maître mot d’une conversation avec lui, il fallait s’y accrocher et attendre qu’enfin il en vienne aux faits. Et ça venait, petit à petit. Il évoqua enfin cette fichue première mission officielle à laquelle il avait participé. Enfin, le sujet était mis sur la table, c’était parfait. Pas besoin de demander. Enfin, là pour le coup, le blondinet évoqua plutôt ses difficultés avec le rapport. Il lui tendit une feuille, et Tamara s’attendait à y voir ne serait-ce que quelques lignes, afin de se faire une idée de ce qu’il fallait ou non modifier. A la place, une page blanche se trouva sous ses yeux. Sans que son visage ne bouge, ses pupilles allèrent de la feuille vierge à Marvin.

-C’est une page blanche, agent Knight. Ce n’est pas un rapport à compléter.

Il ne s’attendait tout de même pas à ce qu’elle l’écrive pour lui ? Bon, il demandait des conseils. C’était déjà mieux. Tam prit une profonde inspiration, engloutit sa dernière gorgée de café et lança d’un geste preste et habile son gobelet par-dessus le bureau de Marvin, gobelet qui tomba au beau milieu de la corbeille à papiers située juste à côté du maitre des lieux.

-La rédaction d’un rapport est propre à chacun. Vous devriez peut-être commencer par une introduction résumant le ou les objectifs de la mission, lister les collègues présents au début de la mission. Parlez de ce que vous aviez à faire. Puis simplement suivre la chronologie des événements en découpant tout ça par faits marquants, importants. Parlez aussi des pertes occasionnées.

Elle avait eu vent de certains collègues tombés sur le terrain. Une once de culpabilité l’avait envahie. Et si elle y avait été, peut-être qu’elle aurait pu sauver la peau de certains d’entre eux ? Mais ce genre de missions-massacre, elle ne voulait plus y participer. Elle préférait largement les missions en solitaire, dans les règles de l’art. S’adossant nonchalamment sur son fauteuil, elle observait Marvin et ses réactions.

-Vous n’avez qu’à me raconter tout ça, je vous aiderai à formuler les phrases.

Au moins, comme ça, elle saurait ce qui s’était passé exactement. Il y avait fort à parier que les yeux de l’agent Knight avaient amplifié certains détails, au vu du côté impressionnable de l’individu, mais ça permettrait à Tamara d’avoir un nouveau point de vue.


Code by AMIANTE

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1490
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Ven 12 Fév - 8:19

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


L'agent Lond était peut-être la seule personne du DLCEM à l’appeler 'agent Knight'. C'est vrai que techniquement, en tant qu'agent de liaison, Marvin avait le droit d'être appelé ainsi. Techniquement. Tout tenait dans ce terme, car peu de gens respectait le protocole en ce qui le concernait. On l’appelait le plus souvent par son prénom, ou monsieur Knight ou, encore, Knight tout court (même Tamara le faisait quand il avait fait une bêtise). À croire qu'il ne méritait pas ce titre ou que l'idée de dire le mot 'agent' devant ce nom était une idée bien trop ridicule. Au final, lui-même le pensait. Aussi entendre les mots 'agent Knight' dans la bouche de son interlocutrice lui décochait toujours un petit sourire timide en plus d’éprouver une petite bouffée de fierté. Ce qui était plutôt bienvenu étant donné son moral en berne qu'il peinait à cacher derrière ces divagations habituelles. Il avait même réussi à lâcher un 'terrible' presque spontané devant la possibilité que sa visiteuse ait développé un autre pouvoir grâce au contact prolongé avec le monde mythologique.

"En fait, à la base, j'allais m'exclamer 'trop cool' mais j'essaye de varier mon vocabulaire." Expliqua-t-il avec maladresse, presque piteusement. D'ordinaire, l'informaticien revendiquait son appartenance à la catégorie adulescent mais, en présence de l'agent Lond, il sentait embarrasser d'être pris en flagrant d'enfantillage. Surtout parce que l'agent de terrain avait vu son appartement et le contenu de ces tiroirs.

Ensuite, il se lança dans une nouvelle tirade farfelue. Non pas parce qu'il pensait réellement qu'il fallait prendre cette éventualité en compte dans les prochaines visites médicales, mais presque comme s'il s'agissait d'une obligation pour lui de faire dériver le sujet. D'ailleurs, il adressa ensuite un petit sourire d'excuse à son interlocutrice qui commenta sa suggestion par un 'je vois' avant de prendre une nouvelle gorgée de café.

Marvin aurait presque pu croire être arrivé à la vitesse de croisière de cette conversation, avoir l'illusion de bien s'en tirer ? Hélas, Tamara lui demanda s'il avait du nouveau. Son premier réflexe fut de dire oui. Sa dernière mission avait apporté son lot de révélation, çà, c'était certain ! Lorsqu'il réalisa ce que cela impliquait, l'agent de liaison répondit aussitôt par la négative. L'informaticien ressenti, une pointe de culpabilité en voyant l'expression de l'agent Lond changer lorsqu'il changea son fusil d'épaule. Sans le savoir, sa visiteuse avait mis le doigt sur le nœud du dilemme intérieur qui l'empêchait d'écrire correctement son rapport. Au point que le blondinet était presque ravi que ce satané papier revienne sur le devant de la conversation.

"Je ne sais pas vraiment comment... Commencer." Expliqua-t-il piteusement en se massant nerveusement la nuque. Une bouffée de franchise le poussa à poursuivre. "Ni comment poursuivre après ou le terminer." Sa voix mourut petit à petit comme s'il réalisait qu'il ne faisait que s'enfoncer à mesure que les mots s'enchaînaient. Il regarda fixement le bureau, tel un gamin prit en faute.

Ensuite, il osa enfin relever les yeux vers l'agent Lond en lui demandant des petits conseils pour débutant. Marvin affichait à peu près la même expression que lorsqu'il avait demandé à Tamara s'il pouvait venir sur le terrain. Cette supplique silencieuse et désespérée dont lui seule avait le secret. Pendant le temps d'une inspiration profonde, le blondinet craignait recevoir une réponse négative. C'est vrai que la demande semblait un peu idiote. Surtout provenant d'une personne ayant seize ans d'ancienneté au Département. Des rapports, il en avait lu des tas avant de les transmettre aux archives. Cette pointe de honte disparue grâce au parfait lancer de gobelet de sa visiteuse. Il suivit la courbe parfaite du regard jusqu'à la corbeille à papier à côté de lui en articulant un 'wouaaaw' aussi admiratif que silencieux. Lorsque lui essayait de faire ce genre d'exploit, il loupait largement la corbeille... Quand son essai ne provoquait pas une réaction en chaîne de chute d'accessoire de bureau !

À peine eut-il le temps de se remettre de cet exemple de précision que Marvin se saisit rapidement de son stylo pour noter fébrilement les conseils donnés. Il marqua une hésitation après avoir noté 'objectif' en lettres capitales, affichant une mine soucieuse. Le blondinet ne pouvait s'empêcher de penser que ces collègues et lui avaient servi d'appât afin de laisser de la marge aux vrais pros. Seulement ce constat se heurtait à l'admiration qu'avait l'informaticien pour le Département. Jamais le DLCEM ne sacrifierait ces agents, n'est-ce pas ? Ce serait... Cruel. Finalement, il laissa temporairement ce problème de côté pour écrire rapidement et sous forme de tiret un gros résumé des étapes suivantes.

L'agent Lond lui demanda ensuite de raconter la mission. De nouveau, Marvin avait l'impression d'être dans la peau d'un élève subissant une interrogation surprise ou, plutôt, de devoir réciter un exposé qu'il n'avait pas préparé. Le regard fuyant, il commença son récit en triturant son stylo :

"Hé bien, on était dans un fourgon à la frontière de la colonie, moi, Isaure et Mercedes... l'Agent Roberts était à l'extérieur en feintant que le véhicule était en panne. On attendait le signal pour passer à l'action. Puis, soudain, les portes se sont ouvertes et des demi-dieux se sont jetés sur nous et traînez hors du fourgon. J'ai..." Il déglutit avant de poursuivre. "J'ai eu le temps de voir le corps de... De l'Agent Roberts avant qu'il nous conduise en direction du camp. Enfin, j'ai cru voir que... Qu'il pointait en direction du... De la planque." Il mima avec hésitation le geste avant de reprendre son stylo à deux mains pour y chipoter. "Déjà, ce point-là, je ne sais pas si je dois le noter." Avoua-t-il avec une pointe de détresse dans la voix. "Je veux dire. Si je mets çà, on pourrait croire que..." Il émit un petit rire comme si ce qui allait suivre était ridicule. "Qu'il nous aurait, en quelque sorte, balancés avant de mourir, mais... Enfin si je mets çà dans mon rapport et que c'est faux..."

Marvin ne poursuivit pas sa spéculation qui était pourtant visible sur son visage à la mine étonnamment sombre : Ou... Pire... Et si c'était vrai ? Que l'agent Roberts les avait trahis dans l'espoir d'être épargné ? Était-ce réellement possible ?

Code by AMIANTE

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 907
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Lun 22 Fév - 16:07

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin



La réplique de Marvin concernant sa tentative maladroite de varier son vocabulaire, entre « terrible » et « trop cool » aurait pu passer pour de l’ironie, si la maladresse n’avait pas été de mise dans sa manière de s’exprimer. L’agent Lond le fixait, gardant son sourire en coin, et secoua doucement la tête. Elle avait décidé de ne pas trop le malmener aujourd’hui, étant donné ce qu’il avait traversé, mais ne voulait pas non plus avoir l’air de le materner, il ne manquerait plus que ça ! Aussi tachait-elle de se comporter de la manière la plus normale possible, avec juste un tantinet moins de répliques acerbes.

L’agent Knight était donc aux prises avec un rapport de terrain, chose qu’il n’avait encore jamais faite puisqu’il n’avait encore jamais été, officiellement du moins sur le terrain. Cela se comprenait. Tam avait du mal à se souvenir de son premier rapport. Elle se rappelait parfaitement la mission, l’adrénaline qui pulsait dans ses veines à chaque seconde, mais le moment post-mission où il avait fallu rédiger ce fameux document retraçant la mission, et dans ce cas-là la description du succès de cette dernière, non, aucune trace dans sa mémoire. C’était bien la preuve qu’elle était d’avantage faite pour le terrain que pour la paperasse. Le blondinet sembla gêné d’avouer ne savoir par où commencer, ni par où continuer et encore moins par où finir. En temps normal, Tam aurait éclaté de rire, on aurait dit un ado qui s’apprêtait à passer le baccalauréat sans avoir révisé. Cependant, la jolie brune se contenta d’un sourire.

-Ne vous prenez pas autant la tête, personne ne vous jugera sur la qualité de votre rapport. Vous savez pourquoi ? Parce que la mission est terminée. Ce qu’on attend de nous, sur le terrain, c’est d’être performant sur place. Une fois la mission bouclée, c’est trop tard. Ces foutus rapports ne sont qu’une procédure, simplement pour avoir le point de vue de chacun et en l’occurrence, de ceux qui sont encore en vie, pour pouvoir établir des stratégies plus efficaces pour les prochaines.

A mesure qu’elle parlait, elle s’était penchée un peu plus vers Marvin, appuyant un avant-bras sur son bureau, plantant son regard dans le sien. Elle se radossa ensuite à son fauteuil.


-On ne vous demande pas du Shakespeare ou du Victor Hugo. Ils s’en tapent du style d’écriture que vous emploierez. Ce qu’ils veulent, c’est connaitre les faits exacts. Pour être tout à fait honnête, je ne sais même pas s’ils les lisent totalement.


Bon ça, elle n’en savait rien. Cette phrase avait simplement pour but de détendre un peu le geek qui semblait vraiment dans l’embarras avec sa feuille blanche. Enfin, sa langue se délia et il raconta ce qu’il avait vécu. Tamara était toute ouïe, curieuse de savoir exactement ce qui s’était passé, de la bouche de quelqu’un qui semblait réellement honnête. Elle fronça légèrement les sourcils en entendant ce que Marvin avait vu : le corps de l’agent Roberts qui, gisant au sol, semblait désigné la planque de ses collègues. L’agent Lond se ravança sur le bureau, fixant son interlocuteur qui semblait ébranlé par ce qu’il avait vu, et d’autant plus en le disant à voix haute.

-Si c’est vraiment ce que vous avez vu, il faut l’écrire. Vous n’êtes pas obligé de prendre parti, vous émettez un simple constat : l’agent Roberts gisait au sol dans une position telle que son bras pointait la direction de la planque. Vous n’émettez aucune spéculation, vous dites ce que vous avez vu. Vous n’aurez rien à vous reprocher. Continuez.

Elle commençait à regretter de ne pas y avoir pris part. Peut-être que si elle avait été là, des agents auraient pu être sauvés. Une pointe de culpabilité commençait à l’assaillir. Elle qui s’était promis, depuis la fameuse mission, de ne plus participer à des missions de groupe, exécrant ce système de massacre sans honneur, elle se disait que du coup, les siens avaient péri alors que tout cela aurait pu être évité. C’était d’ailleurs un miracle qu’un être paraissant aussi fragile que ce petit blond qui tremblait presque devant elle en lui contant ce récit, soit encore en vie. Elle avait grand hâte d’entendre le pourquoi du comment. L’innocent Marvin Knight avait-il pris les armes, avait-il ôté des vies ? La question lui brûlait les lèvres. Cependant, elle ne voulait surtout pas le brusquer, au risque de le braquer complètement de ne pas pouvoir entendre la suite de l’histoire. Elle opta donc pour la solution douce.

-Allez-y, Knight, continuez, répéta-t-elle avec un peu plus de douceur.

Ce qui s’était passé là-bas avait, semblait-il été un véritable massacre, comme l’avait objecté Tamara. Marvin semblait encore tout retourné par l’événement, et il y avait de quoi, surtout pour un agent de liaison comme lui qui ne connaissait finalement le terrain à proprement parler que par les rapports des autres agents. Lui qui, quelques temps auparavant, avait semblé s’intéresser de près à ce genre de poste, suppliant du regard sa collègue pour l’accompagner alors qu’il avait déniché une piste en or, était toujours aussi enthousiaste ? Il semblerait que non, la mission de groupe avait semblé avoir fait l’effet d’une véritable douche froide, un peu comme celle qu’avait vécu Tam plusieurs mois auparavant. Il faudrait un peu de temps au blondinet pour encaisser, et c’était tout à fait normal.

-Vous n’avez rien à vous reprocher, le rassura-t-elle encore une fois, espérant qu’il reprendrait vite son discours. Précisez tout : quel signal exactement attendiez-vous ? De la part de qui ? Vous deviez passer à l’action : quelles étaient les missions de chacun ?

Elle espérait qu’en lui posant des questions précises, cela l’aiderait lui à étoffer son rapport, savoir quoi y mettre et dans quel ordre, et pour elle, satisfaire sa curiosité et en avoir le cœur net sur les actions exactes qui étaient prévues et celles qui s’étaient réellement passées. Et l’aider à tirer le vrai du faux sur l’agent Roberts, à savoir si oui ou non il les avait balancés. Si tel était le cas, la situation était grave, cela voudrait dire qu’une taupe avait sévi au sein du Département, et que peut-être d’autres s’y trouvaient.


Code by AMIANTE

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1490
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Jeu 17 Mar - 22:49

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


Sa première mission officielle sur le terrain. Marvin en avait rêvé depuis dix ans. Au moins. Lorsque vous espérez quelque chose depuis aussi longtemps et, qu'en plus, vous avez une imagination aussi débordante que celle de l'agent de liaison, une dizaine d'années était largement suffisante pour spéculer sur tous les scénarios possibles. En gros, sa vision de sa première mission officielle idéale ressemblait beaucoup aux exploits volontairement exagérés que lui racontait l'agent Powers à longueur de journée.

Il n'avait jamais imaginé l'éventualité que cette mission rêvée soit un fiasco même si ce cas de figure sonnait comme une évidence pour le reste du Département. C'est vrai qu'il donnait l'impression de vouloir cracher ces poumons après quelques mètres de course. C'est vrai qu'on ne lui a jamais confié une arme et donc qu’il était très peu probable qu’il se découvre des talents de tireur d’élite. Mais il était motivé. Bon sang, il était certainement le plus motivé du DLCEM, ou, en tout cas, pas loin. Çà devait forcément compter dans le résultat final, non ? Cette pensée lui faisait ignorer méthodiquement tout les indices lui prouvant le contraire. Il ne voulait pas aller sur le terrain parce que c’était ‘trop cool’ (bon, peut-être un peu) mais parce qu’il voulait se rendre VRAIMENT utile. Que faisait-il de significatif derrière son clavier ? Ces batailles virtuelles pour obtenir LA bonne information semblaient dérisoire quand vous côtoyer des personnes qui réduisaient en poussière des monstres plusieurs fois par jour.

Dans ces spéculations les plus pessimistes, Marvin se voyait AU MINIMUM être utile à quelque chose. Même qu’un petit peu. Au final, la cruelle réalité ne lui avait même pas laissé cela. Il avait établi une stratégie, sauf que personne n’en avait eu besoin. C’était déjà un coup dur à encaisser, mais, maintenant qu’il devait coucher l’étendue de sa nullité sur le papier, l’impression de n’avoir servi strictement à rien était pire.

Au début, il s’était montré plutôt optimiste, s’imaginant pouvoir atténuer son inefficacité en jouant avec les mots. Il parait qu’il y avait plusieurs manières de dire la vérité. Ce super plan aboutit à la magnifique page blanche qu’il avait présentée à l’agent Lond. En fait, plus Marvin réfléchissait aux mots à choisir, et plus il se posait des questions. Jusqu’à quel point pouvait-il se permettre de jouer avec la vérité ? Devait-il cacher le fait qu’il connaissait certains des demi-dieux présents ? Mais s’il n’en parlait pas et qu’Isaure ou Mercedes en parlaient dans leurs rapports… On trouverait çà louche, non ? Bref, il n’avançait pas.

Une fois la mission bouclée, c’est trop tard. On ne vous jugera pas sur la qualité du rapport… Les faits EXACTS. À mesure que les conseils de l’agent de terrain fusaient, Marvin donnait l’impression de se décomposer sous le poids de la culpabilité. Le fait que l’agent Lond s’était penchée vers lui pour planter son regard dans le sien accentuait son malaise.

Finalement, il se décida à tout raconter. À peine avait-il commencé qu’un problème se posa à sa conscience : le corps de l’agent Roberts. Marvin passa sous silence le choc de la découverte pour se concentrer sur l’essentiel. Il avait retourné le problème dans tous les sens avant d’évoquer ce point. Les apparences jouaient clairement contre l’agent décédé. Devait-il pourtant mettre ces doutes par écrit ? Au risque de salir la mémoire de l’agent Roberts parce que tout portait à croire qu’ils les avaient balancés avant de rendre son dernier souffle ?

Dès les premiers mots de Tamara, Marvin ouvrit la bouche pour émettre un "Mais..." Sans avoir le temps d’aller plus loin puisque son interlocutrice continua sur sa lancée. Face aux conseils, l’informaticien hocha gravement la tête et commença à écrire mot pour mot ce que lui dictait l’agent Lond.

"J’espère qu’il n’aura pas d’ennui à cause de çà. Enfin… Techniquement, il ne peut pas avoir plus d’ennui qu’actuellement puisqu’il est mort, mais, je veux dire, il a toujours eu de bons états de service alors si à cause de mon rapport… Je suis certain que ce n’est pas ce qu’on pourrait croire."


Sur cette réplique peu convaincue, Marvin poussa un soupir et baissa les yeux. Même si Tamara lui disait qu'il ne faisait que réciter des faits, il avait l'impression d'être un collégien venant de cafarder un ami auprès du professeur. Alors que l'agent Roberts et lui n'était pas spécialement ami à la base ! A force de tourne encore et encore les mêmes pensées, l'informaticien avait l'impression que sa tête allait exploser sauf que d'en parler était pire. "Ok. Euhhh." Essaya-t-il de poursuivre lorsque l'agent l'invita à continuer. Il se passa une main sur le visage comme si çà pouvait l'aider à y voir plus clair. En vain.

"J'en sais rien, on n'était même pas supposé être là !"
Avoua-t-il avec une certaine impuissance face aux questions précises de son interlocutrice. Marvin poussa un soupir de frustration. "Il fallait boucher les trous dus au manque d'effectif et on était là. C'était l'agent Roberts qui connaissait le signal. Çà a été tellement vite que..." Marvin lâcha son stylo qui fit un petit bruit en touchant son bureau. "En fait. Je dirais que, quand on voit la mission dans son ensemble. Peut-être que... Que notre groupe à servi d'appâts." Il lança cette théorie avec prudence. Marvin respectait trop le Département pour croire vraiment à un tel plan, mais c'est ce qui semblait le plus logique. "On met trois incapables dans un fourgon, avec un bon agent et des armes pour donner la chance. Ils se font capturer, pas de grandes pertes si çà tourne mal ou d'informations importantes de lâcher en cas de torture, et çà laisse le champ libre aux vrais agents. Stratégiquement, çà se tient, non ?"

Marvin tenta de hausser les épaules comme si çà lui était égal d'être dans le rôle de cible sacrifiable, mais çà se voyait dans son regard qu'il espérait secrètement que Tamara démente tout. Puisqu'il n'avait plus de stylos en main, il se massa nerveusement la nuque. "Le coup de l'Hydre, par contre, ils auraient pu difficilement le prévoir." Avoua-t-il au final, presque soulagé de voir une faille dans sa théorie.

Il sentait qu'au mot 'Hydre' il avait potentiellement perdu son auditoire réduit. "Oui, parce que... Bon, faut que je raconte dans l'ordre." Ajouta-t-il précipitamment. Marvin semblait être redevenu à peu près normal. Il parlait comme lorsqu'il racontait le dernier comics qu'il allait lu, comme si évoquer l'éventualité d'avoir servi d'appât lui avait enlever un poids. "Donc on a été emmené au camp ennemi dans une espèce d'arène entouré par des demi-dieux furax qui nous arrosent d'eau froide et bombarde de questions. Puis ils débattent sur notre sort et une demi-déesse propose d'épargner celui qui donne le plus d'infos. Alors, moi, je prends la parole pour dire que de toute façon, ils allaient nous tuer donc qu'on n'allait pas parler. J'ai vite dit çà au cas où la proposition tenterait quelqu'un. Ce n'est pas que je n'ai pas confiance en mes confrères, mais, c'était quand même assez impressionnant comme situation, alors, n'importe qui aurait pu craquer. Puis une autre demi-déesse arrive et hurle qu'on doit tous mourir. Elle fait couler du sang et boum, une Hydre gigantesque apparaît." Marvin mima ce mot en écartant les bras comme un pêcheur du dimanche estimant la taille d'un poisson. "C'est à ce moment-là que tout est devenu VRAIMENT dingue."

L'agent de liaison marqua une pause non pas pour instaurer un effet dramatique, mais pour reprendre son souffle après ce long monologue.
Code by AMIANTE

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 907
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Dim 20 Mar - 0:38

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin



Pondre un rapport, surtout après une mission aussi chaotique que celle à laquelle Marvin Knight avait participé n’était jamais une chose facile, d’autant que le blondinet n’avait jamais officiellement participé à une mission de terrain, et encore moins rédigé un rapport à ce propos, cela allait de soi. Déjà qu’en temps normal ce n’était ni aisé ni agréable, se remémorer tout ce qu’il avait vécu et les revivre en couchant les mots sur le papier devait être un vrai déchirement. Tamara en savait quelque chose, mais l’agent de liaison devait le faire, cela faisait partie du travail. Etait-il vacciné contre l’envie de prendre part aux missions de terrain maintenant ? L’agent Lond, curieuse, se posait la question, mais savait l’instant bien mal choisi pour l’énoncer à haute voix.
Knight s’inquiétait à présent que l’agent Roberts, décédé lors de la mission, n’ait des ennuis à cause de son rapport. La petite brune dût se retenir de lever les yeux au ciel et se contenta de secouer la tête sans quitter son interlocuteur du regard.

-Ça suffit, Knight. Vous devez mettre dans ce rapport absolument tous les détails que vous avez enregistrés dans votre petit cerveau. Peut-être en effet que ce n’est pas ce que vous croyez, mais peut-être aussi que ça l’est. C’est le travail du département d’élucider ce mystère. S’ils veulent enquêter, il leur faut tous les indices, et s’il s’avère que ce détail était important et qu’ils découvrent que vous avez fait de la rétention d’information, vous allez aux devants de graves problèmes.

Essayait-elle de lui faire peur ? Peut-être un peu, mais ce qu’elle disait était vrai. Marvin sembla enfin comprendre et prendre quelques notes. Puis, alors que Tam le lui demandé, il continua à raconter ce qu’il avait vécu, s’embrouillant un peu par endroits. Il parla de manque d’effectif et du fait qu’il avait surement été là pour boucher des trous. Etait-ce une allusion au fait que Tam elle-même s’était dérobée pour ne pas y participer ? L’attaquait-il directement, sous-entendant que peut-être que si elle avait été présente, les choses auraient été pu un peu moins mal tourner ? Non, l’adorable geek qu’il était ne se serait sans doute jamais permis une telle chose. Lond spéculait là-dessus, surtout parce que sa culpabilité commençait à la tirailler. Eolle n’avait pas été là, et des collègues étaient morts. Marvin avait eu une chance incroyable de s’en sortir au vu du peu d’entrainement et d’expérience qu’il avait. Ce qui ramena l’agent de terrain à la réalité, ce fut d’entendre l’informaticien émettre l’hypothèse que son groupe avait pu servir d’appât.

-Je vous demande pardon ? souffla-t-elle en écarquillant les yeux. De toutes les idées les plus folles que vous avez, celle-ci est sans doute la plus…

Mais en même temps qu’elle parlait, elle réfléchissait.

-… plausible.. ?

Tam était sans voix. L’explication de Knight tenait la route, et aussi écoeurante soit cette éventualité, elle était tout-à-fait envisageable.

-Ca se tient, répéta-t-elle en reprenant les mots qu’il avait employés.

Le regard perdu dans le vague, ou plutôt sur le terrain-vague que représentait le bureau du blondinet, Tamara se demandait jusqu’où était prêt à aller le DLOCEM pour mener à bien une mission de cette envergure. Ne les avait-il pas envoyés, quelques mois auparavant, dans un camp composé essentiellement de gamins ? Des demi-dieux, certes, mais des enfants tout de même ! La petite brune n’avait aucune idée de l’opinion de l’informaticien à ce sujet, elle évitait d’en parler vu combien ce souvenir était délicat pour elle.

-Ca me fait mal au cœur de l’admettre, Knight, mais il se peut que vous ayez raison. C’est pas que vous ayez raison qui me fait mal au cœur, hein, qu’on s’entende… mais… enfin vous voyez. Bon on est d’accord, ça vous ne l’écrirez pas… On ne sait jamais.

Puis, il évoqua une hydre, que le Département aurait difficilement pu prévoir. Intéressant. Tam haussa les sourcils, et l’agent de liaison comprit qu’il devait procéder dans l’ordre. Il reprit donc le fil de son histoire, sous le regard attentif de son interlocutrice. Mais… une hydre ? Comment un froussard tel que Marvin n’avait-il pas fait une crise cardiaque en faisant face à un tel monstre ? Ce type avait peur de prendre une femme de ménage ! Cependant, le propriétaire de Splinter surprit Tamara par le courage dont il avait fait preuve en prenant la parole face aux jeunes demi-dieux en colère qui les menaçaient et en leur tenant tête. Jamais elle ne l’aurait pensé capable de ça, ce qui la fit sourire. Un sourire franc qui se changea en sourire incrédule à la seconde où il déclara que la situation était impressionnante et que n’importe qui aurait pu craquer. Non, pas n’importe qui ! Les agents de terrain étaient entrainés pour ça, pour ne pas craquer sous la pression, et puis avant l’hydre, cela n’aurait pas impressionné la jeune femme. Elle secoua doucement la tête de gauche à droite, signifiant que cette réflexion n’était pertinente.

Enfin il commença à parler de l’hydre. La curiosité de l’agent Lond était à son paroxysme. Si la situation sur place n’avait pas si mal tourné pour les agents du DLCEM, Tamara aurait probablement fait de l’humour en lui demandant à quel moment il avait fait dans son froc. Mais là, la conclusion de la mission était critique : plusieurs morts, beaucoup de blessés étaient à compter, et une enquête serait surement menée. La petite brune gardait un calme olympien (sans mauvais jeu de mots) face à un geek qui semblait enfin prêt à se mettre à table.

-Très bien, vraiment dingue alors… je vois. Allez-y, dites m’en plus. L’hydre, quelle taille ? Notez tous les détails.

Bon, là, c’était clairement pour satisfaire sa curiosité et sans doute se faire un peu « râler » de ne pas y avoir été juste pour avoir eu l’opportunité de combattre une hydre. Oui, parfois Tam avait des délires un peu suicidaires. Mais les challenges étaient importants pour elle pour ne pas sombrer dans la routine, et une hydre représentait quand même un sacré morceau.



Code by AMIANTE

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1490
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Jeu 31 Mar - 22:07

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


Marvin faisait face à un blocage. Il préférait s'attarder éternellement sur le début de la mission. Un instant béni où le seul souci d'ordre moral qu'il avait était le cas de l'agent Roberts et s'il s'agissait d'un traître ou non. Faire face à la mort de quelqu'un qu'on connaît n'était pas une chose vraiment réconfortante d'habitude, mais, étant donné le bordel qui suivit, il s'agissait certainement de la chose la plus normale et abordable psychologique de toute cette mission ! Le geek voyait bien que son pointillisme sur ce passage risquait d'agacer son interlocutrice, mais, malgré cela, il était incapable d'interrompre ces explications. Du moins, jusqu'à ce que Tamara lance un "çà suffit, Knight" qui le fit sursauter tout en le murant dans un silence temporaire.

Le blondinet ne put s'empêcher de se mordre la lèvre inférieur lorsque l'agent Lond poursuivit en parlant de rétention d'information. Concernant ce point, ce n'était pas le cas de l'agent Roberts qui serait le plus grave. Entre la présence d'Haytham et la découverte que son neveu de cœur appartenait à l'ennemi, cette mission avait été la foire aux retrouvailles (et pas le genre de retrouvailles qui réveillent des souvenirs sympathiques après coup). Peut-être que dans un temps très, trèèèèès, lointain, il pourra rire de tout çà. C'est ce qu'on disait toujours dans ce genre de situation épineuse pour essayer de voir le verre à moitié plein, mais, pour l'instant, cela semblait peu probable.

Le syndrome de la page blanche semblait s'être temporairement dissipé. Grâce aux explications de Tamara, il put commencer à écrire quelques lignes. Pendant un très court instant, il crut pouvoir s'en sortir en alignant simplement les faits les uns après les autres. Sauf que son interlocutrice posa des questions et l'informaticien dut reconnaître être incapable de répondre à la plupart. Il s'en voulut presque immédiatement. Sur le coup, il avait été tellement heureux d'aller officiellement sur le terrain qu'il n'avait demandé aucune information alors que celle dictée par l'agent Lond semblait évidente ! Ce manque d'informations soulevait un point qui lui pesait énormément sur le cœur : est-ce qu'ils avaient servi de bouc émissaire ou d'appât durant la mission ? Il n'avait jamais osé aborder ce point avec personne d'autre. Marvin espérait de tout cœur que Tamara lui réponde qu'il avait perdu l'esprit.

"Oui, je sais, c'est un peu..." S'empressa-t-il de se justifier alors que son interlocutrice écarquillait les yeux.

Ensuite, le mot 'plausible' fut lâché. Le mot qu'il avait redouté d'entendre fut prononcé à voix haute. Marvin baissa la tête, comme s'il avait honte d'avoir peut-être raison. Il aurait préféré entendre ce genre de conclusion pour n'importe laquelle de ces théories farfelues.

"Ok. Çà reste entre nous alors." Répondit-il toujours d'une voix morne. "C'est logique. Je suis juste le type qui a piraté le réseau du DLCEM et qui s'est retrouvé engagé. Je n'ai pas de grands exploits à mon actif, je n'ai même pas fait l'armée alors... Qu'est-ce que j’espérais ?" Alors il aurait dû sentir le coup venir dès qu'on lui avait dit qu'il irait sur le terrain. C'était un coup dur à encaisser pour lui qui vénérait le département. Le plus dur n'était pas que ce plan ressemblait plus à une stratégie de super-vilains que de héros. Non, le plus dur était que si sa théorie était juste, alors cela signifiait qu'on avait joué avec son rêve et, çà, çà faisait mal. "Çà me va." Dit-il avec une étrange gravité.

Heureusement, il retrouva vite son état habituel. Parce qu'à la réflexion, les grandes pompes du DLCEM pouvaient difficile prévoir le coup de l'hydre. Marvin allait continuer sur sa lancée à partir de ce point, mais il réalisa bien vite qu'il était passé du coq à l'âne, alors il opéra un retour en arrière dans les événements. Tenir tête aux demi-dieux en colère était la seule chose cool qu'il avait faite alors, évidemment, il en parla !

"Bon d'accord, c'est surtout pour convaincre les autres que moi, je ne craquerais pas." Avoua-t-il piteusement face au sourire incrédule de Tam. "Du coup, si MOI je ne craquais pas, ils avaient intérêt à ne pas flancher." Ajouta-t-il avec un peu plus de détermination.

Marvin était lucide. Il se doutait bien que dans une situation comme celle-ci où on se trouvait entre les mains de l'ennemi avec au menu toutes sortes de torture, tout le monde penserait que l'informaticien serait le premier à craquer. C'est justement pour cela qu'il s'était décidé à montrer l'exemple. Mais çà, c'était avant qu'il y ait l'Hydre et que la situation devienne complètement dingue.

"Assez grande pour pouvoir me gober d'un coup sans avoir à mâcher." Répondit-il sans l'ombre d'une hésitation. Il se massa nerveusement la nuque pour la centième fois avec une grimace d'excuse. "Désolé, c'est la première chose qu'il me soit venu à l'esprit quand je l'ai vu. Et, en parlant de voir, avec ces douches froides à répétition, mes lunettes anti-Brume étaient parsemés de goutte donc je n'ai pas pu voir la bête en détail. C'est sans doute mieux." Il chipota à son stylo comme s'il attendait de nouvelles instructions pour reprendre ces notes. "Ensuite, çà, c'est un peu emballé. Tout le monde courrait partout, l'Hydre s'en prenait surtout aux demi-dieux, même si c'était un d'entre eux qui l'avait invoqué. Celui qui nous avait aspergés d'eau est venu jusqu'à moi et à couper mes liens. Mercedes... Ou c'était Isaure... Bref, il avait réussi à faire basculer son poteau et çà." Marvin se mordit les lèvres et ferma les yeux, essayant d'oublier le spectacle de la gamine écrasé. "Apparemment, çà a écraser un ennemi comme çà. Ne me demander pas comment, quand j'y suis arrivé, il y avait juste... La mare de sang et... Son arme juste à côté avec le bras qui dépassait. J'ai profité que personne ne semblait faire attention à moi pour la prendre." Il allait de plus en plus vite dans ces explications, comme si çà pouvait l'aider à ne pas revivre la scène. "Quelqu'un a attiré l'Hydre plus loin et plusieurs demi-dieux se sont diriger par là. Je ne sais pas comment çà, c'est fini. Les ennemis qui restaient nous accusaient d'être responsables de tout cela. J'ai été mis en arrière par une fille de Mars parce qu'elle disait qu'un de nous devaient survivre pour cracher le morceau plus tard. C'est pour çà que je m'en suis sorti." À partir de ce point, Marvin regarda fixement son bureau. Dire qu'il avait honte était un euphémisme. Il n'était pas revenu vivant parce qu'il s'en était bien tiré, mais parce qu'il avait été protégé par l'ennemi ! Parce que l'ennemi estimait qu'il était le plus faible, celui qu'on pourra faire parler sans soucis. "Quand j'ai vu que mes confrères étaient en difficulté, j'ai couru pour m'interposer en me disant que çà obligerait ma gardienne à s'en mêler en notre faveur. Enfin... Çà ou ne rien faire aurait été pareil vu la différence de niveau." Il haussa les épaules. "Heureusement, les renforts sont arrivés pour nous tirer de là. On m'a dit au débriefing que la seconde équipe a réussi à capturer des cibles clefs du camp romain. Donc... Euh... Je dirais que la mission s'est terminée sur une victoire, non ?" Demanda-t-il dans une tentative maladroite de voir les choses sous un jour positif même si le cœur n'y était clairement pas.

Le Département avait réussi, c'était juste lui qui avait tout foiré. Et encore, il n'avait même pas eu le courage d'évoquer la présence d'Haytham ou de son neveu. Pourtant, l'agent de liaison savait qu'il ne pouvait cacher éternellement ce détail.

Code by AMIANTE

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 907
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Ven 1 Avr - 17:42

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin



Tam n’avait qu’une hâte, en savoir plus sur l’hydre. C’était vraiment LE détail qui faisait qu’elle commençait à regretter de ne pas avoir été présente. Parce que, si sa vision sur les demi-dieux avait commencé à clairement changer à cause d’une certaine personne, les monstres mythologiques quant à eux méritaient bien d’être éradiqués. Nul doute que si l’agent Lond avait été de la partie, elle aurait donné le maximum pour terrasser la bestiole. Mais Marvin revenait à son récit dans l’ordre, et la théorie du complot, enfin plutôt des appâts que lui et ses collègues auraient formés. Tamara restait impressionnée par la démonstration de courage dont avait fait preuve le blondinet en osant l’ouvrir face aux demi-dieux, affirmant avec conviction que personne ne parlerait. Même s’il venait de dire qu’en fait il avait fait ça pour s’en convaincre lui-même quant à ses propres chances de résister à la torture, néanmoins oser le faire était « couillu ». La petite brune hocha la tête, l’invitant à poursuivre. L’hydre, enfin on y venait. Apparemment, elle avait une taille conséquente, suffisamment grande pour gober le geek tout cru. Le visage de Tam s’illumina, elle affichait un sourire admiratif, et histoire de détendre l’atmosphère et employer un mot que l’informaticien comprenait, elle lâcha un « Cool ! » enthousiaste.

Finalement, ces douches froides qu’il avait reçues et qui avait partiellement obstrué sa vision en laissant des gouttes sur ses lunettes anti-brume lui avaient peut-être sauvé la vie… Oui parce que l’agent Lond était toujours persuadée que Knight aurait largement pu faire une attaque.

-Notez ça aussi, agent Knight. Souvenez-vous, tous les détails. Chaque chose peut avoir son importance.

Après tout, il tripotait son stylo, autant qu’il s’en serve. Puis, il conta la suite. L’hydre s’en prenait aux demi-dieux ? Intéressant. La jeune femme laissa paraitre son étonnement et continuait d’écouter avec attention. Un demi-dieu était venu en aide à Marvin, coupant ses liens.

-Et celui qui est venu vous aider, vous le connaissiez ? Comment connaissez-vous son nom ?

D’autant que visiblement, son action avait couté la vie à un des siens, si elle avait bien suivi. Et voilà qu’elle imaginait à présent Marvin dépouillant un demi-dieu mort de son arme. Incroyable, décidément, le blondinet ne cesserait jamais de l’étonner. Elle ne camoufla d’ailleurs pas sa surprise en haussant de nouveau les sourcils.

-Waow, Knight vous avez eu une arme, une vraie, dans les mains ? Vous vous en êtes servi ??

La curiosité maladive de Tam la poussait parfois à poser des questions qui pouvaient ne pas être appréciées… Elle regretta instantanément d’avoir émis à voix haute ce qu’elle se demandait tout bas. Marvin n’était pas dans son assiette, ce n’était pas le moment de l’apitoyer d’avantage. Mais bon, il la connaissait, il savait comment elle était. Peut-être alors ne le prendrait-il pas mal. Elle regretta d’autant plus en entendant la suite. Une fille de Mars l’avait mis à l’écart, le sauvant pour espérer lui tirer des aveux plus tard. La brunette se mordit la lèvre, observant Marvin qui fixait inlassablement son bureau.


-Eh, vous n’avez pas à culpabiliser, d’accord ? L’important, c’est de vous en être tiré. OK ? Peu importe les raisons, l’important c’est le résultat. Et le résultat, c’est que vous êtes là, en un seul morceau, en train de faire votre rapport. C’est ça qui compte.


Tam en train de rassurer Marvin, on aura tout vu ! C’était bien ce que l’agent de terrain était en train de se dire, et ça la fit soupirer intérieurement. Retrouver Haytham avait fait rejaillir en elle un semblant d’humanité, et ça lui faisait vraiment bizarre.

-Et l’hydre, quelqu’un a pensé à récupérer son sang ? C’est du poison, ça inflige des blessures irréparables… lança-t-elle pour éviter de continuer à jouer les mères-poules.

Contre toute attente, Marvin montra qu’il avait une fois encore fait preuve de bravoure sur place. Il conta s’être interposé, espérant que la demi-déesse, fille de Mars, décidément toujours ce dieu-là, aiderait le groupe d’agents. Tamara fit une petite moue qui montrait qu’elle était impressionnée, tout en hocha la tête.


-Et les renforts ont-ils réussi à tuer l’hydre ?


Ils étaient apparemment arrivés bien vite après, donc l’histoire touchait à sa fin, c’était bien dommage d’ailleurs. Le DLCEM avait visiblement réussi à capturer qui ils souhaitaient, c’était une bonne chose, mais les pertes du côté des agents, ça, ça l’était moins. Marvin demanda si du coup c’était considéré comme une victoire. Le regard chocolat de Tam se perdit sur le mur derrière son interlocuteur.

-Je suppose, oui…

Puis elle le regarda à nouveau.

-Les renforts, de qui étaient-ils composés ? Notez tout. Combien étaient-ils ? A combien estimeriez-vous leur temps d’arrivée sur place ? Combien de temps ont-ils mis pour vous évacuer ?

Elle ne le lui répéterait jamais assez, chaque détail comptait. Il fallait absolument tout consigner par écrit pour ne rien oublier et surtout démêler un peu cette affaire. Alors qu’elle avait un peu reculé son fauteuil, l’agent Lond se ravança, s’accoudant sur le bureau de l’informaticien.

-Marvin Knight, je tiens à vous dire que vous m’avez impressionnée. Je vous félicite, d’une part pour avoir survécu, et d’autre part pour vous être montré aussi courageux.

Bon, elle n’allait pas ajouter qu’elle l’avait mal jugé, qu’elle l’avait toujours pris pour une mauviette et qu’elle était persuadée que s’il n’avait pas succombé à une crise cardiaque, c’était sans doute parce qu’on lui avait posé un pace-maker… Non, pas aujourd’hui. Son regard faisait peine à voir, ce n’était pas le moment de l’achever. Néanmoins, elle se rendait compte de l’admiration qu’il avait pour elle, aussi espérait-elle apaiser sa culpabilité, qui était palpable, en ainsi le félicitant. Elle se radossa ensuite à son fauteuil, croisant les bras dans une posture bien moins chaleureuse.

-Bien entendu, ce que je viens de vous dire reste entre nous, et si ça sort d’ici, je serai obligée de vous tuer en vous ficelant comme un saucisson sur le toit de ma voiture avant de prendre l’autoroute… Et vous savez que je fais fi des limitations de vitesse, pas vrai ?

Un petit sourire en coin ponctua cette phrase. Elle attendait donc les derniers détails.

-Finalement, qui étaient les cibles du DLCEM ? Qui voulaient-ils capturer ? A combien estimeriez-vous les pertes dans le camp adverse ? En nombre et en pourcentage. Si survivants il y a, y a-t-il des fuyards ou bien tous ont été faits prisonniers ?

La question que se posait surtout Tam était de savoir si Haytham avait fait partie de cette tragique histoire. Il ne lui en avait pas touché mot. Et à présent que Marvin savait qu’elle le connaissait, il lui aurait sans doute dit si tel avait été le cas… Quoi qu’avec le geek, il fallait s’attendre à tout… Quand ils avaient capturé l’irlandais, il avait attendu qu’ils se retrouvent tous chez lui pour dire qu’il le connaissait… Alors que ce n’était pas les occasions qui avaient manqué ! En y repensant, l’agent Lond secoua la tête de droite à gauche. Là encore, Knight avait été surprenant.

-Finalement, quelles sont vos conclusions quant à cette expérience ? Outre le fait qu’a priori c’est une victoire puisque le département a pu arriver à ses fins.



Code by AMIANTE

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le rapport de la honte. (tamara, terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Comité d'accueil (Tamara, terminé)
» Un rapport hijackthis
» Roh la honte *_* Shame on me !
» [Résolu] Rapport d'avast
» Position objet par rapport à un autre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: new york city. :: quartier général du d.l.c.e.m.-