Partagez | .
 

 Le rapport de la honte. (tamara, terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1480
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Mar 12 Avr - 20:09

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


Cool ? Venait-il d'entendre ce mot familier sortir des lèvres de l'agent Lond ? C'était comme de voir qu'une star aimait manger dans le même restaurant que vous. Un vrai choc. Si l'agent Knight n'était pas concentré sur son récit, sans doute en serait-il resté bouche bée. À la place, il se demandait plutôt s'il n'avait pas rêvé. Sans doute ces oreilles lui avaient joué un tour entre deux descriptions de scènes traumatisantes. Ou alors c'était la fatigue. Oui, sûrement. Sinon çà serait le signe qu'il venait de basculer dans une dimension parallèle.

Marvin des yeux à plusieurs reprises, comme s'il voulait s'assurer qu'il avait bien les pieds sur terre. Ensuite, il retourna à ces notes lorsqu'il fut bombardé de nouvelles directives. À nouveau, la déclaration que chaque chose pouvait avoir son importance lui fit pincer les lèvres. Il y avait encore tellement de détails qu'il avait gardés sous silence. Parce qu'il s'inquiétait des conséquences. Lui qui n'avait jamais remis en doute les actions du DLCEM avait peur de ce qui arriverait à son neveu de cœur si jamais il en faisait mention dans son rapport. Pourtant, il n'avait pas le choix. Ces confrères aussi l'avaient vu. S'il n'en parlait pas et qu'eux oui, çà ferait de lui un traitre, non ? Enfin, le blondinet avait l'impression d'en être un quelle que soit sa décision. Il y avait aussi la présence d'Haytham Cassidy mais çà, c'était surtout parce que ses chances de survivre à la fin de la conversation semblaient bien minces si jamais il mettait ce sujet brûlant sur le tapis.

Pour l'instant, en matière de sujet brûlant, l'hydre lui suffisait. Marvin en était arrivé à la partie "apocalyptique" de son récit. Difficile de dire ce que faisaient les autres devant ce cas de panique général.

"C'est celui qui s'amusait à nous arroser." Répondit-il après une hésitation, comme à chaque fois qu'il devait marquer une pause dans son histoire effrénée pour revenir sur un détail. "À un moment, il a arrosé tout le monde, même ceux de son camp, c'est comme çà que j'ai su son nom. Euh... il s'est ensuite jeté sur le monstre en criant "Hei Hydra'", ce qui montre bien que la licence Marvel est maléfique." Affirma-t-il avec toute sa conviction de geek.

Ainsi prit fin la partie "facile" du rapport pour glisser lentement vers les moments qui lui faisaient honte. Il avait ramassé une arme en essayant d'ignorer qu'en fait, il dépouillait un cadavre. Il se souvient qu'Haytham lui avait crié "non" qui si le fait de ramasser l'épée grecque aurait provoqué l'apocalypse. Bref, il essayait de se concentrer sur tout sauf sur le bras qui dépassait du poteau et de là marre de sang. Bien sûr, l'informaticien avait vu les vidéos de la première attaque des camps. Là aussi, il y avait eu des morts, des jeunes demi-dieux fauchés par surprise. Disons qu'à travers un écran... çà paraissait moins... Réel.

"Pour ce que çà a servi." Commenta-t-il avec un haussement d'épaules déprimé lorsque Tamara s'étonna du fait qu'il avait tenu une vraie arme en main.

Dans une autre situation, Marvin aurait sûrement crâné avec une phrase comme "ce n'était pas mon premier rodéo", le genre de phrase que l'agent Powers disait à longueur de journée lorsqu'il décrivait ces exploits. Malheureusement, le blondinet estimait n'avoir rien fait d'héroïque durant cette mission. Pire, s'il s'en était tiré aussi bien, c'était parce que l'ennemi l'avait protégé. Pourquoi ? Parce qu'il était marqué maillon faible sur son front. D'ailleurs, on arrivait inévitablement à cette partie. S'il mettait çà dans son rapport, c'était certain que plus personne ne voudrait de lui sur le terrain. Les mauvaises langues déclareraient que c'est déjà le cas. Mais... dans ces missions non officielles, il avait été utile, non ? Il avait réussi à récupérer l'ordinateur d'Haytham. Il avait réussi à bluffer le gorille de l'entrée lorsqu'il avait accompagné l'agent Lond au match de boxe illégale. Il avait obtenu un "pas mal" de Tamara ! Une part de lui voulait toujours croire qu'il pouvait devenir agent de terrain.

"Vous ne comprenez pas. Je n'ai rien fait. Rien du tout. Tout le monde se battait et moi... On... On... On... On m'a mis sur le côté. C'est comme si on m'avait envoyé au coin !" Il poussa un soupir. L'informaticien évita de préciser qu'il avait attendu cette mission officielle depuis qu'il avait rejoint le Département, ce qui augmentait sa frustration de ne rien avoir pu faire. "Vous savez quand je lance des phrases comme "je donnerais ma vie pour le DLCEM'", tout le monde croit que c'est des salades et que je me dégonflerais au premier danger mais je le pense vraiment." Dit-il très sérieusement. Un sérieux qu’il n’était pas habitué à montrer. Il eut un bref rire sans joie. "Même si j'ai conscience que çà sonne ridicule quand c'est dit par un gars comme moi."

Comment expliquer qu'il aurait préféré y rester mais avoir fait un acte décisif pour la mission que d'avoir survécu à cause de la pitié de l'adversaire ? Marvin était tellement englué dans la culpabilité de s'en être tiré à bon compte par rapport aux autres qu'il ne remarqua pas le petit miracle qui avait eu lieu sous ces yeux avec la tentative de son interlocutrice de le rassurer. Avant qu'il ne puisse le réaliser, la conversation avait dévié sur le sang de l'Hydre.

"Je ne sais pas du tout. Ils ont attiré le monstre dans la forêt pour le combattre. Je ne voyais rien d’où j’étais." Il croisa les bras et eut pendant un instant une mine boudeuse. "J’avais un super-plan pour le battre mais la demi-déesse a fait genre ‘on maîtrise la situation, on a l’habitude de combattre des monstres et blablabla’. C’est sûr qu’ils semblaient maîtriser la situation !" Conclut-il avec ironie en roulant des yeux, visiblement vexé d’avoir été tenu à l’écart.

Arriva le dernier moment de la honte à raconter : sa tentative de sauvetage infructueuse. Heureusement, les vrais renforts n’avaient pas traîné à intervenir.

"Non, d’après ce que j’ai compris, le combat contre l’hydre était fini quand ils sont arrivés. " Répondit-il en ne pouvant cacher une certaine inquiétude qu’il espérait faire passer pour de l’hésitation.

Dès l’arrivée des renforts, il avait été ramené à l’abri. L’informaticien ne savait pas comment s’était terminé cette histoire d’Hydre ni si les personnes qu’il connaissait avaient survécu à cette bataille. Plusieurs de ces ongles étaient rongés à cause de ce point de la mission. Il n’avait pas osé appeler son neveu pour s’assurer que tout allait bien de son côté. Marvin préférait rester dans le déni et imaginer que son neveu de cœur n’était pas un sang-mêlé, qu’il avait imaginé tout cela à cause du stress ou un autre truc dans le genre.

Au final, vingt-trois ennemis avaient été tué et deux captures avaient été faites. Malgré son manque d’utilité, on pouvait donc dire que la mission était un succès. Çà c’était si on était du genre à voir le verre à moitié plein. Il poussa un soupir de soulagement devant le ‘je suppose oui’ de l’agent Lond. Si la mission avait été un échec complet à cause de lui, sans doute ne s’en serait-il jamais remis !

Avant qu'il n'ait le temps de dire "ouf ", une nouvelle salve de questions surgit. L'informaticien se saisit de nouveau de son stylo et écrivit avec la frénésie de l'élève qui entendait les mots "Interros surprises" ou "cette partie comptera pour la moitié de la note finale". Le blondinet ignorait la réponse à ces questions mais notait tout, bien décidé de se renseigner plus tard pour obtenir le rapport le plus parfait possible.

Le compliment le prit totalement par surprise, au point de le figer en plein mouvement. Marvin regarda Tamara avait les yeux ronds de celui qui venait de voir le Père Noël après en avoir remis l'existence en doute. "M...... Merci." Arriva-t-il à lâcher sans que le rouge ne lui monte aux joues. En fait, s'il n'avait pas viré au rouge comme une tomate, c'est parce qu'il avait l'impression de ne pas mériter un tel compliment.

Il se mordit la lèvre pour ne pas sourire devant la remarque qui suivit. "Bien entendu." Dit-il en hochant solennellement la tête. Ficeler comme un saucisson sur le toit de la voiture de l'agent Lond ? çà, çà serait une mort sacrément intéressante. Il se permit un sourire de gratitude face à celui en coin que Tamara afficha pour ponctuer sa phrase.

Ce moment fugace passa rapidement. Assez rapidement pour qu'il puisse s'imaginer avoir rêvé. "Oh. Oh. J'ai noté çà quelque part." Dit-il lorsqu'il fut questions des cibles du DLCEM. Marvin se lança alors dans une recherche frénétique sur son bureau. Après une fouille précipitée qui empira le désordre ambiant et faillit coûter la vie à une des figurines, il se saisit d'un bout de papier d'une couleur jaune vive. "L'augure des Romains. L'autre nom ne me dit rien. Ettt..." Nouvelle fouille rapide jusqu'à trouver une autre feuille. "Il y a eu vingt-trois morts, d'après la première estimation."

L'agent de liaison semblait être revenu à son état normal. Affichant tour à tour le sourire satisfait de l'élève donnant une bonne réponse puis l'expression de celui qui se prenait une question surprise. "Euh... Que la fin justifie les moyens ?" Plaça-t-il avec la lenteur de celui qui lançait une idée sans conviction ou un joueur de poker essayant de bluffer avec la pire main du monde. Vos conclusions face à cette expérience ? çà devrait être illégale de poser ce genre de questions sans préparer le terrain avant ! Il voyait bien où Tamara voulait en venir. Enfin, il croyait savoir. Il poussa un soupir déprimé. "Que je ne serais jamais fait pour le terrain ? Je suppose que c'est çà la moralité de cette histoire." Il lâcha son stylo avec dépis.

Le blondinet se mordit de nouveau la lèvre inférieure. "Il y a autre chose." Lâcha-t-il brusquement. "En fait... Euh... Je ne sais pas non plus si je dois le mettre dans le rapport. Est-ce que... çà pourrait rester entre nous ?" Demanda-t-il en esquivant une grimace d'excuse. Après il grande respiration, il décida de lâcher la bombe : "Il y avait des personnes que je connaissais dans le camp adverse."
Code by AMIANTE

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 879
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Mer 13 Avr - 21:43

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin



Tel un élève assidu à sa dictée, l’agent Knight prenait des notes sur les conseils de sa collègue, qui faisait alors office de mentor en rédaction de rapport, et prenait soin de bien écrire les détails importants. Tamara, quant à elle, était attentive à chaque chose dont l’informait Marvin. Il n’était pas avare de descriptions, certes avec ses mots, mais au moins, c’était précis, c’était un peu comme si elle y avait été. Une chose la surprit un peu. Un demi-dieu, le même qui avait mis l’informaticien à l’écart, les arrosait.

-Pourquoi le demi-dieu voulait vous arroser ?

Puis en écoutant la suite, l’agent Lond se demanda si le demi-dieu en question n’était pas cinglé… Déjà, arroser ses ennemis, bon, c’était original, mais arroser ceux de son camp ? Pour ensuite se jeter sur l’hydre ? Etait-il suicidaire ?

-Et il a survécu celui-là ?

Tam ne releva pas la référence geek de Marvin. Elle commençait à avoir l’habitude que ses discours soient ponctués de « hors sujet ». Par contre, il avait, à son tour, à peine relevé la petite pique de son interlocutrice sur le fait qu’il ait tenue une véritable arme entre ses mains. Tamara avait espéré le faire réagir un peu, histoire de le remonter un peu. Mais visiblement, cela l’apitoyait encore d’avantage. L’agent de terrain n’avait pas l’habitude, à vrai dire, de remonter le moral de qui que ce soit. Elle n’avait pas réellement d’amis, ne voulant plus s’attacher à personne depuis ses douze printemps, ayant peur de revivre l’horrible déchirement que fut le départ d’Haytham. Aussi, faire face au désarroi de l’autre était quelque chose qui lui était étranger, et elle faisait déjà un effort surhumain pour se montrer gentille et compréhensive. Finalement, le blondinet s’épancha un peu plus sur son « inutilité » lors de cette bataille contre l’hydre. Il avait été délibérément mis de côté, pour être préservé pour mieux être cuisiné après. L’agent de terrain se mordit la lèvre inférieure, à court d’arguments réconfortants. Peut-être aurait-elle dû potasser sur internet le « remonter le moral d’autrui pour les nuls » ou un truc du genre avant de venir voir son geek de collègue… Mais à présent il était trop tard, elle était en face de lui, et il culpabilisait. Et ce qui suivit lui fendit le cœur. Marvin disait, sans qu’il ne s’agisse de paroles en l’air, qu’il donnerait sa vie pour le DLCEM. Tam eu de mal à ne pas écarquiller les yeux. OK, la cause était importante, mais de là à se sacrifier, il ne fallait pas non plus déconner, ça restait un boulot. Avoir des convictions, c’est une chose, être extrême au point de mourir pour elles en était une autre.

-Oh Knight, je vous en prie… commença-t-elle, plus sèchement que ce qu’elle aurait voulu. Sous vos airs de mauviette, vous n’êtes pas un dégonflé, et je suis certaine que désormais tout le monde le sait au Département.

Est-ce que ce genre de propos allait lui remonter le moral ? Genre « mais non, en fait t’es badass, t’inquiète », ou bien allait-il interpréter ça comme « bah tout le monde a toujours su que t’étais une chiffe molle, mais maintenant ça va changer ». La petite brune regrettait déjà d’avoir dit ça… Cette tendance à balancer en bloc tout ce qu’elle pensait, sans trop réfléchir aux conséquences, parce que d’habitude elle s’en tapait complètement de l’avis des autres… Mais là, elle n’était pas là pour le blesser, au contraire. Elle venait de lui faire un compliment juste avant, chose qu’elle ne faisait qu’extrêmement rarement, surtout envers l’agent Knight… peut-être que ce dernier se raccrocherait à ça…

-Enfin, vous avez compris, quoi…

Surtout que visiblement il avait eu un plan d’action pour combattre l’hydre… et que personne n’avait voulu l’écouter. En même temps, était-ce surprenant ? Avait-il avancé une théorie sortie tout droit de l’une de ses bandes dessinées ou de ses jeux vidéo stupides ? Ou était-ce un réel plan bien ficelé ? Dans tous les cas, l’agent de liaison avait été mis de côté et fort vexé. Et enfin les secours, à savoir les autres agents du Département, étaient arrivés à la rescousse. Tamara hocha la tête. Heureusement qu’ils étaient arrivés, sans quoi elle n’aurait pas donné cher de la peau de Marvin. Le compliment qu’elle venait de lui fait semblait l’avoir momentanément mis sur « pause ». Bon, ça avait dû lui mettre un peu de baume au cœur. Du moins elle l’espérait. En tout cas, quand la touche « lecture » fut de nouveau enclenchée, le blondinet semblait avoir retrouvé ses esprit d’antan, promettant donc de ne pas ébruité ce que son interlocutrice venait de dire, au risque de finir ficelé sur le toit de la berline de l’agent Lond roulant à toute allure sur l’autoroute… Et il avait assisté à sa conduite quelque peu sportive… Il avait souri, Marvin avait souri pour la première fois depuis le début de l’entretien. Parfait, signe qu’il était à peu près redevenu lui-même. D’ailleurs, il plongea littéralement pour retrouver les informations concernant les cibles du DLCEM ainsi que les victimes. Vingt-trois au total.

-Vingt-trois morts… Les deux camps confondus ?

La conclusion donnée par Marvin acheva de convaincre Tam qu’il était bien redevenu lui-même, cela lui arracha d’ailleurs un petit sourire, qui s’estompa rapidement lorsqu’il ajouta qu’il n’était pas fait pour le terrain. Bon, c’était clair que vu sous cet angle, ce n’était pas faux. La demoiselle soupira en le regardant lâcher son stylo.


-Ecoutez, Knight... Etre agent de terrain, ça ne s’improvise pas. Cela demande du travail, beaucoup de travail, et de l’entrainement. Il faut faire beaucoup d’exercice physique pour développer une certaine force, travailler son souffle, son adresse, et si vous n’y êtes pas entraîné au préalable, cela prend des années. Etes-vous prêt à vous y mettre ? Si c’est vraiment ce que vous voulez, arrêtez de chouiner et mettez-vous au sport et au tir.


Elle avait failli dire qu’elle était prête à l’entrainer, mais tout compte fait, à moins qu’il ne le lui demande, elle n’était pas prête pour une autre séance de baby-sitting. Mais alors que Tamara pensait la conversation proche de la fin, s’apprêtant à se lever, l’informaticien ajouta qu’il y avait autre chose. Le regard chocolaté de l’agent de terrain se posa à nouveau dans les pupilles de son interlocuteur.

-Oui, bien entendu que ça restera entre nous. Je suis tout ouïe.

Et alors que l’agent Lond s’attendait à un autre détail étrange, l’information tomba tel un couperet. Il ne connaissait non pas une, mais DES personnes dans le camp adverse. Tam manqua de s’étouffer.

-Des personnes ? DES personnes ? Développez Knight. Vous étiez au courant ? Expliquez-vous.

C’était une chose bien surprenante qu’un type aussi pétochard que Marvin Knight connaisse des demi-dieux, et l’ait sciemment caché au DLCEM, alors qu’il avait dit quelques instants qu’il donnerait sa vie pour le Département. Tam regarda le blondinet avec attention.

-Parlez tranquille, Knight, je serai une tombe.

Elle se radossa au fauteuil, croisant les jambes et les bras, prête à entendre cette nouvelle histoire sans doute des plus originales et intéressantes. Qu’allait-il lui sortir cette fois ? L’agent Lond était des plus impatientes, encore une fois.



Code by AMIANTE

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1480
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Mer 20 Avr - 16:27

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


Marvin, bien qu'incapable de briller sur le terrain, était rempli de conviction qu'il pensait inébranlable. En premier lieu, son allégeance envers le Département. Même avec l'idée en tête qu'il avait peut-être servie d’appât, même après avoir croisé un ou deux demi-dieux sympas, il restait persuadé du fait que le DLCEM était le camp des gentils. Penser à l'éventualité du contraire serait trop horrible. L'informaticien balançait des phrases clichées du genre 'plutôt mourir que de parler si je suis capturé' et d'autres extrêmes dans le genre trahissant une foi aveugle en son métier. Beaucoup pensaient qu'il plaisantait ou que ces affirmations n'étaient courageuses uniquement parce qu'il restait à l'abri derrière un bureau, mais que tout cela s'effriterait aussitôt que sa vie serait en danger. Il se souvenait encore de la tête de la fille de Mars lorsqu'il lui avait déclaré qu'il préférait servir d’appât pour l'Hydre que de rester bien en sécurité loin de l'action en étant complètement inutile.

Sa deuxième conviction était en ces amis. Si Marvin avait signé au DLCEM s'était aussi pour protéger leur quotidien. Il n'avait jamais cru que ces deux convictions pouvaient être contradictoires, jusqu'à cette mission fatidique où il avait réalisé que son neveu de cœur était un sang-mêlé. Le plus bizarre, c'est qu'il restait convaincu que ces deux convictions étaient justes, même si ces dernières se contredisaient l'une l'autre. Du coup, le blondinet ressemblait actuellement à un paradoxe ambulant. Heureusement, pour l'instant, il n'avait plus l'occasion d'y penser puisqu'il avait écarté ce détail de ce récit, préférant se concentrer sur l'arroseur sauvage, par exemple.

"Alors là, je ne sais pas du tout." Admit-il en haussant les épaules lorsque Tamara lui demande pourquoi ils avaient été arrosés par le demi-dieu. C'était bien la preuve ultime qu'il n'était pas dans son assiette. D'habitude, Marvin avait toujours une explication farfelue en stock. "Et comme on a été évacué dès l'arrivée des renforts, je ne sais pas qui a survécu à çà dans le camp adverse." Ce qui l'inquiétait puisqu'il avait des amis dans ce fameux camp adverse, mais, çà, il n'osa l'avouer à ce stade du récit.

Il aurait aimé que l'agent Lond relève sa référence geek à l'univers Marvel, ainsi, il aurait pu digresser sur sa conviction que cette licence était le mal incarné tout en ventant les mérite de l'univers DC comics. Le fait qu'un ennemi balance un 'hydra' en était la preuve ! En plus, çà lui aurait permit de retarder l'inévitable aveu de son inutilité dans la suite de la mission. L'agent de liaison était tellement déprimé sur ce point qu'il ne riposta même pas devant la taquinerie de son interlocutrice concernant l'arme qu'il avait arrachée à un cadavre.

C'est vrai, Marvin n'était pas un foudre de guerre. Au fond, il savait qu'il était peu probable (bien qu'il en rêvât) d'avoir une sorte d'illumination en tenant une arme. Cependant, il espérait au moins se montrer utile. On lui avait même enlevé cette occasion, préférant le tenir de côté comme un gros sac d'information facile à faire craquer. C'était humiliant ! L'informaticien hocha mollement la tête devant la nouvelle tentative de réconfort que lui apporta Tamara. En fait, il n'était pas certain de ce que les autres du Département pensaient de lui. Peut-être que toute cette histoire les faisait bien marrer ou qu'il lui en voulait autant qu'il s'en voulût d'avoir survécu quasiment sans blessure à tout çà, là où des personnes expérimentées et plus méritante y était resté.

"Merci." Dit-il tout de même, car il voyait bien que son interlocutrice faisait des efforts et quelque part, çà lui mettait un peu de baume au cœur, au point de lui arracher un sourire lorsque Tamara évoqua le fait de l'attacher au toit de sa voiture si jamais il répétait ce qui avait été dit.

Le moment gênant semblait être passé. Marvin avait conscience qu'il restait une ombre dans le tableau qu'il n'avait pas évoqué, mais avait décidé de reporter ce moment le plus tard possible. Parce qu'il était évident qu'il allait passer un sale quart d'heure lorsque ce point serait abordé. Surtout concernant Haytham. Le blondinet essaya d'ignorer cette épée de Damoclès qui était au-dessus de sa tête en se plongeant littéralement dans la recherche de post-it contenant des informations clefs. Du moins, autant d'informations clefs qui pouvaient contenir ces petits papiers jaunes criards.

"Euhhhh... Côté ennemi." Répondit-il concernant le nombre de morts. Il fut un instant pris au dépourvu par la question, mais retomba assez vite sur ces pieds. "Je n'ai pas osé demander... Pour ceux de notre camp. C'était trop dur." Avoua-t-il ensuite piteusement.

Surtout qu'il n'avait servi à rien. Marvin se doutait que si on lui balançait le nombre d'agents morts, il allait culpabiliser sur ce fait pour le reste de sa vie, alors il n'avait pas cherché à savoir. Pas très héroïque comme comportement, c'est vrai. Disons que c'était salutaire pour son équilibre mental que les mauvaises langues qualifieraient déjà de fragile à la base.

Ensuite, il eut LA question. Celle lui demandant ce qu'il avait pensé de toute cette mission ou de la leçon qu'il en avait tirée, honnêtement, comme il s'était cru pendant un instant de retour sur les bancs d'école, Marvin ne se souvenait plus de la formulation exacte. Il bredouilla la première chose qui lui vint à l'esprit avant d'admettre la vérité que tout le monde savait sauf lui : il n'était pas pour le terrain. Sans doute. L'agent de liaison afficha la mine soucieuse de celui qui s'apprêtait à se faire taper sur les doigts lorsque Tam soupira. (ce qui était en gros sa mine de base lorsque l'agent lui adressait la parole).

"Je sais, mais... J'avais cru... Enfin dans les films." Il poussa un soupir en s'interrompant lui-même (pour une fois). Dans les films, le héros est entraîné dans une situation surréaliste et il se découvre un talent naturelle, ce qui lui permet de sauver tout le monde. Il se passa une main dans ces cheveux courts. "Mais comme vous dites, on n'est pas dans un film." Il ne put s'empêcher d'éprouver un relent de frustration. "Enfin, même si je le savais, je pensais que je serais utile... Au lieu de çà, il y avait une occasion, je fonçais vers elle et on m'a tiré par le col en me disant de pas bouger comme si j'étais un petit chiot indiscipliné."

À la limite, il aurait préféré risquer le coup et finir avec une belle blessure ou pire. C'était quelque chose qu'il n'avait pas réussi à clairement exprimé, car il était certain qu'on le prendrait pour un fou. L'ignorance était un poison et, à cause de cette demi-déesse qui l'avait protégé, il ne saurait jamais ce qu'il aurait vraiment valu sur le terrain, même si le duel improvisé avant l'arriver des renforts pouvait lui en donner une assez bonne idée, à la réflexion.

Le blondinet s'attendait à un discours du genre 'voyons Marvin, c'était évident que vous n'avez rien à faire sur le terrain' et fut donc surpris lorsqu'à la place, l'agent Lond lui demanda s'il était prêt à sérieusement s'y mettre et d'arrêter de geindre. Son imagination lui jouait-il des tours ou biens, il aurait cru entendre une invitation à l'entraîner ? Non, il avait certainement mal compris les paroles de Tamara. La surprise passée, Marvin fronça les sourcils et prit le temps de la réflexion. D'avoir digéré un peu tout çà. "Je vais attendre de..." Il prit une grande respiration. "De... D'avoir digéré un peu tout çà." Répondit-il finalement en tapotant la feuille contenant les grosses lignes de son rapport. Il hocha la tête avec un sourire crispé pour remercier une nouvelle fois Tamara.

Et c'est justement à cause de cela que Marvin osa évoquer la dernière zone d'ombre de cette histoire. Tamara avait fait son possible pour qu'il redresse la tête. L'informaticien culpabilisait de lui cacher certains détails. Avant de lâcher le morceau, il précisa (peut-être inutilement) que ce qui allait suivre ne devait pas sortir de ce bureau. Devant la confirmation de ce point, le blondinet afficha une expression soulagée avant de lâcher le morceau avec prudence.

"J'aurais peut-être dû commencer par çà." Osa-t-il suggérer avec timidité en se massant nerveusement la nuque avec une grimace d'excuse. Puis lorsque la belle agent de terrain le somma de s'expliquer, Marvin se lança dans des explications hasardeuses sur un ton scandalisé. "Quoi ? Non ! Non, je n’étais pas au courant ! C'était la surprise totale ! Des deux côtés, d'ailleurs !" Merde, il n'aurait jamais dû employer le pluriel. Lui qui voulait annoncer çà au compte-goutte. Tant pis. L'informaticien prit une nouvelle respiration, plus courte, comme quelqu'un qui se préparait à piquer un sprint. "Très bien, alors il y a cette personne. C'est comme mon neveu enfin, on n’a pas vraiment de lien de sang, mais..." Nouvelle inspiration. "Je recommence." Dit-il plus calmement. "Donc c'est Az, son père est mon ancien patron, enfin la première personne à m'avoir engagé. Il fallait tout informatiser dans son entreprise. Son fils était... Spécial, mais comme on peut dire que je suis bizarre aussi, on s'entendait bien. On a gardé le contact depuis et je file un coup de main de temps en temps quand il ne s'en sort pas. Bref, pendant que l'ennemi décidait de notre sort quand on était attaché aux poteaux, je l'ai vu parmi les demi-dieux. J'ai vraiment voulu avoir mal vu ou croire qu'il s'agissait d'une ruse de l'ennemi pour me faire parler, mais c'était bien lui." Le blondinet soupira et osa enfin afficher toute son inquiétude sur le sujet. Il se sentait trahi, est-ce qu'Azazel avait fait semblant d'être son ami parce qu'il pensait lui aussi que l'agent de liaison serait une mine d'information possible ? Cela semblait improbable vu que Marvin ne faisait pas encore parti du DLCEM à cette époque. Mais, avec des divinités aux pouvoirs quasiment impensables, quelle était encore la limite du possible ? "Bref." Dit-il comme s'il voulait balayer cette idée de son esprit. "Je crois toujours que ce que fait le Département est juste, mais... Je ne peux pas me leurrer, je sais ce qui arrive aux demi-dieux qui tombent entre nos mains. Alors... Euh... Qu'est-ce qui se passera si je note le nom d'Azazel Victoria sur ce rapport ?" Demanda-t-il en retapotant sur le rapport en question comme pour donner du poids à ces inquiétudes.
Code by AMIANTE

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 879
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Jeu 21 Avr - 23:09

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin



Bon, l’informaticien paraissait s’être calmé, et même si une once de culpabilité trainait encore dans son regard, à présent il semblait presque avoir repris des couleurs. Tant mieux, parce que le voir telle une âme en peine à culpabiliser inutilement d’être en vie –sérieusement, ne devrait-il pas en être heureux plutôt que d’en geindre ?- commençait à l’agacer, d’autant plus qu’elle ne savait plus quoi trouver comme argument pour lui remonter le moral. N’ayant pour ainsi dire pas d’amis proches, ni de proches tout court puisque son père était toujours en déplacement et sa mère ne parlait plus, Tamara n’était pas très douée pour remonter le moral des troupes. Bref, Marvin reprenait un peu de poil de la bête, assez pour promptement chercher dans son fouillis habituel le post-it sur lequel il avait noté les quelques informations manquantes, comme le nombre de morts. Vingt-trois, côté ennemi à ce qu’il disait. Il avoua ne pas avoir demandé pour les leur… encore sa culpabilité. L’agent Lond hocha la tête, s’empressant de changer de sujet pour ne surtout pas revoir les yeux larmoyants de cocker du blondinet.

Arriva donc l’épineux sujet du rêve de Marvin de devenir agent de terrain. Tam lui avait expliqué que si c’était vraiment ce qu’il voulait, il fallait qu’il se sorte les pouces du cul, pour être vulgaire, et qu’il agisse : seul l’entrainement physique lui permettrait d’être à la hauteur. Il fallait qu’il développe sa musculature, sa force, travaille son endurance, soit habile au tir et au combat. Il y avait du travail, beaucoup de travail, et il fallait que l’agent de liaison en prenne conscience. C’est beau de rêver, ça l’est encore plus de réaliser ses rêves, mais pour cela, il faut s’en donner les moyens. C’était ce que Tamara essayait de faire comprendre, peut-être de manière un peu brusque puisqu’elle n’était pas habituée à prendre des pincettes, à son collègue. Elle secoua la tête en le regardant un peu sévèrement.

-On n’est pas dans un film, agent Knight ! Nous sommes dans la réalité, une réalité dangereuse, le coupa-t-elle avant de le laisser reprendre.

Bon, après, il avait essayé de faire ses preuves et on l’en avait empêché, ce n’était donc clairement pas de sa faute s’il n’avait pu, selon ses dires, mener d’action utile. La métaphore du petit chiot indiscipliné tira un sourire amusé à la petite brune qui eut du mal à le camoufler. Le pauvre blondinet était si penaud que sourire à ses dires était presque criminel, mais Tam avait tendance à être un peu trop franche et naturelle.

-Vous ferez mieux la prochaine fois, vous serez entraîné…

Enfin, si bien entendu il voulait signer pour être agent de terrain. S’il continuait dans la branche qu’il maîtrisait le mieux, à savoir l’informatique, la question ne se poserait pas. Mais à en voir l’expression de légère surprise émanant du visage de son interlocuteur, l’agent Lond présuma qu’il s’attendait à un autre type de réponse de sa part. Tamara, après tout, n’était pas là pour le juger (même si elle adorait ça), et son rôle n’était certainement pas de l’encourager ou de le dissuader. Ils avaient des supérieurs pour ça, et si réellement le geek voulait devenir un guerrier, eh bien il ne tenait qu’à lui de le faire. La jeune femme se contentait de lui faire part de son expérience en lui disant ce qu’il aurait besoin d’améliorer s’il voulait prétendre à ce poste, rien de plus. Finalement, il déclara qu’il attendrait un peu, le temps de digérer tout ça… La belle brune hocha la tête lentement avec un sourire en coin. Courageux, mais pas téméraire, pensa-t-elle. Un sourire un peu crispé orna les lèvres de l’informaticien. Au moins, il souriait, et puis il était rarement décrispé en la présence de sa collègue, alors cette dernière pouvait à juste titre prétendre qu’il avait retrouvé une attitude normale.

Mais alors, la conversation prit un tournant différent. L’agent Knight avait commencé par dire qu’il connaissait des personnes au camp. Et la chose se précisa alors que Tam posait des questions, à la fois surprise, décontenancée, presque effrayée par ce qu’elle entendait, dans le sens où Marvin pouvait être accusé de traitrise si cela se savait. Il développa donc le lien qui l’attachait à ce « Az », dont le père avait été le premier employeur du geek. L’agent de terrain hocha lentement la tête, fixant son interlocuteur avec de grands yeux, ceux d’une maman pas contente du tout que son fils lui ait caché son 0 en Histoire-géo alors que celui-ci essayait d’expliquer pourquoi il n’avait pas révisé.

-Et lui, il vous a vu ?

C’eut été étonnant, puisque visiblement cet Azazel Victoria n’avait pas cherché à l’aider. Un million de questions trottaient dans la tête de Tam à présent. Comment faire pour ne pas submerger son collègue sous celles-ci ? D’autant qu’elle ne pouvait lui jeter la pierre, étant un peu dans la même situation, et d’ailleurs Marvin en avait été le témoin privilégié.

-Avez-vous pu communiquer avec lui par la suite ? N’aviez-vous pas des doutes avant de le voir au camp ?

L’informaticien s’interrogea sur l’avenir de son neveu, si l’on pouvait l’appeler ainsi, s’il notait son nom dans son rapport. A la vérité, il y avait fort à parier que le DLCEM enverrait une équipe pour le cueillir et le ramener au Département pour tâcher de lui soutirer des informations. Et bien entendu, il y avait de grandes chances pour que plus personne n’en entende parler. Tam se mordit la lèvre inférieure, embêtée que Marvin se trouve dans une situation aussi difficile, alors qu’il semblait déjà bien assez angoissé comme ça avec cette foutue mission à laquelle il avait participé. Elle soupira.

-Je ne vais pas vous faire un dessin, vous le savez parfaitement. Donc, en effet, mieux vaut passer sous silence cette information. Vous ne connaissez aucun demi-dieu, c’est clair ?

Cependant, la curiosité de la demoiselle la travaillait toujours. Il lui avait semblé avoir entendu le blondinet dire qu’il connaissait « des » personnes présents au camp romain. Elle s’appuya sur le bureau pour de nouveau lui lancer un regard inquisiteur, sachant très bien qu’il ne saurait cacher quoi que ce soit. Elle utilisait éhontément son pouvoir d’intimidation sur lui, d’une part parce que c’était amusant, et d’autre part parce qu’elle en avait assez qu’il tourne autour du pot. Il avait clairement envie de lui dire quelque chose mais étrangement, il hésitait.

-Vous faisiez allusion à plusieurs personnes. Qui sont ces autres personnes que vous connaissiez ? Ne me dites pas que vous avez découvert que d’autres membres de votre famille, biologique ou non, étaient des demi-dieux ?

Décidément, cette conversation devenait de plus en plus surprenante. En venant au bureau ce matin-là, jamais Tamara ne se serait doutée qu’une conversation avec Marvin Knight serait aussi étonnante d’informations extra-ordinaires.



Code by AMIANTE

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1480
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Mar 26 Avr - 20:30

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


Lorsque l'agent Powers en parlait, çà semblait si simple d'être un héros. Pendant les discussions passionnées avec Azazel aussi. Ils spéculaient souvent sur leurs rôles si jamais leur vie était une série télévisée. Az le voyait comme un personnage principal, Marvin se voyait plutôt comme l'élément comique de service. Ils pouvaient discuter pendant des heures de scénarios possibles, ignorant tout du terrible secret de l'autre. Jusqu'à la mission à la Colonie. Non, ils n'étaient pas dans un film. L'informaticien se sentait stupide de ne vraiment le réaliser que maintenant. Est-ce qu'on pouvait vraiment lui en vouloir de comparer cette réalité où dieux et monstres existaient avec les œuvres de fiction qu'il dévorait depuis tout petit ?

Serait-il mort face à l'Hydre ou bien aurait-il réussi à faire ces preuves ? Le blondinet n'aura jamais la réponse à cette question. On lui avait enlevé cette chance. C'était certainement çà le pire dans cette mission catastrophique. Ne pas savoir ce qu'il valait vraiment. D'accord, il savait plus ou moins qu'il n'arrivait pas à faire grand chose sur le terrain, mais il restait un 'plus ou moins'. Bref, Marvin était coincé dans un cercle vicieux de remords. Heureusement que Tamara lui remonta un peu les bretelles. Il fut tout de même surpris que l'agent réponde que la prochaine fois, il serait prêt et entraîné. Lui qui pensait recevoir une remarque du genre 'vous êtes un cas désespéré, admettez-le et restez derrière votre ordinateur' recevait presque une proposition indirecte de se faire entraîner par l'agent Lond. Ou alors il avait mal entendu... Oui, il avait certainement mal entendu.

Le brouillon de son rapport était presque fini, il ne restait plus qu'à résoudre le dernier point noir de toute cette histoire. Il avait confiance en Tamara Lond et s'imaginait (peut-être un peu naïvement) que ce sentiment était réciproque. Après tout, lui n'avait pas balancé le fait que Tamara avait rencontré un demi-dieu et ne l'avait pas emmené au QG comme le protocole l'exigeait. Et, durant cette conversation, elle avait plusieurs conseillers de garder certains détails secrets. S'il y avait une personne auprès de qui il pouvait avouer avoir reconnu plusieurs personnes dans le camp adverse sans que cela n'ait de conséquences négatives, c'était bien à elle.

En vrai, Marvin faisait moins le fier puisqu'il subissait le regard sévère de la belle brune en s'empêtrant dans ces explications. Peut-être aurait-il dû commencer son histoire par là ? Dire que le pire restait à annoncer. Quoi que pour l'instant, l'informaticien était trop occupé à se concentrer sur ces explications que pour redouter la tempête qui allait venir.

"Bin... Euh... Je suppose. Il s'est retourné quand je l'ai appelé. Mais çà a été si vite, et tout le monde courrait partout à cause de l'Hydre, alors j'ai peut-être rêvé."

Ou plutôt, il avait espéré avoir rêvé. Que sa première impression avait été la bonne, qu'il s'agissait d'une ruse, d'une demi-dieu pouvant changer d'apparence ou un autre pouvoir dans le même style et qu'Azazel n'avait jamais vraiment été là dans cette reproduction de sa majesté des mouches version mythologique. Peut-être que sa comparaison n'était pas pertinente, mais il était encore trop déboussolé pour cela.

"Il a jamais eu de téléphone portable, c'est toujours lui qui me contactait depuis une cabine ou un autre truc dans le genre et on se donnait rendez-vous pour sortir, regarder les derniers épisodes d'une série, discuter de tout et de rien ! Je n'ose pas vraiment appeler son père parce que je ne sais pas comment tourner la question sans le contaminer avec ma panique. Je ne sais même pas s'il a survécu à cette histoire d'Hydre ! Et concernant l'autre question : Je n'avais aucun moyen de savoir. Je le connaissais avant d'être engagé ici. Il disait être dans une école spécialisée stricte où il n'y avait pas le wifi. Du coup, quand on se voyait, je l'aidais à rattraper son retard dans la geekosphere."
Expliqua précipitamment le blondinet. C'est vrai, il n'avait pas cherché à reprendre contact avec Az depuis cet incident. Quel piètre ami il faisait ! L'inquiétude dominait, pas pour ce qui pouvait lui arriver, mais sur ce qui attendait Azazel suite à cette découverte, car : que se passerait-il s'il inscrivait ce nom dans le rapport ?

Marvin n'avait jamais imaginé devoir faire un choix entre amitié et travail, pour lui les n'étaient pas censés être contradictoire. Il ne voulait pas trahir le Département en cachant des informations, mais ne se voyait pas non plus balancer Az. Il aurait espéré que l'agent Lond lui réponde que rien de mal n'arriverait à son ami, hélas, dès qu'il vit le mordillement de lèvre, il sut que cette réponse n'arrivera jamais. L'agent de liaison ne put s'empêcher de baisser tristement la tête lorsque Tamara lui confirma ces craintes mais il a redressa pour acquiescer gravement à la suite de ces paroles.

"Très clair." Confirma-t-il.

Sa décision était prise. Il protégerait Az, même si çà faisait de lui un traître si çà venait à se savoir. Ironiquement, malgré cette épée de Damoclès qui se trouvait au-dessus de sa tête à cause de ce choix, Marvin sentait un poids en moins sur ces épaules. Ce qui le pesait, c'était cette situation d'entre-deux. Maintenant, il savait quoi faire et, c'était, en quelque sorte, un soulagement de pouvoir vider son sac.

Un soulagement qui ne dura pas longtemps, car, pile à ce moment-là, le blondinet réalisa qu'il était dans l'œil du cyclone et que l'accalmie ressentie n'était que temporaire. Marvin s'enfonça dans son siège avec un mouvement de recul presque comique et déglutit en voyant Tamara s'appuyer sur son bureau avec un regard inquisiteur.

"En fait euhhh, il y avait aussi Haytham Cassidy. Il a essayé de m'aider tout en ne grillant pas le fait qu'on s'était déjà vu et puis il a dirigé l'équipe qui est partie s'occuper de l'Hydre."
Expliqua-t-il sur le ton du marin donnant ces derniers ordres avant de subir un tsunami. "J'aurais vraiment dû commencer par là, n'est-ce pas ?" Demanda-t-il avec une grimace soucieuse et une mine témoignant du fait qu'il était profondément désolé.
Code by AMIANTE

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 879
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Mer 27 Avr - 1:55

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin



Décidément, l’agent Knight était plein de surprise en ce jour. Déjà, le détail complet de cette mission mortelle chez les demi-dieux, qui était tout simplement ce que voulait savoir Tam, mais aussi la découverte que le blondinet n’était pas dénué d’un certain courage même devant une situation qu’il ne maîtrisait clairement pas et qui aurait pu paraitre –non, qui était- désespérée. Enfin, l’un des demi-dieux était l’une de ses connaissances, et pas des moindres, un proche. Son « neveu », un gamin avec qui il avait passé beaucoup de temps, a priori. Tamara s’étonna soudain de s’en vouloir d’avoir été un peu dure avec lui en lui rétorquant qu’ils n’étaient pas dans un film. Après tout c’était vrai, Marvin était souvent bien trop rêveur, ce qui avait tendance à agacer l’agent de terrain. C’était bien la première fois qu’elle avait des remords à le rudoyer. Que se passait-il ? Depuis qu’elle avait revu Haytham, bien des choses avaient changé dans son esprit.
L’agent de liaison essaya de noyer le poisson, en disant qu’il avait peut-être rêvé. La belle brune eut un sourire en coin en secouant la tête lentement.

-Certainement pas, il s’est retourné à l’appel de son nom.

Nom que d’ailleurs, elle imprima machinalement dans sa mémoire. Déformation professionnelle. En attendant, sous le regard et l’oreille attentifs de sa collègue, l’informaticien décrivait le lien qui l’unissait à cet Azazel Victoria. Un autre geek, super.

-Je vois, se contenta-t-elle de marmonner.

Elle lui conseilla ensuite de taire de fait qu’il le connaissait, sans quoi il était évident que le jeune demi-dieu encourait l’inévitable, et que Marvin serait cuisiné jusqu’au craquage afin de savoir s’il n’en connaissait pas d’autres, et surtout le pourquoi du comment. Elle espérait ne pas l’avoir trop effrayé en lui faisant comprendre qu’il était dans l’intérêt du neveu et également du sien de taire absolument tout ce qui avait trait à cette relation dans son rapport. Marvin sembla avoir compris. Après tout, si quelqu’un pouvait comprendre ce que c’était que de compter un demi-dieu parmi les êtres chers, c’était bien elle.
Alors que Tam pensait que le blondinet en avait fini avec les surprises, elle était bien loin de s’imaginer que celle qu’il avait gardée pour la fin en était une de taille. Il lui balança, comme ça, sans aucune préparation, sans aucune hésitation, presque sans bafouiller, qu’ « il y avait aussi Haytham Cassidy ». Là, les yeux de la petite brune se fixèrent sur son interlocuteur, ses pupilles se dilatèrent légèrement avant de revenir à la normale. Hay était là-bas… cela faisait des semaines qu’elle n’avait plus de nouvelles de lui, et cet imbécile de Marvin lui balançait cette info qui tombait comme un cheveu sur la soupe.

-Attendez, pendant une seconde j’ai cru que vous disiez qu’Haytham Cassidy était là…

Mais cette allégation fut confirmée par la dernière réplique de l’informaticien. Tam crut que son cœur manquait de s’arrêter. Elle dut faire un effort surhumain pour ne pas empoigner le blondinet par le col. Mâchoire serrée, elle bondit de sa chaine pour frapper des deux poings sur le bureau de Marvin, duquel absolument toutes les choses posées firent un bond sur place.

-Ah vous croyez ?! lâcha-t-elle sans prendre la peine de dissimuler la colère qui l’assaillait à présent. Sérieusement, vous n’avez pas jugé utile de me dire depuis le début de cette foutue putain d’histoire que mon ami d’enfance dont je n’ai plus de nouvelles se trouvait sur place ? A quoi avez-vous pu bien penser ?

Clairement, il n’y avait plus rien d’aimable dans le regard et dans la voix de l’agent de terrain. Si le ton était ferme et agressif, elle se retenait néanmoins d’hurler afin de ne pas attirer l’attention. Entendre que l’irlandais avait été là-bas, l’apprendre seulement maintenant, la rendait folle de rage. Elle prit une lente inspiration en fermant les yeux, le cœur battant la chamade, appréhendant la réponse à la question qu’elle s’apprêtait à poser.

-OK... Vous allez me dire immédiatement ce qui lui est arrivé. Sans détour, sans bégayer, je veux des faits, je les veux maintenant.

Tamara avait pris soin de prononcer cette phrase le plus intelligiblement possible, et au fur et à mesure que les mots sortaient de sa bouches, ses pas l’avaient conduite jusqu’à Marvin après avoir fait le tour du bureau. A présent face à lui, d’un pied posé sur le rebord de sa chaise de bureau, elle fit rouler la chaise, le poussant contre le mur.

-Inutile de me faire votre tête de cocker, Knight, vous avez usé ma patience. Je veux savoir, et tout de suite.

Elle se planta devant lui, bras croisés, le toisant du regard, alors qu’il était assis sur sa chaise de bureau dont le dossier était contre le mur à présent, bloqué par la présence de l’agent de terrain devant lui. Le regard de l’agent Lond était sombre, cela cachait une terrible angoisse, celle d’apprendre qu’Haytham avait succombé à l’attaque de l’hydre. Faisait-il partie des vingt-trois victimes ? Tamara souhaitait de tout son cœur que la réponse soit non, et le temps, certes court, que mit Marvin à répondre lui parut durer une éternité, et la réponse était loin d’être rassurante puisqu’il n’en savait rien. La jeune femme inspira en fermant les yeux et se retourna, posant ses paumes contre le bureau de l’agent de liaison pour parvenir à rester debout. Tout ce qui occupait son esprit à présent, c’était que perdre Haytham serait la pire chose qui pourrait lui arriver. Elle ne parvenait pas à penser à autre chose. Rouvrant les yeux, la vision du bureau de Marvin lui donna une idée. Sans se retourner, elle reprit la parole.

-Je suis désolée, Knight. J’ai peut-être réagi de manière un peu excessive.

Bon, en fait, elle n’en pensait pas un mot, elle était toujours remontée qu’il n’ait pas eu la jugeote de le lui dire immédiatement. Mais elle avait un plan. Il fallait donc que le blondinet coopère. Vu la trouille qu’elle avait dû lui flanquer, il y avait fort à parier qu’il obtempèrerait.

-Je… je crois que j’ai besoin d’un café.

Elle se retourna vers lui, appuyant ses fesses contre le bureau, regardant son interlocuteur avec une petite moue presque enfantine en croisant les bras d’un air triste.

-Non… un cappuccino à la noisette. Rien ne me remonte mieux le moral qu’un cappuccino à la noisette.

Elle soupira en posant ses grands yeux brillants sur lui. Bien entendu, la seule machine qui faisait ce cappuccino était à la cafétéria, plusieurs étages en-dessous. Le temps que le blondinet s’y rende, cela laisserait le temps à la vile manipulatrice que Tamara Lond était devenue pour fouiner et chercher grâce au super ordinateur de Marvin l’adresse du dénommé Azazel Victoria.

-Vous croyez qu’il est… Non, ne dites rien, ajouta-t-elle en se mettant une main sur sa bouche pour ajouter au dramatique de la scène.

Connaissant l’esprit chevaleresque du blondinet, il ne tarderait donc pas à se proposer d’aller lui chercher son cappuccino salvateur, et elle en profiterait pour dénicher l’adresse du faux neveu de l’informaticien avant qu’il ne soit revenu. Et à son retour, elle aurait regagné son fauteuil « invité » en face du bureau, comme si de rien n’était, et prétendrait de se sentir mal pour rentrer chez elle.
Ce fut précisément ce qui arriva.



Code by AMIANTE

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1480
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   Sam 30 Avr - 10:50

Le rapport de la honte
Ft. Tamara & Marvin


Marvin s'était réfugié dans le déni concernant la présence de personnes qu'il connaissait dans le camp adverse. Tout cela pour ne pas céder à une profonde inquiétude qui virerait vite en crise de panique. Dès que les renforts étaient arrivés, il avait été emmené avec les autres rescapés en sécurité dans le vacarme aussi assourdissant que perturbant des coups de feu. Il ne savait pas comment s'était terminé cette histoire de l'Hydre mais, surtout, comme si la perspective de découvrir que ces amis avaient été dévorés par un monstre n'était pas suffisamment flippante, il ignorait s'ils avaient pris des balles perdus provenant des agents expérimentés ayant repris le relais.

Il aurait pu essayer de rencontrer Azazel, se renseigner auprès de son père et pourtant, il n'avait rien fait de tout cela, car il voulait rester dans le déni, essayer de se persuader que tout çà était dans sa tête. C'était aussi pour cela qu'il avait autant traîné pour faire son rapport. Mettre tout çà par écrit, s'était comme essayer de revoir Azazel ou Haytham, çà inscrivait les événements dans la réalité. Une réalité dérangeante où il avait réalisé que ces plus proches connaissances appartenaient au camp adverse.

Que Tamara confirme qu'il n'avait pas rêvé l'enfonçait un peu plus dans ces inquiétudes. En dehors de la question de s'il devait oui ou non inscrire ces noms dans son rapport avec toutes les conséquences que cela impliquait, Marvin se demandait comment se passerait sa prochaine rencontre avec Az à la lumière de cette découverte. Lui-même avait cru tout d'abord que son ami l'avait approché dans le but de lui soutirer des informations, avant de réaliser que c'était impossible vu qu'ils se connaissaient avant d'être engagés par le DLCEM. Mais est-ce que se même doute allait traverser l'esprit d'Azazel ? D'habitude, l'informaticien savait calmer les crises, mais comment faire quand on était la cause de cette crise ? C'était une situation qu'il ne pouvait pas laisser en suspend éternellement.

Tout comme le cas Haytham Cassidy. Rétrospectivement, il n'aurait peut-être pas dû attendre la fin pour aborder le sujet. Il était comme un marin voyant les prémices d'un Tsunami et qui se disait que d'attendre le point de non-retour pour agir serait une bonne idée. Définitivement, cela n'en était pas une !

Dans ces moments-là, Marvin regrettait de ne pas avoir la capacité de sa tortue Splinter de pouvoir rentrer sa tête dans une carapace pour se cacher. À défaut de pouvoir y arriver, il essaya de se faire tout petit en se renfonçant dans son siège.

"Euuhhh... Oui ?"
Confirma-t-il, mal à l'aise lorsque Tamara lui demanda si elle avait bien entendu.

En fait, il venait d'empirer sa situation déjà précaire. Mais çà, il ne le réalisa vraiment que lorsque l'agent de terrain bondit de sa chaise pour frapper son bureau avec force. Le blondinet tressaillit.

"Je suis désolé. Je suis vraiment désolé."
Répéta-t-il avec une panique manifeste dans la voix.

Il aurait pu argumenter. Déclarer qu'il ne pouvait pas savoir qu'ils avaient gardé le contact après le kidnapping. C'est vrai que lorsque Marvin avait découvert que le fils de Mars habitait à côté de chez lui, çà lui avait fait un choc, car il avait pensé que Tamara avait... Euh... Comment dire... Finis le travail ? Après tout, c'est ce que devait faire les agents rencontrant des demi-dieux. Dire tout cela reviendrait à mettre de l'huile sur le feu et même quelqu'un possédant le talent naturel de marvin à s'enfoncer dans les ennuis voyait qu'opter pour cette tactique serait suicidaire. Alors, il continua de bredouiller des excuses jusqu'à ce que son interlocutrice semble se calmer pour lui demander des détails.

Alors qu'il résumait à l'extrême la participation d'Haytham dans cette histoire, Marvin refit une nouvelle tentative pour rentrer sa tête dans les épaules en se cramponnant à son siège du bureau alors qu'il suivait d'un regard inquiet Tamara en faire le tour. En un rien de temps, il se retrouva coincé contre le mur. La petite part de son cerveau qui n'était pas en panique totale trouva la scène extrêmement classe.

"Je ne sais rien de plus, je vous le jure !" S'empressa-t-il d'affirmer.

D'une certaine façon, voir son interlocutrice essayer de se calmer était bien pire que d'avoir à en subir la colère. Être giflé, étrangler, incendier de tous les noms, çà, il pouvait gérer. Faire face à une Tamara Lond qui s'excuse ? Ce cas de figure était tellement inédit que son cerveau se figea pour la seconde fois dans cette conversation.

"Euh... Non... C'est moi... C'est ma faute, désolé. Je ne pensais pas que..." Bégaya-t-il, ne sachant visiblement pas où se mettre et quoi faire.

Je ne pensais pas. Là, il venait de tendre une sacrée perche à l'agent de terrain pour le frapper avec. Pourtant, Tamara ne saisit pas l'excuse tendue pour se défouler encore un peu sur l'informaticien. Marvin ne sut pas s'il devait en être soulagé ou non. Était-il de nouveau dans l'œil du cyclone ou bien la tempête était-elle définitivement passée ?

Puis, elle parla de café. L'informaticien fronça les sourcils avec une expression à la fois prudente et perplexe sur le visage, telle une souris regardant un morceau de fromage en se demandant si un piège à rats ne se trouvait pas dans le secteur. Il était sur le point de dire "encore un". Ce qui résumait à merveille sa perplexité. Toutefois, la moue enfantine et les bras croisés d'un air triste eut l'effet d'étouffer dans l'oeuf son commentaire.

"Un Cappuccino à la noisette. çà marche." Déclara-t-il avec son sérieux habituel concernant des choses en apparence futile.

Accro à la caféine, élixir permettant d'enchaîner les heures sups, il savait que de chercher un tel café demanderait de se rendre à la cafétéria des étages inférieurs. Marvin se leva, bien décidé à rapporter ce Cappucino. Avec une guimauve en plus ! On n'était pas fan de quelqu'un sans se renseigner sur les habitudes de l'objet de votre idolâtrie. Ainsi, l'informaticien savait que ce petit geste pourrait faire plaisir à Tamara. Dans une parfaite synchronisation, l'agent lâcha un "vous croyez qu'il" qui fendit le coeur du blondinet.

"Je suis sûr qu'il va bien." Assura-t-il sur un ton réconfortant. "C'est vrai que je le connais depuis moins longtemps que vous mais il m'a donné l'impression d'être quelqu'un qui pouvait survivre à tout."

L'ambiance menaçant de devenir passablement gênante, il trancha par un : "Bon, je vais vous chercher ce Cappuccino." Dit sur le ton qui trahissait le fait qu'il voulait changer de sujet.

En passant devant Tamara, on sentit qu'il avait hésité à mettre sa main sur son épaule dans une tentative maladroite de réconfort mais se ravisa au dernier moment.

L'agent de liaison partit en quête du Cappuccino à la noisette (avec une guimauve en rab) en ignorant que tout ceci n'était qu'une ruse pour l'éloigner de son ordinateur.
Code by AMIANTE

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Le rapport de la honte. (tamara, terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le rapport de la honte. (tamara, terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Comité d'accueil (Tamara, terminé)
» Un rapport hijackthis
» Roh la honte *_* Shame on me !
» [Résolu] Rapport d'avast
» Envoyer un mail d'un exe (systeme de rapport des erreures)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: new york city. :: quartier général du d.l.c.e.m.-