Partagez | .
 

 [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 882
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   Dim 6 Mar - 14:52

Le membre 'Aurèle S. Rosebury' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé général.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York.
messages : 378
parmi nous depuis le : 30/10/2015

DLCEM.

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   Jeu 17 Mar - 21:52

Indiana Jones' Quest.
Aurèle & Monet

Elle ne trouva jamais son fameux satyre. C'était une leurre. Et la chanson aussi d'ailleurs. Parce que quand la lumière daigna enfin revenir, elle ne vit ni homme à pattes de chèvres, ni chanteuse maléfique dans le coin. À présent qu'une torche sur deux accroché au mur semblait s'être allumé (par magie ? Comment ? Pourquoi , tant de question subsistaient.) Monet s’avança avec un peu moins de crainte vers la seule porte qui venait d’apparemment sous ses yeux. Beaucoup auraient conseillé l'option demi-tour, mais la curiosité étant vivace et ne sachant pas où aller de toute manière, elle décida de tenter sa chance. Sans grande conviction elle posa sa main sur la poignet et poussa la porte. Elle s'ouvrit. Dans tout ce foutoir, c'était déjà un bon signe. Elle entra dans une nouvelle salle. Face à elle une étendu d'eau. Et Aurèle. Il était là. Juste de l'autre côté de l'eau. Elle ne contint pas sa joie très longtemps.

Aurèle ! Oh c'est pas vrai, j'ai cru t'avoir perdu Aurèle... Je... c'est quoi toute cette affaire ?

Elle le savait, il ne devait pas en avoir la moindre affaire. Tout comme elle. Elle s’avança près des eaux sombres. Impossible de sauter par dessus. Tant pis. Elle y allait à la nage. Elle savait nager, autant en profiter. Et être trempé après tout ce qu'elle avait traversé ne serait pas grand chose.

Attend, j'arrive.

Elle se pencha vers les eaux noires et avant même d'avoir pu y glisser un pied, se retrouva attrapé au cou par deux mains noires comme l'ébène. Elle poussa un cri étranglé, et, tombant dans la fontaine improvisé, tenta une dernière fois de tendre le bras vers son ami. Elle se débattit longtemps à la surface. Mais les mains étaient puissantes, elle refusaient de la lâcher. Elle étouffait. Elle renonça à se battre quand l'une d'entre elle vint se placer sur ses lèvres. Alors lentement elle coula. Elle se sentait sombrer, l'air était à présent inexistant. Les mains étaient toujours là, mais à présent elles la traînait vers le bas. Elles avaient agrippé ses chevilles et Monet ferma les yeux. Elle allait mourir. Dans un trou. Seule. Loin de tous ceux qu'elle aimait. Personne ne retrouverait son corps. Et sur les dossiers, on inscrirait la même chose que pour Hartley, « mort non élucidée ». Après tout, elle avait échappé à la mort petite. La nature reprenait juste ses droits. Ce n'était pas si différent de la première fois. Mourir étouffé dans une voiture en flamme. Mourir étouffé dans des eaux. Et Aurèle, qu'allait-il devenir son Aurèle ? Elle voyait déjà le visage des rares collègues qu'elle appréciait s'effacer. Elle ne pouvait pas partir maintenant. Elle avait encore tellement de chose à accomplir. Pas maintenant. Non. Elle se sentait encore en vie alors dans un ultime effort, elle ouvrit les yeux. Autour d'elle le noir. Un camaïeu de bleu marine. Comment faisait-elle pour continuer à vivre ? Ne devait-elle pas déjà être morte ? Les mains avaient disparus, elle flottait toute seule. Et quand elle ferma les yeux elle entendit un rire glaçant se répéter sur les parois de la crevasse.  

Emi Burton

_________________
Il y a des choses qu’on fait par nécessité, par désir ou encore par devoir, et d’autres parce qu’on n’a absolument pas le choix. En général, ces dernières impliquent un risque mortel. C’est le cas ici.
MONET LAYLA KAPLAN ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com/t1424-aurele-pour-vivre-de-grand
localisation : San Francisco.
messages : 328
parmi nous depuis le : 18/01/2016

DLCEM.

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   Ven 6 Mai - 21:34

Indiana Jones' Quest.
Aurèle & Monet

Il en était là de mourir de peur quand Monet apparut de l'autre côté de la sinistre étendue d'eau. À sa tête, l'agent double savait qu'elle n'en menait pas large elle non plus, du moins pas beaucoup plus que lui. Ils étaient deux agents reconnus du DLCEM, soigneusement entraînés par une personne digne… Et ils erraient comme des malpropres dans des souterrains sordides, priant pour retrouver la sortie. Dans n'importe quelle autre situation, Aurèle en aurait peut-être ri, ou tout du moins s'en serait offusqué. Là… Il s'en foutait, il ne rêvait que d'une chose : sortir d'ici, retrouver la douce lumière du soleil, pouvoir respirer de l'air qui ne serait pas vicié ou pollué par la moiteur de l'air. « Oh Monet... » Lui aussi croyait l'avoir perdu dans cette folle épopée. Pourtant, même sa présence ne parvenait pas à le rassurer totalement : l'armée de prêtes-squelettes allait-elle rappliquer à tout instant, poussant la pierre qui bloquait le passage comme s'il s'agissait d'un vulgaire fétu de paille ? Aurèle le craignait fort et cette perspective le glaçait d'effroi. Il avait croisé pas mal de choses depuis qu'il travaillait au DLCEM… non, depuis qu'il s'entraînait pour y travailler, mais jamais rien de la sorte. S'il mourrait ici, c'en était fini : personne ne le retrouverait jamais. Il en allait de même pour Monet. Et ensuite serait écrit sur leurs dossiers « mort en mission ». Peut-être auraient-ils tous deux leur nom sur la plaque commémorative remerciant tous ceux qui étaient morts au service du Département mais… Aurèle préférait encore avoir, d'ici trente ans, ces posters terriblement kitsch de départ à la retraite. Moins glorieux mais nettement plus intéressant côté durée de vie.

« Non, n'y v... » va pas. Aurèle n'eut même pas le temps de le crier à Monet que déjà elle s'était penchée au-dessus de l'eau sinistre. Les flots sombres semblaient malsains et pour rien au monde, Aurèle n'y aurait mis ne serait-ce qu'un doigt. Tout en eux criait au maléfice, au piège. Au fond, il n'avait pas tort : deux mains d'un noir d'encre jaillirent en silence des eaux pour attraper l'agent Kaplan. L'agent double poussa un cri étranglé en voyant sa camarade tomber dans l'eau froide, entraînée par ces mains mystérieuses. « Monet ! » Il se précipita au bord, freina au dernier instant. « Monet ! Où es-tu ? Monet ! » Pas de réponse, bien sûr, et la noirceur de l'eau l'empêchait de distinguer quoi que ce soit. « Monet ! » Elle s'était débattue à la surface, projetant désespérément des gerbes d'eau glacée, mais à présent elle avait disparu. « Monet... » Là il hésitait à fondre en larme pour de bon. Les squelettes, la peur, les voix… Oui, ça il pouvait le supporter. C'était dur, c'était effrayant, mais soit. Il avait suivi une formation pour cela. Monet… Elle était presque comme sa petite sœur, elle était importante, elle était… sa famille. Il ressentit un pincement au cœur en songeant à sa véritable famille mais… Oui, Monet Kaplan s'était hissée au même niveau au fil des années. Elle comptait tellement pour lui… Et elle venait de se faire engloutir par des flots de ténèbres. C'est vrai que… ce serait bien inutile de vivre sans elle maintenant… non ? La voix de la chose invisible… Elle résonnait dans sa tête à présent. Aurèle l'entendait distinctement et à travers le brouillard de désespoir qui lui engourdissait l'esprit, ce détail ne l'étonna même pas. Il se tenait toujours penché au-dessus du bassin noir, fixant désespérément ce qu'il ne pouvait de toute façon pas voir. Elle ne reviendra plus… Pouf… Noyée. Morte. Disparue. Seule. Aurèle baissait lentement la tête, sans même s'en rendre compte. Il n'était plus qu'à une vingtaine de centimètres de la surface de l'eau. Et il la fixait avec un tel désespoir… On aurait presque pu penser que Monet allait réapparaître par la seule force de sa volonté. C'est triste, elle était comme une sœur pour toi… Mais on ne peut échapper à la mort plusieurs fois. Et puis Aurèle, tu sais ce que tu fais à tes proches de toute façon. Il les abandonnait comme un lâche, oui. Il faisait de belles promesses avant de faire passer ses intérêts bien avant, en priorité. Il avait laissé sa sœur en Angleterre, seule dans son institution. New-York, Hartley, le DLCEM… C'était pour elle qu'il l'avait fait. Et puis il avait réussi et il l'avait lentement gommé de son esprit dans le vain espoir de… d'avoir une vie ? Et puis Jean. Il l'avait aimé cette fille – il l'aimait toujours, bien qu'il fasse tout pour se prouver l'inverse – mais il l'avait lâchement quitté alors qu'elle lui annonçait la naissance future de leur enfant. Pourquoi ? Pour conserver son emploi, sa réussite. Il s'était dit que c'était parce qu'elle n'était qu'une mission, que le DLCEM c'était son mentor qui le lui avait offert, qu'il y avait Monet… Que dalle, c'était simplement parce qu'il s'agissait de sa petite réussite personnelle et il voulait la préserver. Au diable les autres. Et là, Monet… Il n'avait pas voulu traverser pour garder la vie, elle l'avait fait et avait disparu. Ah petit Aurèle, tu fais un beau salaud quand même… La voix s'était faite pensive. Ses inflexions donnait tellement envie à l'agent double de oser le front au sol, de se repentir une bonne fois pour toute… Son nez creva la surface de l'eau, une main lui caressa la joue, chaude, douce, gentille. Il la suivit. C'était une main noire qui le réconfortait, noire comme la nuit.

Il s'étouffa, avala de l'eau froide et morte. Il sentait à peine la morsure glacée de la flotte sur sa peau : la petite voix avait sacrément bien réussi son boulot. Le tuer sans qu'il s'en rende compte, perdu dans son repentir silencieux et inutile. Aurèle toucha le fond, s'égratigna la joue sur un rocher affleurant… Un rocher ? Il se sentait emporté par un courant qui n'aurait pas dû exister. Et il était seul, complètement seul, dans le noir aquatique.

Quand Aurèle reprit connaissance, il serrait la main de Monet à l'écraser. Ils étaient collés l'un contre l'autre, leurs cheveux mouvant au gré des courants. Curieusement, ils étaient capables de respirer. Aurèle se redressa sur un coude, avisa les barreaux en métal rouillé qui se dressaient juste en face d'eux. Le reste, c'était des murs en pierre recouverts de coquillages et de moules. « Alors, les enfants de la terre sont réveillés... » L'agent double sursauta et avisa une silhouette installée sur un fauteuil. Le gangster-triton – car c'était bien de cela qu'il s'agissait – tenait négligemment un flingue et se grattait mollement le menton avec. Et très franchement, il ressemblait à un parrain mafieux quelconque, la queue de poisson en plus – ou les jambes humaines en moins, au choix.



Où Aurèle et Monet se retrouvent-ils ?
Oui - ils sont étendus sur une plage, cernés par un gang de satyres motards visiblement armés.
Non - ils se retrouvent bloqués dans une geôle sous-marine, capables de respirer de façon inexplicable ; de l'autre côté des barreaux, un triton habillé à la mode gangster se caresse le menton avec un flingue.

Emi Burton

_________________


« Et ça se justifie en plus, et ça fait semblant de bien parler… Mais je sais qui vous êtes moi ! Et quand cette pauvre fille sera alcoolique hein ? Et son marmot ! Qu'est-ce qu'il va devenir, hein ? Un gamin des rues ? Comme vous ? Ben oui, parce que c'est le seul exemple masculin qu'il aura eu ! Le dealeur de sa mère ! » — voisine de Jean.


Dernière édition par Aurèle S. Rosebury le Ven 6 Mai - 21:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 882
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   Ven 6 Mai - 21:34

Le membre 'Aurèle S. Rosebury' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York.
messages : 378
parmi nous depuis le : 30/10/2015

DLCEM.

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   Sam 2 Juil - 23:00

Indiana Jones' Quest.
Aurèle & Monet

Elle respirait. Sous l'eau. Bon sang, elle respirait sous l'eau ! De toutes les choses improbable qui lui était arrivées ces derniers temps, celle là se hissait à son tour dans le haut du panier. Elle ouvrit les yeux pour voir Aurèle auprès d'elle. Vivant. Et vivante elle aussi. Ils étaient tous les deux vivants, ils s'en étaient sortis ! Enfin, sortis, ils étaient toujours piégés six pieds sous terre mais elle n'avait pas encore rejoins le monde des morts, alors tout était pour le mieux. Elle s'était sentit tiré vers le fond, emporté par un courant mystérieux et maintenant, elle était là. Au moins elle avait retrouvé Aurèle. Monet regarda autour d'elle. Cet endroit était comme tout le reste depuis le début de leur mission, sans queue ni tête. Ils étaient tout simplement... Dans une geôle. Les murs étaient aux tapissés de coquillages en tout genre, des moules et autres coques des mers. Elle regarda Aurèle sans dire un mot (son regard suffisait pour comprendre qu'elle était plus qu'heureuse d'avoir son frère de cœur à ses côtés) et aperçus enfin la silhouette de l'autre côté des barreaux rouillés. Au départ elle cru rêver. Enfin, halluciner. Car non, c'était tout bonnement impossible, il ne pouvait pas s'agir d'un triton habillé en italien mafieux, non. Et pourtant, si ; il se tenait devant eux, arme à la main, l'air... menaçant ? Les enfants de la terre... Ils étaient tombés sur quoi là encore, une secte de créatures mythologiques ?

Aurèle...

Elle arriva enfin à murmurer doucement son prénom. Ce fut plus fort qu'elle, sa main serra de l'agent Roseburry. Ses yeux clairs plongèrent dans les siens à la recherche de réconfort. Monet Kaplan était désemparée. Elle n'avait plus d'arme sur elle depuis longtemps, elle était trempée, complètement crevée... Face au triton, elle le savait, elle allait devoir ruser avec Aurèle pour négocier et s'en sortir.

Qu'est ce que vous nous voulez ?

Gagner du temps le temps de reprendre ses esprits. Et analyser la situation. À qui parlait-il ? À deux personnes (enfin, deux autres tritons habillés tout comme ce cher mafieux) qui avaient la mine terriblement... réjouis ?  L'un deux parla en ce qui semblait être du grec ancien avant d'éclater de rire. Ok, elle était encore plus perdu là.

Ah... enfants de la terre, répéta le triton qui avait parlé en premier.

Il comptait répéter tout ça encore longtemps ? Peut-être leur débiter une prophétie pendant qu'il y était ?

Qu'on les prépare !


Et avant même qu'elle pu ouvrir la bouche pour contester ou le questionner à nouveau, une nuée de femme tritons se jetèrent sur elle et Aurèle, les mains pleines de... parures en tout genre. Dans un coin de la cellule, un des triton avaient son arme braqué sur eux, comme pour les menacer en cas de fuite.

Il y a bien longtemps que nous vous attendions enfants de la terre !
recommença le triton mafieux.

Monet eu alors l'impression de faire partit d'un de ses rituels étranges qu'on pouvait lire dans certains romans fantastiques ou voir dans des séries pour adolescents. Et cette idée ne lui plaisait pas du tout, visiblement, Aurèle et elle en était le cœur.

Emi Burton

_________________
Il y a des choses qu’on fait par nécessité, par désir ou encore par devoir, et d’autres parce qu’on n’a absolument pas le choix. En général, ces dernières impliquent un risque mortel. C’est le cas ici.
MONET LAYLA KAPLAN ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com/t1424-aurele-pour-vivre-de-grand
localisation : San Francisco.
messages : 328
parmi nous depuis le : 18/01/2016

DLCEM.

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   Dim 10 Juil - 20:29

Indiana Jones' Quest.
Aurèle & Monet

Aurèle serrait la main de Monet à l'écraser, trop heureux de sentir sa présence à ses côtés pour s'inquiéter de lui faire mal. Il aurait besoin de sa sœur de cœur vu la situation qui les attendait désormais. Au cours de cette mission (qui n'était qu'un échec total au fond puisqu'ils étaient avant tout censés rendre visite à la cellule espagnole du DLCEM et non pas partir pour une exploration ratée des sous-terrains d'un quelconque temple romain) il avait cru se perdre, puis perdre son esprit. Il avait pensé voir Monet périr avant de finalement la retrouver en excellente santé. Il avait été mis devant ses propres erreurs et il avait eu la preuve qu'il était un beau salaud quand il s'y mettait. Cette mission était un échec mais il n'avait peut-être pas fait le déplacement pour rien finalement.

Le mafieux-triton qui trônait à l'extérieur de leur cellule, occupé à se gratter lentement le menton avec la bouche d'un pistolet en es contemplant d'un œil navré, accrocha son regard. Il s'était fait de belles frayeurs avec les prêtres-squelettes ou sa quasi-noyade quelques minutes plus tôt mais là encore, cet être étrange le mettait mal à l'aise. De manière générale, l'agent se sentait mal en présence de choses qui n'auraient pas du exister, ce qui le foutait régulièrement mal pour un agent travaillant principalement avec l'univers mythologique. Aurèle et Monet respiraient sans aucun mal sous l'eau grâce à un quelconque tour de magie mais rien ne leur assurait que cela fonctionnerait toujours dans quelques minutes. Alors ils se noieraient, bloqués sous des litres et des litres d'eau dans une cage à l'acier recouvert de crustacés en tous genres. Personne ne retrouverait jamais leur cadavre si tel était le cas et « disparus en mission » serait inscrit à l'encre rouge sur leur dossier. Pas morts, non, disparus. Ni vraiment morts, ni toujours vivants, juste évanouis dans la nature sans que l'on en sache plus. Ils feraient toujours partie du Département car pas réellement décédés, et leurs familles respectives (si tant est qu'ils en avaient) n'hériteraient de rien. Aurèle avait écrit le nom de Monet sur son dossier, et celui du père de Jean (pour ne pas impliquer directement la demi-déesse) pour au cas où, pour s'il venait à mourir au cours d'une mission vraiment périlleuse. En tant qu'agent double, il risquait sa vie à chaque instant, de façon plus pernicieuse qu'un agent de terrain. Personne ne savait comment un demi-dieu qui mettrait au jour sa véritable identité pourrait réagir en se découvrant trahi… Monet le ramena sur terre (sous l'eau?) en demandant au triton mafieux ce qu'il attendait d'eux. Et effectivement, c'était une excellente question car qu'est-ce que deux vulgaires mortels pourraient bien apporter à un triton qui n'aurait même pas dû exister ? Le monde était vraiment sans queue ni tête.

Des représentantes femelles du triton entrèrent soudainement dans la cage des deux agents, les bras chargés de parures de tous les genres. Enfants de la terre ? Et pourquoi pouvait-on bien les attendre ? Aurèle ouvrit la bouche pour poser la question, le cœur battant, mais le mafieux leva un doigt et l'eau glacée entra vivement dans la gorge de l'agent, manquant de peu de le noyer. Suffoquant et toussant comme un dingue, il se laissa manipuler par les femmes à queues de poisson. L'une d'elle, une jolie blonde, lui enfila une sorte de toge romaine qui avait du être blanc immaculé dans une autre époque, et une seconde rajouta quelques bijoux si lourds qu'il fallait bien perdre l'équilibre. Une dernière ajusta une couronnes d'algues mêlées de coquillages et de splendides perles. Il sentit qu'on lui enlevait ses chaussures de service (de fidèles rangers bien utiles dans les missions comme celles-ci) pour lui enfiler des sandales de type spartiates. « Monsieur, ils sont fin prêts. » Avant même qu'Aurèle ne puisse se tourner vers Monet pour lui jeter un regard plein de détresse et de perplexité, on le poussa brutalement en dehors de la cage et c'est escorté de quatre magnifiques femmes-poissons qu'Aurèle fut conduit vers sa mort. Il gravit en trébuchant une sorte d'esplanade au sommet de laquelle on le força à s'agenouiller. Sa camarade depuis de longues années fut contrainte à l'imiter. Le triton mafieux arriva avec une nage solennelle (Aurèle non plus n'aurait pas cru cela possible, ni même plausible, avant aujourd'hui) avec une nouvelle tenue lui aussi. Si la sorte de toge d'Aurèle ne gardait plus qu'un vague souvenir de son blanc d'autrefois, celle du triton était réellement immaculé, presque trop blanche pour faire vraie. L'esplanade (Aurèle s'appliquait à ne pas penser à l'autre terme, plus adéquate – autel) se trouvait au centre d'une immense grotte sous-marine à présent bondée. Des centaines de tritons, mâles et femelles, se pressaient à proximité, séparés des « Enfants de la terre » par une rangée de tritons-gendarmes, tous armés d'une lance et porteurs d'armures très typées romaines. Il y avait des vieux, des jeunes, et même des gamins, et tous les regardaient avec un mélange d'admiration et d'excitation. Un triton, relativement jeune, monta sur l'esplanade pour passer aux poignets d'Aurèle et de Monet des chaînes comme on pouvait en voir dans les films médiévaux.

« Peuple des Fonds sous-marins, hommes, femmes et enfants, civils et soldats, le jour est arrivé. Comme les dieux nous l'avaient prédit voilà des milliers d'années, les Enfants de la terre sont enfin parmi nous ce soir. » La foule explosa dans une ovation de joie. « Ils sont les premiers à descendre dans nos fonds méconnus et les premiers à découvrir notre petite communauté. Ils sont les héros annoncés pour notre libération. Leur sang sera notre sauveur, leur mort notre liberté. Et lorsque les dieux auront choisi de les ressusciter, ils seront nos héros et nos guides. » Si Aurèle avait lu une telle scène dans un livre, un manga ou quelques comics, il aurait ri. Là… il ne pouvait pas s'empêcher de trembler de peur. Ils étaient seuls face à une véritable foule. Pire, leur mort était synonyme de libération et l'agent savait jusqu'à quelles extrémités les gens pouvaient aller pour leur liberté. Aurèle se pencha légèrement en direction de Monet. Il était heureux d'être en compagnie de quelqu'un qu'il estimait comme étant sa famille dans un tel moment. L'égoïsme le poussait à être heureux de ne pas être seul en cet instant, mais une quelconque étincelle de gentillesse s'attristait du sort qui attendait Monet Kaplan, son amie, sa sœur, sa collègue. Mourir ensemble, c'était beau et poétique, mais mourir d'une façon aussi grotesque… « Je… Tu sais que je t'aime, hein Monet ? » Aucune trace de romantisme là-dedans, il l'aimait comme une sœur et une amie, rien de plus, rien de moins. Et puis soudain, au milieu de la foule, un satyre.

Emi Burton

_________________


« Et ça se justifie en plus, et ça fait semblant de bien parler… Mais je sais qui vous êtes moi ! Et quand cette pauvre fille sera alcoolique hein ? Et son marmot ! Qu'est-ce qu'il va devenir, hein ? Un gamin des rues ? Comme vous ? Ben oui, parce que c'est le seul exemple masculin qu'il aura eu ! Le dealeur de sa mère ! » — voisine de Jean.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York.
messages : 378
parmi nous depuis le : 30/10/2015

DLCEM.

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   Lun 19 Sep - 18:04

Indiana Jones' Quest.
Aurèle & Monet

Monet Kaplan ne sut pas réellement si elle devait avoir peur ou non. Dans un sens, elle le devait. Après tout, elle était face à une véritable armée de monstre qu'elle voyait bel et bien (bon sang ce qu'elle aurait aimé ne pas avoir ce don d'observer au travers de la brume, juste pour cette fois là). Alors la chose la plus logique à ressentir c'était bien la peur. Et pourtant, si son estomac était noué comme jamais en cet instant précis, elle n'arrivait pas à céder à ce terrible sentiment. Du moins, au début. La première partie du dialogue la fit presque sourire. S'ils les attendaient comme de vrais messies, ils n'allaient pas leur faire de mal. Elle se surpris même à desserrer un peu son emprise sur la main d'Aurèle. Son frère de cœur et elle n'aurait plus à souffrir ici très longtemps, il y avait peut -être mésentente, ils allaient sortir d'ici très rapidement, libre et toujours entiers. La foule explosa littéralement, certains se mirent presque à pleurer de bonheur. C'était bien la première fois qu'elle faisait cet effet là à autant de monde. Cet effet là tout court d'ailleurs. Mais son bonheur et son espoir s'envola quelques fractions de secondes plus tard avec la suite de l'annonce qui fut... pire que tout.

Les tuer. Pour les faire revenir. C'était la fin, le chaos, la mort. Ils allaient mourir tué par une bande de tritons mafieux qui vivait sous un monument historique en Espagne et et... La main de la jolie blonde resserra à nouveau celle de l'agent. D'accord ils étaient fichus. Ils allaient y passer. Et la peur prit place. Son estomac noué ? Elle ne le sentait plus. Non. En revanche elle sentait ce sentiment de crainte grandir en elle. Comme jamais. Elle s'en était retrouvé dans de drôle de situation mais là ? Aurèle et elle était tout simplement pris de court, ils ne pouvaient rien faire face à toute cette foule. En entendant les parole d'Aurèle elle acquiesça pour se fondre dans ses bras, se serrant contre lui. Au moins elle en mourrait pas seul. Elle finirait certes au fond des eaux, morte sacrifié pour elle ne savait trop quelle cause, mais avec celui qu'elle considérait comme son frère.

Arrêtez !

La voix qui avait fendu la foule était celle d'un satyre de grande taille. Il avait une houppette blonde, un corps musclé et des sabots vernis de noir. Tous ces détails, le cerveau de Monet les enregistra mais sur le coup l'agente n'y prêta aucune attention. Qui était-il ? Il allait sans doute les sauver, les sortir de là ! Les satyres étaient des types sympas normalement, non ? C'était bien eux qui menaient les demi-dieux dans leur maudite colonie ? Bon, Aurèle et Monet n'était pas des demi-dieux, mais ils étaient désespéré, ils avaient besoin d'aide...

Je me porte volontaire ! Par les eaux ils doivent être pris, avec les eaux ils vont mourir !

Et non. Elle redevint blême.

Espèce de connard !

La foule toute entière porta une main sur sa bouche indigné. Le regard d'une cinquantaine de triton (et d'un satyre) fusilla alors Monet qui se sentit tout de suite bien mal à l'aise. C'était quoi ça encore ? Elle jeta un regard affolé à Aurèle quand une tripoté de Triton se jetèrent sur elle pour la saisir et lui nouer les mains avec une espèce d'algue vertes et collantes.

Aurèle ! Aurèèèèle ! Arrêtez ! Arrêtez çaaaa ! Vous pouvez pas me tuer ! Non ! Arrêtez !
Et pourquoi donc enfant de la terre ?
Je heu je... Nous apportons un message des autres enfants de la terre ! Si vous nous tuez vous... Vous serez maudit par Gaïa elle même !


Une vague de terreur sembla se répandre dans l'assemblé et Monet atterrit lourdement sur le sol. Ses gardes venaient de la lâcher.

Emi Burton

_________________
Il y a des choses qu’on fait par nécessité, par désir ou encore par devoir, et d’autres parce qu’on n’a absolument pas le choix. En général, ces dernières impliquent un risque mortel. C’est le cas ici.
MONET LAYLA KAPLAN ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com/t1424-aurele-pour-vivre-de-grand
localisation : San Francisco.
messages : 328
parmi nous depuis le : 18/01/2016

DLCEM.

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   Mar 11 Oct - 13:12

Indiana Jones' Quest.
Aurèle & Monet

Il y avait des choses qui ne devaient arriver que dans les livres ou les films. Qui n'étaient que purement fictionnel. Qui n'existait pas en vrai, pas même dans un monde regorgeant de créatures mythiques. De plus, le discours du peuple sous-marin ne lui inspirait pas la moindre confiance. Aurèle avait beau s'aimer, il doutait franchement d'être un élu venu à leur secours. Il n'était pas Jésus, il ne ressusciterait pas si on le tuait, et Monet non plus. Il était heureux de pouvoir mourir en sa compagnie. Elle était comme une sœur pour lui et ce depuis qu'un homme l'avait recruté pour entrer au Département. Monet était encore très jeune à cet époque mais leur lien s'était renforcé au fil des ans, haussant la jeune femme au rang de sœur, de famille, de proche. Si elle venait à mourir, il serait inconsolable et il se disait que c'était parfois triste vu les métiers risqués qu'ils exerçaient tous les deux. Mourir, c'était le risque du métier, c'était habituel pour des agents, ça pouvait survenir n'importe quand et prendre une vie comme on prenait l'ascenseur. Les agents décédés n'étaient pas oubliés, ils restaient dans les esprits comme des meubles un peu encombrants, dont on ne savait que faire mais qu'on ne voulait pas jeter. Les agents décédés restaient des fantômes. D'autres disparaissaient et c'était encore pire car il n'y avait aucune certitude. Si aujourd'hui Aurèle et Monet trouvaient la mort, personne ne le saurait jamais. D'ici quelques temps, un tampon « agent disparu en mission » serait appliqué sur leur dossier, rouge, indélébile. Bien sûr, qu'ils soient réellement des élus lui avait traversé l'esprit. Peut-être que si ces créatures les tuaient et répandaient leur sang, ils ressusciteraient réellement pour devenir leurs guides et leurs héros. Cela dit, Aurèle en doutait. Et d'ailleurs, la résurrection ne précisait ni comment ni en quoi ils ressusciteraient. Dans le même corps ? Dans autre chose ? Des guides spirituels comme cette petite voix qui l'avait suivi durant une grande partie de ses mésaventures dans  les couloirs sous-terrains du temple ?

Aurèle n'aurait jamais cru fonder tous ses espoirs sur un satyre, une créature mythique, dangereuse, différente. Ils l'avaient suivi dans l'espoir de le capturer et d'en tirer quelque chose et à présent il se prenait à espérer qu'il leur vienne en aide. Les satyres aidaient les demi-dieux, les défendaient et les ramenaient dans leurs précieux petits camps pour mieux les préserver encore et leur livrer un entraînement intensif. Bref, ils les couvaient pour ensuite les transformer en machines à tuer. Il avait certes légèrement revu son jugement depuis sa rencontre avec Jean mais elle n'était que fille d'Iris, ça ne comptait sans doute pas. Le satyre hurla qu'il se portait volontaire et l'estomac d'Aurèle, un bref instant envahit par l'espoir, se tordit violemment. Ils allaient mourir, c'était une certitude désormais. Des tritons attrapèrent Monet, l'arrachèrent à l'étreinte ferme d'Aurèle, pour lui lier les poignets. Ils allaient l'emporter, l'amener loin de lui. Allait-elle mourir en première ? Elle n'était plus sur l'autel. Peut-être comptaient-ils le tuer lui d'abord, pour que Monet soit contrainte de regarder ? Aurèle avait peur, il sentait la terreur dans chaque partie de son cœur. Ça envahissait tout:ses membres, sa poitrine… Il n'était plus qu'une masse de peur brute. Et puis Monet cria. L'agent double peina à entendre ce qu'elle disait au milieu du bruissement des voix des tritons mais il comprit la fin, juste avant qu'ils ne la relâche brutalement sur le sol. Aurèle se redressa dans un geste désespéré. « Oui ! Oui. Nous ne sommes pas ceux que vous attendez, nous ne sommes que des messagers. Vous attendez un couple et il viendra mais nous, nous ne sommes que de simples porteurs de message. » Il improvisait au fur et à mesure, tissant sur le début de mensonge de Monet. « Les Enfants de la terre vivent toujours là-haut, mais sils sont en grand danger, proches du supplice. Ils vont mourir si rien n'est fait, et sans eux, votre peuple aussi est condamné. » Son cœur bondissait toujours de peur mais devant les expressions catastrophiques des tritons, il sentit l'espoir renaître légèrement. « Sauvez-nous, aidez-nous à remonter là-haut, aidez-nous à sauver notre peuple et alors, seulement alors, le couple de sauveurs naîtra. » Son mensonge n'avait ni queue ni tête mais il sembla visiblement faire son petit effet. Aurèle profita d'un instant d'inattention du garde le plus proche pour se précipiter vers Monet et l'aider à se redresser. « IL MENT ! ILS MENTENT TOUS LES DEUX ! » C'était la voix du satyre, aigu, méchante, tranchante. Aurèle sentit un souffle très bref juste derrière lui avant que quelque chose ne lui heurte la nuque. Il s'effondra, à moitié sonné, tandis qu'un triton l'attrapait pour le traîner sur l'autel. « Je vous ai prévenu ! Les Enfants de la terre sont sournois et égoïstes, ils ne vous sauveront pas de leur plein gré. Tuez-le ! » Les tritons hurlèrent de joie en levant leurs lances. Celui qui avait tiré Aurèle sur l'autel brandit la sienne avant de la baisser d'un coup. Seul un réflexe de survie, durement inculqué par son mentor pendant des années, évita à Aurèle un coup fatal. Il sentit cependant la pointe de la lance lui transpercer le flanc.


Les tritons le croient-ils ?
Oui : Les tritons le croient lui et assomment le satyre avant de le traîner sur l'estrade.
Non : Les tritons l'assomment violemment au cri du satyre et l'un d'eux le traîne sur l'autel et le transperce de sa lance.

Emi Burton

_________________


« Et ça se justifie en plus, et ça fait semblant de bien parler… Mais je sais qui vous êtes moi ! Et quand cette pauvre fille sera alcoolique hein ? Et son marmot ! Qu'est-ce qu'il va devenir, hein ? Un gamin des rues ? Comme vous ? Ben oui, parce que c'est le seul exemple masculin qu'il aura eu ! Le dealeur de sa mère ! » — voisine de Jean.


Dernière édition par Aurèle S. Rosebury le Mar 11 Oct - 14:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 882
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   Mar 11 Oct - 13:12

Le membre 'Aurèle S. Rosebury' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York.
messages : 378
parmi nous depuis le : 30/10/2015

DLCEM.

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   Jeu 17 Nov - 21:07

Indiana Jones' Quest.
Aurèle & Monet

Monet cru presque pouvoir s'en sortir ce coup là. Mais les mensonges qu'elle et Aurèle débitèrent à toute allure, y mettant toute leur bonne volonté ne firent aucun effet. Ou du moins, pas celui escompté. Au lieu de ça, le satyre en remit une couche en hurlant de les tuer et les tritons, tous emportés par cet odieux personnage brandirent leur lance en beuglant dans tous les sens. Et l'un deux attaqua Aurèle. Le cri qu'elle poussa à ce moment là avait tout d'un cri de désespoir mêlé d'horreur. Elle le cru même mort avant qu'un des tritons propose de lui redonner un coup pour l'achever. La suite, elle fut très flou. Monet avait poussé un nouveau cri de rage et tandis qu'on lui dénouer ses liens pour à son tour la conduire sur une sorte de petit autel (étrangement telle avait l'impression d'être une de ces vaches sacrés que les grecs faisait flamber pour leurs maudits dieux, comme c'était ironique). Elle avait saisit cette seule chance pour s'emparer de l'arme d'un des tritons et de la plonger dans le tas. La réaction fut une pagaille soudaine, un triton blessé hurlait à la mort, les autres s’affolaient et soudain, une main l'attrapa. Une femme... une femme triton ?

Venez !
Pas sans lui !

Alors la femme d'une force surhumaine (ou en tout cs plus élève que la moyenne) avait saisis Aurèle et sans lui demander si oui ou non ce dernier pouvait encore se mouvoir, l'avait juché sur ses petites épaules. Les gens hurlaient dans tous les sens, Monet continuait de planter sa lance dans tout ce qu'elle croisait. Bon ou mauvais, elle s'en fichait complètement, ce qui comptait c'était de suivre cette inconnue (jamais elle n'aurait cru faire ça...) et de se sauver, elle et Aurèle.

Par ici maîtresse, par ici !

Avait-elle bien entendu ? Peut importe, cette créature monstrueuse allait les aider. Elle la planterait plus tard s'il le fallait.

La terre m'envoie, j'ai toujours su qu vous viendriez !

Allons bon, elle et Aurèle tombaient à pique et leurs mensonges complètement visiblement en tout point les croyance d'une femme triton un peu fofolle. Fantastique. Mais elle ne devait pas chipoter, elle était en train de lui sauver la vie, toujours Aurèle dans ses épaule qui à propos, venaient de se faire poser par terre avec autant de douceur que... les mots lui manquait. La femme triton s'employait à ouvrir une très vieille porte en bois.

Je ne peux l'ouvrir que quelques instant. Prend le sauveur sur tes épaules et nage jusqu’à la surface, revenez de la où vous venez, accomplissez votre mission toi et le sauveur !

Elle ne comprenait plus rien, clairement. Elle regarda Aurèle d'un air paniqué, le redressa du mieux qu'elle pu mais les force lui manquèrent. Elle s'était aussi fait frappé dans l'histoire et sa noyade de tout à l'heure l'avait fatigué, usée. Sauf que la créature n'attendit pas qu'elle reprenne son souffle, visiblement les tritons se rapprochaient. Elle ouvrir la porte et, sans plus attendre, poussa Monet et Aurèle dans l'eau qui se déversait à flot dans le couloir. Comment une telle chose était possible ? Elle n'en avait pas la moindre idée. C'était pas logique, rien de tout ça n'avait de réponse scientifique. Mais la main d'Aurèle dans la sienne elle nageait vers ce qui semblait être la surface.

Emi Burton


oui, une apparition inattendu débarque et leur offre un échappatoire.
non, la salle se remplie alors soudain d'eau et bientôt tout est inondé, c'est la panique, mais peut-être une possibilité de s'enfuir.

_________________
Il y a des choses qu’on fait par nécessité, par désir ou encore par devoir, et d’autres parce qu’on n’a absolument pas le choix. En général, ces dernières impliquent un risque mortel. C’est le cas ici.
MONET LAYLA KAPLAN ✽


Dernière édition par Monet L. Kaplan le Jeu 17 Nov - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: [Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Espagne] monet + indiana jones' quest. (mission terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Maroc et GPS QUEST 1
» cent ans de solitude. (monet, terminé)
» Assister à une émission de télé
» Metroid : Remake Mission
» GPL en Espagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ AUTRES DIMENSIONS.  :: le reste du monde.-