Partagez | .
 

 Voyage voyage, loin de nos idéaux. (monet & mercedes, terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : New York.
messages : 355
parmi nous depuis le : 30/10/2015

DLCEM.

MessageSujet: Re: Voyage voyage, loin de nos idéaux. (monet & mercedes, terminé)   Jeu 23 Juin - 22:12

You could be happy and I won't know but you weren't happy the day I watched you go and all the things that I wished I had not said are played in loops till it's madness in my head. Is it too late to remind you how we were? - Monet & Mercy.

voyage voyage
Tu vas m'aider alors ? Encore elle. Ysoir-Barbe en était à quoi, son septième mois de grossesse ? Et elle était aussi grosse qu'une baleine bleu. Avantage, cette femme semblait perdre rapidement tout son poids après chacune de ses grossesses. Elle lui reposa sa question. La jeune femme du passé était assisse dans son lit. Elle attendait son époux. Qui ne viendrait pas. Ou que très tard. Mais l'aider à quoi ? A le tuer, idiote. C'était comme si elle avait lu dans ses pensées. Même pas en rêve. Et ça aussi, elle pouvait le lire dans son regard. Qu'ils aillaient tous se faire pendre ses gens du passé !

Quoi qu'ils disent tous les deux, leurs nombreuses théories étaient toutes aussi tordue les unes que les autre. Même le plus grand des fous ne pourrait les prendre au sérieux, et pour cause, elle même, quand elle s'entendait parler, elle se demandait d'où venait toutes ces théories et ces histoires à dormir debout. Mais elle était d'accord sur le point énoncé par Mercedes, ils étaient de véritables ré incarnations de ces gens là. Elle ne voyait pas d'autres possibilités ! Comment une telle chose était possible autrement ? Après tout, il n'était pas si étrange que Monet Kaplan perde la boule. Le monde dans lequel elle vivait était déréglé, cassé. Des demi-dieux, des dieux grecs et romains sois disant légendaires et qui pourtant, leur rendait la vie impossible... Peut-être que c'était eux qui leur faisait subir tout ça ? Après tout, pourquoi pas.

Je crois aussi, je crois aussi...

Quand à cette pauvre femme paumé du siècle (enfin, des siècle) passé, elle envahissait doucement sa vie, son quotidien et ses émotions. C'était étrange, pas tous les jours, mais elle la sentait toujours, présente quand le moral n'était pas au plus haut. C'était comme si elle se servait de son mal être pour apparaître et mettre son grain de sel dans sa vie. Elle se tassa à nouveau dans son canapé. Oui, elle aussi le voyait. Elle avait presque tout vu (du moins du point de vue de son propre personnage) de ce terrible époux. Elle l'avait vu doux et aimant, puis devenir un véritable monstre auprès de sa femme et de ses (trop) nombreuses filles. Elle attrapa une couverture, tendit la main vers ses paquets de sucrerie pour une dernière poignée de bonheur et s’affala complètement sur son accoudoir.

Pour demain, lait bio dans le frigo, pain français dans l'armoire à pain à côté de l'évier et céréales dans le meubles juste là...

La fatigue l'avait emporté. Une fois de plus elle sombrait au pays des mauvais rêves. Mais cette fois ci, oui, cette fois ci allait être différente. Pas de Ysoir-Barbe. Elle y croyait. Pour une fois, elle allait pouvoir dormir en paix, ne plus penser à rien d'autre que sa vie, la vraie. Pas celle d'une femme qui passait sa vie à tricoter pour ses mioches, pas celle d'une femme insulté en permanence par son mari. Demain allait être un jour nouveau, elle redeviendrait elle même. Elle gueulerait un bon p'tit coup sur Isaure et Mercedes pour se défouler. Moins méchamment. Elle lui devait bien ça. Puis elle irait rejoindre Aramis pour papoter de choses censés, et se replongeraient dans ses documents confidentiels.

©Pando

_________________
Il y a des choses qu’on fait par nécessité, par désir ou encore par devoir, et d’autres parce qu’on n’a absolument pas le choix. En général, ces dernières impliquent un risque mortel. C’est le cas ici.
MONET LAYLA KAPLAN ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1273
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: Voyage voyage, loin de nos idéaux. (monet & mercedes, terminé)   Mar 4 Oct - 11:48

You could be happy and I won't know but you weren't happy the day I watched you go and all the things that I wished I had not said are played in loops till it's madness in my head. Is it too late to remind you how we were? - Monet & Mercy.

voyage voyage
C'était… Étaient-ils aussi désespérés pour passer aussi rapidement de la haine la plus forte à une vulgaire proximité comme dans cet instant ? Oui, ça devait être ça : le désespoir complet qui s'abattait sur eux un peu plus à chaque instant les poussaient dans les bras l'un de l'autre. Ils étaient seuls au monde avec leur nouvelle réalité, et ils ne pouvaient plus que compter que sur eux-mêmes. Le hasard en avait fait des partenaires, les avait forcément à se rencontrer vraiment. Jusqu'à aboutir à cette situation rocambolesque ou Monet Kaplan et Mercedes Weathley mangeaient des bonbons devant des absurdités à la télévision. Mais la proximité de Monet, si elle l'effrayait, le rassurait aussi. Quand elle était là, tout était plus présent, plus violent… Mais il n'était plus tout seul. Monet savait. Elle savait comment c'était de rêver d'une vie qui n'était pas la votre avec une telle force que c'en devenait réel. Elle savait ce que c'était que de se confronter à quelqu'un qui aurait pu être nous il y a des siècles. De se glisser dans la peau de notre inverse total, de quelqu'un qui ne pouvait que vous faire ressentir du dégoût. Elle savait aussi comment c'était de se sentir dériver en sachant pertinemment que son cerveau quittait son époque logique pour partir visiter quelques souvenirs aussi absurdes qu'horribles. Oui, Monet savait et ça ne pouvait que rassurer Mercedes. Elle savait donc elle n'allait pas lui cracher qu'il était dingue. Elle n'était pas lui demander s'il allait bien avec la mine (trop) inquiète de circonstance. Elle n'allait pas lui dire que ces derniers temps, il l'inquiétait drôlement, qu'il devrait aller voir un médecin, juste au cas ou. Et ça, ça valait de l'or. Il la regarda se glisser sous une couverture, blottie sur le canapé, après lui avoir indiqué les points stratégiques de l'appartement. « Bonne nuit… Monet. » Il avait toujours du mal à l'appeler par son prénom mais là… Il sentait que la nommer par son patronyme aurait été déplacé. L'Écossais s'empara à son tour d'une couverture perchée sur un coin du canapé, se laissa glisser par terre et s'enroula confortablement dans le plaid moelleux. Kaplan… Il n'avait pas envie d'aller trop loin cette nuit. La télévision continuait à babiller ses inepties mais ni l'un ni l'autre ne trouva le courage de chercher la télécommande, sans doute partie en exploration dans l'un des recoins du canapé. Tant pis, Mercedes était content : ça ferait du bruit et de la distraction pour ne pas dormir. De toute façon, ses heures de sommeil se comptaient sur les doigts d'une main ces dernières semaines. Moins il dormait et mieux il se portait – c'était dire là où il en était venu. Pourtant, que ce soit dû à Monet juste à côté ou le ronron de la télé, il finit bien par tomber de sommeil au pied du canapé.

©Pando


- RP TERMINÉ. -

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas
 

Voyage voyage, loin de nos idéaux. (monet & mercedes, terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Peut-on offrir à quelqu'un si on gagne un voyage ou.....
» Crédit-voyage Via Rail 50$
» Bon voyage Loulou et Travel :)
» Calculateur de voyage dans etrex 20
» voyage avec l accordeon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: new york city. :: les quartiers résidentiels.-