Partagez | .
 

 ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And hell itself my only foe. » (Salem, Massachusetts)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 895
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And hell itself my only foe. » (Salem, Massachusetts)   Ven 10 Juin - 12:47

Le membre 'Ofelia B. Schreave' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORTEL INSOUCIANT.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 113
parmi nous depuis le : 16/09/2015

MORTEL INSOUCIANT.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And hell itself my only foe. » (Salem, Massachusetts)   Dim 12 Juin - 12:26

22 avril 2016 -Quel intéressant retournement de situation ! Nous, enfin le camp des demi-dieux, venions de prendre l'ascendant sur une scène ou nous étions les éternels perdant. En sous nombre, ayant échoué à sauver la donzelle dont les morceau tapissait à présent le sol à l'extérieur et une partie des vêtements de certains de mes camarades, voila que nous les tenions, tous ces agents, presque tous morts pour s'être entre tué, ce qui était d'autant plus amusant. Mais le meilleur dans tout cela ? C'était qu'en face de nous, un de nos antagoniste, n'était autre que ce très cher Mercy, pote du cafard et voisin qui semblait en permanence planer chaque fois que je le voyais. Enfin, semblait-il qu'il ne m'avait pas remarqué ou pas encore du moins, trop absorbé par la blondinette péroxydée qui nous accompagnait et sa tentative totalement désespérée et pathétique de prise d'otage qui tourna au fiasco mais cette fois pour eux. Sa partenaire, dont je reconnaissais le visage pour avoir fait mouche en lui tirant dessus, tenta elle aussi un acte héroïque avant de finir totalement hors combat. Était-elle morte ? D'aussi loin j'étais incapable de le dire. Eux qui avait été glorieux ... qui avait fait un coup de maître avec l'explosion de l'otage et tout le reste ... sur le moment ils me décevaient incroyablement, ayant eut toute les cartes en main pour réussir et les ayant gâché pour finir entre les mains d'une bande d'ado totalement désorganisés et à fleur de peau.

D'ailleurs il n'était plus nécessaire de jouer l'inaction, de rester à l'écart pour ne pas terminer sur les listes des personnes à éliminer dans cette organisation. Après tout, qui allait témoigner ? il ne restait plus personne, plus personne à part Mercedes et peut être cette blonde ... Enfin elle elle n'était que secondaire, pour ne pas dire inutile, mais vis à vis de Mercedes ... disons que cela me ferait bien chier de le perdre, étant un de mes contacts principaux de ceux qui aujourd'hui jouait mes ennemies et que j'aurais aimé garder sous la main. Surtout que si il venait à mourir ... j'étais certain qu'Isaure taperait une crise et je perdrais tous les progrès réalisé avec lui aussi. Je m'approchais donc, sortant de l'ombre et pointant Mercedes de mon fusil tendis que je repoussais légèrement la main armée d'une Ofélia instable. "Lui, j'en fais mon affaire." lançais-je, un sourire en coin tandis que je regardais mon voisin d'un air aussi rassurant que terrifiant "Il n'a pas l'air du troufion de base et j'ai besoin d'informations et je pense qu'il peut m'en donner. Donc autant ne pas gâcher cette opportunité en lui logeant une balle dans la tête." Mais allait-on accepter de me le laisser ? N'allait-on pas vouloir le ramener à la colonie ou au camp Jupiter ? Sa vie serait certes sauve ... Moi qui sauve des vie, que d'ironie ! Donc elle serait certes sauve mais sa situation ne serait pas enviable et dans tous les cas il serait perdu, ne pouvant entrer dans l'un ou l'autre des campements "Et si ça vous dérange pas j’aimerais bien l'emporter. Ce sera moins risqué que de l'emmener dans un des camps, risquant d'attirer une nouvelle attaque là bas, moi ils ne savent rien de mes planques. Et je pourrais vous informer rapidement, je connais pas mal de monde à la colonie et au camp Jupiter, vous n'aurez qu'à vous adressez à eux si je tarde." Je me rapprochais encore un peu plus de Mercedes, posant mon pied sur sa cage thoracique pour le faire souffrir tandis que j'approchais l’embout du canon de sa tête. Après tout il fallait que je sois dans le rôle ! Même si il était vrai que j'y prenais un plaisir certain "Je le ferais souffrir autant qu'il aura fait souffrir votre camarade, ça je peux vous l'assurer." Dis-je avec une légère pointe de joie pour ambiancer mes camarades. Sa collègue par contre ? ... autant je pouvais en sortir un, mais essayer de m'accaparer les deux ... ce serait beaucoup plus compliqué et risquerait même d'éveiller quelques soupçons après avoir entraîné des refus catégoriques. Je l'observais en levant un sourcil, sans perdre mon attention sur Mercy non plus, au cas où cet idiot ne comprendrait pas que je tentais de sauver son cul, demandant alors "Et elle ? Elle est morte ? Car elle ferait un bon moyen de pression sur le joli coeur ... sauf si l'un de vous la veut." Terminais-je en haussant les épaules.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
RADIO À POTIN CYNIQUE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Camp Jupiter
messages : 227
parmi nous depuis le : 01/04/2016

RADIO À POTIN CYNIQUE

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And hell itself my only foe. » (Salem, Massachusetts)   Dim 12 Juin - 19:25

22 avril 2016 - Maintenant, Abigail comprenait pourquoi les fils de Mars se laissaient guider par la colère. Tout était tellement plus simple ainsi. On se concentrait sur la douleur infligée et subie, en oubliant tout le reste. La Romaine n'y avait jamais cédé avant. En tant que fille de Vénus, elle savait que ces poings manquaient de force comparé à ceux ayant une divinité guerrière dans leur arbre généalogique. De plus, à une certaine époque, il était impossible de la voir de mauvaises humeur... Alors en colère !

Voir un visage familier dans le camp adverse avait été le point de rupture. Trop de questions et de sentiments se bousculaient en elle depuis que cette mission avait commencé. Abby avait l'impression d'être une cocotte-minute. Il fallait que la vapeur s'échappe ou bien son cerveau allait imploser sous le coup de la pression et des horreurs vues en un temps record. Elle n'était pas forte, elle n'était pas bien armée, mais, par les dieux, ce coup-de-poing devait être donné. Elle n'en tira aucune satisfaction, juste une accalmie avant que les questions ne reviennent envahir son esprit. Elle avait envie de lui cracher à la figure tellement de choses. De parler d'Héloïse, du fait d'avoir sauté l'otage, du monstre qu'il était. Trop de phrases en même temps, la laissant muette.

La demi-déesse réalisa vite le défaut de se laisser guider par la colère. On ne pensait plus sur le long-terme. Elle avait distraitement espéré que les autres prendraient le relais et compris rapidement son erreur lorsque le bras de Mercedes lui serra la gorge. Idiote, idiote, idiote. Elle avait baissé sa garde, oublié qu'elle avait affaire à un ennemi, simplement parce que ce dernier était un visage familier. À nouveau, elle se retrouva à subir la situation. Impossible d'utiliser son enjôlement avec cet idiot qui lui serrait la gorge pour faire d'elle un bouclier humain. Elle ne pouvait même pas hurler au rouquin de tirer, que c'était sa faute si la situation avait merdé. Merde, faire tout çà pour finir comme une demoiselle en détresse. Elle enrageait contre elle-même tout en se débattant le plus possible. Hors de question de jouer les otages dociles. Malheureusement, plus elle s'agitait et plus l'ennemi renforçait sa prise sur sa gorge.

Sans qu'elle ne puisse vraiment réaliser comment, la fille de Vénus s'était retrouvée à terre, pris entre le marteau et l'enclume, c'est-à-dire entre les coups du rouquin et la cible de cette fureur. Abby se protégea du mieux qu'elle put tout en essayant à nouveau de se dégager. Elle réussit à rouler sur le côté après ce qui lui parut une éternité. Son premier réflexe fut de se masser la gorge endolorie en rampant à reculons.

Que pouvait-elle faire ? Par deux fois, elle avait agi et par deux fois son action s'était retournée contre elle. C'était pour cela qu'elle détestait être en première ligne. Cependant, elle ne pouvait pas rester là et dire, après la bataille qu'elle attendait que ceux avec des pouvoirs offensifs se bougent à sa place. Son regard tomba vers l'arme de Mercedes. Abigail venait tout juste de se relever que l'autre ennemi les menaçait avec l'arme que le rouquin avait laissée tomber. La demi-déesse serra les poings en étouffant un juron. Pouvait-elle retenter le coup fait à Mercedes malgré sa gorge qui lui faisait encore mal ? Pouvait-elle prendre le risque ?

La réflexion d'Ofelia lui arracha un rire, le genre qu'on fait lorsque la situation est tendue. Une sorte de soupape pour évacuer la tension. L'action d'Ofelia fut rapide et efficace. Abygail songea : c'est ça la différence entre une demi-déesse comme elle qui vit en dehors de toute protection et moi qui reste sagement à la Nouvelle Rome. Frederick avait aussi tenté un truc en jetant sa flasque. La blonde au flingue n'était plus une menace. Sans attendre, Abby se rua sur l'arme que Mercedes avait fait tomber. Elle n'avait pas l'habitude de ce genre d'arme, mais cela serait toujours mieux que son pauvre glaive inutile contre les mortels. "Tu as raison, je n'ai rien pris d'utile, on va vite rectifier ce point." Dit-elle en mettant Mercedes en joue. On pouvait voir une profonde rancune dans son regard, ce qui pouvait compenser le manque d'assurance dans sa prise. Elle ne savait vraiment pas comment bien tenir ce truc, sauf en se calquant sur la posture qu'avaient les flics dans les films. Ofelia avait ramassé l'autre arme alors Abby en profita pour rectifier sa prise en singeant son amie.

Le fils d'Athéna revint sur le devant de la scène en disant qu'il allait s'occuper de Mercedes. Abigail fronça les sourcils. Son regard passa du dernier arrivé à celui qui était mis en joue par trois armes différente. Quelque chose n'allait pas, mais elle était incapable de mettre le doigt dessus. "Je t'accompagne. Ce n'est pas que j'apprécie particulièrement ta compagnie, mais, mon enjôlement sera plus utile que tes tortures pour lui tirer les verres du nez." Elle leva un sourcil pour sous-entendre qu'elle pourrait très bien s'en servir maintenant pour lui faire accepter son aide. Un coup de bluff que la fille de Vénus était prête à concrétiser s'il le fallait. Ensuite, elle lança un regard rempli de détermination vers Mercedes. "Et il y a certaine chose que je veux savoir de lui."

Si elle ne visait plus l'agent, Abby n'avait pas lâché pour autant l'arme dérobée. Le poids de l'objet semblait étrange dans ces mains, comme si cela sonnait comme un blasphème pour un demi-dieu de tenir une arme à feu. Instinctivement, lorsqu'il fut question de l'autre agent, la fille de Vénus se tourna vers Ofelia pour connaître la réponse. Elle espérait très fort que quelqu'un d'autres allait prendre les choses en main, Abigail ne voulait pas jouer au chef. Cela ne lui avait pas vraiment porté chance jusqu'à présent.

_________________
It's Over, Isn't It?
It's over, isn't it? Isn't it? Isn't it over? It's over, isn't it? Isn't it? Isn't it over? You won and he chose you, and she loved you and she's gone. It's over, isn't it? Why can't I move on?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And hell itself my only foe. » (Salem, Massachusetts)   Lun 20 Juin - 21:28

22 avril 2016 – La situation qui se déroulait sous ses yeux à moitié clos par l’épuisement était loin d’amuser le jeune homme roux dont on ne pouvait même plus deviner les émotions à cause des tâches noires et rouges qui coloraient son visage. Tels des hyènes avides, les demi-dieux étaient en train de se partager les deux prisonniers. Frederick hésitait sur le sort qu’il souhaitait consacrer à ces deux personnages. La cause qu’ils servaient lui semblait pathétique, qu’est-ce qu’une bande de gamins boiteux de dieux pouvait bien avoir fait au monde pour mériter une telle traque, les monstres suffisaient déjà bien assez comme cela. Ils pouvaient mourir, le jeune homme n’y voyait aucun inconvénient, ils avaient bien explosé leur otage sans plus d’état d’âme et le retour des grecs dans leur camp s’en voyait noirci, quelles que soient les explications que Deirdre et Frederick préparent, la faute allait obligatoirement leur retomber dessus. Il les maudissait déjà tous à l’avance. Vasiliy voulait récupérer le gars. Frederick se demandait tout de même ce qu’il allait bien pouvoir en faire et puis il ressentait une complicité naissante avec cet homme qu’il ne connaissait pas et qu’il avait pourtant battu à mort, expérience nouvelle pour lui.

Frederick cherchait désespérément une réaction de Deirdre mais celle-ci continuait à mener la garde devant la porte de l’entrepôt, il allait devoir représenter à lui seule la « cause » grecque, cette perspective ne l’enchantait nullement. Cependant, il savait que son camp avait souffert, que beaucoup de demi-dieux attendaient une réponse, une explication et Frederick savait qu’ils avaient droit à ces interrogations. Seulement, un des deux prisonniers semblait déjà hors jeu, il ne restait plus que la furie blonde. Son regard se fixa sur elle, la synchronisation du pouvoir de la romaine et de l’explosion de la flasque semblait l’avoir rendue à la terre. Etait-elle morte ? Remballant sa délicatesse et obligeant ses jambes à s’aligner il tacha de tâter du bout de son pied le corps de la jeune femme, un gémissement s’en échappa, elle vivait. « Celle-ci est pour nous. » Il avait peur d’un refus, mais personne ne semblait avoir encore le courage de négocier. « Nous attendons des réponses également, nous l’interrogerons comme il se doit. » Il imaginait déjà les terribles chefs de bungalow autour de cette déesse mortelle, sa chevelure blonde et son visage couvert de balafres rouges comme ses tuniques que ses romains conservateurs s’amusaient encore à porter. D’un geste qu’il voulait doux il attrapa la jeune femme par la taille et la déposa par le ventre sur son épaule, elle ne pesait pas grand chose, et il fut surprit que son corps qu’il avait pourtant tellement sollicité depuis quelques heures accepte cette charge supplémentaire. La tête de la nouvelle otage tanguait dangereusement au dessus des fesses du jeune homme. Il la tenait solidement par le haut des jambes, mais elle semblait pour le moment hors d'état de nuire, après tout elle avait tout donné pour le tuer, un petit voyage vers la colonie semblait pour cette femme dont il ignorait tout une pure croisière de repos. Cette image le ranima.

Il regardait Deirdre, elle s’était absentée de sa pensée depuis qu’il avait franchi la porte de cet entrepôt rempli à présent de sang. « C’est mieux que rien. » lui lança t’il tristement. L’horrible odeur de chaire humaine brûlée le dégouta, avec les contractions de douleur qu’il ne sentait plus mais qui était tout de même présentes dans son vente il dut se retenir de ne pas vomir. « Allez Deirdre, on se tire. » Il ne trouvait pas nécessaire de saluer les autres demi-dieux. « Qu’ils se démerdent avec l’autre, celle la suffira. »

L'écume et le bruit des vagues bercèrent son retour vers la mer. Ses blessures le tiraillaient, mais la mission n'avait qu'à moitié échoué, et il savait que son père, Dionysos, ne lui ferait aucun commentaire. Et puis Deirdre était à peine à quelques centimètres de lui, alors tout allait bien ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORTEL INSOUCIANT.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 113
parmi nous depuis le : 16/09/2015

MORTEL INSOUCIANT.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And hell itself my only foe. » (Salem, Massachusetts)   Lun 20 Juin - 23:37

22 avril 2016 - En soit les choses ne se déroulaient pas trop mal, quand je parlais d'emporter Mercedes mes camarades du soir ne semblaient pas particulièrement avoir de problème avec ce fait. Voila qui était tout de même … agréable sachant comment plus tôt ces derniers avaient du mal avec ma personne ! Il n'y eut qu'un micro point noir : La jeune fille blonde qui voulait m'accompagner pour pouvoir elle aussi interroger Mercedes. Sa décision était plutôt compréhensible, à sa place j'aurais voulu en faire autant et elle avançait là de bons arguments qui m'auraient convaincu si … eh bien si je voulais réellement l’interroger ! Bien sûr j'allais lui poser quelques questions sur cette soirée on ne peut plus explosif après l'avoir soigné mais je ne pensais pas non plus le passer plus à tabac qu'il ne l'avait déjà été pour ça. Mais en plus … n'étais-ce pas elle qui avait le pouvoir de voir les liens entre deux personnes ? Heureusement je n'étais pas le meilleur pote de Mercedes mais … avec un peu de jugeote cette gamine pourrait très très vite devenir problématique. Bien entendu, une balle dans la tête une fois seul à seul et ce serait réglé mais je préférais éviter de faire des vagues encore quelque temps, agir dans la hâte risquerait de faire s'écrouler tout ce que j'avais construit jusqu'à maintenant et puis … Frédérick avait décidé d'emporter l'autre agent, ce qui en soit était une chose que je leur avait proposé mais qui, plus j'y réfléchissais, surtout en voyant ses plaies qui laissaient à penser que quelqu'un avait mis de lourds efforts pour la maintenir en vie, risquait de totalement déplaire à celui que je menaçait en ce moment de mon arme, brisant là encore une fois le peu que j'avais réussit à construire et m'obligeant à repartir de presque zéro au niveau du DLCEM, ce qui n'était pas envisageable.

Attrapant le corps de l'agent que je faisais passer par dessus mon épaule, je regardais en direction de la porte puis de Abigaïl qui elle était encore présente. « Bon, tant qu'à faire les interrogations en groupe, autant tous les interroger en même temps, non ? Et j'ai peur que le berzerk de l'alcool, avec tous les coups qu'il s'est prit et qu'il a donné surtout, fasse l'erreur de la ramener à la colonie. Il ne manquerait vraiment plus que ça. » Je voulais en effet éviter de me retrouver dans l'incapacité de récupérer le nouvelle otage mais je ne mentais pas … la ramener à la colonie serait la pire des erreurs car, de ce fait, ils attireraient juste encore une fois les foudres de l'organisation qui s'amuserait à leur envoyer une ogive dans la gueule ou que sais-je encore. Je fis un petit signe de la tête à Aby, un léger sourire aux lèvres, avant d'ajouter « Allez viens, on va essayer de les rattraper. En chemin on trouvera un coin plus sûr où les conserver, je connais quelques lieux et vous devez aussi en avoir quelques uns. » Et sur ce je sortais de l’entrepôt, vérifiant rapidement que personne ne nous attende dehors, essayant de rattraper le premier groupe comme je le pouvais avec ce poids sur les épaules. Quand on aurait trouvé un nouveau lieu, je réfléchirais à un nouveau plan.
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And hell itself my only foe. » (Salem, Massachusetts)   

Revenir en haut Aller en bas
 

☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And hell itself my only foe. » (Salem, Massachusetts)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

 Sujets similaires

-
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - INSCRIPTIONS.
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And they were ennemies. » (Scranton, Pennsylvanie)
» j'ai deux question qui m'intrigue
» [Résolu] addition de deux variable.
» Un ascenseur pour deux memos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: le reste des états-unis.-