Partagez | .
 

 ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And they were ennemies. » (Scranton, Pennsylvanie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
avatar
SANG-MÊLÉ GREC.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : colonie des sangs-mêlés
messages : 530
parmi nous depuis le : 08/04/2016

SANG-MÊLÉ GREC.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And they were ennemies. » (Scranton, Pennsylvanie)   Lun 6 Juin - 18:38

22 avril 2016 ; Tout allait bien se passer. Du moins c’était ce qu’elle aurait voulu penser, ce qu’elle aurait voulu croire, ce qu’elle aurait voulu entendre. Au lieu de quoi, chaque seconde devenait un peu plus confuse que la précédente. Lily-Rose avait à peine conscience de sa main appuyée contre son flanc, à l’endroit où la balle était entrée, et tant mieux dans un sens car la vue du sang qui s’en écoulait l’aurait sans doute aidée à tourner de l’oeil. Ce n’était pas le moment pour ça, même dans son état critique, elle le savait. Logan, parti en éclaireur, ne donnait toujours pas signe de vie, et leurs deux aînés s’étaient fait la belle avec la femme du camp ennemi. Il ne restait que TJ, lui aussi blessé, Jules qui portait toujours l’augure romaine, et elle qui se battait contre la douleur, bien décidée à ne pas mourir pendant cette stupide quête ou avant d’être rétablie et de pouvoir laisser sa fureur se déchaîner contre ceux qu’elle considérait comme des traîtres. Paradoxalement, cette rage fut son salut car concentrer ses dernières ressources intérieures autour de ce sentiment lui permit de tenir le coup. Elle raffermit sa poigne sur le bras de Jules de son autre main, celle qui n’appuyait pas sur la blessure. C’était étrange la façon dont le temps semblait s’écouler d’une manière différente pour eux deux. De son point de vue, tout se déroulait au ralentit, les secondes étaient atrocement, douloureusement longues et elle devait lutter de toutes ses forces pour ne pas perdre toute perception du monde autour d’elle et enregistrer les événements auxquels les trois jeunes demi-dieux devaient faire face. Au contraire, le fils de Mars semblait en panique, en proie à trop d’événements simultanés dont il ne parvenait plus à garder le contrôle. Ses propos étaient désordonnés mais elle tentait de se focaliser sur sa voix. Elle l’entendit hurler à Logan de se ramener au plus vite, ce qu’elle ne pouvait qu’approuver. Non seulement ils avaient besoin de lui, mais en plus elle avait détesté l’idée de le laisser partir seul avec ses deux blessures depuis le début. Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Ce n’était néanmoins pas le moment idéal pour se laisser gagner par des idées noires. L’inquiétude qui montait en elle la fatiguait, la vidait de ses dernières forces. Et cette douleur qui ne la lâchait pas, ce serait tellement simple de se laisser aller… La voix de Jules s’était adoucie et la berçait presque à présent. Il avait pris le relais pour appuyer contre sa plaie et elle n’avait même pas senti ses muscles se relâcher au moment où elle lui avait laissé la place. Il lui parlait doucement, lui dit enfin ce qu’elle désirait entendre : tout irait bien. Alors, à quoi bon lutter ?

Lily-Rose était à deux doigts de se laisser sombrer dans l’inconscience lorsque Lyllian-Aaron revint vers leur petit groupe. Ses yeux s’emplirent de terreur lorsqu’elle le vit s’approcher d’elle. La dernière fois qu’elle l’avait vu, il partait tranquillement avec l’ennemi, autant dire qu’elle ne fondait pas sa confiance en sa personne. Cependant, elle était bien trop faible pour se débattre. Elle le laissa l’allonger sur le sol et se perdit bien vite face à ce qu’il faisait. Il agissait rapidement, avec méthode, et elle était bien trop fatiguée pour enregistrer chaque geste. Elle sentit vaguement qu’il l’entourait de ce qui devait être une ceinture et il marmonna deux trois mots comme quoi elle n’allait sans doute pas apprécier la suite. Elle aurait bien aimé répliquer par l’une des fameuses piques sarcastiques auxquelles elle les avait habitués Haytham et lui depuis le début des événements, mais tout ce qui sortit de sa bouche fut un cri étouffé au moment où il serra la ceinture à lui en couper le souffle et la redressa pour la remettre sur ses pieds. Elle ne put faire autrement que d’agripper Lyllian-Aaron de toutes ses forces, serrant les poings et se mordant les lèvres pour ne pas se laisser aller à la douleur. Elle avait pensé qu’avec la balle, elle avait connu le pire, mais cela avait été bien naïf de sa part. Le garrot improvisé lui permit pourtant de regagner peu à peu ses esprits. Elle avait du perdre beaucoup de sang à en juger par la faiblesse qui s’inscrivait dans chaque parcelle de son corps, mais au moins son état semblait s’être stabilisé pour l’instant. Jules, fidèle à lui-même, y alla de sa petite réplique envers le manque de délicatesse de l’aîné. Qu’il n’aille pas croire que son geste de secours allait lui faire oublier sa complicité avec le traître. « - Ça va, je vais…bien. » Elle n’allait pas bien du tout et prononcer ces quelques mots lui arracha presque une grimace de douleur, mais quel choix avait-elle que de tenter de rassurer ses compagnons ? Ils ne s’étaient pas tous mis dans un état critique pour échouer si près du but. Ils allaient ramener la prisonnière toujours inconsciente, et vite.

Lorsque tout le monde eût cessé de s’inquiéter pour elle, Jules trouva le plan idéal pour les faire déguerpir loin d’ici mais les dieux avaient du décider que ce serait bien trop facile sans une dernière épreuve. Un agent tenta de s’interposer pour les empêcher de fuir et avant même qu’elle ne réalisât pleinement ce qui se passait, TJ s’était déjà jeté sur lui dans un geste désespéré. Un cri de stupeur s’échappa de ses lèvres. Le Romain et l’ennemi roulaient en mêlée sur le sol et elle ne parvenait pas à distinguer qui prenait l’avantage. Après ce qui lui sembla être de longues minutes interminables, un coup de feu retentit, et l’agent s’écroula. Elle n’osa même plus être soulagée puisque, à chaque fois qu’elle pensait qu’ils étaient allés au bout de leurs peines, une nouvelle difficulté leur tombait dessus. La suivante ne tarda pas à se manifester : épousant le contre choc de la montée d’adrénaline qui lui avait permis de se battre, le fils de Vénus tomba dans l’inconscience, affaibli par les blessures qu’il avait reçues. Encore une fois, Lyllian-Aaron prit les choses en main. Elle haïssait ce ton suffisant qu’il prenait pour leur exposer la situation et l’aurait volontiers envoyé se faire foutre, mais elle devait avouer ne pas posséder de meilleure solution que celle qu’il proposait. Le demi-dieu avait tapé juste : ils étaient contraints de lui faire confiance s’ils voulaient espérer obtenir une chance de s’en tirer. Cette perspective ne la réjouissait guère, et plutôt que de répondre à ses longs discours, elle se tourna vers Jules à qui elle donna une épingle qu’elle venait de retirer dans ses cheveux. « - Pour la serrure de la voiture. » crut-elle bon d’ajouter en guise d’explication. L’aîné n’attendit pas pour voir si Jules s’en sortait avant de prendre TJ dans ses bras et de partir avec lui. Il avait bredouillé quelques mots expliquant qu’il connaissait le Romain et Lily-Rose garda cette information dans un coin de sa tête : était-ce du bluff ? TJ ne lui avait rien dit à ce propos lorsqu’ils s’étaient retrouvés seuls. Un bruit de moteur se fit entendre, la sortant de ses réflexions. Elle crut d’abord que Lyllian-Aaron déguerpissait déjà, mais c’était autre chose. Les autorités mortelles étaient en train d’arriver. Merde, merde, merde, il ne manquait plus que ça. La dernière chose dont ils avaient besoin était de démêlés avec la justice mortelle. Elle envoya un regard pressant à son camarade. « - Jules… vite, la voiture… » Elle prit ensuite une profonde inspiration. Ce qui l’attendait promettait d’être difficile. Elle tenta de rassembler ses dernières forces pour mobiliser la Brume qu’elle sentait danser tout autour d’elle. En tant normal un tel tour n’était qu’un jeu d’enfant, mais dans son état, elle risquait de perdre connaissance sous le poids de l’effort.


lancer de dés
oui
, lily-rose parvient à mobiliser ses forces restantes pour contrôler la Brume. Les policiers ne voient rien d'anormal dans la scène sous leurs yeux et continuent leur chemin. cependant elle en ressort encore plus affaiblie. non, l'effort est trop grand et elle échoue, la police risque d'aborder un des deux groupes.

_________________

be a freak like me too

now here i go again I see a crystal vision, i keep my visions to myself. it's only me who wants to wrap around your dreams. have you any dreams you'd like to sell? dreams of loneliness acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 868
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And they were ennemies. » (Scranton, Pennsylvanie)   Lun 6 Juin - 18:38

Le membre 'Lily-Rose Liebherz' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
IULIUS DIVINUS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Camp Jupiter.
messages : 317
parmi nous depuis le : 06/03/2016

IULIUS DIVINUS

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And they were ennemies. » (Scranton, Pennsylvanie)   Mar 7 Juin - 20:14

22 avril 2016
L'autre lui tapait sur les nerfs comme ce n'était plus permis. Mais puisque ce n'était pas le moment de faire une scène, ni de lui coller son poing dans la figure ou dans un autre endroit où le choc serait encore moins agréable, le jeune fils de Mars ne céda pas à sa colère et retint ses coups de justesse. Se faire donner des ordres n'était pas dans ses habitudes, enfin, pas venant de la part d'un type inconnu, franchement louche sur les bords. Et quand il annonça prendre TJ à part... Il n'eut pas le temps de lui balancer un « espèce de connard reviens là touche pas à un seul de ses cheveux » que déjà le type avait embarqué son meilleur. Lui, il allait le tuer un de ces jours. En quoi partir tous ensemble les mettraient d'avantage en péril ? Drôle de logique. Entre faire un caprice et récupérer le fils de Venus et sauver rapidement le reste de la troupe son choix fut vite fait. TJ allait se débrouiller, il le récupérerait plus tard. Et casserait la gueule à ce con prétentieux qui l'avait kidnappé, profitant sans doute de ses faiblesses.

« Tient bon Lily-Rose... »

La jeune femme était de plus en plus faible, il le sentait. Et l'augure qui n'avait toujours pas émergé de son sommeil forcé... La jeune femme lui avait tendu une barrette qu'il s'empressa d'attraper. Oh, il n'en avait pas tellement besoin pour forcer des voitures. Ses poings suffisaient amplement. Mais dans un curieux élan de galanterie il accepta son offre sans rien dire. Évidement la suite fut à l'image de leur journée ici, foireuse. Une vitre cassée plus tard, il installait l'augure sur le siège du mort (il espérait vraiment qu'aujourd'hui il portait mal son nom) et ouvrit la portière arrière pour y installer Lily-Rose.

« Logan surveille son état pendant le trajet ! »

Les autorités étaient quant à elle en train d'arriver. Et la jeune femme n'allait pas pouvoir les sauver bien longtemps alors quand tout le monde fut u moins posé dans la voiture, Jules démarra, faisant crisser les pneus et vibrer le moteur. Leçon de conduite sauvage avec Jules, c'est partit. Être doux pour éviter à Lily-Rose de souffrir d'avantage et rouler le plus vite possible pour échapper à tout ce merdier... c'était compliqué, impossible en fait. Alors la pédale de l'accélérateur s’enfonça un peu plus.

« Direction le Camp Jupiter, on a réussis les gens, on... On a Fanny. »

C'était au moins toujours ça de gagné, non ? Certes, il y avait des blessés. Et évidement, c'était parmi les gens qu'il appréciait. Mais ils avaient réussis, dans le fond, leur mission. Un coup d'oeil dans le rétro lui indiqua que les forces de l'ordre avait sûrement perdus leur traces, grâce à la jeune femme sans doute. Sa mission suivante serait d'aller récupérer TJ, qui roulait quelque part avec l'autre barge dans une direction inconnue. Il le savait, après ce jour, rien ne serait plus pareil entre eux. Entre lui, Logan, TJ, Lily-Rose, il avaient affronté la mort ensemble. Et le fils de Mars avait encore tant de questions à poser...


_________________
Un meilleur ami est comme un trèfle à quatre feuilles; difficile à trouver et chanceux de l’avoir. Nous sommes des monstres magnifiques.
& découvre jules.

Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And they were ennemies. » (Scranton, Pennsylvanie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And they were ennemies. » (Scranton, Pennsylvanie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

 Sujets similaires

-
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - « And they were ennemies. » (Scranton, Pennsylvanie)
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO DEUX - INSCRIPTIONS.
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO UNE ; à quoi tu danses ?
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Rez-de-chaussée - Golf du Mexique)
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Terrasse du Yacht - Golf du Mexique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: le reste des états-unis.-