Partagez | .
 

 Quand retrouvailles riment avec funérailles. (Marvin & Tamara, terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1490
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Quand retrouvailles riment avec funérailles. (Marvin & Tamara, terminé)   Dim 26 Juin - 16:25

Quand retrouvailles
riment avec funérailles  
▬ HAYTHAM MARVIN & TAMARA


Marvin en était convaincu. Il n'y avait qu'une apocalypse zombie qui aurait pu faire oublier toute prudence à ces deux visiteurs. L'état de Tamara et le fait qu'elle l'appelle soudainement par son prénom, chose qu'elle n'avait jamais faite en dix ans, étaient autant d'indices que l'heure était grave. Le blondinet prit place avec docilité, inconscient de la nouvelle qui allait lui tomber dessus. L'informaticien parla de l'éventualité d'une morsure. Un autre fait grave tout à fait possible en cas d'attaque zombie. Il avait vu assez de films pour avoir la certitude que ce genre d'accident pouvait arriver même aux meilleurs.

Pour toute réponse, Haytham lui demanda d'arrêter. Marvin parut un instant offusqué. "Je suis très sérieux." Répliqua-t-il avant de se rembrunir devant la suite. Donc... Ce n'était pas les zombies. Le regard du geek passa rapidement d'un de ces interlocuteurs à l'autre, dans l'espoir de trouver un indice. Tamara commença en restant vague, parlant du fait que la nouvelle allait le dévaster. Le blondinet fronça les sourcils avec une expression interdite. Apprendre la nouvelle au travail ? Est-ce qu'il était renvoyé ? Ou bien Tamara était renvoyé ? Ou tous les deux renvoyé ? Il ouvrit la bouche, mais un coup d'œil en direction d'Haytham l'incita au silence. Toutes ces hypothèses semblaient bien fantaisistes en comparaison à la triste vérité.

L'effet fut immédiat. Marvin écarquilla les yeux devant l'annonce dite sans fioriture. Il faillit demander à Tamara de répéter, espérant avoir mal entendu. Ensuite, il espérait qu'il s'agissait d'une blague. Cela se sentait à sa manière de lancer un coup d'œil en direction du demi-dieu. "Non, non, non, c'est impossible. Pour avoir son adresse, il aurait fallu que vous... Ayez... Accès... À..." La fin de sa phrase s'était faite avec lenteur tandis qu'il se repassait mentalement la dernière fois qu'elle avait vu l'agent de terrain. Soudainement, le coup du café qui avait conclu la visite de Tamara à son bureau avait un tout autre sens. "Vous avez fouillé dans mon ordinateur !" S'exclama-t-il avec la sensation d'avoir été trahi. Dire qu'il avait mis une guimauve dans ce café pour lui remonter le moral ! On aurait pu croire que le sens des priorités de Marvin était étrange. En réalité, sous le coup de la nouvelle, il assimilait tout avec un temps de retard. On pouvait suivre le cheminement de ces pensées en temps réel en inspectant son visage.

Il se mit la main devant sa bouche tandis que ces yeux trahissaient une profonde tristesse alors qu'il assimilait le passage du bus. Puis, soudain, son visage se mura dans une expression impassible tandis que la réalité de la situation s'imposait. "C'était il y a combien de temps ?" Demanda-t-il en inspectant de haut en bas le look 'particulier' de Tamara. "Une ambulance l'a emmené ? C'était une ambulance du département ou une normale ?" Continua-t-il. Il lança un bref regard à sa montre. Il se lança ensuite dans une série de bredouillement, calculant les trajets, estimant les temps de réaction et d'autres détails incompréhensibles. "Je... Je dois passer un appel." Bredouilla-t-il en se levant. Comme pour joindre le geste à la parole, il sortit son téléphone portable de sa poche et alla dans une autre pièce.

Quelque part, il avait espéré apprendre en téléphonant au père d'Azazel que tout cela n'était pas en train de réellement se passer. Marvin dut se forcer d'avoir un ton joyeux en demandant s'il pouvait parler à Az, puis faire celui qui apprenait la terrible nouvelle. Ensuite, seulement, il pouvait arrêter de jouer la comédie et laisser libre cours à son chagrin tandis qu'il échangeait quelques mots avec son interlocuteur. La conversation se termina sur la promesse de lui communiquer la date de l'enterrement. Marvin remercia le père d'Az avait de raccrocher. Lorsqu'il retourna dans le salon, il était dévasté et sembla surpris de voir que Tamara et Haytham étaient encore là. En silence, il se rassit à sa place. Il ne savait quoi penser, quoi dire, quoi ressentir. Tout se mélangeait. Il se frotta le front, comme si ce geste pouvait l'aider à faire le tri.

Marvin ne leva la tête que lorsque Tamara lui intima de dire quelque chose. "Avec Az... On parlait souvent de... Ce qui se passerait si notre vie n'était qu'une de ces séries télévisées et quel rôle on aurait dedans. Moi, je me voyais comme le sidekick rigolo, lui il disait que je pouvais être le personnage principale et qu'il serait mon acolyte. Dans ce genre de série, il y a toujours un épisode où l'acolyte disparaît et... Je lui avais promis que s'il lui arrivait un truc, je ferais tout pour le retrouver et le sauver." Il baissa la tête avec un soupir. "C'est pour des personnes comme lui que j'ai signé. Je voulais rendre le monde plus sûr pour lui. Et en fait, c'était un demi-dieu et... Maintenant, il est mort." Il eut un sourire sans joie, comme s'il venait de raconter une blague à la chute amère. Il continuait de se frotter le front. "C'est vraiment une histoire stupide, désolé." Bredouilla-t-il.

Puis, il sembla de nouveau perdu dans ses pensées. Ni les nouvelles excuses de Tamara ni sa proposition de faire quelque chose pour l'aider ne le firent réagir. Ce fut le discours d'Haytham qui le tira finalement de son mutisme. Bien que Marvin serrât les poings, on ne pouvait pas dire si c'était par colère ou si la tristesse était encore l'émotion dominante. "Je ne sais même pas contre lequel d'entre vous, je suis le plus en colère ! Je comprends que vous étiez inquiète." Dit-il en faisant un geste en direction de Tamara puis il se tourna vers Haytham pour poursuivre : "et je peux comprendre aussi que vu les derniers événements, tu avais besoin de boire pour oublier. Même si ça me fait mal d'apprendre ce genre de chose alors que j'ai pris sur mon temps libre pour te chercher sans avoir accès aux programmes du boulot. Mais..." Il poussa un soupir exaspéré. "Je suis quoi pour vous, bon sang ?! Je croyais qu'on était amis. Ou au moins que vous me fessiez confiance. Moi, je vous faisais confiance." Il pointa ces deux interlocuteurs tours à tour. "Vous deux, j'aurais dû vous dénoncer normalement. C'était mon devoir. Mais je ne l'ai pas fait. Et toi." Dit-il en pointant du doigt le demi-dieu. "Lorsque tu m'as dit qu'elle..." Il pointa du doigt Tam. "...Était fan de Star Wars, je n'ai rien dit non plus et pourtant, j'avais une centaine d'occasions de le faire. Par jour."

Après son discours, Marvin s'enfonça d'avantage sur le canapé. "Aurait dût, pourrait faire... Dire tout cela ne sert à rien, parce qu'Az est mort." Sur cette dernière note, l'informaticien se recroquevilla et enfonça son visage dans ses mains en étouffant un sanglot.



© Gasmask

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 907
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Quand retrouvailles riment avec funérailles. (Marvin & Tamara, terminé)   Lun 27 Juin - 13:49

Quand retrouvailles
riment avec funérailles  
▬ HAYTHAM MARVIN & TAMARA



Voilà, la nouvelle avait été annoncée, sans chichi, brute de décoffrage, tel un pansement qu’on arrache d’un seul coup, tel un boulet de canon… Tamara retenait son souffle, épiant les réactions éventuelles de son collègue. Elle avait le regard le plus triste qu’on ait pu lui voir, désolée d’avoir à faire de la peine à un être aussi gentil que Marvin. Ce dernier commença par nier, se demandant comment elle avait pu avoir eu l’adresse du gamin, étant donné que la seule manière de l’avoir était d’avoir eu accès à l’ordinateur de l’agent Knight. Tam ferma les yeux, grimaçant légèrement. Pas besoin de confirmer, il avait très bien compris. Elle s’était servie de lui, après qu’il ait conté l’histoire de l’attaque du camp. Elle l’avait manipulé, jouant une affreuse comédie pour qu’il quitte son bureau afin de pouvoir dégoter l’adresse d’Azazel. A présent elle en avait honte, elle regrettait amèrement de s’être aussi mal conduite avec le blondinet qui lui, avait toujours été là pour lui rendre service. Et dire qu’il l’admirait, alors qu’en cet instant, l’agent de terrain se méprisait. Elle réalisa alors que pour Haytham, elle était vraiment prête à n’importe quoi. L’irlandais l’avait changée, et ce deux fois durant toute sa vie. La première fois fut lorsqu’il se volatilisa, vingt-sept années auparavant.

Marvin réalisa enfin que sa collègue avait fouiné dans les données de son PC pour parvenir à ses fins. Ce qui choqua le plus la petite brune, ce fut que sa première réaction et pensée vis-à-vis de l’annonce de la mort de son « neveu », soit pour cette donnée. Sa première parole ne fut pas pour Azazel, mais pour son foutu ordinateur. Ah ces geeks… décidément, ils ne réfléchissaient pas comme tout le monde. L’agent Lond avait rouvert les yeux, observant d’un air navré le visage de Marvin se décomposer, signe qu’il encaissait la nouvelle. Tam inspirait lentement, tâchant d’être la plus silencieuse possible. Le regard du blondinet changea lorsqu’il la regarda, et cela lui fit presque froid dans le dos. Voilà qu’il posait des questions sur le jeune demi-dieu à présent. Il avait bel et bien capté. L’agent de terrain hésita une demi-seconde mais répondit du tac-o-tac, pour éviter de faire souffrir d’avantage son interlocuteur. Il avait besoin de réponse, et elle ne pouvait que comprendre cela.

-Une heure, peut-être deux, répondit-elle en jetant un rapide coup d’œil à sa montre.

A vrai dire, elle avait quelque peu perdu la notion du temps suite à l’accident avec le bus. A partir du moment où la vie du jeune homme s’était envolée et qu’il avait rendu son dernier souffle, tout avait semblé tourner au ralenti autour d’elle, elle avait à peine entendu l’ambulance arriver. Elle avait regardé, comme détachée de son corps, la dépouille du demi-dieu être embarquée, puis un agent l’avait sortie de sa léthargie pour l’interroger.

-Oui, j’ai appelé une ambulance… une du QG… je ne savais pas quoi faire d’autre…

Tamara ne comprit pas vraiment ce que Marvin essayait de dire par la suite, elle essayait même de lire sur ses lèvres mais tout semblait confus, ce qui paraissait normal au vu de la situation. L’agent de liaison fit ensuite comprendre qu’il devait téléphoner. Sans doute au père d’Azazel. Il sortit son téléphone portable et s’isola dans une autre pièce. La petite brune prit une lente inspiration et se retourna doucement vers Haytham pour sonder son regard et y chercher du réconfort.

-J’ai été trop brusque ? demanda-t-elle à mi-voix.

Une chose était sure, elle se sentait vraiment mal. Elle ferma les yeux une nouvelle fois, retenant des sanglots. Jamais elle ne s’était sentie aussi minable. Même avec la meilleure volonté du monde, même Hay ne pouvait rien pour lui remonter le moral. A part peut-être s’il lui annonçait qu’il savait comment remonter le temps. Lentement, elle s’approcha du fils de Mars et posa sa tête sur son épaule quelques secondes. En entendant bouger dans la pièce voisine, Tam comprit que le propriétaire des lieux ne tarderait plus à revenir, elle se remit donc à sa place initiale, attendant son retour, qui ne se fit guère languir. Le blondinet semblait anéanti, comme l’avait pressenti sa collègue. Quoi de plus normal après tout ? Après quelques secondes, l’agent de terrain osa demander à l’informaticien, d’une toute petite voix, de dire quelque chose. C’était surtout pour évaluer l’état dans lequel il se trouvait. Marvin raconta une anecdote vraiment adorable et personnelle sur lui et son « neveu ». C’était très touchant.  L’était-ce parce que Tam était émue à cause des événements ? Elle était incapable de le dire, mais en tout cas, elle était encore plus triste pour lui à présent. Elle secoua la tête lorsque le blondinet s’excusa, d’ailleurs pourquoi le faisait-il ?

-Mais non, ne dites pas ça, c’est faux…

Hay avait pris la parole pour essayer de lui remonter le moral, ce qui soulagea grandement Tamara qui n’en menait pas large et se sentait vraiment démunie face à la situation, étant donné que Marvin ne semblait pas entendre ce qu’elle disait. En revanche, il réagit à la voix de l’irlandais. Et contre toute attente, ce fut un déferlement de reproches… Enfin, si, quelque part c’était totalement compréhensible, mais Tam s’attendait à quelque chose de différent. Elle haussa les sourcils en se faisant pointer du doigt par un petit geek bien remonté. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, au contraire, elle était presque soulagée de le voir se mettre en colère. Et puis il fallait bien qu’il extériorise. Et elle, non ILS méritaient de se recevoir tous ces reproches dans les dents. Pendant tout le reste des accusations, la jeune femme perdit son regard vers le sol, un peu comme une petite fille ayant commis la pire bêtise qui soit et qui donc était punie. Mais soudain, quelque chose la fit lever les yeux vers l’informaticien endeuillé. Avait-il bien dit qu’Haytham avait balancé… qu’elle était fan de Star Wars dans sa jeune adolescence ?? Lentement, bouche bée, elle tourna son regard vers le fils de Mars, un regard qui trahissait une réflexion du genre « Toi et moi, il faudra qu’on discute ». Toujours était-il qu’à présent, Tam se sentait encore plus mal et culpabilisait d’avantage. Marvin avait toujours été un collègue et un ami exemplaire, ne trahissant aucun secret, faisant son maximum pour aider. Et elle, qu’avait-elle fait ? Elle l’avait manipulé, avait fouillé dans son ordinateur sans sa permission, et sans lui dire qu’elle allait rencontrer quelqu’un qui lui était cher. Et cette personne était tragiquement décédée par sa faute. Elle regarda Knight se recroqueviller d’avantage dans son canapé et sangloter.

-Je vous renouvelle mes excuses, Knight. Vraiment, je suis navrée…

Elle n’avait pas de mots pour exprimer à quel point elle était désolée, tout lui semblait sortir de manière si maladroite. Elle jeta un regard au demi-dieu, implorant son aide. Il avait l’air d’être devenu très proche de Marvin, peut-être pourrait-il l’aider, bien mieux qu’elle, à passer au-dessus de ça, se sentir un peu mieux ? Trouver des arguments de geek ou quoi que ce soit… Silencieusement, Tam s’approcha d’Haytham pour lui faire comprendre qu’elle ne savait plus quoi faire. Elle ne s’était jamais retrouvée dans une telle situation, et là, clairement, elle était perdue quant à la marche à suivre.




© Gasmask

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.


Dernière édition par Tamara Lond le Lun 27 Juin - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 978
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Quand retrouvailles riment avec funérailles. (Marvin & Tamara, terminé)   Lun 27 Juin - 13:50

Quand retrouvailles
riment avec funérailles  
▬ HAYTHAM MARVIN & TAMARA



Haytham rêvait d'être un héros quand il était enfant, une douce période où l'espoir et sa non-absence, laissaient entrevoir tant de belles choses. A présent, adulte et face à la réalité pas toujours facile à accepter, le héros avait fait place au lâche qui pour fuir cette dure réalité n'avait rien trouvé de mieux à faire que de s'improviser guide Routard des bars du coin. Sans cape, sans épée, il œuvrait avec des chopes de bières, des shooters de vodka entre autres, car si nous nous amusions à développer la liste de tous les alcools ingurgitaient au cours de ces derniers jours, nous pourrions prétendre être encore là le surlendemain. Hay durant cette période peu prolifique, ne combattait aucun ennemi malfaisant, non lui se contentant d'asseoir son cul sur un tabouret et de boire jusqu'à ne plus être en mesure d'épeler son nom correctement. La perte de mémoire (salutaire) ne durait malheureusement pas assez longtemps pour qu'il ne puisse se défaire de toutes ces images qui le hantaient lorsqu'il était sobre. Des ados morts sur le champ de bataille, des hommes armés qui ne laissaient aucune alternative de sortie à leur victime, des monstres en tous genre qui vous traques sans cesse, sous prétexte qu'ils se doivent de vous exterminer au nom de votre appartenance à la race des demi-dieux. Puis, dans ce chaos d'image, revenait encore et toujours celle émanant de l'attaque de la chimère, une attaque durant laquelle bien des vies furent anéanties. Haytham n'avait donc rien trouvé de mieux que l'alcool pour panser ses blessures. Honteux, il prenait la pleine mesure de ces actes à présent. Et autant vous dire que c'était douloureux, presque autant que les multiples blessures qui égrainaient son corps.

Mais dans le jeu de la culpabilité, Tamara Lond était-elle aussi en bonne voie pour gagner la partie. Elle qui semblait avoir volé des informations qui de toute évidence ne se trouvent pas en lançant le moteur de recherche sur internet. Hay s'en voulait encore plus, accroissant l'auto-flagellation silencieuse qu'il développait dans un coin de sa tête. La mâchoire serrée pour tenter de se contenir, il n'en demeurait pas moins silencieux, laissant les deux autres protagonistes de cette triste histoire, s'exprimaient. Pas besoin de mots de prime abord, le regard de désespoir que lui lança l'informaticien, suffit à fendre le cœur de l'Irlandais, impuissant que ne trouva rien de mieux à dire que « Je suis désolé Marvin » dans un murmure à peine audible. Son ami comprit alors la duperie dont il avait été la victime, laissant paraître au son de sa voix, une trahison à peine voilée à l'égard de cet agent qu'il admirait tant. Hay se sentit obligé d'intervenir à nouveau pour protéger Tam, comme lorsqu'ils étaient enfants. « -Marv attends ! C'est de ma faute, ne t'en prends pas à elle. » Depuis qu'il le connaissait, jamais il n'avait vu pareil tristesse dans son regard d'ordinaire si vivace. Désarmé face à une telle constatation, le demi-dieu n'avait de cesse de se sentir inutile et se haïssait pour cela.

Vint le temps des questions, signe que Marvin commençait à assimiler la nouvelle. Hay se mura dans le silence préférant laissait le témoin direct de ce drame s'exprimait. Tam, aussi peu à l'aise que son complice, répondit non sans mal à la première question, regardant sa montre pour accréditer cette réponse. Le demi-dieu posa son regard sur la fenêtre fermée, espérant s'occuper l'esprit. Cette situation était intenable tant la culpabilité qui le rongeait se faisait douloureuse. Il avait vraiment besoin d'un verre, peut-être même de deux, voire plus. Ses mains tremblantes venaient d'ailleurs de le lui rappeler. Plus qu'une envie, ce ou ces verres s'avéraient être des nécessités, voir même un besoin auquel il ne pouvait se départir. Alors que Tamara faisait savoir qu'elle avait appelé l'une des ambulances du QG, le fils de Mars, retira sa main de celle de la jeune femme et la cacha dans son dos, priant une quelconque divinité, que les tremblements ne soient pas visibles. Suite à cela et après avoir glané les réponses nécessaires, Marvin qui prétendait avoir un appel à passer, quitta la pièce laissant les deux amis d'enfance seuls à présent. Malgré ça, le fils de Mars tendait l'oreille pour avoir accès à la conversation « privée » de l'informaticien.

« -Il fallait le faire » trouva-t-il la force de lancer sans grande conviction à son amie qui se rapprocha de lui afin de déposer sa tête sur son épaule encore douloureuse. Le demi-dieu ne laissa rien paraître et passa ses bras, non sans grimacer, autour de la taille de la belle brune. Un geste qu'il ne put se résoudre à accomplir dans sa totalité, car voilà que Marvin venait d'achever sa conversation téléphonique avec le père du jeune Azael. Aussitôt, les deux amis reprirent leur place, l'air de rien, tandis que Marvin l'air dévasté, plus encore qu'il ne l'était quelques secondes auparavant, s'assit tout en se frottant le front, attendant quelques secondes avant de reprendre la parole et d'offrir à ses deux interlocuteurs, une magnifique anecdote qui résumait magnifiquement sa relation avec le jeune Azael. Hay avala bruyamment sa salive, étreint par l'émotion et la culpabilité qui n'avait de cesse de s'accroître, il écoutait avec attention les paroles de celui qu'il appelait Marv avec affection. « -Tam a raison Marv, c'est une très belle histoire que tu nous as raconté là. » Il ne sut quoi dire de plus pour amoindrir le chagrin de son ami qui au summum de la dévastation, préféra une fois encore le silence à la prise de parole. Le Marsien refusait malgré tout cette situation et bien que coupable, il reprit contenance et se lança dans un discours qui même achevé, résonnait encore dans sa tête. Rongeait par la culpabilité, il ne pensait plus qu'à ça à présent. Tout était de sa faute, et même si on lui rétorquait le contraire, il n'en démordrait pas. Il devait assumer ses responsabilités, toutes ses responsabilités et autant vous dire que cela fait beaucoup de choses à devoir assumer pour un seul être.

« -Marvin… ? » Interdit face à une telle situation, Hay ne savait que dire et que faire, il ne se serait d'ailleurs pas offusqué si Marvin s'était laissé tenter par l'option « poing dans la gueule » Mais non, le pauvre informaticien, qui prenait la pleine conscience de la triste réalité, opta pour des armes bien plus douloureuses que les poings, les reproches. Comme Tam, l'Irlandais d'origine baissa les yeux au sol, la mâchoire serrée, il continuait à encaisser sans rien dire, laissant la parole à Marvin, qui en avait bien besoin pour le coup. La révélation sur Star Wars offrit une brève accalmie dans ce flot constant de reproche. Hay posa alors son regard sur Tam murmurant un « -C'est sorti tout seul pardon ! » Une éclaircie qui fut de courte durée, laissant aussitôt cette sombre réalité s'immiscer entre eux. Marvin s'installa un peu plus dans le canapé et laissa échapper quelques mots avant d'enfoncer son visage dans ses mains et de laisser étouffer quelques sanglots. Tam renouvela ses excuses, incapable d'en faire davantage. Hay la regarda, lui-même était incapable de mieux et pourtant, il le fallait. Il s'approcha donc de son « ami » et déposa une main qu'il espérait chaleureuse sur son épaule.

« -Marvin regarde-moi ! Dans ce monde, dans notre monde, des malheurs arrivent tous les jours. Même les gens bien ne peuvent y échapper. Cette fois sûrement, nous aurions pu échapper à cette funeste destinée. Je prends la pleine mesure des choses, tout comme je prends l'entière responsabilité de sa mort sur les épaules. Je devais le protéger, c'est l'une de mes missions en tant qu'itinérant, je dois protéger les plus jeunes. J'ai failli et Tamara n'est pas à blâmer dans cette histoire. Une fois encore, j'ai choisi l'option fuite, plutôt que d'assumer mes responsabilités. Les gens comme moi sont des sources à problèmes et je puis comprendre que tu sois en colère contre moi. Je ne te demanderais qu'une chose, sois fort Marv ! C'est la première et dernière fois que je te déçois » Il se redressa, retira sa main de son épaule et posa son regard sur Tamara. « - Tu devrais rester un peu avec lui. » Puis sans rien ajouter, le cœur lourd, le demi-dieu prit la direction de la porte emplit d'une toute nouvelle certitude, celle de redorer son image auprès de son ami et pour se faire, il devait avant toute chose se défaire de ses quelques mauvaises habitudes…


© Gasmask

_________________


Have you ever met someone that you would change your entire world for? Someone whose eyes you just knew you were born to gaze into
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1490
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: Quand retrouvailles riment avec funérailles. (Marvin & Tamara, terminé)   Lun 4 Juil - 22:48

Quand retrouvailles
riment avec funérailles  
▬ HAYTHAM MARVIN & TAMARA



Marvin n'avait pas encore tout à fait assimilé le fait qu'Az était un demi-dieu et voilà qu'on lui annonçait sa mort. Pire, l'agent Lond l'avait manipulé pour obtenir les informations conduisant à cette perte tragique. Ces deux faits se bataillaient à égale importance dans la tête de l'informaticien. Il était incapable de dire qu'elle était la nouvelle la plus difficile à encaisser. Ce n'était pas qu'une question d'avoir touché à son ordinateur en son absence, sinon cela aurait fait du geek quelqu'un de sang cœur ou ayant un sens étrange des priorités. L'agent Lond avait joué sur la corde sensible, sur le besoin quasiment maladif de Marvin de se rendre utile combiné avec l'admiration qu'il avait pour elle. Haytham qui riposta directement en disant qu'il ne fallait pas s'en prendre à Tamara ne l'aidait pas tellement à se sentir mieux. Au contraire, il avait l'impression d'être... Hors du coup ? Il se sentait idiot de s'être imaginé qu'il formait un groupe soudé, bien que techniquement dans des camps opposés. Alors que là, il avait la cruelle impression qu'il s'agissait plutôt de ces deux visiteurs contre le reste du monde. Et Az était mort à cause de son manque de jugement.

Tandis que son visage se décomposait et qu'il encaissait la nouvelle était classique, la première question qui lui brûlait les lèvres était de savoir si son ami avait souffert. Pourtant, cette interrogation ne franchit jamais ces lèvres. Il valait parfois mieux ignorer certains détails. Qu'une personne aussi curieuse que Marvin en vienne à penser ainsi était le meilleur indice trahissant la gravité de cet instant. À la place, le blondinet se réfugia dans la procédure. Il voulait sonner au père d'Az dans le stupide espoir que tout cela n'était pas réel, mais son appel devait tomber juste après que la nouvelle en question ait remonté à la famille de la victime. Combien de temps était passé, le voyage de l'ambulance et d'autres calculs dans le genre lui permettait de rester connecté au dernier événement tout en s'en détachant. Son estimation finie, il se leva en déclarant devoir téléphoner à quelqu'un et partit s'isoler dans une autre pièce.

Malheureusement, il obtenu la confirmation que tout ceci ne pouvait être la plus mauvaise blague au monde. En fait, il ressortit de cette conversation encore plus déprimer et indécis. Sa nouvelle préoccupation : l'enterrement. Le père d'Az lui avait promis de lui donner la date et le lieu, mais pouvait-il vraiment participer à la cérémonie alors qu'il travaillait pour le Département responsable de la mort de son ami ? Inversement, ne pas y aller pourrait faire croire qu'Az n'était rien pour lui, ce qui était totalement faux. Englué dans ces hésitations, il en avait presque oublié la présence de ces deux visiteurs. Marvin fut donc surpris de les voir encore là lorsqu'il releva la tête.

Ne sachant quoi faire, il se réinstalla à sa place et se mura dans le silence jusqu'à ce que Tamara lui demande de dire quelque chose. Le blondinet dit tout ce qui lui passait par la tête. Les discussions qu'il avait avec Az au sujet des séries et que c'était pour protéger des gens comme lui que Marvin avait signé pour travailler au Département. Il ne tarda pas à s'excuser, sachant que l'agent Lond détestait qu'il commence à parler de ces trucs geeks. Même pour lui, son anecdote lui semblait soudainement stupide. Il avait cru pouvoir protéger Az du reste du monde sauf qu'il était un demi-dieu et que maintenant, il était mort. Contre toute attention, il ne reçut aucune remarque ou de roulement de yeux agacés. "Wow, vous devait vraiment vous en vouloir pour me dire ça." Commenta-t-il avec une surprise sincère.

À nouveau, il ne savait plus quoi penser ni quoi dire. C'était difficile d'en vouloir à quelqu'un qui s'en voulait déjà suffisamment pour deux (voir pour trois). Marvin poussa un long soupir à fendre le coeur. "J'aurais peut-être dû... Lui dire des trucs comme 'on n'est pas dans une série' ou un truc du genre au lieu de l'enfoncer dans ce délire." Pensa-t-il tout haut, singeant involontairement les 'on n'est pas dans un film' dont l'agent Lond l'avait souvent gratifié. Oui, le problème venait peut-être de lui. Az ne lui faisait pas assez confiance pour partager son secret avec lui. Tamara ne lui faisait pas assez confiance pour lui demander de l'aide pour retrouver Haytham. Et son voisin avait préféré se saouler plutôt que de se confier, donc il ne devait pas lui faire tellement confiance non plus.

Ce sont les paroles de fils de Mars qui le sortir de son nouveau mutisme durant lequel il se sentait également responsable des récents événements. Dire que tout avait commencé par sa première mission officielle sur le terrain, un moment qu'il avait toujours imaginé joyeux. Cette pensée rajouta à l'impuissance qu'il ressentait. Impuissance qui se transforma en déferlement de reproche. Même dans cet état qui devait être inédit pour ceux qui le côtoyait, Marvin restait toujours Marvin, il ne put s'empêcher de glisser une référence à Star Wars dans son discours. Il perdit un peu contenance en le réalisant, mais n'était pas décidé à lâcher l'affaire. "Enfin... Maintenant, je l'ai dit, du coup... Mais... Mais... Ce n'est pas la question !" S'offusqua-t-il, toujours en pointant du doigt pour appuyer cet argument.

À la fin de son discours, le geek se sentait aussi essoufflé que s'il venait de subir une séance d'entraînement avec Haytham. Pourtant, il ne sentait pas vraiment mieux. Rien de ce qu'il dirait ne changera la situation. Devant ce constat, le blondinet se recroquevilla en plongeant son visage dans ses mains et étouffant au mieux un sanglot.

"Vous n'avez pas répondu à la question."
Commenta-t-il mollement Marvin devant Tamara qui renouvela ses excuses. Sa voix était à moitié étouffée par le fait qu'il avait gardé son visage enfui dans ces mains.

Il hésitait à demander qu'on le laisse seul. Il n'était pas vraiment certain que se soit la même chose à faire. Cependant, il avait la certitude que si la conversation continuait, quelque chose d'irréparable allait être dit. Avant que l'informaticien ne puisse trancher dans cette hésitation, il sentit qu'un lui toucha l'épaule. Haytham s'était relancé dans un discours visant à le faire endosser toute la responsabilité de ce qui s'était passé. "Comment tu veux que je sois en colère contre un fils de Mars, si je donne un coup pour me soulager, le moindre os de mon poing sera brisé." Commenta-t-il en reniflant bruyamment et en daignant relever la tête.

Lui qui détestait le silence en temps normal semblait prompte à s'y réfugier, ce qu'il fit encore tandis qu'Haytham franchissait la porte. Marvin se frotta le coin des yeux avec le plat de la main pour essuyer les traces de larmes. "Vous devriez le suivre." Commenta-t-il sur un ton morne en gardant les yeux baissés. "Vous n'avez pas vu ces mains tremblées ? S'il est en manque, il va faire une bêtise." Il haussa mollement les épaules. Même dans ces circonstances, Marvin semblait se soucier des autres. "Peut-être pas. Ce que je sais, c'est que s'ils vous arrivaient quelque chose... Ce qui est arrivé à Az est déjà injuste, mais cela le deviendrait encore plus." Le geek osa enfin regarder brièvement Tamara. "On se voit demain au travail, de toute façon. Si je prends un jour de congé, on pourrait avoir des soupçons. Quoi que vous devriez peut-être prendre congé, vous. Le prenez pas mal, mais vous avez l'air d'avoir sacrément morflé." Il poussa un long soupir, comme pour retrouver un équilibre dans le chaos total qu'était sa cervelle. "Merci d'être venu me le dire. Ça va aller, vraiment, ne vous sentez pas obligé de rester." Conclut-il avec une tentative de sourire timide.




© Gasmask

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 907
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Quand retrouvailles riment avec funérailles. (Marvin & Tamara, terminé)   Mar 5 Juil - 17:30

Quand retrouvailles
riment avec funérailles  
▬ HAYTHAM MARVIN & TAMARA



A bien y réfléchir, l’agent Lond aurait préféré être confrontée à une apocalypse zombie, au moins ainsi, elle aurait su quoi faire et comment réagir. Au lieu de cela, elle se retrouvait confrontée à une situation totalement inédite et loin, très loin d’être plaisante. Haytham faisait son possible pour atténuer le sentiment de culpabilité de son amie d’enfance en endossant toute la responsabilité des conséquences devant Marvin, mais Tam ne s’en sentait pas moins coupable. Le gamin était mort par sa faute, sous ses yeux, et rien de ce que le fils de Mars pouvait dire n’atténuerait cet horrible sentiment et ce funeste résultat. L’informaticien avait disparu un instant pour passer un appel, et l’agent de terrain avait eu l’impression d’être horriblement maladroite avec le pauvre blondinet endeuillé. Le demi-dieu la conforta dans l’idée que de toute façon, il fallait le lui annoncer. C’était chose faite.

Knight était revenu, Tam et Hay avaient regagné leur position initiale, côte à côte, regardant le geek se réinstaller sur son canapé avant de se lancer dans une adorable petite anecdote sur lui et son neveu de cœur. C’était à fendre l’âme tant il semblé dévasté. Et la surprise de Marvin lorsque sa collègue le rassura quant à son histoire… Oui elle s’en voulait, comment pouvait-il en douter ? Le pire dans tout ça n’était pas de se prendre des reproches en pleine poire, puisqu’après tout, elle les méritait, mais c’était surtout de voir l’agent de liaison sangloter. La petite brune se sentait vraiment démunie face à une telle situation. Hay semblait savoir mieux y faire, il s’était rapproché de lui, posant sa main sur son épaule, lui parlant d’une voix rassurante avec des mots bien choisis. On aurait presque dit qu’il en avait l’habitude. Il répéta qu’elle n’était pas à blâmer, mais elle-même n’était pas convaincue. Elle baissa les yeux un instant, se contentant d’écouter. Elle ne leva les yeux vers eux que lorsque Knight remarqua qu’elle n’avait pas répondu à la question, sur ce qu’il était pour eux. Tam se mit à bredouiller. A vrai dire, avoir des amis, ce n’était pas quelque chose dont elle avait l’habitude, mais à bien y réfléchir, outre Haytham, Marvin se rapprochait le plus d’un ami.

-Bien sûr que nous sommes amis, Knight. Je … Ce n’est pas une question de confiance, j’ai confiance en vous, c’est évident. Enfin... je ne vous l’ai peut-être pas montré mais… pourtant c’est le cas.


Plus ça allait, plus elle se sentait maladroite. Hay proposa à Marvin de le cogner, mais l’informaticien, tout à fait conscient de la réalité, rétorqua que le moindre de ses os serait brisé s’il tentait une telle chose. Le demi-dieu prit alors congé, demandant à Tam de rester avec Knight. Le regard que l’agent de terrain posa sur le fils de Mars laissa paraitre alors tout le désespoir qu’elle ressentait. Déjà, avec lui à côté d’elle, elle se sentait impuissante pour soulager le chagrin de Marvin, alors seule, comment faire ? Elle regarda, bouche bée, s’éloigner le bel irlandais, sans rien pouvoir ajouter, avant de reposer ses yeux sur son collègue, déglutissant difficilement. Que dire, que faire ? Elle hésita et fit un pas vers lui, ne sachant réellement comment se comporter. Mais ce fut le blondinet qui brisa le nouveau silence qui s’était instauré. Il demanda à Tam de suivre Hay. Etait-ce une manière polie de la congédier ? Elle ne l’aurait pas mal pris car, à sa place, c’est sans doute ce qu’elle aurait fait. C’est là qu’elle releva ce qu’il venait de dire. Les mains d’Haytham avaient tremblé ? Marvin pa rlait de manque ? Mais… Jamais l’irlandais n’avait parlé de quoi que ce soit de ce genre… L’inquiétude gagna peu à peu Tam qui, alors, ne savait trop que faire.

-Vous êtes sûr ? Ça va aller ?
demanda-t-elle avant de regardant la porte par laquelle son ami d’enfance venait de sortir et reposant son regard sur son collègue.

Là où il avait raison, c’était que s’il prenait un jour de congé, ce serait suspect. Lorsqu’il lui fit remarquer qu’elle avait sacrément morflé, machinalement elle se regarda, et réalisant l’état dans lequel elle était, elle sentit les douleurs revenir. Elle les avait momentanément oubliées sous le coup de l’émotion.

-C’est pas faux… marmonna-t-elle.

Tam prit une grande inspiration et posa une main sur l’épaule de Marvin, comme l’avait fait Haytham un peu avant. L’informaticien semblait désormais assujetti à une petite inquiétude vis-à-vis de son voisin, ce qui interpela l’agent de terrain. Le fils de Mars lui avait demandé de rester avec le blondinet, mais s’il fallait faire un choix entre les deux, Tam choisirait toujours l’irlandais. Un dernier coup d’œil en direction de la porte, et la belle brune s’approcha à son tour de la sortie.

-Encore toutes mes excuses, Knight. Je comprendrais si vous ne vouliez plus jamais m’adresser la parole, mais sachez que je serai toujours là pour vous. N’hésitez pas, ajouta-t-elle avant d’ouvrir la porte et d’aller dans le couloir.

Haytham était toujours dans le couloir, et Tam se précipita vers lui.

-Hay, attends-moi s’il te plait !


Elle lui attrapa doucement le bras en le rejoignant, essayant de capter son regard.

-Parle-moi, Hay, qu’est-ce qui se passe ?


Elle gardait en tête ce qu’avait dit Marvin, et machinalement, ses yeux se posèrent sur ses mains pour voir si elle aussi y décèlerait un tremblement. Savoir que son « Penseur » avait des soucis et ne pas l’avoir appris de lui la chagrinait un peu. Elle espérait qu’enfin il lui parlerait. Tam voulait être là pour lui et l’aider, mais pour cela, encore fallait-il qu’il le veuille. Elle faisait abstraction de ses « petits bobos » pour l’instant. Elle n’oubliait pas qu’il l’avait défendue devant Marvin, même si elle ne l’avait pas mérité. Tel un héros, il voulait endosser toute la responsabilité de ce qui s’était passé, mais il n’était pas le seul fautif, il ne fallait pas qu’il se flagelle ainsi. Il avait si bien parlé pour essayer de remonter le moral de l’informaticien, jamais Tam n’aurait pu faire mieux, elle le savait. Hay était un ami en or, ça aussi elle le savait. Et elle n’était pas prête à le perdre une nouvelle fois.

-Qu’est-ce qui t’est arrivé ? demanda-t-elle avec autant de douceur que possible.

Avec tout ça, il ne lui avait pas expliqué le piteux état dans lequel il était. De prime abord, Tam avait pensé que c’était à cause de l’hydre, mais il n’avait ni confirmé ni infirmé, et avec le « Penseur », il fallait s’attendre à tout, surtout sur les choses qu’il passait sous silence.





© Gasmask

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 978
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Quand retrouvailles riment avec funérailles. (Marvin & Tamara, terminé)   Mer 3 Aoû - 22:28

Quand retrouvailles
riment avec funérailles  
▬ HAYTHAM MARVIN & TAMARA



C'est tellement plus facile de mettre les voiles lorsque les problèmes sont impossibles à gérer. Une philosophie à laquelle l'Irlandais semblait souscrire depuis quelques années. Il ne dérogeait pas à la règle aujourd'hui, bien qu'il ait essayé auparavant d'amoindrir le problème, à savoir la peine grandissante de « son ami » et voisin. Mais rien n'y faisait, ni la main compatissante sur une épaule chancelante, ni le discours d'auto-flagellation et l'appelle à le frapper sans qu'il ne réponde. Marvin était effondré à n'en pas douter, mais se garder d'étaler ses sentiments, comme la plupart de ses congénères. Un courage qu'Haytham ne manqua pas de remarquer intérieurement, refusant d'être trop démonstratif face à Tam à qui il cachait quelques mésaventures. Le courage de Marvin se mua en respect, lorsque l'Irlandais vit transparaître une grande déception dans le ton et le regard de son ami. Ce dernier au lieu de s'inquiéter pour lui-même conférait plus d'attention à L'Irlandais, à son état puis à celui de sa collègue, qui niveau look post-apocalyptique n'avait rien à envier à son ami d'enfance qui venait de retirer sa main de l'épaule du geek, toujours assis dans son canapé. Incapable de plus, le fils de Mars, se sentait de trop, mais plus encore, il commençait à ressentir le manque prendre possession de son corps. « C'est la première et dernière fois que je te déçois » Malheureusement pour lui, ses bonnes résolutions venaient d'être balayées par l'envie d'un double whisky bien tassé.

Le premier tremblement émanant de la main gauche alarma davantage le demi-dieu, qui mâchoire serrée, fit savoir à Tamara qu'elle se devait de rester avec son collège. Il avait besoin de sortir, de prendre de l'air avant de finir par s'étouffer. Le poids du remords se faisait lui aussi de plus en plus difficile à porter et la tentation d'enfouir son poing dans le mur était quant à elle une évidence à laquelle il ne voulait cependant souscrire. Un tel coup pourrait à coup sûr détruire un mur porteur et rendre la situation encore plus problématique. Et puis les multiples douleurs qui entravaient le corps du demi-dieu n'arrangeaient rien à son état actuel. Il dut même s'appuyer contre le mur qu'il venait t'épargner tout en prenant soin de maudire son père de ne pas l'avoir affublé du don de régénération en plus de la force. Une rancune de plus venait de s'ajouter à la longue liste que le jeune homme se plaisait à entretenir dans les situations dites « complexes » et puisqu'il n'avait pas de coupable tout désigné hormis lui, il se contenta de son père qu'il insulta bien copieusement. Passé la phase d'insultes, l'Irlandais se prit le visage entre les mains, faisant saigner par mégarde l'une des coupures qu'il avait près de l'arcade. « -Merde ! » dit-il après avoir senti le sang sur le bout de ses doigts. « -Espèce d'abruti fini » Il touchait le fond du fond et l'autoflagellation semblait de rigueur.

« - Si tu savais comme je te déteste » lâcha-t-il à un interlocuteur invisible qui semblait se trouvait au niveau du plafond. Après une grande inspiration, le demi-dieu fit un pas vers l'ascenseur avant d'être vite rattrapé par Tamara. Il poussa un bruyant soupir et serra la mâchoire. « - Ce n'est vraiment pas le moment Tamara ! Je t'avais demandé de rester avec Marvin. » Le regard fuyant, il savait que pour se défaire de la belle brune, il n'aurait d'autre choix que de se montrer froid et distant. « -Il ne se passe rien, tout va très bien dans le meilleur des mondes excepté pour le neveu de Marvin qui a fini écrasé sous un bus. » Le regard embrumé de l'agent se posa sur les mains de son ami, qui les cacha aussitôt sentant les tremblements reprendre de plus belle. « -S'il te plaît va avec Marvin où vas te faire soigner, tu en as besoin. Ne te soucie pas de moi, je gère mes soucis moi-même. Je suis vivant, tu en as la confirmation, le sujet est clos. » Mais la curiosité, vilain défaut auquel Tam pouvait prétendre depuis toujours, reprit le dessus au grand dam du fils de Mars. « -Qu'est-ce qui m'est arrivé ? Rien qui ne te concerne. Quelques broutilles réglées ! » Il se massa les tempes faisant mine d'être fatigué. La tactique employée n'était pas la bonne et éveillerait à coup sûr les soupçons de Capitaine Badass qui avait néanmoins perdu de sa superbe. Alors d'une voix douce, posée, le regard à nouveau braqué sur son interlocutrice, l'Irlandais modéra son discours. « -Tam, je ne veux pas être au centre de la conversation, pas là, pas ce soir ! Pour la faire courte, j'ai eu quelques divergences avec un gars qui a mal digéré sa défaite. Tellement mal que pour être sûr d'être compris, il a fait venir des potes à lui. Des potes d'Europe de l'Est. C'était animé, on va dire ! Mais peu importe. Ne le prends pas pour toi, mais j'ai besoin d'être un peu seul là ! Alors s'il te plaît, laisse-moi partir »

Le regard suppliant, il n'en demandait pas plus, mais pour amadouer la belle, il s'approcha et déposa un léger baiser sur son front « -Je t'appellerai ! » Sans rien ajouter, il lui laissa l'ascenseur et rejoignit la porte menant aux escaliers qu'il descendit non sans mal à cause de toutes ses blessures. La douleur fut telle qu'il dut s'arrêter pour reprendre son souffle. Les images de son agression lui revenaient en mémoire. Une chance qu'il soit vite tombé dans l'inconscience, le cas échéant, il aurait à n'en pas douter le sang de plusieurs personnes sur les mains. Une culpabilité de plus, mais une de trop. La dernière marche franchit, ô délivrance, il récupéra les clés de sa voiture et pénétra sans attendre le véhicule. Il enclencha le contact, les pneus crissèrent et le voilà parti à vive allure vers un ailleurs indéfinissable, du moins c'est ce qu'il se disait pour avoir bonne conscience.


© Gasmask

_________________


Have you ever met someone that you would change your entire world for? Someone whose eyes you just knew you were born to gaze into
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Quand retrouvailles riment avec funérailles. (Marvin & Tamara, terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand retrouvailles riment avec funérailles. (Marvin & Tamara, terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Quand infiltration rime avec séduction [Calliopée - Enguerrand]
» pas de son avec le téléphone bluetooth !!!
» [Résolu] problème de scan avec avira
» besoin aide avec sonar
» comment obtenir plus de vapeur avec l'e-vaporizer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ AUTRES DIMENSIONS.  :: le passé.-