Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 I need to know. (Lethario&Mercedes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
SANG-MÊLÉ ROMAIN.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 251
parmi nous depuis le : 16/07/2015

SANG-MÊLÉ ROMAIN.

MessageSujet: I need to know. (Lethario&Mercedes)   Dim 1 Mai - 17:59

Peut être avais-je fait une connerie … peut être que je n'aurais pas du quitter le camp Jupiter en solitaire pour me rendre dans ce café. Oh le café en soit n'avait rien d'effrayant ! C'était un repère d'étudiants et de geeks, pas de quoi inquiéter le monde. Non, ce qui était déjà plus risqué c'était la raison de ma présence ici. En effet, plus tôt dans la matinée j'avais pu tomber sur … quelque chose d'assez insolite. Disons qu'un message avait été laissé dans un lieu improbable à l'intention d'un demi dieu, un message soit disant de quelqu'un travaillant pour cette organisation qui semblait nous vouloir mort. Cela sentait, bien entendu, le piège à plein nez ! J'aurais dû immédiatement retourner au camp voir les Préteurs afin de leur parler de tout cela mais en même temps … il avait été expressément dit dans ce message que la personne trouvant ce dernier devrait venir seule, car qui que soit cet agent il avait des informations à donner. Ma haine de cette organisation n'était secrète pour personne … cependant, bourrin ou non, je n'étais pas con non plus ! Si la culpabilité avait pu en affecter certains suffisamment pour lâcher des informations, je n'avais pas le droit de l'ignorer, pas le droit de laisser ma haine passer avant alors que si je me retenais un peu cela pourrait me permettre de choper un plus gros poisson. Et puis si c'était un piège … j'aurais au moins une occasion de me défouler un peu.

De ce fait, ne voulant pas risquer ces informations ni la possibilité de m'y rendre moi même en étant remplacé par quelqu'un d'autre si cela se passait mal, j'étais partit en secret. Oh j'avais bien dû donner l'information à une ou deux personne de confiance, mais c'était tout, après quoi je m'étais habillé en civile, sans arme ni rien, n'étant de toute manière pas utile en cas d'un affrontement contre des humains, mais emportant juste quelques poches de sang que je cachais dans mon dos sous mon bomber. Au moins comme ça je serais certain de ne pas être totalement prit au dépourvu en cas de dérapage ou de traquenard. Et c'est ainsi que je m'étais retrouvé là, en solitaire, sirotant un soda en espérant ne pas me faire poser un lapin par les grands méchants. Tout de même … j'étais curieux de savoir ce que cette personne pourrait bien nous apprendre. Cet ennemie était tellement … nouveau. Bien sûr les deux attaques commençaient à dater, même si pour moi c'était encore bien trop récent pour oublier, mais au final nous ne savions pas grand chose, tout juste ce que ces gens avaient bien voulu nous lâcher lors de rencontres précédentes. Alors quand il y avait un mouton noir dans leurs rangs, qu'est-ce que cela pouvait donner ? Je ne m'attendais certes pas au Graal ni a une arme ultime capable de les annihiler avec facilité façon faux de Buffy mais … c'était difficile de ne pas espérer quelque chose comme la position de leurs bases ou alors les fichiers de la plupart de leurs agents afin de savoir qui nous devrions éviter ou surveiller ou reconnaître surtout lors de nos sorties dans le monde mortel … monde qui devrait normalement être aussi le notre avant que l'on ne décide de nous flinguer comme de la vermine.

Chaque fois qu'une personne passait la porte, je relevais la tête, dans l'espoir que ce soit mon informateur mais … personne ne semblait coller au rôle ni même intéressé par retrouver qui que ce soit. Enfin si, il y avait bien une jeune femme qui avait fait irruption, semblant regarder un peu partout, mais uniquement pour retrouver un des jeunes hommes se trouvant au fond pour l'embrasser. Cependant cette dernière entrée allait être la bonne, car alors que le courant d'air se fit à mesure que la porte s'ouvrait, une femme portant un des éléments distinctif dont elle avait parlé dans le message fit son apparition et elle … elle ne semblait clairement pas chercher son copain. Pas encore certain, je me redressais, faisant un petit signe de la main pour voir si elle allait réagir, ce qui fut en effet le cas. Après un léger jeu de regard, elle vint me rejoindre à ma table d'un pas rapide sans pourtant être suspect pour les autres clients. Pour le moment elle n'avait pas sortit d'arme, elle ne m'avait pas menacé ni ne m'avait brisé la nuque, tout allait bien. Brisant le silence, je lançais finalement un « Vous êtes bien … enfin … vous savez ? Parait que vous pouvez nous donner un coup de pouce ? » Je ne donnais pas vraiment d'information sur moi même, cela pouvait faire suspect mais si elle était vraiment ce qu'elle prétendait être, elle comprendrait que je ne veuille pas compléter un peu plus le dossier me concernant, si du moins ils en avaient un, ce qui m'étonnerait que moyennement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1283
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: I need to know. (Lethario&Mercedes)   Lun 20 Juin - 18:49

Avachi sur sa chaise de bureau, Mercedes s'ennuyait ferme.
Il envoya un nouvelle boulette de papier imbibée d'encre sur le bureau d'Isaure, détaillant avec attention les traces bleu sombre qu'elle laissait en roulant jusqu'au bord. Il savait que Monet le surveillait probablement, lui jetant de temps en temps ces regards dont elle seule avait le secret (à moitié entre « parle et je te dégomme » et « ça va ? »), qu'Aramis devait également veiller au grain, prêt à lui tirer les oreilles s'il glandait trop. Quant au propriétaire du bureau qu'il était en train de saloper… Mercedes n'avait pas la moindre idée de l'endroit où pouvait bien être Isaure. Dans la salle de repos, peut-être ? Il jeta un coup d’œil à l'écran de son ordinateur sur lequel luisait vaguement une lanterne. The Long Dark, un jeu passionnant et prenant quand on s'ennuyait, qui laissait bien passer le temps. Sauf quand son personnage mourrait de soif, ne pouvait pas sortir faire fondre de la neige parce qu'une saleté de loup rôdait et qu'il n'avait pas d'arme. Mais il avait un cabanon, ce qui en soit était déjà bien et l'empêchait de mourir de froid (de mourir de froid trop vite du moins). Et bientôt le jour reviendrait. Tout à son attente, Mercedes suivit vaguement des yeux Turner, une femme d'âge mûr qu'il n'appréciait pas franchement. Sa façon de le prendre soit pour un gamin paumé soit pour le dernier des abrutis l'énervait. Madame avait peut-être une orthographe parfaite mais ça ne suffisait pas pour en faire une déesse, merci bien. Turner glissa une clef USB dans l'imprimante et patienta, le temps de se constituer un bon dossier. Bizarre. Elle n'imprimait jamais rien, cette femme. Son rôle se résumait à élaborer des plans uniquement par informatique, parfois à entreposer des informations et les réunir dans des dossiers complets. Bref, rien qui n'impliqua l'utilisation d'une imprimante. Oh, Mercedes n'aurait sans doute jamais fait attention à un tel détail s'il ne s'était pas ennuyé ferme depuis plusieurs dizaines de minutes ! Turner quitta la pièce sans un regard en arrière, visiblement crispée. L'Écossais sauta sur l'occasion et ouvrit une nouvelle fenêtre, recouvrant temporairement la lanterne en pixel de son jeu. L'avantage de l'intranet, quand on savait s'en servir, c'est qu'on avait accès à presque n'importe quel ordinateur y était rattaché. Et forcément, avec Isaure, leur duo infernal ne pouvait que savoir faire ce genre de manipulation. Essentiel quand on souhaitait embêter les stagiaires sur des conneries. Quelques clics plus tard, il consultait l'historique de Turner. Et quelques minutes de plus lui suffirent pour comprendre qu'elle avait regardé des choses auxquelles elle n'aurait même pas dû avoir accès. Ces plans, Mercedes avait travaillé dessus (vaguement) et Turner n'était pas de la partie. Et vu comment le DLCEM était cloisonné afin d'éviter toute fuite… Isaure et lui n'étaient pas les seuls maîtres de l'intranet du coin apparemment.

Deux options s'étaient aussitôt offertes à Mercedes : en parler à des agents de grade plus élevé, comme Monet ou Aramis, ou suivre directement cette femme avant de la perdre. Peut-être qu'il s'imaginait des choses, noyé dans l'ennui comme il l'était, ou peut-être qu'il rêvait de quelques aventures distrayantes, ou peut-être bien qu'elle s'apprêtait à donner ces plans à il ne savait qui. Son choix fut vite vu. L'Écossais attrapa la besace de chasse qui lui servait de sac et la jeta sur son épaule, fouillant déjà sa poche en quête d'une cigarette. Cette subite excitation, cette petite chasse, il fallait la partager avec une clope. Obligé. Suivre Turner ne fut pas la chose la plus évidente, d'autant qu'elle connaissait son visage, mais il y parvint sans trop de difficulté, s'appliquant à prendre les mêmes billets de transport qu'elle. Il parvenait aisément à se fondre dans la masse, Mercedes, c'était l'avantage.

Mercedes leva les yeux sur le cyber-café qui trônait devant lui, projetant une légère lueur blafarde sur le trottoir angevin. Comme d'habitude, il n'était pas armé, n'avait rien de plus sur lui que ses papiers, quelques pièces de monnaie et probablement deux-trois choses utiles au quotidien. Rien de particulier, et rien pouvant indiquer qu'il travaillait pour un département top-secret. De toute façon, il n'était rien et il ne serait venu à l'idée de personne de lui confier la moindre arme. L'Écossais entra enfin dans le café en poussant doucement la porte. Il balaya vaguement l'endroit du regard le temps de repérer Turner dans un coin, en compagnie d'un garçon inconnu. Il traversa la pièce d'un pas tranquille (du moins l'espérait-il, mais il était pris dans son jeu) pour rejoindre le duo impromptu qui se retrouvait au fin fond de Los Angeles. Turner venait juste de s'asseoir en face de l'inconnu. Mercedes prit tranquillement place à son côté, lui coupant au passage le moindre passage pour fuir. Qui que soit ce type, elle allait être obligée de rester là. « Oh Yvonne, salut, c'est dingue ! » Mercedes coula un regard en direction du type, juste en face. « Tiens, tu nous présentes ? » Il y allait au culot. Peut-être qu'elle rencontrait un neveu ou il ne savait quoi mais avec l'impression de documents qu'elle n'aurait pas dû sortir des bureaux du Département, ce voyage bizarre à travers tous les USA juste en sortant du bureau et la tête qu'elle tirait, il n'y croyait pas vraiment… Il jeta un sourire froid à l'inconnu en face.

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699

Revenir en haut Aller en bas
avatar
SANG-MÊLÉ ROMAIN.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 251
parmi nous depuis le : 16/07/2015

SANG-MÊLÉ ROMAIN.

MessageSujet: Re: I need to know. (Lethario&Mercedes)   Lun 27 Juin - 19:26

Mauvaise idée, mauvaise idée depuis le début ! J'aurais dû suivre mon instinct, j'aurais dû éviter comme la peste tout ce qui pouvait avoir un rapport avec cet organisation démoniaque et ne pas me laisser avoir. Mais n'était-ce pas mon instinct justement qui m'avait poussé à m'y rendre sans prévenir mes supérieur ? Instinct de merde … quoi qu'il en soit la situation était tendue, dès le départ, depuis le moment même où j'avais accepté de faire cette rencontre et plus encore depuis que j'avais mis les pieds dans ce café. En attendant que ma contact daigne se montrer j'avais imaginer, chaque seconde, les pires scénario. J'avais imaginé ce café envahit par une escouade de types en uniforme surentraînés pour me flinguer sans me laisser la moindre chance. J'avais imaginé ce même scénario mais où j'étais fait prisonnier et devenait le sujet d'études de quelques scientifique dérangés, ouvert et découpé comme ci je ne valais pas mieux qu'une souris entre les mains d'un élève de biologie. J'avais aussi imaginé la possibilité que toutes les personnes autours de moi ne soit nullement de sinistres inconnus mais bien tout un tas d'agent sous couverture prêt à me sauter dessus au moindre signal. Bref j'avais crains le pire, ceci jusqu'à ce qu'enfin celle qui semblait être derrière tout cela ne se présente enfin. Oui me criais-je au plus profond de moi, cette situation étrange allait toucher à sa fin ! Mais je me trompais grossièrement pour mon plus grand malheur …

Car à peine avais-je engagé la conversation avec cette femme, à peine avais-je eut le temps de prononcer une première phrase qu'un élément imprévu vint tout interrompre sous la forme d'un homme qui, sans même se présenter, vint s'imposer à nous, prenant place au côté de l'agent qu'il nomma Yvonne et qui, malgré mes envies de conspiration afin de condamner toute cette bande de trous du cul, semblait aussi surprise que moi de le voir ainsi débarquer. Qui était ce mec ? Un amant ? Ne me faites pas rire … combien y avait-il de chance pour que la jeune femme tombe sur une connaissance lors d'un rendez vous secret ? C'était impossible … je ne voyais donc qu'une explication qui me donnait l'envie de placer une lame sous sa gorge pour le garder tranquille. Mais je ne pouvais pas sauter sur les suppositions hâtives, surtout pas dans cette situation, surtout pas avec autant de gens autours non plus. Je devais la jouer plus fine sans pour autant me la jouer mielleuse, lâchant un peu commode « T'es qui toi ? D'où tu viens faire chier ton monde ? » Ainsi la question était posée et, pour le moment, il n'y avait ni vérité ni mensonge qui pouvait émaner de ma bouche vis à vis de cette situation. Si vraiment il était un agent … cela voulait-il aussi dire que nous étions à présent cerné ? Que derrière chaque vitre se trouvait un autre agent armé d'un sniper pour m'exécuter à la première occasion ? Dans cette situation mon regard se fit de plus en plus noir pour l'inconnu qui se trouvait en face de moi, me concentrant pour faire sortir deux épais filets de sang du bas de mon bomber et passant sous la table, de cette manière restant invisible à leurs yeux, pour se tenir prêt à attaquer en cas de problème et au moins me permettre de bénéficier du premier coup.

« Et si tu allais voir ailleurs plutôt ? Va courir après un beignet ou je sais pas ! Elle et moi on était un peu en pleine conversation et j'aimerais bien profiter du peu de temps où je la vois … » Toujours ne rien dire, ne pas donner de détail, mais le pousser vers la sortie. Un comportement peut être un peu hostile il est vrai … mais j'étais un petit con avec une gueule de con, qu'est-ce qui pourrait permettre de dire que celui ci était réellement suspect ? Mais surtout il fallait qu'il se barre … qu'il nous laisse tranquille pour que je puisse me tirer de cette situation le plus vite possible et elle aussi si en effet elle était en train de trahir son camp. Seulement … je sentais le pot de colle venir, j'espérais juste me tromper. J'insistais alors une dernière fois, ajoutant un « Dernière appel pour la sortie, sinon je vous ferais expulser du café, ce sera vite fait vous allez voir. » Et j'avais en effet ma petite idée sur la méthode, même avec ce monde … surtout avec ce monde à dire vrai.
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: I need to know. (Lethario&Mercedes)   

Revenir en haut Aller en bas
 

I need to know. (Lethario&Mercedes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» i wish you were here, or not! Mercedes G. Cooper
» La Mercedes SLS AMG GT3 disponible à la vente
» Nouvelle Mercedes-Benz C63 AMG Black Series Coupé
» Nouvelle Mercedes-Benz GLA : un véhicule aux multiples talents
» Le Citan de Mercedes nouvelles motorisations et carrosseries modulable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: san francisco.-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet