Partagez | .
 

 (sebastian) i'm a fool for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
SANG-MÊLÉ ROMAIN.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : camp jupiter
messages : 236
parmi nous depuis le : 21/05/2016

SANG-MÊLÉ ROMAIN.

MessageSujet: (sebastian) i'm a fool for you   Mer 8 Juin - 21:10



i'm a fool for you
Sebastian & Orion

Il ne savait plus depuis combien de temps il était planqué. Ses articulations commençaient à s’engourdir, du moins c’est ce qui lui semblait car tout son corps était en proie à une sensation étrange. La scène aussi lui semblait familière, Orion avait comme une vague impression de déjà vu qu’il ne saurait expliquer. Il secoua pourtant la tête pour chasser cette pensée, il allait avoir besoin de tous ses sens pour la mission à accomplir. Un regard vers ses deux jeunes coéquipiers en grande discussion lui indiqua qu’eux aussi avaient du trouver le temps long. D’un geste de la main, il leur intima le silence. Le Grec qu’ils devaient rencontrer était en retard, ce qui ne lui disait rien qui vaille, même en connaissance de l’organisation douteuse de leurs cousins de la colonie. Ainsi ils se devaient de rester silencieux et en alerte, au cas où ils se seraient lancés tête baissée dans un piège. Il ne pouvait en vouloir aux deux Romains bien plus jeunes que lui de s’impatienter dans leur cachette, lui-même se contenait difficilement dans cette position passive et son hyperactivité lui hurlait de se lever, de courir, peu importe mais de faire quelque chose. Il n’en pouvait plus d’attendre. Si la situation ne s’apprêtait pas à tourner au cauchemar, il aurait pu croire que le bruit qui se fit soudain entendre dans leur ruelle déserte était le fruit d’une intervention divine. Il intima à ses camarades de rester cachés avant qu’ils ne fussent certains de l’identité du nouvel arrivant. Il ne parvenait pas à se défaire de ses désagréables pressentiments : quelque chose clochait et il aurait du savoir quoi. Soudain, un cri rompit le silence. Celui qui l’avait poussé leur intimait de ne pas se dévoiler s’ils étaient là car il s’agissait d’un piège. Un coup de feu suivit et évidemment, l’un de ses coéquipiers ignora ce conseil pour se précipiter au devant du danger. Orion qui se sentait responsable de ce gamin ne put s’empêcher d’accourir à sa suite, juste au moment où celui qui avait tenté de les sauver s’écroulait sur le sol, une balle entre les deux yeux. Mais cette vision d’horreur à elle seule ne suffisait pas. Lorsqu’il releva les yeux vers les agresseurs son effroi fut au-delà de tout ce qu’il était humainement possible d’imaginer. Il reconnut le visage de l’une d’entre eux, une femme. Sa silhouette, sa chevelure brune et brillante, son visage, il connaissait ce corps par coeur pour l’avoir si longtemps parcouru, il ne pouvait se tromper. Lorelei. Son coeur se brisa en une infinité de morceaux et tout se mit en place dans son esprit : il avait réellement déjà assisté à la scène qu’il était en train de revivre, une fois de plus, de manière douloureuse. Il voulait anticiper les événements et crier à son coéquipier de se planquer immédiatement, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il voulait se précipiter sur lui, l’attraper et s’envoler avec lui avant qu’il ne fût trop tard, mais ses pieds semblaient s’être incrustés dans le sol. Impuissant, il observa Lorelei lever son arme et tirer son coup. Le gamin était mort avant de toucher le sol, mais lorsqu’il le heurta de plein fouet, son visage n’était plus celui qu’il devait être. Il ne s’agissait plus du visage du gamin qui l’avait accompagné ce jour là, mais de celui d’Aaron, son ami.

Orion s’éveilla en sursaut. D’abord déboussolé, il lui fallut plusieurs minutes pour retrouver un rythme cardiaque normal et une respiration plus ou moins apaisée. Ce n’était pas la première fois qu’il revoyait en rêve ce jour maudit où tout avait basculé, où tout son monde s’était écroulé, où il avait découvert que l’amour de sa vie n’était autre qu’une traitresse, une menteuse, loin de l’image qu’elle lui avait laissé voir d’elle. Mais c’était la première fois que la fin du dit rêve n’était pas en accord pas avec la réalité. Un regard autour de lui lui indiqua que le jour se levait à peine. La plupart de ses camarades de la seconde cohorte étaient encore endormis. Presque tous les lits étaient occupés, à l’exception de celui d’Aaron. Son ami avait été envoyé à l’extérieur du camp afin de tenter de trouver l’une ou l’autre information à propos de la menace fantôme à laquelle les demi-dieux faisaient face depuis la nuit de l’attaque qui leur avait coûté de nombreuses vies, y compris celle regrettée d’Ambre, sa meilleure amie et demi-soeur de Aaron. C’était en sa mémoire que son ami avait accepté la mission, lui qui n’avait pas traversé les limites du Petit Tibre depuis de longues années. Le rêve qu’il venait de faire l’inquiéta sérieusement puisque voilà plusieurs jours que son ami aurait du être rentré et il n’avait pas donné signe de vie. Certes Orion n’était pas un augure ou un enfant de Phébus, mais il ne pouvait s’empêcher de craindre que ce changement dans la vision de son rêve - ou plutôt de son cauchemar - n’eût une quelconque valeur prémonitoire. Il se leva sans un bruit, s’habilla toujours en silence, emballa quelques affaires dans un sac qu’il jeta sur son dos et empoigna son arc. Il devait en avoir le coeur net.

Quelques minutes lui suffirent pour arriver à la maison principale. Il était retourné vivre au camp après avoir découvert la vérité sur Lorelei, il y a quelques semaines qui lui semblaient avoir duré une éternité. Avant ça il ne se sentait jamais coupable de disparaître sans prévenir lorsqu’il décidait que sa visite au camp devait prendre fin. Mais maintenant, il avait le sentiment qu’il ne pouvait plus agir de la sorte. Il s’était engagé en revenant, à entraîner les légionnaires au tir à l’arc notamment. Aller demander l’accord d’un préteur de presque dix ans son cadet pour disposer de sa personne et aller retrouver son ami était loin de l’enchanter, mais il sentait que c’était nécessaire. « - Tu ne peux pas passer. » Un adolescent en tenue de légionnaire s’était adressé à lui, lui barrant l’accès à l’entrée de la demeure. « - Je dois parler à un des prêteurs, c’est urgent, bouge toi gamin. » Il n’y avait aucune animosité dans sa voix, en fait, il n’y avait aucune expression presque comme à chaque fois qu’il ouvrait la bouche depuis qu’il était de retour. Ses camarades qui l’avaient connus avant ne le reconnaissaient plus. « - Ils ne peuvent pas te recevoir ils sont en concile avec un ambassadeur grec. » À ce stade il n’écoutait même plus le jeune légionnaire. Il se contenta de s’envoler pour atterrir derrière lui. Sans lui laisser le temps de réagir il poussa la porte et se fraya un passage jusqu’à la salle où se trouvaient les prêteurs et le Grec. Il n’arrêta son regard sur ce dernier que pour constater qu’il devait être à peine plus âgé que lui avant de s’en désintéresser. « - Désolé d’interrompre, mais j’ai toutes les raisons de penser qu’Aaron est en difficulté, je voudrais partir à sa recherche. » Il avait reporté son attention sur les prêteurs, s’exprimant d’une voix froide et presque autoritaire qu’ils ne semblaient pas apprécier. « - Orion tu dépasses les limites là. » commença le premier d’entre eux. « - Sors de cette pièce et on oubliera ton intrusion. C’est au camp qu’on a besoin de toi, Aaron est suffisamment grand et il connaissait les risques. » répliqua le deuxième. Il ne s’était à vrai dire pas préparé à un refus. Pris de cours, il reposa de nouveau son regard sur le Grec pendant qu’il cherchait quelque chose pour convaincre ces deux merdeux.


acidbrain



_________________
our love story will die with us
i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. the ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
 

(sebastian) i'm a fool for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (m) - ZAC EFRON ou MATT LANTER - Sebastian T. Fitzpatrick
» F1 GP De Singapour 2011 : Victoire Sebastian Vettel
» Présentation de la femme de Yato et Sebastian, Zuzu (Yusuru)
» Sebastian Stan : avatars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: san francisco.-