Partagez | .
 

 « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
SANG-MÊLÉ GREC.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 148
parmi nous depuis le : 15/05/2016

SANG-MÊLÉ GREC.

MessageSujet: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   Sam 2 Juil - 16:47

Face to face
Marvin & Alaska

Alaska prenait tranquillement le petit déjeuner qui se résumait à un thé anglais au lait et twinkie tout écrabouillé sortit de son sac à main. Les écouteurs dans les oreilles, elle dodelinait de la tête en écoutant sa musique sans réveiller l’appartement. Soudain deux mains s’écrasèrent avec fermeté sur la table de chaque côté d’elle. Le poids d’une personne s’appuyait dans son dos. C’était Lilly. Elle avait sursauté, arrachant un écouteur à la volée et ayant écrabouillé encore plus son gâteau d’un coup de poing. L’homme avait évité de peu un coup de ttête.
« T’es vraiment trop con ! gueula t-elle.
_Il serait temps que tu rentres chez toi et affronte ta vie de pauvre fille incomprise par son père. O’ revient ce soir, je crois que Edmund passe aussi, puis Stanislas dort ici. Je peux gérer autant de demi-dieu chez moi. Puis tu devrais aller te préparer. Tu vois Marvin aujourd’hui. Essaie de mettre un truc joli », lui cracha t-il en dégageant sa nuque de sa longue chevelure et venir y déposer un baiser. Elle avait frissonné et grimacé. Elle n’était pas d’humeur après ce qu’ils avaient bu hier. Son crâne était comme dans un étau. Elle attrapa directement à la bouche les morceaux de gâteau collé contre la tranche de sa main et soupira.
« On dirait presque tu contrôle ma vie. Tu sais tout ou quoi ?
_Le Prince sait tout et contrôle ta vie, tu devrais le savoir… Puisque tu vas faire ce que je dis : tu vas finir ton petit déjeuner et me faire le plaisir de pas trainer. J’ai pas envie de me battre avec un monstre. J’ai trop mal au crâne ». Alaska soupira une nouvelle fois et prit tout son temps pour finir son petit-déjeuner. Après l’entrainement particulier pour ses auditions, elle était venue passé la soirée chez Lilly après une prise de bec avec son père sur la patinoire. Elle ne tarda pas trop quand même, de peur de croiser trop de tête qu’elle n’avait pas envie de voir. Soit ceux qu’avait précisé Lilly sans innocence. Elle était repassée par chez elle, pour une bonne douche, et se changer.

Le PC sous le bras dans son sac de course en tissus, elle se donna un peu de courage devant la porte de Marvin avant de sonner. Elle se rappelait la discussion qu’elle avait continué avec Lilly durant le petit-déjeuner. Elle lui avait redemander la photo de Marvin que Lilly lui montra de nouveau. Elle avait louché et répliqua un « il est pas un peu roux… » entre le dégout et le désespoir au vu de la tâche que lui avait demandé son ami. Puis jouée les ingénues mignonnes, ou les sulfureuses plantes c’était sympa quand c’était dans son intérêt. Histoire d’avoir un rabais au bar ou au restaurant, obtenir une place assise dans le bus, aller à des backstage d’un concert, … C’était histoire de consommer quelque chose de rapide. Un simple instant. Là, ça devait se faire en douceur et on devait attendre quelque chose qui peut-être n’a pas lieu d’être. Et si il avait rien à avouer et que c’est juste un pauvre informaticien, célibataire, la quarantaine … et roux. En plus ce n’était pas dans son intérêt direct. Et j’ai la gueule-de-bois aussi...

Elle déglutit en entendant la porte s’ouvrir et quand elle le vit, « IRL » son coeur avait lâché un instant. Elle avait fermé les yeux très brièvement comme si elle était parcourut d’une douleur sourde. Et elle s’en voulait surtout, parce que Marvin était peut-être ce qu’il est au point de vue de la mission, mais en tant que personne il est cool. Et ça m’énerve de devoir jouer à ça avec lui. Je le trouve vraiment sympa, on s’entend assez bien. C’est con. La réalité venait de la frapper. Elle n’avait plus le droit de reculer. Du moins pour aujourd’hui. Elle étira un sourire un peu grenée et lui fit un salut timide de la main. « Me voilà !le enfin par parler en se présentant d’une révérence pour l’humour. Elle s’était simplement habillée, un t-shirt large sur un short en jean avec des petites baskets basses aussi usées que le short. Elle n’avait pas eu envie d’en faire plus. Elle avait misé toutes son énergie à se faire coquette en dévoilant simplement ses jambes en cette période estivales. Il ne avait encore jamais vu. Ca aussi c’était une idée de Lilly. Il fallait que la surprise soit marquante. En gros, il m’a pris un peu pour une pute non ? Je suis sûre que si, techniquement c’est pareil. Ou encore plus dégradant. Je suis une carotte… Et si je suis pas son genre. Merde quoi, il doit bien se voir dans un miroir, je pourrais être sa fille. Ca ne marchera jamais… Je veux rentrer chez moi ! pensait-elle, attendant un mot, un geste de la part de Marvin. « Bon on le répare cet ordi ? » dit-elle brusquement, car si elle restait un instant de plus plantée sur le pallier, elle allait finir par rougir mordue par une soudaine et brève timidité.

acidbrain


[/font][/color]

_________________
If I am just a piece of cake, then, you're just a piece of meat to me.
« Tout ce qui constitue la féminité, dans notre culture, dans nos traditions, est fait d'interdits, d'éléments négatifs. On nous enseigne à ne pas faire beaucoup plus qu'à faire. »
E. JONG

Pour m’envoyer un mp, merci de passer par hillel. ❤︎


Dernière édition par Alaska J. Matthews le Sam 22 Oct - 12:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1488
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   Mer 27 Juil - 9:15

Face to face
Marvin & Alaska

D'ordinaire, Marvin était contre les rencontres IRL. Il avait l'intime conviction que rien de bons ne pouvait ressortir de ce genre de chose. Pire, ce genre de rencontre pouvait avoir un impact néfaste sur le délicat lien tissé entre deux personnes sur la Toile. Se faire une place, sympathiser avec les autres, ces choses étaient presque aussi difficiles à faire dans le monde virtuel que dans le monde réel. Cependant, Internet avait un net avantage par rapport au quotidien : on pouvait être qui on voulait. Disons plutôt qu'il n'y avait pas le barrage de la première impression. Dans les jeux en réseaux, seul comptait vos aptitudes. Une personne populaire à l'école pouvait être traité de 'noob' si elle n'était pas assez vive pendant la bataille virtuelle et inversement, un loser pouvait être un expert. On pouvait mentir sur son âge et... Bon, d'accord, Marvin avait renoncé à ce petit mensonge lorsque l'usage d'un micro augmentait les réussites d'actions combinées en même temps que de tomber le masque sur ce point. Cependant, la conclusion restait la même : Internet avait ces propres codes, vouloir mélanger la réalité et le virtuel revenait à briser ce code. L'agent de liaison de DLCEM s'était toujours contenté des avatars pour imaginer ces partenaires on-line et espérait très fort que les partenaires en question faisait de même.

Pourtant, en ce jour, Marvin allait enfreindre cette règle. Il allait rencontrer une joueuse. Chez lui. Double bug dans la matrice. Essayer de ranger son appartement pour qu'il ne ressemble pas trop à une antre de geek l'aidait à ne pas se concentrer sur ce point. Si jamais l'informaticien se mettait à trop réfléchir sur l'irréalisme de la situation, il se mettrait à soupçonner avoir été remplacé par un clone durant son sommeil. Heureusement, le rangement lui demandait toute sa concentration. Se débarrasser de tout ce qui transformait le sol en parcours du combattant s'avéra être la partie facile. Ensuite, Marvin s'était lancé dans un débat intérieur où il remettait en doute la présence de chaque comics, chaque posters, chaque figurines du salon. Vu l'avalanche de films Marvel, était-ce prudent de s'afficher ferme partisan DC comics ? Ou bien cela le ferait passer pour un Hipster ? Quelle proportion film culte et comics ? Fallait-il tabler sur du cinquante-cinquante ou privilégier le septième art ? Bref, beaucoup de questions à la limite de l'existentiel pour lui. Puis, passant d'une préoccupation à une autre, était venue le problème des vêtements. Que porter ? Sa garde-robe se divisait en deux parties : détendu affreusement geek avec ces t-shirts achetés en convention ou bien chemise/cravate dans des couleurs et motifs peu ordinaire (de l'avis de ces collègues). Marvin était persuadé avoir une chemise blanche tout ce qu'il y avait de plus classique, mais impossible de remettre la main dessus ! Elle avait sans doute été engloutie sans pitié par la brèche interdimentionnelle donc il soupçonnait l'existence dans son placard. Comment expliquer autrement la disparition de plusieurs chaussettes gauches ?

Une interrogation qui chassa temporairement une autre question : pourquoi s'imposait-il cela ? Pour une fille. Ce serait affreusement réducteur comme réponse. Pour un ordi ? On s'approchait, mais cela ne restait qu'une partie minime de la vérité. Pour le bien de l'équipe. Voilà, c'était son intime conviction. Au nom du travail d'équipe, il allait commettre le double interdit : recevoir une inconnue chez lui et faire une rencontre IRL. Car il avait un peu enjolivé la réalité en pensant que, sur internet, seul les compétences comptaient. Avoir un bon ordinateur était tout aussi important. Combien de fois, alors qu'il faisait équipe avec Alaska, ils avaient frôler la victoire, mais perdu à cause d'un problème de lag du côté de sa partenaire ? C'est pour cela qu'il s'était proposé d'essayer d'améliorer les capacités de l'ordinateur. Il fallait prendre le problème à bras-le-corps et se sacrifier pour la cause.

Le bruit de la sonnette l'arracha à sa contemplation de la pièce et le fit sursauter. Frénétiquement, il lança un dernier regard à sa tenue. Une chemise à manche courte ouverte qui masquait les logos sur les manches et le dos de son t-shirt, un pantalon et des baskets. Rien de suspect, n'est-ce pas ? Rien qui permettrait de conclusion hâtive. Du moins, il l'espérait. Marvin réajusta ses lunettes Anti-Brume avant d'aller ouvrir.

Il était impossible pour une personne ayant son imagination de ne pas avoir spéculé sur l'apparence d'Alaska. Puis il avait fait une recherche rapide au travail pour au moins avoir une photo. Oui, c'était moralement discutable, mais c'était pour éviter que quelqu'un d'autre se faisant passer pour Alaska ne pénètre dans son appartement. Il fut soulagé que ce ne soit pas le cas. Ensuite, son regard descendit sur le bas de la tenue de sa visiteuse avec la même expression qu'aurait quelqu'un n'ayant jamais vu de short de sa vie. Confus, il releva vite les yeux. "Salut... Euh.... Entre." Bredouilla-t-il en faisant un geste pour l'inviter à entrer. Marvin semblait tout aussi gêné que sa visiteuse.

Au moins, elle avait réussi le test des lunettes anti-brume. Alaska n'était pas un monstre. Est-ce que les monstres jouaient aux jeux vidéos ? L'informaticien aurait pensé que non, jusqu'au jour où il en avait croisé un lors d'un tournoi IRL. Quand je vous disais que rien de bon ne pouvait ressortir de ce genre de rencontre ! Marvin chassa au mieux ce souvenir tandis qu'il referma la porte derrière lui. "In... Installe-toi où tu veux." Proposa-t-il en se massant la nuque. La question qu'avait posée sa visiteuse à propos de l'ordinateur sonnait comme une boue de sauvetage. La promesse que cette visite allait quitter le côté gênant pour se concentrer sur un sujet qu'il maîtrisait. "Hum... Avant de regarder pour l'ordinateur, tu veux quelque chose à boire ?" Quoi que... Était-ce vraiment une bonne idée de laisser sa visiteuse seule dans le salon ? Trop tard pour reculer, la question avait franchi ses lèvres.

acidbrain




Spoiler:
 

_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SANG-MÊLÉ GREC.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 148
parmi nous depuis le : 15/05/2016

SANG-MÊLÉ GREC.

MessageSujet: Re: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   Jeu 28 Juil - 7:41

Face to face
Marvin & Alaska

Elle ne sait pas exactement combien de temps elle avait attendu, mais assez pour pouvoir énumérer les hypothèse de son attente devant une porte close. Il n’était pas là, ou alors elle s’était trompée de porte, de date, de quartier, de pays ? Elle avait hésité à faire demi-tour. Si finalement il ne voulait pas lui ouvrir. L’IRL fut difficile à caser mais l’occasion s’était présenté à eux. Il avait l’air réticent, et pourtant elle avait tendu bien un million de perche avec des guirlande clignotante pour qu’il les voit sans que jamais il n’ait voulu se lancer. C’est alors que c’est son ordinateur qui eut la chance de lui donner cette occasion de se voir et « renforcer » leur lien comme on lui avait gentiment demandé et qu’elle avait gentiment accepté. Après, Lilly devait lui rendre la pareille en retour. La porte s’ouvrit alors et elle avait coupé son souffle un instant avant de la reprendre gentiment, mal à l’aise. Cela n’aurait été que pour jouer le jeu avec un parfait inconnu, aucun soucis mais c’était différent. Bon, c’était un parfait inconnu en soit, mais les moments qu’ils avaient passés en jeu et ou micro, à rire et même parfois à se confier (pour son cas à elle), ça changeait la donne. De premiers abords, il avait l’air d’une personne si gentil et elle n’était pas inhumaine. C’est aussi pour cela que quand elle faisait des coups bas, elle s’arrangeait pour ne pas trop connaitre ses victimes. Et de le voir là dans l’encadrement de la porte, son allure et ses bégaiements, il était toujours aussi foncièrement gentil. Un sourire en biais et elle avait juste envie d’abandonner. Le regarde de l’homme l’avait dévisagé de la tête aux pieds et elle put que remarquer cet instant de latence alors qu’il avait atteint ses jambes. Elle se demandait si elle avait fait trop ou s’il avait déjà vu une fille de sa vie. Contrairement à elle, il parlait très peu de lui.

Pour changer de sujet, elle avait cité son ordinateur, les voyant tout les deux comme des billes, elle toujours dans le couloir et lui qui lui barrait le passage inconsciemment. De quoi ils auraient l’air si un voisin arrivait et qu’ils voyaient tous deux l’avis qu’il se ferait dans son regard. Ils risquaient d’être encore plus coincés dans le moment gênant de leur rencontre. Le PC était une bonne pioche, car cela mis comme un peu d’huile dans les rouages et enfin il lui céda le passage. Elle lui sourit pour le remercier et pénétra, toujours sa bête sous le bras. D’un pas timide, elle pénétra et enfin, elle s’avança un peu plus dans l’appartement de Marvin. Un autre sourire illuminait son visage, mais parce qu’elle était amusé. Il n’y avait pas encore grand chose dans le couloir qui amenait à toutes les pièces de l’appartement mais il y en avait assez. Il y avait de la vie dans son habitation. Pas extrêmement rangé et propre, détaché et dénué d’âme comme celui de Lilly par exemple.

Il lui parla, mais elle continuait sa visite jusqu’au salon. « Je veux bien. Si tu as du café ou un thé ce serait parfait ! » avait-elle parlé fort pour qu’il l’entende. Avec ses restes d’alcool de la veille, elle s’abstiendrait de demander une bière. Et là, elle laissa échappé un petit rire en voyant le salon, se plaquant une main sur la bouche. Un regard bref en arrière de peur qu’il ait entendu. Ce n’était pas méchant, mais plutôt un bonne étonnement. En fait, c’est un gosse ! Oooh non ! posa t-elle son ordinateur sur la table basse pour s’approcher d’une étagère et son regard brilla devant une figurine de Loki, tiré du film Avengers. Peinte à la main, collector et édition limité. Il ressemblait comme deux gouttes d’eau à l’acteur et les finitions étaient parfaite. Alaska la voulait, mais le temps qu’elle rassemble les 300$, elle n’en restait déjà plus.  « Moi qui pensait que tu as pris autant de temps à m’inviter chez toi parce que tu avais peur des filles, maintenant je comprends mieux. Tu as peur qu’on te pique tes trésors avoue ! » avait-elle crié du salon alors que Marvin devait sûrement lui préparer de quoi se désaltérer un peu.

Puis elle continua son tour dans le salon, laissant ses doigts caresser toutes les pochettes de jeux-video divers et dvd sur une bibliothèque. Elle prit quelques boitier qui ne lui disait rien et lisait les descriptif de jeu, en ouvrant quelques uns pour encore plus s’instruire via les fascicules. Elle aimait beaucoup le peu qu’elle voyait de son logis et s’y sentait bien. L’atmosphère la détendit. Si bien qu’elle en avait presque oublié pourquoi elle était là. Bon c’était aussi une raison pour mieux s’en sortir avec son PC elle qui n’y connaissait rien et préférait balancer les appareils électronique quand ils ne lui répondaient pas. Son état d’esprit avait changé, et elle était simplement là pour se faire aider et partager avec un ami gamer. Elle s’étonna même de ne pas en avoir tant que ça. C’était bien dommage car ça lui permettrait vraiment de changer un peu de la vie social parfois si superficielle et barbante qu’elle avait en général.
acidbrain




Spoiler:
 

_________________
If I am just a piece of cake, then, you're just a piece of meat to me.
« Tout ce qui constitue la féminité, dans notre culture, dans nos traditions, est fait d'interdits, d'éléments négatifs. On nous enseigne à ne pas faire beaucoup plus qu'à faire. »
E. JONG

Pour m’envoyer un mp, merci de passer par hillel. ❤︎


Dernière édition par Alaska J. Matthews le Sam 22 Oct - 12:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1488
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   Mer 21 Sep - 21:26

Face to face
Marvin & Alaska

Marvin avait du mal à faire un geste qui, pourtant, sur le papier, était plutôt simple à exécuter : quand quelqu'un sonnait ou toquait à la porte, on sonnait. Il avait hésité, car ce n'était pas une simple histoire de stress devant sa première rencontre IRL depuis... Toujours... Puisqu'il avait toujours fui les rencontres IRL avant le cas de force majeur qui l'avait poussé à accepter celle d'aujourd'hui. Déjà rien que ce point était une bonne explication pour justifier sa légère hésitation. Ce n'était pas tout, on vivait dans un monde bizarre. Un monde peuplé de monstres, de demi-dieux et carrément des dieux antiques. L'informaticien avait appris à force que toutes les personnes appartenant à cette deuxième catégorie n'étaient pas forcément maléfiques et il était très peu probable qu'un dieu ou une déesse vienne sonner à sa porte. Par élimination, il ne lui restait plus que le premier cas à craindre.

Ainsi, lorsqu'il trouva enfin le courage d'ouvrir, le geek eut bien du mal à retenir un soupir de soulagement. Non seulement, son invité avait passé le test des lunettes anti-Brume, mais, en plus, elle correspondait à la photo qu'il avait trouvée en trifouillant sur le réseau. De ce fait, en plus d'avoir la certitude qu'Alaska n'était pas une créature venant le dévorer, il avait la certitude qu'elle était bien celle qu'elle prétendait être. Doublement rassurant. Sauf si c'était un clone ou un double maléfique. Marvin essaya de balayer cette éventualité. Le camp adversaire ne devait pas avoir une avance technologique suffisante pour faire ce genre de chose. C'était impossible. Ils en étaient encore à se battre avec des épées. Bon, peut-être avec de la magie... Non ! Pourquoi est-ce qu'il pensait à ça ?

Son inspection sommaire avait aussi pour but de vérifier un indice prouvant sa dernière théorie. Il y avait toujours un indice dans la tenue des doubles, un chiffre à l'envers, des couleurs inversés, ce genre d'indice. Il ne trouva rien de compromettant, bien que la tenue d'Alaska le perturbât un peu. Les dames qu'il avait l'habitude de côtoyer au boulot avaient plus l'habitude de porter des tailleurs chics ou des pantalons. Enfermé dans son petit monde, Marvin se retrouvait à bugger devant une tenue ordinaire. C'était grave.

Il n'avait toujours pas proposé à sa visiteuse de rentrer. Tout comme ouvrir une porte, il s'agissait encore d'un geste simple. Il s'était perdu en conjoncture, en bon petit adepte des théories du complot qu'il était. Qu'on lui rappelle pour l'ordinateur sembla remettre son cerveau en marche. Marvin se décida enfin à s'effacer pour laisser Alaska passer.

En fermant derrière eux, Marvin essaya de contenir ses gestes nerveux en gardant ces mains dans ces poches dans une attitude qu'il espérait décontracter. Intérieurement, il passait en revue les éléments de la décoration qu'il avait pris beaucoup de temps à ranger. Trop tard pour faire des ultimes retouches, l'informaticien n'avait plus qu'à espérer avoir fait du bon boulot et qu'il n'allait pas être qualifié de no-life, d'adulescent ou d'autres termes plus ou moins blessant dans le genre.

Afin de masquer au mieux qu'il attendait le verdict de la première impression, il proposa timidement à boire. Marvin ne réalisa que trop tard que partir chercher une boisson signifiait laisser son invité seule dans le salon. Maintenant qu'il l'avait proposé, il ne pouvait plus reculer. "Du café, j'ai." Répondit-il, mélangeant involontairement l'ordre de ces mots tel un apprenti maître Yoda. Inconscient de son imitation, il ne tarda pas à trouver refuge dans la cuisine pour préparer deux cafés. À l'abri des regards, l'informaticien poussa un soupir dans le but de relâcher l'auto-pression qu'il s'infligeait.

C'était juste une réunion pour améliorer les performances d'un ordinateur, rien de plus, pas de quoi se monter la tête pour si peu. Essayait-il de se persuader, tout en restant attentif aux bruits qui pourraient parvenir du salon. En fait, il n'avait pas besoin de tendre l'oreille puisqu'Alaska lui cria quelque chose à propos de ces trésors, ce qui produisit un nouveau pic de stress chez l'informaticien alors qu'il passait mentalement en revue ces goodies. "Euhhh... Ouais... C'est difficile de résister devant la qualité de certaines de ces merveilles." Répondit-il en haussant la voix et surtout en espérant ne pas avoir répondu à côté. Le temps de préparer le café, le geek avait retrouver son calme et était même plutôt fier de lui lorsqu'il revint en tenant le plateau sans trembler. Son regard était baissé sur le dit plateau qui demandait toute son attention puisque l'objet était surchargé avec les deux tasses, du lait, des sucres, de biscuit, des carrés de chocolat et les petites cuillères. "Je ne savais pas si tu le prenais noir, au lait ou avec du sucre, alors j'ai un peu pris de tout." Dit-il d'une voix transpirant la volonté de se conduire en parfait hôte.

Marvin se figea un instant en constatant que sa visiteuse était en train de passer en revue sa bibliothèque. Puis il se força à se remettre en mouvement (ne serait-ce que parce que le plateau surchargé pesait son poids, mine de rien) et il s'approcha de la table basse pour déposer son butin. "Bon... Et si on branchait la bête ?" Proposa-t-il en se frottant les mains. Un sourire radieux se trouvait sur ces lèvres, bien qu'encore un peu crispé par sa timidité, comme à chaque fois qu'il était question d'un sujet qui le passionnait. Avec des gestes qui témoignaient du fait qu'il les avait fait assez de fois pour que cela devienne un automatisme, il branche l'ordinateur à la prise la plus proche. "Enfin... Je devrais peut-être te laisser taper ton mot de passe, avant." Car pour lui, il était évident que l'ordinateur d'Alaska était protégé par un tel système, tout comme le sien.

acidbrain



_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SANG-MÊLÉ GREC.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 148
parmi nous depuis le : 15/05/2016

SANG-MÊLÉ GREC.

MessageSujet: Re: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   Sam 22 Oct - 14:37

Face to face
Marvin & Alaska

Si elle avait su ce qui se passait dans la tête de Marvin lorsque ce dernier avait ouvert la porte, elle aurait sûrement ri malgré elle. Elle le jaugeait, attendant presque aussi mal à l’aise que lui et elle le sentait. A se demander s’il n’arrangeait pas les choses et avait transmit son état à la demoiselle qui n’avait pas la tête à jouer les allumeuses innocentes. Avec un vieux et roux ! Elle en venait à se poser la question si Marvin était vraiment un homme dont on devait s’inquiéter ou assez intéressant pour que Lilly l’envoie jouer ses plans foireux. Avec qui il jouait à ce moment. Elle ou lui ? Alaska se retenait de soupirer et étirait un sourire avant d’entrer dans le vif du sujet. L’ordinateur les avait vite fait quitter le pallier. Il y avait bien quelque chose qu’il maitrisait parfaitement… Ca avait l’air de le faire réagir en fait. Même peut-être plus que moi… Alors soit y’a peu de filles qui sont venues ici ce qui est la meilleure des hypothèses, soit ! Il est déjà carrément sous le charme, mais là j’en doute. Je dois ressembler à une tablette de peinture oublié par son peintre depuis deux jours. C’est dommage. Ca m’aurait évité certains efforts. Et si j’utilisais mes pouvoirs ? Non ! Ca se fait pas. Déjà que j’avais pas trop envie. Je vous assure qu’il est vraiment sympa quand on joue. Ou alors je les utilise juste pour rire. On n’y verra rien.

Il lui proposa un café et elle accepta. Puis son hôte s’osa enfin à disparaitre et la laisser errer. Elle posa sans délicatesse son ordinateur dans sa pochette en mousse sur la table basse et était partie à l’aventure. Pour le peu qu’il y avait dans le salon, c’était bien ce à quoi elle s’attendait de lui. Ou elle s’imaginait pire. Finalement… Elle jubila devant une figurine, parmi les rares qui meublaient une étagère ou un coin de table. Il y avait des affiches de choses diverses, puis quelques jeux-vidéos qu’elle s’empressa d’aller voir. Sans honte, elle tirait les boitiers de la bibliothèque et lisait aussi les couvertures des ouvrages tout en se faisant une idée du personnage. Sauf que ça, c’était le boulot de Lilly. Pas le miens. Il y avait aussi pas mal d’objet qui donnaient l’air de sortir d’une autre planète. Ou de l’Enterprise… Des appareils électroniques inconnus à la culture bien maigre de la demoiselle. Elle ne savait même pas si c’était connecté à l’un des nombreux écrans de P.C. parce que ce dernier en avait besoin et qu’ils marchaient avec, ou si c’était juste pour des tests. Elle caressa un des boitiers noirs. Il y en avait pleins et de tailles diverses avec chacun ses lumières, bleu ou vert, voire rouge. Ca clignotait rapidement ou de temps en temps, restait constamment allumé. Même la souris sortait tout droit de Alien ! C’est quoi tous ces boutons ! Elle jeta un oeil par-dessus son épaule. Marvin avait répondu à ses beuglements mais à bien y réfléchir elle ne savait même plus ce qu’il lui avait répondu. Pas la réponse qu’elle attendait. Il n’était toujours pas là et elle sortit son téléphone coincé dans la poche arrière de son micro-short en jean. Elle prit simplement une photo de ce spot électronique. Ca pouvait toujours intéressé son gourou. Et surtout cela sera une preuve que je suis allée chez lui si jamais Lilly ne me croit pas ! Et elle en prit d’autre de la pièce entière.

Il y avait bien d’autres petites trouvailles dans ses étagères qui la rassurèrent. Il n’est pas gay. Bah oui, c’est important. Que je ne perde pas mon temps pour rien. Ou alors j’utilise mes pouvoirs, je prends tout ce que je dois savior et on n’en parle plus, était-elle vraiment tentée sauf qu’aujourd’hui elle était touchée pour la culpabilité. Puis elle leva la tête devant un poster à l’humour geek. Même elle avait compris et elle sourit. Alaska s’étonnait elle-même d’être curieuse de le connaitre. Elle secoua la tête. De toutes les façons pourquoi se presser à utiliser mes capacités. Mes pouvoirs finiront bien par faire le travail tout seul et sans ma permission, soupira t-elle après cette réflexion. Elle faisait allusion aux émanations d’affection et d’attirance qu’elle avait et lui venait de son pouvoir de création de lien affectifs. Chacun avait sa résistance, mais trop souvent ils finissaient par succomber. Et pas qu’un peu… Elle ne comptait plus les prétendants les plus sensibles et instables qui ont fini obsessionnels, harcelants ou violents. Voire les trois. En vrai, j’ai plutôt envie qu’on se fasse un Halo en coop’. tenait-elle le boitier entre ses mains. Que de devoir secouer mes boots sans savoir si cela lui ferait vraiment de l’effet. Tiens, j’aurais peut-être du les sortir un peu. Ca m’aurait facilité la tâche. regardait-elle pensive son grand t-shirt gris informe dont le col avait été découpé pour pouvoir dégager timidement une épaule. Puis elle se demandait s’il était expérimenté ou l’archétype du puceau-à-quarante-ans. Si c’est le cas il a sûrement du passé des années à fantasmer et ça me faciliterai bien la tâche. Je papillonne des cils et il me ferait une confiance aveugle !

Soudain le tintement des tasses la sortit de ses réflexions internes. Elle se retourna et ne put s’empêcher de sourire. Marvin marchait d’un pas léger et précis, les deux mains sur un plateau chargé. Son regard était porté sur la vaisselle branlante qui n’attendait qu’à se renverser au sol. Mais c’était sans compter sur la concentration de l’homme qui prenait toutes les précautions du monde. Il l’informa – et sans rien faire tomber – qu’il avait tout pris ne sachant ce qu’elle voulait. Le sourire de la jeune-femme s’étira encore plus. « Ou tu aurais pu me demander au lieu d’apporter ta cuisine ici… » lui lança t-elle avec une voix presque timide et un petit rire taquin. « Merci beaucoup pour tout ce mal » finit-elle par lui dire, un peu coupable, alors qu’il déposait le tout sur la table basse. Il lui tournait le dos et Alaska fit une moue déconfite. Il est peut-être roux et vieux mais il est adorable. J’dirais presque craquant mais faut pas pousser non plus. Elle s’approcha du plateau et prit un morceau de chocolat puis une tasse de café noir. Dans son mouvement, l’appel des douceurs et son esprit un peu dispersé, elle n’avait pas pris le soin de ranger le boitier de jeu et le déposait sur la table. Elle tenait le mug entre ses deux mains et soufflait doucement dessus avant de boire une toute petite gorgée.

Marvin s’affairait à allumer le P.C. portable d’Alaska. Il était d’assez bonne qualité et fait pour les jeux. Or il était vieux de déjà quatre ans et commençait à être obsolète. Puis il était rempli d’applications inutiles qui tournaient en fond et polluaient sa ram. D’un geste sûr, presque instinctif il le brancha, l’ouvrit et l’alluma. Les quelques notes d’annonce de démarrage brisèrent le silence presque religieux. Alaska n’avait pas quitté Marvin des yeux, s’étant assise directement au sol dans un parfait alignement entre la table basse, le canapé et Marvin (à sa droite) sur ce dit canapé. Il lui demandait son mot de passe. Elle ne comprit pas tout de suite et le fixait avec un regard vide. Elle saisit enfin et elle lui fit une expression qui traduisait un : « ah oui ! » lorsqu’elle vit l’écran de son ordinateur qui attendait son Sésame afin de poursuivre le démarrage. L’ordinateur était surtout tourné vers Marvin. Elle aurait pu tourner le P.C. mais elle utilisa une tout autre tactique. Elle se dressa sur ses genoux et posa un bras sur la jambe de Marvin la plus proche. C’était histoire d’avoir un appui et aussi d’établir le contact. Un simple geste innocent et presque naturelle chez la fille d’Aphrodite parfois si peu délicate. Fuck You fut tapé dans la case pour le mot de passe et enfin l’ordinateur leur ouvrit les portes qui menaient à ses entrailles. Elle se repositionne en tailleur sur le sol. « Tu peux touts me dire t’sais. Si je dois m’en séparer bah… Je le ferais. Je pensais à la location, ça me permettrait de changer tout les deux ans et être à la page… T’en penses quoi ? Ces machines ça devient has-been tellement vite. Enfin je dis ça. C’toi le pro des machines. Pas moi. »

Et l’ordinateur essayait toujours de démarrer. Alaska fixait l’écran ailleurs. « Des fois je vais me préparer un café le temps que ça arrive. Mais il est déjà fait ! Ca peut être long… Tu devrais peut-être sortir un jeu de carte… » soupira t-elle avec exagération et humour.

acidbrain



_________________
If I am just a piece of cake, then, you're just a piece of meat to me.
« Tout ce qui constitue la féminité, dans notre culture, dans nos traditions, est fait d'interdits, d'éléments négatifs. On nous enseigne à ne pas faire beaucoup plus qu'à faire. »
E. JONG

Pour m’envoyer un mp, merci de passer par hillel. ❤︎
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1488
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   Mar 15 Nov - 18:44

Face to face
Marvin & Alaska

Marvin n'avait pas l'habitude de recevoir de la compagnie. La dernière fois qu'il avait reçu quelqu'un dans son appartement, c'était un fils de Mars que l'agent Lond avait attaché à une chaise pour un interrogatoire musclé en dehors du Département. Cela en disait long sur ces relations sociales dans la vraie vie. Les siennes, hein, pas celle de l'agent Lond. Quoi que... Bref ! Pour l'heure, l'informaticien essayait d'être le meilleur hôte possible, tout en essayant de freiner son imagination concernant le fait qu'il y avait une demoiselle seule, dans son salon, un endroit qui pourrait être appelé un temple au dieu geek à cause de chaque détail qui le composait. Il essayait de se persuader qu'Alaska était resté bien sagement assise et n'avait pas commencer à fouiller les lieux. C'était peu probable. Lui-même était de nature très curieuse et aurait sans doute cédé à cette curiosité dévorante si la situation était inversée. Cependant, pour le bien de sa santé mentale, il voulait se raccrocher à ce mensonge. S'y accrocher et se dépêcher de préparer le café.

L'instant d'après, Marvin refit son apparition en tenant un plateau surchargé. Les tasses tintaient légèrement à cause d'un léger tremblement dû à l'effort. L'informaticien avait les yeux rivés sur sa charge à l'équilibre précaire et avançait avec la prudence d'un aventurier dans un temple ancien rempli de pièges. Il annonça qu'il avait pris un peu de tout comme il ne savait pas les préférences de son invitée. Le geek leva la tête pour regarder Alaska avec des yeux ronds lorsqu'elle lui signala avec un petit rire qu'il aurait pu demander au lieu de se surcharger ainsi. "Ah... C'est vrai, oui, j'aurais pu..." Commenta-t-il platement en révélant ainsi, pour ceux qui en doutaient encore, qu'il n'y avait pas pensé. Ensuite, Marvin eut un sourire timide et bredouilla des excuses avant de se reconcentrer sur son plateau surchargé. Par miracle, il put déposé le tout sur la table basse, sans rien casser ni renverser. Cette prouesse lui arracha un soupir de soulagement. Du moins jusqu'à ce que le geste d'Alaska, rapide comme l'éclair pour prendre un morceau de chocolat, le fît sursauter. "Désolé, désolé." Bredouilla-t-il en riant de sa propre bêtise. "C'est juste que j'étais concentré et tu... Tu m'as surpris."

S'il avait été seul, Marvin se serait tapé le front contre la table basse en se traitant d'idiot en boucle. D'un autre côté, s'il avait été seul, il n'aurait pas réagi de manière aussi gênante et donc n'aurait pas eu besoin de se cogner le front de honte. Chassant de son esprit de ce paradoxe mental, il se saisit de son propre mug pour boire une gorgée de café. Son regard restait baisser sur sa tasse, puis sur l'ordinateur portable d'Alaska. Dès qu'il posa les yeux sur la machine, la gêne sembla disparaître du regard de l'informaticien. Les ordinateurs, c'était sa zone de confort. Marvin posa sa tasse et amena la 'bête' devant lui pour l'inspecter un peu avant de le brancher. Il s'était attendu à pire, vu les lags dans les parties avec sa visiteuse. Bien que le pc datait un peu, il vit tout de suite que c'était un ordinateur pour gameur. Le geek fit les différents branchements sans réfléchir, même lorsque la demande de mot de passe s'afficha, il fut tout d'abord un geste pour cracker le code, avant de finalement réaliser que l'ordinateur ne lui appartenait pas. Marvin interrompit son geste, presque embarrassé d'être pris en flagrant délit de tentative de piratage. Pour combler le silence gênant qui menaçait de s'abattre, il demanda le mot de passe.

Du moins, en principe, sa question devait combler un silence gênant, sauf qu'au lieu de cela, Alaska le regarda avec un regard vide. "Le mot de passe. Il y a bien un mot de passe pour se connecter à ton ordinateur ?" Répéta-t-il avec patience et une pointe d'angoisse à l'idée de recevoir une réponse négative. Ce terrible instant n'arriva pas, heureusement, car la demoiselle sembla comprendre tardivement de quoi elle voulait parler. Ensuite... Ensuite, le Monde s'arrêta de tourner. Ou, du moins, c'était tout comme pour lui, car la demi-déesse posa un bras sur sa jambe pour s'appuyer et atteindre le clavier. "Pendant un horrible instant, j'ai cru que tu allais dire non." Avoua-t-il, se retenant de bégayer, afin de cacher sa gêne et empêcher d'avoir les joues rouges devant ce contact pourtant très simpliste. "Je sais que ce n'est pas obligatoire, mais, ne pas en mettre équivaut à autoriser n'importe qui allumant l'ordinateur d'avoir accès à son contenu." Conclut-il avec un petit rire nerveux, alors qu'il n'y avait rien de spécialement drôle dans ces paroles.

"Sy... Sympa, le mot de passe." Commenta-t-il, toujours dans une tentative de briser la glace. Il n'aurait pas dû regarder, il le savait bien, mais, il s'était concentré sur l'écran pour ne pas baisser le regard vers Alaska. Le geek affichait une mine à la fois concentrée et sérieuse, bien loin de la timidité qu'il avait affichée jusqu'à présent, tandis qu'il attendait que l'ordinateur finisse de démarrer. "Ne le condamnant pas immédiatement." Assura-t-il. Il avait le ton du médecin qui voulait croire envers et contre tous qu'on pouvait sauver un patient en phase terminale. "Je vais d'abord le nettoyer et le défragmenter pour récupérer un maximum d'espace." Sauf que l'ordinateur n'avait TOUJOURS pas fini de démarrer. "Ou alors je commence par un petit scan spybots. Après on verra ensemble la liste des programmes pour ne garder que l'essentiel." Ajouta-t-il avec une pause de réflexion.

Lorsqu'Alaska parla de café, Marvin se pencha pour récupérer son mug. Effectivement, l'ordinateur était long à finaliser son démarrage. Perdre autant de temps à chaque fois ? Il serait devenu fou. Puisqu'il fut question de jeux de cartes, Marvin répondit spontanément : "J'ai du Magic, Pokemon, Yugi-oh. Mes decks ne sont plus à jour comme je préfère les versions on-line mais... Mais... Mais, on n'est pas en train de parler de la même chose, c'est ça ?" Réalisa-t-il en marquant une hésitation en milieu de phrase. Quand on lui disait 'jeux de carte' ce n'était pas le traditionnel jeu composé des dames, rois, valets et As qui lui venait en tête.

acidbrain



_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SANG-MÊLÉ GREC.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 148
parmi nous depuis le : 15/05/2016

SANG-MÊLÉ GREC.

MessageSujet: Re: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   Sam 3 Déc - 22:03

Face to face
Marvin & Alaska

Marvin était arrivé avec son immense plateau remplis de tout plein de chose. Alaska l’avait regardé amusé, surtout lorsqu’il lui confia avoir tout ramené ne sachant ce qu’elle prenait. Elle ne put s’empêcher de le taquiner un peu en lui faisant remarquer qu’il aurait été plus judicieux de lui demander, ainsi il aurait évité autant d’efforts. C’était histoire de briser un peu la glace puis que le milieu dans lequel elle se trouvait l’avait rapidement mis à l’aise. Elle se serait retrouvé chez un avocat super sexy, à la décoration design et de grands livres comme des réflexions sur la vie et des énormes volumes de textes de loi, ou encore des ouvrages d’art pré-raphaélite. Bah en fait, un peu comme les premières fois où je suis allée chez Lilly… Sauf qu’il suffit de remplacer les textes de loi par des ouvrages de psychologie, comme Fonctions exécutives et pathologies neurologiques et psychiatriques ou encore des livres historiques sur le sacrifice humain… Au moins chez Marvin, j’ai enfin l’impression que quelqu’un parle le même langage que moi. C’est si rassurant. Vraiment, comment pourrais-je faire un coup bas à un compatriote de ma planète ? Comment l’autre sociopathe de psychiatre va le prendre si je lui explique ça ? Il va comprendre ? Il la comprendrait juste assez pour pouvoir s’amuser à tirer les ficelles de son cerveau et l’amener là où il le veut. Alaska avait un fort caractère, mais un esprit si fragile et vulnérable qu’il lui était aisé d’en faire ce qu’il voulait. Donc à l’aise dans son élément, elle s’était permise de se moquer très gentiment de lui. Elle avait toujours été comme ça, et elle était même pire en lorsqu’ils jouaient en vocal. Mais ça, c’était parce qu’il jouait mieux qu’elle, alors elle le cassait dès qu’elle en avait l’occasion, juste pour compenser. Et bien sûr ce n’était jamais méchant, juste son tempérament. Le pauvre Marvin déjà dans une situation délicate avec son plateau, il dut encaisser le coup. Après ça, elle le fit sursauter en se jetant sur la nourriture comme un animal affamé. Il avait l’air si penaud. Alaska n’osa plus bouger pendant une seconde, le chocolat en bouche, avec un sourire désolée. On aurait dit un petit chiot effrayé et elle un éléphant ayant croisé une souris. C’est ainsi qu’elle le voyait. Si elle continuait, elle allait le piétiner. Alors, elle s’était rapidement assise au sol pour le rejoindre et ainsi se canaliser un petit peu. Et encore, Marvin avait de la chance, car elle n’était pas à 100% à l'aise. Elle pouvait être une vraie tornade quand elle s’y mettait.

Ils étaient devant le PC allumé et il lui demanda le mot de passe. Pour le coup ce ne fut pas la machine qui se mis à lagger mais bien Alaska. Elle prit un petit temps à comprendre et Marvin du voir le vide de son esprit à travers ses yeux, car il insista. Soudain, ça la frappa et elle s’apprêtait à pianoter sur son clavier pour ouvrir l’accès à son ordinateur. Appuyée sur lui, il lui confia ses peurs. Alaska leva les yeux aux ciel : « Franchement, tu sais pourquoi y’a un mot de passe sur ce PC ? Car j’ai toujours eu la flemme d’aller fouiller dans les paramètres pour trouver comment le retirer. En vrai, ça me gave. ». Juste après, il l’éclaira sur son « pendant un horrible instant » en lui expliquant la réalité alternative si son PC n’avait pas été protégé. Elle ne voyait pas l’importance de protéger ses informations. Disons qu’elle n’avait peut-être pas conscience de ce qu’on pourrait trouver sur son ordinateur et comme une ignorante n’adhérait pas à ce principe. Pour elle, ce n’était qu’une contrariété de plus dans la journée que d’écrire ce fichu mot de passe pour la enième fois. D’où le « Fuck you ». Pour toutes réponses, elle se tourna légèrement vers lui, le regarda avec un petit sourire et haussait les épaules. « Et alors ? Y’a pas de photo de moi toute nue, quoique… » se mit-elle réellement à réfléchir « … nop ! Enfin je risque pas grand chose. ». Juste après ça, Marvin avait bêtement commenté son mot-de-passe. Alaska se dressa et le fusilla du regard « Hey, mais je te permets pas ! Pourquoi t’as lu ? Toi et tes grands discours de tout-le-monde-pourrait-voir et t’ose faire ça… N’importe quoi ! » et elle leva brusquement son bras pour le menacer d’un doigt autoritaire « Tu devrais aller au coin. » ajouta t-elle comme une enfant qui imiterait ses parents. Les sourcils froncés, elle faisait les gros yeux et une moue sévère, elle rabattit une nouvelle fois son index avec cette supériorité parentale. « Attention ! » Ensuite, elle se rassit et soupira en regardant le long, très long, démarrage qui se lançait tranquillement.

Pour commencer, en attendant que le temps passe, elle lui avoua qu’elle s’était préparée psychologiquement pour lui dire adieu. Marvin en médecin rassurant, ou un vétérinaire avec votre Yorkshire de treize ans qui venait de mal se remettre de sa dernière crise d’épilepsie, resta optimiste. Après, il parla tout un langage qui lui échappait totalement. Elle n’était qu’une geek de surface. Elle ne se considérait pas comme telle. Une hybride qui aime surtout les jeux et le fantastique, la culture d’un autre univers futuriste et ou magique. Elle avait simplement hoché la tête et trouvait du réconfort pour sa gueule de bois dans la chaleur qu’émanait le mug entre ses mains. Après, elle fit une blague, en parlant de sortir un jeu de carte tant il était long et que parfois elle avait même le temps de se faire un café. Elle ajouta même avec ironie que c’était dommage, il était déjà fait. La demoiselle resta ensuite coite devant la réponse de Marvin alors qu’elle parlait de jouer aux cartes. Elle le regardait avec des yeux ronds comme des billes et secoua la tête lorsqu’il disait s’être sûrement trompé de jeu de cartes. Elle laissa échappé un petit rire, pas très élégant mais si innocent. « [color=teal]Non mais c’était une blague. Il est long, mais on n’a quand même pas le temps de jouer aux cartes. Arrête, tu va le vexer. Là, là... » fit-elle en se penchant vers la table basse pour caresser un des coin de son ordinateur. Des gestes qui se voulait rassurant, comme avec un petit animal. Puis elle se reposa contre le canapé comme si son P.C. était réellement comparable à une intelligence artificielle. « Et en vrai, je ferais bien une partie de Magic, ça fait longtemps, dit-elle en hochant la tête presque nostalgique. Je suis sûre, je te fra-ca-sse. »

Et là, la musique de l’ordinateur annonça qu’il y était presque. Alaska sursauta et frappait dans ses mains toute guillerette. « Alors attends… Parce que maintenant, y’a plein de truc qui vont se lancer. L’anti-virus, enfin je crois que c’est ça, ensuite y’a Steam, le truc pour… tu sais… (elle agite sa main comme si elle fouillait dans ses pensées) pour les jeux craqués, enfin je crois. Le démon du Toule moi je l’appelle, mais je sais bien que c’est pas ça. Puis le truc de ma souris, euh… Parce qu’il se lance même quand elle est pas branché... C’est normal ça ? Moi je pense qu’il déraille complètement. Puis dois y’avoir d’autre conneries qui vont s’ouvrir. Genre Skype et lui, ça peut lui prendre dix minutes, voire mettre en rade mon PC. » et doucement, les fenêtres de différents programmes apparaissaient sur le bureau. Elle s’appuya contre le canapé et laissait toute la place à Marvin pour se dépatouiller avec sa peine-perdue. Sur une petite tablette à côté de l’accoudoir se trouvaient quelques livres et magazines empilés les uns sur les autres. Elle attrapa le premier et eut un petit sursaut de joie. C’était le Ultimate Star Wars et elle commença à le feuilleter, se laissant lentement couler le long du meuble pour s’avachir sur le parquet. Le livre reposait sur ses cuisses, les jambes repliées, et elle tournait délicatement les pages.
acidbrain



_________________
If I am just a piece of cake, then, you're just a piece of meat to me.
« Tout ce qui constitue la féminité, dans notre culture, dans nos traditions, est fait d'interdits, d'éléments négatifs. On nous enseigne à ne pas faire beaucoup plus qu'à faire. »
E. JONG

Pour m’envoyer un mp, merci de passer par hillel. ❤︎
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1488
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   Ven 16 Déc - 17:21

Face to face
Marvin & Alaska

Marvin essayait de rester dans sa zone de confort, les ordinateurs, mais ce n'était pas facile. Pas facile du tout. Si cette scène ne se passait pas dans son propre appartement, il se serait certainement sauvé en courant. Hélas, tenter de fuir en passant par la fenêtre ne ferait qu'aggraver le malaise puisqu'il serait forcé de revenir à un moment ou à un autre... Sauf si sa tentative provoquait une chute mortelle, ce qui rendrait la situation encore plus embarrassant bien qu'il ne serait alors plus de ce monde pour en avoir conscience.

Pourtant, il n'aurait pas dû être aussi nerveux. Alaska n'était pas, techniquement parlant, une inconnue. Ils avaient fait de nombreuses parties ensemble, discuter durant les raids, d'abord par écrit puis via un micro. Donc, logiquement, d'avoir son interlocutrice à côté de lui, en chair et en os, ne devrait pas autant le perturber. Sauf qu'il n'arrivait pas à s'en convaincre. Il n'arrivait pas à relier les discussions passées avec sa visiteuse. En fait, il était à deux doigts de parler d'anciennes conversations sous forme de test pour s'assurer que la Alaska présente dans son appartement était bien la même personne que la Alaska avec qu'il avait joué en ligne. Genre, interrogation surprise.

Ces chances de ne pas passer pour un fou s'il laissait libre cours à sa paranoïa étant très faible, Marvin essaya donc de se concentrer sur le PC. Ce fut un échec puisque la machine demanda un mot de passe, retardant le moment où il pourrait travailler sur la bête et en l'obligeant à demander de l'aide à sa visiteuse.

D'un autre côté, il était rassurant que l'ordinateur d'Alaska ait ce genre de protection. Aucun mot de passe signifiait que n'importe qui pouvait accéder au contenu du PC, si on s'éloignait de la machine ou qu'on la laissait sans surveillance. Il ne comprenait pas comment on pouvait s'en passer. Cependant, il n'eut pas le temps d'exprimer son désarroi. Marvin se crispa encore un peu plus lorsque la demoiselle s'appuya sur lui afin de pianoter le mot de passe. Puis Alaska parla de photo de nue et il sentait le rouge lui monter aux joues. Plus que jamais, l'agent de liaison essayait de se raccrocher aux branches pour étouffer sa gêne. Son regard s'attardait malgré lui sur les lettres appuyé afin d'assembler le mot de passe et il bredouilla un commentaire sur ce dernier. Pourquoi avait-il fait ça ? Il le regretta presque immédiatement.

Bien que Marvin eût conscience d'avoir fait une bêtise, il ne s'attendait certainement pas à une réaction aussi violente. Dès qu'Alaska s'était levé pour le sermonner, il se calla au fond du canapé avec la tête figée dans un effroi muet digne de celui venant de libérer le Kraken. "Pardon ! Pardon ! Je suis désolé ! C'est un réflexe ! Je suis super curieux, c'est limite maladif chez moi. Encore pardon. Je ne l'ai pas fait exprès." Enchaîna-t-il en mettant ces mains devant son visage pour se protéger du doigt autoritaire pointé dans sa direction. "En plus, ce n'est pas ma faute, c'est au boulot, on..." L'avertissement d'Alaska le stoppa net dans ces tentatives d'excuses. Après un ultime 'attention', sa visiteuse se rassit et Marvin poussa un soupir de soulagement.

"Encore désolé." Bredouilla-t-il en s'épongeant le front avec inquiétude. Décidément, il passa par toutes les émotions durant cette visite ! Quand il disait que les irls représentaient le mal !

Ensuite, il se concentra sur l'écran, espérant pour l'énième fois pouvoir retourner à sa zone de confort. Ce qui n'était pas près d'arriver si on en croyait Alaska. Histoire de ne pas retomber dans les bredouillements, Marvin réfléchissait à ce qui pourrait améliorer ce problème. La mémoire de l'ordi devait être encombrée de fichiers inutiles ou il pourrait essayer de voir pour un ajout de mémoire. Dire les différentes options à voix haute l'aidaient à se détendre. Sans doute est-ce pour cela qu'il parla de jeu de cartes magic, pokemon et autres trucs dans le genre... Avant de réaliser qu'ils ne parlaient sans doute pas de la même chose. Pour la peine, il se serait volontiers frappé le front en se traitant d'idiot et le rire qui s'échappa des lèvres de son invitée ne l'aidait pas à changer d'avis. Pourquoi était-il incapable de tenir une conversation sans s'enfoncer comme il venait de le faire ? C'est pour cela qu'il préférait les conversations par ordinateur. Devant un ordinateur, on avait le temps de réfléchir à ces réponses, et même de les modifier en cours de route.

À nouveau, il fut surpris de la réaction d'Alaska qui, au lieu de se moquer, rassura l'ordinateur puis enchaîna sur le fait, qu'effectivement, elle jouait au jeu Magic. Marvin en ouvrit la bouche de surprise, ce qui devait lui donner des faux airs de poisson se retrouvant hors de l'eau. "Ah... Cool... Tu joues par deck thématique ou bien en pré-construit, ou encore, tu mélanges les styles ?" Demanda-t-il à cause, de nouveau, de sa curiosité maladive.

La musique familière retentit, coupant cette digression sur les jeux de cartes. Un sourire de soulagement émergea sur le visage de l'informaticien. Un sourire fugace vu qu'Alaska le ramena à la réalité en indiquant tout les programmes qui allaient se lancer à l'ouverture. "C'est normal. En fait, si tu ne branches pas la souris, l'ordinateur va chercher en boucle après le périphérique." Expliqua-t-il. "Je commence à comprendre pourquoi il est si lent au démarrage. Le pauvre, tu le surmènes ! C'est comme ordonner à un vétéran de courir un sprint." Commenta-t-il, triste pour le pauvre ordinateur à qui on en demandait trop.

Marvin regarda les différentes fenêtres s'ouvrir, mais avec compassion et plus avec agacement ou impatience. Commencer à cliquer partout pour fermer au plus vite les fenêtres dès leur apparition étaient une erreur de débutant. Le mieux à faire était de ne pas brusquer la vaillante machine qui tenait de faire tout ce qu'on lui avait ordonné de faire au démarrage. Avec une patience en or, l'informaticien attendit tout en savourant son café. Enfin, il était dans sa bulle de confort ! Il changea les paramètres, histoire d'empêcher plusieurs programmes de s'ouvrir dès l'ouverture de l'ordinateur. Ensuite, il cliqua sur le panneau de configuration et afficha la liste des programmes installés. "On va commencer par trier les programmes qui tu n'utiliserais plus et..." Commença-t-il en se tournant vers Alaska, interrompant brutalement sa phrase en voyant qu'elle était en train de feuilleté son Ultimate Star Wars.

acidbrain



_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SANG-MÊLÉ GREC.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 148
parmi nous depuis le : 15/05/2016

SANG-MÊLÉ GREC.

MessageSujet: Re: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   Dim 8 Jan - 19:12

Face to face
Marvin & Alaska

Marvin alignait les petites maladresses qui finirent par être des grosses. Enfin pas vraiment, mais Alaska avait trouvé ça drôle de s’énerver pour le mot de passe, surtout après le discours sur l’importance de cette sécurité et qui reconnaît comme s’il lui faisait la moral. Le pauvre ne savait plus où se mettre et se confondait en excuse. Elle avait continué son jeu. Savait-il qu’elle jouait ? Elle se demandait. Le pauvre, elle y était allée un peu fort ou fallait vraiment qu’il sorte et rencontre des gens. Elle n’était pas sérieuse. C’était simplement pour le taquiner. Il devrait la savoir. Combien de fois elle l’avait engueulé comme du poisson pourri via le casque lorsqu’ils échouaient la mission. Elle lui rejetait toutes les fautes alors que souvent c’était de la sienne. En tout cas qu’il soit un curieux maladif ne tomba pas dans l’oreille d’une sourde. Toute information était bonne à retenir pour le grand-gourou (Lilly). Elle s’était rassise comme si de rien n’était. Bah oui, puisqu’il n’y avait rien. En vrai j’aurai eu un autre mot de passe, je lui aurais dis qu’il l’écrive lui-même. Pour une fois que je voulais être moins… moi !

L’ordinateur démarrait et Alaska avait expliqué ô combien cela pouvait être long. Elle essaya aussi un peu d’ironie et de sarcasme, mais Marvin ne l’avait compris. Il avait encore l’air de s’en vouloir avec sa petite mine en biais et penaud. Sans parler de cet étrange moment mais très communs où elle lui fit ouvrir la bouche ronde comme un poisson hors de l’eau. Les surprendre avec son attitude parfois un peu à part, elle y était habituée. Alaska le trouvait juste trop adorable. Ce n’était pas grave s’il avait mal compris, au moins elle savait qu’il s’y connaissait en jeu de carte. Dont un qu’elle avait testé il fut un temps. Les cartes Magic. Elle lui avait alors partagé sa nostalgie en disant qu’elle y rejouerait bien. Marvin, toujours aussi curieux lui demandait alors qu’elle style deck elle avait. La jeune-femme pencha la tête, pensive. « Bah je jouais beaucoup un deck inspiré White Winnie et en majorité mana noire. Sinon, j’avais un deck plutôt berserk. Puissants et qui défonce. Mais une défense en carton, enfin je misais pas sur les représailles ou enchantement. Juste sur la puissance des coups. Et toi ? Vas y, fais moi rêver. Tu t’y prendrais comment avec moi ? » s’était-elle tournée vers lui, le coude appuyé sur le canapé à le regarder avec un petit sourire taquin. « T’as l’air de t’y connaitre… » laissa t-elle un instant trainer ce moment où les messages pouvaient être plein de sous-entendu, avant de le faire revenir doucement à la réalité : « … en carte magic. ». Finalement, ça devenait drôle de l’émoustillé un petit peu.

C’est alors que l’ordinateur avait enfin démarrer. Alaska porta son attention sur son écran et posa quelques, voire même pleins de question technique à Marvin avec ses mots à elle. En gros, elle était bien enquiquiner de voir des « trucs » s’ouvrirent alors qu’ils ne le devrait pas et surtout qu’elle ne comprenait pas pourquoi. Il prit alors le temps de lui expliquer et Alaska avait hoché la tête. Elle ne saisissait pas tout, comme à chaque fois qu’il avait parlé un peu trop techniquement et professionnellement de machine. « Ouais, enfin je me dis peut-être qu’au bout d’un moment, s’il le trouve pas, il devrait abandonner. » répondait-elle lorsqu’il lui avait donné des explications pour le logiciel de la souris. « Puis un vétéran de courir un sprint. Je suis d’accord, mais d’un autre côté, c’est une machine. Quand je l’achète et que je lui demande de courir un sprint, on me donne donc un coureur… Je pensais pas qu’il se fatiguerais encore plus vite qu’un simple être humain en fait. Tu vois ? Puis je le nourris assez bien. Enfin j’essaie. Mais je crois… » fit-elle une pause avant de chcuchoter, la main à côté de sa bouche pour que l’ordinateur n’entende pas : « il s’est un peu lâcher en spam-food tu vois… Il n’a aucune volonté et au lieu de les éviter quand moi je vais aller me balader sur la toile, il finit par ingurgiter des trucs qu’il est incapable de bloquer ou refuser. C’est lui. Moi j’y suis pour rien. J’ai déjà mes propres soucis d'équilibre à gérer.» avait-elle complètement déliré. Encore une blague. Elle aimait bien inventé des petites histoires loufoques comme ça. Elle espérait que Marvin arriverait à la suivre. Ils n’étaient pas entrain de jouer, forcément leurs échanges allaient être différents. Il allait découvrir un peu plus une facette de sa personnalité qu’il avait à peut-être entraperçu de rare fois via leur vie virtuelle. Elle lui fit ensuite signe de s’y mettre. Mais non, que je le laissais tranquillement travailler. Le pauvre, il est déjà passé par toutes les couleurs et presque toutes les émotions. Je vais lui laisser le temps de respirer avant de faire un infarctus.

Marvin s’était penché enfin sur la bête et commença un déroulé du programme qu’il se réservait avec la machine. Alaska était déjà bien loin. Oh oui, à des années lumière du salon de Marvin. Elle était à Tatooine ou alors n’importe où dans l’univers pour vu que Quinn Gon-Jin s’y trouve. Lui ou Anakin Skywalker. La grecque avait le nez plongé dans le Ultimate Star Wars de Marvin qu’il avait osé laisser trainer. Elle sentit alors un regard se poser sur elle et le silence régner dans la pièce. Elle savait qu’il y avait du silence car on entendait son ordinateur portable ronronner. Mordillant un de ses ongles au vernis caillé, concentrée sur la fiche technique d’un des Jedi de l’histoire Star Wars, elle leva la tête vers Marvin qui la jaugeait sans rien dire. Elle fit de même. Le livre reposait tranquillement sur ses cuisses nues alors qu’elle avait déjà la page entre les doigts prête à la tourner. « Quoi ? » finit-elle par aboyer. « J’ai pas le droit ? Si tu le laisse à dispo, c’est qu’on peut non ? J’aurais du demandé c’est ça ?! Oh j’suis désolée… Et je dois demander la permission pour tout ici ? Non parce que j’ai touché à toute ton étagère là-bas, puis je risque de vouloir fouiller d’autre chose. T’es curieux, mais moi aussi. » se cacha t-elle derrière ce qui était entre une grimace coupable et un sourire figé voire faussement coupable. Elle bondit du sol et vint s’installer sur le canapé à côté de Marvin. Il y avait à peine de la place et au lieu de lui demander et d’attendre qu’il se pousse un peu, elle força et se laissa lourdement tombé, écrasant l’homme. Un coup de hanche pour lui faire comprendre qu’elle avait besoin de plus de place et les voilà tout les deux assis au même niveau, reprenant des distances raisonnables. D’un geste du pied, une chaussure sauta de son pied, puis l’autre et elle s’installa en tailleur.

Elle tenait le livre fermer contre sa poitrine. Une petite moue adorable et elle continua : « D’une curiosité maladive… Et je suis sûre que c’est pire que toi. » Elle se pencha un peu plus près de lui et étira ses lèvres en un sourire d’enfant. « S’il te plait, je peux le regarder. Promis, j’en prendrais soin. Je peux être très délicate quand je veux. »  Elle fit de son mieux pour attendre la réponse de l’informaticien, mais déjà elle rouvrait l’ouvrage. Soudain, elle regardait en l’air comme si elle venait d’attraper un souvenir : « Je suis sortie avec un fana de star wars… Depuis j’ai une tenue d'esclave de Princesse Leïa dans ma penderie. » dit-elle l’air de rien, ayant déjà replongé son attention sur le contenu du livre à moitié ouvert entre ses jambes. « T’avais pas des programmes à pulvériser ? » ajouta t-elle absente sans lever les yeux, déjà absorbée.

acidbrain



_________________
If I am just a piece of cake, then, you're just a piece of meat to me.
« Tout ce qui constitue la féminité, dans notre culture, dans nos traditions, est fait d'interdits, d'éléments négatifs. On nous enseigne à ne pas faire beaucoup plus qu'à faire. »
E. JONG

Pour m’envoyer un mp, merci de passer par hillel. ❤︎
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GLOBALEMENT INOFFENSIF
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : derrière son ordi, bien en sécurité dans le QG du DLCEM de New-York
messages : 1488
parmi nous depuis le : 01/08/2015

GLOBALEMENT INOFFENSIF

MessageSujet: Re: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   Lun 6 Fév - 23:07

Face to face
Marvin & Alaska

Marvin n’avait clairement plus l’habitude des rencontres IRL et ce n’était pas la rencontre d’aujourd’hui qui allait le réconcilier avec ce principe absurde de rencontrer des gens dans la vraie vie. En fait, si ce rendez-vous n’avait pas lieu dans son propre appartement, il aurait certainement fui en laissant probablement un trou correspondant à sa silhouette paniquée sur la porte, à la manière des cartoons de son enfance. La faute à l’auto-pression qu’il s’imposait, qui le rendait nerveux à chaque instant. Malgré tout ces efforts pour essayer de retrouver un certain calme (être dans un environnement à la fois familier et réconfortant comme son salon, parler d’ordinateurs, offrir un café), il retrouvait toute sa nervosité dès qu’Alaska réagissait à ces tentatives.

Bien sûr, il prenait tout au premier degré. Certains diraient qu’un des inconvénients des conversations via la Toile était la difficulté de savoir l’intonation des phrases écrites, si ces dernières étaient dites sur un ton taquin ou non. L’informaticien avait exactement le problème inverse. Il était bien plus facile pour lui de comprendre les intentions de l’autre à travers un écran qu’en étant en face de cette personne. Il suffisait de mettre un smiley, un petit gif ou un simple ‘lol’ en fin de phrase et on était tout de suite fixé !

Le geek avait tellement peur de froisser Alaska qu'il n'imaginait pas que la réaction énervée de la demoiselle ne soit qu'une taquinerie. Surtout parce qu'il était question de mot de passe. Marvin était un accro à la sécurité en plus d'être un curieux compulsif. Si cela avait été son mot de passe qu'on aurait espionné, il en aurait certainement été contrarié. Quoi de plus normal ? Un mot de passe, c'était personnel... Dixit la personne dont le métier était principalement de cracker celui des autres. Bref, Marvin multiplia les excuses jusqu'à ce que la demi-déesse se réinstalle, comme si ce détail de la conversation n'avait jamais existé.

Marvin étouffa un bref soupir de soulagement bien que la tension qui lui crispait quasiment chacun de ces muscles fût toujours présente, impossible à enlever. Il avait tellement peur que n'arrive ce qui arrivait inévitablement lors des IRLs : créer des déceptions ou des disputes qui auront des impacts in game. L'informaticien essayait de se concentrer. S'il avait accepté de faire une entorse à son principe 'plus jamais d'irl' c'était pour le bien du travail d'équipe, pour le bien de l'ordinateur d'Alaska. Il devait se concentrer sur cet objectif et essayer d'oublier la réaction de la plupart des gens lorsqu'ils faisaient face à son caractère marvinesque. Malgré cette détermination, la phrase 'ah mais tu es vraiment comme ça, en fait' qu'il avait trop souvent entendu continuait de le hanter tel un parasite en arrière-plan de ces réflexions.

La lenteur de démarrage de l'ordinateur ne l'aidait pas à détourner ces pensées. Alors il essaya de se réfugier dans un jargon qui lui était familier, sauf qu'en ayant recours à cette stratégie, il perdait son interlocutrice qui n'en avait pas l'habitude. Décidément, il faisait toujours tout de travers ! Marvin laissa de nouveau parler sa curiosité, puisqu'il avait, par mégarde, aborder le sujet des cartes Magic, autant savoir quel type de deck sa visiteuse avait l'habitude de jouer. Au moins, il pouvait se concentrer sur autre chose en attendant le démarrage complet de l'ordinateur. Le geek hocha la tête à chaque détail, avant de se figer lorsque la question lui fut retournée. Il donnait l'impression d'être un élève venant de recevoir une interrogation surprise. "Bin, euh, au risque de décevoir, je ne m'y connais pas autant de ça..." Commença-t-il à expliquer, le regard fuyant. "En magic." Ne tarda-t-il pas à préciser pour une obscure raison. "Du temps où j'achetais les cartes, je me basais beaucoup sur les deck pré construit qu'on retrouve dans les magazines. Quand je ne respecte pas de liste préétablie, mon deck se base surtout sur la coolitude des dessins et donc mon jeu est tout sauf équilibrer." Continua-t-il d'expliquer avec une grimace d'excuse.

L'ordinateur émit la petite musique signalant qu'il avait enfin fini de démarrer. Marvin, qui s'était légèrement tourné vers Alaska pour lui parler de Magic, se tourna vivement vers l'écran comme s'il avait attendu ce moment depuis une éternité. Le geek allait enfin voir ce qui clochait avec cet ordinateur. Contrairement à Alaska, il voulait croire jusqu'au bout qu'on pouvait sauver la machine. Une tendance qu'il appliquait à ces propres ordinateurs. L'informaticien était plutôt du genre à booster un maximum un appareil et à le tenir jusqu'à ce qu'il refuse de s'allumer, plutôt que de se jeter automatiquement vers les derniers modèles dès leurs sorties. De son point de vue, il s'agissait de respect. On ne jette pas un loyal compagnon sous prétexte qu'un modèle plus performant venait de sortir.

Marvin se retint d'afficher son effarement lorsqu'Alaska annonça que le démarrage n'était pas encore totalement fini puisque plusieurs 'trucs' allaient essayer de s'ouvrir. Pas étonnant que ce brave ordinateur galère autant ! Le geek se lança dans un discours passionné concernant le fait qu'il ne fallait pas trop brusquer un vétéran. "Ce n'est pas qu'une machine !" S'exclama Marvin avant de se calmer un peu. "Je veux dire. Disons que quand tu l'achètes, il est capable de courir un sprint, mais à mesure que tu le charges, c'est comme si tu rajoutais des poids à porter au coureur, ce qui rend le sprint plus délicat. Tu vois ? Alors, euh, moi, je vais essayer de le soulager un maximum pour qu'il puisse courir normalement." Pourquoi continuait-il ces explications sur le thème de la course ? Alors qu'il devait être le plus mauvais sportif de ce siècle ? Mystère. En tout cas, maintenant qu'il avait commencé, il était difficile de changer d'exemple.

Juste qu'au moment où il fut question de spam-food. "Oh, je vois." Souffla-t-il à son tour. "Je pourrais mettre quelques programmes pour limiter sa consommation, mais il faudra le surveiller." Glissa-t-il avec un petit coup d'oeil fait d'un air entendu en direction de la machine comme pour s'assurer que cette dernière n'avait rien entendu de ce qui se complotait dans son dos. L'ennui avec Marvin, entre autres, c'est qu'il était difficile de deviner s'il était sérieux ou non lorsqu'il faisait ce genre de comparaison.

Enfin tout ce qui devait être lancé ou tenté d'être lancé (comme pour la souris) s'acheva et Marvin put vraiment commencer à travailler. Il y avait tellement de choses à vérifier qu'il hésita pendant un bref instant sur la liste des priorités à établir, surtout avec l'aveu du spam-food d'Alaska. Après réflexion, trier les programmes installés semblait être un bon début. En quelques clics, Marvin déroula la liste recherchée. Puis arriva le drame. En se tournant pour demander son avis à sa visiteuse, il constata avec un mélange subtil de surprise et d'horreur qu'elle tenait un magasin star wars. Sur le coup, il fut incapable de réagir hormis de continuer de fixer la demi-déesse.

Pour la deuxième ou troisième fois (honnêtement, il ne comptait pas), il se fit aboyer dessus, ce qui le fit tressaillir un peu. "Non, c'est pas ça." Bredouilla-t-il platement. C'était quand même dingue de se sentir fautif alors qu'il était chez lui ! Marvin essaya d'oublier la remarque concernant l'étagère. "C'est juste que... C'est juste que je n'ai pas l'habitude de recevoir du monde, c'est tout." Se justifia-t-il.

Pourquoi la situation était-elle redevenue aussi angoissante qu'avant ? Alors qu'ils avaient réussi à établir une certaine normalité dans la conversation ? Avait-il eu tort de buguer en voyant le magazine entre les doigts vernis d'Alaska ? Tellement de questions qui furent catapultées hors de sa tête au même moment où sa visiteuse se fit une place en forçant le passage. Marvin retint une protestation et fut pousser sur le côté avec un coup de hanche. Cela lui rappelait presque une douloureuse expérience lors d'un marathon seigneurs des anneaux durant lequel il avait croisé sa collègue Meredith. Cette dernière lui avait fauché sa place parfaite avec à peu près la même délicatesse qu'Alaska en ce moment. Le geek suivit la trajectoire des chaussures délestées avec l'angoisse qu'un des objets n'entrent en collision avec un de ces goodies. Mais non, il n'y eut aucun dégât de ce côté-là.

Alaska se pencha vers lui et Marvin se pencha en arrière, malgré les protestations de son dos, afin de garder une distance de sécurité. "Ou... Ouais, ok, tu peux. Bien sûr." Répondit-il en essayant de se montrer souriant. De toute façon, la demi-déesse avait déjà ouvert l'ouvrage.

D'habitude, il n'y avait rien de mieux de parler de star wars pour le détendre, mais là, il eut une vision concernant une tenue d'esclave de la princesse Leïa et son cerveau rebugua. "Ah... Ah bon ?" Commenta-t-il, malgré lui. Heureusement, il reçut un froid retour à la réalité lorsqu'Alaska lui rappela qu'il avait des programmes à désinstaller. "Oui... Oui, justement !" S'exclama-t-il, heureux et soulager de remettre les pieds sur Terre. "Je voulais qu'on voit ensemble la liste pour ne pas effacer des programmes importants par erreur." Continua-t-il en tournant l'écran vers Alaska pour qu'elle puisse mieux voir, son geste aurait pu être l'équivalent d'une offre de paix dans sa manière de tourner l'objet.

Avec un peu de chance, il pourra se plonger dans son travail et il n'y aurait plus aucun pic de stress pendant le reste de cette visite. Avec un peu de chance.

acidbrain



_________________
Je sens que je peux devenir fort, à ma manière, même si, au fond, je sais, que je ne suis qu'un pauvre être humain.
I can make a difference.
I can be this knight !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: « ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)   

Revenir en haut Aller en bas
 

« ô grand maitre du PC, tu voudrais bien te pencher sur moi... » (marvin&alaska)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le bonheur grâce à la magie pratique
» Comment interdire à l'utilisateur de mettre la fenêtre en " grand écran " ? [RESOLU]
» Grand ménage de printemps
» Un grand bonjour à tous
» Un grand bonjour de TiliN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ HISTOIRE DE SE DÉTENDRE.  :: Emportés par le Léthé. :: Archives des RP.-