Partagez | .
 

 ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
avatar
SANG-MÊLÉ ROMAIN.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : camp jupiter
messages : 236
parmi nous depuis le : 21/05/2016

SANG-MÊLÉ ROMAIN.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   Jeu 27 Oct - 18:30

blast off
intrigue #3

11 juillet 2016 ; Il avait pris la décision d’ignorer ce Sebastian, sans doute un autre de ces Grecs pas très futés et qui prenaient facilement la mouche. Ses petites piques lui seraient déjà passé par dessus la tête dans un contexte moins dramatique, mais dans le cas présent il n’avait de toute manière qu’une pensée à l’esprit : Angie. Coopérer avec la journaliste lui demandait de prendre beaucoup sur lui, mais si c’était l’unique moyen de s’échapper rapidement du bateau et de se débarrasser de ses agaçants convives, qu’il en soit ainsi. « - Je ne suis pas armé. » lui répondit-il même s’il ne voyait pas très bien pourquoi elle posait cette question qui ne permettrait d’inculper ou de disculper personne dans leur petit groupe. Le tueur pouvait très bien avoir nettoyé sa lame et la porter encore sur lui comme il pouvait s’en être débarrassé au fond de l’océan. Pour sa part il avait estimé, à tord certes, que la soirée se passerait sans encombres et n’avait pas pris la peine d’apporter un poignard avec lui. Dans tous les cas il n’était pas très adepte des armes blanches, leur préférant mille fois son éternel arc qui avait l’unique inconvénient de ne pas passer inaperçu. Il nota cependant dans un recoin de son esprit que Sebastian, lui, était venu armé. Vu la tournure qu’avait pris la soirée, le renseignement pourrait toujours s’avérer utile.

Il en était à ce point dans ses réflexions au moment où une jeune femme se greffa à leur groupe, leur demandant de la suivre. Sur le coup, Orion obtempéra sans trop se poser de questions. Peut-être les avait-elle entendus discuter et avait-elle des renseignements à faire partager dans un endroit moins fréquenté ? De toute manière, elle pourrait difficilement être plus insupportable que le Grec et sa copine la journaliste. Ce n’est que lorsqu’elle leur ordonna de grimper dans un canot de sauvetage qu’il comprit qu’il avait mal jugé la situation. L’espace d’un instant, il envisagea de prendre rapidement la fuite, mais la vue d’une arme à feu et la perspective de n’avoir nulle part où se réfugier l’en dissuadèrent. Puis, comme pour le convaincre un peu plus, la femme se saisit de la journaliste et l’envoya sans ménagement dégringoler dans le canot quelques mètres plus bas. Sebastian et son autre compagnon grec suivirent de manière plus civilisée, et Orion suivit leur exemple en silence. Une fois en bas, son regard se reporta sur la femme dont il ne distinguait pas le visage à cause du masque qu’elle portait elle aussi. Elle ne les avait pas suivis dans le canot, ce qui ne présageait rien du bon pour eux. Son attitude n’était pas celle d’une personne saine d’esprit. Qu’avait-elle bien pu surprendre de leur conversation pour la pousser à agir ainsi ? Était-elle elle-même la meurtrière ou couvrait-elle quelqu’un d’autre ? Il n’eut pas le temps d’y réfléchir plus longtemps puisqu’un coup de feu résonna dans l’air, le faisant par réflexe se baisser en protégeant sa tête. Lorsque quelques coups plus tard le calme se refit, il se redressa timidement pour inspecter les dégâts. Sebastian avait été touché au bras, mais la blessure ne semblait pas grave outre mesure et la journaliste s’employait à lui confectionner un garrot. Ce qui l’inquiétait plus en revanche, c’était le trou dans leur canot qui allait rapidement les faire couler s’ils ne parvenaient pas à le colmater.

Lyllian-Aaron, avec son habituelle délicatesse, prit les choses en main, et plus particulièrement la journaliste qu’il envoya sur le trou pour empêcher que plus d’eau ne pénètre dans leur embarcation de fortune. Si la situation n’avait pas été désespérée il aurait presque pu laisser échapper un petit ricanement. Mais pour l’instant, ils devaient trouver un moyen de rejoindre le navire. Ce serait mentir que d’affirmer qu’Orion n’avait pas envisagé de s’envoler seul pour rejoindre le yacht, ou mieux, carrément la côte quitte à en tomber d’épuisement après un voyage relativement conséquent. Mais malgré ce que ses compagnons semblaient s’être mis dans la tête, il n’était pas qu’un petit con arrogant et cette échappatoire, aussi délicieuse lui semblait-elle, lui posait quelques problèmes de conscience. Il avait aussi envisagé d’utiliser son pouvoir pour léviter au-dessus du canot et le traîner jusqu’au yacht mais il ne possédait pas la force physique nécessaire, son père restait Cupidon, non pas Mars. Sébastian quant à lui proposa d’utiliser la lampe torche qu’il avait trouvée dans la trousse de premiers secours pour attirer l’attention des personnes à bord du yacht. « - Crois pas que j’aime juste te contredire… » commença-t-il, car la situation était suffisamment désespérée pour lui faire passer l’envie de remettre un Grec, blessé qui plus est, à sa place. « - Mais on devrait miser nos chances de survie sur quelque chose de plus fiable. Les coups de feu et compagnie n’ont pas du passer inaperçus sur le yacht, je pense que ça aura fait passer l’envie à quiconque de nous aider si la folle dingue est encore à bord, et je ne vois pas bien comment elle pourrait se trouver ailleurs. » Le bilan n’était pas très engageant, mais il fallait se montrer réaliste. La femme avait peut-être même entrepris de trouver de nouveaux otages sur le bateau, il fallait s’attendre à tout.

Pendant qu’il réfléchissait à la situation, Lyllian-Aaron et la journaliste continuaient leur joute verbale, ce qui eut au moins le mérite d’inspirer le premier. Orion ignorait son ascendance divine et le pouvoir exact qui lui avait permis de mettre leur canot en marche mais le tout semblait être efficace. « - Pas la peine d’attendre une bonne âme, si tu nous approches assez, je pourrai me charger de la partie où il faut se hisser à bord. » répondit-il à leur sauveur du moment, heureux de pouvoir participer à l’évitement d’une noyade générale. Cependant, cette histoire de pouvoir le faisait réfléchir. Sebastian était blessé, il ignorait ainsi dans quelle mesure il serait capable de faire montre de ses dons. Mais la journaliste ? Il avait vaguement entendu que tous les convives étaient des demi-dieux et se demandait bien de quoi elle pouvait être capable, hormis gratter quelques mots inutiles sur un calepin qu’elle ne possédait plus. Cette question serait cependant gardée pour plus tard puisque leur canot venait de percuter la coque du yacht. La journaliste pressée, proposa de partir la première, en éclaireuse, et évidemment, lorsqu’elle enleva ses pieds du trou, l’eau recommença à les submerger. Orion alla se placer derrière le blessé, entourant fermement son torse de ses bras. « - T’inquiètes pas je cherche pas un câlin, tu me remercieras plus tard. » À la seconde où il vit que la journaliste était parvenue au premier étage sans se faire cribler de balles, ses pieds décolèrent du sol et il s’envola avec Sebastian qui aurait eu du mal à grimper avec un bras blessé. Puis il retourna chercher le deuxième Grec, lui épargnant de dépenser inutilement les forces dont il risquait d’avoir besoin dans un exercice d’escalade. Le groupe était ainsi à nouveau réuni sur le bateau, à la recherche du visage de la folle furieuse devenue leur principale suspecte.



acidbrain



_________________
our love story will die with us
i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. the ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 882
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   Sam 29 Oct - 20:57

BLAST OFF, CHAPITRE 04
un poignard, salle de billard, j'accuse...
Elie n'aurait jamais cru se débarrasser de Joshua aussi facilement. Ce qu'il était pot de colle quand il voulait ! Un assassin se baladait sur le bateau, assassin qui avait tué sa meilleure amie et lui... et lui venait lui casser les pieds à propos des invités. « Elie ! » C'était Bradley. Essoufflé, les joues rouges, il avait du courir dans tout son yacht pour la trouver. « Qu'est ce que tu fais Elie ? » « Pour le canot je peux... » « Non non le canot je m'en fou.... Quel canot ? Non attend c'est pas grave, tu sais où est Joshua ? » « Non... A qui t'as fauché c'te veste ? » « J'en sais rien je m'en fou et je... Putain. » Elie regarda Bradley courir vers l'escalier menant à la terrasse. Joshua, elle l'avait vu il y a deux minutes mais... Ne pas lui dire était mieux pour lui. Il n'allait faire que pleurer dans ses pattes, il ne savait faire que ça. Quoi que, après la discussion qu'il avait eu avec elle, il allait sûrement ne plus jamais les embêter. Elle lui avait clairement fait comprendre qu'il était de trop. Elle n'avait pas pu être plus explicite et... « C'est pas vrai... » Les connards qu'elle avait balancé dans le barque était de retour. La bonne blague. Elle croyait rêver. Évidement il avait réussis comme par magie à propulser la barque pile poil au bon endroit. Pile poil sur l'échelle qui... s'en était trop. Elle les suivis du regard discrètement. « Tient, regardez qui voilà... » Elle avait de nouveau son arme braqué sur eux. À croire qu'elle allait passer la soirée à faire le gendarme. « Vous avez pas un air de déjà vu ? Ça va ton bide ? Et toi ton bras ? Aller, on rentre là, on se dépêche. » Eux maintenant en savait trop. Et puis ils pouvaient balancer à tous le monde le sort qu'elle leur avait fait subir. Non, hors de question. Et soudain, les masques tombèrent. « Putain Joshua tu fou quoi ? »

Tapis dans l'ombre le monstre observait les demi-dieux fraîchement débarqué dans son repère. Il s'était tapit là depuis le début de la fête, attendant le moment opportun pour se montrer et faire un gueuleton de demi-dieu. Mais là, là il en avait beaucoup, c'était parfait. « Excusez moi ? » L'empouse avait pris une belle voix, douce et presque trop mélodieuse. Il faisait toujours sombre dans la pièce. « Vous aussi elle vous... - elle sécha une fausse larme sur sa joue – vous a enfermé ici ? » Elle se recroquevilla un peu sur elle même. Une jolie jeune femme, faible et en attente de demi-dieu valeureux pour venir l'aider, voilà quoi le monde ressemblait.  
consignes & éléments importants
☞ Joshua est mort mais vos personnages ne sont pas encore au courant. (voir sujet du rez-de-chaussé si vous voulez vous renseigner à titre personnel) Par conséquent sa magie n'agit plus et vos masques sont tombés.

☞ Elie est partie. Dans cette salle se trouve une empouse (info ici si besoin) actuellement sous sa forme mortelle. Pour le moment la créature joue la comédie mais quand elle comprendra que vous êtes enfermés sans armes dans la salle, elle passera à l'attaque.

☞ Et ce n'est pas tout. L'un d'entre vous pourra remarquer un étrange appareil planqué sous la table de billard. Il s'agit d'une bombe que l'on peut activer grâce à un détonateur. La même bombe avec laquelle Bradley menaçait vos camarades de la terasse (mais ça vos personnages ne le savent pas).

vous ne pouvez pas sortir de la salle ni par les hublot/sol/plafond/porte ou autre pour le moment. tout est toujours condamné.
© .ipar haizea
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 927
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   Dim 30 Oct - 13:15

Intrigue n°3
Blast Off

11/07/16

Tamara était donc montée en tête de file, escaladant tant bien que mal, à cause du coup qu’elle avait reçu au ventre, l’escalier de « service » pour les canots. Elle était suivie de ses camarades d’infortune. Orion se chargeait apparemment d’aider Sebastian, bien mal barré avec son bras troué, et Lyllian qui était tout à fait capable de se démerder tout seul. Alors qu’elle était quasiment arrivée au rez-de-chaussée, l’agent de terrain eut la mauvaise surprise de revoir la trogne d’Elie, cette espèce de pétasse qui les avait expédiés sur cette barque de malheur qui prenait l’eau. Tam avait le bas de sa robe trempé, elle commençait à avoir froid, mais sa colère en voyant le visage de cette psychopathe qui le tenait de nouveau en joue lui fit oublier cette impression. Et la demi-déesse ne se gênait pas pour les narguer à propos des dommages qu’elle avait causés.

-Salope ! marmonna-t-elle.

A présent, ils n’avaient plus le choix, il fallait la rejoindre et lui obéir. Tam avait beau tenir son flingue, en grimpant à cette échelle, il lui était impossible de tenter un tir sans s’en prendre un en pleine poire. Et clairement, elle n’avait aucune envie de mourir ce soir. Elle obéit donc à Elie et grimpa, suivie de ses camarades. Apparemment, elle n’avait pas remarqué qu’elle aussi avait un pistolet, elle s’empressa alors de le ranger discrètement pendant que la meilleure amie de la victime surveillait les autres qui ne tardèrent pas à les rejoindre. Elie les enferma dans une pièce, sans ménagement, et Tam se demanda d’ailleurs pourquoi elle ne les tuait pas. Après tout, ses intentions n’étaient clairement pas amicales au vu du traitement qu’elle leur avait infligé… deux fois ! A peine la porte refermée derrière eux, les masques tombèrent. Tam sentit qu’au moment où Lyllian la reconnaitrait, la situation irait de mal en pis. Elle tâcha de rester dos à lui le plus longtemps possible, et observa les issues possibles qui étaient toutes scellées.

-Fait chier… On ne pourra pas sortir d’ici autrement que par la porte.

C’est là qu’elle entendit le son d’une voix féminine encore inconnue. Une jeune femme avait apparemment été enfermée ici. Tam plissa les yeux pour mieux la voir. Elle était assise au sol, recroquevillée, elle semblait traumatisée. Enfin, le son de sa voix paraissait un peu trop « mélodieux » par rapport à sa posture.

-Apparemment oui, on est tous enfermés ici. Qu’est-ce qui vous est arrivé ? demanda-t-elle en s’adossant au mur.

L’agent Lond entreprit alors de rallumer son téléphone portable dans le but d’appeler ses collègues à l’aide. Peut-être que cet enfoiré de Chase daignerait faire enfin son job et viendrait porter secours à son binôme ? Lorsqu’enfin le cellulaire se ralluma, Tamara eut l’excellente surprise de constater qu’il n’y avait pas de réseau, pas la moindre barre.

-Putain, c’est quoi ce karma de merde ! râla-t-elle en balançant le téléphone au sol rageusement. Bon, si l’un d’entre vous avait eu l’intention de passer un appel à l’aide, en tout cas pour la méthode traditionnelle, c’est foutu. L’un d’entre vous ne pourrait pas appeler, genre de manière télépathique, quelqu’un de confiance ?

La belle brune regarda autour d’elle, cherchant ce qui pourrait, dans la pièce, servir à enfoncer la porte ou les hublots. Elle vit une table de billard. Peut-être qu’en utilisant les queues, il y avait moyen de faire quelque chose ? Elle s’avança vers la table histoire de voir ce qui pouvait être récupéré, en cas de retour de la folle furieuse. Lorsqu’elle prit la queue en bois, une boule tomba au sol. Elle se baissa pour la ramasser, histoire d’éviter que quelqu’un ne marche dessus et ne se casse la figure (ce n’était pas le moment d’avoir des blessés supplémentaires, il fallait que tout le monde soit en pleine possession de ses moyens pour essayer de faire front ensemble), et c’est là qu’elle vit une étrange masse accrochée sous la table de billard.

-C’est quoi ce truc.

Elle plissa les yeux pour observer d’avantage, c’était difficile avec cette obscurité. Et au bout de quelques secondes, elle comprit ce dont il s’agissait.

-Oh bordel ! OK…

Elle se releva, reposa la boule de billard sur la table et se tourna vers l’assemblée.

-Est-ce que l’un de vous a des compétences en déminage ? Y a une bombe sous la table de billard. Elle n’est pas activée, mais si l’un de ces tarés se décide à activer le compte à rebours, on va être aux premières loges pour le feu d’artifice…



acidbrain



_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ITINÉRANT.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Au fond de ta tête.
messages : 320
parmi nous depuis le : 11/04/2016

ITINÉRANT.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   Ven 4 Nov - 23:46

Lyllian n’y croyait pas. Ils s’en étaient sortit, puis étaient remontés sur le bateau. Il avait regardé le romain, à la fois choqué et exaspéré en se demandant pourquoi il avait pas fait ça avant… Tant pis, pour ceux qui restaient s’il ne pouvait pas faire des allé-retours. On sait tous qu’il aurait laissé l’autre journaliste de merde… Lyllian n’avait pas lâché sa rame. Il était encore dans le fantasme de pouvoir l’abattre sur la tête de l’autre enquiquineuse. En parlant de cette dernière, elle leur retombait dessus. Il roula des yeux et lâcha un léger grognement. Elle était armée et forcément la réalité à pris le pas sur les fantasmes. Le jeune psychiatre avait préféré exécuté les ordre que de se servir de sa rame. Et c’est dommage il aurait du. Jamais je n’aurais eu une telle occasion d’avoir une rame sous la main… C’est à checker dans sa to-do-list : frapper quelqu’un avec une rame. Tant pis.

Ils étaient maintenant tous enfermés. Et toujours avec l’autre abrutie de brune… Les masques venaient de tomber, et trop énervé, il ne s’en rendit compte qu’une fois la porte close. Et une chose de faite. Je vais pouvoir enfin voir les expressions des gens et surtout leur visage. Nous avions enfin des repères visuels dans cet amas d’individu. C’est alors que la journaliste partie dans son exploration, et une présence se manifesta. Une demoiselle, cloitrée dans un coin de la pièce. Sa voix était touchante. Lyllian la jaugea, leva seulement un sourcil sceptique et soupira avec sarcasme: « Et ça nous avance vachement de savoir qu’on est nous aussi coincé ici... » avant de lui tourner le dos. J’en ai rien à foutre. Clairement. Inintéressant. J’espère que c’est pas une geignarde. Enfin elle a l’air mignonne. On lui doit bien ça. Lyllian n’était pas sensible à la détresse de la jeune femme, trop égocentrique et chloroformé par son travail. Il jeta un oeil aux restes des personnes présentes et vit la silhouette de la journaliste se détaché dans les ombres. Elle se mis à parler d’une bombe. Deuxième haussement de sourcil dédaigneux depuis qu’ils étaient tous dans cette pièce. « T’en a pas marre de te rendre intéressante ? »  ne put-il une nouvelle fois pas s’empêcher de lui répondre, acerbe.

_________________

Ma vie est une éternelle vengeance envers ma condition passée, présente et future.

Pour m’envoyer un mp, merci de passer par hillel. ❤︎
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORTEL INSOUCIANT.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 113
parmi nous depuis le : 16/09/2015

MORTEL INSOUCIANT.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   Dim 6 Nov - 20:16

Cette soirée avait vraiment prise une tournure … surprenante ! Je devais avouer que, m'attendant certes à de l'agitation, cette fête n'ayant été en aucun cas une bonne idée il faut se le dire, à ce que cela tourne d'une telle manière. C'était à croire que nous étions entrée dans leroman le plus farfelus d'Agatha Christie, avec une meurtre des plus dramatique lors d'une somptueuse fête dont la victime était une des stars, enchaînant à présent une multitude de situations plus improbables les unes que les autres nous qui n'avions pas forcément demandé grand chose, du moins pas plus que le commun des mortels mais étant de ceux ne pouvant espérer se la couler douce en se rongeant les ongles sur le bateau sans se faire menacer de mort toutes les cinq minutes. Car c'était exactement ce qui s'était passé, étant entré dans ce classique scénario du polar ou la proche de la victime part dans une paranoïa excessive et, dans ce cas précis, nous pousse dans un radeau en nous infligeant handicapes et blessures afin de nous compliquer la tâche et ne nous laissant en option que trois épingles et un briquet afin de s'en sortir miraculeusement. Et bien entendu, après avoir réussit un tel exploit il était forcé que l'on retombe sur ce même personnage afin de nous enfermer une seconde fois dans une situation périlleuse nous plaçant entre impuissance et danger avec, cette fois ci, non pas un risque de noyade mais bien une bombe à l clé pour être certain que cette fois nous ne puissions espérer nous en sortir si facilement.

Mais l'élément le pus intéressant, de mon point de vu, était bien le nouvel acteur que l'on avait ajouté à notre histoire. Généralement, dans ce genre de polar, quand un nouveau personnage faisait son apparition ce n'était  jamais bon signe. Bien entendu j'étais mal placé pour dire quoi que ce soit et surtout j'étais parfaitement conscient que nous n'étions dans aucune œuvre de fiction que Poirot pourrait résoudre en un rien de temps. Seulement je préférais rester méfiant, autant que je l'étais avec chacun de mes camarades jusqu'à maintenant et la garder à l'oeil. Car, même si cette situation m'amusait grandement, je ne pouvais le cacher, je ne souhaitais pas réellement mourir pour l'heure, non, mais plutôt que de sortir les armes et de me mettre à suspecter tout le monde j'étais simplement resté dans mon coin, tentant de me faire oublier dans le silence, même une fois les masques tombés, tandis que je scrutais la scène en détail pour ne pas manquer le moindre détail. Je ne pouvais d'ailleurs m'empêcher de noter le décalage entre sa voix et cette larme versée, presque trop théâtrale … mais encore une fois je ne pouvais rien affirmé, pas pour le moment car, ça aussi j'en étais conscient, j'étais moi même un grand paranoïaque autant j'étais calculateur. En plus petit groupe je n'aurais sans doute pas hésité, j'aurais tiré sur tout ce qui était vivant, mes camarades d'infortune compris, puis j'aurais fait le tri après, mais dans cette situation je ne pourrais pas tous les tomber et ce serait totalement contre productif vis à vis de ma situation.

Puisque tout le monde semblait plus obnubilé par la bombe, je décidais de prendre en main la nouvelle, ne m'y connaissant de toute manière pas dans ce domaine ou alors vraiment les bases, préférant de loin le meurtre plus gracieux. Je m'approchais donc légèrement, restant à une distance convenable et assez proche de mes camarades en cas de soucis avant de m'adresser à elle « Pour quelle raison vous a-t-elle enfermée vous ? Qu'avez vous de spécial ? » Mon regard était froid, sans émotion. Il n'était pas question de jouer la comédie, ce n'était plus vraiment un jeu conseillé en ce moment, mais je menais mon enquête afin de jauger mon taux de survie car, si elle n'était pas dangereuse même si pour moi chaque personne dans cette pièce était dangereuse, elle pourrait au moins être utile si elle avait de bons atouts. « Et vous êtes quoi ? » sous entendant l'enfant de quel dieu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SANG-MÊLÉ ROMAIN.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : camp jupiter
messages : 236
parmi nous depuis le : 21/05/2016

SANG-MÊLÉ ROMAIN.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   Mer 23 Nov - 23:31

blast off
intrigue #3

11 juillet 2016 ; À peine eut-il le temps de laisser échapper un soupir suite aux efforts qu’il avait été contraint de déployer pour hisser les deux hommes grecs à bord du yacht que la folle qui les en avait expulsés en premier lieu revenait à l’assaut. Orion ne l’avait d’abord pas aperçue si bien qu’il ne put retenir un juron à la vue du revolver à nouveau braqué dans leur direction. La scène possédait un triste air de déjà vu. Pendant une seconde il regretta de ne pas avoir abandonné ses compagnons à leur sort pour s’enfuir seul et regagner la côte. L’effort lui aurait sans doute fait perdre connaissance avant qu’il ne pût regagner le camp Jupiter, mais sa vie s’en serait trouvée moins en danger que dans la situation qu’il devait à présent affronter. Le sentiment d’impuissance qui l’envahissait lui donnait envie de cogner sur tout et n’importe quoi. Il se maudissait d’être si désarmé et vulnérable. La vue du flingue de la demi-déesse lui donnait la nausée. Quand en étaient-ils venus à s’entretuer ? S’ils continuaient à ce rythme, les mortels qui en avaient après eux se retrouveraient bientôt au chômage. Et cette arme… ce n’était pas leur style. Peut-être que celles qu’ils usaient d’ordinaire semblaient d’un siècle passé, mais elles n’avaient jamais eu pour but de s’en prendre à des humains. Elles convenaient parfaitement à leur véritable ennemi : les monstres qui erraient dans le monde à la recherche de sang demi-divin. Il en venait presque à mépriser son arc qu’il chérissait tant : même s’il l’avait eu sous la main il se serait révélé relativement inutile dans le contexte de ce bateau pris d’assaut par la foule. Quoique celle-ci s’était consciencieusement éloignée de leur petit groupe. Certains passagers de l’étage ne pouvaient pas ignorer la présence d’Elie et de son arme, mais ils avaient décidé de faire comme si dans l’espoir de sauver leur peau. Ne pouvant ainsi compter sur personne d’autre que ses compagnons d’infortune, dont une avait été heurtée au ventre et un autre se traînait une balle dans le bras - comme ne manqua pas de le faire remarquer leur tortionnaire sur un ton sadique qui laissait transparaître une certaine satisfaction -, il décida d’adopter l’attitude la moins suicidaire et d’obéir aux ordres lancés.

Ils se retrouvèrent ainsi enfermés dans une petite pièce sombre. Orion se demanda pourquoi elle ne les avait tout simplement pas descendus après le mal qu’elle s’était donnée à les faire disparaître en mer. Non que le fait de gagner quelques instants de vie le dérangeait, mais il ne parvenait pas à saisir la logique de la demoiselle. Il s’apprêta à en faire la remarque, lorsque la voix de la journaliste retentit, brisant le silence qui régnait jusque là dans leur prison de fortune. Elle s’était accroupie sous une table de billard - Bradley avait réellement tout prévu pour ses convives - et semblait avoir repéré quelque chose. Il la rejoint, s’abstenant pour une fois de tout commentaire ironique à son égard. Lorsqu’il arriva à son niveau et aperçut enfin l’objet qui lui arrachait ses exclamations, il ne put se contenir. « - Eh merde ! Je comprends mieux pourquoi elle ne s’est pas sentie obligée de gâcher quelques balles sur nous. » Une bombe avait été accrochée sous la table. Une putain de bombe. Quel genre de malade emmenait une bombe à une soirée d’anniversaire ? Il ne s’y connaissait guère en la matière, mais elle lui semblait suffisamment réelle pour le faire recommencer à paniquer. Il était hors de question qu’il ne meure ce soir, pas après les révélations récentes que Lorelei lui avait faites. Sa vie l’attendait sur la côte californienne. « - Si par bonheur l’un de vous se trouvait être un enfant d’Hephaïstos ou de Vulcain, je crois que le moment serait bien choisi pour lui de nous éblouir de ses talents. » balança-t-il aux trois autres hommes. À présent que les masques étaient tombés, il était absolument certain de n’en connaître aucun personnellement. Sans doute avait-il déjà croisé leurs visages à l’occasion d’une rencontre entre camps, mais il n’avait pas la moindre idée de leur ascendance divine.

Une autre voix retentit alors dans la pièce, une voix féminine. Il sursauta presque, sur les nerfs comme il l’était il n’avait pas aperçu la jeune femme qui leur tenait compagnie dans leur malheur. Elle s’exprimait avec une voix presque trop mélodieuse pour les paroles qu’elle prononçait, mais il ne releva pas. Sans doute une fille d’Aphrodite ou quelque chose comme ça. C’était bien leur veine de tomber sur une reine de beauté apeurée et vulnérable pile quand ils avaient désespérément besoin d’être sauvés. L’homme qui avait été jusque là très effacé dans leur groupe tenta de la consoler. La femme fit une tête étonnée suite à la question de l’homme. Aucun de leurs visages ne lui était familier, ce qui lui mit une nouvelle fois la puce à l’oreille. « - On se fiche du pourquoi du comment on a tous été enfermés, ce qui compte c’est de désamorcer cette bombe avant qu’elle ne nous explose à la figure et de nous tirer d’ici avant que la folle ne revienne finir le travail. » Son ton laissait transparaître un certain agacement. Le moment n’était pas venu de tenter de se faire des amis. « - Et toi t’es qui, je ne t’ai jamais vu sur aucun camp. Tu n’aurais pas un truc à proposer je crois que les autres sont à court d’idées. » Son cerveau tournait à toute allure, mais les dons qu’ils avait hérités de Cupidon ne lui seraient que d’une piètre utilité pour se sortir de ce mauvais pas. La nouvelle qui complétait leur groupe ainsi que ses gémissements ne l’intéressaient guère. L’angoisse lui faisait faire les cent pas à travers la pièce. Il vérifia pour la millième fois les issues, portes et hublots, mais tout restait désespérément condamné. Une intervention divine aurait été la bienvenue, ce qui était le comble pour une assemblée supposément composée de six demi-dieux. En réalité, ils n’étaient que trois mais il n’avait encore aucun moyen de le savoir.



lancer de dé
oui, l'empousa commence à comprendre que le groupe est pris au piège et s'apprête à intervenir
non, elle décide de rester encore sous sa couverture mortelle

acidbrain



_________________
our love story will die with us
i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. the ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.


Dernière édition par Orion Nightshade le Sam 26 Nov - 11:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 882
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   Mer 23 Nov - 23:31

Le membre 'Orion Nightshade' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 927
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   Jeu 24 Nov - 20:53

Intrigue n°3
Blast Off

11/07/16

Clairement là, c’était la grosse catastrophe. Résumons la situation : Tamara était enfermée avec cinq foutus demi-dieux qui, s’ils la reconnaissaient comme appartement au « groupe de Mortels qui en avaient après eux », n’hésiteraient surement pas à user de leurs pouvoirs pour lui faire passer un sale quart d’heure. Surtout cet espèce de taré de Lyllian. Rien à faire, même masqués et ignorant l’identité e l’autre, ils ne pouvaient pas s’encadrer. Une folle furieuse de demi-déesse les avait menacés avec un flingue et n’avait pas hésité à tirer sur eux et les frapper… enfin, frapper Tam ! Ils étaient donc à présent enfermés, et l’agent de terrain venait de découvrir qu’ils étaient en présence d’une bombe !

Qu’est-ce qui pourrait être pire que ça, hein ? Ah oui, que le compte à rebours de la bombe se déclenche…

Enfin voilà, la situation n’avait rien de bien réjouissant. Heureusement qu’aucune lumière n’était allumée et qu’il faisait sombre, cela retarderait sans doute le moment où Lyllian-Aaron la reconnaitrait et ça éviterait donc un drame. Parce que clairement, si l’un d’eux la menaçait, elle n’hésiterait pas à se servir de son Beretta chargé aux balles en bronze céleste/or impérial pour qu’ils lui foutent la paix. Et tant pis pour la promesse faite à Haytham. Il approuverait surement qu’elle fasse passer sa propre vie avant la leurs.

Bref, l’agent Lond, alias Sandy la journaliste, venait de faire la découverte alarmante qu’en plus d’avoir été enfermés par une psychopathe qui les avait menacés avec un flingue, et avance cela balancés par-dessus bord pour qu’ils dérivent dans une coquille de noix, toujours sous la menace, à présent ils risquaient de tous sauter. Et les réactions de ses comparses étaient toutes plus étonnantes les unes que les autres. Lyllian l’accusait de vouloir faire son intéressante, un jeune homme dont elle ignorait le nom (Vassily) semblait avoir totalement fait l’impasse sur ce léger détail pour aller parler à l’inconnue déjà présente dans la pièce, et Orion était finalement le seul à sembler mesurer la gravité de la situation. Il demanda alors aux autres si effectivement l’un d’eux serait capable de gérer la bombe. Mais à bien y réfléchir, Tamara n’était pas certaine de vouloir remettre sa vie entre les mains de gamins qui se défendaient avec des cure-dents (c’était ainsi qu’elle qualifiait les armes blanches avec lesquelles on les entraînait dans leurs camps de consanguins).

-OK, on se calme et on respire un bon coup.

Elle alla de ce pas récupérer son téléphone qu’elle avait balancé par terre un peu plus tôt. Toujours pas de réseau, ça, ça n’avait pas changé. A croire que c’était faire exprès.

-Si y en a un de vous qui est capable de rétablir le réseau… marmonna-t-elle.

Elle enclencha le mode « lampe-torche » de son mobile et retourna vers le billard, braquant la lumière sur la bombe et s’accroupissant pour mieux l’observer.

-OK, c’est une bombe artisanale, ce qui veut dire que de toute façon, il n’y a pas de protocole spécifique de désarmoçage. Ça dépend complètement de comment elle a été conçue, et du coup de son concepteur.

Elle parlait d’avantage pour elle-même, pour s’aider à réfléchir, que pour les autres. De toutes manières, au vu de leurs réactions, ils n’étaient pas aptes à faire quoi que ce soit, entre celui qui s’en tapait, celui qui la rembarrait, et celui qui paniquait… Tam approcha son visage d’avantage pour mieux y voir, sans toucher la bombe, chercher les fils qui étaient reliés au minuteur.

-Je vois quatre fils… murmura-t-elle, complètement contorsionnée, ce qui commençait à vraiment lui faire mal aux abdominaux, là où elle avait reçu le coup de pied de la part d’Elie. Mais peut-être que cette cinglée espère qu’on en coupe un… et si en coupant un fil, ça déclenchait le compte à rebours ?

Bon, clairement, c’était pas rassurant. Les bombes artisanales étaient connues pour ne pas être ce qu’il y a de plus fiable, étant donné qu’elles étaient faites avec à peu près tout et n’importe quoi, cela dépendait carrément de la personne qui la fabriquait. Donc en clair, tant que le compte à rebours n’était pas déclenché, mieux valait ne pas y toucher, au risque de faire plus de mal que de bien. La petit brune se redressa, non sans une grimace, et s’adossa au billard.
L’inconnue n’avait plus parlé, mais Tamara remarqua que lorsqu’elle avait retourné son téléphone avec le mode lampe-torche, elle avait manifesté un grognement en se cachant le visage derrière son bras. L’agent de terrain fronça légèrement les sourcils, et se demanda si cette réaction était due au fait qu’elle ait peut-être été enfermée depuis longtemps, ou autre chose… Pourtant, cela ne faisait même pas une heure que la dénommée Elie avait disjoncté. Son instinct disait à Tam que cette fille était encore moins digne de confiance que tous ces gamins. Elle lança un regard à Vassily qui était, bien qu’à distance respectable, le plus proche d’elle, et lui fit un signe de tête en direction contraire pour essayer de lui faire comprendre de s’éloigner. La belle brune tourna une nouvelle fois son portable en direction de l’inconnue accroupie au sol et fit mine de s’intéresser à elle en braquant sa lumière vers elle.

-Vous êtes blessée ? Montrez-nous votre visage.



acidbrain




Oui ou Non l'empouse réagit à la lumière et attaque.

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 882
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   Jeu 24 Nov - 20:53

Le membre 'Tamara Lond' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Intrigue 01.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
monsieur pique-feu.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com/t1529-bastian-x-far-away-libre
localisation : Colonie des Sangs-mêlés.
messages : 220
parmi nous depuis le : 07/04/2016

monsieur pique-feu.

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   Ven 25 Nov - 17:14

Le canot heurta brutalement la coque du yacht. Sebastian leva les yeux vers le haut de l'échelle, avec une excellente question en tête : comment allait-il grimper là-haut ? Sa blessure n'était pas vraiment trop grave, bien que douloureuse, mais suffisante pour l'empêcher de monter des échelons avec facilité. Sans compter la possible présence d'Elie la dingue là-haut, prête à les accueillir avec sa charmante arme à feu. Il se posait encore la question quand le Romain, Orion, l'enserra subitement. Sebastian allait protester, surpris, mais le jeune homme l'interrompit avant même qu'il eut ouvert la bouche. Au final, il y avait peut-être moyen d'entraide ? Le fils d'Héphaïstos gardait une certaine rancœur mais il était reconnaissant qu'on ne l'ait pas laissé planté dans la barque. « Merci. » Petite perche pour la paix. Sauf que évidemment, ça ne pouvait pas durer. Elie réapparut pour les enfermer dans… une salle de billard. Merveilleux. Les dents serrées, une main sur son bras douloureux, Sebastian balaya la pièce du regard.La porte venait à peine de se fermer que leurs masques tombèrent. D'emblée il reconnut le visage de Lyllian-Aaron, dévisagea le fameux Orion, qu'il avait probablement déjà croisé, ses traits ne lui étant pas non plus totalement inconnus… Quant aux deux autres en revanche, mystère. Jamais croisé de sa vie, et dans le monde des demi-dieux, c'était rare. Admettons pour la femme, beaucoup plus âgée, mais pour l'autre type… Il dévisageait les deux inconnus quand une voix se fit entendre.

Sebastian regarda la nana jaillir d'un coin de la pièce. Si eux aussi avaient été… Elie avait-elle enfermé cette fille ici ? Un coin de son cerveau ne put s'empêcher de noter qu'elle était sacrément jolie, avec une voix vraiment trop mignonne. Il allait lui adresser un mot réconfortant quand il aperçut le téléphone de la journaliste. Un téléphone… dans les mains d'un demi-dieu ? Au milieu d'un navire rempli à ras-bord de demi-dieux ? Ça lui en coupa la chique et il resta planté à regarder l'engin avec stupéfaction. La suite… C'était une blague ? Une bombe sous le billard à présent ? Sebastian se baissa par automatisme pour voir la chose par lui-même. Une masse sombre était bel et bien accrochée sous la table, menaçante… et discrète. Quel taré collait une bombe dans un bateau rempli à craquer ? Facile, ces connards de mortels... L'inconnu mâle se mit à interroger la fille sortie de l'ombre, juste derrière lui. « J-je suis enfant d'Héphaïstos » , crut-il bon de dire lorsqu'Orion posa la question. C'était vrai ! Bon, il n'avait jamais vu de bombe de sa vie avant, il était plus forge et épées lui mais… Bon, clairement, il n'allait sans doute pas aider des masses. Ses pouvoirs n'auraient aucune utilité dans l'absolu. Il se pencha tout de même pour voir la bombe de plus près. Il observait les divers fils avec angoisse, se rongeant les ongles, quand la journaliste revint à la charge avec son foutu téléphone. Ébahi, il l'écouta parler de la bombe.

« Ok la journaliste, va falloir que tu nous expliques un truc. T'es pas une demi-déesse, si ? Non parce que comment dire… Aucun d'entre nous n'aurait l'idée de se balader avec un téléphone portable. Tout le monde le sait, il n'y a pas meilleur truc pour attirer tous les monstres du coin. Tout le monde le sait ! » Il fit une petite pause, scrutant la journaliste. « Enfin tous les demi-dieux le savent… Donc si tu cherches du réseau, ce n'est certainement pas à une fête de demi-dieu que tu vas en trouver. » Il jeta un coup d’œil aux autres autour de lui. « D'ailleurs, quelqu'un l'a déjà vu quelque part ? Au Camp Jupiter ? » Il s'adressait à Orion avec sa deuxième question.

_________________
Les liens se font et se défont. L'un reste et l'autre part, sans que l'on sache toujours pourquoi. Je ne peux pas tout donner à l'autre avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Je ne veux pas bâtir ma vie sur les sentiments, parce que les sentiments changent. Ils sont fragiles et incertains. Tu les crois profonds et ils sont soumis à une jupe qui passe, à un sourire enjôleur. Des gens qui s'aiment pour la vie... moi j'en connais pas.
(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)   

Revenir en haut Aller en bas
 

☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

 Sujets similaires

-
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Premier Étage - Golf du Mexique)
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Rez-de-chaussée - Golf du Mexique)
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Terrasse du Yacht - Golf du Mexique)
» j'ai deux question qui m'intrigue
» La Maison de la Nuit-->Ecole de Vampires, intrigue et meurtres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ AUTRES DIMENSIONS.  :: le reste du monde.-