Partagez | .
 

 Les Pommes de la discorde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : entre les couches et les pleurs
messages : 830
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   Jeu 5 Jan - 14:32




Les pommes de la discorde

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... - N'oublie jamais




Toujours tranquillement assit, Haytham se rendit compte bien malgré lui, alors que la conversation s'étalait avec Abby, qu'il ne la connaissait que très peu dans le fond. Il lui savait le cœur brisé, d'où le changement de look et d'attitude. Un constat flagrant lorsqu'il tentait de juxtaposer le souvenir de leur quête de survie contre une divinité mineure encline à les faire courir. Cette Abby-là était bien différente de celle qui était assise à ses côtés, mais qui n'en demeurait pas moins agréable à son encontre. Forte heureusement pour elle, Haytham ne se laissa pas gagner par la curiosité et omit délibérément de poser la moindre question. Il aurait tout aussi bien pu lui glisser un « ca va ? » en référence aux récents événements ayant ébranlé la vie de la fille de Vénus, mais il se retint et continua à alimenter leur conversation placée sous le signe du petit écran et sur les articles écrits par la jeune femme. « -Call-center ! Palpitant ! Et même là une harpie a réussi à te retrouver ?! Elles sont à l'affût de tout celles-là, de vraies s.... » A la dernière minute, le demi-dieu se ravisa pour ne pas tomber dans la grossièreté gratuite et peut-être écorcher les oreilles d'une fille de Vénus. « -Donc tu es retournée à La Nouvelle Rome et de là-bas tu t'es mise à écrire pour le courrier du cœur de ce magazine ? »

La Nouvelle Rome, de l'époque d'Haytham, s'était enfermée dans un carquois de règles un peu, voir beaucoup plus strictes, plus encore au Camp Jupiter. La formation des jeunes se voulait rude, tant sur le plan physique, qu'intellectuel. Une époque que le Marsien ne regrettait aucunement. Et pour cause, il passait le plus clair de son temps à faire le mur pour éviter certains cours théoriques. Adepte de l'école buissonnière, il était même parvenu à convertir certains de ses camarades. Mais là où ça devait rageant pour les convertis, c'est que celui qui s'était tout naturellement imposé comme le leader de la mauvaise troupe, parvenait à réussir ses épreuves et malgré ses absences répétées en cours. Haytham apprenait vite, très vite et n'avait de ce fait, besoin que de très peu de temps pour rattraper son retard scolaire. Mais malgré ses facilités, malgré les aventures engendrées par l'école buissonnière et malgré dix années de légion passées sous l'égide du statut de « jeune demi-dieu prometteur » Hay ne regrettait aucunement la Nouvelle Rome et le camp Jupiter et pour rien au monde, il n'y retournerait. Il tenait trop à sa liberté, son indépendance, son itinérance. Cependant, il respectait le choix d'Abby et ne se permit, de ce fait, aucune remarque sarcastique. Il se contenta dès lors, de demander à son interlocutrice de lui faire voir ses talents d'écriture. Une entreprise qui ne fut jamais menée à son terme et pour cause, Miss Lond venait de refaire son apparition électrisant à nouveau l'atmosphère.

Plusieurs minutes s'écoulèrent. Haytham ne manqua pas de rassurer Abby qui fêtait son baptême de l'air sans grande exaltation. Il ne pouvait la blâmer et pour cause lui-même ne semblait pas vraiment rassuré et se saisit du magazine pour enfin s'enquérir des talents littéraires de sa cadette. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle était pourvue d'une bonne plume et que malgré un cœur brisé, elle savait prodiguer de bons conseils à tous ceux et celles qui se sentaient l'aisés par le petit Cupidon. Mais en bon fils de Mars qu'il était, Hay semblait septique quant à l'utilité d'une telle chronique. Il n'en demeurait pas moins surpris de voir qu'autant de personnes souffraient du même mal, un mal qui semblait avoir contaminé le Marsien qui laissa échapper ce qui aurait dû n'être qu'une pensée introspective. Malheureusement (ou heureusement) la conversation prit une tournure disons le plus terre-à-terre. Il leur fallait à présent bâtir les fondations de leur plan. En gros que tout le monde se mette d'accord sur les quelques étapes à entreprendre pour mener à bien la quête. Une entreprise somme toute banale pour le commun des mortels. Oui, sauf que nous avons deux demi-dieux et une humaine et pas n'importe laquelle, la détentrice de l'aura de « badasserie » mais aussi l'une des plus grandes casses-couilles que la terre ait jamais portée en son sein nourricier. Excédé, mais pas encore vaincu par l'impatience, Hay se plaça en négociateur dans un premier temps, puis en amuseur public narrant ses exploits de Don Juan « dragouillant » une nymphe. Une bien mauvaise idée qui remit le feu aux poudres.

Si l'enjôlement d'Abby avait marché un court instant sur son camarade, il n'était à présent plus qu'un lointain souvenir. Haytham assit entre les deux jeunes femmes, en arrivait presque à regretter son choix et subissait dès à présent le combat de deux poules de basse-cour qui se crêpait le chignon dans les règles de l'art. Abby ne se laissait pas démonter et osait jouer sur le même terrain que la jolie brune, un terrain miné à n'en pas douter très cher(e)s lecteur(rice)s. Dans un ultime élan de désespoir et avant que cet affrontement n'ébranle tout l'appareil, Hay mit fin à la joute en mixant les propositions de chacune pour établir un plan cohérent et satisfaire tout le monde. Abby balança une dernière punshling, histoire de garder la main, ce qui lui valut un regard noir de la part de Mr Cassidy qui flirtait avec la perte de patience. « -Ca suffit maintenant ! Les poules qui se crêpent le chignon ça va cinq minutes, mais là ça commencer vraiment à me gonfler. » Puis il enfila ses écouteurs, espérant que cette pause musicale apaise son esprit et l'éloigne de la zone rouge. Les minutes s'égrenèrent une fois encore. Tamara profita de l'accalmie, pour fuir loin des deux demi dieux. Haytham qui sortit de sa fausse léthargie s'excusa auprès d'Abby et se leva à son tour pour retrouver son amie d'enfance. Les mots sortirent sans la moindre préméditation. Il était calme et sincère et osait braver la tornade brune pour planter son regard dans le sien.

« -Oui je veux parler, ça me semble incontournable ! » lança-t-il en laissant poindre une once de sarcasme dans sa voix. Puis les mots, doux et amers à la fois, quittèrent sa bouche pour se faire entendre. Il ne mentait plus, ne trichait pas et faisait preuve d'une sincérité presque désarmante. Ils échangèrent plusieurs regards, la mine boudeuse de Tam fit esquisser un sourire à Hay, qui retrouvait l'espace d'un infime instant la petite fille qu'il avait laissée à la Nouvelle-Orléans. Tam ne se laissait pas démontée et reprenait vite du poil de la bête. « -Ok, ok, tu ne broies pas du noir. Tu es juste là, seule à te questionner sur je ne sait quel questionnement. Une méditation introspective alors ?! » Il jouait sur les mots, faisant preuve d'humour pour détendre son amie qui semblait encore sur la réserve et qui ne manqua pas de contre-attaquer lorsque son ami, lui fit part de la « gentillesse » de Miss Cardin. Une contre-attaque qui surprit Haytham par son contenu. « -Quoi ? Ma fille ?! Non Abby n'est pas ma fille. Elle est ... Comme une espèce de protégée pour moi. Je lui ai sauvé la vie et c'est l'une des rares personnes qui croit en mon innocence à la Nouvelle Rome. » Passé les dernières explications de rigueur et après lui avoir pris la main en signe de paix, le fils de Mars consentit à laisser cinq minutes à son amie, le temps de digérer. Quoi ? Il l'ignorait, mais il savait plus que quiconque qu'elle avait besoin d'être seule quelques minutes, histoire de faire le point.

Sans attendre le demi-dieu retrouva sa place auprès d'Abby et prit une grande inspiration avant de reprendre la parole. Abby qui tenait encore l'un de ses magazines en main, s'en délesta aussitôt. Il y avait quelque chose de plus croustillant à se mettre sous la dent... L'on parle de commérage là, mais de choses interdites au moins de dix-huit ans ! Décidément, ces humains, ils ont l'esprit bien tordu ! Et alors qu'il s'apprêtait à reprendre la parole, le fils de Mars se vit griller la priorité par sa camarade et son indomptable curiosité. En à peine dix secondes, la jeune demoiselle pouvait se targuer d'avoir explosé les compteurs et totalisait de ce fait, pas moins de trois interrogations auxquelles Hay devait répondre. Bien sûr, il n'avait aucune obligation, cependant, il ne pouvait se résoudre à faire l'impasse sur toutes les questions. Et puis Abby n'avait-elle pas accepté de le suivre dans sa folie, les yeux presque fermés ? Il lui devait bien ça, alors il se lança.

« -Je t'assure que dans une certaine logique, elle ne devrait pas être là. Je n'avais pas entrevu ce paramètre ok ? Je ne sais pas quoi dire ! » Les questions d'Abby, telles des flèches affûtées s'étaient plantées au cœur de la cible, une performance qui ébranla le Marsien. Prit au dépourvu, il ne savait que répondre et ramait pour essayer de se défaire de son petit trouble. « -Tu n'es pas ingrate, je t'assure. De plus, tu es en droit de te poser des questions et je suis dans l'obligation d'y répondre, ou du moins d'essayer. Il y a presque trente ans, ma mère est morte. Une créature mythologique est à l'origine de sa disparition. Je vivais chez Tamara à l'époque. Ce monstre et de ce fait, l'existence d'un monde peuplé de ce genre de créature, a traumatisé la mère de Tam, l'enfermant dans un état catatonique. Une pomme pourrait la guérir. Quant au Camp Jupiter, j'imagine que ça leur ferait plaisir d'en récupérer quelques-unes. Et ça me permettrait de remonter un peu dans l'estime des autres. Je ne suis pas traître, je ne l'ai jamais été et ça me touche qu'on puisse le penser. J'ai un code d'honneur, aussi étrange que cela puisse être… »

Tam fit à nouveau son apparition, mettant un terme à l'allocution du demi-dieu qui tenta un bref sourire à Abby, puis à Tam espérant qu'elle se prête à quelques efforts pour contribuer à instaurer une bonne ambiance au sein de l'équipe. Et quelle ne fut pas sa surprise, en découvrant qu'il ne subsistait presque pas une once d'animosité dans la voix de l'humaine. « - ça c'est une très bonne chose ! Merci Tam ! Quant aux hespérides, disons que je n'ai pas suivi les cours sur les créatures mythologiques au camp. En fait, j'étais plus occupé à faire le mur. Mais, car il subsiste un « mais », je me suis renseigné. Nos amis, les Grecques n'arrivent pas à trancher la question sur la parentalité de nos amies qui se trouvent être aussi des Nymphes, mais du Couchant. Celles-là, je n'ai pas essayé de les choper. Toujours dans la lité grecque, il est question de trois Hespérides. Les biens nommés, Eglé, Erythie et Hespérie. On les trouvera dans un verger fabuleux. Logique ! Je n'en sais pas plus. Et pour cause, c'est un mythe qui appartient aux Grecs. »


Code by Sleepy

_________________

Ad honorem

L'honneur est semblable à un beau fruit une fois entamé il ne se conserve plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
RADIO À POTIN CYNIQUE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Camp Jupiter
messages : 226
parmi nous depuis le : 01/04/2016

RADIO À POTIN CYNIQUE

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   Ven 3 Fév - 23:31




Les pommes de la discorde

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... - N'oublie jamais




Le temps des conversations amicales entre demi-dieux était révolu. Miss Caporal-chef avait repris les choses en main et, comme d'habitude, essayait de tout contrôler. Abby n'était pas contre l'idée d'avoir un plan. En fait, elle était contre l'idée que la réussite de cette mission revienne à une mortelle qui avait imposé sa présence. L'amère vérité était que Tamara serait probablement plus utile qu'elle durant la quête. Une dure réalité qui faisait mal et qui lui fit sortir ces griffes. La fille de Vénus attaqua sur des points ne pouvant concerner que des êtres mythologiques tandis que Tamara se concentrait sur les aspects pratiques de la mission. En gros, elles attaquaient les points sensibles de l'autre. Jusqu'à l'argument final, l'aveu de la blonde concernant l'utilisation de son pouvoir. Un aveu qui mit le feu aux poudres, mais qu'elle ne regretta nullement. Au lieu de calmer les choses, Abby continuait de mettre de l'huile sur le feu, répondant coup sur coup à chaque réplique cinglante de son interlocutrice. Il n'était pas seulement question du fait d'avoir usé de son pouvoir sur une mortelle et si l'acte était répréhensible ou non, c'était une question d'orgueil. Hors de question de courber l'échine devant miss organisation.

Comme aucune des deux femmes ne voulait laisser le dernier mot à l'autre, il fut heureux qu'Haytham intervienne. D'abord avec diplomatie, puis de manière un peu plus brutale verbalement. "Parfait." Répéta Abigail dans une imitation exagéré de Tamara. Elle était à deux doigts de tirer la langue, comme une gamine. À la place, elle préféra croiser les bras et se tourner vers le hublot. Ce qui n'était pas vraiment mieux d'un point de vue maturité.

Mentalement, elle se traita d'idiote de se conduire ainsi. C'était plus fort qu'elle, tout simplement ! Elle avait tellement de questions en tête. Le lien entre ces deux compagnons de voyage lui irritait autant les yeux que le coeur. Sans parler de ces propres doutes que Tamara se faisait une joie de pointer du doigt. L'utilité de ces pouvoirs ? Merci, elle était parfaitement au courant ! Le fait de n'avoir rien préparé concernant la mission, de ne pas avoir de plan ? En quoi cela la regardait ?! Les quêtes étaient des trucs entre demi-dieux, pourquoi cette mortelle s'incrustait et décidait de tout comme s'il s'agissait d'une question de vie ou de mort pour elle ? Tamara se leva, et, c'était méchant à dire, mais Abby se décrispa un peu. Au point de pousser un bref soupir lorsque le fils de Mars s'excusa avant de se lever à son tour.

La fille de la déesse de l'amour se saisit de nouveau d'un des magazines afin de se changer les idées. Hélas, cette nouvelle tentative eut le même succès que la première. Elle lisait la même ligne pour, au moins, la vingtième fois lorsqu'Haytham revint. Refermant d'un geste brusque le magazine, Abby mitrailla son voisin de question, comme si elle attendait depuis longtemps l'occasion de le faire. Ce qui était le cas. En un temps record, Abigail avait réussi à placer toutes les interrogations qui lui étaient venues à l'esprit, parfaitement résumé sous forme de trois questions brassant les points sombres de la tournure qu'avait prit la quête.

Elle se força à stopper son déluge de question et regarda Haytham avec un regard suppliant, dans l'attente de ces réponses. Elle avait peur que son sauveur la prenne pour une ingrate, bien qu'elle estimât être dans son droit de savoir dans quoi elle allait tomber. Dans un premier temps, le fils de Mars avoua ne pas savoir quoi dire et la Romaine esquissa une moue déçue. Malgré cette petite pointe de déception, Abby se força à être patiente et à garder le silence afin de laisser du temps à son interlocuteur.

L'attente en valut le coup. Abigail apprit qu'il y a trente ans, la mère d'Haytham était morte à cause d'un monstre et que l'accident avait traumatisé la mère de Tamara. Maintenant, la demi-déesse comprenait mieux pourquoi cette quête semblait si importante pour miss organisation ! Abby sentait le remord l'envahir. La santé mentale de la mère de Tamara était en jeu et elle, elle avait joué les gamines irascibles.

"Je comprends mieux maintenant, je suis désolé." Avoua-t-elle piteusement. "Je n'aurais pas dû réagir comme je l'ai fait, même sans savoir cette histoire. Je me suis laissée emporter." Elle ne voulait pas expliquer pourquoi, ne voulant pas tirer la couverture sur ces malheurs. À la place, elle préféra afficher un mince sourire. "Je te promets que je garderais mes remarques cyniques pour moi afin d'éviter de provoquer la troisième guerre mondiale dans ce groupe." Plaisanta-t-elle. "J'espère juste que tu n'as pas d'autres surprises dans ce genre, en stock." Abigail ignorait toute l'ironie de sa déclaration puisqu'il restait encore un mystère dont elle n'avait pas conscience : l'appartenant de Tamara au fameux groupe de Mortels traquant les demi-dieux.

Malgré cette promesse, on ne pouvait pas dire qu'elle accueillait le retour de Tamara à bras ouverts. Bien qu'elle n'entamât pas les hostilités, Abby restait sur la défensive, sachant qu'une remarque cynique pouvait très bien sortir des lèvres de l'agent de terrain. Autant dire que la demi-déesse fut très surprise d'entendre une tentative de paix à la place d'une phrase piquante.

"Ça me va. Et je m'excuse pour ce que je t'ai dit ou fait par le passé. Repartons de zéro." Répondit-elle après s'être ressaisie de la surprise de cette proposition. Malgré ces excuses, elle serra la main tendue avec une pointe de réticence, comme si elle se demandait combien de temps allait se passer avant qu'elle ne reçoive un coup de couteau dans le dos de la part de la brunette.

En tout cas, elle ferait des efforts concernant la paix fragile qui venait de s'installer. La preuve : elle ne lâcha pas un soupir exaspéré en levant les yeux au ciel et en râlant sur le fait que Tamara n'avait que la mission en tête. Grâce aux explications du demi-dieu, Abby savait pourquoi l'agent Lond tenait à ce que tout soit parfait dans cette quête. Inconsciemment, cela renforça la pression que la demi-déesse s'infligeait déjà sur ces épaules. Si la mission foirait, ce serait certainement à cause d'elle. Elle et ces dons inutiles, comme n'avait pas manqué de le signaler Tamara à quelques reprises.

"Le vrai problème viendra du dragon à cent têtes." Ajouta-t-elle sombrement après les explications d'Haytham sur les hespérides. "Dans les légendes, Hercule le tue, mais ce que les légendes ne disent pas, c'est que les monstres se reforment après une période plus ou moins longue selon leur puissance. C'est certain qu'il sera là, fidèle au poste." Abigail haussa les épaules. "Je suppose que ces trois nymphes peuvent approcher le dragon. On pourrait essayer de les convaincre d'aller chercher les pommes à notre place. Enfin, si la version où Hercule les a déjà eues par la ruse est la version exacte, elles ne seront plus aussi faciles à duper." Se rappelant les armes de Tamara, la Romaine ajouta. "Et il vaudrait mieux ne pas avoir recours à la force avec elles. Les dieux deviennent souvent très rancuniers quand on touche à leurs nymphes. C'est un coup à se retrouver maudit en moins de deux !" Conclut-elle. "Et les dieux sont très créatifs lorsqu'il est question de malédiction. En comparaison, celle de la série Once upon a time passeraient pour de légers désagréments !" Ne put-elle pas s'empêcher d'ajouter.



Code by Sleepy

_________________
It's Over, Isn't It?
It's over, isn't it? Isn't it? Isn't it over? It's over, isn't it? Isn't it? Isn't it over? You won and he chose you, and she loved you and she's gone. It's over, isn't it? Why can't I move on?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 879
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   Dim 5 Fév - 13:23




Les pommes de la discorde

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... - N'oublie jamais




Hay était venu la rejoindre, essayant de calmer le jeu. Tamara avait évidemment obtempéré, la mission ne pourrait se dérouler de manière optimale si elle et Abigail ne parvenaient à s’entendre. Il fallait mettre sa rancœur de côté, et pour pouvoir guérir sa mère, l’agent de terrain était prête à tout, même à supporter une blondinette casse-pied et inutile. Elle n’avait pas apprécié que le fils de Mars se permette de dire qu’elle broyait du noir, qu’il se permette d’interpréter son attitude ou essaie de connaître ses pensées. Malgré toutes ces années de séparation, il la connaissait encore très bien.

-Ouais, les méditations introspectives, ça me connait, ironisa-t-elle. J’adore être seule, OK ? ça m’aide à réfléchir…

Puis, elle le laissa regagner sa place, lui rendant son sourire légèrement empreint de tristesse. Il fallait que tout redevienne comme avant. Il lui manquait trop. Après quelques instants, la petite brune se décida donc à rejoindre la fine équipe, ignorant évidemment tout de leur discussion. Elle fit l’effort de proposer une trêve à Abby, et la jeune femme sembla accepter. Une bonne chose de faite, tout le monde allait pouvoir repartir sur de bonnes bases.

-Excuses acceptées, lança-t-elle avec un sourire pour finir d’apaiser l’ambiance.

Tam décida donc de relancer le sujet du plan d’action une fois qu’ils seraient arrivés sur place. Elle leur demanda si dans leur camp –d’arriérés- on leur avait déjà parlé du jardin des Hespérides. Hay fut le premier à se lancer dans un petit étalage de ses connaissances. Il rappela donc que les hespérides étaient au nombre de trois (et qu’il n’avait pas essayé de choper ces nymphes-là, ce qui entraina une légère crispation du visage de Tam pendant une seconde). Abby vint renforcer les informations en précisant quelque chose d’utile : la présence d’un dragon. A cent têtes. L’agent de terrain écarquilla les yeux.

-Il a vraiment cent têtes, ou c’est juste pour faire flipper les petits pilleurs de jardins ? Ce dragon, c’est Ladon, n’est-ce pas ? Est-ce qu’on sait comme Hercule le tue ? Il parait que chacune des têtes parle une langue différente, est-ce que c’est vrai ?


La petite brune se mit à réfléchir à l’idée d’Abby : convaincre les nymphes de récupérer des pommes pour eux. Ce n’était pas bête.

-Utiliser la ruse est une bonne idée, seulement si ma mémoire est bonne, Héra aurait placé le dragon pour protéger le pommier justement parce que les nymphes se permettaient d’en voler. Du coup, il faudrait les convaincre d’amadouer le dragon peut-être ?

Cette histoire de dragon à cent têtes la conforta dans l’idée qu’elle avait bien fait d’embarquer des armes du DLCEM. Rien de tel qu’une bonne vieille balle en bronze céleste pour occire une créature mythologique. Bon, une centaine, ça allait être tendu, mais peut-être qu’en utilisant un bon angle, il y avait moyen de défoncer plusieurs têtes à la fois… Elle avait aussi embarqué le fameux générateur de barrière. Une sorte de bouclier qui empêchait les sangs mêlés et les créatures de passer. Sans doute que contre une créature à cent têtes, ce serait moins efficace que contre un simple demi-dieu, mais ça valait le coup d’essayer.

-J’ai… peut-être en réserve quelques « gadgets » comme tu dis Hay, qui pourraient servir. Je suis désolée de vous ramener aux méthodes de « Mortels », ne le prends pas mal Abby, mais ça a déjà fait ses preuves contre vous. Du coup, si la méthode de la ruse ne fonctionne pas, on pourra toujours utiliser les miennes.

Elle repensa à la dernière réplique de la petite blonde qui la fit sourire.

-Oui, alors évitons une malédiction, on restera courtois avec les Hespérides. Hay, tu pourras jouer les jolis cœurs, ce sera flatteur pour elles. Et comme ça Abby et moi on pourra passer. Je m’occuperai de la bestiole tandis que toi, Abby, tu iras chercher les pommes. Je te couvrirai.

Le vol passait à mesure qu’ils discutaient de ce qu’ils feraient. Ils en étaient déjà à la moitié. L’hôtesse passa leur apporter un petit diner et des boissons et les informa, malgré ce qui était marqué sur l’écran qui précisait déjà ce fait, qu’il ne restait « que » quatre heures de vol. La fatigue commençait à se faire sentir, les yeux de Tam commençaient à piquer. Une petite sieste ne serait surement pas de trop pour regagner en énergie. La mission serait périlleuse, au vu de la discussion qu’ils avaient eue tous les trois.

-Vous devriez dormir un peu. On va avoir du pain sur la planche en arrivant.

La vérité, c’était qu’elle ne voulait pas s’endormir avant eux, au risque d’être prise de nouveau par ses cauchemars et qu’ils en soient témoins. Elle culpabilisait déjà assez, son subconscient lui rappelait déjà quotidiennement ce qu’elle avait fait, elle n’avait donc aucune envie de devoir justifier son problème de sommeil. Elle reprit donc un énième café lorsque l’hôtesse repassa. Après ça, Tamara s’enfonça un peu plus dans son siège. Les lumières de la cabine s’étaient tamisées pour inciter les passager à dormir. Elle s’emmitoufla dans la couverture mise à disposition de chacun et attendit que le sommeil la gagne. Ce n’était jamais facile.

Elle courait dans ce jardin fabuleux, criant à Abby de la suivre sans trainer. Elle avait son fidèle pistolet en main, et le générateur dans l’autre. Soudain, le fameux dragon à cent têtes surgit devant elle. Tam se stoppa net et brandit le bouclier devant elle pour empêcher la créature de l’attaquer. Lorsqu’elle le visa avec son arme, la tête en ligne de mire se mua en le visage d’une fillette blonde aux yeux bleus. La fillette qu’elle avait tuée lors de la mission d’intrusion dans le camp romain. L’agent de terrain sentit son sang se glacer. Bouche bée, elle resta plantée là comme une idiote.
-Non !
Après quelques secondes, elle se retourna pour chercher Abby qui visiblement avait disparu. Elle se retourna à nouveau vers la bête.
-Laisse-moi passer saloperie !
Là, une autre tête se changea, cette fois prenant l’apparence du visage d’Azazel, le neveu de cœur de Marvin qui était mort à cause d’elle. Elle entendit ensuite la voix d’Haytham.
« Tu vas recommencer ? Tu disais qu’on pouvait te faire confiance ! »
Le cœur de Tam battait la chamade, elle avait l’impression de sombrer au fond d’un puits.

L’agent de terrain ouvrit subitement les yeux, se réveillant de ce cauchemar qui lui avait mis une angoisse terrible. Elle prit une profonde inspiration pour tâcher de se calmer, espérant que personne n’ait remarqué quoi que ce soit. Elle souffla en silence et attrapa la petite bouteille d’eau qu’elle avait calée sous sa tablette après le repas servi par les hôtesses, et l’en délesta d’une gorgée pour hydrater sa gorge sèche. Elle jeta ensuite un œil à l’écran. Plus qu’une heure de vol. Parfait, ils seraient bientôt arrivés. Elle décida alors de se lever pour se dégourdir un peu les jambes. D’autres passagers dormaient encore, tandis que certains, comme elle, commençaient à se réveiller. Alors qu’elle avait fait quelques pas dans le couloir, les lumières se rallumèrent et le commandant annonça leur prochaine descente. Ils touchaient au but. Tam ne pouvait s’empêcher de ressentir un mélange d’impatience et d’appréhension. Cette mission était sans doute la plus importante de toutes, puisque le but était de guérir sa chère maman. Comme l’avait dit Haytham un peu plus tôt, l’échec n’était pas envisageable. Elle finit par retourner s’asseoir et sourit à ses camarades qui eux aussi étaient réveillés.

-On va bientôt arriver, lança-t-elle, d’avantage pour manifester un certain contentement que pour leur en faire l’annonce. Je reviens.

Elle se leva une seconde fois et attrapa son sac dans lequel se trouvaient des affaires. Elle se dirigea vers les toilettes et s’y enferma. Elle se passa un peu d’eau sur le visage, puis sortit les affaires de rechange qu’elle avait emportées. Un brossage de dents et une petite toilette sommaire plus tard, elle changea de vêtements et de chaussures au profit de quelque chose de plus adapté à une mission de terrain. Rangers aux pieds, pantalons à poches et ceinture, plus pratique pour accrocher armes et munitions. Après avoir remonté son arme en pièces détachées soi-disant indétectables à l’aéroport, elle rangea le reste dans son sac et repartit à sa place, demanda au passage un dernier café à l’hôtesse.

Dégustant cette boisson qui constituait environ cinquante pour cent de ce qu’elle avalait quotidiennement, Tam jeta un œil à ses camarades, espérant déceler dans leur regard qu’ils étaient autant au taquet qu’elle pouvait l’être. L’avion amorça enfin sa descente, tout le monde rattacha sa ceinture. L’atterrissage se déroula sans encombre, et enfin tout le monde put sortir de l’avion. Il fallait à présent patienter pour le second vol en direction de Gibraltar. L’escale à Londres ne serait pas longue, et ils ne sortiraient pas de la zone de transit, donc pas de nouveaux contrôles, ce qui s’avérait pratique.
A présent assis dans l’un des inconfortables fauteuils de l’aéroport, l’heure indiquait leur prochain embarquement. L’avion était bien plus petit puisqu’il ne s’agissait pas d’un long courrier. Tam s’occupa d’aller récupérer les billets et les donna à ses partenaires de mission.

-On va pouvoir y aller. Dernière ligne droite.



Code by Sleepy

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : entre les couches et les pleurs
messages : 830
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   Sam 11 Fév - 17:30




LES POMMES DE LA DISCORDE

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... - N'oublie jamais




Comme toujours Le Penseur se posait mille et une question et comme toujours, il peinait à les éluder ce qui l'agaçait au plus haut point. Les sièges avaient beau être confortables, il n'en demeurait pas moins mal à l'aise. Le plan ? Comment pouvait-on en parler alors que de toute évidence, il n'avait pas pris le temps de le penser dans les moindres détails. De ce fait, l'échec semblait plus probable que la réussite. « Tu m'étonnes que mon géniteur ait attendu d'être contraint pour me reconnaître. Fils du dieu de la Guerre et incapable de concevoir un plan d'attaque ! » Il cessa dès lors de s'autoflageler et retrouva Abby. D'abord réticent à l'idée de livrer quelques informations un peu trop « personnelles » pour être divulguées, il consentit, pour mettre les choses aux clairs à raconter un pan de son histoire et de celle de Tamara, espérant ainsi calmer les ardeurs de la fille de Vénus. Par chance, Abby était compréhensive, une petite victoire pour Haytham qui espérait une atmosphère un peu moins délétère. Mais pas fou pour un sou, il renchérit, profitant de l'absence de son amie d'enfance, pour mettre les choses aux clairs. « -Par contre, ne lui dit pas que je t'ai raconté tout ça ! Tam n'est pas le genre de personne que l'on traite comme une petite chose. » La situation sous contrôle, le Marsien s'enfonça un peu plus dans son siège, préférant ne pas répondre à la dernière réplique d'Abby. Des surprises, il en avait tout un stock, plus mauvaises que bonnes, il préférait de ce fait, ne pas les sortir de son chapeau magique, histoire de profiter encore un peu de l'accalmie avant le retour de Tamara.

Un retour gagnant à sa grande surprise. Les deux jeunes femmes semblaient enclines à fumer le calumet de la paix, preuve qu'il n'était pas un mauvais conciliateur à défaut d'être un grand stratège. Néanmoins et parce qu'il tenait trop à cette accalmie, le demi-dieu prit le parti de ne rien dire et encore moins de se réjouir de sa petite victoire, il se contenta donc de jouer les spectateurs dans un premier temps et écouta avec attention l'échange entre les deux jeunes femmes, un échange mettant en exergue l'un de leur plus gros souci, le fameux dragon à plusieurs têtes, un souci qu'Haytham avait à peine survolé de toute évidence. L'excuse du, « c'est un mythe grec » ne tenait pas malgré tout et démontrait une fois encore l'absence de stratégie, un comble pour le fils du Dieu de la Guerre. « -Je savais que j'avais oublié quelque chose ! » tenta maladroitement le Marsien lorsqu'Abby évoqua le sujet pour la première fois. Un trait d'humour malvenu au vu de la situation, mais auquel Hay tenait, espérant détendre ce qui restait de tendue. Tamara prit à son tour la parole faisant état de ses connaissances sur la créature dont elle pouvait se targuer de connaître le prénom. « -Pfff je savais que je n'aurais pas dû sécher ces enseignements au camp ! Ça m'apprendra à faire l'école buissonnière. Heureusement que ce foutu précepteur n'est pas là pour faire état de mon ignorance. Enfin bref, le bureau des plaintes est fermé me semblerait-il donc revenons à ce « petit » problème de tête. Pour ce qui est de l'aspect polyglotte, c'est du détail Tam, de toute façon, on n'est pas là pour lui faire la causette. Donc récapitulons, nous avons les nymphes et l'espèce de cerbère prétendument pourvu de cent têtes. Si vous voulez mon avis, les Grecs avaient tendance à exagérer un peu les choses. Je ne pense pas que notre dragon soit pourvu d'une centaine de têtes. À moins qu'il se régénère comme l'hydre. Le cas échéant, il faut éviter de lui couper une tête. » Il se tue alors, se rendant compte que son intervention était peut-être inutile. « -De toute façon ce n'est pas Héraclès qui les a volé, mais Atlas et Atlas était un titan donc bon là niveau taille, je crois que j'ai mal calculé. » Il se tue à nouveau pour laisser la parole à Tamara qui semblait d'accord avec Abby sur l'emploi de la ruse. Haytham cria « victoire » intérieurement ravis de voir les deux jeunes femmes collaborées sans se crêper le chignon.

L'idée était de convaincre les nymphes d'amadouer le dragon à plusieurs têtes pour passer s'en encombre et subtiliser quelques pommes d'or. Ainsi énoncé, le plat semblait d'une simplicité enfantine, bien sûr la réalité serait toute autre et il fallait de ce fait, car nous ne sommes jamais trop prudents, concevoir « un plan B » comme baston, le genre d'alternative plus encline à séduire Haytham en bon fils de Mars qui se respecte. D'ailleurs, Tamara elle-même optait pour cette alternative de plan B-baston au cas où la ruse ne fonctionne pas et par chance, elle n'était pas venue les mains vides. « -Un point pour Tam ! Si la méthode ruse ne fonctionne pas, il nous faut une alternative. Cependant, loin de moi l'idée de tout contredire, mais là ma chère Tam, il n'est pas question de demi-dieux prépubères et je doute de l'efficacité de « tes gadgets » contre un monstre mythologique. » Peut-être légèrement échaudée, la belle brune renchérit en offrant le rôle de « joli cœur » à Haytham pour la rencontre avec les Hespérides. « -Hey hô, je ne suis un fils de Mars ok ? Je ne joue pas les jolis cœurs ! Et il est hors de question que vous pénétrez ce jardin sans moi. C'est aussi MA mission et je n'ai pas l'intention de faire de la figuration de plus, mes pouvoirs vous serons bien utiles. Enfin bref, il nous reste du temps et je n'ai pas envie de me lancer dans une guerre d'ego. » Une fois encore le demi-dieu se tut légèrement échaudé par les remarques de Tam. Le vol passa sans qu'il n'intervienne, laissant les deux jeunes femmes discutaient entre elles.

Écouteurs sur les oreilles, Hay avait choisi de s'isoler. Il était une fois encore sur les nerfs. Au bout de quelques minutes, bercé par I don't want to miss a thing il s'endormit, s'isolant ainsi totalement du reste du monde. Peu à peu, il s'enfonçait dans ses songes, puis il se réveilla au milieu de nulle part. Il pleuvait encore et encore, l'air était froid, terriblement froid. Des cris remontèrent jusqu'à ses oreilles l'obligeant à courir pour en connaître l'origine. Il se retrouvait dès lors face à l'imposante demeure des Lond. Il reprit sa course folle et parcourut l'allée sans fin. Arrivé à destination le cri se fit entendre à nouveau le confrontant à de vieux fantômes. Victoria était là blême, paralysée par la peur, Haytham vit le monstre tué sa mère alors que lui commençait déjà à s'enfuir. Il se retourna une dernière fois et fit le monstre montait à l'étage, le cri de Tamara résonna dans ses oreilles. Un cri d'horreur qui lui fit quitter les bras inconfortables de Morphée. Les lumières venaient de s'allumer et le commandant de bord annonça en plusieurs langues, la prochaine descente. Tamara reprit sa place, Haytham répondit tristement à son sourire ne parvenant à effacer les images encore trop vivaces, de son dernier cauchemar. Mais pas le temps pour faiblir, nos trois aventuriers d'un jour étaient près du but. Tamara s'éclipsa à nouveau, laissant le fils de Mars seul avec la fille de Vénus.  « -Ça va ? Tu as pu te reposer un peu ?! Vous avez trouvé un terrain d'entente avec Tam ? » Poli, il la laissa répondre, avant de rajouter « -Abby, je ne veux pas que tu te mettes en danger ok ? Le plan est simple, on essaie de manipuler les nymphes pour qu'elles occupent Ladon et si ça ne marche pas, je m'occuperai moi-même de lui pendant que toi et Tamara, vous volez les pommes. Ok ? Tamara est une mortelle, elle ne survivra pas face à lui, moi si. Je veux que tu te serves de ton pouvoir sur elle si elle fait preuve de trop de véhémences. » Voyant Tamara approchait et surprit par sa nouvelle tenue, le demi-dieu se tue aussitôt. L'avion amorça donc sa descente. L'atterrissage fut une formalité, tout le monde sortit de l'appareil et récupéra ses affaires. Le trio attendait à présent le second vol pour Gibraltar. On leur épargna les précédentes formalités, Tamara alla récupérer les billets qu'elle tendit ensuite à ses camarades. La dernière ligne droite venait d'être franchie. A présent, ils embarquèrent dans un plus petit avion. Cette fois, le trajet dura moins longtemps (heureusement) et lorsqu'enfin, ils posèrent un pied en sol étranger, ils entrèrent dans le vif du sujet.

Une page se tourna, pour qu'une autre puisse s'écrire. Haytham n'avait de cesse de penser à ce qu'il avait dit à Abby lors du vol précédent et il était bien décidé à s'y tenir quoiqu'il arrive et ce même si la conclusion de ce chapitre devait revêtir un aspect funeste pour sa propre personne…


Code by Sleepy

_________________

Ad honorem

L'honneur est semblable à un beau fruit une fois entamé il ne se conserve plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
RADIO À POTIN CYNIQUE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Camp Jupiter
messages : 226
parmi nous depuis le : 01/04/2016

RADIO À POTIN CYNIQUE

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   Mer 15 Mar - 23:30




Les pommes de la discorde

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... - N'oublie jamais




Abigail pouvait faire preuve de patience... Non, en fait, elle ne pouvait pas. Surtout quand une mortelle s'auto-proclamait chef de l'expédition et voulait organiser absolument tout, même le détail le plus insignifiant de la mission. Ce genre de tempérament collait mal avec le manque de confiance chronique de la fille de Vénus. C'était un détail qu'elle cachait en dessous d'une énorme couche de sarcasme, mais elle complexait beaucoup sur le manque d'agressivité de ces pouvoirs. Déjà que sur deux, elle n'en avait qu'un seul qui pouvait être utile... Manque de bol celui-ci s'avérait inutile contre les monstres. Or, le combat contre des monstres résumait une grande partie des missions qu'on confiait à un sang-mêlé. Donc, il y avait de quoi avoir le moral dans les chaussettes de se sentir bon à rien lorsque l'heure de l'action sonnait. Alors avoir une mortelle qui semble prendre plaisir à rappeler votre inutilité à chaque occasion n'aidait pas à se montrer patiente et compréhensive, même en ayant une énorme dette envers Haytham.

Bref, Abby exigea des réponses auprès du fils de Mars dès qu'elle put l'avoir pour elle toute seule. Parce qu'elle n'était pas certaine d'arriver à rester sous-tension durant tout le voyage. Parce que se faire traiter d'inutile par une simple mortelle, c'était l'hôpital qui se moquait de la charité ! Parce qu'il allait y avoir un meurtre si la situation continuait à ce rythme !

Et des réponses, elle en eue... Au-delà de ces espérances. Au point de se sentir horriblement mal d'avoir été jalouse. La demi-déesse comprenait à présent pourquoi Tamara prenait cette mission à cœur : la santé mentale de sa mère dépendait du succès de cette mission. Qui plus est, ces révélations l'aidaient également à mieux comprendre le lien complexe qu'elle voyait entre ces deux compagnons de voyage.

De nouveau, elle fut prise d'incertitude concernant son utilité dans le voyage, surtout avec un enjeu aussi important. Pour la réussite de la mission, ne valait-il pas mieux qu'elle reste en arrière ? Cela lui faisait mal de penser ainsi et surtout de donner raison à certaines parties du discours de Tamara, mais n'était-ce pas ce qu'il y avait de mieux à faire ?

Fort heureusement, avant qu'elle ne puisse trop s'enfoncer dans ce genre de pensée, Haytham prit la parole. Le fait qu'un fils de Mars s'inquiète du courroux d'une mortelle la fit sourire.

"Promis, je ne dirais rien." Dit-elle sur un ton amusé en lui tapotant la main pour le rassurer.

En espérant qu'Haytham n'ait pas d'autres surprises dans ce style en réserve. Avant qu'Abby ne puisse trouver suspect le silence qui suivit cette remarque, Tamara fit son grand retour. La demi-déesse prit une grande inspiration afin de se préparer à présenter des excuses sur son comportement. Heureusement, la mortelle fit le premier pas en direction de la paix, ce qui aida beaucoup Abigail qui n'avait plus qu'à suivre le mouvement.

Histoire de définitivement enterrer la hache de guerre, la demi-déesse fit de son mieux pour se rendre utile lorsque la mission revint inévitablement sur le tapis. Elle vit que le sujet des nymphes semblait être un sujet sensible lorsqu'il sortait de la bouche d'Haytham mais, pour une fois, elle ne se jeta pas sur la perche tendue pour une remarque piquante. Elle préféra se concentrer sur le vrai problème de cette mission : le dragon. Lui et ces cent têtes. Tamara espérait que ce détail soit faux tandis que le fils de Mars semblait croire que les Grecs exagéraient ce genre de chose.

"Partons sur le principe que ce n'est pas une rumeur et qu'il en a effectivement cent." Proposa Abby. "Je crois que la légende varie sur la méthode employée par Hercule. Comme les dieux aiment recycler les quêtes, cela ne m'étonnerait pas que toutes les méthodes que les mortels accros à la mythologie décortiquent soient vrai et ont été utilisées par des demi-dieux différents."

Elle garda sous silence que certaines de ces méthodes incluaient Atlas dans l'équation. Elle ne voulait pas donner d'idée de ce genre. Malheureusement, Haytham n'eut pas la même sagesse d'esprit et lâcha le nom du titan. La fille de Vénus se crispa légèrement en entendant les explications. "Évitons la case Atlas, on ne boxe pas vraiment dans la même catégorie qu'un titan." Dit-elle de manière peut-être un peu trop sèche, ce qui témoignait son manque de motivation d'imiter Hercule concernant cette méthode. Atlas avait la réputation d'être un type qui recourait à toutes les ruses pour faire porter son fardeau à quelqu'un d'autre et Abby ne se voyait pas en train de tenir la voûte céleste sur ces frêles épaules pour sauver la raison de la mère d'une mortelle qu'elle connaissait à peine. Peut-être que l'ancienne Abby l'aurait fait, mais pas elle.

La Romaine préférait proposer une méthode demandant de la ruse, ce qui évitera qu'elle se retrouve totalement inutile arrivé à destination. Elle avait émis cette hypothèse avec la même crainte qu'éprouvait un élève interrogé par un professeur après avoir été pris en train de faire autre chose que d'écouter son cours. Aussi fut-elle rassurée que son interlocutrice semble acceptée ce plan. Sensation qui ne dura pas puisque Tamara rappela un détail de l'histoire concernant la présence du dragon. "Wah, je suis jalouse de ta maîtrise du sujet." Commenta-t-elle, presque sans ironie. "On peut toujours essayer." Rajouta-t-elle avec un haussement d'épaule pour signaler que ses idées concernant un plan précis s'arrêtaient là. Ils spéculaient dans le vide pour l'instant, Abby restait convaincue que certains aspects de la mission ne pourront que se peaufiner qu'à l'arrivée, en voyant en face ce qui les attendait.

La demi-déesse fronça les sourcils devant l'évocation de gadgets. "Ça a fait ses preuves contre nous ?" Répéta-t-elle, perplexe. "Heu... Les armes des mortels n'ont aucun effet sur les monstres." Signala-t-elle le plus gentiment possible. Ensuite, elle se tourna vers Haytham dans l'espoir d'avoir une confirmation. Au lieu de cela, le fils de Mars surenchéri en parlant de demi-dieux pré-pubères. Abigail avait du mal à ne pas s'enfoncer dans son siège. En tout cas, elle sentait des sueurs froides naître au niveau de la nuque. Elle avait peur de comprendre. Elle avait peur de se rappeler qu'Haytham était considéré comme un traître... La Romaine n'avait jamais prêté attention aux détails de ces accusations, parce qu'elle était convaincue que cela ne pouvait être vrai... Peut-être aurait-elle dû demander des précisions !

Pour l'instant, Abby refusait d'assembler toutes les pièces du puzzle ensemble et changea de sujet en parlant de malédiction éventuelle si on touchait aux nymphes. Elle essaya de se montrer motivée alors que Tamara évoquait un plan. Plan qui consister à aller chercher les pommes alors que la brunette la 'couvrirait'. Ô joie ! Heureusement que l'intervention d'Haytham lui permit de chasser l'image d'une Tamara lui tirant dans le dos à coup de 'gadget spécial'. Les commentaires du demi-dieu arrivèrent même à lui arracher un sourire. "Oh allez, ce n'est pas toi qui parlais de tes anciens exploits avec des nymphes tout à l'heure ? Tu ne veux pas ajouter les Hespérides à tes anecdotes ?" Taquina-t-elle. "Imagine-toi comme un chevalier prêt à se jeter à la rescousse de ces princesses en détresse si ça tourne mal." Elle rit légèrement en imaginant le tableau. "Si tu préfères, on échange. Je vais papoter entre filles avec les nymphes et toi, tu vas à l'assaut des pommes." Proposa-t-elle en imitant des guillemets en disant 'papoter entre filles'. Imaginer les Hespérides en train de lire des magazines qu'elle avait apportés et échanger les derniers potins divins étaient tout aussi risible que d'imaginer Haytham en preux chevalier avec l'armure et tout le toutim.

En tout cas, ce genre de vision l'aidait à écarter ces suspicions concernant Tamara. Des suppositions qui faisaient froid dans le dos. Le genre de révélation qu'il n'était pas bon de découvrir en étant coincé dans un avion en plein vol, par exemple. Nier tout et espérer très fort se tromper était la seule solution pour l'instant.

Sauf que, c'était bien connu, il suffisait de ne pas vouloir penser à quelque chose pour que ce quelque chose revienne vicieusement parasité vos pensées. Ce qui fit qu'Abigail mangea sans grand enthousiasme le repas servi. Le plus dur était de faire croire que rien ne la dérangeait. Alors que la nonchalance des paroles échangées concernant les 'gadgets' de Tamara la dérangeait énormément. Parlaient-ils vraiment de la même chose ? Non, c'était impossible. Elle l'espérait en tout cas.

Après le repas, la fille de Vénus ouvrit un de ces magazines, se saisit d'un crayon et commença à effectuer certains tests, les réponses toute faite de ces questionnaires l'aidaient toujours à se vider la tête. Cependant, dans ce cas précis, elle manquait un peu de concentration. Elle se frotta plusieurs fois les paupières dans l'espoir de recentrer son attention sur ce qu'elle faisait. La réflexion de Tamara la fit presque sursauter. Abby se traita mentalement d'idiote d'être autant à cran.

"Je ne suis pas certaine de trouver le sommeil avec tout ce qui nous attend." Avoua-t-elle en refermant son magazine.

Néanmoins, elle essaya de suivre ce conseil du mieux possible. Il lui semblait qu'elle n'atteindrait jamais la quiétude nécessaire pour s'endormir, pourtant, c'est ce qui dut se produire puisqu'un message annonçant l'atterrissage la tira de son sommeil. Abby tenta de s'étirer sans éborgner son voisin. À peine avait-elle émergé que Tamara annonçait 'revenir'. "Elle a la bougeotte ta copine." Commenta-t-elle, en étouffant un baillement.

Cette remarque tentait de masquer son inquiétude grandissante. Voir Tamara partir avec son sac lui laissait un mauvais pressentiment.
"Ça va." Mentit-elle en se forçant à sourire devant les questions d'Haytham. "Je suis juste un peu stresser, cela fait longtemps que je n'ai plus fait de quête. Vu les enjeux... Enfin, je suis la championne de l'auto-pression. Ne t'en fais pas, ça va passer. Je crois que j'ai pu un peu dormir." Assura-t-elle en ponctuant son discours de hochement de tête comme si elle essayait de se convaincre elle-même. "Et toi ?"

La suite des remarques d'Haytham la rendit mélancolique. Un tel dévouement de la part d'Haytham était aussi admirable que stupide. Est-ce qu'un jour quelqu'un se montrerait aussi admirablement stupide pour elle ? Oui, elle était jalouse. Surtout si ces soupçons se confirmaient et qu'Hay se retrouvait catalogué de traître à cause de Tamara. "D'accord, mais je n'hésiterais pas à m'en servir aussi sur toi si je vois que tu veux jouer les héros en t'obstinant dans un combat perdu d'avance." Promit-elle, une promesse qui avait des allures de mise en garde.

Comme pour confirmer ce mauvais pressentiment, Tamara revint en portant une nouvelle tenue. Abigail ouvrit de grands yeux devant ce changement, mais ne fut aucun commentaire. On pouvait dire qu'elle faisait beaucoup d'effort parce qu'entre ça et le fait que la Mortelle arrivait avec un autre café (c'était au moins son cinquième, non ?), elle avait l'embarras du choix en matière de remarque sarcastique !

Très vite, la fille de Vénus eut d'autres priorités à gérer, comme sa première expérience d'atterrissage. C'était horrible... Elle avait l'impression de s'écraser en ne pouvant rien faire d'autres que de se cramponner à son siège. N'importe quoi aurait pu arriver sans qu'elle ne puisse rien y changer, car leur survie dépendait uniquement des compétences du personnel de l'avion. Horrible sentiment d'impuissance. Abby prétexta de regarder qu'aucun de ces magazines n'étaient tombés afin de gagner quelques minutes avant de se lever, histoire de ne pas trembler. Elle fut soulagée de retrouver son sac et de sortir de l'avion.

De retour sur le plancher des vaches, Abigail aurait pu jurer que cette expérience était 'sympa, mais qu'elle ne le referait plus jamais'. Une pensée idiote vue qu'il fallait bien rentrer en Amérique un jour ! C'est dire son désespoir lorsqu'elle comprit qu'il y avait un autre vol à prendre. À nouveau, elle garda ses appréhensions pour elle, mais elle prit le billet tendu comme un condamné à mort prendrait sa dernière cigarette avant son exécution.

"Dire que je suis à quelques heures des lieux de tournage de Sherlock et qu'on ne peut pas quitter la zone de transit." Soupira-t-elle, toujours dans le but de concentrer ses pensées sur autre chose.

L'autre avion était plus petit. Abby le trouva d'abord trop mignon, avant de comprendre que plus petit avion signifiait ressentir plus facilement les différentes perturbations durant le vol.

Ce n'est qu'en arrivant à destination que la demi-déesse retrouva une partie de son enthousiasme enfantin du début de voyage. Ça y est, ils y étaient ! En dehors du stress lié au fait que les choses sérieuses allaient bientôt commencer, il y avait aussi la découverte. Abby n'avait jamais quitté le sol américain. La Romaine était trop occupée à admirer le décor pour poser des questions sur le début des opérations. De toute façon, elle avait la certitude que la brunette n'allait pas tarder à rejouer les chefs pour dire ce qu'ils allaient devoir faire et où aller ! En cet instant, elle correspondait sans mal au tableau de la touriste partant pour la première fois en vacance. Elle en avait temporairement oublié le soupçon glacé concernant l'appartenance potentielle de Tamara à ce groupe de mortels tuant les demi-dieux.



Code by Sleepy

_________________
It's Over, Isn't It?
It's over, isn't it? Isn't it? Isn't it over? It's over, isn't it? Isn't it? Isn't it over? You won and he chose you, and she loved you and she's gone. It's over, isn't it? Why can't I move on?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 879
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   Mer 22 Mar - 12:57




Les pommes de la discorde

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... - N'oublie jamais




A présent que le calumet de la paix avait été fumé métaphoriquement parlant, la discussion sur le plan d’attaque pouvait se dérouler plus sereinement, bien que chacun ait sa petite idée qui ne convenait pas toujours aux deux autres. Ainsi, les cents têtes du dragon furent évoquer, ne rassurant pas Tamara, ni les autres d’ailleurs. Mais rien ne pouvait venir à bout de sa motivation, et elle avait des armes hautement efficaces qui avaient fait leurs preuves plus d’une fois. Hay la ramena sur le détail que l’agent de terrain donna sur la légende des langues parlées par les têtes du lézard géant.

-Un détail qui peut avoir son importance, joli cœur, il ne faut négliger aucune piste, qui sait, la parlotte pourrait le distraire. Je suis sure qu'Abby aura des tas de trucs à lui raconter.

Les demi-dieux échangèrent donc sur les méthodes employées lors des précédentes quêtes.

-Et tu penses vraiment que le fameux Atlas tomberait dans le panneau une seconde fois ? Je crois qu’on devait tenter un plan nouveau au contraire…

Abby sembla tomber des nues lorsque la brunette évoqua ses armes qui, elle le savait, seraient efficaces. Néanmoins, le fils de Mars sembla sceptique ce qui eut pour seul effet de l’agacer. Levant les yeux au ciel avant de le regarder à nouveau, elle soupira.

-Faut-il vraiment que je te fasse l’énumération des bestioles que j’ai dézinguées en treize ans ? N’incluant évidemment pas d’ado prépubères, merci, je sais faire la différence. Alors voyons, il y a eu… au moins deux ou trois cyclopes, un géant, quelques chimères, une manticore, d’ailleurs j’ai une énorme cicatrice sur le ventre qui en atteste, bien que ça fasse presque une dizaine d’années. Est-ce ça te va comme CV, pour mes petits « gadgets »,  monsieur le spécialiste des cure-dents ? ironisa-t-elle avec un clin d'oeil.

Elle tourna la tête vers la fille de Vénus avec un petit sourire fier.

-Ce ne sont pas des armes de mortels comme les autres. Les munitions ont un alliage spécial qui les rend, de ce fait, efficaces sur les monstres. Alors désolée de vous décevoir, vous deux, mais jusqu’à preuve du contraire, je pense que c’est ce qui nous permettra d’éviter de nous faire tuer. Rien ne vaut la distance pour rester en vie. Et un œil de lynx.

Tam ne put dissimuler plus longtemps son agacement face aux propos de l’Irlandais.

-La guerre d’égo, c’est toi qui la lances en voulant absolument jouer les gros bras ! C’est un besoin récurrent chez toi de vouloir jouer les héros et te la péter ? On sait que t’es hyper fort et super badass et tout et tout, mais contre un putain de dragon à cent têtes, excuse-moi mais il y a de fortes chances pour que même toi, Ô grand fils de Mars tout puissant, tu y passes. Et j’ai pas franchement envie de te voir clamser. Alors tu prendras un flingue et tu feras comme quand on était gamins et qu'on visait des bouteilles sur des troncs d’arbre.

Se rendant compte qu’elle avait peut-être, voire même surement, enfrein sa promesse d’être « avenante », Tam baissa la tête.

-Désolée… marmonna –t-elle.

Mais le demi-dieu avait déjà vissé ses écouteurs sur ses oreilles et s’isola dans sa musique. Finalement, chacun essaya de se reposer. L’atterrissage s’amorça après que l’agent Lond ait revêtu une tenue plus adéquate aux missions de terrain, et fini de monter l’une de ses précieuses armes à feu. Il valait mieux se tenir prêts le plus tôt possible.

L’escale à Londres ne fut pas très longue, et finalement ils purent embarquer pour Gibraltar. Ils touchaient presque au but, et une fois en Espagne, l’enthousiasme d’Abby, qui aurait dû agacer Tam, la conforta dans l’idée qu’ils étaient tous motivés pour la mission.

-Bien, je vais aller voir pour louer une voiture. Hay, tu veux bien récupérer les affaires ? Abby, est-ce que tu veux bien venir avec moi, s'il te plait ?

Elle attrapa le bras de la blondinette et l’entraîna avec elle en direction du comptoir pour location de voitures. La jolie brune s’assura qu’ils étaient assez loin du « Penseur » et que le brouahaha ambiant  de l’aéroport ne permettrait pas à ses oreilles semi-divines indiscrètes d’entendre la petite conversation.

-Voilà… je sais que tu m’aimes pas beaucoup, mais j’aurais un service à te demander… Je pense malgré tout que tu ne seras pas contre. Voilà, tu as sans doute remarqué hier pendant la conversation  que notre cher Haytham est du genre têtu, obtus et déterminé quand il a un truc en tête. Et comme je l’ai dit, je n’ai vraiment pas envie qu’il se fasse tuer pour un excès de zèle. Du coup, je me demandais si tu serais d’accord d’utiliser ton pouvoir sur lui pour l’empêcher de faire une connerie si tu vois qu’il veut prendre trop de risques ? Je veux dire… c’est ton ami aussi, je suis sure que tu ne veux pas qu’il lui arrive quelque chose, pas vrai ?

Tamara leva furtivement le regard en direction d’Haytham. Cet immense gaillard était repérable de loin avec sa taille dépassant le mètre quatre-vingt-dix.  Le voyant qui avait récupéré les affaires, elle se doutait qu’il ne tarderait pas à les rejoindre.

-Enfin voilà… j’imagine que tu y avais déjà pensé. Allez, je prends un tout terrain, on sait jamais, relança-t-elle un peu plus fort pour que la conversation ait l'air normale.

Sans attendre, elle atteignit le comptoir et demanda donc la voiture de son choix. Par chance, la procédure ne mit pas longtemps, et après qu’elle ait payé, le type du comptoir lui donna les clés. L’agent de terrain se retourna pour faire face à ses acolytes et leur montra la clé, accrochée à un porte-clé à l’effigie de l’enseigne de location.

-On va pouvoir y aller.

Elle ouvrit la marche en direction de l’extérieur, se dirigeant vers le parking que lui avait indiqué l’employer, où étaient garés les véhicules de location. Tout en marchant, elle sortit une carte de son sac pour repérer un peu les routes. Une fois arrivés au parking, Tam tendit la petite clé et appuya sur le bouton de la petite commande. Un petit 4x4 noir se manifesta avec un bip et un clignotement de phares. D’un pas assuré, la petite brune s’y rendit et s’installa à la place conducteur, posant son sac sur le siège d’à côté et positionna la clé dans le contact. Elle ressortit pour rejoindre Hay à l’arrière du véhicule pour ouvrir le coffre. Elle le délesta de sa petite valise qu’elle avait voulu mettre en soute pour éviter les contrôles, et pour cause, ce qu’elle contenait ne serait probablement jamais passé. La posant à l’intérieur du véhicule, elle l’ouvrit et en sortit d’autres pièces détachées d’arme à feu qu’elle remonta en vitesse. Elle se saisit du chargeur, le remplit, plaça l’arme dans un holster qu’elle tendit au fils de Mars.

-Je veux que tu prennes ça. Tu sais t’en servir je crois. Alors privilégie la sécurité aux exploits qui te coûteraient la vie, s'il te plait... Fais-le pour moi, d'accord ?, murmura-t-elle en posant une main affectueuse sur sa joue.

Se ressaisissant, l’agent de terrain réitéra l’opération. Elle aimait bien en avoir deux à portée de main, et chargea d’autres chargeurs qu’elle plaça dans ses poches.

-Abby, j’imagine que ce n’est pas la peine que je t’en propose un ?


Puis, elle retourna s’installer à la place du conducteur et attendit que ses camarades prennent place à leur tour dans le véhicule et bouclent leurs ceintures.

-Allez, c’est parti.

Le contact mis, ils prirent la route pour se diriger vers le point qu’ils avaient ciblé au départ, à savoir l’embarcadère. A voir après si un moyen « mythologie » ou « de mortel » leur permettrait d’arriver au lieu désiré. Le trajet ne fut pas bien long, une petite demi-heure tout au plus, et Tam tâcha de respecter le code de la route. Ce n’était pas le moment de se faire courser par des flics ou de se faire remarquer, surtout avec la cargaison qu’ils avaient à l’arrière. La voiture garée, elle replia la carte qu’elle rangea dans son sac et sortit de la voiture. Ils approchaient encore du but, ce n’était plus qu’une question de petites heures, peut-être moins.

-Je vous laisse essayer vos méthodes, alors ? demanda-t-elle un peu évasive, se demandant si avant de prendre la mer, elle aurait le temps pour un autre café.




Code by Sleepy

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : entre les couches et les pleurs
messages : 830
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   Dim 2 Avr - 21:33




LES POMMES DE LA DISCORDE

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... - N'oublie jamais


La deuxième partie du voyage s'acheva enfin à la grande joie du Marsien qui supportait de moins en moins d'être enfermé. Ce grand gaillard avait besoin d'espace, suffisamment pour se dégourdir les jambes, s'étirer et faire craquer les os de son cou, une coutume avant chaque mission ou chaque combat. D'ailleurs, il repensa à ce qu'il avait fait promettre à Abby lors du premier vol alors que Tamara avait le dos tourné.

« Le plan est simple, on essaie de manipuler les nymphes pour qu'elles occupent Ladon et si ça ne marche pas, je m'occuperai moi-même de lui pendant que toi et Tamara, vous volez les pommes. Ok ? Tamara est une mortelle, elle ne survivra pas face à lui, moi si. Je veux que tu te serves de ton pouvoir sur elle si elle fait preuve de trop de véhémences. »

Pour se faire, il était prêt à prendre tous les risques sans réfléchir à leur portée au préalable. Les pommes d'or devaient être subtilisées et aucune autre alternative n'étaient de ce fait, envisageable. Mais il devait toutefois se montrer précautionneux pour ne pas attirer les soupçons de Tam qui était prête au même sacrifice. Il resta donc silencieux un long moment, ressassant encore et encore un hypothétique plan d'attaque. Pour l'heure, il fallait récupérer leurs affaires, louer une voiture, quitter l'aéroport et rejoindre l'embarcadère. La suite du plan restait à être définie cependant. Allaient-ils opter pour la location d'un bateau ou faire appel aux nymphes pour qu'elles les mènent directement jusqu'à la destination finale. Pour l'heure, ils devaient rejoindre l'intérieur de l'aéroport, certainement la partie la plus simple du périple. Hay posa son regard sur Abby qui observait les lieux avec la naïveté d'une enfant découvrant le monde. Dès lors, le demi-dieu ne put s'empêcher d'esquisser un léger sourire face à cette vision. Un sourire que le rappel à la réalité chassa aussitôt. Tamara soucieuse du bon déroulement du voyage, délégua les tâches et associa son ami d'enfance à la récupération de leur affaire sur le tapis roulant tandis qu'elle accaparait Abby. le Marsien ronchonna, exaspéré de n'être cantonné qu'à ce genre de tâche, mais obtempéra malgré tout, loin de se douter de ce qui se tramait dans son dos. D'ailleurs, le brouhaha de l'aéroport le découragea aussitôt à laisser traîner une oreille indiscrète. Il traîna donc jusqu'au tapis roulant pour récupérer les bagages tandis que les deux jeunes femmes s'éloignaient. Et alors qu'il récupérait les affaires de Tam, son regard se posa alors sur une silhouette on ne peut plus familière.

« -Joshua ! » se dit-il pour lui avant d'avancer vers le faune (satyre) qui perchait sur sa canne lui souriait en essayant de se faire une place parmi la foule. Après quelques secondes le combattant et son ex (bouque) maker se retrouvèrent enfin face à face. Hay, observa les environs et prit la créature par le bras pour l'entraîner ailleurs et offrir à ses premières interrogations des réponses.

« -Mais qu'est-ce que tu fous ici ? »

« -J'espérais te ramener à la raison vieille branche ! Tu sais, j'ai perdu pas mal d'oseille depuis ton départ. Les petits nouveaux briment leurs coups, c'est naze et moins marrant »

« -J'ai été clair avec toi Joshua, les combats illégaux c'est terminé pour moi ! »

« -Oui je sais, mais pour être honnête avec toi je ne suis pas ici pour ça. »

« -Pitié va à l'essentiel pour une fois. J'ai peu de temps. »

« -Tu es avec elle n'est-ce pas ? L'humaine pour laquelle tu es visiblement prêt à prendre tous les risques !»

« -Pourquoi tu poses la question puisque tu connais la réponse ! »

« -Sûrement parce que j'aime la rhétorique, un truc de romain j'imagine. »

« -Qu'est-ce que tu veux ?! »

« -Te filer un petit coup de main. Tu n'es pas obligé de me croire, mais je t'estime. Je sais que tu n'es pas un traître et ça me tue de l'entendre à longueur de journée. » La faune sorti un papier de sa poche et le tendit au Marsien qui s'en saisit aussitôt pour le lire.

« -L'Esperanza ? »

« -C'est le nom d'un bateau ! Il est à l'embarcadère où vous devez aller. Le bateau appartient à un Grec, fils de Glaucos... »

« -Oui je sais, lui-même fils de Poseidon ! »

« -Il me devait quelques services alors j'en ai profité pour le contacter. Il est un peu rustre sur les bords, mais c'est un bon gars. Il vous conduira là où vous devez aller sans poser de question. »

« -Merci »

« -De rien ! »

« -Tu n'étais pas obligé ! »

« -Je sais ! »

« -Mais tu l'as fais ! »

« -J'ai bon espoir »

« -Je ne reviendrai pas vers toi Joshua »

« -On verra ! Mais peut-être que ça n'est pas qu'une question d'argent facile et de combat souterrain »

« -Monsieur le « bouque » maker aurait-il de vrais sentiments ? »

« -Ne te fais pas tuer Cassidy et ramène ces foutues pommes d'or, c'est tout ce que je te demande ! »   Un homme d'un certain âge s'approcha alors du binôme et s'adressa au fils de Mars qui se tourna aussitôt vers lui « Monsieur, ce sont vos affaires ? » Il désigna les bagages qu'il n'avait pas encore récupérés. « -Ah oui, excusez-moi je m'en occupe tout de suite. Avant je… » Il se tourna alors vers Joshua pour le saluer une dernière fois en vain, le faune ayant déjà disparu. « -Monsieur ? » Il sortit à nouveau de ses pensées, déposa le bout de papier dans sa poche gauche, puis il consentit à suivre le vieil homme pour enfin récupérer ses affaires. Il s'excusa à nouveau auprès de son aîné et s'en alla aussitôt pour tenter de retrouver Abby et Tamara qui se trouvaient près du comptoir abritant l'agence de location de véhicule.

« -Alors, c'est réglé cette histoire de voiture ? On peut enfin migrer ? » lança l'aventurier du jour, qui omit de préciser ce qui venait de lui arriver. » Il lança malgré tout un regard amical à Abby qui prenait sur elle pour ne pas perdre patience, tandis que Tam récupérait les clés de leur voiture de location. « -Donc c'est toi qui vas conduire ? » Notre demi-dieu semblait plus que moyennement convaincu, mais tenta de se reprendre très rapidement histoire de ne pas faire flipper Abby. « -Ce n'est qu'un mauvais moment à passer.» murmura-t-il tandis que Tamara ouvrait la marche pour rejoindre le parking où se trouvait leur carrosse. « - Je parie sur une grosse bagnole, le genre qui passe totalement inaperçu. » Et alors que Tam appuyait sur la clé un gros 4x4 noir s'illumina en clignant des phares. Hay lança un regard complice à Abby et prit la direction du coffre, avec que la tempête brune avait déjà élu domicile à l'arrière du volant. Le demi-dieu s'apprêtait à déposer les affaires dans le coffre pas encore déverrouillé. Une chance que Tam quitte alors le côté conducteur pour venir lui ouvrir « -Merci, j'ai cru que j'allais rester poireauter ici ! » lança-t-il en la taquinant. Il commença dès lors à déposer les affaires dans le coffre. Tam en profita pour s'occuper de son arme qu'elle démonta-remonta avec une dextérité qui surprit notre fils de Mars. Une fois parée, elle déposa l'arme dans un hoster et tendit le tout à son ami d'enfance. La suite de leur échange le surprit et le contact de la main de la jeune femme contre sa joue l'ébranla davantage. « -Tu sais que je n'aime pas ça, mais si cela peux te faire plaisir ! » disait-il sur un ton presque certain histoire de ne pas s'épancher sur son instant de faiblesse. Quant à elle, Tam réitéra l'expérience de montage-démontage histoire d'avoir un autre flingue à portée de main.

Chacun prit sa place. Hay et Tam à l'avant, Abby à l'arrière. Ceintures bouclées, le périple pouvait commencer, direction l'embarcadère. À la grande surprise d'Haytham, Tamara adopta une conduite que l'on pouvait presque qualifier d'agréable et pour cause, elle était encline à respecter le code de la route aujourd'hui, un fait à inscrire dans les annales. Tous silencieux, chacun semblait s'enfermer dans sa bulle, par chance le trajet ne fut pas trop long. Au bout d'une demi-heure, la mer se présenta à eux. « -Enfin ! » murmura le Marsien qui une fois la voiture garée, fut le premier à sortir observant attentivement les lieux. Il se tourna alors vers Abby et Tamara et sortit de sa poche gauche, le bout de papier transmis par un vieux camarade. « -On va opter pour une méthode plus conventionnelle » Il tendit dès lors le papier à Tamara, un papier sur lequel se trouvait le nom du navire à leur disposition. « -J'ai reçu la visite d'un vieil ami pas disposé à ce qu'on se foire de toute évidence. Il m'a aussi confirmé ce que je savais déjà » Il posa dès lors son regard sur Abby « -Désolé Abby, mais je suis officiellement reconnu comme un traître maintenant, je vais sûrement avoir le droit à un procès. C'est génial hein ?! Bon pour en revenir à nos moutons, mon ancien bookmaker nous a dégoté un bateau et je vous donne dans le mille, il s'appelle l'Esperanza. Son proprio est un fils de Glaucos. Il nous mènera à bon port si je puis dire. Enfin bref, ne perdons pas plus de temps » Le demi-dieu, plus motiver que jamais, récupéra ses affaires, prenant soin de laisser l'arme dans un coin du coffre et prit la direction de l'embarcadère où il avait déjà repéré le bateau qui leur permettrait de rejoindre l'île où se trouvaient les pommes tant convoitées. À n'en pas douter, le trio venait de mettre un pied dans la grande aventure et plus aucun retour en arrière n'était dès lors possible.


Code by Sleepy

_________________

Ad honorem

L'honneur est semblable à un beau fruit une fois entamé il ne se conserve plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
RADIO À POTIN CYNIQUE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Camp Jupiter
messages : 226
parmi nous depuis le : 01/04/2016

RADIO À POTIN CYNIQUE

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   Dim 16 Avr - 22:17




Les pommes de la discorde

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... - N'oublie jamais




Abigail venait de découvrir le dernier secret qu'Haytham avait gardé dans sa besace. Maintenant, elle comprenait mieux. Pourquoi Tamara jouait les chefs, sa certitude de pouvoir être utile malgré des armes de mortelles qui étaient supposées ne rien pouvoir faire aux monstres et pourquoi des rumeurs circulaient sur Haytham en le qualifiant de traître. Ces questions avaient la même réponse : parce que Tamara appartenait à l'ennemi. La fille de Vénus manquait de suffoquer, alors que ces deux acolytes de quête non-officielle parlaient tranquillement de bestioles éliminées et d'ados prépubères.

La Romaine avait terriblement envie de prendre l'air, une impulsion difficile à suivre quand on était coincée coté hublot dans un avion volant à des kilomètres de la terre ferme. À la place, elle essaya de ne pas céder à la panique et d'essayer de faire comme si elle n'avait rien entendu.

Tamara lui adressa un sourire fier en parlant de la composition des munitions. Abby se retenu de demander combien d'ados prépubères figuraient sur le fameux CV de l'oeil de lynx. Elle afficha un sourire forcer, avant de feindre l'enthousiasme en levant un pouce en l'air. Heureusement, Haytham vola involontairement à sa rescousse en provoquant l'agacement de son interlocutrice.

Pendant que la guerre des egos se jouait, Abigail se calla confortablement dans son siège en regardant droit devant elle. Que devait-elle faire ? Se pincer et espérer se réveiller à la Nouvelle Rome ? Par les dieux, elle allait peut-être risquer sa vie pour aider l'ennemi à obtenir une pomme d'or ! Est-ce l'histoire de la mère de Tamara était vraie ou bien s'agissait-il d'un mensonge pour s'assurer de sa coopération ? Est-ce qu'elle allait être traitée comme une traitresse à son retour ? La Nouvelle Rome était son seul refuge. Tout cela lui donnait le tournis. Sa seule certitude venait de son pouvoir. Le lien entre ces deux voisins de sièges était réel.

La petite bataille verbale avait pris fin, Abby réprima un sursaut alors que le fils de Mars s'isola via ces écouteurs. La demi-déesse se pencha un peu pour adresser un sourire compatissant à Tamara. Pendant quelques secondes bénies, elle oublia sa découverte sur l'appartenance de la brunette à l'ennemi pour se concentrer sur une personne qui avait prise sur elle pour faire des excuses qui furent snobées à cause d'un orgueil mal placé. "Les mecs, tous pareils." Commenta-t-elle par esprit de solidarité.

En théorie, c'était le moment de reprendre des forces. Abigail se sentait, pourtant, trop nerveuse pour céder au sommeil. Du moins, c'est ce qu'elle s'imaginait en fermant les yeux, histoire de se forcer à mettre son cerveau en mode off. Elle avait dû réussir à s'endormir puisque le signal annonçant l'atterrissage la réveilla en sursaut.

L'atterrissage fut une expérience inoubliable dans le mauvais sens de ce terme. Très naïvement, Abby espérait ne plus avoir à la subir. Sauf qu'ils avaient un autre vol à prendre. Ce deuxième voyage fut oublié lorsque la Romaine contempla l'Espagne. Comme elle aurait aimé jouer les touristes au lieu de se retrouver impliquer dans cette recherche de Pomme !

La demi-déesse se laissa aller dans sa contemplation du décor, sachant pertinemment que Tamara serait là pour superviser ce qui devait être fait. Ce qui ne manqua pas d'arriver. Abby déglutit lorsque l'agent du DLCEM lui demanda de l'accompagner. "Bien sûr." Répondit-il néanmoins en affichant un sourire de circonstance.

De toute façon, elle n'avait pas le choix vu comme la brunette lui avait attraper le bras. Contre toute attention, Tamara lui demanda un service... Qui était à peu de choses près le même que celui qu'Haytham lui avait demandé. S'ils n'étaient pas dans une situation aussi compliquée, Abby aurait certainement trouver cela mignon. En fait, une part d'elle-même le trouvait. L'autre partie s'inquiétait de recevoir une balle anti-demi-dieu dans le dos quand on aura plus besoin d'elle, comme dans les vieux films.

"Oui, c'est mon ami. Alors, je garderais un oeil sur lui." Promit-elle très sérieusement. Elle ne savait plus comment se comporter avec Tam. Elle avait terriblement envie de mettre les points sur les i, de lui demander si elle avait participé à l'attaque des camps et, si oui, de quel côté, mais elle avait aussi peur de connaître la vérité. "Tu sais, ça ne va pas aussi bien qu'il le laisse voir. Il y a des sales rumeurs qui circulent sur lui au Camp. Je sais que cette mission est importante, mais, concrètement, si on réussit, j'ai peur que ça empire les choses pour lui. Enfin, c'est important, je le comprends, je ne dis pas de faire demi-tour. C'est juste pour que tu le saches." Abigail avait expliqué cela avec une petite pointe de reproche, inutile de préciser avec un 'et si Hay a des ennuis, c'est de ta faute', il était facile de lire entre les lignes.

Tamara changea de sujet, en parlant plus fort que nécessaire. Abigail troqua son expression sérieuse contre un faux sourire. "Ça me semble parfait ! On est jamais trop prudent !" Dit-elle sur le même ton que son interlocutrice pour jouer le jeu.

Pendant que la brunette réglait les formalités pour la location de véhicule, Abigail lança un coup d'oeil inquiet en direction d'Haytham. Dans quoi l'avait-elle entraîné ? C'est vrai, elle avait toujours une dette envers le fils de Mars, et elle n'allait pas faire machine arrière quoi qui se passe, mais elle ne pouvait s'empêcher d'avoir quelques inquiétudes. Encore plongée dans ces pensées, Abby se contenta d'acquiescer lorsque Tamara déclara qu'elles pouvaient y aller avant de suivre le mouvement.

En voyant Haytham les rejoindre, elle s'inquiéta aussitôt de la mine songeuse (oserait-elle dire soucieuse) de son ami. "Ça va ?" Demanda-t-elle en lui touchant délicatement le bras. "On dirait que tu as vu un fantôme." Ce qui était tout à fait possible de leur étrange quotidien. Ce cas de figure ou un divin parent se mêlant de ce qui ne les regardait pas.

Cette préoccupation fut balayée rapidement par une autre lorsque le demi-dieu lui fit réaliser que c'était Tamara qui allait conduire. Instinctivement, la main qu'elle avait posée sur le bras d'Haytham se crispa. Tel un ancien combattant revivant des souvenirs passés sur le champ de bataille, la fille de Vénus se rappela de la première expérience avec la brunette derrière le volant. Abby adressa un sourire reconnaissance à son héros qui essaya de la rassurer. Il essaya ensuite de lui changer les idées en spéculant sur la voiture.

Elle se délesta de son sac à dos pour le poser dans le coffre. Abby s'interrompit dans son geste en voyant la petite démonstration de Tamara avec son arme. Les demi-dieux n'étaient pas des adeptes des armes à feu. Voir ce genre de chose était déjà impressionnant, mais de se dire que ces armes avaient peut-être tué des demi-dieux ajoutait une petite touche de malaise à la scène. Heureusement que son fond de teint lui assurait déjà un teint pâle. En plus, Haytham accepta la proposition de l'arme. Avait-il déjà tenu une arme appartenant à l'ennemi avant aujourd'hui ? Abigail se secoua un peu. Non, elle ne pouvait pas douter d'Haytham. Pas après tout ce qu'il avait fait pour elle.

"Je... Je vais rester à l'ancienne méthode, merci."
Répondit-elle après un instant d'hésitation.

Sur cette réponse qui sera peut-être une grave erreur pour la suite, elle prit place à l'arrière et boucla immédiatement sa ceinture. S'attendant au pire, elle fut soulagée de constater que Tamara s'était décidé à rouler selon les limitations de vitesse, ce qui permit à la demi-déesse d'oublier un peu qu'elle faisait route vers une quête ultra-dangereuse accompagnée d'une ennemie et d'un traître et de profiter du paysage. Une expression d'émerveillement s'épanouit sur son visage alors que la mer se dessinait à l'horizon.

Avant qu'elle ne puisse s'extasier devant le panorama, ce fut au tour d'Haytham de la ramener à la réalité en sortant un bout de papier. Son ami fit un rapide résumer, lorsqu'il évoqua son statut officiel de traître, Abby n'avait pu s'empêcher de lancer un bref regard à Tamara accompagné d'un haussement de sourcil, l'air de dire 'c'est de ta faute'.

"Haytham, je suis désolée." Commença-t-elle en se re concentrant sur le demi-dieu. Haytham ne semblait pas disposé à s'éteindre sur le sujet. La Romaine suivit le fils de Mars pour lui parler, car, elle, elle n'en avait pas fini avec cette histoire.

"Tu pourrais te racheter, et très facile... Si tu revenais avec une de ces armes." Proposa-t-elle avec un geste évasif. "Confie-en une aux enfants de Vulcain. Ils trouveront surement de précieuses informations." Abigail avait le regard suppliant comme si elle implorait son ami de ne pas faire de nouvelles bêtises. "Si tu rentres... Même si on réussit cette quête... Rien ne va s'arranger pour toi. Tu seras celui qui a aidé l'ennemi à avoir une pomme d'or. S'il y a un procès..." Elle s'interrompit en se mordant la lèvre. Ensuite, elle s'approcha pour de nouveau toucher doucement le bras du fils de Mars. "Je ne te dis pas de renoncer, et je ne dis pas que je me retire. Quoi que tu décides, je te suivrais." Déclara-t-elle avec un mince sourire. "Réfléchis-y, d'accord ?" Conclut-elle en retirant sa main.

Mains dans les poches, après avoir récupéré son sac, Abigail suivit ces comparses du jour jusqu'à l'embarcadère.



Code by Sleepy

_________________
It's Over, Isn't It?
It's over, isn't it? Isn't it? Isn't it over? It's over, isn't it? Isn't it? Isn't it over? You won and he chose you, and she loved you and she's gone. It's over, isn't it? Why can't I move on?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 879
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   Lun 17 Avr - 19:34




Les pommes de la discorde

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... - N'oublie jamais




Le temps de route jusqu’au petit port espagnol ne fut pas bien long, et si elle n’avait pas été en mission, une mission qui la touchait personnellement de près, Tamara aurait pris le temps de savourer le paysage, ces images aux allures de paradis qui défilaient sous ses yeux à mesure qu’elle conduisait. Elle ne prit même pas le temps de constater le soulagement de ses deux passagers et coéquipiers quant à sa conduite un peu plus relax et conventionnelle. Un peu plus tôt à l’aéroport, Abby avait accepté de s’assurer qu’Haytham ne joue pas les héros suicidaires, et l’Irlandais avait accepté de prendre l’une des armes à feu de l’agent de terrain pour assurer sa survie face au monstre, et ces deux détails n’étaient pas négligeables pour rassurer une Tam de plus en plus inquiète pour le fils de Mars. Elle connaissait son tempérament, et elle avait constaté qu’avec le temps, il n’avait fait que s’amplifier. Elle n’était pas prête à le perdre, pas maintenant qu’ils venaient de se retrouver et que tout avait -plus ou moins- été remis à plat. La fille de Vénus, quant à elle, avait refusé de prendre un pistolet, ce qui n’étonna pas la brunette.

Pendant qu’elle conduisait, concentrée sur la route et sur le plan, les paroles de la romaine ne cessaient de lui revenir en mémoire. « Ça ne va pas aussi bien qu’il le laisse voir ». L’inquiétude de miss Lond n’avait eu de cesse de s’accroître concernant son  « Penseur », tout comme les questions qu’elle se posait. Mais ces dernières eurent une réponse rapidement. En effet, à peine sortis du véhicule de location, l’Irlandais s’empressa de faire part à ses comparses de son plan. Quelle chance qu’il ait eu cette connaissance qui leur avait dégoté un bateau ! Tam aurait bien souri, ravie d’entendre enfin une bonne nouvelle, mais la mauvaise qui l’avait précédée ne prêtait absolument pas à sourire. Un traître ! Et sûrement à cause d’elle. Elle pencha la tête de côté, le regardant avec compassion.

-Hay, je suis désolée… déclara-t-elle à mi-voix, posant une main sur son épaule. Est-ce que c’est… à cause de Scranton ? A cause… de moi ?

Évidemment, la réponse semblait toute trouvée, elle le savait, c’était de sa faute. Sans doute avait-il dit à ses camarades prépubères qu’il la connaissait… Mais pourtant, elle lui avait sauvé la vie, et elle avait épargné tous ces gamins idiots, alors qu’elle aurait pu en dégommer facilement trois avec une seule balle. Pourquoi les demi-dieux de son foutu camp étaient-ils aussi archaïques ? Un élan de colère gagna la jeune femme qui pinça les lèvres, révoltée d’entendre qu’Haytham aurait droit à un procès.

-Et que va-t-il t’arriver s’ils te jugent coupable ?

Elle refusait d’éluder le sujet, hors de question de passer à côté d’une conversation aussi importante, même si, comme à son habitude, Hay essayait de contourner la discussion en annonçant le nom de l’embarcation qu’ils devraient prendre. Elle le regardait avec insistance. S’il ne voulait pas en parler maintenant, elle trouverait bien un moyen d’avoir des réponses, et s’il risquait une exécution -ce qui ne l’étonnerait pas de la part de grands dadais aux mœurs aussi anciennes que leurs divins parents-, elle l’empêcherait d’y retourner. Le perdre définitivement était tout simplement proscrit.

A son tour, elle regagna le coffre de la voiture, leur tournant le dos, les demi-dieux étant à quelques pas d’elle. Appuyés sur l’ouverture du coffre, bras tendus, Tam ferma les yeux quelques secondes et souffla, dépitée par ce qu’elle venait d’apprendre. Lorsqu’elle les rouvrit, elle constata que le flingue qu’elle avait attribué à Hay était toujours là, posé dans un coin du coffre.

-Fait chier ! Marmonna-t-elle.

Elle récupéra l’arme qu’elle rangea dans l’une de ses poches, prit son sac à dos dans lequel se trouvaient encore d’autres chargeurs, en plus de ceux qu’elle avait dans ses poches, et reverrouilla la voiture.

-OK, alors cherchons l’Esperanza.

Sans attendre, l’agent de terrain ouvrit la marche sur l’embarcadère, lisant méthodiquement les noms des navires. Le but de leur petite recherche ne fut pas bien long à atteindre. La petite brune se planta devant ce bateau amarré tout au bout du quai et se retourna vers ses camarades.

-On dirait qu’on l’a trouvé.

Le temps que les demi-dieux la rejoigne, elle reporta son attention sur le bateau et vit un homme arriver.

-Hola !
Commença-t-elle histoire de saluer dans la langue locale. Vous parlez notre langue ?

Le type acquiesça.

-C’est vous le fils de Glaucos ?

Les deux autres arrivèrent, et Tam décida de laisser Haytham continuer les « négociations », même s’il n’y avait pas lieu de négocier puisque visiblement son « ami » leur avait déjà arrangé le coup pour le trajet en bateau. Quelle aubaine ! Le demi-dieu inconnu leur fit enfin signe de monter à bord, et Tam ne se fit pas prier. Une fois sur le pont, elle laissa le fils de Mars et celui de Glaucos discuter et reprit Abby à part, profitant que l’attention du « Penseur » soit accaparée par leur chauffeur maritime.

-Je te sens tendue depuis l’avion. C’est la mission qui te fait flipper ou c’est moi ? Si tu veux mettre les choses à plat, c’est maintenant, après il sera trop tard. Dans ce genre de mission, on doit pouvoir se faire confiance.

Son ton n’était aucunement empreint d’animosité, mais elle était néanmoins ferme. L’intonation qui voulait dire « je ne te poserai pas la question deux fois, de toute façon on n’a pas le temps ».

-Bon, par contre toi et moi on sera d’accord sur une chose, si tu dois n’en sauver qu’un, ce sera lui. Pigé ?

Elle ponctua cette phrase par un sourire entendu, elle savait pertinemment qu’Abby choisirait de protéger son ami plutôt que cette inconnue antipathique que représentait Tamara.

-Et si je m’en sors pas, dis-leur, à ceux du camp, que c’est lui qui m’a fait a peau, si ça permet de le racheter à leurs yeux.

Cette histoire de procès l’avait véritablement inquiétée, et en plus de ça, elle avait bien vu au regard d’Haytham qu’être considéré comme un traître par les siens l’avait ébranlé.
Après leur petite conversation, les filles retrouvèrent les deux hommes et Tam, tâchant de se montrer sympathique, regarda le propriétaire du navire.

-Merci pour votre aide précieuse. Alors, vous pensez qu’on en a pour combien de temps ?

A vrai dire, elle n’avait qu’une hâte, voir enfin le dénouement de cette mission. Il fallait coûte que coûte que ça finisse bien, il fallait qu’ils réussissent, que la pomme d’or sauve la mère de Tamara. Si cela ne fonctionnait pas… Non, elle préférait ne pas penser à ce cas de figure. Un tel échec après autant de prise de risque l’anéantirait, et sans doute que pour la première fois, la belle brune têtue commencerait à perdre espoir. Un peu comme lorsqu’Haytham était venu parler à Victoria, juste après ses retrouvailles avec Tam. Cette dernière mettait tant d’espoir dans cette rencontre, elle espérait que vingt-sept ans après le drame et leur séparation, revoir son petit Haytham Cassidy et l’entendre lui dire la vérité permettrait à Mme Lond de recouvrer ses esprits et sa raison. Mais rien n’y avait fait, et la déception de la réalité cuisante de l’échec fut très dure à encaisser pour la jeune femme. Pendant quelques minutes, tout espoir de revoir sa mère comme avant s’était envolé, mais bien vite, elle s’était reprise, refusant d’abandonner. Son père avait abandonné depuis longtemps, il ne restait qu’elle pour soutenir sa mère, et il était hors que question de l’abandonner. La mission devait être un succès, il le fallait, il n’y avait pas d’autre option. Tamara s’était d’ailleurs maudite intérieurement de n’avoir pas pensé elle-même aux pommes d’or. Sans doute que ses missions l’avaient trop accaparée pour qu’elle y songe. Et pourtant, elle n’avait eu de cesse toutes ces années de chercher un moyen de la guérir. Et après tout ce temps, après ce long silence, c’était Haytham qui avait apporté l’idée lumineuse de cette quête des pommes d’or.

Tam se demanda si une fois à distance respectable du port, le bateau userait d’un moyen « mythologique » pour le voyage, ou si la méthode de navigation traditionnelle serait de rigueur. A vrai dire, elle était prête à tout pour arriver à destination. Le jardin des Hespérides. Ils n’avaient jamais été si près du but, et cela lui procurait une étrange sensation, à la fois d’impatience et une légère appréhension. C’était l’une des rares fois où elle se retrouvait avec des coéquipiers sur le terrain, et des coéquipiers demi-dieu par-dessus le marché ! Ce n’était absolument pas la même approche qu’avec ceux du DLCEM, loin de là, et il fallait composer avec. L’esprit d’équipe n’était pas le fort de Tamara Lond, mais étant donné que l’un des deux équipiers comptait énormément pour elle, elle avait appris, durant les longues heures de vol, à mettre de l’eau dans son vin, et cela n’avait pas été une mince affaire.




Code by Sleepy

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : entre les couches et les pleurs
messages : 830
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   Lun 8 Mai - 22:19




LES POMMES DE LA DISCORDE

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... - N'oublie jamais


On lui avait enseigné des valeurs, une histoire, et même s'il se plaisait, jadis, à jouer les rebelles en se soustrayant aux leçons des pédagogues, Haytham eut été fier d'être un demi-dieu et de vivre sur le camp Jupiter. Bien sûr ça n'était pas tous les jours facile, encore plus lorsqu'il s'autorisait à penser à cette petite guerrière qu'il avait abandonné au plein chaos. Les années passants, il devint plus fort et son appartenance à la Legion ne fit que renforcer sa fierté et ce même si son père ne l'avait pas encore reconnu. Pour la première fois depuis longtemps, il se sentait utile, comprit et à sa place. Ici, on ne le jugerait pas, ici, on ne le pointerait pas du doigt, ici, on l'acceptait. Avec le temps et l'âge, il s'était cependant éloigné pour devenir itinérant, mais il continuait, du moins c'est ce qu'il pensait, à nouer des liens avec les habitants du Camp Jupiter. Ces états de service parlaient pour lui, il était présent lors des grandes batailles prêt à défendre les siens contre les envahisseurs. Son courage fut même loué lors de l'attaque du camp et de l'épisode de l'Hydre vengeresse. Mais à présent, passé la mission Scranton et bien que leur augure soit encore en vie, c'est un nouveau visage qu'arborait Haytham face aux siens. Le costume du lâche se faisait dès lors trop pesant pour lui qui pensait avoir le droit à un bénéfice plus conséquent. Oui, le fait de se faire « officiellement » considérer comme un traître, ébranlait notre demi-dieu, bien plus que la perspective d'un procès. Comment pouvait-on aussi facilement remettre en question toutes ses années de bons et loyaux services. Il était affecté, plus qu'il ne l'aurait cru, mais ne laissait rien paraître par fierté.

« -Ce n'est rien Abby, tu n'as pas à être désolée. Ce n'est pas grave, il y a des jours sans et des jours avant n'est-ce pas ? » On se console comme on peut ! ajouta-t-il rien que pour lui. Il se contenta d'esquisser ce qu'il définissait comme étant un sourire « poli » Tam se permit à son tour d'intervenir soucieuse de ce qui se passait pour son ancien ami. Mais plus que l'inquiétude, c'est la culpabilité que l'on pouvait lire dans son regard à présent. Hay prit une grande inspiration « - Personne n'est coupable, sauf ceux qui ne veulent pas comprendre. À méditer ! » Il préférait restait évasif sur le sujet pour se prémunir de cette réalité à laquelle il n'adhérait pas. « -Tam ! On n'est pas là pour savoir si ma tête va tomber ou non. On doit trouver ses foutues pommes ! Capiche ! » Mâchoire serrée, il la laissa s'éloigner, laissant le terrain libre à Abby, qui elle aussi laissait paraître son inquiétude. « -Abby ! On sait très bien, toi et moi qu'une simple arme ne suffira pas à racheter ma conduite. Ils me pensent coupable, la situation a joué contre moi, je l'avoue. Mais je devais protéger Tamara des nôtres. Ils ne connaissent pas l'histoire dans sa globalité. C'est de ma faute si elle est des leur. Maintenant, je crois que c'est trop tard pour se racheter. Tu prendras les pommes en ton nom. Tamara en prendra une, ça suffira amplement. On va faire avec d'accord ? Un jour peut-être qu'ils comprendront que je ne suis pas un traître. Aller, elle revient. Je ne veux pas m'éterniser sur ce sujet » Il mit donc un terme à la conversation qu'il entretenait avec miss Cardin et émit un léger sourire à Tamara.

Nos trois comparses avancèrent le long de l'embarcadère pour y trouver l'Esperanza, un bateau appartenant à un fils de Glaucos, qui devait quelques services à Joshua le satyre et qui n'eut d'autre choix que d'accepter de conduire le petit groupe jusqu'au jardin des Hespérides. L'homme qui n'avait pas fière allure et qui observait Tam et Abby avec des yeux lubriques, leur fit signe. Haytham qui repéra très vite son petit manège, se plaça devant. « -Hey le loup de mer ! Evite le regard baladeur, tu veux ! » L'affrontement cessa aussitôt, Hay se mit sur le côté laissant les demoiselles embarquer les premières. L'autre demi-dieu s'approcha d'Haytham tandis qu'Abby et Tamara s'éloignaient.

« -C'est toi le petit protégé de Joshua ? »

« -Je ne trempe plus là-dedans ! »

« -Je ne suis pas du genre à chercher la castagne ! »

« -Encore heureux ! Nous les fils de Mars on ne plaisante pas là-dessus ! »

« -Je vais me contenter de vous amenez sur ces terres maudites. »

« -Je n'en demandais pas plus. Il y a-t-il des choses à savoir ? »

« -C'est dangereux, encore plus avec une mortelle dans les pattes. »

« - Gardez votre avis pour vous et contentez-vous de nous conduire à bonne destination » Le bateau quitta donc le port, les filles revinrent quant à elles de leur petite conversation, qu'Haytham n'avait pas cherché à épier pour une fois. À vrai dire, il avait un peu la tête ailleurs, tellement qu'il en arrivait presque à ignorer toutes les personnes qui se trouvaient près de lui. Et pour s'isoler encore un peu plus, il migra jusqu'à l'arrière du bateau pour regarder la terre ferme s'éloigner progressivement. Puis il s'assit histoire d'être un peu plus confortable, lui qui n'avait pas le pied marin. La traversée, selon les dires du propriétaire du bateau prendrait au moins deux bonnes heures. Peut-être que ça suffit pour qu'on ne remarque pas son isolement à l'autre bout de l'embarcation. L'esprit ailleurs, Hay repensa à la conversation qu'il avait eu avec Joshua et à tout ce qu'il avait vécu ces dernières années. Il en arrivait même à se demander si une quelconque force supérieure ne l'avait pas pris en grippe pour lui faire payer des mauvais choix. Certains diront le karma, d'autre le manque de bol. Toujours est-il qu'Haytham n'était plus aussi convaincu. Les pommes n'effaceront pas les crimes dont on le pare, alors autant se focaliser sur ce qui a encore de la valeur à ses yeux. Il se tourna vit Tam et lui fit signe de la tête pour qu'elle s'approche s'excuse auprès d'Abby, d'un regard. Il la laissa s'approcher et lui fit une place pour qu'elle s'assoie près de lui.

« - Je ne veux pas que tu culpabilises par rapport à ce qui s'est passé à Scranton. J'ai pris mes décisions en conséquence et je les assumerais quoiqu'il arrive et s'il m'était donné la chance de recommencer, je ferais tout pareil. Je resterais le même. Je n'ai trahi personne et tant pis si eux le pense. Le plus important maintenant ce n'est pas de les convaincre de mon innocence, non le plus important pour moi, c'est de réparer mes erreurs. Et ça commence par sauver ta mère. Et je tenais à te redemander pardon pour tout ce que j'ai pu faire. » Il détourna le regard et le posa sur le vaste horizon océanique sans rien attendre de plus en retour. Il avait juste besoin de parler, de dire ces quelques mots à Tamara avant d'affronter la tempête sans la certitude de revenir indemne de ce périple en terres inconnues.


Code by Sleepy

_________________

Ad honorem

L'honneur est semblable à un beau fruit une fois entamé il ne se conserve plus.
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Les Pommes de la discorde   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Pommes de la discorde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» [4/4] Les pommes c'est bon ça ?
» Brushs texte pour Photolitre
» <@¿@> du 12 Janvier : pomme pin rongée par écureuil
» Banane veut devenir orange o/
» Les pommes, c'est juteux et croquant *ç* [terminé, à noter]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: le reste des états-unis.-