Partagez | .
 

 (quête mercedes/evan) La tunique maudite.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
CROUPIER DE PREMIÈRE CLASSE.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Colonie des sang-mêlés.
messages : 134
parmi nous depuis le : 16/11/2016

CROUPIER DE PREMIÈRE CLASSE.

MessageSujet: (quête mercedes/evan) La tunique maudite.   Sam 19 Nov - 12:05

  + énoncé de la mission.

La tunique maudite
PRÉCÉDEMMENT A LA COLONIE.
« Evan,
Voilà quelques temps que tu cherche à faire tes preuves et nous te donnons aujourd'hui l'occasion de nous prouver ce dont tu es capable. Comme tu le sais déjà présent, les mortels qui nous pourchasse sont bien mieux équipés et renseignés que tout ce nous avions imaginé. Et hier, un iris mail en provenance directe de l'Olympe à informé Chiron de la disparition d'un objet magique et dangereux. Sans doute est-ce une blague d'une divinité jalouse ou renfrognée mais par les temps qui cours, il ne faudrait pas qu'elle tombe entre de mauvaises mains. D'après nos renseignements elle aurait atterrit dans le New Jersey, dans un foyer dont l'adresse vous est indiqué plus bas. Ton but et de nous la ramener au plus vite.
 »


LE JOUR DU DÉPART.
« Evan... Evan... »

Quelques chose lui tapotait la joue. Et d'après la voix il pariait sur une de ces demi-soeur casse pieds. Bon, il n'en avait pas trente six non plus mais sur les deux demi-soeur qu'il avait dans ce bungalow, l'une d'entre elle était particulièrement détestable. Peut-être parce qu'elle avait toujours été jalouse de lui ? Certes, elle avait hérité de leur mère des dons archi nul, mais ce n'était pas de faute. Pas de sa faute non plus s'il avait accidentellement demandé à son petit ami de sortir avec lui et que ce dernier avait accepté. Bon certes, ce genre de chose ne se faisait pas. Mais pour sa gouverne il n'était pas au courant.

« Debout bon à rien ! »

La la voix était carrément plus stridente et lui lui flanqua un coup de boule en se redressant d'un coup.

« Aïe ! Mon nez ! » « T'avais qu'à pas... Rooh, bonjour à toi Chérie. » « Saleté. »

Il soupira et leva les yeux au ciel. Que Tyché lui envoie un nouveau demi-frère, il était en infériorité numérique ici, c'était la galère ! Chérie lui avait jeté son sac sur les genoux, ses habits et une brosse à cheveux.

« T'es en retard. Chiron t'attends depuis une heure. » « T'aurais pas pu me réveiller plus tôt ? Tu sais que j'ai le sommeil lourd ! Et que j'aime les grasses mat' ! T'es vraiment qu'une salle gosse ! »

Elle rigola. Évidement, elle faisait tout ça pour l'embêter.


NEW JERSEY.
Dave, le satyre si fun qui l'avait amené à la colonie, s'était porté garant pour l'accompagner jusque dans la banlieue New Yorkaise, de l'autre côté de la rive. Angel n'avait pas eu le cœur de le lui refuser (alors que New York, il connaissait pas mal), il savait que Dave depuis le départ de Steven et la mort de Juliet était très attaché à lui. Sur le chemin il lui avait donné un tas d'indication, dont une bombe lacrymogène. Il disait que certains mortels en portait sur eu pour éloigner le sindiviuds mauvais. Au fond, le fils de Tyché doutait qu'une telle « arme » lui serve dans sa quête mais... Chiron avait pris oin de lui confier une mission faisable en solitaire. Il devait juste ramener un objet. Lequel, il n'en savait rien, il avait juste sa localisation précise. Ben oui, c'était bien plus fun de partir sans savoir. Ah si, on lui avait dit qu'il s'agissait d'un vêtement.

« C'est ici que nos chemins se séparent, à bientôt mon fils ! » « A plus Dave ! »

Mon fils... Oui, ce type était en mal de relation affective. Il était tant qu'il se trouve une satyrette et qu'il fasse pleins de bébés.

Quand il arriva près du lieu où avait été détecté l'objet volé, puis abandonné, il compris tout de suite que quelque chose n'allait pas. Il fallait être idiot pour ne pas comprendre : les voitures de police stationné dans la rue, des agents  toutes les portes qui questionnaient les voisins, des scientifiques qui ramenait de échantillon de il ne savait trop quoi dans leur camion et au centre de tout ça, évidement, la maison dans laquelle il devait se rendre. Parce que rien n'était jamais simple. Il avisa rapidement la scène. Trop de gens. Mais les gens n'étaient pas un soucis en soit, il avait toujours eu le sens du contact. Ce qui l'embêtait s'était de devoir trouver comment rentrer dans cette maison. Il n'avait clairement pas la tête d'un flic ou d'un policier. Même s'il avait troqué son tee shirt orange de la colonie pour quelque chose de plus passe partout. « Bon et bien Angel, c'est à toi de jouer mon gars ! »
(c) AMIANTE

_________________

On peut continuer à exister sans son âme, tant que le cœur et le cerveau fonctionnent. Mais on n'a plus aucune conscience de soi, plus de mémoire, plus... rien. Et plus aucune chance de guérison. On existe, c'est tout. Comme une coquille vide. — JK Rowling.



Dernière édition par A. Evan Worthington le Mer 8 Mar - 19:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1273
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: (quête mercedes/evan) La tunique maudite.   Mar 7 Mar - 22:52

Trouve-t-il l'information qu'il cherche dans un journal abandonné ? Oui, non.

    « Monsieur Weathley,Nous avons pris récemment connaissance de vos désirs d'en apprendre plus sur le métier d'agent de terrain. L'un de nos agents double, en poste au New Jersey depuis maintenant six mois à remarqué depuis quelques jours l'apparition de phénomène étrange dans le quartier où il était en poste jusqu'à hier. Il est revenu à la base, sa mission s'achevant, mais nous souhaiterions en savoir plus. Il s'agit d'après ses observations d'un objet magique, visiblement dangereux. Votre mission sera, si vous l'acceptez, de ramener cet objet afin que nous puissions l'envoyer au département d'étude où nos analystes pourrons percer à jour ces secrets. Notre agent double nous a laissé de précieuses informations sur le quartiers que nous vous ferons parvenir. »

Très franchement, il n'y aurait pas cru un seul instant. Mercedes Weathley avait effectivement vaguement formulé l'ambition d'un jour devenir agent de terrain mais ça n'avait été qu'une phrase dite comme ça, à moitié sur le ton de la plaisanterie au cas où. Il n'aurait jamais songé qu'un de ses supérieurs puisse prendre ça au sérieux, encore moins pour lui confier une mission réelle quelques semaines plus tard. Alors certes, Mercedes s'était déjà rendu sur le terrain. Et ça n'avait jamais été bien brillant. La première fois, quelques jours à peine après son arrivée, on l'avait envoyé en mission de surveillance avec Marvin et Isaure. Une catastrophe, il avait fini plusieurs jours à l'hôpital dans un état critique. Puis il était parti avec Monet, juste parce qu'il se trouvait au mauvais edroit au mauvais moment. Si ça n'avait pas été un échec en soi (si, totalement), il avait ainsi rencontré la pire chose qui ait pu lui arriver dans la vie. Puis il avait été dépêché dans un autre QG, toujours en compagnie de Monet Kaplan, pour transférer une captive. De là, ils avaient à nouveau frôlé la mort. Et enfin il avait dû s'infiltrer sur un yacht rempli de demi-dieux pour se retrouver bloqué dans une partie de Cluedo géant. Là encore, leur survie s'en était fallu d'un cheveu. Malgré ça, l'Écossais avait trouvé le moyen d'émettre le vœu de persévérer dans cette voie. Inconscient, va !  Bon dans les faits, il n'était pas sépcialement avancé quant à sa mission réelle : trouver un objet magique, sans doute dangereux. S'il n'avait pas été dangereux, ça aurait été trop beau pour être vrai. Bon, en revanche, il avait le nom du quartier. Assis au fond d'un bus, en sweat, jean et baskets, Mercedes leva un regard fatigué sur les noms des arrêts et décrypta le sien. Deux arrêts. Dans deux arrêts il lui faudrait descendre. Ensuite ce serait à lui de jouer. Un journal abandonné sur un fauteuil voisin attira son attention. Le stratège se pencha, attrapa difficilement une feuille cornée et jeta un coup d'oeil à la une.

« Une famille retrouvée brûlée vive dans le quartier, la police dépêchée sur place. »

Ce n'était peut-être qu'un hasard. Non, c'était même probablement un gros hasard, mais c'était trop beau pour être vrai. Mercedes entreprit de lire les deux minuscules colonnes qui portaient là-dessus en page intérieure : c'était bien le quartier dans lequel il se rendait, en revanche aucune adresse précise. L'agent roula le papier et attrapa son sac à dos pour quitter le bus. Cet arrêt ou le prochain, de toute façon les deux se trouvaient dans son aire de recherche. Une voiture de police le dépassa en silence et il en prit la direction. Il y avait quand même peu de chance que deux scènes reprises par la police aient lieu en même temps dans le même quartier perdu…

C'était là. Planté sur le trottoir en face de la maison, Mercedes regarda une jeune flic passer sous le cordon de sécurité qui entourait la zone. Mercedes ne savait même pas s'il s'agissait de son objet ou autre mais il cherchait un truc mythologique dangereux et en parallèle, une famille complète était brûlée vive. Soit ce quartier était malchanceux, soit il tenait la localisation de son objet. Il attrapa sa carte d'identification au DLCEM dans sa poche et traversa la rue d'un pas tranquille. « Bonjour, j'ai b'soin d'avoir accès à la scène de crime. » Le type, un gros policier au visage de cochon, le dévisagea un instant avant d'éclater de rire. Levant les yeux au ciel, l'agent lui tendit sa carte, qui prévalait comme autorisation spéciale pour n'importe où. « C'est quoi ça mon grand ? Une carte trouvée dans tes Miel Pops ? » … Okay... Une onde de colère traversa l'Écossais qui reprit pourtant d'une voix égale. « Non, vous savez pas lire ? » Ironie, quand tu nous tiens. « Ouais y a un code barre mon petit, et j'ai jamais vu ce logo de ma vie, là… Rentre chez toi, va. Les timbrés qui veulent voir des corps, on en a tous les jours. Je sais les reconnaître. » « Je... » « Rentre chez toi je te dis, ou j'appelle un collègue. Puis d'abord tu viens d'où ? Pas de New-York hein, ça c'est sûr ! » Il éclata de rire à nouveau. « Écoute Piggy, j'ai pas d'temps à perdre avec tes moqueries à la noix, tu as ma carte, maint'nant tu me laisses passer, d'accord ? » Sérieusement, il avait à ce point une tête de guignol pour que les autres passent leur vie à le prendre pour un con ? Il arracha sa carte des mains et la colla sur le front du type. « Là. Au. To. Ri. Sa. Tion. Spé. Ciale. C'plus clair comme ça ? » Il n'aurait pas dû, c'est vrai. Mais il n'avait aucune patience ces derniers temps et il prenait tout au pied de la lettre. Ça n'allait pas faire exception. Il en avait assez de sans cesse passer pour un idiot ou pour le dernier des boulet, et plus que tout encore, il voulait faire ses preuves. Et ce n'était pas un gros cochon de lait qui allait lui barrer la route. Porcinet rougit cependant de colère et jeta la petite carte en plastique par terre. « Tu commences à me saouler gamin, j'ai soixante ans, et tout autant d'expérience. Ta carte, je ne l'ai jamais vu alors range tes gadgets et va jouer ailleurs. Ou je t'embarque. » Les joues rougies par la colère, Mercedes recula d'un pas et ramassa son « gadget » d'un geste furieux. On l'envoyait en mission, officielle pour une fois, et il n'arrivait même pas à aller plus loin que le trottoir. C'était quand même franchement un comble. Il fourra les mains dans les poches de son sweat – peut-être qu'il aurait dû s'habiller de manière plus sérieuse, c'est vrai, mais il n'y avait pas pensé et personne n'avait jugé utile de lui préciser ce détail – et s'éloigna de quelques mètres. S'il ne rentrait pas par la porte, il trouverait une autre entrée.

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699



Dernière édition par B. Mercedes Weathley le Mar 7 Mar - 23:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 865
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: (quête mercedes/evan) La tunique maudite.   Mar 7 Mar - 22:52

Le membre 'B. Mercedes Weathley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CROUPIER DE PREMIÈRE CLASSE.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Colonie des sang-mêlés.
messages : 134
parmi nous depuis le : 16/11/2016

CROUPIER DE PREMIÈRE CLASSE.

MessageSujet: Re: (quête mercedes/evan) La tunique maudite.   Mer 8 Mar - 19:35

La tunique maudite
L'étrange débat entre un mec moche de la police (visiblement) et un type en sweat attira son regard. Ah, encore un qui se faisait recaler avec sa fausse autorisation. En même temps, s'il comptait convaincre les forces de l'ordre de le laisser passer, il aurait du opter pour une autre tenue.  Bon, et lui, comment allait-il rentrer dans cette maison maudite? Plusieurs choix s'offrait à lui. Il pouvait se la jouer voyou et passer par le petit jardinet à l'arrière, en entrant de ne pas se faire voir. Ou bien il pouvait y aller au culot, prier pour que l'agent croit en son histoire de neveu tout droit revenu du Nevada qui venait d'apprendre la nouvelle pour son oncle et sa tante, morts de de mystérieuses circonstances. Et ce fut tout naturellement qu'il opta pour sa deuxième technique. Il avait toujours été très confiant sur son pouvoir. Et dans le pire des cas, il avait toujours été très doué en improvisation. Il regarda l'autre gars se pencher et ramasser son badge, se gratta la gorge et entra en scène. Il se concentra, faire appel à son premier pouvoir était si simple. Certes, il y avait des couacs, mais ce n'était pas le moment d'y penser. Que la chance soit avec moi, pensa t-il.

Evan n'avait jamais fait de théâtre, mais il restait persuadé qu'il était très bon. Après tout, pour le nombre de fois où son père l'avait fais passer pour quelqu'un d'autre quand il n'était qu'un môme... Il s'élança, d'un pas rapide vers le policier qui semblait le plus coriace et, les joues rouge, joua la plus belles des scènes tragiques.

« Oh mon dieu... oh mon dieu... » « Petit, est-ce que ça va ? » « Tante May... Et... Henry je... » « Petit ? Heu vous... Vous les connaissiez ? » « J'ai arrêté mon camp à la minute où j'ai appris je... » Il éclata en sanglot, agrippant à la chemise du policier. Il étai gêné, il lui tapotait le dos, c'était parfait. « Je suis Jack, le cousin, enfin, le neveu... Je... Oh mon dieu... »

Le policier le regarda longuement, avec un air perplexe sur le visage. Il fit un geste de la main à l'autre gars, lui demandant de s'éloigner et prétextant que ce n'était pas ces affaires. Evan ne s'arrêtait plus, il pleurait comme une madeleine. Il renifla, il se lança dans la tirade la plus niaise de sa vie, à propos de son oncle adoré, de sa tante préférée. Et de son cousin chéri. Et qu'il aurait aimé rentrer pour voir, aider peut-être, bref, servir à quelque chose car la vie était si moche et tragique, il se sentait coupable de ne pas avoir été là alors qu'ils l'avaient convié à déjeuner aujourd'hui.

« Je suis tellement désolé... Je heu... Si vous pensez nous être utile votre aide est la bienvenue évidement ! Venez. »

C'était si gros. Mais ça passait si facilement. Evan essuya ses yeux humide avec un coin de sa manche et suivit le policier en traînant les pieds, l'air avachis, anéantis. Merci maman, t'es la meilleure... Le policier souleva une des barrières devant la maison et l'invita à le suivre, puis poussa la porte et... Un de ces collègues débarqua.

« Hé, hé ! On ne doit emmener personne à l'intérieur. » « C'est leur neveu Luis, soit compréhensif ! »

Son collègue eut l'air étonné devant le relâchement de son collègue et Evan ne baissa pas sa garde pour autant. Il était si près, devant cette porte entrouverte. Il fallait qu'il sache, qu'il voit de ses propres yeux ! Qu'il trouve cet objet et qu'il revienne à la colonie avec !

« Heu... » « Tante May ! »

Evan se jeta à l'intérieur en hurlant, ce qui laissa béa quelques secondes les deux policiers qui reprit très vite conscience. Il avait agrippé la première chose qui lui passai sous les doigts (un châle violet) et enfouis son nez dedans.

« Elle adorait le porter ! Bouuh ! »

Hélas. On le traîna dehors et le flic au visage porcin se confondit en excuse devant l'attitude de son collègue. Il l'invita à rester près de la scène afin d'en savoir plus. Evan toujours ne serrant l'horrible châle contre sa poitrine acquiesça et commença à faire le tour de la maison, se donnant un air terriblement désabusé, triste... dramatique. Bon et bien, puisqu'il n'avait pu voir que l'entrée, la fenêtre devant laquelle il se trouvait allait parfaitement faire l'affaire. Sauf que visiblement, il n'était pas seul à avoir eu l'idée puisqu'il entendait déjà des bruits de pas venir vers lui.
(c) AMIANTE


LANCER DE DÉS.
1 - son pouvoir fonctionne et l'agent le laisse rentrer.
2 - son pouvoir ne fonctionne pas et l'agent le traîne jusqu'aux barrières de sécurité puis interrogé.
3 - 4 son pouvoir fonctionne, mais l'agent est stoppé par l'un de ses collègues au moment de rentrer et ce dernier lui demande de na pas emmener Evan à l'intérieur.
5 - 6 son pouvoir ne fonctionne pas, Evan va devoir trouver une autre entrée.

_________________

On peut continuer à exister sans son âme, tant que le cœur et le cerveau fonctionnent. Mais on n'a plus aucune conscience de soi, plus de mémoire, plus... rien. Et plus aucune chance de guérison. On existe, c'est tout. Comme une coquille vide. — JK Rowling.



Dernière édition par A. Evan Worthington le Mer 8 Mar - 19:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 865
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: (quête mercedes/evan) La tunique maudite.   Mer 8 Mar - 19:35

Le membre 'A. Evan Worthington' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6 faces.' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'AS DE CŒUR.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1273
parmi nous depuis le : 28/09/2015

L'AS DE CŒUR.

MessageSujet: Re: (quête mercedes/evan) La tunique maudite.   Mar 14 Mar - 16:47

Parvient-il à entrer par la fenêtre ?
Oui/Oui - Il parvient à entrer par une fenêtre qui le mène directement dans une petite salle de bain.
Oui/Non - Il parvient à entrer mais un policier surgit.
Non/Non - La fenêtre est totalement verrouillée. Soit il faut briser la vitre, soit il faut passer par le jardin.


    « Souviens-toi, Mercedes, il y a des règles à suivre, et tu n'as pas le droit de les enfreindre. Compris ? »
    — Aramis Wheeler.

Mercedes regardait la façade d'un air rageur, sans cesser de temps à autre de jeter des regards mauvais à Porcinet. Celui-ci les lui rendait à merveille et les duels de regards s'enchaînaient, aussi violents que ridicules. L'agent finit par laisser tomber et contempla la carte remise par le DLCEM lors de son arrivée, un an auparavant. Parfois, le département était franchement bidon. T'inquiète, ça marchera auprès de n'importe qui, c'est une carte officielle! lui avait-on dit. Tu parles, premier essai, premier échec. Ça faisait du 100 % foireux ça. Il n'était pas excellent en calcul mais ça coulait de source. Et puis un autre gars entra en jeu, en larmes. Concrètement, Mercedes pariait sur du cinéma, personne n'arrivait comme ça pile-poil au bon moment, le mauvais jour, en pleurant aussi fort et en surjouant autant. Mais Piggy se laissa berner et ça n'étonna même pas l’Écossais : un débile devait se laisser avoir par tous les trucs les plus gros non ? Le pire, c'est que le gars allait réussir à rentrer comme ça. Porcinet souleva l'une des barrières en plastique tendues autour de la maison et invita le mec à passer. Au dernier moment, un autre policier arriva, avec un air plus malin sur le visage. Et le nouveau venu se fit recaler proprement et Mercedes ressentit un immense sentiment de justice. Si lui, l'officiel, s'était fait jeter dehors et qu'un mioche s'était pointé en surjouant, tout ça pour voir quelques cadavres, et était parvenu à entrer… Non, il préféra ne pas y penser. Mal à l'aise auprès du gars, Porcinet retrouva sa contenance en adressant un sourire méchant au stratège. On finit par le jeter dehors et Mercedes le regarda passer pour aller… derrière la maison. Tut tut, ça c'était son entrée à lui, pas celle d'un copieur quelconque. Il le rattrapa rapidement, furieux. « Hé, tu cherches à rentrer à tout prix ou quoi ? Va voir ailleurs ! C'pas intéressant à mater des cadavres. » Il avait déjà une satanée mission à accomplir mais si tout le monde s'y mettait, il n'allait jamais y arriver. D'autant qu'il ne savait même pas si ce qu'il cherchait se trouvait à l'intérieur. Mais le hasard était trop gros : une famille décimée pile-poil dans le quartier le jour où un objet magique était en vadrouille ? C'était forcément ça.

Il se détourna du garçon et prit son élan pour s'agripper au rebord d'une petite fenêtre, un peu en hauteur. Heureusement pour lui, il était plutôt agile, sans quoi il aurait simplement pu saluer la fenêtre… de loin. Elle était fermée, bien sûr, et il avisa de justesse un policier dans ce qui devait être une salle de bain. Il lâcha le rebord à l'instant où le flic levait les yeux vers lui. « Y a du monde dans cette pièce… Mais putain ! » Il donna une claque sur le mur, excédé. Il reprit son élan, mu par une idée aussi soudaine qu bizarre, et dans sa lancée, flanqua un grand coup de coude dans la vitre. Celle-ci, simple vitrage, vola en morceaux dans un bruit assourdissant de verre brisé. L’Écossais manqua de retomber sur Evan, le coude en sang. « Fais chier. » Il se sentait d'humeur grossière et mauvaise, mais pas tant que ça à l'encontre de l'autre mec. « Tu veux rentrer ? Viens alors. » Il l'embarqua à sa suite, droit vers le jardinet à l'arrière de la maison. La moitié des flics s'étaient barrés en direction de la salle de bain, et ils avaient le champ libre pour passer le muret. Mercedes s'accroupit au milieu d'un bosquet et jeta un coup d’œil entre deux branches. « J'arrive pas à voir si la voie est libre, y a un chêne en plein milieu. » Ou un il ne savait quoi. Bref, un arbre lui coupait la vue sur la terrasse de la maison, équipée d'une belle véranda. Un seul flic se tenait encore là, méfiant, les autres s'étaient tous précipité vers la salle de bain. Cependant, rien ne disait s'ils n'allaient pas rapidement revenir… « Ce doit être l'admirateur là ! Le mec en sweaaat ! Il a dû être trop furieux que je dévoile son stratagème ! » Ça, c'était la douce voix de Piggy, de l'autre côté de la maison. « Non de non, il va m'entendre. » Mercedes l'imaginait en train de râler d'un air fier devant ses autres collègues, son double (voire triple ou quatruple) menton tressautant sous l'effet de son énervement.

_________________

L'enfer c'était hier, ce soir nos rêves sont durs comme fer. #336699



Dernière édition par B. Mercedes Weathley le Mar 14 Mar - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 865
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

MessageSujet: Re: (quête mercedes/evan) La tunique maudite.   Mar 14 Mar - 16:47

Le membre 'B. Mercedes Weathley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CROUPIER DE PREMIÈRE CLASSE.
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Colonie des sang-mêlés.
messages : 134
parmi nous depuis le : 16/11/2016

CROUPIER DE PREMIÈRE CLASSE.

MessageSujet: Re: (quête mercedes/evan) La tunique maudite.   Dim 2 Avr - 22:51

La tunique maudite
Zyeuter des cadavres. C'est vrai qu'il devait passer pour le derniers des tordus vu comme ça. En tout cas l'autre gars n'avait pas l'air de vouloir le dénoncer aux flics, c'était déjà ça. Il roula les yeux vers le ciel, serrant un peu plus contre lui le châle de la tante morte. Il le regarda sauter vers la fenêtre sans rien dire. et... brisa la fenêtre d'un coup de coude. Alors là. Plus discret, tu meurs. L'idée n'était pas bête au fond mais... D'une part il avait l'air de s'être fait mal et ensuite il... il se fit embarquer. D'accord, il le suivait. Son instinct lui soufflait que cet homme n'était pas très dangereux de toute façon. Ils se retrouvèrent planqués derrière un bosquet. Bon, et maintenant ? L'autre homme épia quelques secondes la bande de flic à travers les branchages avant de râler à cause de la visibilité réduite que leur manque offrait. Un homme se tenait là, sans doute avait-il jugé utile de resté en positon tandis que ces collègues étaient partis voir du côté de la salle de bain. Alors Evan laissa échapper un long sifflement. À l'instant où lui pris cette merveilleuse idée il eut envie de s'enterrer mille pieds sous terre mais trop tard, il entendait déjà les pas du policier se rapprocher. Il toussota et enfin, la silhouette de l'homme se découpa en face d'eux.

« Ah ! Vous voilà ! Je vais... »

Siffler ces collègues ? Oh que non. Evan se redressa, ne se laissa pas démoraliser face à la la taille de individus et lui balança le meilleur coup qu'il avait en stock, juste à la tempe. Coup bien placé, l'homme tomba à la renverse en poussa un petit gémissement. Le fils de Tyché se retourna vers son compagnon d'infortune, tirant par les pieds l'homme dans les vapes.

« Bon hé bien heu... On a deux minutes je dirais avant qu'ils voient que quelque chose ne va pas et que quelqu'un manque à l'appel ? »

Ou peut-être plus, ou encore peut-être moins. Peu importe, il fallait entrer dans la maison, et lui, récupérer son objet maudit.

La maison était très belle. Si on oubliait qu'il y avait eu un meurtre de masse ici, on pouvait presque se laisser charmer par l'endroit. Elle avait tout des maisons que l'on retrouvait dans les films ou les séries américaines, le genre ou vivait la petite famille de banlieue bien rangée, sans histoire avec une vie presque trop monotone. Le genre qu'Evan n'aurait jamais puisqu'il était né dans le « mauvais univers » en quelque sorte. Il se tourna vers l'homme, au fait, il voulait quoi lui au juste ?

« Bon hé bien, amuse toi à trouver c'que tu veux, moi j'ai un but précis ! »

Et il y allait complètement à l'aveuglette d'ailleurs. Parce que évidement les détails, Chiron, il ne connaissait pas. Il était toujours vague, sans doute pour se donner un air un peu mystique, et prenait un malin plaisir à donner des itinéraires flous, des pistes floues, des alertes au danger floue... En clair, c'était la misère. Trouver un objet qui aurait pu tuer toute cette famille, les rendre aussi défigurés... Il se demandait réellement quel était le crétin de dieu qui avait oublié son arme quelconque ici. Franchement, ils ne pouvaient pas garder leurs affaires ? Se faire voler un éclair par un fils d'Hermès ne leur avait donc pas suffis ? Il grimpa à l'étage, il savait son temps compté et les flics n'allaient pas tarder à rappliquer au rez-de-chaussé. La première pièce dans laquelle il entra fut la chambre des parents et il referma la porte derrière lui avec soulagement. Et ce fut là qu'il la vit. Majestueuse, trônant sur le lit tel un... Vulgaire chiffon. Elle était jaune canari, arborait des motifs de fleurs hawaïennes de toutes les couleurs, des strass, des paillettes et on avait cousu des ourlets avec un tissus indien qui n'allait avec rien. Mon dieu... Peu importe. C'était ça. Ça ne pouvait être que ça. Après tout, les objets magiques et  les demi-dieux ça ne faisait qu'un. Ils le sentaient tous quand ils en approchaient un. Alors Evan le saisit à pleine main.

« A nous deux, objet du démon ! »
(c) AMIANTE

_________________

On peut continuer à exister sans son âme, tant que le cœur et le cerveau fonctionnent. Mais on n'a plus aucune conscience de soi, plus de mémoire, plus... rien. Et plus aucune chance de guérison. On existe, c'est tout. Comme une coquille vide. — JK Rowling.

Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: (quête mercedes/evan) La tunique maudite.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(quête mercedes/evan) La tunique maudite.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maudite maladie
» i wish you were here, or not! Mercedes G. Cooper
» La Mercedes SLS AMG GT3 disponible à la vente
» Nouvelle Mercedes-Benz C63 AMG Black Series Coupé
» Nouvelle Mercedes-Benz GLA : un véhicule aux multiples talents

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: new york city. :: les quartiers résidentiels.-