Partagez | .
 

 l'amitié est précieuse (césar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 143
parmi nous depuis le : 01/05/2016

DLCEM.

MessageSujet: l'amitié est précieuse (césar)   Lun 26 Juin - 12:45

l'amitié est précieuse
césar & julian

Un nom sur un dossier. Tout avait commencé comme ça . Le nom d'un frère, celui d'un de ces collègues, il n'en avait pas fallut plus pour titiller sa curiosité débordante. D'abord il s'était dis que ce n'était pas ses affaires. Que si l'agent Delange n'avait pas pris la peine de mettre ce dossier sur le haut du panier, c'était qu'il tenait à sa discrétion. Alors Julian avait fais ce pourquoi il était payé chaque jour, et ce en quoi il était le meilleur, enquêter, espionner. Ce n'était pas un boulot en soit, juste un passe temps. Il comprit bien vite en quoi le frère Delange était mêlé au DLCEM mais il y avait toujours ce petit quelque chose qui n'allait pas. Bref, trop de mystère entourait le garçon et il comptait bien élucider tout cela. Et puis il l'avait rencontré, forçant certes un peu le destin et il avait entamé la discussion.

Julian cligna au moins dix fois des yeux pour s'assurer qu'il ne dormait pas et que le film qu'il venait de voir avec son ami était bel et bien terminé. Une chose était sûr, c'était la dernière fois qu'il allait voir ce genre de film au cinéma. Rien à faire, mais les grosses explosions, les dialogues clichés et les personnages aussi charismatique qu'une moule, ça ne lui plaisait pas. Et puis mince, les robots voitures... C'était du n'importe quoi à la longue. Il se tourna vers César, curieux de voir ce qu'il avait pensé du film.

« Alors, ton verdict ? »

C'était une routine. Des cinémas, il s'en faisait toutes les semaines. C'était bien simples, grâce à César il avait pu remplir son cruel manque de culture dans ce domaine, en regardant de tout. Vraiment de tout. Des films d'auteurs tchèques en passant par les comédies de bases et en terminant par les films d'horreurs. S'il était aussi au fait sur la culture citadine américaine, c'était bien grâce à lui, et au ticket qu'il avait moins cher grâce au travail de son ami, ou gratuit dans ces meilleurs jours. Bon, et pour être tout à fait honnête, Julian était devenu un grand fan de pop-corn, cela jouait aussi beaucoup.

« Pour ma part je m'étonne de ne pas être devenue sourd ou aveugle. Je prendrais mes lunettes la prochaine fois. »

C'était quand il regardait ce genre de film qu'il se rendait compte que sa pop culture américaine était encore à combler, mais cela viendrait. Avec le temps. Dans deux jours il repartirait en mission et c'était toujours lors de ces missions qu'il en apprenait un peu plus sur ce que les gens qualifiait ici « la vie normal ». Comme si son ancienne vie elle était anormale.  Elle était différente, là était toute la différence. Ce qu'il aimait bien avec César, en plus d'être souvent sur la même longueur d'onde, c'était sa gentillesse. Avec lui il était terriblement calme, ses vieux démons ne prenaient jamais le dessus et, par dessus tout, il s'amusait. Chose qu'il avait oublié de faire depuis la mort tragique de son ancien colocataire.

« On va boire un petit quelque chose chez toi ? »

Non pas qu'il n'aimait pas les bars, mais discuter chez César c'était mieux que discuter dehors. Et en plus, il avait ces biscuits français très bons chez lui, le genre qu'il n'arrivait ps à trouver, même en épicerie. Ça et les chocolat chaud (peut importait la météo du jour), c'était son pêché mignon. Il en lui proposait plus de venir chez lui depuis l'arrivée soudaine de son nouveau colocataire, non. Il avait bien trop peur de voir Rosario débarquer dans un de ces placards (une des choses absurdes de la vie qu'il n'arrivait pas à expliquer) et de créer une embrouille.
made by black arrow

_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
I was the one who had it all, i was the master of my fate. I never needed anybody in my life, i learned the truth too late.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ITINÉRANT.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com/t1604-cesar-x-chroniques-d-un-it
localisation : New-York City.
messages : 123
parmi nous depuis le : 08/05/2016

ITINÉRANT.

MessageSujet: Re: l'amitié est précieuse (césar)   Dim 23 Juil - 23:14

César regarda les noms défiler sur l'écran. Beaucoup de trucs américains, sauf parmi les techniciens où on retrouvait de toutes les nationalités. Le film n'avait pas été spécialement mauvais mais il suivait à la lettre les normes des gros blockbusters américains : un scénario aux étapes bien définies (présentation des personnages, mise en place de l'intrigue, violence et explosions, résolution du problème et bisou final entre le héros et la potiche qui servait d'héroïne). Bref, d'ici quinze jours, douze autres films à l'histoire similaire seraient sortis. Se grignotant un ongle, le Français se demanda vaguement si ça valait la peine d'attendre la fin du générique pour voir un potentielle scène finale ou s'il pouvait partir dés maintenant. Son voisin coupa court à son pseudo-problème. « Terriblement… Banal. Mais bon, ça peut faire passer le temps. » Comme en ce mardi matin ensoleillé où aucun client ne s'était montré dans le cinéma où travaillait César. Il froissa la boîte en carton des popcorns salés qu'il avait pris et épousseta les miettes des sucreries qui traînaient sur son t-shirt. « Mais cette saga est vraiment mauvaise en ce qui concerne l'originalité de toute façon. Les dialogues sont tellement clichés que je me demande si ce n'est pas fait exprès. » César avait vu les trois premiers en Français, en France, et c'était déjà cliché. Mais alors en Anglais, c'était presque pire. « Prochaine fois, on regardera le film chinois. Peut-être qu'il nous surprendra davantage… Mais peut-être qu'il te fera dormir tout autant. » Le garçon haussa les épaules et fourra les mains dans ses poches de short avec un demi-sourire. « Heureusement qu'on était que tous les deux : tu t'es mis à ronfler à un moment… Mon Dieu* c'était terrible ! » L'arrivée à New-York n'avait pas été si évidente que ça. Lui qui n'avait jamais quitté sa Bretagne natale, il débarquait dans un autre pays, avec une autre culture, et qui plus est dans une ville immense. Il était longtemps resté complètement paumé. Et puis il avait rencontré Julian, un collègue de Tim. Mais le boulot de Julian (et celui officieux de César) n'entrait jamais dans les discussions. César avait tout de suite apprécié l'ancien Amish et une profonde amitié s'était créée entre eux.

« Faisons ça, j'ai du Cacolac au frigo mais t'inquiète, j'ai du chocolat en poudre dans mes placards. Et des gâteaux. Bref, de quoi goûter. » Le goûter, ou le repas le plus important de la journée à ses yeux. Heureusement qu'il ne fabriquait pas de graisse vu toutes les cochonneries qu'il pouvait s'enfiler en une journée. Entre les séances cinéma avec Julian forcément agrémentées de popcorns et les goûters qu'ils se faisaient ensuite. Deux gosses. Voilà ce qu'ils étaient. Sur tous le bref trajet à pied qui séparait le cinéma et l'appartement que César partageait avec son frère aîné et Diana, sa meilleure amie, ils papotèrent de tout et de rien. César glissa la clef dans la serrure, sans cesser de discourir sur la composition des gâteaux que son ami adorait. Concrètement, probablement beaucoup de sucre, de graisse, de beurre et autres choses fantastiques pour le moral. « Normalement, on sera tranquille, Tim est au boulot et Diana avec une amie je crois. La maison est vide, d'autant qu'à l'origine, je devais débaucher à dix-huit heures, pas avant. » Il ouvrit en grand la porte d'entrée…

… Et son grand sourire disparut brutalement devant la scène. Son visage blanchit d'un coup quand il identifia les deux personnes à poils sur la table sur laquelle lui et Julian goûtaient habituellement. « Diana ?! Mais qu'est-ce que...* » Non… Non. Il devenait halluciner ou… Pourtant un gros trou se creusa dans son coeur à l'instant même où il reconnut Diana avec son frère aîné. Premier réflexe, il traversa l'entrée pour asséner une gifle monumentale à son frère, laissant une marque rouge en forme de main apparaître sur sa joue. « César, nous... » Toujours nu, Tim maîtrisa son cadet (bien trop facilement) comme il put, repoussant Diana. « Je vais te tuer, je vais te tuer... » « César, je... » Il tordit le bras de César qui grimaça de douleur et une lueur malsaine passa brièvement dans le regard de Tim. Mais il s'arrêta à temps, donnant l'illusion de simplement se défendre. « Lâche-moi Tim, je vais te… Te...* » César grimaça à nouveau en fusillant Diana qui se rhabillait en vitesse, les joues cramoisies. Elle se planta en face de lui, rhabillée n'importe comment. « Je fais ce que je veux avec qui je veux si je veux, César. » Charmant, elle avait parlé en anglais. César rougit en songeant à son meilleur ami dans l'entrée, accessoirement collègue de Tim.

* en français dans le texte.

_________________
“ Every angel is terrifying. ”
Des images me reviennent, comme le souvenir tendre, une ancienne ritournelle autrefois en décembre. Je me souviens, il me semble, des jeux qu'on inventait ensemble. Et je retrouve dans un sourire la flamme des souvenirs. #669900
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DLCEM.
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 143
parmi nous depuis le : 01/05/2016

DLCEM.

MessageSujet: Re: l'amitié est précieuse (césar)   Lun 24 Juil - 10:09

l'amitié est précieuse
césar & julian

Il lui donna une tape amicale sur l'épaule. Nul besoin de lui remémorer le moment où il avait ronflé devant un film. Pour sa gouverne, il était enrhumé ce jour là, et terriblement fatigué ? Ça arrivait à tout le monde. Mais bref, à chaque fois que César y faisait allusion, il ne pouvait s’empêcher de ricaner bêtement : une chose était sûre, cette anecdote allait le suivre jusque dans la tombe. À l'idée de prendre un bon chocolat il pressa le pas pour sortir du cinéma. César avait toujours les placards pleins pour son plus grand plaisir, c'était aussi l'une des clefs de leur solide amitié, en pus de tout le reste. Il évoqua son frère (qu'il n'avait pas vu depuis plusieurs semaines d'ailleurs, il devait se faire discret en ce moment) et sa chère dulcinée, femme de sa vie, de ses rêves, bref. La fameuse Diana. D'ailleurs il n'en avait vu que des photographies, jamais bien plus. Mais il savait ô combien elle était importante aux yeux de son meilleur ami. Il le lui en parlait souvent et Julian l'avait bien compris, il en était raide dingue. Quelque part il jalousait un peu ça. Lui qui n'avait jamais ressentit quelque chose d'aussi fort pour quelqu'un. Et il ne souhaitait qu'une chose pour lui, qu'il termine pas atteindre ses rêves. Être son témoin le bottait bien d'ailleurs.

Sauf que tout ça s'envola à la seconde où César ouvrit la porte de son appartement. Devant le pire spectacle du monde ses joues prirent une couleur rouge vif et il détourna immédiatement le regard de Tim et sa partenaire. Diana. C'était la fameuse femme de sa vie. Nue. Avec son frère. Des moments gênant il en avait déjà vu dans un tas de films avec César, mais celui-là gagnait la palme, et de loin. La réaction de son tamis le surpris sans le surprendre un assène une baffe à son frère qui claqua et résonna dans la pièce, les deux amants se rhabillèrent en vitesse, César perdait les pédales, son frère tentait de se justifier et la vile tentatrice s'interposa. Julian ne savait plus où se mettre. Il était mal, et pas que pour lui, parce qu'il sentait la détresse de César à des milliers de kilomètres. Et ce fut plus fort que lui, il repoussa son collègue avec force (un peu trop sans doute car ce dernier fut surpris) et dégagea Diana d'un geste tout aussi délicat.

« Comment osez-vous... » siffla t-il.

Il ne savait même pas pourquoi il était en colère. Parce que cette histoire en le touchait pas personnellement. C'était César que cela regardait. Et pourtant à le voir aussi démolis, enragé, il avait de la peine. Et il se mettait en colère à son tour. Quiconque affectait son meilleur ami l'affectait aussi. Il pouvait feindre beaucoup de choses au quotidien, mais pas ça. Oh seigneur mais qu'on t-il fait... et cette traînée... pardonnez moi mais c'est une traînée... Il sentait ses poings se serrer, près à partir au quart de tour. La jeune femme lui lança un regard outré, ou quelque chose dans ce goût là ce qui eut pour effet de l'agacer encore plus. Comment pouvait-elle réagir comme ça ? Aussi... calmement ?

« Et toi je... »

La dernière chose qu'il aurait voulu, était de rencontrer Diana dans ses conditions.

«Est-ce que t'arrive encore à te regarder dans une glace ? »

Parce qu'il n'était pas dupe. Il avait certes était marié qu'une seule fois, puis avait divorcé. Il n'avait jamais eu de relation autre. Mais il fallait être aveugle pour en pas comprendre que ce n'était pas la première fois qu'une telle chose se déroulait ici.
made by black arrow

_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
I was the one who had it all, i was the master of my fate. I never needed anybody in my life, i learned the truth too late.
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: l'amitié est précieuse (césar)   

Revenir en haut Aller en bas
 

l'amitié est précieuse (césar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Question] Combien de temps a duré votre plus longue amitié ?
» 30 " L'Amitié Virtuelle " tuto de vannades cré@
» Envoyer un message privé "demande d’amitié"?
» 80 Renders Mangas Amour/Amitié
» Demande pour Zeste d'amitié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: new york city. :: les quartiers résidentiels.-