Partagez | .
 

 Le retour du père prodigue. (tamara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 1372
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Le retour du père prodigue. (tamara)   Sam 23 Déc - 17:21





Le retour du père prodigue

ft Haytham Cassidy

Le 3 mars 2017

C'est beau l'amour, naïf, doux, agréable. Bien sûr quand on a le caractère d'Haytham Cassidy et sa fierté, on tâche de ne pas trop en faire, ou en dire. Mais clairement depuis le retour de Tamara dans sa vie et malgré les trop grandes péripéties vécues au cours de ces derniers mots, Haytham se sentait plus léger que jamais, ravi d'être naïf comme les autres, aveuglé par l'amour, guérit par lui et enfin à sa place dans ce monde jusqu'alors hostile. Mais l'amour peut aussi vous rendre valeureux dans le meilleur des cas et vous faire perdre quelque peu vos moyens dans le pire. Oui Hay n'était pas certain de ses choix vestimentaires, malgré le fait que chacun des vêtements choisis lui ait tapé dans l'œil et sonnait, de prime abord comme une évidence. Pour dire vrai, il se mettait la pression, inutilement, mais il se la mettait quand même. Et alors que d'ordinaire, il était du genre à faire le clown pour ce genre d'occasion, cette fois, il arborait un tout autre visage. Et aussi fou que cela puisse être, à aucun moment, il n'avait songé à la robe rose, à la robe fleuris, voir aux deux. Non, il voulait le meilleur pour Tamara, la plus belle, celle qui saura parfaitement la mettre en valeur et peut-être lui donner envie d'enfiler d'autres robes. C'est beau de rêver !

Romantique dans l’âme, une qualité découverte sur le tard, le demi-dieu rejoignit la boutique d’un fleuriste et l’en délesta de quelques lys blancs, les fleurs préférées de Tam avant de reprendre la route. Epuisée par ce flot constant de péripéties, la petite Eileen peinait à rester éveiller et malgré l’environnement qui l’entourait, elle semblait se laisser bercer, ne laissant de ce fait, aucun pleur se faire entendre. Ce bébé en plus d’être magnifique, semblait sans en avoir conscience, faire montre de pitié à l’égard de ses parents qu’il épargnait en journée. Hay, malgré les sacs qu’il tenait d’un bras ainsi que le bouquet, continuait cependant à avancer tranquillement en poussant de son bras valide la poussette. Après quelques pas, il retrouva enfin la mère de sa fille qui elle aussi avait achevé ses emplettes. Tout sourire et après un chaste baiser, le beau brun lui tendit le petit bouquet de lys, fier de son petit effet. « -Et bien si très chère, je peux être romantique tu en as la preuve maintenant. Je suis néanmoins ravi de voir que je peux encore ta surprendre. » Il la laissa se délester de ses sacs pour pouvoir prendre en main ce beau bouquet lui étant destiné avant de se rapprocher de son homme pour le remercier à nouveau de ce présent non sans s’inquiéter du contenu de ses propos. « -Promis mon amour, je n’ai pas fait le clown, je me suis mis beaucoup de pression tu sais. » disait-il en continuant à pousser la poussette. Il préféra toutefois ne pas s’attarder sur le sujet qui mettait la demoiselle mal à l’aise et consentit à prendre en sa compagnie la direction du parking pour retrouver leur voiture.

Arrivé sur place, chacun œuvra à sa tâche. Tam se chargea ses sacs à caser à l'arrière tandis que Hay s'occupait de réinstaller le bébé dans son siège, prenant mille et une précaution pour ne pas attenter à son sommeil. Il prit le temps de la regarder une dernière fois. Bon sang qu'elle était belle ! À cet instant, il se sentait tellement fier d'être à l'origine de ce petit prodige de la nature. Il déposa donc un léger baiser sur son petit front, acheva de l'attacher avant de refermer la porte avec douceur. Tamara venait quant à elle de réussir à replier la poussette, un miracle et pour elle et pour la poussette qui bénéficiait d'un petit sursit. « - Je suppose que tu reprends le volant ? » Et en guise de réponse, la belle brune s'installa laissant son compagnon en arrière-plan « - J'ai compris ! » À son tour, il retrouva l'intérieur de la voiture et s'attacha. « - Il ne me faut pas grand-chose, juste quelque épices, des fruits, un paquet d'oréos ma réserve n'étant plus une réserve et je crois que c'est tout. Je verrais sur place. » Tam démarra l'Audi, le regard rivé sur le rétroviseur, Hay observait sa fille qui continuait à dormir paisiblement. « - J'espère qu'elle nous laissera un peu de répit cette nuit la petite marmotte ! Papa ne serait pas contre une petite sieste » Il lui sourit, il est vrai qu'il ne ménageait pas ses efforts, mais il l'avait choisi, il avait promis à sa belle qu'il gérerait et devait de ce fait « gérer »

Arrivé sur place, le demi-dieu s'accommoda de la demande de son humaine de petite amie qui préférait rester avec Eileen plutôt que de devoir la réveiller pour la sortir et puis il faisait froid et la maman poule non assumée assista bien sur cet argument. « - Ok, je fais au plus vite alors ! » Tout sourire le Marsien quitta sans attendre le véhicule pour rejoindre la petite supérette où il se rendait de temps à autre. Arpentant un à un les petits rayons, il ne résista bien malgré lui, à la tentation de laisser traîner une oreille pour s'enquérir des nouvelles dans la voiture. Tamara « gagatiser » Il passa à la caisse, tout sourire et laissa même la monnaie. Décidément, Tamara Lond avait elle aussi le don de le surprendre, mais pour s'éviter quelques foudres, il préféra ne faire aucun commentaire à son retour. Il plaça les sacs en papier recyclé dans le coffre et retrouva sa place. « - Je n'ai pas été trop long ? » Il se retourna et constata sans surprise que le petit ange avait délestée les bras de Morphée pour ceux du siège auto « - Tiens on dirait qu'une petite princesse a quitté le pays des rêves ! » Tamara toute fière, tendit son portable au demi-dieu avant de lui montrer son nouveau fond d'écran. « - Il y a du progrès je dois l'avouer. C'est marrant, on pourrait presque croire qu'elle prend la pose. Il nous en faudra une, on nous sommes tous les trois. » Il reprit le portable en main pour mieux contempler le cliché numérique. « - Elle est vraiment magnifique, nous avons de quoi être fier. Mais sur ce, je te propose de rentrer histoire de ne pas trop traîner sur la route. Ensuite, on se montre nos achats ! Pas de « mais » je ne te laisse pas le choix mon amour. Et puis comme ça tu seras débarrassé de cette petite appréhension que je décèle dans ton regard. Et moi aussi, bien que je ne doute pas de ton bon goût en terme de fringue.»

La voiture reprit la route sans attendre et retrouva un peu plus rapidement que lors de l'allée, le chemin de la maison. La nuit commençait à tomber. Arrivés sur place, les deux parents quittèrent en parfaite synchronisation la voiture qui venait de retrouver sa place de choix dans le garage. Hay récupéra la petite princesse avant de retrouver Tamara à l'arrière pour y récupérer une bonne partie des sacs qui tapissaient le coffre. « - Sacré virée shoping hein ?! » C'est sur un dernier clin d'œil qu'ils retrouvèrent l'intérieur de la maison. Au vu de l'odeur qui émanait de la cuisine, Mrs Lignac n'avait de toute évidence pas attendu son apprenti pour commencer. « - Bon bah, je me rabattrais sur le dessert alors. C'est calme, tu ne trouves pas ? » Il déposa la majorité des paquets sur l'un des canapés du salon. « - Tout le monde est parti ? » En tendant l'oreille, il parvint toutefois à saisir une conversation émanant de l'étage supérieur. Le genre de conversation privée que personne n'est censé entendre. « - Je crois que l'on va resté ici pour le moment. On pourrait aller prêter main forte à Madame Lignac qu'est-ce que tu en dis ? » Le pauvre Haytham semblait vraiment gêné et peinait à le cacher. « - On est sûrement rentré trop tôt, je crois ! » Il fit une grimace en entendant les quelques paroles échangées par les parents de Tam. Plus que jamais, le demi-dieu maudissait son ouïe sur développée et se serait bien passé d'entendre ce qu'il entendait à présent.




☾ anesidora

_________________
I'm survivor

“L'homme arrive à trouver la force de survivre, même dans les pires circonstances...”


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 1000
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le retour du père prodigue. (tamara)   Mer 14 Fév - 16:08





Le retour du père prodigue

ft Haytham Cassidy

Le 3 mars 2017

Il n’y avait qu’Haytham pour faire voir la vie du meilleur côté à Tamara. Là où toute sa vie d’adulte durant, la jeune femme avait trouvé que faire les courses était rébarbatif, digne de la pire des corvées, la Marsien avait su lui montrer les choses sous un autre angle. Il fallait dire que l’ex agent de terrain avait été enfermée durant bien longtemps et que désormais le moindre prétexte à sortir était bon à prendre, même faire les courses au centre commercial bondé. Non pas que Tam soit soudainement devenue hyper sociable et heureuse de se faire bousculer par des inconnus sans savoir-vivre, mais l’occasion de sortir de la maison seule avec son homme et sa fille lui avait plu. Et puis elle avait eu un bouquet de fleurs ! Ils avaient finalement mis les voiles et fait une petite halte pour que le demi-dieu adepte de la cuisine puisse finir ses petites emplettes, temps que Tam mit à profit pour mitrailler Eileen, si mignonne, comme toujours. Pas peu fière, elle s’empressa de montrer à son chéri revenu de la supérette la magnifique photo qui lui servait désormais de fond d’écran. L’Irlandais souligna le fait qu’ils n’avaient pas encore de photos tous les trois et qu’il leur en faudrait une. La brunette acquiesça.

-Tu as raison, oui. Une photo plein de guimauverie familiale, ce sera parfait comme écran de verrouillage.

Mais la charmante voix du charmant fils de Mars la ramena à des choses un peu plus terre à terre et qu’elle aurait préféré oublier : la séance shopping pour leur petite soirée en amoureux. Il voulait qu’ils se montrent ce qu’ils s’étaient mutuellement acheté. En soi, elle n’avait rien contre le fait de lui montrer les vêtements qu’elle lui avait choisis, mais la simple idée de voir la robe qu’elle avait promis de porter lui hérissait le poil. La bouche de Tam se tordit en une petite moue tandis que l’élu de son cœur affirmait qu’il ne lui laissait pas le choix. Elle détestait ça.

-Bien… si tu acceptes de t’exposer au risque que j’aie tout le temps de découper cette robe avant le jour J, parce que j’aurais fait une crise anti-robe sans le vouloir…

Bien sûr, elle ne le ferait pas, une promesse était une promesse et elle n’avait qu’une seule parole. Néanmoins, c’était l’angoisse pour elle, d’autant qu’avec le poids qu’elle avait pris durant la grossesse, il lui faudrait pouvoir entrer dans ladite robe. Au moins ça lui ferait une excuse pour reprendre le sport, elle qui était si active avant.
Enfin de retour à la maison, celle qui avait été le témoin de leur enfance, les jeunes parents déchargèrent la voiture, et une fois revenus à l’intérieur, sacs et bébé dans les bras, Hay remarqua que Mme Lignac l’avait devancé pour la préparation du dîner.

-En même temps, c’est son boulot. La pauvre, tu veux la mettre au chômage technique à force ?

Haytham avait raison sur un point. C’était calme. Les parents avaient-ils déserté la maison ? Tam s’apprêtait à emprunter les escaliers pour aller coucher Eileen lorsque le Marsien la coupa dans son élan, déclarant qu’ils allaient rester au rez-de-chaussée, il parla même d’aller aider la cuisinière française qui d’ordinaire ne souffrait aucune présence dans sa cuisine, hormis celle de son tout nouveau padawan. Haussant un sourcil, Tam ne comprenait pas.

-T’es en plein délire ou quoi ? Déjà, Mme Lignac va m’étriper si j’approche sa cuisine, et puis Eileen est crevée.

Tamara remarqua ensuite la tête de son petit ami qui affichait clairement une mine gênée et ce fut la dernière phrase qui la mit sur la voie. Elle écarquilla les yeux.

-Non… non non non non non ! Ne me dis pas que t’es en train d’entendre ce que je crois ?! Bordel de m… OK, on respire.

Elle déposa le cosy avec Eileen à l’intérieur sur le sol en soufflant.

-Non en fait on respire plus, j’ai envie de le tuer ! Faut que tu m'empêches de tuer le grand-mère de ma fille !

Tam en oubliait ses résolutions de paix et n’avait en tête que le fait que son père les avait tous abandonnés pendant plus de vingt ans et que maintenant il revenait comme une fleur et il profitait de sa mère.

-Faut que je cogne sur un truc, je suis trop énervée là… il est où ton punchingball ?

Madame Lignac arriva à ce moment-là, étonnée de les voir déjà revenus. Tamara essaya de temporiser alors qu’elle lui demandait si tout allait bien.

-Super ! Impeccable ! Hay était impatient de venir faire le dessert avec vous.

On sentait au ton de sa voix, qu’elle essayait de garder posé, qu’elle surjouait le calme apparent qui en fait n’était pas.




☾ anesidora

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 1372
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Le retour du père prodigue. (tamara)   Mer 21 Fév - 19:08





Le retour du père prodigue

ft Haytham Cassidy

Le 3 mars 2017

Parfois, l'on se laisse aller à quelques plaisirs simples comme rôtir au soleil tel un crustacé alpaguer par la générosité de l'astre solaire. On court sur le sable, on grimpe sur les dunes avant de se laisser glisser. Bien sûr, on ne savoure pas vraiment la glissade, n'étant pas dans une zone désertique, l'on se contente de ce qu'on trouve, bien que bute soit le terme adéquat. Les parties endiablées de ps4 sont elles aussi une activité que l'on pourrait classer dans la catégorie des petits plaisirs. Ca et les vidéos à caractère « mature » classés dans un fichier spécifique qu'Haytham regardait sur son ordinateur avant précisons-le bien. Il est vrai que depuis qu'il est en couple et père qui plus est, le petit-fils de Zeus ou Jupiter, ne soyons pas titillons, dans le fond c'est la même personne, ne se laissait plus aller à de telles pratiques au risque de voir Tamara s'empourprait de jalousie telles la version grecque de Junon découvrant les infidélités de Jupiter. D'ailleurs, par soucis du détail, Hay, l'espace d'un instant, cogita se demandant s'il avait bien tout effacé de « ses petits plaisirs » interdit, ce qui englobait aussi une clé USB dans laquelle se trouvait à l'époque quelques vidéo forts sympathiques. « C'est fait ! ! » songea-t-il avant de revenir à lui. Il continuait bien malgré lui à arborer de la gêne et dans son regard et dans son attitude. Il aurait tant voulu continuer à égrainer dans un coin de sa tête les plaisirs simples de la vie pour s'évader et se délester de l'entente de quelques gémissements.

« - Peut-être que c'est l'épilateur ! Tu m'as dit qu'il te faisait mal ! » tenta-t-il maladroitement pour détourner l'attention de Tamara qui commençait, bien malgré elle à comprendre ce don, il était question. Il était prêt à tout pour éviter à la demeure de subir les foudres de la tornade brune, même à jouer les clowns, une discipline qu'il maîtrisait à merveille. « -Tam, j'ai peut-être la batterie à plat ! J'ai dû mal entendre » Il observait à présent l'horloge que la jolie brune fixait elle aussi « - Rassure-moi, tu ne comptes pas me demander de la balancer contre ton père hein ? » La demoiselle n'était cependant pas encline à se marrer et continuait à respirer bruyamment tout en déposant le cosy au sol. « - Tu devrais respirer encore une fois ou faire l'un des exercices pré grossesse. Tu sais le truc du chien ? » Elle lui lança un regard noir plus qu'équivoque « - Ouais ok ne le fais pas. Faire le chien s'est dépassé, mais tuer quelqu'un ce n'est pas très recommandé, encore moins lorsqu'il est question de son géniteur. Non, mais j'ai peut-être mal entendu. Peut-être que… Non en fait, je vais éviter de trouver une autre excuse, je risque de m'enfoncer davantage. Bébé pense à… aux supers cadeaux qu'Eileen va avoir avec son grand-père décidé à se racheter une conduite. Je n'aurais qu'une chose à dire. Licorne gonflable géante » Pour accompagner ses paroles, il joignit ses deux mains et traça une ligne horizontale qui n'avait de cesse de grandir à mesure que le demi-dieu s'exprimait. Mais la mayonnaise ne prenait pas avec Tamara qui serrait tout ce qu'elle pouvait serrer oublia même ses résolutions de paix.

« - Wow la petite veine est de retour » En effet, sur le front de sa compagne, Hay pouvait distinguer cette fameuse petite veine qui lorsqu'elle apparaissait ne présageait rien de bon. « - Non chérie, tu ne vas rien cogner. D'un parce que cela risque de t'énerver encore plus et de deux parce qu'il me faudrait monter et passer par le couloir et là, je n'ai vraiment pas envie de passer par ce couloir surtout avec ce que j'entends. » Par chance, telle, la sauveuse inespérée, Madame Lignac quitta sa cuisine pour réapparaître. Elle semblait de toute évidence surprise de revoir les deux pensionnaires rentrés aussitôt. Tam qui tentait de faire bonne figure non sans mal, mais la petite veine était toujours saillante, tout comme les envies de meurtre de la demoiselle. « - Oui Tam a raison j'étais sûrement trop impatient de rentrer pour faire le dessert. » Le sourire était crispé, trop pour berner la Française qui malgré les années d'absence, lisait entre en eux comme dans un livre ouvert. « Il se passe quelque chose ? »

« - Je me disais juste qu'on bouillon aux vermicelles pourrait faire une bonne entrée. »

« Un bouillon aux vermicelles vraiment ? »

Hay quelque peu gêné se massait la nuque et dessinait du bout du doigt, sur la table, des rosaces invisibles, espérant ainsi se montrait un peu plus convaincant. « - Ouais… Non, j'avoue ce n'est pas l'idée du siècle. Je pense que si ma fille et ma chérie sont à mes côtés en cuisine, je pourrais retrouver l'inspiration et arrêté de faire le clown. C'est assez gênant, puisque de toute évidence, vous savez de quoi il est question. Sinon quoi, vous n'auriez pas tiré cette tête en nous voyant arriver. Ah et puis merde ! » Il se décala légèrement, de telle sorte à se mettre près des escaliers et monta les premières marches avant de lancer « - On est arrivé ! » Suffisamment fort pour être entendu, puis il redescendit et s'approcha du cosy duquel il délesta Eileen. « - J'espère que tu l'auras ta licorne géante. » Il posa ensuite son regard sur Tam. « - J'ai deux alternatives pour toi. 1) Le punching-ball qui se trouve bien évidemment dans notre chambre. 2) Quelque chose dont on pourra « discuter » cette nuit, seul à seul, si tu vois ce que je veux dire. Alors quelle alternative tu prends Xena la guerrière ? »



☾ anesidora

_________________
I'm survivor

“L'homme arrive à trouver la force de survivre, même dans les pires circonstances...”


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 1000
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le retour du père prodigue. (tamara)   Ven 23 Fév - 22:09





Le retour du père prodigue

ft Haytham Cassidy

Le 3 mars 2017

La journée avait vraiment été étrange : d’abord, tout allait bien, puis Richard était rentré et Tamara avait un peu disjoncté, avant d’obtempérer et accepter de se calmer. Et là, de nouveau, elle était prête à exploser. Elle buggua quelques secondes lorsqu’Haytham évoqua l’épilateur, avant d’enfin le fusiller du regard. Lui et son humour bizarre… parfois le marsien ne savait pas quand il fallait se taire.

-Tu te fous de ma gueule en plus ? Quant à l’horloge, ne t’inquiète pas, je suis assez grande pour la lui balancer en pleine poire toute seule si je veux !

Se délestant du cosy contenant sa fille endormie de peur de le balancer au visage du jeune papa, Tam observa son demi-dieu de petit ami qui essayait de noyer le poisson, encore et toujours. En d’autres circonstances, l’évocation d’une licorne gonflable géante l’aurait fait rire, mais en l’occurrence, c’était plutôt boxer quelque chose ou quelqu’un qui faisait envie à l’ancien agent de terrain. L’Irlandais, comme toujours, ne trouva rien de mieux que la charrier encore davantage en soulignant l’apparition de sa petite veine sur le front qui trahissait une émotion un peu trop forte, comme ici une grande colère.

Madame Lignac débarqua et s’en suivit un dialogue surréaliste entre elle et le fils de Mars qui parlait de bouillon aux vermicelles. Tam sentait qu’elle allait littéralement exploser sous le joug de la colère qui la consumait. Elle les regardait tour à tour, la mine renfrognée, tandis qu’ils échangeaient sur la cuisine avant que finalement, Haytham ne se décide à mettre les pieds dans le plat. Là, elle eut un sourire, ironique certes, mais un sourire quand même, le voyant monter les premières marches pour annoncer haut et fort qu’ils étaient rentrés.

-Je te reconnais bien là…

Bras croisés, elle le regarda se rapprocher d’elle, leur fille dans les bras, proposant deux alternatives.

-Je choisis l'op…

Elle n’eut pas le temps de finir de répondre qu’un bruit sourd se fit entendre, provenant de l’extérieur. Elle se précipita pour aller voir, ouvrant la porte à la volée. Depuis le perron, elle put constater qu’un hélicoptère venait de procéder à un atterrissage d’urgence dans le jardin du domaine d’en face.

-J’en reviens pas, Hay, y a un hélico dans le jardin de la sorcière aux chats !

Et clairement, vu l’âge de cette voisine, ce n’était pas elle qui pilotait. La brunette plissa les yeux en voyant des couleurs étranges. Il s’agissait de deux types avec des masques de clown qui venaient de sortir de l’engin.

-Des braqueurs ! Hay, y a des braqueurs chez la voisine.

Elle tourna la tête vers le fils de Mars avec un sourire lumineux.

-Pile ce qu’il me fallait. Ils diront merci à mon père pour la raclée qu’ils vont prendre. Personne ne s'attaque à notre sorcière de voisine !

Ni une ni deux, l’Américaine fonça vers le jardin de cette brave femme qui, malgré la perte d’audition due à son grand âge, avait été attirée par le fracas de cet atterrissage peu délicat. Courant aussi vite que possible, Tamara parvint à atteindre la propriété voisine sans mal.

-Rentrez chez vous madame ! cria-t-elle à l’intention de la voisine.

Les deux braqueurs tournèrent leur regard vers l’ex agent de terrain et l’un d’eux se mit à pointer une arme à feu sur elle. Mais elle était déjà en mouvement et son élan lui permit un coup de pied retourné qui propulsa l’arme dans un buisson.

-T’aurais jamais dû faire ça, coco.


Sans attendre, la jeune femme lui colla une droite en pleine poire avant de lui balancer un bon coup de pied dans l’estomac, se retournant rapidement pour désarmer le second braqueur qui tenait dans son autre main un sac plein de billets. Le révolver en main, Tamara pointait les deux énergumènes qui n’en menaient pas large. Un grand sourire aux lèvres, la jeune femme se sentait mieux.

-Vous appelez la police ?? lança-t-elle à la propriétaire des lieux qui revenait avec son téléphone fixe en main.





☾ anesidora

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 1372
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Le retour du père prodigue. (tamara)   Jeu 1 Mar - 14:03





Le retour du père prodigue

ft Haytham Cassidy

Le 3 mars 2017

Tamara était encore et toujours ce volcan sur le point d'entrer éruption. L'Etna et tous les autres devaient se préparaient la colère divine de leur homologue féminine s'apprêtait à déferler sur la Nouvelle-Orléans qui se remettait à peine d'une précédente tempête. En de telles circonstances, mieux que personne, Haytham Cassidy savait qu'il était quasi impossible de désamorcer la bombe, d'ailleurs son humour pourri ne semblait déjà plus faire effet, signe précurseur d'une crise à venir. « - Si je me fous de ta gueule ? Je ne suis pas suicidaire à ce point. Je commence à te connaître et je sais quand il est possible de me foutre de ta gueule et quand c'est prohibé et là, c'est très clairement le cas. Pour ce qui est de l'horloge, elle est lourde et chère donc évite au moins de te ruiner la santé à défaut du portefeuille. » Il prenait des pincettes, de très grosses pincettes tout en marchant sur des œufs, un véritable acrobate me diriez-vous. Le terrain n'en demeurait pas moins miné et le regard de Tamara une mitraillette prête à cracher sa pluie d'acier sur la cible, qui ne s'était par chance, pas encore présenté à sa vue. Le demi-dieu, pas encore à court d'arguments tenta encore une fois d'amadouer sa compagne en évoquant une bouée géante à l'effigie d'une licorne que grand-père Richard pourrait offrir à sa petite fille dans un avenir proche, mais de toute évidence Tamara avait d'autres priorités, elle ne laissa même pas une esquisse de sourire apparaître sur son visage fermé. La petite veine saillante sur son front était belle et bien installée, ultime prémisse d'une colère à venir. Hay avait échoué, il l'avait compris, mais il avait au moins essayé.

S'enchaîna une conversation du registre absurde avec Madame Lignac, qui même si elle ne laissait rien paraître, craignait le pire quant à la confrontation entre Richard Lond et sa fille. Le bouillon de vermicelle expédié, le Marsien osa croiser le regard de l'ancien agent de terrain, plus renfrogné que jamais. Elle était sur le point d'exploser, cela ne trompait plus personne, c'est pourquoi, Haytham se décida à prendre le taureau par les cornes en osant franchir les trois premières marches du hall et en faisant entendre sa voix pour que les deux « adultes » cessent de jouer les adolescents. « - Mieux vaut que ça soit moi que toi pour le coup. Pas sûr que tu aurais preuve de diplomatie. » Puis il opta pour un rapprochement. Avec son regard chocolat et la présence d'Eileen dans ses bras, il espérait encore amadouer Tam et pour se faire, il n'était pas à court d'option, loin de là. « - Donc tu choisis quelle option ? » réitéra-t-il alors qu'à l'étage, on s'activait déjà. Toutefois, un autre bruit vint attirer l'attention du Marsien. Il était question d'un battement, mais pas n'importe quel battement. Régulières, métalliques, les pales de rotor d'un hélicoptère se faisaient progressivement entendre de tous. Tam délesta sa réponse et se rua vers l'extérieur pour découvrir ce qui s'y tramait. Le demi-dieu quant à lui se précipita vers la fenêtre et y découvrit, sur la pelouse voisine, un hélicoptère « - Ce n'est pas normal ! » Il pensa instantanément au DCLEM. Peut-être avait-il envoyé des agents pour les neutraliser et faire payer à l'agent Lond sa trahison.

« - Tam, tu devrais peut-être rentrer ! » Il préféra par sécurité remettre Eileen dans son cosy tout en la confiant aux mains protectrices de Madame Lignac. Puis il délesta la fenêtre pour venir se rapprocher de sa compagne subjuguée par ce qui se présentait à elle. Et quelle ne fut pas la surprise d'Haytham en découvrant une horde d'hommes pourvus de masques de clowns et armés de surcroît. « - Ouais bah le masque de clown, excuse-moi, mais niveau originalité pour des braqueurs, il faudra repasser. Mais qu'est-ce qu'ils foutent là, ces abrutis ? » Tandis qu'une certaine inquiétude étreignait le nouveau papa, un sourire divin éclaira le visage de Tam. « - Non, n'y penses même pas ! » lança-t-il avant qu'elle ne dise quoi que ce soit. De l'action à l'état pure, une bonne castagne, comme elle en rêvait, se présentait à elle « - Tam ! Non ! Pas dans ton état. Tu… » Il eut à peine le temps de dire quoi que ce soit, sa compagne étant déjà dehors. « - Putain, fais chier ! » lança-t-il alors que Richard et Victoria descendaient les dernières marches du grand hall. « - Haytham mon chéri, je te prierais de modérer ton langage ! » lança la maîtresse des lieux, en remettant sa crinière ébène en place, tandis que Richard achevait de boutonner sa chemise. Le Marsien se retourna aussitôt et leur fit face. « - Et vous, vous croyiez que c'était le moment de vous conduire comme des adolescents ? »

« Où est ma princesse ! » demanda Richard pour tenter maladroitement de faire diversion. « - Tamara est dehors ! Un hélicoptère plein de braqueur grimés en clown, vient de se poser sur la pelouse de la sorcière aux chats et votre princesse a donc décidé, pour se calmer, d'aller leur botter le cul. » Les parents furent horrifiés à l'entente des paroles du demi-dieu. Richard reporta aussitôt son regard d'acier sur le demi-dieu prêt à en découdre. « Et tu l'as laissé faire ? »

« - D'un vous êtes mal placé pour me faire la leçon et de deux, il vaut mieux la laisser faire croyez-moi, c'est préférable pour vous qu'elle se défoule avant de vous faire face » La main sur le cœur, Victoria dut s'asseoir, Richard revint sur ses pas et l'y aida. « - Victoria, elle ne risque rien je t'assure. Si elle courait le moindre danger je… » Il se tue aussitôt intensifiant l'angoisse de Victoria qui se redressa aussitôt en demandant à son « presque » gendre ce qui se passait. Tamara venait d’asséner un méchant kick à l'un des agresseurs dépossédés aussitôt de sa seule protection, puis elle s'occupa de l'autre assaillant en lui offrant une belle poire qui le délesta au moins d'une molaire avant de voir la taille 36 des chaussures de la demoiselle laissait son empreinte sur l'estomac du malotru. « - Elle va bien, très bien même ! » lança le demi-dieu pour rassurer la mère de Wonder-woman qui venait de régler la situation et demandait à la voisine d'appeler la police.

Mais encore sous le coup du choc, l'homme d'affaires n'en avait de toute évidence pas terminé avec le demi-dieu. « Donc c'est comme cela que tu fonctionnes ? En cas de danger, tu restes à l'arrière et tu laisses ma fille faire le sale boulot ? » La mâchoire gauche d'Haytham se crispa aussitôt « - Pardon ? » lança-t-il alors que sa patience commençait à dangereusement vrillée. « Tu as déjà abandonné le navire Haytham et ma fille par la même occasion » Le cœur du Marsien se contracta, ses sourcils se froncèrent et son regard d'ordinaire si pétillant, laissa paraître une noirceur que Victoria n'avait encore jamais vu. Haytham se faisait d'autant plus menaçant sous la colère et le fait qu'il décide de se rapprocher de Richard ne présageait rien de bon. « - Vous voulez qu'on reparle d'abandon Richard ? J'ai essayé de jouer les médiateurs, de vous défendre même en contrariant la femme que j'aime et vous venez me faire la morale. Si vous connaissiez un minimum votre fille, vous sauriez qu'elle ne risquait rien, mais de toute évidence vous continuez à la voir comme votre petite princesse. Désolé de vous décevoir, mais elle n'est plus votre petite princesse. C'est une femme, qui a grandi sans vous, qui s'est construite sans vous. Et si je l'ai laissé faire, c'est en parti pour vous sauver les miches, parce que croyez-moi, sans cette intervention divine, je n'ose imaginer ce qu'elle, vous aurez balancé dans la gueule. »

Richard était outré par l'audace du Marsien qui tourna les talons, il s'apprêtait d'ailleurs à quitter la pièce pour rejoindre la cuisine et y récupérer sa fille. « Que me reproches-tu ? » lança quand même le patriarche. Hay s'arrêta et posa son regard sur Victoria avant d'oser affronter celui de Mr Lond. « - À peine, nous avons le dos tourné et vous vous... » Il appuya à nouveau son regard sur la mère de Tamara. « - Vous pensiez vraiment que c'était le moment pour ça ? »

« Tu me fais encore la leçon fiston ! Et toi, tu crois vraiment que c'était le moment de mettre ma fille enceinte sans lui avoir au préalable demandé sa main ? »

« - Ne me dites pas que nous sommes en train d'avoir cette conversation ? Nous ne sommes plus dans les années 50 Richard ! »

« Donc tu ne veux pas épouser Tamara ? »

« - Je n'ai pas dit ça. Bien sûr que je veux l'épouser » Mais le souvenir d'une conversation avec Tamara sur le sujet le refroidit aussitôt dans ses ardeurs. « Alors, pourquoi n'as-tu pas déjà plié le genou ? »

« Haytham, tu veux demander la main de Tamara ? » demanda Victoria à la fois surprise et heureuse. Le demi-dieu souffla, incapable de répondre à la question qui venait de lui être posée, il préféra déclarer forfait et retrouva la cuisine pour récupérer sa fille. « - Merci pour la surveillance Madame Lignac. Je vais éviter de trop m'attarder vu que Tamara ne va pas tarder. Prier pour qu'elle épargne son père ! »


☾ anesidora

_________________
I'm survivor

“L'homme arrive à trouver la force de survivre, même dans les pires circonstances...”


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 1000
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le retour du père prodigue. (tamara)   Sam 14 Avr - 14:49





Le retour du père prodigue

ft Haytham Cassidy

Le 3 mars 2017


L’incroyable arrivée de ces voleurs masqués en clown avait permis à Tamara de se défouler, et elle en avait grand besoin après tout ce qui s’était passé. Ses nerfs avaient été mis à rude épreuve, sa patience aussi, et depuis le temps qu’elle n’avait pas pu botter des culs, ça lui avait manqué. La vieille voisine, rebaptisée, durant l’enfance des deux amants terribles, « la sorcière aux chats », avait obéi à Tam et avait contacté la police. Cette femme faisait renaître sans le savoir dans la mémoire de l’ancienne agent de terrain des souvenirs amusants qui, tels des flash-backs en noir et blanc, venaient la rappeler au bon souvenir d’un hiver où la neige avait envahi le jardin et où les deux jeunes aventuriers en culottes courtes, faisant fi du vent glacial, cherchaient les empruntes des chats de la voisine qui, eux, prenaient un malin plaisir à uriner n’importe où. Pas de quoi vendre du rêve, mais les deux gamins qu’ils étaient à l’époque trouvaient amusant de voir Mr Lignac pester, esclave de son perfectionnisme, à vouloir inséminer ses rosiers et autres arbres fruitiers malgré les intempéries et les chats hostiles.
Pendant ce temps, l’ex agent de terrain avait ligoté les malfrats qui n’osaient plus rien dire après la branlée qu’ils s’étaient prise. La brunette avait déposé l’arme à feu loin d’eux, sous l’arche de bois du porche de la voisine, prenant soin de l’essuyer pour effacer ses empruntes au cas où.

- Faites comme si vous aviez réglé le problème toute seule, vous serez une héroïne ! Lança-t-elle à sa voisine avant de reprendre le chemin du retour.

En marchant, Tam sentit que s’activer de la sorte était peut-être une  erreur, une mauvaise idée à en juger par les tiraillements qu’elle sentait dans son ventre. Elle s’arrêta quelques secondes dans l’allée de chêne, se tenant au tronc de l’un d’eux d’une main pour s’autoriser à souffler, les yeux plissés. Heureuse, HEUREUSEMENT pour chacun des membres de la famille Lond-Cassidy, qu’elle n’avait aucune idée de ce dont ils étaient en train de parler. Sans doute que son courroux les aurait soufflés sur place. Seule l’adorable et innocente Princesse Piranha serait épargnée en cas d’éruption volcanique. Elle reprit sa marche, aussi rapidement que possible, et regagna la maison. Montrer les quelques marches de bois pour atteindre le porche lui parut plus difficile que la normale mais elle préféra essayer de ne pas y prêter attention. Elle repensa à la dérouillée qu’avaient pris les voleurs et aux hématomes qi jonchaient sûrement leurs corps et ça la fit sourire.

- J’ai pas trop perdu la main, se dit-elle à elle-même avant d’ouvrir la porte.

Elle découvrit sa mère assise dans un fauteuil avec son père debout à côté d’elle. Pas de trace d’Haytham. Ses parents la dévisagèrent.

- Vous faites une de ces tr...têtes ! Ça vous a pas détendus du bulbe, le sport matelas ? Demanda-t-elle avec ironie.

« - Tamara ! » Répondit, un peu offusqué, son père.

La jeune maman se dirigea vers eux, mâchoires serrées. Chaque pas lui était désormais un supplice.

- Putain, j’espère que ces cons de points ont pas sauté… murmura-t-elle pour elle-même.

A son tour, elle s’assit dans le canapé.

- Hay, t’es où ? Demanda-t-elle à voix basse pour qu’il soit le seul à l’entendre.

Apparemment, dans la cuisine. Elle le vit revenir avec Eileen, ce qui éveilla immédiatement un sourire sur les lèvres de la brunette.

- Ma poupée ! Lança-t-elle avant qu’une grimace ne ternisse son sourire alors qu’elle avait voulu se lever. Je vais rester là quelques minutes. Tu veux bien me laisser lui faire un bisou avant de monter la coucher ? Elle doit être crevée avec sa sortie aux courses avec nous.

Richard était restée sur la conversation à propos du mariage et s’avança vers sa fille.

« - Ma chérie, il faut que nous parlions sérieusement. »

Tam le dévisagea avec un sourire en coin.


- Aucune de nos discussions n’a jamais été la grosse éclate, si tu veux mon avis, papa. Que je sache, on s’est jamais bien fendu la poire tous les deux. Allez, dis-moi tout, une partie de jambes en l’air et tu veux déjà réemménager ? T’as vraiment aucun foutu respect…

Victoria se racla la gorge pour l’interrompre, ce qui la fit se reprendre.

«  - Je m’inquiète pour ton avenir. Le vôtre. A tous les trois. Il faut que vous vous mariiez. Haytham doit aussi avoir un travail. »

Tamara n’avait rien écouté de la suite de la phrase, bloquée sur la première partie. Après le bug, elle éclata de rire avant de se reprendre à cause de la douleur que ça lui infligeait dans le bas-ventre, l’obligeant à froncer les sourcils.

- La vache, papa ! Il ne faut pas me faire rire comme ça !

Elle reprit son sérieux et le regarda dans les yeux avant de lui attraper le bras avec une poigne dont il pensait sans doute sa fille incapable. C’était mathématique, le simple mot « mariage » attisait la colère de Tam, aussi assurément que 2+2=4.

- Ecoute-moi bien, papa. Avec tout le respect que je te dois, ou que je ne devrais plus te devoir, mais bon ça fait plaisir à maman… bref ! Ma vie, c’est pas tes oignons, ça fait bien longtemps que je me débrouille sans ton aide et sans ta permission. Que je sache, je ne t’ai jamais rien demandé. Hay et moi, on est autonomes et on n’a pas besoin de se marier, surtout si c’est pour finir comme maman et toi. Désolée maman, ne te vexe pas, mais le mariage c’est pas notre truc, alors exit les magazines sur les belles robes blanches, tu me verras jamais porter ça. Déjà soyez contents, vous avez une petite fille. Bichonnez-la bien, parce qu’il n’y en aura pas d’autre. J’espère que c’est clair, je veux plus jamais qu’on parle de cette idée débile de mariage.

Elle reprit son souffle, se sentant soudain épuisée. Haytham était de nouveau dans son champ de vision. Elle aurait bien demandé un petit verre de Martini si Hay n’était pas interdit d’alcool à vie.

- Dis, tu crois que Mme Lignac a encore du jus d’orange pressé dans la cuisine ?

Tamara avait un peu pâli et ne voulait pas reconnaître qu'elle ne se sentait pas dans son assiette.


☾ anesidora

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Information non transmise
messages : 1372
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Le retour du père prodigue. (tamara)   Sam 14 Avr - 18:31





Le retour du père prodigue

ft Haytham Cassidy

Le 3 mars 2017

Il espérait, en rejoignant la cuisine pour récupérer sa petite princesse, faire taire la colère qui grognait en lui et qui menaçait de tout emporter si elle déferlait sur la demeure. La conversation avec Richard fut tendue, plus qu'il ne l'aurait cru, et même s'il cherchait encore à jouer les conciliateurs entre la fille et le père, il savait désormais qu'il ferait à l'avenir montre de moins d'effort dans cette tâche. Richard l'avait blessé en l'assimilant à un lâche et en ravivant de vieux souvenirs que le demi-dieu préférait taire. L'homme d'affaires n'avait pris aucune pincette à l'encontre de son interlocuteur, qui trouvait injuste que cet homme, qui avait lui aussi fuis le domicile, puisse porter un jugement sans au préalable se regarder dans un miroir. S'il n'était pas été pourvu d'une force aussi puissante, nul doute que le beau brun aurait laissé ses poings faire la conversation. Pour l'heure, c'est bien la colère et la rancœur qui le dominait et le regard lançait par la cuisinière, permis à cette dernière de comprendre qu'il ne fallait ni trop insister, ni laissait la curiosité la tenter. Elle se contenta d'un sourire léger et franc dont elle avait le secret avant de laisser le jeune papa récupérer sa fille, ravie de se blottir dans les bras de ce dernier. Malgré ses quelques heures d'existence, Eileen avait-elle compris que son père se sentait mal ? Le doute était de mise en voyant ce petit air à l'œuvre. Elle cherchait de toute évidence à attirer toute l'attention de son demi-dieu de père qui sentit, en posant son regard sucré sur elle, sa colère défaillir presque aussitôt. « - Tu es très forte toi ! » lui lança-t-il alors que la maman, venait de regagner la demeure. « - J'arrive Tam ! » lança-t-il en l'entendant murmurer son prénom en guise d'appel.

Le demi-dieu, accompagné de la princesse affectueusement baptisée piranha au vu de sa voracité, retrouva donc, non sans appréhension la pièce où le trio Lond se trouvait encore. À en juger par la position des meubles, aucune crise n'avait éclaté. Tamara était assise et laissa paraître un très large sourire en voyant son homme et leur fille paraître à sa vue. Le petit monstre agita aussitôt ses bras vers sa mère pour la réclamer, prouvant que malgré son arrivée récente dans ce monde, elle savait déjà comment s'y prendre pour se faire comprendre. Hay, qui la tenait fermement contre lui, s'approcha donc, prenant soin de ne pas croiser le regard du patriarche Lond. « - De toute évidence, on dirait que tu lui as manqué. » Il remarqua aussi la grimace de la brunette lorsqu'elle tenta de se relever. Une observation qui déplut fortement au demi-dieu qui n'hésita pas de ce fait, à le faire savoir « - Tam ! Je t'avais dit que c'était trop tôt pour faire quelques folies. » Il risquait certainement de s'attirer les foudres de la demoiselle qui ne supportait pas d'être traitée comme la petite chose qu'elle n'était pas, mais l'inquiétude d' Haytham étant trop grande, tellement qu'i ne put se résoudre à la fermer. « - Tu te repose un peu hein ? Je vais aller remettre Eileen dans son lit en attendant demande un verre d'eau tu palis à vue d'œil ma guimauve. » Il lui sourit avec une infinie tendresse avant de déposer sa main contre sa joue pour la lui caresser avec tout autant de douceur. L'espace d'un instant, il n'y avait qu'eux, enfermés dans leur petite bulle, seuls au monde, avec leur petit trésor. Hay s'approcha même et déposa un furtif baiser sur les lèvres de sa belle avant de disparaître pour regagner l'étage et reconduire Eileen jusque dans sa chambre. En bas, Richard toujours remonté, reprit la conversation qu'il avait entrepris de développer avec Haytham avant qu'il ne regagne la cuisine. Le demi-dieu, qui laissa traîner une oreille, déposa le petit ange dans son lit avec mille et une précaution. « - Ce n'est pas facile la vie d'adulte hein ?! J'espère que tu ne grandiras pas trop vite mon ange, comme ça, tu pourras te préserver de toutes ces prises de tête inutiles. » La petite qui avait saisit à nouveau l'un de ses doigts, posa sur son père, son petit regard bleuté teinter d'une innocence qu' Haytham espérait préserver le plus longtemps possible. « - Aller dodo maintenant ! » Il se pencha au-dessus d'elle et déposa sur son petit front un tendre baiser avant de tourner les talons et de s'en aller.

La conversation entre Richard et Tamara lui remonta jusqu'aux oreilles alors qu'il longeait le couloir pour s'approcher des escaliers. Le sourire avait définitivement quitté les lèvres du beau demi-dieu lorsque ce dernier descendit la première marche et qu'il entendit le père de Tamara remettre le mariage sur le tapis. Tamara passa à l'offensive et ne manqua pas de tacler son paternel en beauté en évoquant leurs discussions passées. Elle ne prenait de toute évidence aucune pincette, malgré la présence de sa mère, Hay continuait à descendre délicatement les escaliers, pas sûr malgré tout d'avoir envie de continuer à écouter la conversation qui s'animait autour d'un sujet de toute évidence polémique.« Je m'inquiète pour ton avenir, mais aussi pour le vôtre à tous les trois. Il faut que vous vous mariiez. Haytham doit aussi avoir un travail, c'est un impératif auquel il ne peut se dérober maintenant qu'il est père de famille » venait de lancer le patriarche. Haytham qui s'approchait du salon, serra la mâchoire. De toute évidence, Richard prenait du plaisir à l'attaquer dans son intégrité masculine. Tamara se mit alors à rire, un rire loin d'être saint, au vu de son état, mais aussi un rire qui trahissait son exaspération. Le marsien fit quelques pas, les derniers avant de rejoindre le salon et ce qui monta jusqu'à ses oreilles l'ébranla. La logique aurait voulu que ça ne le touche pas, il connaissait l'avis de Tamara sur la question maritale, toutefois, il se sentit presque abattu en écoutant sa compagne en parler. Elle était véhémente, blessante et bien décidée. Victoria, toujours silencieuse, vit la déception poindre dans le regard du beau brun qui continuait à prendre sur lui pour se montrer avenant avec Tamara, sans en faire trop. « - Ok, je vais te chercher à boire ! » Mâchoire serrée, il quitta le salon pour rejoindre la cuisine, la brique de jus d'orange et le verre l'accompagnant, étaient déjà sorti. « - Vous, vous avez laissé traîner une oreille indiscrète ! » lança-t-il à la Française. Dans le salon, Victoria prétexta se lever pour rejoindre les toilettes, laissant Tamara seule avec son père (non sans crainte)

« Je sais que je suis mal placé désormais pour dire quoique ce soit, mais je ne veux que ton bien Tamara. Vous ne pouvez pas vivre comme ça, pas avec un enfant. » Était-il suicidaire, courageux ou les deux à la fois ? songea Hay qui s'apprêtait à faire le chemin inverse avant de tomber sur Victoria. « - Victoria ! Tu viens aussi chercher du jus d'orange ? » La mère de Tamara fit non de la tête, provoquant un tressaillement du sourcil chez le demi-dieu. « Je pensais que c'était d'actualité ! » lançat-elle avec une pointe de déception dans la voix.Confus, le Marsien souffla longuement avant de fuir madame Lond du regard. « - Tu sais, c'est compliqué ! Tout s'enchaîne très vite et ... » Mais bien décidé à avoir elle aussi des réponses, Victoria coupa net le petit ami de sa fille dans son élan « Tu y as pensé n'est-ce pas ? »

« - Oui, on en a parlé brièvement, mais ça va, je t'assure que ça ne me gêne pas, c'est son choix, je l'accepte ! »

« Mais ça n'est pas le tien. »

« - Je ne veux que son bonheur et si ça exclu le mariage, ok, je l'accepte. J'aime Tamara plus que tout au monde et quoiqu'il arrive je la ferais toujours passé avant moi, même si oui, je l'avoue aussi naïf soit-il, j'aurais aimé posé le genou au sol et lui faire ma demande. Il m'aie même arrivé de la voir portant une robe blanche et avançant tout sourire vers moi. Tu sais, je n'ai jamais été quelqu'un de très stable, mais avec elle, malgré les disputes, les tensions, les prises de tête, j'ai enfin trouvé mon équilibre. Mais quoiqu'il arrive avec ou sans mariage, ça sera pareil, je continuerais à l'aimer de la même façon

« Mais tu n'aspires pas à une vie normale ? »

« - Ca, c'est sûrement un luxe qu'on ne peut se payer, tu sais. »

« N'abandonne pas ce rêve mon chéri » Elle s'approcha aussitôt pour prendre le jeune papa dans ses bras et le serra fort « - Et toi fais attention avec Richard. »

« Il est imparfait, mais je l'aime quand même. Aller, va retrouver Tamara avant qu'elle ne fasse une bêtise » Hay esquissa un sourire avant de reprendre le verre et la brique de jus d'orange. « - Bon on arrête Richard ! Tam n'est pas en état de vous botter le cul, mais moi, je peux m'en charger si besoin. Ouais, je n'ai pas de boulot, imaginez-moi comme un tocard si ça vous fait plaisir, en attendant moi je suis là et tout l'amour dont vous avez privé votre fille, je le lui rends au centuple. Et il n'y a pas besoin de mariage pour ça. » Il tendit le verre et la brique à la belle brune avant de prendre place à ses côtés « - Et si vous n'êtes pas content, allez vous faire foutre ! Je n'ai rien d'autre à ajouter à part que j'aime Tamara, c'est amplement suffisant ! » Il posa aussitôt son regard sur sa tendre moitié et lui sourit « - Ca va ? Ca ne te tire pas trop ? »

☾ anesidora

_________________
I'm survivor

“L'homme arrive à trouver la force de survivre, même dans les pires circonstances...”


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil à la Nouvelle-Orléans
messages : 1000
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le retour du père prodigue. (tamara)   Mar 17 Avr - 21:19





Le retour du père prodigue

ft Haytham Cassidy

Le 3 mars 2017

Hay était revenu avec Eileen, mais leur présence, aussi voulue soit-elle, n’avait pas suffi à faire oublier à Tamara la vive douleur qui s’était réveillée. Les dents serrées, elle entendit son petit ami lui faire une réflexion, ce qui valut à ce dernier un regard noir qui s’estompa rapidement lorsqu’elle vit son petit bout de chou dans les bras du papa incroyable que s’avérait être le demi-dieu. Il s’éclipsa après qu’elle ait hoché la tête alors qu’il lui demandait de se reposer. Il ne fallait pas le lui demander deux fois, elle sentait ses forces l’abandonner après avoir été tant mobilisées. Le baiser doux et chaste déposé par le fils de Mars sur ses lèvres lui redonna un semblant de sourire.

Pendant l’absence de son Irlandais de petit ami, Tam avait remis les points sur les i et les pendules à l’heure pour son père qui semblait décidé à tout gérer de la vie de sa fille. Cette dernière lui avait donc sonné les cloches, lui rappelant qu’il n’avait aucune légitimité quant à un quelconque droit décisionnel. Hay était revenu et s’était contenté de se porter volontaire pour lui rapporter du jus d’orange et peu de temps après, ce fut au tour de Victoria de s’éclipser, laissant ainsi Tamara et son père seule à seul. Richard insista un peu, provoquant un roulement oculaire chez sa fille qui était clairement exaspérée mais qui ne pouvait, heureusement pour lui, le manifester autrement sans prendre le risque de se faire vraiment mal.

- Écoute, si tu veux vraiment mon bien, évite de m’énerver. Je t’assure que mariés ou non, ça ne changera rien au fait qu’on s’occupe de notre mieux d’Eileen et qu’on a largement de quoi subvenir à ses besoins. Qu’est-ce que tu crois, on a bossé avant de se retrouver, on a des économies et pour l’instant ça va. Quand j’aurais retrouvé la forme, je retravaillerai, parce que clairement, tu me verras jamais être mère au foyer. C’est le truc d’Haytham ça, il voulait avoir un enfant et si tu voyais comme il gère la crise, c’est juste incroyable.

Malgré elle, la jeune maman avait laissé entrevoir combien elle était fière du père de sa fille. Ce n’était pas le but pourtant, le but était de dissuader Richard d’insister lourdement. Quand on parle du loup… Le marsien revint dans la pièce, verre vide et jus d’orange en main qu’il transmit à sa tornade brune avant de reprendre la parole pour finir de dire à son beau-père de calmer sa joie. Tam venait de remplir son verre de jus d’orange et le leva devant elle, au-dessus de sa tête.

- Je lève mon verre à cette tirade parfaitement claire, j’aurais pas mieux dit ma Guimauve, mais t’inquiète, je suis parfaitement en état de lui botter le train si l’envie m’en prenait. Et après tu t’improvises urgentiste, ça peut le faire.

Elle lui lança un clin d’oeil et engloutit le contenu de son verre.

- Je t’aime toi. Si, ça tire c’est l’horreur. Je crois que je vais céder à l’appel des médoc, j’ai un peu peur d’avoir légèrement exagéré… Mais il ne faut pas m’en vouloir, c’était trop tentant, c’était trop beau, deux idiots rien que pour moi. Si t’avais vu ce qu’ils ont pris, j’ai cru que la folle aux chats ne s’en remettrait jamais. Les flics les ont bien coffrés hein ? Tu as… entendu quelque chose ? Demanda-t-elle finalement à voix basse.

Tam dût retenir un petit rire et posa son verre vide sur la console près d’elle. Victoria revint à son tour au salon et Richard alla vers elle, l’air penaud. La fille ignora la sortie de son père, le regard plongé dans celui de son homme.

- Dis, tu… tu veux bien m’aider à me remettre sur mes pieds ? Ça me fait un mal de chien quand j’essaie de le faire toute seule. Promis je t’embête plus après.

A la vérité, l’ex agent de terrain détestait avoir à demander de l’aide, mais depuis peu, elle avait appris à mettre sa fierté de côté, même si ça lui coûtait beaucoup moralement. Elle s’accrocha à son « Penseur » à la force herculéenne et put enfin décoller ses fesses du fauteuil.

- Merci ma Guimauve.

Elle glissa sa main dans la sienne et se dirigea lentement mais sûrement vers l’escalier.

- Eileen s’est endormie ?

Sans doute que si la jeune maman posait la tête sur l’oreiller, elle en ferait de même. Mais elle mourait d’envie de prendre une douche d’abord et de s’emmitoufler dans un peignoir bien moelleux, chaud et douillet.

- Une douche bien chaude à deux, ça te dit ?

Lorsqu’ils furent arrivés aux abords de l’escalier, Tam commença lentement à monter avant de murmurer.

- Je crois que j’ai vexé ma mère avec cette connerie d’histoire de mariage. Il fait chier aussi mon père à foutre son putain de grain de sel partout !

De sa main libre, elle s’agrippa à la rampe en bois pour s’aider à monter les marches. Ils arrivèrent finalement au premier étage, et Tamara cogitait toujours sur ce que pouvait penser sa mère.

- Tu crois qu’elle m’en veut ? J’ai tendance à disjoncter quand il est là… enfin du fait qu’il soit là, justement, avec ma mère réveillée… qu’il n’a pas pris la peine d’aller voir une seule fois en vingt-sept ans. Hay, je sais que je t’avais promis d’enterrer la hache de guerre, je suis désolée de m’être encore énervée. J’ai pas fait exprès, je t’assure. Tu m’en veux ?

S’il était bien une personne au monde qu’elle ne voulait pas voir contre elle, c’était bien Haytham. Elle savait qu’elle l’avait probablement déçu en ne parvenant pas à garder son sang-froid face à son père. Sur le coup, elle ne s’en était pas rendu compte, mais à présent, elle s’en voulait. Et visiblement, Victoria était prête à pardonner à Richard, elle était sans doute donc peinée de voir sa fille réagir avec autant de véhémence. Et comme souvent, Tamara ne s’en rendait compte que tardivement.

- J’ai encore fait ma boulette, j’en suis consciente… ça craint, mais je crois que je vais pas supporter de le voir sous le même toit que nous. Et si on déménageait ? Ça te dirait pas que d’ici un mois ou deux qu’on ait notre chez nous ? Rien que tous les trois avec la petite crevette ? Bon on n’aura plus madame Lignac, mais maintenant t’as presque dépassé le maître non ? Lança-t-elle avec un petit sourire.

Elle s’arrêta nette, se pliant en deux.

- Attends attends !… on fait une pause s’il te plaît !

☾ anesidora

_________________
"I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you."

♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Le retour du père prodigue. (tamara)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le retour du père prodigue. (tamara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» retour au travail....
» Le 23 mai Varadero me voilà/et c'est grâce à vous/retour à la réalité
» Est-ce que quelqu'un a vu le retour de Nounou McPhee
» Retour maison
» Retour 3D' S-Pagne...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: le reste des états-unis.-