Partagez | .
 

 Le retour du héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Il se pourrait qu'il soit quelque part sur une île dans les Maldives
messages : 1548
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Le retour du héros   Ven 3 Aoû - 21:25

Le retour du héros
Haytham CASSIDY ft Tamara LOND


Malgré l'inconfortable lit sur lequel était apposé son fessier et accessoirement le reste de son corps, Haytham savourait l'instant comme il pouvait. Voir la complicité plus que naissante entre Maisie et Tam le faisait sourire, tout comme son petit ange. Et puis se focaliser là-dessus lui permettait aussi de ne pas penser à la précédente rencontre et aux opérations à venir, car certes, il était un demi-dieu, mais tout comme bon humain qui se respecte, il avait lui aussi peur d'être charcuté durant de longues heures sur une table d'hôpital. Il craignait que l'opération ne se complique au vu de son hérédité demi-divine, ou que quelqu'un ne soit blessé. Il craignait aussi que certaines créatures friandes de demi-dieu ne le trace, ne faisant fi d'aucune manière avant d'entrer dans l'hôpital pour un bon petit carnage en bon et due forme. Il pensait trop une fois encore et n'entrevoyait que le pire alors qu'il avait le meilleur sous les yeux. Un sourire fendit son visage lorsque Tamara fit preuve d'une fausse jalousie à l'encontre du croissant qu'il venait de tartiner de confiture et qui excitait ses papilles à tel point qu'il ne résista pas bien longtemps à l'envie de faire entendre sa jouissance gustative. « - Je mange tellement mal ici que le moindre truc qui me sort de l'ordinaire est un orgasme pour mes papilles. Cependant, pour le reste, tu n'as rien à craindre, je puis te l'assurer ! » Le regard équivoque qu'il lança à Tam acheva d'exaspérer Maisie qui ne se priva pas de le faire savoir en les comparant à des adolescents.

« - Nous pire que des ados ? Attends, on n’est pas collé l’un à l’autre comme deux ventouses. Et puis tu peux me croire, on est loin d’être comme des ados quand …Non je crois que je vais m’arrêter là au risque d’étaler notre libido sur la place publique »

« Merci de m'épargner. Je suis touchée par tant de sollicitude ! » Elle leva le bras et fit mine de brasser de l'air ce qui fit rire Haytham, qui à bien y réfléchir avait lui aussi agit de la sorte avec cependant un peu plus de véhémence. Il est vrai que ce « pauvre » Lylian n'avait pas été épargné, mais il le méritait bien, alors pourquoi lui donner autant d'importance en s'attardant sur sa petite personne. N'y avait-il pas d'autres sujets tout aussi intéressant à aborder ? Oui de toute évidence et quoi de mieux que des vacances pour contre balancer un sujet désagréable ? Et puis Hay s'imaginait bien lézardé sur la plage à prendre le soleil et à mater le corps parfait de sa fiancée sortant de l'eau au ralenti. Une vision idyllique que le faisait tant sourire.

« - Moi tant que je peux te mater en maillot peu importe l'endroit ! »

« Tu as le feu au caleçon Pap's ou quoi ? »

« - Non juste une poussée d'hormones comme l'ado que je ne suis plus. Donc revenons à nos maillots... Pardon, je voulais dire moutons. Donc on va le faire ? Tu es tentée par la folle proposition de ma fille tout aussi folle, mais que j'aime quand même » Maisie lui tira la langue, ne voulant pas s'abaisser à plus de vulgarités en présence de sa demi-sœur. L'idée saugrenue d'acheter une île n'en était pas vraiment une eu vu des moyens financiers de notre chère Tamara, qui sans surprises, se prêta au jeu. « - Les Maldives ? Tu parles de ce paradis sur terre où il fait beau tous les jours et où on a la mer azur à perte de vue ?! » Aussitôt dit aussitôt fait. Munis de son portable que le Marsien ne préférait pas avoir en mains au vu de risque que cela représentait, se pencha pour mieux observer les annonces et les photos qui allaient avec. « - Je te laisse choisir ! Soyons fous ! Achetons la première île à notre portée ! » Un sujet en entraînant un autre, Maisie se fit un plaisir de rappeler à « belle-maman » en devenir qu'il leur faudrait aussi faire les boutiques pour dénicher la fameuse robe de mariée dont Tam semblait avoir oublié l'existence. Hay ne s'en offusqua pas, il savait à quel point ce n'était pas facile pour Tam et il savait mieux que quiconque à quel point elle prenait sur elle pour lui faire plaisir. « - Hey les filles ! Ne m'obligeais pas à me mettre entre vous pour vous séparer d'un éventuel crépage de chignon. Vous êtes dans ma chambre et j'ai besoin de repos. Donc je vous exhorte à vous prendre la tête. Ma grande, tu sais que Tam n'est pas patiente, alors mieux vaut ne pas abuser et toi n'aie crainte, je ne serais pas regardant sur la robe. Tant que tu ne ressembles pas à une guimauve, ça me va. Enfin pour conclure, pour ce qui est du rouleau de printemps et du décollage, je ferais comme si je n'avais rien entendu, ce qui est plausible quand on y pense. »

La bonne humeur outrepassa cependant les petites tensions engendrées par la fatigue de chacun, même le personnel médical se prêtait au jeu en faisant remarquer à quel point le demi-dieu était bien entouré. La journée s'acheva donc sous les meilleurs auspices, à la grande joie des protagonistes. Il en fut de même pour les jours suivants, du moins juste avant que le fils du dieu de la guerre ne passe sur la table d'opération. Toute une journée lui était réservée, une journée durant laquelle plusieurs opérations étaient prévues, dont une que le Marsien s'était bien gardé d'évoquer à sa fiancée. Mais que l'on se rassure, malgré le temps passé, malgré le stress et malgré l'anesthésie générale, tout, c'était bien passé. Haytham était en salle de réveil, il lui fallait encore un peu de temps pour récupérer. Cependant, il semblait rapidement s'en remettre. Une rapidité qui étonna les blouses blanches qui ignoraient la nature véritable de leur patient. Il s'écoula à peine une petite heure avant que l'on ramène le Marisien conscient à sa chambre où il était attendu. C'est donc le sourire aux lèvres qu'il regagna son petit royaume. « - Hey... Salut... J'ai deux beautés dans ma chambre, est-ce normal ? »




© 2981 12289 0

_________________


Ma guimauve ☽ J’adore la façon que tu as de mordiller ta lèvre inférieure avant de passer à l'action. J’adore ta cicatrice sur la lèvre supérieure. Quand tu dors, quand tu m'engueule et quand tu dis "oui" lorsque je de te demande d'être la femme de ma vie. Je t'aime !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil aux Maldives avant un retour en fanfare à NY
messages : 1047
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le retour du héros   Dim 5 Aoû - 19:06

Le retour du héros
Haytham CASSIDY ft Tamara LOND


Lenox Hill Hospital, New- York
Le 13 mars 2017

La discussion légère à propos de la destination du voyage de la petite famille Lond-Cassidy fit du bien après ces derniers jours riches en émotions et en stress. Grâce aux idées communiquées par chacun, les amoureux optèrent donc pour les Maldives. Hay décida de laisser sa bien-aimée choisir la première île à leur portée.

- Bien, ce sera ta surprise alors, dit-elle en reprenant son téléphone et continuant à parcourir les annonces.

La petite chamaillerie entre Maisie et Tamara à propos de la robe de mariée et plus encore du « titre » de Tam vis-à-vis de la fille de son fiancé anima un peu la chambrée. Hay leur demanda malgré tout de se calmer, ce qu’elles firent non sans un sourire amusé.
Les jours passèrent, Tam ne quittait pas d’une semelle son « Penseur », trop angoissée à l’idée qu’il ne lui arrive encore quelque chose. Maisie, quant à elle, avait regagné ses quartiers, mais résidant à New York, elle pouvait passer de temps en temps. Le DLCEM ne savait pas qu’elle était la fille du demi-dieu, aussi n’était-elle pas pistée.
Le jour de l’opération, enfin, des opérations, mais dont Tam n’était au courant que partiellement, eu lieu. Elle tachait de faire bonne figure, mais intérieurement, elle était inquiète. Eileen le ressentait sûrement car elle était particulièrement agitée. Tam embrassa une dernière fois son Irlandais avant qu’on ne l’emmène. Eileen ne faisait que chouiner et l’ancien agent de terrain ne savait pas comment la calmer. Elle avait beau la bercer, marcher avec elle dans ses bras, lui parler, lui mettre de la musique, l’avoir changée et nourrie, rien n’y faisait. Désespérée, elle appela sa mère qui parvint à la rassurer.

- Oh maman, je suis tellement désolée de ne pas être là pour toi.

« - Ce n’est rien ma chérie, tu dois être présente pour Haytham et Eileen. Moi j’ai ton père. »

Tam grinça des dents mais ne commenta pas.

- Le voyage s’est bien passé ? Ça te plaît là où vous êtes ?

« - Oui, c’est très différent mais je m’y fais. ».

Rassurée, Tam embrassa via le téléphone sa mère et raccrocha. Le temps lui paraissait long. Eileen avait fini par s’endormir. Pour passer le temps, la jolie brune retourna sur la page des annonces d’îles aux Maldives et se décida enfin. Leur île s’appelait Meemu. Il y avait une maison avec quatre chambres et quatre salles de bain avec vue sur une plage de sable blanc, l’eau translucide qui devenait turquoise à mesure que l’on s’éloignait. Elle était petite, certes, mais bien suffisante pour eux trois. Une mini forêt de cocotiers derrière la maison, et un embarcadère et un petit bateau permettant de rejoindre une plus grosse île. Ceci fait, elle commença à faire les cent pas dans la chambre quand, n’y tenant plus, elle appela une infirmière via le bip d’urgence. La jeune femme en blouse blanche entra et Tam s’enquit de l’état de son fiancé qui n’était toujours pas remonté. L’infirmière partit se renseigner et vint la rassurer, lui disant que tout s’était bien passé et qu’il ne tarderait pas à remonter en chambre.

Rassurée bien que dubitative, Tamara se rassit, croisant les jambes, son pieds d’appui tambourinant du talon au sol, elle se demandait pourquoi une simple opération du bras pour retirer les débris prenait aussi longtemps. Elle était loin de s’imaginer qu’il avait en fait subi deux interventions. Impatiente, elle souffla, c’était long, bien trop long. Elle regarda Eileen et la simple vision de ce petit ange endormi l’aida à se calmer. Puis, enfin, la porte s’ouvrit sur un brancard dans lequel était le demi-dieu tant attendu. Le sourire fendit le visage de Tam qui sentit un certain soulagement libérer l’étau qui serrait jusqu’alors son coeur.
Elle s’approcha tandis que l’aide-soignant avançait le brancard, permettant au fils de Mars de regagner son lit.

- Hey, coucou toi. Toujours à la bourre à ce que je vois, dit-elle avec un regard tendre.

Elle le laissa s’installer avant de se pencher pour lui déposer un délicat baiser sur les lèvres.

- Comment tu te sens ?

Le brancardier quitta la pièce, laissant les amoureux se retrouver.

- Tu nous as manqué tu sais. Eileen s’inquiétait.

Ça devenait une habitude de tout mettre sur le dos de la petite, mais c’était plutôt amusant.

- ça va, tu ne souffre pas trop ?

Son regard se posa sur son bras bandé. Le médecin passerait sûrement en fin de journée, faisant le tour de ses post-op pour dire comment l’intervention s’était passée et donner les consignes, notamment de rééducation.

- Est-ce que tu veux boire un peu d’eau ? Ou tu veux que j’aille te chercher un café, ou un soda ?

C’était rare que Tam soit aux petits soins, mais pour Hay, elle l’était. Eileen se réveilla, émettant quelques petits gazouillis. Tamara alla la prendre avec douceur dans ses bras pour l’approcher de son père pour qu’il puisse la voir.

- Tu vas être content, j’ai fait mes devoirs. Je nous ai trouvé une petite île sympa. Aussitôt que le médecin nous dit quand tu as le droit de sortir, je nous prends les billets d’avion et on s’arrache d’ici.

C’était ce qu’elle attendait, quitter New York, puisqu’elle ne pouvait pour l’instant y mettre en œuvre son projet de vengeance à l’encontre du DLCEM, et profiter d’une vie épanouie avec son homme et sa fille. C’était que Haytham voulait, et après la peur qu’elle avait eue de le perdre, elle était prête à lui accorder cette vie idyllique à laquelle il aspirait, et surtout qu’il méritait amplement. Cet homme était la bonté incarnée, un vrai héros et il méritait d’être heureux, le bonheur ne devait pas être une option, il lui était dû. Un dû que Tamara comptait bien faire en sorte de lui donner sans demi-mesure, sans restriction aucune.

- Et je ne sais pas si je te l’ai dit, mais je t’aime. Je t’aime à la folie ma guimauve, et je suis vraiment soulagée que ce calvaire soit presque fini pour toi.

Bon il y avait encore son souci d’audition réduite à l’une de ses oreilles, mais qui sait, peut-être qu’avec le temps, ça s’arrangerait. Dans le pire des cas, l’une de ses deux oreilles aurait une audition normale au lieu d’être amplifiée, c’était vraiment le moins grave qui pouvait lui arriver.

© 2981 12289 0

_________________
You set off a dream with me


Cause darling without you

All the shine of a thousand spotlights

All the stars we steal from the night sky

Will never be enough

Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Il se pourrait qu'il soit quelque part sur une île dans les Maldives
messages : 1548
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Le retour du héros   Dim 5 Aoû - 21:18

Le retour du héros
Haytham CASSIDY ft Tamara LOND


L'opération qui en cachait une deuxième, prit effectivement plus de temps qu'une simple intervention. Suffisamment pour faire mariner la fiancée et l'inquiéter bien comme il fallait. Par chance, le personnel médical était à l'écoute et compétent. Tamara fut bien vite avertie du bon déroulé de l'opération tandis qu'Haytham en salle de réveil, récupérait plus vite que les médecins ne l'auraient imaginé. Tellement bien, qu'à peine une heure après son arrivée, on le réexpédia dans sa chambre où les deux femmes de sa vie l'y attendaient non sans impatience. Bon, il était encore affaibli par ce que l'on avait infligé à son corps et la douleur, légère, promettait de s'intensifier s'il consentait à l'avenir, à ne pas suivre les conseils prodiguaient par les médecins. Pour l'heure, c'est le sourire aux lèvres et le bras immobilisé (mais pas seulement) qu'il regagna sa chambre, plus que ravi de retrouver un visage familier à son arrivée. « - Oui moi et la ponctualité ça fait deux s'est connu ! » Le brancardier le réinstalla avec précaution avant de mettre les voiles pour laisser la petite famille en paix. Tam qui se rapprocha, lui fit savoir avec douceur, que son départ, c'était fait ressentir auprès de la petite princesse, une excuse pour s'englober elle aussi dans l'inquiétude, mais sans le dire ouvertement. « - Eileen s'inquiétait ? Et maman aussi non ? Mais qu'elle se rassure, il en faut bien plus pour me mettre à terre. Bon, je ne te cache pas, que c'est très désagréable. J'ai demandé à ce qu'on n'abuse pas de la morphine, vu mes antécédents. Là ça va, mais je vais prendre cher si je ne me tiens pas à carreau. » Il est vrai que l'addiction est quelque chose qu'il craignait au vu son passif d'alcoolique. Et même s'il souffrait un peu plus, il était prêt à prendre sur lui pour s'exemptait d'une nouvelle addiction.

Malgré la tension encore palpable, le demi-dieu n'avait de cesse de sourire, bien qu'il sache qu'il lui faudrait sous peu annoncer « sa petite cachotterie » mais avant toute chose, il semblait bien décidé à profiter de l'instant et d'une Tamara dira-t-on apaisée pour le moment. « - Tu es mignonne, mais ça va pour le moment, je n'ai pas soif, je veux juste voir de plus près notre petite princesse. » Qui venait effectivement de délester Morphée. Sa magnifique maman s'exécuta aussitôt et vint la récupérer pour qu'Haytham puisse la voir et encore « gagatiser » devant sa bouille d'ange. « - Salut toi ! J'espère que tu n'as pas trop usé ta maman avec ton inquiétude petit ange ! Elle a mangé ? » Tam acquiesça avant de faire savoir à son demi-dieu de fiancé qu'elle leur avait trouvé une île « - Alors, il me tarde que le médecin ait pitié de moi et me fasse sortir de cet enfer » Oui, il est vrai que l'absence de couleurs et l'univers froid du monde hospitalier, n'incitaient point à prolonger son séjour à moins d'y être contrarié. Malheureusement pour Hay, il lui fallait prendre son mal en patience, il lui fallait aussi faire à ses responsabilités et de ce fait, avouer à Tamara ce qu'il avait fait à son insu. Une entreprise qu'il redoutait, mais qu'il ne pouvait de toute façon garder pour lui. « - Mon amour, moi aussi, je t'aime, tellement qu'il se pourrait que j'aie fait quelque chose qui me vaudra tes foudres. Avant toute chose, je tiens à dire, pour ma défense que là, je ne suis pas en mesure de lutter, si combat il y a ! » Il essaya, non sans mal, de s'installer un peu plus confortablement pour annoncer cet acte d'amour véritable à son sens, mais totalement déraisonné. « - Bon, je ne ménage pas le suspens. Je ne suis pas passé sur le billard juste pour mon bras. Pendant que vous êtes parti prendre un petit-déjeuner l'autre fois, j'ai consulté un urologue et j'ai pris rendez-vous pour me faire opérer. Je l'ai fait Tam ! J'ai enlevé le gaz du soda, tu n'as plus rien à craindre maintenant ! »


© 2981 12289 0

_________________


Ma guimauve ☽ J’adore la façon que tu as de mordiller ta lèvre inférieure avant de passer à l'action. J’adore ta cicatrice sur la lèvre supérieure. Quand tu dors, quand tu m'engueule et quand tu dis "oui" lorsque je de te demande d'être la femme de ma vie. Je t'aime !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil aux Maldives avant un retour en fanfare à NY
messages : 1047
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le retour du héros   Mar 7 Aoû - 17:22

Le retour du héros
Haytham CASSIDY ft Tamara LOND


Lenox Hill Hospital, New- York
Le 13 mars 2017

Hay revenu en chambre, bien conscient et toujours à dire ses habituelles bêtises, Tamara était rassurée et le sourire avait retrouvé ses lèvres. Il allait bien, ils ne seraient plus séparés désormais. Le demi-dieu avait même fait preuve de prudence quant à ses anciennes addictions en demandant le minimum de calmants. Le pauvre, il allait morfler quand l’anesthésie finirait totalement de faire son effet.

- Je suis si fière de toi, ma guimauve. Eileen aussi. Bon, ménage ton bras, ne t’amuse pas à la porter.

Après avoir refusé la proposition de sa fiancée pour boire quelque chose, il avait réclamé de voir sa petite princesse.  Aussitôt, Tam profita qu’Eileen se soit réveillée pour la prendre avec douceur et la poser tout aussi délicatement sur le torse de son papa. L’avantage avec un nourrisson aussi petit, c’était qu’ils ne gigotaient pas trop, donc Haytham n’aurait pas à mobiliser de trop son bras blessé, un seul suffirait.

- Oui elle était très inquiète mais tu me connais, je l’ai rassurée. On sait tous qu’être à l’hosto permet d’être sûr que tout ira bien, pas vrai ? Et puis après elle s’est enfilé un menu gastronomique en mode entrée – plat – dessert, suivi d’une bonne petite sieste et tu es revenu, et là elle profite de tes bras, je pense qu’elle a la belle vie.

Et puis le départ était déjà tout prévu, ils avaient désormais une destination où vivre heureux. Peut-être pas jusqu’à la fin des temps comme dans les contes de fées, mais un certain temps au moins. Et puis le soulagement de revoir Hay bien conscient était tel que la jolie brune ne ménageait pas ses déclarations d’amour. Une vraie guimauve. C’est là qu’Haytham annonça qu’il avait quelque chose à révéler à sa fiancée, quelque chose qu’il avait fait et qui risquait de lui valoir ses foudres. Tamara fronça légèrement les sourcils, pensant à une nouvelle blague de son amoureux, mais à voir la mine qu’il tirait, il était sérieux.

- Ouh là… OK… vas-y, je t’écoute… Eileen est sur toi donc je peux pas te frapper, profites-en.

Alors qu’il essayait de se redresser, Tam posa une main dans le dos d’Eileen pour la maintenir contre le buste de son papa.

- Je devrais peut-être la remettre dans son cosy… dit-elle avec un regard suspicieux vers son homme.

Mais elle n’eut le temps de rien faire, il commençait à balancer la vérité. L’inquiétude commença à gagner son regard lorsqu’il énonça qu’il n’avait pas été opéré seulement du bras. En une fraction de seconde, tout un tas de questions se posaient dans sa petite tête. Son oreille ? Mais il n’avait aucun bandage à la tête. Quoi alors ? Bien vite, elle eut sa réponse. Elle qui s’attendait au pire, elle était encore bien loin d’imaginer la vérité. Elle le regarda, les yeux ronds comme des soucoupes.

- T’as… t’as vraiment fait ça ?!

Elle resta bouche bée quelques secondes avant de souffler bruyamment et de se lever de son fauteuil dans un mouvement vif et précipité, puis elle sortit de la chambre en claquant la porte. Il lui fallait quelques instant pour se remettre de ses émotions. A vrai dire, elle ne savait pas vraiment quoi penser, si elle devait se réjouir d’être tranquille côté descendance, ou si elle devait continuer de penser qu’il n’avait rien à faire de son avis, quand elle avait dit qu’il était hors de question qu’il se fasse charcuter. Elle était dans le couloir à faire les cents pas, les bras croisés. Les infirmières étaient sorties de leur bureau en entendant la porte claquer, mais voyant Tam et son air peu commode, elles se gardèrent de venir poser la moindre question. Après deux minutes à ruminer, l’ancien agent de terrain se décida à retrouver la chambre de son homme. Elle avança vers lui, l’air toujours aussi menaçant.

- Je me demande où sont passées tes foutues résolutions. Les soi-disant « on prend les décisions à deux » et tout ce baratin !

Elle soupira en revenant s’asseoir près de lui.

- Hay… mon amour, j’en demandais pas tant. Tu n’avais pas à faire ça, on aurait pu trouver une autre solution.

Elle posa sa main sur sa joue.

- Est-ce que ça te fait mal ?

© 2981 12289 0

_________________
You set off a dream with me


Cause darling without you

All the shine of a thousand spotlights

All the stars we steal from the night sky

Will never be enough

Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Il se pourrait qu'il soit quelque part sur une île dans les Maldives
messages : 1548
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Le retour du héros   Jeu 9 Aoû - 16:25

Le retour du héros
Haytham CASSIDY ft Tamara LOND


Le retour en chambre fut idyllique, autant que peut l'être un retour après s'être fait doublement charcuter. Mais à présent, il n'avait plus rien à craindre, tout allait « bien » plus aucun corps étranger ne squattait son intérieur et désormais son risque de procréer était quant à lui inexistant. Toujours est-il qu'il fallait l'annoncer à Tamara et ce n'était pas chose facile. Encore une fois, il avait pris une décision dans son dos et encore une fois, il le savait, il s'exposait à ses foudres et malgré la présence d'Eileen, il craignait la réaction de la tornade brune qui en cas de mécontentement serait à n'en pas douter, la première à régir au quart de tour. Mais il fallait le faire, oser la regarder droit dans les yeux et lui dire tout haut, ce qu'il ne pouvait garder tout bas. Et alors que Tam proposait, sur un ton léger, quoique suspicieux, de remettre Eileen dans son cosy, le demi-dieu pressait d'en finir, préféra ne pas ménager le suspense tout en gardant le bébé contre lui.« - Oui, je l'ai fait Tam ! » Le regard de l'agent de terrain, tel des fusils armés, s'apprêtait, sans sommation à fusiller le demi-dieu qui grimaça légèrement, conscient d'avoir, une fois n'est pas coutume, commit une boulette. « - Tam ! » commença-t-il pour tenter de briser le pesant silence qui assaillait la pièce. S'en était trop pour la jeune femme qui bondit de son fauteuil et quitta la chambre en claquant la porte. Eileen se mit alors à pleurer au grand dam du Marsien. « - Non mon ange ! Ce n'est rien. Calme-toi s'il te plaît ! Je ne vais pas pouvoir te gérer si tu te mets à pleurer comme ça. Eileen, s'il te plaît ! » Impuissant face aux pleurs de la petite, pour la toute première fois, Haytham ne parvint à la calmer.

« - Maman va revenir ne t'en fais pas. Vite, j'espère ! Mais elle va revenir, elle revient toujours même quand papa fait n'importe quoi ! » Il tentait tant bien que mal de la bercer, espérant un retour rapide de la maman. Deux minutes plus tard, les plus longues pour le demi-dieu, la porte s'ouvrit à nouveau sur Tam toujours hostile à n'en pas douter. « - Je n'arrive pas à la calmer, tu peux la prendre s'il te plaît ! » tentait-il en guise de première approche avant de tenter une première réponse. « - Non ne mélange pas tout ! Et puis de toute façon, tu m'aurais dit non, c'était couru d'avance. Tam, c'est mon corps, là, c'est ma décision. Je l'ai fait pour toi, pour nous. Je ne voulais pas attendre plus longtemps. Cette décision était la bonne. Certes, c'est radical, mais au moins maintenant, on est sûr que ça n'arrivera plus. Je sais que tu n'en demandais pas tant, mais pour toi, je suis prêt à tout, même à ça. Et de toi à moi, je sais que d'ici quelques heures, je vais dérouiller, donc s'il te plaît, pas de tension, ni de portes qui claquent. Je sais que tu es en colère, mais je te promets que c'était la dernière fois. Maintenant plus de secrets. Donc ça m'oblige à te dire que je vais devoir être abstinent encore un mois. »

© 2981 12289 0

_________________


Ma guimauve ☽ J’adore la façon que tu as de mordiller ta lèvre inférieure avant de passer à l'action. J’adore ta cicatrice sur la lèvre supérieure. Quand tu dors, quand tu m'engueule et quand tu dis "oui" lorsque je de te demande d'être la femme de ma vie. Je t'aime !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
COLONEL BADASS
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : En exil aux Maldives avant un retour en fanfare à NY
messages : 1047
parmi nous depuis le : 11/01/2016

COLONEL BADASS

MessageSujet: Re: Le retour du héros   Dim 12 Aoû - 16:03

Le retour du héros
Haytham CASSIDY ft Tamara LOND


Lenox Hill Hospital, New- York
Le 13 mars 2017

Dire que Tam était remontée contre Hay était un euphémisme. A peine revenu, il avait déjà recommencé à mettre à rude épreuve ses nerfs et sa confiance. A croire qu’il se plaisait à la rendre chèvre. Elle était revenue dans la chambre, furax, mais ne pouvant décemment laisser sa fille hurler de la sorte. Bien qu’elle se disait que c’était bien fait pour les oreilles semi-divines du jeune papa, les autres patients n’y étaient pour rien et ne méritaient pas de se faire casser les écoutilles. Elle revint et récupéra la petite en même temps que le fils de Mars le lui demanda.

- C’est normal que t’y arrives pas, elle te dit à sa façon que t’es qu’un petit con en pleine crise d’adolescence !


La brunette tâcha de calmer son énervement, au moins le temps qu’elle avait Eileen dans les bras, la berçant avant de la reposer dans son cosy.

- Pardonne-moi pour ce que je vais dire ma chérie, commença-t-elle à l’attention de sa fille avant de regarder Hay à nouveau, mais je crois que quand je portais ta fille, il n’était nulle question de à qui appartenait ce corps ! J’ai dû me plier à toutes tes conneries alimentaires et ne plus faire de sport et encore moins de tir, alors ne serait-ce que pour ça et pour tes promesses de « on la joue plus perso et on prend les décisions ensemble », t’aurais au moins pu tenir compte de mon avis, puisque tu le connaissais ! Bordel, la confiance ça te dit quelque chose ? Tu reviens à peine d’une foutue mission suicide que tu savais aller contre ce que j’aurais dit, et voilà que tu recommences à me mettre à l’écart ? Ça concerne pas que toi, aux dernières nouvelles ! Comment je fais si du jour au lendemain tu deviens impuissant ? Je te dirais bien que tu mérites que ça, mais moi je mérite pas ça ! Putain Hay, faut vraiment que t’arrêtes de prendre des décisions tout seul dans ton coin en pensant jouer au héros, tu joues juste au con et tu mets ma patience à rude épreuve ! J’ai à peu près autant envie de te tuer que ce que je t’aime ! C’est dire !

Pauvre chéri, il réclamait une trêve de peur que la douleur ne se réveille. Tamara souffla. Même si elle était très en colère, elle ne lui souhaitait pas de mal. Néanmoins, l’annonce qu’il lui fit la fit encore tomber de haut. Elle se mit à rire nerveusement.

- Pendant une seconde j’ai cru que tu parlais d’un mois d’abstinence…

Mais à voir son regard, ce n’était pas une hallucination auditive.

- Voilà encore une raison pour laquelle c’était une idée de merde ! Moi qui pensais naïvement qu’on arrivait au bout du calvaire…

Elle souffla bruyamment à nouveau avant de s’asseoir au pied du lit, quand soudain un sourire presque machiavélique se dessina sur ses lèvres.

- Non, tu sais quoi, je ne suis plus énervée. Tu sais pourquoi ? Parce que tu t’es puni tout seul. D’ici quelques jours, on met les voiles pour les Maldives. Tu sais, on a une île paradisiaque rien qu’à nous… Une île où il fait chaud, vraiment très chaud… je serais sûrement toute la journée en bikini… peut-être même sans rien tiens. Oh, comme c’est dommage pour toi, mon amour, tu pourras rien faire. Et crois-moi, on va faire des croix sur le calendrier, et je suis sure que je peux facilement trouver comment faire de ta vie un enfer malgré le paradis apparent.

Son sourire s’agrandit tandis qu’elle se pencha vers lui pour caresser sa joue.

- Bonne convalescence ma guimauve.

© 2981 12289 0

_________________
You set off a dream with me


Cause darling without you

All the shine of a thousand spotlights

All the stars we steal from the night sky

Will never be enough

Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE BEAU GOSSE
Voir le profil de l'utilisateur
localisation : Il se pourrait qu'il soit quelque part sur une île dans les Maldives
messages : 1548
parmi nous depuis le : 01/08/2015

CAPITAINE BEAU GOSSE

MessageSujet: Re: Le retour du héros   Mar 14 Aoû - 13:28

Le retour du héros
Haytham CASSIDY ft Tamara LOND


Et voilà, nous y sommes ! Vous savez ce moment où vous êtes confronté à la réalité en pleine poire. Vous pensiez avoir bien agi et bien non ! Vous voilà le dernier des connards, pas maladresse. Oui, Haytham pensait avoir bien agi et de ce fait, il ne se cherchait aucune excuse cette fois. « - Tam ! Ne commence pas ! » murmurait-il alors qu'elle le déchargeait du petit piranha qui cessa progressivement de se faire entendre à mesure qu'elle s'éloignait de lui. « - Je ne suis pas un petit con en pleine crise, qu'est-ce que tu racontes ?! » Et ça n'était rien comparé au monologue qu'elle lui balança en pleine poire lorsqu'elle récupéra la parole une fois la petite dans le cosy. « - Non, arrête franchement c'est pas du tout la même chose. Je devais le faire sinon quoi, on aurait flippé à chaque fois...Pardonne-moi Eileen... qu'on se serait envoyé en l'air. Ok putain, j'ai merdé... » Il poussa un long soupire avant de se prendre la tête. « - Pour la mission suicide oui, mais pour la vasectomie non ! Et puis je me suis renseigné au préalable, je ne me suis pas lancé comme ça là-dedans. Tam, je l'ai fait pour nous ! C'est quand même une sacrée preuve d'amour ce que je viens de faire là et toi, tu ne retiens que tout ce qui est négatif. » Il souffla à nouveau, sentant la douleur le rappeler progressivement à l'ordre. Il devait se calmer au plus vite sinon quoi, il ne serait plus capable de tenir une vraie conversation sans grimacer à tout-va.

« - Mon amour, j'étais sérieux. C'est un mois d'abstinence » réitérait-il avec moins de virulence et d'intensité dans sa voix. Et voilà que Tam repartait de plus belle au grand dam de son demi-dieu qui serrait encore la mâchoire. « - Arrête de me prendre la tête comme ça ok ? » Mais de toute évidence, la demoiselle avait autre chose en tête et ce qu'Haytham entendait ne lui faisait pas du tout plaisir, au contraire, le sourire qui paraissait sur ses lèvres, n'augurait rien de bon pour le convalescent. « - Ok je vois clair dans ton jeu. Bah, tu sais quoi, si tu la joues comme ça, moi, je reste ici. Tu crois que ça m'amuse ? J'ai juste voulu bien faire merde ! Putain et ça t'amuse de m'emmerder comme ça. Je paie déjà assez cher ce que j'ai fait. J'ai perdu un ami dans cette histoire » Cette fois, il ne rigolait plus du tout, il essaya même de se lever pour sortir « - J'ai besoin d'air là ! » Son cœur tambourinait contre sa poitrine, ses yeux brillaient tant la douleur redoublait. « - Vas donc t'amuser seule aux Maldives ! » lança-t-il avant de grimacer, le moniteur se mit alors à sonner, laissant présager de stressantes minutes à venir.

© 2981 12289 0

_________________


Ma guimauve ☽ J’adore la façon que tu as de mordiller ta lèvre inférieure avant de passer à l'action. J’adore ta cicatrice sur la lèvre supérieure. Quand tu dors, quand tu m'engueule et quand tu dis "oui" lorsque je de te demande d'être la femme de ma vie. Je t'aime !
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Le retour du héros   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le retour du héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» retour au travail....
» Le 23 mai Varadero me voilà/et c'est grâce à vous/retour à la réalité
» Est-ce que quelqu'un a vu le retour de Nounou McPhee
» Retour maison
» Retour 3D' S-Pagne...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ LES ÉTATS-UNIS.  :: new york city. :: les quartiers résidentiels.-